Previous month:
février 2008
Next month:
avril 2008

30 notes en mars 2008

TechCrunch en version papier ?

Kane Deux informations que je trouve tout à fait symptomatique de la crise du papier et la nécessité de repenser les modèles...
Tout d'abord cette annonce via TechCrunch que "de nouveaux chiffres fournis par l’association de la presse Américaine montre que le déclin des journaux est plus rapide que prévu avec un total de la publicité presse en 2007 qui plonge de 9,45%. Rien de moins Fotolia_6879373_xs_2 que la plus grande chute depuis 1950..." Repenser Charles Foster Kane en magnat du web...
Et puis cette annonce, le lendemain, que le même Techcrunch va passer dans une version papier, ça alors, vous ne rêvez pas... Techcrunch en version papier!!

" TechCrunch reste pour l’instant un blog qui n’est connu que par quelques milliers d’initiés alors qu’il reste encore des millions de lecteurs potentiels à intéresser.
Dans les tous prochains jours, vous retrouverez TechCrunch France chaque semaine dans les kiosques à journaux près de chez vous. FranceCrunch sera un magazine qui comprendra un résumé des meilleures news de la semaine, une mise en avant des meilleurs commentaires, un récapitulatif des dernières offres d’emploi... La distribution sera in fine nationale mais nous commencerons par une approche ciblée dans certains arrondissements de Paris, à Poitiers (considéré comme une ville test pertinente) et à Lille. Le magazine sera vendu au prix de 1 euro et l’abonnement annuel pour 52 numéros plus bonus sera de 40 euros qui est assez attractif (enfin nous verrons). Alors que le débat concernant la différence entre les blogs et les journaux fait toujours rage, TechCrunch France a décidé de franchir le pas et de se tourner vers l’industrie des médias et devenir accessible au plus grand nombre. Un site web accompagnera le lancement de ce journal qui pourra être téléchargé gratuitement"

Alors, cette info, un premier avril avant l'heure? La réponse sans doute demain... Et même si c'est le cas, pourquoi pas finalement une version en papier électronique?

PS: bien évidemment poisson d'avril, mais l'idée ne pourrait-elle faire son chemin?


Les Echos : nouvelle maquette

100_4792 Les Echos viennent de mettre en ligne une nouvelle maquette 2.0 de leur version en papier électronique. Nouvelles typos plus modernes, finie la barre noire très moche en bas, onglets sur le côté pour profiter de la taille de l'Iliad, c'est très réussi. Améliorations aussi du côté de la gestion des blancs, la lecture est encore plus agréable. Est-ce que mes remarques sur la qualité du journal batave auraient titiller les développeurs des Echos!
Pas encore d'annonce sur leur propre site, c'est vous dire si c'est frais! Je prépare une vidéo ce week-end pour vous montrer ça de plus près.


Les PDF, c'est vendable tout de suite

Home_tarsier C'est la première fois à ma connaissance qu'un éditeur français publie ses chiffres de ventes de livres numériques (via La Feuille).
L'article s'appelle de manière provocatrice "Les PDF, ça se vend!". Ce sont les Editions O'Reilly, spécialisée en livres d'informatique, qui font un bilan d'une année de ventes au travers d'un nouveau blog Immatériel animé par son responsable Julien Boulnois.
Je reprend la conclusion particulièrement intéressante:
"Si plus de 60% de nos clients ont choisi le livre électronique de préférence au papier, c’est qu’il existe bel et bien un public pour les formats numériques payants. Plusieurs facteurs ont sans doute encouragé ce choix:

  • Prix de vente plus faible (entre 75% et 80% du prix papier)
  • Disponibilité immédiate du produit
  • Possibilité de copier/coller le contenu, ce qui est particulièrement apprécié dans notre secteur
  • Fichiers sans DRM, c’est-à-dire sans limitation d’utilisation de l’ouvrage une fois acquis.

Il n’en reste pas moins que la disponibilité de contenu gratuit sur l’Internet n’a pas découragé nos lecteurs d’investir dans du contenu numérique payant. Mieux, il semble que ce format ait attiré de nouveaux clients, au lieu de détourner les clients habituels du papier".

Quand on sait la chute des ventes de livres universitaires en librairies...



Le syndrome $9,99

A signaler cette intéressante remarque de Joe Wikert sur Kindleville qui montre comment Amazon est en train de niveler le marché des prix du livre numérique avec un tarif qui devient incontournable à $9,99. Et, les éditeurs obligés de s'exécuter et de rentrer dans le rang. Apple l'avait fait en son temps sur le marché de la musique, cela en prend le même chemin. En ces temps de réflexions sur le prix unique, Amazon, avec sa logique de rouleau compresseur, semble bien se substituer au pouvoir politique et aux éditeurs, non?
A propos d'un autre rouleau compresseur, à regarder absolument ce reportage de France24 sur le programme de Google recherches de livres et sa clause d'exclusivité sur le marché de la connaissance (via Affordance).


Jetbook: le rouge est mis

Jetbook Ce modèle taïwanais le "Jetbook" distribué par la société Ectaco, disponible uniquement en Asie (via Gizmodo, merci François), vient nous rappeler que la technologie en papier électronique n'est pas la seule en compétition sur le marché de la lecture électronique. C'est en effet un écran à cristaux liquides qui est utilisé sur ce modèle. J'ai trouvé une vidéo de présentation qui a été mise en ligne il y a quelques semaines seulement.

PS: Teleread en avait fait également une présentation en octobre dernier


Le YouTube d'édition numérique ?

Roussel Une interview de Loic Roussel, l'un des créateurs de Feedbooks, sur NetEco. Start-up française lancée en 2007 dans la mouvance des sites gratuits issus de Gutenberg, Ebooksgratuits, Manybooks et qui ambitionne de devenir le YouTube du papier électronique...
Cela permet d'en savoir plus sur les modèles économiques:
"L'éclosion du marché de masse se situe à un horizon de 3 ans (le cabinet d'études Afaics parle de 40M de livrels vendus en 2010). Nous nous y préparons! Nos principaux marchés sont les Etats-Unis/Canada, la France, et l'Asie. Nous ambitionnons de développer cette position de carrefour universel du e-paper, en terme de contenus, publication UGC et presse à la demande. Aujourd'hui une place de marché du GRATUIT (lié à un modèle économique publicitaire et partenariats), et demain des offres PREMIUM donnant accès à un contenu plus large (Ebooks mais aussi Presse).
«B to B to C»: Feedbooks s'apprête à lancer une offre «clef en mains» -plateforme de génération à la volée et distribution + contenus + logiciels embarqués + livrels à la demande – permettant aux ayant droits de proposer leurs contenus en format e-paper. En clair, un groupe d'édition ou de presse souhaitant lancer une offre e-paper pourra le faire très facilement en s'appuyant sur notre plate-forme, qui offre également l'avantage de s'interfacer avec tout type de base de donnée.
«B to B»: Plusieurs grands groupes industriels se préparent à migrer leur documentation interne, rapports, ou catalogues de pièces détachées au format e-paper pour bénéficier de ses nombreux avantages (flexibilité, réactivité, portabilité…). Là encore, Feedbooks répond à cette demande avec une offre intégrée allant de la plate-forme multi-format jusqu'au développement de terminaux e-paper spécifiques."

Sony_irex Plutôt qu'un format dédié type Mobipocket, Feedbooks parie sur la multiplicité des formats. C'est le logiciel embarqué "maison" sur les engins mobiles de toutes sortes qui pourrait être crucial pour le développement:
"On précisera pour les terminaux e-paper que notre stratégie repose principalement sur le logiciel embarqué que nous avons développé (via une équipe de développeurs dédiée), et que nous vendons sous forme de licence. Nous proposons également des terminaux développés à la demande de nos partenaires avec les meilleurs fournisseurs et technologies du moment. A ce titre, nous nous penchons sur le développement des prochains livres électroniques qui devraient être lancés avant la fin de l'année.
"

C'est aussi la recherche d'une masse critique d'internautes pour décider à terme les majors de l'édition (de la presse) à entrer sur la plate-forme. Remplacer les sources gratuites type Wikisource par leurs  recommandations... YouTube a bien été racheté par Google, alors Feedbooks racheté par Amazon?


Le Kindle en rupture de stock

2090826133_0fb08e14e6_o Nous parlions de l'approvisionnement des écrans PVI avec Laurent de chez Bookeen.
Et bien voilà, le Kindle est en rupture, faîtes la queue comme tout le monde. Cette information (via Numerama)."Due à une forte demande des clients, le Kindle est temporairement en rupture de stock" peut on lire sur Amazon. "Nous travaillons d'arrache-pied pour fabriquer des Kindles aussi vite que possible et faisons passer en priorité les premières commandes." La mayonnaise semble bien prendre, les avis des lecteurs aussi.



Les Pieds Nickelés existent, je les ai rencontré

Pieds_nickels Lors de la journée à la Roche-sur-Yon en visite chez Olivier, nous avons rencontré les Pieds Nickelés. Directement venus (velues) de la Bibliothèque Universitaire d'Angers. Et ça décoiffe... Olivier, Nicolas et Daniel (de droite à gauche), les trois compères-bibliothécaires ont tout simplement décidé de mettre les utilisateurs de la bibliothèque au centre de leurs préoccupations. Exit, les collections papier qui sont consultées deux fois dans l'année et qui coûte une fortune en abonnement (hurlements, défrisements de leurs confrères, vous pensez). Avec un sens du marketing évident, ils s'exhibent, proposent un questionnaire avec des lecteurs MP3 à gagner, ils ont aussi fait entré une wii et des cybooks dans la bibliothèque, c'est vous dire... Ils cherchent des abonnements à Charlie Hebdo... En attendant les autres suggestions d'un quatrième larron encagé.
Olivier nous a gratifié d'une présentation de haut-vol (de quoi se poiler aux journées Couperin) que nous attendons tous en ligne, avec un maître-mot, on peut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux. Expérience à suivre, qui dira qu'il n'y a pas un avenir dans les bibliothèques françaises...


Lecture en petit et pour petit

La société française Immanens était présente au Salon du Livre avec des présentations de feuilletage de magazines sur l'Iphone. C'est décidément décliné à toutes les sauces ce feuilletage. Plus intéressant à mon avis, le développement du logiciel de synchronisation vocale Followtext, vous verrez la petite fille lire et suivre les mots sur sa tablette avec les sons associés. Cela redonne un sacré coup de jeune à "Martine à la ferme"...


Prise de conscience, enfin

V_6_ill_1025271_livrenumerique Nous avons tous perçue la prise de conscience des éditeurs français sur le Salon du Livre. Le contraste est frappant par rapport à l'année dernière. Sans aucun doute dû à "l'effet Kindle". Cette même impression relayée dans le Monde des Livres (daté du 21 mars) par un article de Alain Beuve-Méry.
"Dans les dix années à venir, un tiers de la production éditoriale pourrait basculer vers d'autres supports que le papier. Le changement de pied des acteurs était perceptible à la Foire internationale du livre de Francfort, en octobre 2007. Pour la première fois, les éditeurs réunis se posaient deux questions : quand et comment la révolution numérique touchera-t-elle le livre ? La réponse à la première question était : maintenant. Quant à savoir comment... Les éditeurs ont des choix stratégiques à faire."
La presse, également, va venir sur ces nouveaux supports. Des offres vont très bientôt être annoncé avec des quotidiens importants, j'en ai eu confirmation. Je suis également allé voir Médiapart, ils m'ont dit qu'ils réfléchissaient très sérieusement à une offre sur papier électronique. Bonnes nouvelles, les contenus arrivent enfin sur les livrels.
Reste bien sûr les prix français... 9,99 euros pour les livres et 14,99 euros pour l'abonnement mensuel de son journal. C'est pas une vue de l'esprit, c'est ce que propose déjà Monsieur Bezos (en dollars).


Le mot est emprisonné

Intéressante réflexion du côté de chez Marc-André.
Il présente régulièrement ces guides sur différents supports électroniques. Après l'une des présentations, la question qui tue: Vous achetez?
- Non.
- Pourquoi?
- Ma vision du texte est réduite (elle (c'est une jeune femme) n'aime pas les livres de poche qui plus est)
- Je re-formule : "le mot est emprisonné"?
- Oui
- Mais l'écriture hypermédia (textes, images et musiques en l'occurence pour le moment) vous n'avez pas sur papier?
- Oui (elle avait pris l'écouteur à son oreille, la tentation était trop forte) c'est indéniablement un plus.


Les livres électroniques: combien exactement ?

    Intéressante question posée hier sur le Salon du Livre à Laurent Picard lors de l'une des interventions sur le stand Lectures de demain. C'est vrai que c'est l'opacité la plus totale de la part des constructeurs de machines, la loi du silence. Laurent Picard (co-fondateur de Bookeen) est bien placé pour avoir une idée sur la question, il est en contact permanent avec l'unique constructeur d'écran en papier électronique au monde PVI, qui se trouve à Taiwan (c'est l'écran 6 pouces qui équipent la grande majorité des livres électroniques disponibles).
Il a donné quelques chiffres qui éclairent la situation du marché actuel:
- Sony Librié: 5 à 10.000 ex.
- Sonyreader: 100.000 ex. (rythme annuel)
- Kindle Amazon: 20.000 ex. pour l'instant avec les mêmes objectifs annuels que Sony.
- Cybook: 10.000 à 20.000 ex. (prévision annuelle)
- Iliad: c'est également le chiffre de 10.000/ 20.000 exemplaires qui revient dans les recoupements. En revanche, l'Iliad se destine plus à destination des applications professionnelles en pleine extension.
    On voit qu'en dehors d'une lutte frontale entre Amazon et Sony sur le marché américain (il semble que le Kindle arriverait en Angleterre fin 2008), les autres distributeurs se contentent d'objectifs à 10% de parts de marché. Comme dit Laurent, ce sera déjà excellent pour nous. Il a rappelé aussi que c'est du côté de la Chine que le marché se développe fortement (on s'en serait douté). Il a même expliqué que l'obligation est faite aux éditeurs chinois de publier les versions numériques en même temps que les livres papier, c'est inscrit dans la loi. Une prochaine mesure de la commission Patino?


Numéro spécial Courrier International

Livre_ere_numeriqueVous l'aurez peut-être déjà aperçu, je fais peut-être un peu voiture-balai en la matière! Un excellent numéro de Courrier International, à vous procurer absolument (il est en kiosque encore demain) sur "Littérature, comment le numérique change tout", 16 pages bien pleines sur tous les aspects, livrels bien entendu, mais bien au-delà avec des articles sur les nouveaux modèles d'édition sur le web. Chine, Japon, Etats-Unis, voilà qui dépasse largement notre petit monde de la Porte de Versailles! Je reviendrais plus précisément sur des expériences qui m'ont paru intéressantes, un dialogue à deux entre deux auteurs Walter Kirn et Gary Steeyngart, des mouvances américaines des Brutalists et de l'Offbeat Generation et une oeuvre Tristano, 2000 fois unique publié par l'écrivain italien Nanni Ballestrini. Comme il n'y avait pas de liens hypertextes sur ma version papier, je vais y aller voir de plus près... Bref, un numéro plein d'intelligence et qui reflète l'universalité des approches.


Grand succès pour NRS Handelsblad sur l'Iliad

Thumbnail Je vous avais dit tout le bien que je pensais du journal néerlandais NRS Handelsblad sur l'Iliad. Eh bien, je suis pas le seul visiblement... Une semaine après la sortie, c'est déjà un succès qui va bien au-delà des espérances. Aujourd'hui, ce communiqué de Irex:

"The ePaper introduction by NRC Handelsblad is proving to be a big success.One week after the launch hundreds of ePapers have been sold already. This amount exceeds the expectations by far. Gert Jan Oelderik, director-publisher of NRC Handelsblad: “We expected to reach these quantities within a few months only. You may call achieving this level in less than a week a very good start” .

La presse sur papier électronique, ça marche, messieurs les français...


Polyphonies du livre, c'est la semaine prochaine

Petite piqure de rappel pour vous rappeler les Polyphonies du Livre qui ont lieu la semaine prochaine à l'IUT de la Roche sur Yon, le Jeudi 20 mars 2008, de 10h à 16h30.
La journée est gratuite et ouverte à tous.
Titre exact de la journée: "Médiation 2.0: la chaîne du livre entre métiers du conseil et industrie de la recommandation".
Au programme des interventions de François Bon (publienet), Isabelle Aveline (zaziweb), Michel Fauchié, Hélène Grognet et Olivier Ertzscheid qui interviendra sur le sujet “L’industrie du conseil est-elle recommandable?“ bien d'actualité. Tout cela passionnant. Programme complet ici. Il se passe aussi des choses dans les provinces françaises...


Je fais ce rève...

Ui_galerie_image_104 Alors que débute demain le Salon du Livre à Paris, je fais un rêve…

«Le Syndicat National de l’Edition et la Ministre de la Culture Christine Aubanel, profitent de l’occasion de ce Salon du Livre 2008, pour annoncer officiellement que tous les livres de poche disponibles en France seront gratuits et ce à partir du vendredi 14 mars à midi.
Compte tenu de la recherche d’une plus grande diffusion des savoirs en France comme à l’étranger, cette décision historique a été possible grâce à l’implication de l’ensemble des intervenants dans la chaîne du livre, à savoir:
 - les auteurs qui ont décidé de réduire de moitié le montant de leurs droits d’auteurs habituellement fixé à 5%.
- les traducteurs qui ont décidés d’abandonner leurs droits estimant que leurs revenus sont suffisamment rétribués lors du tirage en grand format.
- les éditeurs qui ont décidé d’abandonner leurs droits sur les versions poche des ouvrages, estimant que les frais éditoriaux sont amortis sur les versions en grand format.
- les papetiers et imprimeurs qui font l’effort industriel de facturer leurs prestations à prix coûtants sont réserve de devenir des fournisseurs agréés sur les autres ouvrages.
- les diffuseurs qui ont décidé de ne pas répercuter les frais de diffusion sous réserve que les représentants ne consacrent plus de temps à parler de la commercialisation des livres de poche qui feront l’objet de diffusion par voie électronique seule.
 - les distributeurs qui ont décidé de ne pas répercuter les frais de distribution sous réserve que les livres de poche soient envoyés aux libraires dans des colis contenant des livres autres que les poches.
- les libraires qui ont décidé de ne pas prélever de commissions et de tenir les livres de poche à disposition des lecteurs uniquement dans un espace réservé limité et non soumis aux taxes professionnelles, locatives (sous forme de zones franches).

«Nous remercions également les nombreuses sociétés, qui dans un effort de mécénat louable, ont décidé de s’associer au projet au travers de l’ouverture à la publicité de pages habituellement blanches dans les ouvrages et nommées pages de gardes. L’Etat participera également sous forme d’une subvention annuelle à l’effort financier résiduel.

«Nous invitons donc les lecteurs à se servir massivement pour eux-mêmes ou pour des personnes de leurs réseaux sociaux afin d’échanger et de donner librement les livres de poche.

«Nous mettons également à votre disposition à l’entrée du Salon du Livre et des librairies de grands paniers pour recueillir les sommes que vous jugerez bon de donner de manière anonyme pour rémunérer les auteurs et leurs ayants-droits. Ces sommes seront intégralement reversées à la Caisse des Dépôts qui se chargera de la répartition auprès des auteurs au prorata des exemplaires effectivement produits minorés des exemplaires éventuellement encore en rayon.

«Chaque année, une évaluation des titres en déchetterie permettra de modérer la production de certains ouvrages.

«Nous espérons que cette mesure favorisera la diffusion du livre et de la culture en France et qu’elle sera un signal fort auprès de nos homologues européens.


En parlant de grands écrans

Netronixeb100300 Coïncidence étrange, hier, je vous parlais de grands écrans, et toc, ne voilà t-il pas que le fabricant taiwanais Netronix annonce la sortie d'un livre électronique 9,7 pouces (via Mobileread). Deux modèles: l'EB-100 et l'EB-300, équipés respectivement d'un écran 6 pouces et 9,7 pouces. Ils disposent tous deux d'un lecteur de carte SD. L'EB-100 (en photo à droite) tourne sous Linux. Il offre une résolution de 800x600 pixels, 128 Mo de mémoire Flash pour 32 de mémoire vive. L'EB-300 (à gauche) fonctionne sous Windows. Il offre une résolution de 1200x825 pixels, 4 Go de mémoire Flash pour 64 de mémoire vive. Concernant l'épaisseur, l'EB-100 se rapproche de la finesse du Cybook (0,9 cm) et l'EB-300 est légèrement plus épais: 1,4 cm. L'EB-100 offre 8.000 pages d'autonomie, contre 5.000 pour l'EB-300. Pas encore de prix et de disponibilité. Voir détails complets ici. Avec ce genre de livres électroniques, les PDF tant décriés passeront comme des lettres à la poste.
    Décidément, la course avec Jinke sur un modèle grand format
est bel et bien lancée, avec des prix taiwanais/chinois, on l'espère...


Lire sur son Iphone

    Je cherchais depuis longtemps une présentation la plus complète possible des possibilités de lecture sur son téléphone portable et sur son modèle le plus emblématique, l'Iphone d'Apple. Je sais que Alain Pierrot défriche aussi de ce côté-là. On peut dire que le marché du téléphone portable et de l'internet mobile est porteur (bientôt Google et Microsoft) et voudrais bien aussi nous proposer de la micro-lecture, en plus si c'est gratuit, hein? Tout emmener avec soi en mobilité absolue (on se demande d'ailleurs pourquoi on a un toit), 10.000 titres de musiques, 1000 films, 100 livres... (vous pourrez bientôt tout multiplier par dix, cent ou mille...). Alors, tout le Salon du Livre dans son Iphone?
    Vous vous ferez votre propre idée en ayant vu cette démonstration de Kevin Tofel qui présente ce que propose Textonphone. A noter aussi une intervention intéressante au Salon du Livre celle de Martin Richard, un enseignant de l'Ecole des Mines de Nantes qui exporte ses propres cours sur les Iphones de ces étudiants (via DanielGarcia). Mobiles, ces étudiants...


Un nouveau quotidien e-paper sur l'Iliad

    Un nouveau journal sur papier électronique, c'est encore et toujours du côté des Pays-Bas que cela se passe avec le quotidien NRC-Handelsblad, quatrième quotidien néerlandais, réputé par sa qualité. Sur quel livre électronique? L'Iliad-maison bien sûr! L'annonce a été faite par Irex la semaine dernière et déjà une première vidéo de démonstration qui est apparu sur Youtube.
    Intéressant modèle avec une optique très différente de celle des Echos qui est très proche d'un modèle web. Ici on se rapproche visuellement du journal-papier avec ensuite les articles en multicollonnage. J'avoue que je suis assez séduit par l'approche. Typographiquement parfait, les néerlandais sont les meilleurs du monde en la matière, on le savait. J'ai même vu la gestion des césures, irréprochable... Ils se sont penchés sur le marbre, nos amis bataves, quel beau boulot... Je rêve presque de parler le néerlandais... Voltaire s'était exilé en son temps en Hollande? Il ferait sans doute pareil aujourd'hui!
    Le plus beau modèle de journal du monde sur le meilleur livre électronique du monde, qu'on se le dise! Quand est-ce que l'on relève le défi du côté de nos quotidiens français?

PS: Pour cette occasion, Irex a fêté l'évènement avec un gateau très sympa...


Les grands livres électroniques, c'est mieux?

2306245157_5483dc9eaa_o Les grands écrans, c'est mieux, c'est le billet de Transnets hier qui pointe le WallStreetJournal à propos "d'une étude réalisée par l’université de l’Utah qui vient de montrer qu’on travaille beaucoup mieux avec un grand écran qu’avec un petit. Cela dépend des tâches, mais le gain peut s’élever à 2h30 par jour.
Conduite avec des écrans de 18, 20, 24 et 26 pouces (en diagonale), l’étude montre qu’on travaille deux fois plus vite si l’écran a 24 pouces que s’il en a 18. A 26 pouces, la productivité chute à nouveau, comme si on se trouvait perdu devant une telle surface."
    Si on fait le parallèle sur les livres électroniques, on peut assurément transposer la meilleure productivité d'une lecture suivie sur un écran de plus grande taille tout en gardant les avantages de la mobilité. A titre personnel, j'aurais bien du mal à faire machine arrière (ou avant comme vous voudrez) et à lire mon journal quotidien sur un lecteur plus petit que mon Iliad.
Tablettes Les grandes tablettes, c'est mieux aussi!
Ah, j'oubliais, pour ceux d'entre vous qui m'ont demandé où j'avais déniché la version 3 de Crime et Chatiment (ma préférée sur l'Iliad, vous l'aurez compris), c'est sur l'excellente bibliothèque de Planetebook (via Teleread).

(photo Flickr de Joan Fabrégat, son bureau)


Lectures de demain

002044J'aurais le plaisir de participer au Salon du Livre (14-19 mars) dans le cadre de l'espace Lectures de demain (programme complet ici), à une table-ronde qui se tiendra le samedi 15 mars à 14h30 intitulée Lectures numériques : tablettes, ebook, papier électronique, késako?
J'apporterais mon expérience de lecteur "early-adopter" candide, ou presque, avec des éditeurs (Archipel, M21) et des pionniers dans le développement des livrels notamment Michael Dahan de la société Bookeen qui commercialise le Cybook. Pour anticiper le débat, cette indispensable présentation de Michael réalisée par une télé d'ingénieurs suisses (via Nouveaulivreactu). Il revient sur "la poule et l'oeuf", "l'évangélisation", "le succès du Cybook", "l'adhésion des gros lecteurs, les gens qui lisent le plus"...


Régis Debray dans le Monde

    A lire absolument l'article de Régis Debray dans les colonnes du Monde du 6 mars (via Affordance). C'est absolument génial, je me suis régalé. Rappelons aussi qu'en son temps, Bernard Pivot avait démasqué l'imposteur Sulitzer, en pourvoyeur de nègre, dans une émision d'Apostrophes restée à jamais célèbre (elle n'est pas encore disponible malheureusement).
    En attendant qu'une telle émission revienne sur nos antennes (ou plutôt sur nos wifis), merci au Monde de nous titiller autrement que par Dominique Wolton!