Previous month:
août 2009
Next month:
octobre 2009

117 notes en septembre 2009

Usages, modèles et outils

Outils

Trois conférences de l'Université d'Eté de Marseille qui manquaient, celle de Daniel Bourrion (Bibliothèque de l'Université d'Angers) sur les nouveaux usages en bibliothèques universitaires, Virginie Clayssen (Editis) sur les modèles économiques de l'édition numérique et Marin Dacos/Pierre Mounier (Cléo) sur les outils de publication web. Bravo pour l'ensemble de ces mises en ligne.

Kindle : la courbe des âges

Kindle-age

Un graphique intéressant, repéré par Bruno Rives, celui de l'âge des acheteurs du Kindle portant sur un échantillon significatif de 1387 réponses. Il suit exactement les statistiques des gros lecteurs avec près de 60% des personnes entre 40 et 70 ans. On est très loin, je pense, de statistiques des acheteurs de l'Iphone par exemple. Confirme bien que le Kindle n'est pas adopté par les geeks mais bien par les gros lecteurs qui y voient des caractéristiques intéressantes. On se rappellera de la vidéo "comportementale" de la ménagère américaine. Avec le Kindle aux Etats-Unis, l'acheteur (devrais-je dire l'acheteuse) a "amorti" l'achat de son lecteur au bout d'une vingtaine de livres.

Du Kindle et du... papier

Images80

On n'en a pas encore fini avec le papier. C'est ce qui ressort des premiers échos sur les expérimentations en cours avec le Kindle DX dans les écoles retenues aux Etats-Unis. "Je déteste avoir l'air d'un mauvais coucheur, mais cette technologie est une mauvaise idée pour un outil d'enseignement" a déclaré Aaron Horvath, un étudiant en droit civil et politique. «Il est maladroit, lent et c'est une vraie douleur pour le faire fonctionner." Horvath a déclaré que l'utilisation du Kindle lui a fallu changer complètement la façon dont il achève son cursus. "Une grande partie de mon apprentissage provient d'une interaction physique avec le texte: signets, surlignements, pages écornées, post-it et autres marques qui représente l'importance de certains passages -sans parler des notes en marge, où la plupart de mes idées viennent quand une interaction se produit entre le papier et le texte, a t-il expliqué. "Toutes ces choses ont été perdues, et si ce n'est pas perdu complètement c'est de toute façon trop lent pour accompagner ma pensée, et les idées sont donc rendues inutilisables." L'ensemble du compte-rendu se trouve sur le Daily Princetonian (via Teleread).

Harmathèque pour les bibliothèques

Header2

Harmathèque, c'est le nouvel espace numérique des Editions L'Harmattan qui devrait ouvrir dans quelques jours à l'attention des bibliothèques et autres institutions. Plus de 17000 ebooks (livres numériques), plus de 7000 articles numérisés, 500 films et captation en VOD, 500 programmes audio. Des versions en streaming semble t-il. Une option de plus à la boutique qu'ils proposent déjà sur leur site (à noter que tous les fichiers sont proposés pour l'instant au seul format PDF).

Le Sonyreader en France

Fnac40.000 téléchargements de livres numériques et 10.000 livres éléctroniques Sonyreader vendus à fin août (soit 4 livres en moyenne): c’est le bilan que la FNAC tire de son arrivée en octobre 2008 sur le marché du livre numérique, marquée par l’accord de commercialisation passé avec le constructeur de matériel Sony et la plateforme de distribution Numilog/Hachette (via LivresHebdo). C'est peu quant aux espérances des uns et des autres notamment si on compare avec le marché anglo-saxon mais c'est beaucoup finalement au regard du catalogue de livres proposés et des réductions de prix, moins on pouvait raisonnablement pas. Il y a quelques années, on aurait dit "fermez le ban"; mais on se rend bien compte maintenant que quelque chose est enclenché et que l'on ne fera pas machine arrière!


Toujours 2666 de Roberto Bolano

Bolano

Je ne fais pas beaucoup de digressions du côté de la critique littéraire, ce n'est pas le sujet du blog et je ne me sens pas le talent de parler des livres, mais quand je tombe sur un livre que je considère comme exceptionnel... Donc à lire absolument Juan Asensio (alias Stalker) qui est revenu récemment sur le roman de Roberto Bola
ño, 2666, que j'avais tant aimé et d'ailleurs élu meilleur roman de l'année 2008 chez Fric-Frac-Club (qui vient de refaire son site): "Bolaño est à placer, avec ce livre, parmi les plus grands romanciers. Cervantès (pas besoin de préciser je crois), Sterne (La vie et les opinions de Tristram Shandy), Potocki (Le manuscrit trouvé à Saragosse), Dostoïevski (tout ce qu'il a écrit), Borges (lui aussi, tout ce qu'il a écrit), Sábato (sa trilogie romanesque, surtout son dernier volet, L'Ange des ténèbres), Broch (Les Irresponsables), Musil (L'homme sans qualités), Canetti (Autodafé), Faulkner (Absalon, Absalon!, Parabole), Melville (Moby Dick), Conrad (Nostromo), Joyce (Ulysse), Corti (Le Cheval rouge), McCarthy (Suttree), certainement pas Vollmann. Gass? Non. Aucun français, mort (mais si: Proust) ou vivant mais un oublié tout de même, Paul Gadenne avec ses Hauts-Quartiers. Et, j'y songe tout à coup, La fosse de Babel d'Abellio. Qui s'étonnera, du reste, de pareille absence de romanciers français? Pas l'auteur de 2666 qui se moque des prétentions littéraires des écrivains français... vivants et disparus comme il se doit ou plutôt parqués dans un asile." Je souscrit complètement et j'espère qu'une version de poche -ne parlons pas d'une version numérique- permettra bientôt au plus grand nombre d'accéder à ce roman magnifique (le billet en RTF pour le Sonyreader). Avec une pensée pour Christian Bourgois, bien sûr, disparu il y a bientôt deux ans.

E-PaperWorld, c'est demain

Epaperworld

E-PaperWorld, les 1ères Assises Internationales du Livre Imprimé et du Livre Electronique, c'est à Montréal et ça commence demain. Tous les détails ici.
Des intervenants comme Jean-Michel Salaun (EBSI), Clément Laberge (DeMarque), Michael Dahan (Bookeen), Guillaume Monteux (Milibris), pour n'en citer que quelques-uns... Bravo à Eric Leray qui nous avait parlé de cette manifestation au printemps dernier à Paris. Toujours un train d'avance, les cousins d'Amérique! Espérons que nous aurons des enregistrements comme ceux du Cléo!

Web-marketing au service de la lecture

 Gerard philippeUne campagne web-marketing bien orchestrée pour un site JeLisFacile qui s'ouvre le 15 octobre prochain. Ce qui a manqué à l'Hyperlivre? Qu'est-ce qui se cache derrière, un nouveau JeLis.ca à la mode française? Un portail d'éditeurs? Un libraire comme Mollat, GibertJeune, Le Furet du Nord ou Virgin?  Sûrement autour de l'Iphone, c'est clair. J'ai du mal à penser que c'est la nouvelle campagne de Frédéric Mitterrand en faveur de la lecture publique comme celle organisée avec le concours de Gérard Philippe! En tous cas, les vidéos sont marrantes. A suivre... (via Presse-Citron).


L'Onyx Boox: plus de détails

Vidéo commerciale de l'Onyx Boox. La même simplicité et le design épuré que le Cybook Opus. Des petits lecteurs très simples et fonctionnels à des prix accessibles. C'est une philosophie très intéressante. La bonne me semble t-il, celle où s'exprime le mieux toutes les qualités du papier électronique: lisibilité, légèreté, mobilité, autonomie. Plus de détails sur Mobileread. A suivre absolument le blog, en attendant le Txtr (je vous remets une vidéo qui date du Cebit en mars dernier) qui surfe également sur le même concept. On devrait en savoir beaucoup plus sur ces lecteurs à la prochaine Foire de Frankfurt en octobre.

 

BookCamp2: les forges

Forge_2roues

Constance revient sur une autre intervention du BookCamp2, je vous l'ai dit il fallait se couper en quatre, celle de François Elie sur sa "forge". "Une forge est une association de développeurs en vue de créer une communauté d’utilisateurs autour d’un logiciel libre et ouvert. Firefox, Drupal, Lodel, Zotero sont montés à partir de forges." D'autres détails sur les Complexes.

L'efficacité des liseuses

Martine-apprend-recette-buzz

L'une des conférences que j'ai raté justement, "Blogueuses du Livre", en concurrence avec Feedbooks. Un bon compte-rendu sur LaFeuille toujours, avec les révélations "douches-froides" de Léo Scheer qui fait dans la "traite des blanches" version Audiard:

"Le réseau Chez les Filles nous a demandé 100 exemplaires de livres pour envoyer à des blogueuses, explique Léo Scheer, sans garantir de critiques positives sur les livres expédiés. Lui ont remis un rapport de synthèse détaillé. Cela nous a coûté 2000 euros… Pas convaincu par la pérennité de ce business, d’autant que les blogueuses n’ont pas envie de se faire « exploiter ». Mais Léo Scheer estime que son retour sur investissement est nul. La plupart des articles était bon, mais, cela n’a pas semblé avoir d’effet direct sur l’impact des ventes. Il est difficile de faire le rapport entre la vente et le buzz. Virginie Clayssen souligne tout de même combien c’est couteux en temps de repérer les blogs et faire les expéditions. C’est un service et une intendance. Un travail. Oui, répond Léo Scheer, aucune maison d’édition n’a un service de presse capable de faire cela, avec une telle segmentation et un tel ciblage. Certains le font mais encore au hasard. Babelio dispatche en fonction des goûts des lecteurs précise Abeline, car rien de pire que l’abandon d’un livre dans ce type de processus. Les blogueuses sont divisées sur ce rapport. Je vais au bout des livres qu’on m’envoie dit l’une. Pas moi, dit l’autre: la vie est trop courte, on a trop de choses à lire. Les critiques très agressives sur le net ont beaucoup d’impact, dit Léo Scheer. Se faire attaquer par  Stalker par exemple a un impact selon lui. Dire son plaisir à moins d’effet que d’être critique, d’autant que les journaux sont au final peut critiques. Difficile d’avoir une influence positive sur la lecture. Pour autant ne pas aimer ne veut pas forcément dire être agressif".


Les coulisses de la distribution numérique

Laiterie

J'avais préparé mes notes sur l'intervention de Xavier Cazin à propos d'Immatériel et de son exposé sur la distribution numérique, je laisse tomber, notre ami Hubert, rapide comme l'éclair, a déjà édité son billet, excellent de surcroit, tout est dit. Ce qui m'a le plus étonné, moi, c'est que les distributeurs se parlent. Je les croyaient à couteux tirés en train d'essayer d'attirer les chalands-éditeurs. Pas vous? Et bien pas du tout, il semblerait. La preuve, ces échanges de tuyaux entre deMarque et Immatériel, les discussions en cours avec Numilog (j'ai pas pu m'empêcher de ramener ma grignotte en fin d'intervention), d'autres aussi avec Eden...
L'interropérabilité des distributeurs numériques, ça alors... Un sujet de mémoire pour certains, notez-le! Si à force d'échanger tout, cela veux dire que l'on va retrouver tout partout? Non? De quoi mordre sur les plates-bandes, de manière intensive, de ceux qui ont une réelle légitimité à présenter toute l'offre, c'est-à-dire les libraires? Tous les distributeurs libraires, tous les diffuseurs libraires, nous voilà bien! On voit bien qu'il y a plus de candidats que pour vendre les briques de papier! Surtout avec un prix unique partout! Que vous l'achetiez en aval ou plus amont à la sortie de la laiterie "JJJoubert"! Je déraille où il ne s'agirait pas de petits arrangements entre amis en coulisses qu'il va falloir surveiller attentivement chez nos amis "vrais"libraires? Clément Laberge nous promet la plus grande transparence (voir dans les commentaires), c'est noté!

Google, le Seuil n'est pas franchi

Le Seuil (groupe La Martinière) était à la barre contre Google jeudi dernier au Tribunal de Grande Instance de Paris. 15 millions de dommages et intérêts et 100.000 euros par jour par infraction constatée, c'est ce qu'ils demandent. Le catalogue du Seuil risque de rapporter plus que depuis sa création! Choc des législations et chocs des cultures, c'est bien sur ces territoires qu'il va falloir s'entendre. "Alexandra Neri, avocate de Google, a contesté la compétence de la justice française au motif que la numérisation des livres, selon elle, a lieu aux Etats-Unis. Elle a ajouté que "ce que fait Google est absolument légal. Nous n'avons jamais nié que les Editions du Seuil détiennent les droits sur les oeuvres papier, mais elles n'ont jamais prouvé qu'elles avaient les droits sur les versions numériques de ces oeuvres." Cela va être très chaud... (via LeMonde). Lire aussi Affordance car Bruno Racine, président de la BNF est entré dans le débat.

PS: article du Figaro avec l'interview d'Hervé de La Martinière.


BookCamp2, c'est fini

Après-midi au BookCamp samedi, finalement j'en suis sorti avec un peu de regrets. Des plages de networking un peu trop grandes, une demi-heure me semble largement suffisant pour les échanges avec les intervenants entre les présentations. Du coup, pas assez de présentations, pour ma part, j'ai juste assisté à celles d'Hadrien (Feedbooks) et de Xavier (Immatériel), j'y reviendrais dans des billets ultérieurement. Les choix étaient difficiles à faire à chaque fois et il fallait pas se louper car il n'y avait pas redites! Bref, sentiment mitigé en fin de journée, même si je n'ai pas regretté mes choix, j'ai le sentiment d'être passé à côté d'autres choses et puis quand vous êtes provincial et que 18h est votre heure limite pour un samedi après-midi, il faut bien sauter dans son train... Quelques belles rencontres avec Leezam, Milibris, les Editions Diateino et plusieurs bloggeurs. J'ai vu aussi le BebookMini et le Sonyreader PRS-600. Pas de quoi sauter au plafond mais j'y reviendrais aussi bientôt. J'apprends aussi que Léo Scheer était dans le coin, beaucoup de regrets de l'avoir loupé! Encore bravo et merci Hubert, car une organisation pareille, c'est pas simple!