Previous month:
juin 2011
Next month:
août 2011

88 notes en juillet 2011

Penguin : 14% des ventes en numérique

Penguin Le célèbre petit pingouin n'est pas du tout frigorifié par le numérique. Le groupe Penguin vient de communiquer que ses ventes de livres numériques représentaient désormais 14% de ses ventes au niveau international. Plus même, sur le seul territoire américain. Il avait démarré son catalogue en format epub en septembre 2008. Près de 4000 titres sont désormais disponibles dans ce format. Le communiqué est ici (via TheDigitalReader).


Hachette main dans la main avec Google

Google-book-store-logo_1 Une nouvelle virginité pour Google avec les éditeurs en France? En tous cas, c'est bien un tournant. Alors que les procès sont toujours en cours avec plusieurs éditeurs soutenus par le SNE (Syndicat National de l'Edition), le premier groupe d'édition français fait bien bande à part. Il y a un problème? On se rappelle que l'on avait moyennement apprécié chez certains. Hachette profite des vacances pour officialiser. Le protocole d'accord signé à la fin de l'année dernière entre Hachette et Google pour la numérisation de titres du groupe a donc été confirmé hier par l'annonce de la signature officielle.

"Cet accord, qui fait suite au protocole signé en novembre 2010, porte sur "des milliers d'oeuvres régies par le droit d'auteur français et qui ne sont plus commercialement disponibles (...), ce qui est le cas de la grande majorité des oeuvres publiées à ce jour", souligne ce texte.

Ces oeuvres épuisées représentent environ 70% du fonds de Hachette Livre et des maisons d'édition qui font partie du groupe, soit 40 000 à 50 000 oeuvres. Il s'agit surtout de textes littéraires et d'ouvrages de référence, notamment ceux de Larousse. De nombreux livres universitaires sont aussi concernés.

Google "espère parvenir à des accords similaires avec d'autres éditeurs", affirme encore le communiqué. Le PDG de Hachette Livre, Arnaud Nourry, avait déjà affirmé en novembre que "les dispositions principales" de l'accord avaient "vocation à être étendues à tous les éditeurs français qui le souhaitent".

L'accord signé repose sur trois grands principes. D'abord, le contrôle de la numérisation des oeuvres: c'est l'éditeur français et lui seul qui détermine quelles sont les oeuvres épuisées exploitables en version numérique. Il présente aussi de nouvelles opportunités commerciales: les livres numérisés vont assurer "de nouveaux revenus à leurs auteurs et à leurs éditeurs", indique le communiqué. Hachette pourra aussi utiliser ces fichiers pour les exploiter en impression à la demande. L'éditeur entend ainsi faire profiter des institutions publiques, comme la Bibliothèque nationale, des oeuvres numérisées."

(via LeMonde).


Mondadori sur le Kindle

Mondadori A signaler un accord historique qui a été annoncé en Italie entre le groupe Mondadori et Amazon. C'est le premier éditeur de langues latines à annoncer un tel accord avec le libraire anglo-saxon. 2000 titres seront disponibles bientôt sur le Kindle et 8000 d'ici la fin de l'année prochaine. Après l'Allemagne, c'est l'Italie, l'Espagne et la France qui sont sur les rangs, l'ordre encore à déterminer! (via CorrieredellaSerra).


iRiver Story HD en détails

A découvrir le iRiver Story HD que certains décrivent abusivement comme le lecteur Google alors qu'il ne s'agit que d'un partenariat entre Google et la société qui développe ce lecteur. D'autres accords de ce type vont suivre, Google n'ayant pas vocation à se lier avec un lecteur particulier. Tous les détails sur Goodereader, résultats assez décevants avec une note de 4 seulement et un conseil si vous habitez hors des Etats-Unis: négligez pour l'instant.


Kobo vers l'HTML5

Kobo-150x150 Vous vous rappelez sans doute des récents développements de solutions de lecture en HTML5 qui viennent remplacer des applications particulièrement trop "encadrés" par Apple. Notamment celles du Financial Times, Play-Boy et d'autres. C'est maintenant Kobo qui annonce pour la fin de l'année une application de ce type. On ne peut que se réjouir de cette évolution vers des solutions qui s'affranchiront de tous les systèmes propriétaires. Vive le web! (via ReadWriteWeb).


Marché américain: le poche en question

Paperbacks On connait maintenant chiffres à l'appui aux Etats-Unis l'érosion importante que connait le secteur du poche (paperbacks) qui suit en général les versions cartonnées (hardbacks) de six mois à un an selon les cas. Le New York Times revient sur le sujet. Le problème est maintenant pour les éditeurs d'anticiper les sorties poche, concurrentes des livres numériques en terme de prix, en évitant au maximum d'engendrer de la frustration pour les lecteurs qui attendent le poche et qui se trouvent défavorisés par rapport à ceux qui optent pour la version numérique qui accompagne la sortie nouveauté en cartonné. Sans bien entendu concurrencer ces mêmes "hardcovers"! Vous me suivez? Bref un vrai casse-tête pour les éditeurs, le grand gagnant étant le livre numérique qui mord bien maintenant sur tous les secteurs.

«Les éditeurs disent qu'ils ont un nouveau sentiment d'urgence avec le livre de poche, puisque l'effort sur la sortie simultanée cartonné/numérique recueille maintenant l'essentiel de l'attention que le livre est susceptible de recevoir, en laissant le poche relativement loin derrière. Ils peuvent également prendre leurs repères d'Hollywood, où les studios de cinéma ont imposer  une constante réduction de l'écart entre la sortie des films en salles et de leur arrivée en DVD.

«Je cherche à en faire de plus en plus tôt», commente Jane von Mehren, éditrice de livres de poche chez Random House, «Nous pensons à cet acheteur de poche et nous voulons faire en sorte de le servir de notre mieux. L'idée que quelqu'un puisse attendre un an est une hypothèse que nous ne devrions plus faire. Nous cherchons donc à raccourcir la fenêtre.»

L'avenir du poche a été un sujet souvent débattu parmi les éditeurs qui ont longtemps considéré la sortie de la version poche comme un moment de réinvention, dans lequel ils peuvent prendre un livre qui était déjà sorti du marché, repenser sa mise en forme pour un public plus vaste.
«Nous pensons que notre travail d'éditeur de poche est de trouver la seconde vie pour le livre, pour apporter une dimension supplémentaire à l'audience pour le livre de poche», a déclaré Anne Messitte, l'éditeur du Vintage/ Anchor, un secteur de Random House. «Nous regardons chaque livre très attentivement afin de déterminer le meilleur moment pour sa publication en poche.»

Le cycle de vie complet d'édition s'est accéléré ces dernières années. Les "hardcovers" ont moins de temps pour faire leur preuve dans les librairies, car les détaillants ont tendance à les déplacer hors des étagères plus rapidement qu'auparavant. Les livres numériques ont en général des ventes plus fortes dans la période de sortie qu'après la date de publication mais ne connaissent pas de pic à nouveau quand le livre de poche sort, a déclaré Terry Adams, éditeur numérique/poche pour Little, Brown & Company.

M. Adams a publié le livre de poche de «Room», le roman d'Emma Donoghue, huit mois après la version cartonnée parce que les ventes avaient ralenti mais pas arrêté complètement. «L'élan était là et nous voulions capturer l'élan pour le poche», a t-il dit. «Pour les livres qui s'élèvent à un certain niveau de visibilité, vous voulez vraiment surfer sur la vague.»

Les livres numériques ont fait du prix un problème pour les éditeurs qui reconsidèrent le timing d'un livre de poche. Alors qu'il y a souvent un énorme fossé entre le coût d'une couverture cartonnée (disons, 25$) et sa version ebook (13$), les livres de poche et les livres numériques ont tendance à être assez près en terme de prix, laissant de nombreux éditeurs se demander si les acheteurs des versions numériques sont plus soucieux du coût réduit, que de la possibilité de lire immédiatement sans attendre la version poche.

«Je crois vraiment que les livres numériques font partie de la raison de cette tendance de se dépêcher pour faire le poche», a déclaré Carrie Kania, éditrice chez Harper Perennial. «Vous n'avez pas à attendre une version à bas prix de ce livre maintenant. Je pense que nous devons aller plus vite en général.»

Mais il y a encore beaucoup d'exceptions à l'avancement du poche. Plusieurs éditeurs déclarent que la fenêtre d'un an était encore la règle pour la plupart des livres. Et aussi longtemps qu'un livre se vend allègrement en cartonné, les éditeurs ont tendance à tenir au loin l'dition de poche. Le troisième livre de Stieg Larsson dans la série Millenium n'a pas encore été publié en livre de poche aux États-Unis, plus d'un an après sa sortie en cartonné. Il a été vendu à 2,5 millions d'exemplaires en cartonné et à 1,1 million en version numérique.

Leslie Gelbman, la présidente du secteur mass-market pour les livres de poche chez Penguin Group USA, a déclaré que l'édition cartonné de «The Help», un roman qui traîne sur la liste des best-sellers depuis 103 semaines, se vendait si bien que Penguin a attendu plus de deux ans avant de produire le livre de poche. «Quel est l'intérêt de sortir un livre de poche lorsque les ventes cartonnées sont si importantes?» dit-elle.

Les librairies eux-aussi soutiennent que les lecteurs aiment le poche.
«C'est certainement faire un consommateur heureux d'avoir le livre de poche disponible plus tôt», a déclaré Peter Aaron, le propriétaire de l'Elliott Bay Book Company, à Seattle, un magasin indépendant. «S'il y a une forme de livre imprimé qui va survivre, s'il n'y en avait qu'un seul, ce serait le trade paperback(poche)».


Hachette Parascolaire sur l'iPad

Apps A découvrir une nouvelle application sur l'iPhone et l'iPad des Editions Hachette Parascolaire: «Jeux pour lire avec Sami et Julie». Cette application se destine aux plus jeunes et leur donne la possibilité d’apprendre à lire tout en se familiarisant avec les nouvelles technologies.

"Forts du succès de nos apps d’apprentissage de l’alphabet avec «ABC rigolo Grandes lettres» et «J’apprends les petites lettres», avec «Jeux pour lire avec Sami et Julie» vous retrouverez une ambiance toujours aussi riche en couleurs et ludique, avec des petits jeux basés sur la méthode d’apprentissage de la lecture syllabique, préconisée en France.

La méthode «Sami et Julie» est une référence bien connue en matière d’apprentissage de la lecture. En effet, côté livres, nous vendons la méthode «J’apprends à lire avec Sami et Julie», qui est leader du marché Soutien Parascolaire en France tous niveaux confondus." Sur l'AppStore ici.


Immatériel avec les bibliothèques

Html5 A découvrir le billet aujourd'hui sur le blog de l'un des distributeurs les plus dynamiques sur le marché français, je veux parler d'Immatériel et cette fois-ci au travers d'une initiative en direction des bibliothèques. Plutôt que la gestion de DRM, il propose aux éditeurs une solution de lecture en ligne qui évite le téléchargement: "Immatériel a développé ces derniers mois un service qui permettra aux collectivités de composer une collection multi-éditeurs de livres numériques et d’en proposer l’accès sous la forme d’un simple site web. Les usagers, reconnus sur place ou à distance grâce à leur carte de bibliothèque, peuvent ainsi accéder en toute sécurité aux contenus choisis depuis tout appareil connecté à Internet.

Conscients des problèmes que poserait la perte de contrôle des fichiers sous-droit en cas de téléchargement, nous trouvons néanmoins peu pertinent de recourir à des systèmes de DRM. Une solution: un système de lecture en ligne assez satisfaisant pour que le téléchargement des fichiers ne soit pas nécessaire. Navigation au sein du bouquet et consultation des ouvrages se font ainsi de manière connectée, sur grands et petits écrans, fixes ou mobiles (ordinateur, smartphone, tablette, e-reader). Le principe de la lecture en ligne, qui en aval permet aux collectivités d’accéder à un suivi des ouvrages lus, est également un outil précieux pour la gestion des droits." Tous les détails ici. A suivre absolument tant la situation, malgré les grands discours, semble bien au point mort aujourd'hui.


Consumer Reports donne ses notes

NookLe magazine américain Consumer Reports donne dans son numéro à paraître en septembre son classement des livres électroniques sur le marché. "Le temps est révolu où le choix du meilleur lecteur se résumait pour vous à choisir entre l'iPad et le Kindle" affirme Paul Reynolds. Le Nook Color arrive en tête du classement des tablettes. Côté readers, tiercé gagnant Nook/Kindle/Kobo. Quel ordre? Il faudra attendre un peu. Confirmation également que le Nook de Barnes and Noble détrône le Kindle d'Amazon de son trône. Pour les détails, il faudra bien entendu acheter la revue (via PRNewsWire et Wtvm).


Apple : garde à vous!

Garde Les éditeurs d'applications avaient jusqu'à la fin du mois de juin pour se conformer aux nouvelles règles de l'AppStore concernant les ventes à l'intérieur d'applications. Allez, la récréation est finie. La pression est là. Kobo, Amazon sans doute bientôt, Googlebooks a même disparu de l'AppStore, on doit rentrer dans le rang. Plus de détails sur IGénération, Textes revient aussi sur le sujet.

PS: Amazon vient également d'enlever les liens vers l'achat sur le KindleStore (via TheDigitalReader).


Les seniors sur les tablettes

Seniors "Seniors et tablettes interactives", c'est le titre du Livre Blanc qui vient d'être publié et qui s’appuie sur une étude lancée par la Délégation aux Usages de l’Internet. Il a été réalisé conjointement par l’association d’entreprises innovantes Silicon Sentier et le Laboratoire des Usages en Technologies d’Informations Numériques (Lutin). Pendant 8 mois, entre juin 2010 et mars 2011, 30 seniors âgés de 63 à 89 ans, ont participé à cette étude. Il s’agissait de déterminer si les tablettes influent sur l’attitude des seniors vis-à-vis des services numériques, d’analyser leurs usages et d’évaluer les difficultés qu’ils ont pu rencontrer. Le document est ici (via Blogeee).


iRiver Story: premières vidéos

A découvrir sur TheEbookReader le nouveau modèle Iriver Story HD qui a annoncé récemment un partenariat avec Google. Il est disponible aux Etats-Unis dans les magasins Target au prix lui aussi de 139,99$, décidément le prix réference sur le marché. Personnellement, je me pose la question de savoir si le clavier n'est désormais pas un peu "has-been" aujourd'hui. Copier un Kindle alors qu'Amazon va passer à autre chose à la rentrée... Vous jugerez à travers cette excellente vidéo qui le met en comparaison avec le Kindle et le Nook. Si on rajoute le Kobo, il semble bien rester encore au pied du podium. Est-ce que Google changera quelque chose à l'affaire?


Harry Potter sera sur le Kindle

Harry-potter-5 La récente annonce du partenariat avec Google avait fait planer le doute. Posseseurs du Kindle, rassurez-vous, Harry Potter sera bien lisible sur votre lecteur favori. Bien évidemment, on voyait mal Harry Potter absent sur le leader du marché. Achetable sur Pottermore et lisible sur le Kindle. Cela pourrait aussi signifier le passage du format ePub sur le Kindle. Rappelons aussi que les livres seront exempts de DRM. Les pouvoirs du petit magicien sont décidément illimités! (via Teleread).


Penguin avec Worldreader

Screen-shot-2011-07-15-at-8.14.24-PM1 Je vous parle régulièrement de Worldreader, cette initiative qui rencontre un grand succès pour fournir des Kindle dans des écoles en Afrique. Un éditeur vient de dire oui pour participer activement au projet et pas un des moindres puisque c'est Penguin. L'annonce a été faite aujourd'hui sur le blog. Malheureusement pour des livres français et le développement de la francophonie, il faudra attendre encore longtemps...


K2PDF: optimiser les PDF

K2pdfopt_icon Merci à Korben qui a déniché un petit optimiseur pour convertir les fichiers PDF sur le Kindle. Fonctionne sur Windows ou Linux. Tous les détails ici. Les fichiers et la transformation qu'il donne en exemple sont particulièrement convaincants! A essayer d'urgence. Bien entendu le résultat obtenu est aussi un PDF, donc utilisable sur tous les autres lecteurs 6 pouces du marché. C'est K2PDFopt et c'est ici.