Previous month:
octobre 2015
Next month:
décembre 2015

28 notes en novembre 2015

COP21 : une liseuse pour 130 livres

NatureLa COP21 qui s'ouvre aujourd'hui à Paris. C'est le moment de s'interroger sur nos pratiques autour du livre numérique. Lire le billet sur Archimag.

"Vingt millions d'arbres (dont un sur cinq provient encore de forêts anciennes) sont abattus chaque année pour fabriquer les centaines de milliers de livres publiés. Mais selon l'InstitutCarbone4, la création d'un livre ne représenterait que 1,3 kg en équivalent Carbone, contre 135 kg pour un Ipad, et 168 kg pour une liseuse.

Selon ces chiffres, lire sur une liseuse deviendrait donc écologiquement intéressant à partir du 130ème livre lu. Mais quand on sait qu'un Français lit en moyenne 16 livres par an, il faudrait donc 8 ans avant que le ratio liseuse vs livre papier s'inverse. Pourtant, on ne garde généralement pas aussi longtemps un tel outil, en raison de ses pannes, et surtout de son obsolescence programmée destinée à nous faire renouveler régulièrement nos équipements électroniques. Le livre papier, lui, est quasiment inusable (si conservé dans de bonnes conditions, évidemment).

De plus, c'est du côté du recyclage que le fossé se creuse entre les deux supports de lecture: si les matières premières nécessaires à la fabrication des liseuses et tablettes (plastiques, matériaux chimiques, lithium des batteries, etc) peinent encore à être recyclées correctement, le recyclage des livres papier améliore encore leur impact environnemental. Selon l'Analyse de cycle de vie de Terre Vivante sur la fabrication des livres, une tonne tonne de papier recyclé permettrait en effet d'épargner 17 arbres et économiserait 40% d'eau et d'énergie."

L'interprétation du ratio indiqué me semble un peu faussée. 130 livres lus, les liseuses en moyenne achetées pour trois ans, 44 livres/an. Un chiffre qui n'est pas disproportionné par rapport aux gros lecteurs qui sont concernés par les liseuses. Acheter une liseuse pour ne lire que moins de deux livres par mois (1,33 en l'occurrence), sincèrement je ne vois pas trop l'intérêt. Estimez votre ratio, pour savoir si vous êtes un lecteur numérique "écologiquement responsable"!


Tea Ultra : test complet

100_0770La liseuse Tea Ultra est sortie il y a quelques semaines seulement et je suis ravi de vous la présenter en cette fin d'année. Je pense que beaucoup d'entre vous attendait la nouvelle version de cette liseuse avec impatience. Voici donc mon test de ce tout nouveau Tea Ultra. C'est bien entendu le modèle du fabricant PocketBook, customisé par la société française Tea qui implémente dessus une librairie française embarquée pour ses partenaires libraires (Decitre, Cultura, etc.). J'avais eu l'occasion de tester ce modèle Ultra dans sa première version l'année dernière. Tea complète ainsi sa gamme de liseuses avec un modèle haut de gamme qui vient accompagner le Tea TouchLux 3 que j'avais très convaincant en septembre dernier (mon test ici). Ce Tea Ultra, comme le TouchLux 3, possède le nouvel écran eInk Carta déjà présent sur tous les modèles qui sortent désormais au-delà des 100€ sur le marché, c'est devenu un standard désormais. Seuls les modèles d'entrée de gamme (Kindle, Kobo Touch, etc.) restent équipés d'un écran en eInk Pearl HD qui est tout de même très bon, faut-il le souligner. Ce nouveau modèle Ultra est disponible en un seul coloris gris sur la boutique française Maliseuse de PocketBook au prix de 169,94€. Il est aussi disponible chez les revendeurs français Decitre, Cultura, Chapitre, avec des prix encore plus intéressants en deçà des 150€. En digne modèle 6 pouces haut de gamme de la marque, ce Tea Ultra présente des caractéristiques très complètes que nous allons détailler ensemble. C'est parti pour un tour du propriétaire: 

Prise en main: packaging soigné avec une façade transparente qui met en valeur la liseuse. A l'intérieur de la boite, une housse de protection, un petit cable usb standard désormais classique. Deux petits documents soignés, garantie et prise en main rapide. Le Tea Ultra est fin et léger, très agréable comme sensation, 175g avec 7,9mm. Il est aussi plus compact que le Tea TouchLux 3 pour un même écran 6 pouces. Cette version 2 n'a pas changé par rapport au modèle de l'année dernière. Un très bel objet tout en rondeurs. Les plastiques mats sont d'excellentes qualités, peu sensibles aux traces de doigts. La finition est parfaite, une qualité qui rejoint les standards haut de gamme du marché de l'électronique. Les boutons en bas très réussis dans un plastique soft-touch, à la fois souples et réactifs. Menu, arrière, avant, accès aux fonctions. Ils sont noyés dans une seule masse et non plus individuels, l'évolution est réussie je trouve. Sur la tranche inférieure sont regroupées toutes les sorties avec un cache qui apparaît, c'est bien, très soigné. Dans l'ordre, prise audio/casque 3,5mm, sortie usb, carte micro SD et bouton allumage. Tous les fabricants ont abandonnés l'audio au fil des années. Une belle surprise de l'avoir sur ce modèle. A la fois pour écouter de la musique (fichiers MP3) mais aussi d'utiliser le text-to-speech. Rien d'autre sur les autres tranches. Au dessous, des boutons de chaque côté pages avant et arrière. En bas à gauche la caméra et le flash, c'est toujours l'innovation exclusive de ce modèle, nous y reviendrons. La petite LED d'activité est désormais sur le bouton marche/ arrêt, plus discrète. Le bouton allumage en bas est légèrement sortant. C'est mieux, le doigt peut-être utilisé et non plus seulement le bord de l'ongle. Des petits détails mais qui améliorent le confort d'utilisation. Seul bémol je trouve, Tea a choisi un logo bien peu discret sur la face avant. Autant sur la TouchLux3 il est noir sur noir, il est blanc sur noir ici, dommage. C'est vraiment un bel objet très agréable dans la main. L'impression de haut de gamme est incontestablement au rendez-vous. Comme je l'avais dit l'année dernière, j'aime beaucoup le design et la compacité du modèle.

Couverture intégrée: la bonne surprise de ce modèle, c'est bien évidemment qu'il est fourni avec une couverture intégrée. J'étais un peu sceptique quand j'avais vu l'annonce redoutant une housse assez cheap. Ce n'est pas le cas. Elle est en matière plastique avec des revêtements très agréables. Sensation tissée sur la face avant, sensation veloutée soft sur l'intérieur. Cette housse épouse parfaitement la liseuse puisqu'elle se colle magnétiquement sur la face arrière. Absolument génial. Elle a l'air résistante. Un logo très discret sur la face avant, pas de surépaisseur sur les cotés, la liseuse reste très compacte; avec sa housse on peut la glisser dans une poche de veste. Ce qui est très agréable aussi, c'est que l'on peut à volonté enlever et remettre la housse si on le souhaite suivant les moments et les usages. Pour les boutons au dos, ils sont eux aussi protégés avec deux petites encoches au dos de la housse. Parfaitement pensé. Le magnétisme est parfait, ni trop léger ni trop fort. On se dit, bon sang, pourquoi n'y a-t-on pas pensé avant. Pourquoi toutes les liseuses ne proposent-elles de telles housses ainsi conçues quand on voit certains "harnachements" bien peu pratiques. Cette couverture/ housse est vraiment un point extrêmement positif, qui renforce d'autant plus l'impression de qualité d'ensemble de ce Tea Ultra.

Allumage: l'évolution de ce modèle 6 pouces, c'est donc l'écran en eInk Carta, dernière génération chez eInk. Une résolution de 1024 x 758 pixels en 212 dpi. L'année dernière, ce type d'écran était inédit puisqu'Amazon avait bénéficié d'une exclusivité de près d'un an avec son Kindle Paperwhite. Depuis, Bookeen (Muse Frontlight), Kobo (Aura H2O et Glo HD) et Tea/ PocketBook (TouchLux 3) ont ouvert la voie tout au long de l'année avec ce type d'écran, avec tous un réel gain de contraste, dans les noirs et dans le fond de l'écran. Si l'année dernière je n'avais guère été convaincu plus que cela avec l'écran de l'Ultra, cette année avec les écrans des autres modèles, la comparaison est sans ambiguïté. Et ce Tea Ultra n'est malheureusement pas à la hauteur, c'est "la" très grosse déception. Si les noirs sont effectivement plus denses, le fond d'écran est bien terne par rapport à la concurrence. D'un gris/ blanc nous avons un gris qui tire vers un jaune bien peu flatteur. Je m'attendais à un fond d'écran équivalent à celui du TouchLux 3, nous sommes loin du compte. Vous verrez en bas de l'article les photos comparatives que j'ai faite avec le Tea TouchLux 3, le Kobo Aura H2O, même le PocketBook Sense qui dispose lui d'un écran en eInk Pearl HD. Les images parlent d'elles-mêmes.

Bien évidemment, au quotidien à l'utilisation vous n'aurez pas constamment des écrans concurrents devant vous. Encore plus si vous n'avez pas eu d'autre liseuse avant. Malgré cela, si vous aviez des modèles précédents de très bonne facture (je pense aussi au Sony PRS-T3 par exemple) la frustration sera d'autant plus grande de ne pas disposer d'un écran à la hauteur du standard d'aujourd'hui. Comment expliquer cette situation? Des séries d'écrans inégales de chez eInk? Un traitement particulier chez PocketBook? Les dalles au-dessus? Comment peut-on justifier une telle disparité entre la TouchLux 3 et l'Ultra? Vous le savez peut-être si vous me lisez depuis longtemps, je suis très exigeant sur la qualité des écrans, considérant que l'écran est à mon avis pour 60% de la qualité d'une liseuse. Je suis peut-être trop pinailleur sur le sujet mais je dois être dans le vrai car au fil des années, le contraste s'est amélioré considérablement, il est même devenu un argument marketing repris par toutes les marques. La course à la définition, personnellement guère convaincu au-delà de 200 dpi, n'apporte rien. La course au contraste, oui bien sûr, il est primordial dans le confort de lecture. Dire que l'eInk Carta change tout, je dirais absolument non pour ce Tea Ultra. C'est même pire, j'ai l'impression de reprendre un modèle de générations précédentes, vintage et vieillot aujourd'hui. Après le sans-faute de la liseuse/ couverture, c'est la douche froide pour l'écran. J'ai déjà observé dans certains commentaires les mêmes remarques que les miennes. L'exemplaire que j'ai entre les mains ne semble pas différent des autres. Je vais être attentif à vos commentaires, je relaierais bien sûr les observations que je trouverais dans les semaines ou les mois à venir.

[voir MAJ en bas du test].

Lumière intégrée: une fonctionnalité plébiscitée par tous désormais. Même si j'ai toujours tendance à la relativiser en préférant une bonne lampe de chevet le soir, force est de constater que c'est désormais un argument incontournable. Sur ce Tea Ultra, l'éclairage intégré est correct mais reste décevant par rapport à celui de l'excellent TouchLux 3 de la rentrée. Les diodes ne sont plus du tout visibles même dans la partie inférieure. Les halos sont inexistants, la technologie ne cesse de progresser. Nous n'avons pas de sensation de coloration particulière de l'écran (jaune, rose, bleu). C'est heureusement un bon signe pour améliorer le contraste décevant de l'écran. Je vous invite à l'utiliser constamment en lumière du jour à une intensité à 50%. Par contre l'autonomie de la liseuse sera moindre. Ce qui est décevant par rapport au TouchLux 3, c'est l'intensité, bien trop limitée sur l'Ultra. Comme avec l'ancien Ultra, PocketBook a fait le choix sur ce modèle de modérer l'intensité de l'éclairage, c'est très net. Au final, nous avons une amélioration du contraste en lumière du jour mais un écran qui reste très terne et jaune pour le soir. "Vieillot", c'est le mot qui revient souvent pour toutes les personnes que j'ai pu interroger autour de moi. Gris jaune, c'est toujours gris jaune. Si vous venez d'un modèle précédent avec une intensité forte et que vous l'appréciez, ce sera une frustration là-aussi de ne pas disposer d'une puissance plus forte.

Navigation: ce Tea Ultra dispose comme tous les autres modèles d'une interface complètement revue depuis un an. Elle est absolument excellente, les écrans de navigation sont très réussis. On quitte enfin les fonctionnalités rébarbatives en cascade pour de vrais écrans très visuels. Tea/ PocketBook proposent toujours beaucoup de paramétrages possibles. On navigue dans sa bibliothèque et dans les différents réglages très aisément. Côté lecture, le tactile est très bon, un processeur rapide d'1GHz qui apporte de la réactivité. J'ai noté un gain très net dans la rapidité du changement des pages sur ce modèle, bravo. A noter les 4GB installé que l'on peut augmenter avec une carte micro SD à embarquer. Un point très appréciable quand on voit que les autres fabricants abandonnent progressivement les cartes. Autre excellente fonction, c'est l'agrandissement de la page avec les deux doigts qui s'écartent (pinch and zoom), un mouvement que nous connaissons tous sur smartphones et tablettes. On le préférera finalement au réglage possible par le menu. Très intuitif et pratique. Les caractères s'agrandissent à volonté avant-arrière, avec un vrai reformatage du texte à l'écran, très pratique. Navigation rapide aussi en bas, dix pages par dix pages si on laisse les touches appuyées. En appuyant au milieu de l'écran, on accède à des fonctionnalités complètes, paramètres, pivotement, notes, dictionnaire. Ce Tea Ultra, comme les autres, propose un très complet choix sous le lecteur Adobe Viewer. Vous pourrez également opter pour le lecteur FB Reader embarqué lui aussi. Choix à l'ouverture des livres. Personnellement très satisfait d'Adobe Viewer, gestion fine de l'interlignage, des marges, des césures. Toujours le regret que ne soit pas embarqué des polices sympas comme CharisSIL, Caecilia, Amasis, etc. qui me semblent indispensables, plébiscités par les lecteurs. Il faudra absolument les embarquer vous-mêmes, c'est très simple. D'autres liseuses du marché ont des choix de polices plus limités mais finalement plus efficaces. Toujours autant de polices inadaptées selon moi chez PocketBook, à quoi bon. On s'empressera d'embarquer les polices que l'on juge indispensables dans le dossier à côté du dossier Adobe. Elles seront heureusement prises en compte.

Pour les notes, tout à l'index, on peut "stabiloter" en gris très rapidement des passages entiers pour les mettre en valeur, rayer, surliguer finement des mots avec l'index, gommer. On ne pourra pas écrire, pas avec l'index comme avec un stylet. Pas de possibilité d'écriture mais très suffisant pour un usage accessoire. Côtés réglages, Tea/ PocketBook proposent toujours d'aller aussi loin que possible, gestion du flash noir, programmation des touches, choix des logos de démarrage, paramétrages des touches, etc. Il faudra longtemps pour épuiser le tour du propriétaire. On peut vraiment personnaliser au mieux sa liseuse, des possibilités qui se font encore attendre chez d'autres, il faut bien le dire. Navigation et paramétrages excellents à l'arrivée, toujours la grande force de PocketBook. Déception côté dictionnaire français toujours, qui n'est pas embarqué. Un dictionnaire français moderne s'impose, jusqu'à quand faudra-t-il le répéter... Un mot sur les boutons au dos. Très pratiques si on veut lire d'une seule main, encore que les boutons en bas sont là. J'avoue toujours que dans la durée et dans l'utilisation, je reste très sceptique sur leur présence au fil des jours. En plus, la sensation des clics n'incitent pas à s'en servir vraiment, entre le tactile et les boutons en bas, cela suffit bien. Sincèrement, s'ils disparaissent je ne les regretterais pas. Je l'avais dit déjà, je persiste à le penser.

On retrouvera aussi l'environnement riche avec des petits jeux embarqués sudoku, échecs, solitaire, calculette, etc. Comme je le disais en introduction, la très bonne surprise c'est l'audio sur ce modèle haut de gamme avec la prise casque. Le text-to-speech français est très impressionnant de qualité. Chapeau. A signaler le développement des fonctions sociales ReadRate qui permettent à tout moment de sa lecture de partager des commentaires sur les réseaux sociaux. Wifi bien sûr, le navigateur web, même si c'est toujours d'un intérêt limité sur les liseuses. PocketNews qui permet de synchroniser des flux RSS et l'accès direct à une boite Dropbox que l'on pourra paramétrer -très utile pour accéder à sa bibliothèque dans le cloud-. L'accès wifi est très bon. On peut accéder à Google, à ses mails, importer ses comptes Twitter et Facebook facilement.

L'option importante sur ce modèle c'est toujours la caméra embarquée de 5MPx à l'arrière en bas. Un éclairage flash est aussi disposé à côté. On peut donc prendre des photos et les sauvegarder dans une galerie, ainsi personnaliser à souhait ses écrans de veille et d'arrêt. Sympa, même si je dois dire que cela reste un peu gadget. Le placement aussi de la caméra serait bien meilleur dans la partie supérieure. J'ai essayé également de scanner des textes mais pas encore de possibilité pour passer un OCR embarqué et les sauvegarder en mode texte. Cela devrait venir dans les prochaines mises à jour, souhaitons-le. Bref, sans cela, je reste toujours aussi sceptique pour l'instant, on va suivre l'évolution, je vous en reparlerais si cela avance du côté des mises à jours.

La nouveauté sur ce Tea Ultra, c'est bien entendu l'excellente librairie embarquée conçue par Tea pour ses libraires partenaires. La navigation, les sélections sont excellentes. C'est évidemment la même que l'on retrouve chez toutes les liseuses de la marque. Un aspect important par rapport à Kobo c'est le respect de l'intégrité des ePubs conçus par les éditeurs sans surcouche ajoutée dans le format. Un aspect important si vous voulez acheter des livres vers d'autres libraires indépendants selon vos envies. A signaler également un autre élément, tous les livres achetés sur les liseuses Tea ne sont plus gérés avec la DRM Adobe mais avec Care, la DRM light de Tea.

Verdict: Au final, c'est un sentiment bien mitigé qui se dégage pour ce modèle Tea Ultra, haut de gamme de la marque. S'il est remarquable dans la finition générale et la couverture intégrée, l'écran actuel le condamne à mon sens par rapport aux autres modèles du marché. C'est d'autant plus incompréhensible quand on voit l'excellent Tea TouchLux 3. Sur ce Tea Ultra, l'éclairage intégré est indispensable selon moi et encore, avec les réserves que j'ai indiqué plus haut en terme d'intensité. D'une liseuse qui aurait sans doute été pas loin d'écraser complètement la concurrence en cette fin d'année sous la barre des 150€ avec sa couverture et sa finition, elle se retrouve malheureusement à mon sens hors des limites d'un standard actuel apporté par l'eInk Carta, avec son écran "jauni" qui en décevront beaucoup. Peut-être pas de primos lecteurs numériques, mais sûrement des lecteurs exigeants pour des modèles évolués dans une gamme de prix supérieure. Espérons que les séries de fabrication seront revues l'année prochaine, ce Tea Ultra mérite un écran "nec plus ultra", le même que le TouchLux 3. Ce n'est finalement pas demander autant que cela, non?

Les plus:

  • fin, léger, compact, design très réussi
  • boutons intégrés dans la masse en bas
  • cache sur la tranche inférieure, soigné
  • plastiques mats de qualité, finition parfaite
  • qualité de la couverture aimantée, pose et dépose à volonté
  • qualité de l'éclairage intégré sans halos
  • excellente ergonomie et navigation, qualité du tactile avec processeur rapide
  • prise en main d'une seule main agréable avec les boutons latéraux au dos
  • flash noir débrayable, ajouts de polices possibles
  • très grande ouverture, formats supportés et nombreux réglages possibles
  • gestion améliorée et très complète d'Adobe Viewer, ouverture sur FBReader
  • environnement élargi, applications, jeux, etc.
  • accès extérieurs sur les réseaux très complets
  • connexion directe avec Dropbox, très pratique
  • nombreux dictionnaires embarqués
  • fonctions lecture sociale avec ReadRate
  • audio qui est présent avec text-to-speech d'excellente qualité en français
  • mises à jours fréquentes par Tea en collaboration avec PocketBook
  • présence d'un emplacement pour la carte micro SD
  • librairie française intégrée très complète conçue par Tea
  • rapport qualité/ prix avec la couverture

Les moins:

  • écran eInk Carta dans une qualité en deçà d'autres modèles de la concurrence, manque de contraste du fond, terne, aspect gris jaune
  • éclairage intégré trop limité en intensité, les inconditionnels de cette fonctionnalité seront déçus
  • quelques polices "efficaces" comme Caecilia ou CharisSIL manquent cruellement, je vous conseille de les ajouter rapidement
  • pas de dictionnaire français-français moderne
  • logo peu discret sur la face avant
  • boutons au dos pas forcément convaincants dans la durée
  • caméra au dos, intérêt très limité pour l'instant, un software qui n'est pas encore abouti

PS: MAJ 30/11/15

Suite à mon test, j'ai obtenu des explications concernant l'écran de ce modèle. PocketBook a fait le choix de procéder à un traitement particulier de la dalle sur ce Tea Ultra pour en améliorer les performances. A la fois sur la résistance améliorée (le bris revenant de manière récurrente en terme de SAV sur les liseuses), l'anti-reflet pour une meilleure lecture en extérieur et le soyeux du revêtement de l'écran au toucher. Cette triple action se fait malheureusement au détriment du contraste par rapport à des dalles sans traitements, un choix que le fabricant assume complètement. J'espère que ces traitements, intéressants en terme d'innovation, évolueront rapidement sans perte de contraste. A suivre donc, pour l'instant à chacun de juger suivant ses priorités; une visite en magasin s'impose pour une prise en main.

Je remercie l'équipe de Tea pour ce test. En plus des habituelles photos, j'ai ajouté des photos comparatives de l'écran avec Tea TouchLux 3, Kobo Aura H2O et PocketBook Sense. Vous pouvez les agrandir à volonté en cliquant dessus.

Comme d'habitude, vous pourrez retrouver l'ensemble de mes tests ici, ainsi que sur la page Pinterest.

100_0765 100_0766 100_0767

 

 

 

 

 

 

 

 

100_0768 100_0774 100_0771

 

 

 

 

 

 

 

 

 

100_0772 100_0773

 

 

 

 

 

 

 

 

100_0793 100_0794

 

 

 

 

 

 

 

100_0795 100_0796


Les Editions des Femmes : des versions numériques avec DRM

Edition-des-femmesLes Editions des Femmes ouvrent leur catalogue numérique avec le Dictionnaire universel des créatrices, publié en trois volumes dans la version imprimée, chez tous les libraires en distribution Eden-Livres. Prix à 99€ contre 165€ pour le papier. Que de regrets de voir un tel ouvrage universel avec des DRM. Les Editions des Femmes devraient plus que jamais être de ce combat-là...


Prix littéraires : des versions numériques à oublier

Prix_litterairesConversations autour de moi sur les livres numériques. Toutes unanimes à propos des prix littéraires. Ils font l'objet comme toujours de repères dans les achats mais sont tout simplement inachetables au format numérique avec des prix absolument prohibitifs. Ils appartiennent tous à des groupes d'éditions qui pratiquent des baisses de prix très décevantes. Que l'on juge seulement. Sur les 8 prix littéraires de livres français, 1 titre à 16,99€ (Flore), 2 titres à 15,99€ (Goncourt et Interallié), 3 titres à 14,99€ (Renaudot, Fémina et Académie Française), 2 titres à 13,99€ (Académie Française et Médicis). Aucun intérêt, un vrai repoussoir. Personnellement, à proscrire absolument. Si vous êtes parisiens, c'est le moment de foncer dans vos bibliothèques récupérer un code et accéder gratuitement à la Bibliothèque Numérique de Paris, ils y sont presque tous. Pour les autres malheureusement, une offre légale toujours en complète inadéquation.


Pépite numérique 2015 pour l'application Spot

MontreuilAvant l'ouverture du Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil la semaine prochaine, les habituelles Pépites ont été décernées. La Pépite numérique 2015 est décernée à une application américaine, Spot de David Wiesner chez Houghton Mifflin Harcourt. Disponible sur IOS d'Apple uniquement. A relire la critique de DeclicKids en février dernier. 


Forum de Tokyo : deuxième édition

Forum tokyoLe Forum de Tokyo se déroulait hier pour sa deuxième édition à Paris. A l'initiative de l'AFDEL (L’Association Française des Éditeurs de Logiciels et Solutions Internet), qui a pour vocation de rassembler les éditeurs autour d’un esprit de communauté et d’être le porte-parole de l’industrie du numérique en France. L’AFDEL compte aujourd’hui 400 membres dans toute la France: grands groupes de dimension internationale dont les premiers français (60% du Top 100 France en CA), PME et Start up. Une journée pour explorer création et numérique. Des industries culturelles qui se repensent à l'heure du numérique. Vous pouvez revoir l'enregistrement en streaming sur le site. Un livre-blanc à télécharger ici pour archives.


Bibliothèque Numérique de Paris : à vos commentaires

ParisDéjà plus de 2.000 titres disponibles à la Bibliothèque Numérique de Paris ouverte en octobre dernier. Vous avez le droit de télécharger gratuitement trois titres par mois. Beaucoup de non-parisiens se demandent s'ils peuvent accéder à cette offre. L'un de mes lecteurs a laissé ce commentaire: "Il suffit de se rendre dans une des bibliothèques parisiennes avec une pièce d'identité et remplir le formulaire soit sur place soit en l'ayant téléchargé sur le site. Chaque date anniversaire il faudra se rendre dans une bibliothèque pour renouveler sa carte. Je ne suis pas parisien et je me suis inscris sans problème. Seul l'emprunt de CD et DVD est payant, les livres physiques ou numériques sont gratuits pour 21 jours. La bibliothèque numérique fonctionne très bien, seule la recherche en "fouinant" est un peu fastidieuse." En ce qui me concerne j'ai déjà consommé mes trois livres mensuels de novembre, tout marche très bien. Ravi d'avoir vos propres commentaires.


Ils font tourner Paris : les bibliothèques par mairiedeparis


Kit@Lire : une bibliothèque numérique nomade

Kitlire_rvb_430pxUne belle initiative du côté du Centre du Livre et de la Lecture de Poitou-Charentes, c'est Kit@lire. Il s'agit d'une bibliothèque numérique nomade intégrant ordinateurs, liseuses, iPads, ainsi que des ressources numériques (textes, musique, vidéos) et des ouvrages imprimés. Facilement transportable grâce à un système de caissons sur roulettes, Kit@lire peut être déployé en intérieur comme en extérieur. Si vous êtes bibliothécaire, enseignant, animateur, éditeur, libraire, organisateur de manifestation littéraire, éducateur, formateur dans la région, le CLL met à disposition gratuitement Kit@lire pour vos projets de développement de la lecture. Tous les détails sur le site dédié. Espérons que cette expérience de médiation se généralisera dans d'autres régions.


Nook Glowlight Plus : une présentation complète

NookPlusieurs vidéos sur le nouveau Nook Glowlight Plus de Barnes and Noble sont apparues depuis quelques semaines. Comme d'habitude sur GoodeReader, la plus intéressante sur TheeBookReader. Ce modèle est disponible uniquement sur le marché américain. A signaler un élément important si vous voulez vous le procurer aux Etats-Unis lors d'un voyage, sachez qu'il ne supporte plus la DRM Adobe, pas de possibilité de récupérer des livres de cette façon en France, à lire ici.  


Cartes à Lire : deux nominations pour les Pépites

LapinbricoleurA signaler que Carte à Lire possède deux ouvrages de son catalogue qui sont en sélection finale pour les Pépites de la création numérique du Salon du Livre et de la presse jeunesse de Montreuil. "Et si la Nuit" et "Le Lapin bricoleur". Rendez-vous le 24 novembre prochain pour les résultats. Un cadeau original, de très jolies cartes à offrir pour les fêtes!


Paris...

ParisÔ Paris, ville ouverte
Ainsi qu'une blessure,
Que n'es-tu devenue
De la campagne verte.

Te voilà regardée
Par des yeux ennemis,
De nouvelles oreilles
Écoutent nos vieux bruits.

La Seine est surveillée
Comme du haut d'un puits
Et ses eaux jour et nuit
Coulent emprisonnées.

Tous les siècles français
Si bien pris dans la pierre
Vont-ils pas nous quitter
Dans leur grande colère ?

L'ombre est lourde de têtes
D'un pays étranger.
Voulant rester secrète
Au milieu du danger

S'éteint quelque merveille
Qui préfère mourir
Pour ne pas nous trahir
En demeurant pareille.

PARIS, Jules SUPERVIELLE (1884-1960)


Amazon ouvre des boutiques Kindle à Paris

KindleAmazon a choisi d'exposer et de vendre ses Kindle dans deux points de vente à Paris, au centre commercial Les 4 temps à La Défense et à celui de Parly 2 près de Versailles. Il s’agit de kiosques éphémères, installés pour la période des fêtes. Pas de livres, les clients ne trouveront que les trois Kindle de la gamme vendus en France (via Livres-Hebdo).


PNB: l'offre Hachette annoncée en fin d'année

PnbOn attendait une annonce officielle sur l'arrivée de nouveaux éditeurs dans le programme PNB (Prêt Numérique en Bibliothèque), c'est chose faite aujourd'hui. C'est évidemment le catalogue des titres du groupe Hachette (1er groupe français) qui retient toute l'attention mais cela va bien au-delà.

La société Dilicom donne le communiqué suivant aujourd'hui:

Le dispositif «Prêt numérique en bibliothèque» (PNB), opéré par Dilicom, s’ouvre à des catalogues de livres numériques diffusés par Numilog, Iznéo, Immatériel et FeniXX.  Ces offres, d’ores et déjà proposées à quelques librairies et bibliothèques pilotes, seront rendues accessibles à de nouvelles librairies et bibliothèques partenaires de PNB à partir du 30 novembre 2015.  Plusieurs milliers de livres viennent ainsi s’ajouter à ceux des diffuseurs s’appuyant sur Eden Livres pour le prêt numérique en bibliothèque.
Par cet apport, les offres numériques disponibles dans PNB pour la lecture publique dépassent 60.000 titres. D'autres catalogues numériques seront intégrés au début de l'année 2016.

Les nouveaux éditeurs diffusés par Numilog, Iznéo, Immatériel et FeniXX:

ADBS, Albin Michel, Archipel, Archipoche, Armand Colin, Bamboo, Bamboo Jeunesse, Digital  Books, Brage, Bragelonne, Bragelonne Classic, Calmann-Lévy, Castelmore, Champ social Editions, City Edition, Contre-dires, Culture commune, Dalloz, Dargaud, Déclics, Didier, Didier Jeunesse, Dunod, Dupuis, Ecriture, EDICEF, Ediscience, Editions 1, Éditions Chronique, Editions de Fallois, Editions des Deux Terres, Éditions des îlots de résistance, Editions d'Organisation, Éditions du Riez, Éditions EMS, Editions Eyrolles, Editions Hatier International, Editions Milan, Editions Sedes, Éditions Sharon Kena, Éditions Textes Gais, Editions Toucan, Editions VM, Éditions Zinedi, Exécuteur, Exergue, Fayard, Fayard/Hachette Littérature, Fayard/Mazarine, Fayard/Mille et une nuits, Fayard/Pauvert, Fayard/Pluriel, Filipacchi, Foucher, Gérard de Villiers SAS, Glénat Livres, Grasset, Grasset Jeunesse, Griffe d'Encre, Guy Trédaniel, Hachette Black Moon, Hachette Éducation, Hachette Éducation, Hachette Français Langue Etrangère, Hachette Jeunesse, Hachette Littératures, Hachette Pratique, Hachette Romans, Hachette Tourisme, Harlequin, Hatier, Hatier référence & pratique, HQN, Ideo, InterEditions, Ixelles Editions, JC Lattès, Jean-Luc Petit Editions, Josette Lyon, Kennes Editions, La Bourdonnaye, La Croix, Larousse, L'Artilleur, Le Courrier du Livre, Le Livre de Poche, Le Masque, L'Empire de l'Ame, L'Equipe, Les Éditions Noir sur Blanc, Libretto, Librid, Livre de Poche Jeunesse, Livre Mer, Lombard, MA Editions, Marabout, Maxima, Micro Application, Microsoft Press, Milady, Milady Romance, Milady Romantica, Ming Books, Mosaic, Mount Silver, Numeriklivres, On lit éditions, Orbit, Panini, Petit Futé, Phébus, Pika, Play Bac, Préludes, Presses du Châtelet, Publie.net, Quae, Rageot Editeur, Renaissance du livre, République des Lettres, Rue Fromentin, Sirey, Stock, Talent Sport, Terra Nova, Tiers Livre Éditeur, Véga, Voy'el, Walrus.


BNF : Anthologies singulières de livres numériques

AnthologiesBNF-Partenariats, la filiale de la Bibliothèque nationale de France, édite "Anthologies singulières., À l’usage des lecteurs d’aujourd’hui", un coffret incluant un livret de présentation de 100 livres du XIXème siècle à télécharger et des reproductions issues des collections iconographiques de la BNF.
"Ces 100 livres, romans devenus classiques ou restés populaires, traités philosophiques, caricatures, chroniques, manuels techniques ou récits de voyage, sont regroupés en 10 anthologies thématiques qui sont autant d’invitations à explorer et redécouvrir un 19e siècle foisonnant et souvent visionnaire."

Le coffret se présente sous la forme d'un boitier rigide au format A5 comprenant:
un livret de 112 pages
• 10 reproductions sur papier cartonné
• un mode d’emploi avec un code d’accès personnel pour lire et télécharger 100 ebooks sur bnfcollectionebooks.com
Les ebooks sont disponibles aux formats epub ou mobi, qui permettent le redimensionnement de la police, sans DRM (verrou numérique)
A lire sur un écran d’ordinateur, une liseuse, une tablette ou un téléphone portable.
Prix à 35€, le détail des thématiques ici.
Editeur: BnF- Partenariats, disponible en librairie le 12 novembre 2015.

On regrettera que des mises en valeur du domaine public se font uniquement de cette manière du côté de la Bibliothèque Nationale de France. Il n'y a strictement aucune valorisation du catalogue des ePubs sur Gallica, plus de 3100 titres à ce jour. Je vous invite d'ailleurs seulement à les chercher...


Romain Rolland : Jean-Christophe en version numérique

RollandEn cette journée du 11 novembre et pour honorer la mémoire de Romain Rolland, farouche adversaire de la guerre, je vous propose une version numérique de Jean-Christophe, publié en 10 volumes entre 1904 et 1912. Rappelons que toute l'oeuvre de Romain Rolland est désormais dans le domaine public depuis cette année et que l'auteur avait reçu le Prix Nobel de Littérature il y a tout juste cent ans en 1915. Pour la réalisation de cette version complète en un seul fichier, j'ai utilisé comme base la numérisation réalisée par le site Ebooks Libres et Gratuits.

Cette version ePub est à télécharger ici. A partager librement dans vos bibliothèques. Bonne lecture.


Duetto Marguerite Duras proposé gratuitement

DuettoDans le cadre d’une opération spéciale menée avec les principales librairies, l'éditeur numérique Nouvelles Lectures propose un Duetto Marguerite Duras de Patrick Grainville à télécharger gratuitement du 6 au 13 novembre. Ce sera ensuite du 13 au 19 novembre un Duetto San-Antonio écrit par Hubert Prolongeau. De Duras à San-Antonio, quand des écrivains racontent des écrivains...


Rentrée littéraire 2015 : les prix Aldus

2015Fin de cette semaine tant attendue des prix littéraires. Sur les 15 titres coups de coeur que j'avais sélectionné les 11 septembre, 11 octobre et 30 octobre, l'un a obtenu le Prix Goncourt, un autre le Prix du roman Fnac, un autre encore le Médicis Etranger hier, pas mal, non? Cela a été dur de départager mes propres coups de coeur mais comme promis je vous donne aujourd'hui les trois romans que j'ai préféré dans cette rentrée littéraire 2015. Un choix personnel et subjectif que j'assume. J'espère que je vous aurais donné l'envie de les découvrir. Bonnes lectures!

Prix Aldus 2015 du roman français: "Pirates" de Fabrice Loi chez Gallimard

Prix Aldus 2015 du roman étranger: "La Déchirure de l'eau" de John Lynch au Castor Astral

Prix Aldus 2015 du polar/ thriller: "Les Assassins" de R.J. Ellory chez Sonatine

Pirates Déchirure Assasins


Bibliothèque numérique de Paris : les prix littéraires déjà là

PrixlittérairesLes prix littéraires tout juste annoncés cette semaine qu'ils apparaissent déjà dans la bibliothèque numérique des bibliothèques de la Ville de Paris. Actes-Sud, Gallimard, POL, L'Olivier, Seuil. Seuls manquent à l'appel les titres du groupe Hachette, chez Lattès pour le Prix Renaudot, chez Stock pour le Prix Fémina.


Ecole Johanne Sutton : une bibliothèque numérique au Mali

MaliA l’initiative de la famille de Johanne Sutton, une journaliste de RFI assassinée en 2001 en Afghanistan, un projet pédagogique verra le jour dans le village de Tienfala au Mali le 11 novembre prochain.
Son objectif est de soutenir la démarche de l’Ecole Johanne Sutton (lien facebook) en permettant l’accès à la culture des jeunes de 3 à 13 ans. La bibliothèque sera installée au sein de l’Ecole, mais sera accessible à l’ensemble des écoles du village.
"Plus de 500 ouvrages imprimés sur papier et numériques ont été réunis: livres d’auteurs classiques, livres pour la jeunesse de 3 à 13 ans seront mis à la disposition des élèves. Ils ont été réunis par Elizabeth Sutton qui a su convaincre trois éditeurs français de s’impliquer dans l’aventure. Ils seront acheminés grâce à l’Ambassade du Mali en France qui approuve cette initiative. Elle pourrait se développer dans d’autres écoles maliennes." Plus de détails sur le site IDBoox, d'Elizabeth Sutton, la soeur de Johanne.


Feedbooks pour les bibliothèques

FeedbooksA découvrir le site que la librairie Feedbooks a ouvert à destination des professionnels des bibliothèques. Vous saurez tout sur le dispositif PNB sur ce site pret-numerique.fr. Feedbooks a déjà une dizaine de bibliothèques partenaires. Le catalogue complet des offres pour les bibliothèques (près de 20.000 titres français, 39.000 titres anglais) est consultable à cette adresse.


Canada : Kobo Mini is back

KoboUne annonce intéressante du côté de chez Kobo puisqu'ils proposent cette semaine une série limitée du Kobo Mini en version 2 avec un écran eInk Pearl à 49,99$. Cette offre est valable du 3 au 7 novembre, uniquement au Canada. Personnellement j'étais un grand fan de ce modèle au format 5 pouces, excessivement pratique en mobilité. J'espère que cette offre rencontrera le succès et que Kobo la renouvellera dans d'autres pays. A suivre... (via GoodeReader).