Michel Tournier dans la Pléiade
BookTubers, BookTubeuses : 39 chaines recencées

Marcel Proust dans le domaine public

ProustMarcel Proust sous les feux de l'actualité et des médias ce mois-ci avec la découverte d'une séquence filmée. C'est suffisamment rare pour rappeler que l'oeuvre de Marcel Proust est dans le domaine public depuis 1987, cela fait tout juste 30 ans cette année. Les éditions imprimées actuellement disponibles sont au nombre de neuf (dont quatre émanent du même éditeur, Gallimard), à la fois différentes et complémentaires [Voir une excellente synthèse des éditions depuis cette date, ici, trois versions supplémentaires chez Gallimard/Quarto, Omnibus et Delcourt depuis]. Un billet à jour sur Wikipédia.

L'oeuvre de Marcel Proust est dans le domaine public, donc librement accessible dans ses versions numériques. C'est justement le moment de faire un petit point sur la question car on trouve de tout. Il y a bien sûr les éditions de références chez Gallimard qui a assuré au fil des années l'établissement du texte. D'autres éditeurs, depuis 1987, ont donc aussi procédé à des phases de numérisation pour proposer des versions imprimées. Mais, à ce jour, Gallimard est le seul éditeur à proposer une version numérique complète depuis l'année dernière. En l'occurence la version Folio enrichie, en 7 volumes.

Ces volumes en versions enrichies sont assortis de restrictions d'usage (DRM) de toutes sortes et surtout ils restent indisponibles pour les francophones dans le monde entier du fait de restrictions géographiques. Ce qui est tout à fait anormal pour un tel auteur. Proust confisqué...

Avec l'essor du livre numérique, Proust fait l'objet de toutes les attentions marchandes, vous vous en doutez. Plus de 300 propositions recencées sur les plate-formes de ventes (plus de 700 résultats sur la boutique Kindle!) bien d'entre elles douteuses qui fleurissent régulièrement presque tous les mois. Les plate-formes ferment les yeux, tout est bon pour attirer le chaland.

L'oeuvre principale de Proust, À la recherche du temps perdu, est considérable en terme de numérisation et de relecture. C'est un travail qui a été fait heureusement sur plus d'une quinzaine d'années par des bénévoles de manière professionnelle avec des étapes sucessives et strictes de relectures. Cette référence "libre" existe. Ce sont 15 volumes sur la Bibiliothèque Electronique du Québec qui reprennent le texte de l’édition Gallimard, Paris, 1946-47, elle-même en 15 volumes. Cette édition a malheureusement subie de profondes modifications depuis cette date, avec l'apport des corrections d'après les manuscrits de Marcel Proust.

Les éditions proposées gratuitement par EbooksGratuits, Bibebook et Feedbooks reprennent ce texte de référence, en mentionnant l'origine en toute clarté. A vous de choisir les mises en formes typographiques qui vous conviennent. Ces versions sont bien entendu disponibles librement pour les francophones dans le monde entier. A signaler également une version collaborative en ligne disponible sur WikiSource ainsi qu'un texte intégral avec 486 entrées pour naviguer dans l'intégralité de La Recherche à découvrir ici.

Trois autres titres de Marcel Proust sur la Bibliothèque suisse et romande, un site là-aussi de grande qualité dans le même esprit que la BeQ.

Toutes les autres éditions de La Recherche (je dis bien toutes, car j'en ai une petite preuve -un infime détail typographique qui en trahit la source-) que vous trouverez à petits prix sur les plate-formes sont des versions pillées sur la BeQ, sans aucune relecture bien sûr.

Sur Gallica, le portail de la BnF (Bibliothèque nationale de France), une partie seulement des éditions originales sont disponibles au format ePub voir ici. Pas relues, énormément de coquilles. J'ai compilé un premier volume complet si vous le souhaitez:

édition BNF volume 01

On écartera aussi les propositions toujours de la BnF qui, à travers un partenariat privé, propose des versions payantes (BnF Collection ebooks) numérisées industriellement qui n'ont fait l'objet elles aussi d'aucune relecture. On trouvera d'ailleurs ces versions proposées gratuitement sur TV5Monde ici. Paradoxe toujours, des versions sous copyright que ne peuvent pas proposer librement les bibliothèques, toujours rien pour elles.

Notre domaine public en jachère. Marcel Proust, mort depuis 95 ans cette année, mérite décidément mieux...

---------------------

[Si vous souhaitez une édition complète de A la recherche du temps perdu je vous propose un fichier ePub complet des versions de la Bibliothèque Electronique du Québec, 2950 pages au total. A télécharger -clic droit, savelinkas sur votre bureau- édition complete. Merci de télécharger parallèlement les versions séparées sur la BeQ pour saluer leur travail.

[Je donne également la version définitive du texte, établie et dans le domaine public depuis 1987, que l'on peut trouver en ligne.

Téléchargement A la recherche du temps perdu complet marcel proust

Merci de me signaler les quelques coquilles qui pourraient rester si vous en trouvez.

---------------------

PS: Lire Proust en 2017? En complément, je souhaite pointer sur l'excellent article paru sur Fabula en 2013. Je retiens ce passage :

"Lire Proust en 2013 nous amène à nous poser la question du support de la lecture, et de nous interroger sur l’adaptabilité de Proust au format de l’iPad et autres supports électroniques. Malgré la richesse des ressources en ligne et les combinatoires infinies auxquelles peuvent prétendre les éditions immatérielles, Proust semble ne pas être l’auteur par qui se passera le tournant numérique. Son œuvre paraît ne pas appeler un nouveau format d’édition, qui serait du type hypertextuel, et qui permettrait, par exemple, de visualiser le «musée imaginaire» de Proust ou de se faire une idée de ce à quoi ressemblait Charles Haas. La Recherche — pas plus d’ailleurs que les œuvres de Rabelais, de Flaubert ou de Céline — n’a pas été pensée ni écrite en ce sens et résiste à ce type d’adaptation moderniste, tout aussi réductrice qu’inadaptée. Si la Recherche est l’œuvre par excellence du palimpseste, des feuilletages de discours et de voix, l’une des œuvres où l’intertextualité a le plus de sens, le fonctionnement du texte n’est justement pas celui de l’hyperlien. Bien au contraire, l’abondance qu’offre l’Internet, et les ressources de la numérisation ramènent Proust à sa forme peut‑être la plus simple, débarrassée des embarrassants discours qui l’accompagnent, le contraignent et le déforment. La lecture de la Recherche décrit, comme nous l’avons vu, un mouvement centripète ; mais la Recherche en elle‑même ne s’ouvre que sur elle et le monde qu’elle construit."

L'article complet ici à lire absolument.

Si la lecture d'un "Hyper Proust" ne semble pas de mise, même en 2017, en revanche lire Proust au format numérique "simplement" sur sa liseuse, sans parler de l'accès à tous les francophones, relève un aspect incontestablement pratique. Le lire au mieux dans les versions de poche (la série bien couteuse), la collection Quarto (avec un volume et un poids conséquent) et dans la Pléiade par son format (avec un prix très élevé et allourdi de ses notes et de son appareil critique considérable). Cette dernière la plus pratique en découragera plus d'un pour les caractères trop petits. Un élément qui ne me semble plus acceptable en 2017 pour un simple lecteur, qui souhaite accéder à l'oeuvre de Proust avec le meilleur confort de lecture possible. J'en veux pour preuve les efforts qui sont faits actuellement par des collections de poche pour améliorer la lisibilité de leurs éditions.

Commentaires