110 notes dans la catégorie "Abonnement"

Orange : les bandes dessinées sont gratuites pour les abonnés

IzneoToujours plus de gratuit. Les bandes dessinées sont gratuites chez Orange. Du 5 octobre au 4 avril 2018, l’opérateur Orange va ajouter les services «e-Presse» (racheté par SFR) et «Izneo by Fnac» pour une très grande partie des clients Orange internet ou mobile, sans coût additionnel et sans engagement.

Après SFR et Bouygues Telecom, Orange lance à son tour son kiosque numérique. Dès demain, les abonnés de l'opérateur télécom (hors clients Sosh et professionnels) auront accès de façon gratuite et illimitée à «plus de 300 journaux et magazines», dont L'Equipe, Libération, Le Parisien et Le Figaro, via l'application et le site ePresse. A la différence de ses deux concurrents, Orange fera également profiter librement ses clients du service de bande dessinée en ligne Izneo, dont le catalogue contient plus de 3000 albums (Blake et Mortimer, Lucky Luke, Thorgal, Largo Winch, Tom-Tom et Nana, Aldébaran, L'Incal, Le Chat du Rabbin...). Ce double avantage est cependant limité dans le temps. A partir du 4 avril 2018, chacune des deux options, ePresse et Izneo, sera facturée 9,99€ par mois pour chacun des services. Rappelons qu'à fin décembre 2016, le parc de clients Internet haut débit d’Orange s’élevait à 11,2 millions. Orange annonce un objectif de 100.000 abonnés payants, deux ans après les 6 mois de découverte.

Les opérateurs ont désormais la main. On peut dire que la bande dessinée suit désormais le train de la presse (journaux et magazines), les libraires ne me semblent plus avoir aucun espace sur l'offre numérique.


Presse : avec 60% d'invendus, le papier n'est pas l'avenir de la presse

SfrmediaPour Alain Weill, le patron de SFR Media, propriétaire notamment de L'Express, de Libération et du kiosque de presse SFR Presse, le papier n'est manifestement pas l'avenir de la presse. A lire l'article dans les Echos aujourd'hui:

"Si demain on peut diffuser des informations d'aussi bonne qualité en se passant de papier, finalement pour les entreprises de presse, ce n'est pas plus mal", a-t-il ainsi estimé, dans le cadre du Digiworld Future, un débat organisé mardi matin par l'Idate, sur les tendances clés de l'économie numérique dans les dix prochaines années. "Si les entreprises de presse peuvent se dispenser de l'outil industriel, c'est-à-dire l'impression et la distribution, ce n'est pas plus mal", a-t-il insisté.

Selon le patron de SFR Media, "la presse traditionnelle va dans le mur. Il n'y a pas un journal papier qui connaisse la croissance". "Dans le passé, a expliqué Alain Weill, qui est par ailleurs le patron de BFM TV et RMC, j'ai contrôlé le quotidien La Tribune et j'ai été très surpris de voir le modèle économique et industriel de la presse." "Soixante pour cent des journaux papier ne sont pas vendus ! Ce modèle est condamné", a-t-il jugé.

Alain Weill revient également sur SFR Presse, un kiosque numérique distribué par l'opérateur Télécom à ses abonnés. Un modèle qui inquiète les journaux avec des revenus en chute libre, environ 10% du prix normal.


Bouygues ouvre un kiosque numérique gratuit

BouyguesAprès SFR et son succès annoncé, c'est Bouygues qui entre aujourd'hui dans une offre gratuite de kiosque numérique. L'opérateur va proposer gratuitement à partir du 29 mai prochain plus de mille titres de presse française et internationale, quotidienne et magazine, à certains de ses abonnés. Un accord conclu avec le distributeur de presse numérique LeKiosk, avec des conditions d'accès variant selon les forfaits (via LaTribune). Certains titres font de la résistance comme Le Point: "Dans la pratique, puisque nous avons nous aussi été démarchés, SFR rémunère les journaux au téléchargement, et ce à une fraction – environ le dixième – de leur prix normal. Une aumône! Certainement pas assez pour pratiquer un journalisme à la hauteur de nos ambitions, avec de longues enquêtes, des reportages. Bref, du travail. Au Point, nous n'entrerons donc pas dans ce système mortifère que SFR a conçu. Nous continuons d'investir dans notre rédaction et ne croyons qu'en la qualité. Or cette qualité a un prix. Seule l'imagination est gratuite. Laissons aux producteurs de «faits alternatifs» et autres ventilateurs à «post-vérité» le privilège de ne rien coûter". A suivre de près des abonnements "mortifères" pour le livre numérique du côté des opérateurs, il n'y a d'ailleurs sans doute pas que les opérateurs qui frappent à la porte...


Pays-Bas : Kobo arrive sur l'abonnement avec Kobo Plus

KoboplusC'était à prévoir. Kobo se lance dans un programme d'abonnement illimité pour les ebooks, baptisé Kobo Plus. Les deux premiers pays où il sera disponible sont les Pays-Bas et la Belgique. Les lecteurs y auront accès pour 9,99€ par mois, avec 40.000 titres disponibles dont 16.000 en langue néerlandaise.

Cette nouvelle plate-forme d'abonnement est un partenariat entre Bol et Kobo. Voir ici. Bol.com était pionnier de la lecture numérique aux Pays-Bas et en Belgique avec une croissance importante. Rappelons que les Pays-Bas est un pays qui a fortement adopté le format numérique en Europe (4,9% du marché selon les chiffres 2015). Kobo Plus a été développé en étroite collaboration avec les principaux éditeurs néerlandais avec un modèle de partage équitable. L'offre semble reposer sur une large sélection de livres de tous genres. Les utilisateurs seront en mesure de s'inscrire à Kobo Plus directement sur leurs liseuse Kobo et filtrer les catégories pour afficher uniquement les livres Kobo Plus. Sur la page d'accueil, les clients verront un carrousel de catégorie Kobo Plus. L'abonnement est possible également via l'application Kobo et le site web principal de Kobo / Bol.

Amazon, à l'affût de toute ouverture de ce type avec Kindle Unlimited, devrait sans doute décliné son offre aux Pays-Bas pour suivre Kobo Plus. Il va être intéressant d'observer comment Kobo développe cette offre dans d'autres pays, notamment l'Allemagne maintenant que le partenariat Kobo et Tolino est acté. Concernant la France, ne rien attendre pour l'instant tant les principaux groupes sont dans la défiance par rapport à ce modèle d'abonnement (via GoodeReader).


SFR : l'abonnement au kiosque numérique explose les chiffres

SFR-pressePremiers retours des offres d'abonnement au kiosque numérique proposées par SFR. Cet abonnement est inclus dans le forfait d’une grande majorité d’abonnés SFR pour internet et le mobile, mais peut aussi être acquis par les clients d’autres opérateurs moyennant un forfait de 19,99€ mensuels. Il propose de télécharger des journaux parmi un éventail de 65 titres disponibles (Le Figaro, Elle, Paris Match, Télé 7 jours et La Voix du Nord, L'Express, Libération, Le Journal du Dimanche, Le Parisien/Aujourd'hui en France…). "Destiné à justifier le positionnement haut de gamme de SFR, ce kiosque numérique, unique expérience du genre en France et à l’étranger, enregistre selon Michel Combes (PDG de SFR) d’excellents résultats. Il revendique 10 millions de téléchargements (soit d’exemplaires numériques vendus quels que soient les titres) depuis le lancement du service en avril 2016. SFR comptabilise actuellement selon lui 80 à 100.000 téléchargements par jour et 1,5 million en janvier. Le portefeuille serait loin d’avoir atteint la maturité. «Le nombre de téléchargements est en train d’exploser», assure Michel Combes, qui se dit certain de faire école. «Tous nos compétiteurs vont faire la même chose: je pense que notre initiative sera copiée, y compris à l’étranger». Pour lui, le mobile va devenir rapidement le principal support de lecture de la presse. Les opérateurs vont-ils rétablir la santé vacillante de la presse française? «Nous rémunérons les journaux, c’est une nouvelle source de revenus pour eux», triomphe Michel Combes. Mais la rémunération offerte par son groupe est très faible: l’éditeur ne perçoit généralement que quelques centimes par exemplaires. Or cette offre nouvelle en ligne risque d’affaiblir les autres canaux de ventes du titre (kiosques, abonnements…), beaucoup plus rémunérateurs. Nombreux sont donc les éditeurs qui continuent d’hésiter". Les abonnements dans les forfaits des opérateurs, un avenir pour la presse? (via Challenge).


Amazon : une offre couplée abonnement et liseuse Kindle

KindleAmazon s'apprêterait à proposer une offre couplée comprenant l'abonnement Kindle Unlimited et une liseuse Kindle 8 basique. Pour l'instant sur la page technique apparue furtivement, l'offre serait proposé à 140$, le prix de la liseuse à 79$ et six mois d'abonnement à Kindle Unlimited à 9,99$. Cette offre ferait bien évidemment sens avec une réduction de prix significative pour les lecteurs, autour de 100$. Depuis l'arrivée du Kindle, on sait que la priorité d'Amazon se concentre sur la vente de livres numériques avec un dumping important sur l'appareil associé pour les lire. Avec un marché anglo-saxon où les prix de vente ont été revus à la hausse par les éditeurs avec des ebooks moins attractifs, Amazon pourrait mettre un peu plus la pression en diminuant encore les conditions d'accès à sa liseuse Kindle. Reste à savoir dans quels pays cette offre sera effectivement proposée (via EbookFriendly).

Amazon


Youboox ouvre un partenariat en Tunisie

YoubooxLe site de lecture en streaming Youboox a annoncé un partenariat en Tunisie avec l’opérateur de téléphonie mobile Ooredoo, qui revendique 7 millions d’abonnés. Il poursuit ainsi sa stratégie de développement avec de grandes entreprises extérieures au secteur du livre qui sont en recherche d'offres complémentaires pour leurs abonnés. "Ce partenariat avec Ooredoo marque une première étape dans la stratégie d'internationalisation de Youboox vers l'Afrique francophone, la volonté de devenir la marque de référence pour la lecture numérique dans le monde francophone et celle de rendre plus simple l'accès à la culture" a annoncé Hélène Mérillon, présidente et co-fondatrice de Youboox dans un communiqué. Youboox avait déjà révélé l'année dernière que la moitié de ses abonnés se trouvait en Afrique francophone (via Livres-Hebdo).


La bande dessinée numérique n'intéresse guère les français

BdLa bande dessinée numérique est encore dans le bac à sable. Rien à faire, année après année, le constat reste le même. Alors que le secteur de la bande dessinée est toujours aussi florissant, le numérique déçoit toujours autant. Les éditeurs concernés ne sont guère disposés à trop communiquer sur les chiffres décevants. Le député Hervé Gaymard confiait même en aparté au printemps dernier qu'"Iznéo n'était pas un franc succès". C'est peu de le dire. Le récent rapport 2016 de l'ACBD (Association des critiques et journalistes de bande dessinée) confirme que c'est encore moins de 1% du secteur:

"La bande dessinée numérique, quant à elle, peine toujours à trouver ses marques sur un marché francophone qui reste dominé par le papier. Si la part de la diffusion des livres digitaux est passée, en moyenne, de 4% à 5% entre 2015 et 2016, pour l’ensemble de l’édition (baromètre de l’offre de livres numériques en France, 3ème édition, KPMG, septembre 2016), elle ne dépasse guère 1% dans la seule bande dessinée, de l’avis de tous les professionnels interrogés.  Pourtant, ce genre est — avec les ouvrages pratiques et la littérature – l’un de ceux où l’offre est la plus disponible: 80% des nouveautés et 70% du fonds récent sont désormais accessibles en version digitale, même si le pourcentage tombe à moins de 50% pour le fonds ancien. Ceci témoigne d’une certaine prudence des éditeurs devant les investissements nécessaires à engager pour des perspectives de ventes aléatoires." A retrouver le rapport complet ici.

L'écart se creuse de plus en plus avec les autres secteurs. Et pourtant l'offre large de titres est là, les prix attractifs sont là par rapport à ceux de la littérature générale. Bizarre quand même. Alors? Si la bande dessinée numérique ne fonctionne pas c'est que le modèle proposé ne convainc pas. Plusieurs fois j'en ai fait le constat autour de moi auprès de grands lecteurs de bandes dessinées avec l'impossibilité de se (re)constituer des bibliothèques, de retrouver ses séries favorites sous forme numérique en toute liberté de manière déconnectée. Ce qu'ont compris certains éditeurs de fantasy par exemple comme Bragelonne, sur des publics de lecteurs souvent proches. Bragelonne doit être sans doute proche des 10% des ventes au format numérique. Un rapport de 1 à 10. Une stratégie radicalement opposée. L'impossibilité de disposer des fichiers est un vrai repoussoir. On a beau chercher toutes les formules, illimité, location, rien n'y fait... "On nous propose d'acheter du vent". J'ai plusieurs fois entendu ce genre d'expression. Tant que les éditeurs n'auront pas compris que les seules offres d'abonnements en streaming ne feront jamais décoller le marché français, pas de raison que cela change du côté des lecteurs. Si les éditeurs suivaient les autres secteurs, la bande dessinée numérique connaitrait un grand succès, aucune raison objective qu'il en soit autrement...


SNCF : e-Livre restera en accès gratuit pour les usagers

SncfPar un communiqué de presse la SNCF confirme que le service e-Livre d'accès en streaming à des livres numériques sera en accès gratuit dans les trains. L'abonnement avec la période gratuite, initialement fixée à un mois et demi, disparait:

"Un an après le lancement de l’application SNCF e-LIVRE en octobre 2015, la SNCF a sollicité les utilisateurs pour évaluer leur satisfaction sur ce service. Les demandes des lecteurs ainsi collectées ont contribué à réaliser la nouvelle version de la bibliothèque digitale disponible aujourd’hui. Les évolutions suivantes ont donc été développées:

  • Le service est gratuit et sans abonnement. Il est également disponible en mode «hors ligne» permettant de lire les ouvrages sans connexion Internet.
  • Les lectures sont classées par durée de parcours et thématiques variées: 10 minutes à rire, 40 minutes à buller, 30 minutes à mener l’enquête…
  • La sélection régionale est renforcée: une sélection d’ouvrages régionale renouvelée tous les mois pour découvrir le patrimoine culturel, les auteurs... Le lecteur choisit sa région mais il peut à tout moment découvrir d’autres régions.
  • La navigation est améliorée avec un choix de lecture plus simple et plus rapide grâce à 4 bannières: la sélection du mois, les ouvrages régionaux, les lectures audios, l’accès à l’ensemble de la bibliothèque.
  • Le service est accessible aux malvoyants grâce au partenariat avec l'Association Vincent Haüy, permettant l’accès à des livres audios.

La bibliothèque digitale propose toujours des ouvrages variés (romans, livres jeunesse, bandes-dessinées...) et renouvelés tous les mois, ainsi que des «extraits des livres dont on parle» offrant un zoom sur l’actualité littéraire. Les utilisateurs du service e-Livre découvriront également, à partir de janvier et jusqu’au 31 mai 2017, les romans sélectionnés pour la 17e édition du prix SNCF du Polar. Chaque mois, un des romans en compétition sera disponible en intégralité."

Le communiqué est ici.


CDiscount lance CStream

CstreamCDiscount, la filiale du groupe Casino, vient de lancer CStream, une offre culturelle globale d'abonnement en streaming. Pour 9,99€ mensuel, CStream propose à la fois de la musique, des films, des magazines et des livres. Le site s’appuie sur trois start-up partenaires: VOD Factory pour la vidéo, Snowite pour la musique, Youboox pour les livres. CStream est donc l’addition de trois offres qui disposent pour le moment d'un catalogue de 300 films, 50 millions de titres musicaux et 50.000 livres plus une trentaine de magazines sur tous supports (smartphones, tablettes, télévision, PC et Mac). Très peu de nouveautés dans l’offre de films, aucune série et aucun éditeur important dans l’offre de livres. CDiscount compte sur ces 11 millions de visiteurs uniques par mois pour attirer une clientèle familiale et très sensible au prix (via Les Echos).


France : le livre numérique bientôt chez les opérateurs ?

OpérateursLe récent interview d'Hélène Mérillon de YouBoox cette semaine vient confirmer s'il en était besoin l'entrée que pourraient faire les opérateurs sur le marché du livre numérique en France. Orange, SFR ou d'autres pourraient tout à fait venir dans un avenir plus ou moins proche au travers d'accords avec les acteurs qui proposent de l'abonnement en streaming. Ces abonnements compléteraient leurs offres de bouquets auprès de leurs clients. On se rappelle l'échec de la réflexion sur le modèle MO3T initié par Orange, dispositif qui intégrait les libraires à la vente. Un modèle également suivi en Allemagne avec Tolino, porté par l'opérateur Deutsche Telekom et qui associe des chaines de librairies. En France, les opérateurs pourraient bien avancer désormais en s'affranchissant complètement des acteurs traditionnels.


Abonnement : Youboox donne ses chiffres

YoubooxOù en sont les abonnements streaming en France? Face à des groupes d'édition totalement opposés au modèle pour l'instant (revoir les déclarations d'Arnaud Nourry chez Hachette l'année dernière) et qui n'ouvrent pas leurs catalogues, bien difficile de se faire une idée exacte. Des éléments de réponses aujourd'hui fournis par Hélène Mérillon, fondatrice du site Youboox sur le site Actualitte. Si le site revendique un million de lecteurs inscrits ce sont 20.000 seulement qui sont clients sur l'offre payante en premium. La moitié seraient des francophones hors de France. Youboox revendique un chiffre d'affaire de 450.000€ en 2015. A noter que les revenus de Youboox ne sont pas seulement issus des abonnements mais aussi de la publicité présente sur le site et des partenariats avec des opérateurs en marque blanche, récemment Orange en Belgique. Ces partenariats représenteraient jusqu’à 25% du chiffre d’affaire de Youboox. S'engouffrer dans des propositions pour les opérateurs est une réelle opportunité: «Nous avons déjà présenté quelques offres, mais les acteurs ne répondaient pas avec enthousiasme. Désormais nous avons une chance de convaincre, sans que la concurrence soit trop forte. Amazon n’a pas besoin d’un acteur tel qu'Orange, Bouygues ou SFR pour des abonnements de lecture, nous avons donc un coup à jouer.» La nouveauté prochaine pourrait passer par la commercialisation d’une liseuse.

PS: à signaler que Youboox vient d'annoncer une deuxième levée de fonds d'1 million d'euros (via FrenchWeb).


StoryPlayr : un succès dans les bibliothèques

StoryplyrLes bibliothèques plébiscitent StoryPlayr ! Créé fin 2013, StoryPlayr est un portail numérique d'albums d'éditeurs jeunesse sur lequel petits et grands peuvent lire les albums, mais aussi enregistrer leurs lectures à volonté et les partager ensuite en famille. Un choix délibéré de respecter la seule narration des albums en y ajoutant la dimension de l'enregistrement. Un concept simple mais qui représente un ressort essentiel dans le partage des lectures pour les petits. Un an et quelques mois après le lancement de l'offre pour les bibliothèques, StoryPlayr partage par voie de communiqué de presse un bilan de cette première année :

  • Le catalogue en français en croissance constante : Lorsque nous avons lancé Storyplayr pour les familles il y a 2 ans, nous avions une centaine de références à notre catalogue. Un an plus tard (il y a 1 an donc), nous en avions un peu plus de 300 et nous venons de dépasser les 500 références françaises ce mois-ci. Comme promis, notre catalogue grossit chaque jour et sans perdre en qualité bien sûr ! 
  • Des éditeurs indépendants et militants : Un grand merci à nos premiers éditeurs partenaires qui continuent à nous envoyer leur nouveautés ainsi qu'aux nouveaux éditeurs qui nous ont rejoint récemment. Nous collaborons avec 40 éditeurs, tous indépendants et animés de la même passion que vous et nous pour faire aimer la lecture aux enfants, sous toutes ses formes. 
  • Le catalogue en anglais à lire et écouter : Début 2016, nous avons lancé notre catalogue anglais qui compte aujourd'hui 300 références environ. Une majorité de ces histoires sont disponibles avec une version audio fournie par les éditeurs et racontée par un narrateur anglophone. 
  • Un site web et des applications iPad et Android : Vous le savez sans doute, nous sommes sur toutes les plateformes : web, Android et iPad. Nous avons intégré le moteur de recherche et un système de mots-clés très enrichi dans les apps et nous avons, entre autres, amélioré et simplifié les fonctionnalités de partage de narrations (nous aurons l'occasion de vous en reparler dans notre prochaine newsletter). 
  • Des nouveaux abonnés et des abonnés fidèles ! Nous comptons à ce jour plusieurs centaines de bibliothèques abonnées aussi bien pour des usages sur place que à distance via le portail de la médiathèque. Et nous sommes ravis de vous annoncer que nous connaissons aujourd'hui un taux de ré-abonnement de 100%! 
  • Carquefou dit tout... : La médiathèque de Carquefou fait partie de nos tous premiers abonnés. Nous avons choisi de les interviewer et de vous livrer leur témoignage en terme d'usage aussi bien sur place qu'à distance. Lire l'interview de Carquefou. 
  • Plein d'idées d'ateliers : Comme vous pourrez le constater, la médiathèque de Carquefou a organisé pendant l'année des ateliers avec Storyplayr. Mais ils ne sont pas les seuls ! Des ateliers ont été organisé dans des bibliothèques de la Ville de Paris, dans des écoles et même dans un théâtre (Théâtre Paris Villette). Nous avons donc décidé de compiler sur une page les différentes idées d'ateliers que vous pourriez vous aussi organiser dans votre médiathèque. Voir les idées d'ateliers avec Storyplayr. 
  • Après avoir lu en short l'été dernier, cet été on part en livres ! : Comme l'année dernière, Storyplayr est partenaire du CNL (Centre National du Livre) pour la grande fête du livre jeunesse qui s'appelait "Lire en short" et s'appelle maintenant "Partir en livre". N'hésitez donc surtout pas à organiser des ateliers avec Storyplayr à cette occasion. 
  • Lire et faire lire : Nous sommes enfin très heureux d'avoir signé un partenariat avec l'association "Lire et faire lire" et de pouvoir offrir gratuitement la possibilité aux bénévoles de cette belle association d'aller lire nos histoires dans toutes les écoles de France !

Succès en bibliothèque mais aussi succès dans l'environnement des start-ups. A signaler que StoryPlayr vient tout juste de remporter le concours dans la catégorie édition de Start Up en Scène ! (voir Livres-Hebdo). 


Etats-Unis : ComiXology en NetFlix de la bande dessinée

ComixologyC'est parti, ComiXology lance aux Etats-Unis une offre d'abonnement illimité de bande dessinée en streaming à 5,99$/mois. Le premier mois est offert. Un catalogue très important d'éditeurs et d'auteurs indépendants mais les géants américains DC et Marvel sont absents. Les auteurs et éditeurs concernés n'ont même pas été prévenus aux Etats-Unis. Beaucoup d'inquiétudes sur les revenus, on s'en doute. Pour rappel ComiXology est dans le giron d'Amazon depuis avril 2014. Est-ce que l'offre en France suivra? Il faudra pour cela s'entendre avec les éditeurs sur les conditions de rémunération, loi sur le prix unique oblige (via CNet).


SFR Presse : une sortie en fanfare

Sfr-presse-000Un beau coup de communication pour le kiosque de presse numérique SFR Presse. Lancé tout juste hier, il permet de lire les journaux du groupe SFR (Libération, L’Express, etc.). Le premier mois est gratuit à tous les abonnés SFR, avant d’être intégré au forfait d’une partie d’entre eux. Un abonnement à 19,99€ pour les autres. L'accès par des applications à télécharger sur IOS et Android selon vos appareils. SFR Presse était en tête des applications gratuites les plus téléchargées sur l’AppStore aujourd'hui. Un premier indicateur de succès, même si l’application a bénéficié d’une large communication de l’opérateur auprès de ses 18 millions d’abonnés. Le problème va être de fédérer sur ce type d'offre des journaux qui ne sont pas dans la sphère du groupe. Lire le communiqué sur Ariase. C'est Milibris qui gère le kiosque et les applications, un succès de plus pour la start-up française.

Offres d'abonnement : un bilan du médiateur du livre

MediateurlivreLaurence Engel, le médiateur du livre, a publié sur le site un point général sur les offres d'abonnement de livres numériques. Elle fait un bilan de la conformité de ces offres par rapport à la loi sur le prix unique. Plus d'un an après l'arrivée de Kindle Unlimited en France et alors qu'Iznéo a été racheté à hauteur de 50% par la Fnac la semaine dernière, est-ce que la validation désormais actée du médiateur donnera un élan à ces offres d'abonnement chez les éditeurs? Rien n'est moins sûr...


La Fnac s'offre 50% d'Iznéo

FnacSacré communiqué avec l'ouverture d'Angoulême. L'annonce a été faite ce matin par Livres-Hebdo, la Fnac entre dans le capital de la plate-forme de bande dessinée numérique Iznéo. Aucun chiffre n'a été donné. Créée au printemps 2010 à l'initiative de douze éditeurs franco-belges, Iznéo s'est développé largement avec le soutien de fonds publics au travers notamment du CNL (Centre National du Livre). Les éditeurs actuellement dans le capital sont Ankama, Bamboo, Bayard, Casterman, Dargaud, Dupuis, Gallimard, Jungle et Le Lombard. On comprend la recapitalisation nécessaire sur un marché de la bande dessinée numérique encore très confidentiel. L'entrée de la Fnac dans le capital à hauteur de 50% (sans doute bien plus bientôt) pose bien des questions sur la neutralité d'Iznéo qui s'est peu à peu introduit dans beaucoup de dispositifs interprofessionnels notamment PNB (Prêt numérique en bibliothèque). En plus de libraire, Iznéo se positionne en distributeur pour tous les autres revendeurs avec le catalogue le plus complet du marché, riche de 14.000 références. Un accord avec les titres d'Hachette avait également été trouvé en 2013. Les libraires indépendants accepteront-ils de travailler avec une plate-forme propriété de la Fnac? A travers Iznéo, c'est aussi l'enjeu du futur marché du streaming et de l'abonnement qui s'esquisse. Iznéo peut potentiellement s'ouvrir demain à tout type de contenus pour concurrencer Amazon. Cela en se désengageant d'un partenaire comme Kobo/ Rakuten, bien encombrant maintenant que la Fnac convole avec Darty. On le voit, les grandes manœuvres ont commencées...


Amazon : nouvelles règles pour l'Abonnement Kindle

Pere noelSuite aux recommandations de Laurence Engel (Médiatrice du Livre) faîtes en février dernier, Amazon avait une échéance ce mois-ci pour se mettre en conformité avec la loi sur le prix unique du livre numérique pour son offre d'abonnement Kindle Unlimited. La règle étant pour chaque éditeur de fixer le prix de rémunération à la page. Amazon a publié sur son site français les rémunérations fixées avec les éditeurs. Elles s'échelonnent entre 0,0002€ et 0,1€, entre La Musardine et Encyclopedia Universalis. La grande majorité des éditeurs ont choisi un modèle lié au nombre de pages lues des titres, avec des prix plus élevés calqués sur leurs rémunérations de vente à l'unité (moyenne à 0,023€, équivalent prix unitaire à 9,99€ pour 300 pages). Ce sont les soutiers du système, à savoir les auteurs auto-publiés, qui font particulièrement les frais du système puisque leurs rémunérations ont été fixées sans conditions par Amazon à des prix à la page entre 0,0001€ et 0,0003€ (soit entre 1 et 3 centimes d'euros les 100 pages). Les étrennes sont passés avant l'heure pour les auteurs auto-publiés d'Amazon... Amazon a profité de l'occasion pour francisé le nom de l'offre qui s'appellera désormais "Abonnement Kindle". Cela ne change évidemment rien pour le consommateur, hormis que celui-ci ne pourra aller au-delà du plafond de pages rémunérées. Plus d'illimité en pratique. On rappellera que seulement 25.000 titres français sont disponibles dans cette offre; aucun groupes et éditeurs importants ne sont présents.

PS: c'est dans les conditions en anglais que l'on obtient un supplément d'information pour les auteurs auto-publiés. Les auteurs auto-publiés français seraient invités à fixer eux-mêmes leur rémunération à la page dans KDP. A observer les effets dans les prochains mois...

Abonnement Kindle
On December 9, 2015, Kindle Unlimited changed slightly in France. Don't worry; these changes do not impact your royalties. It is now called "Abonnement Kindle."

According to the new system implemented following the recommendations of the book mediator, subscribers residing in France get reading credits when paying their subscription. These credits are "mutualized" among all subscribers residing in France, which allows all subscribers living in France to read a large number of ebooks included in their Kindle Subscription.

In the context of this new system, authors and publishers established in France have to set a price per reading unit (on KDP, per page read) for their ebook included in "Abonnement Kindle." You can enter this price in your KDP account.

These changes are the result of a request from the book mediator regarding the ebooks subscription services in France, and only concerns authors and publishers established in France. KDP authors and publishers not established in France don’t need to set a price per page for their ebooks included in our ebooks subscription programs.

The royalties of KDP authors and publishers based in France do not vary based on the price per page read set. KDP authors and publishers established in France are paid a share of the KDP Select Global Fund, as are all KDP authors and publishers.

PS: [15/12/15] Lire ici les rémunérations sur 6 zones à travers le monde.

Prixpage


Youboox : une box à offrir sur le numérique

YoubooxLes box de livres recommandés arrivent en numérique. Après plusieurs initiatives qui ont fleuries depuis plusieurs mois côté imprimé, le site Youboox propose pour cette fin d'année le même concept avec un abonnement promotionnel de lecture en streaming. Le Boox, pour un prix de 39€ (contre 69€ prix pratiqué habituellement), vous obtiendrez un abonnement d'un an à la plateforme à offrir avec un livret de sélections de 50 livres spécialement recommandés par le site sur des thèmes à choisir. Un catalogue de titres qui ne se développe guère, tous les grands éditeurs français en défiance par rapport à ce modèle, aussi bien les nouveautés que les fonds. En attendant peut-être une offre Kindle Unlimited d'Amazon de la même veine. Le géant américain doit surveiller attentivement, il possède globalement le même catalogue. La surenchère sur ce type d'offre n'a pas fini de s'étendre; reste à savoir si les lecteurs suivront avec une offre de titres aussi limitée, même à prix bradés (le prix de trois/quatre titres à l'unité en nouveautés sur les plateformes de téléchargement).

PS: à signaler que les magazines commencent également à arriver sur Youboox, on voit la porosité des modèles édition/ presse.


SNCF eLivre : une offre pour les smartphones

SncfAu lendemain de l'annonce de la bibliothèque numérique e-Livre lancée par la SNF, on peut s'interroger sur l'opportunité d'une telle offre pour les usagers. D'emblée elle exclue tous les possesseurs de liseuses puisque aucun téléchargement de livres numériques n'est possible. Possesseurs de Kindle, Kobo, Cybook et autres PocketBook, ne cherchez pas, cette offre n'est pas faite pour vous. Les tablettes sont très peu présentes en mobilité dans les transports, surtout dans les courts trajets. De plus comme les ordinateurs portables, elles fonctionnent immanquablement avec du wifi. Pas de wifi disponible pour e-Livre dans les transports. C'est donc exclusivement les usagers qui souhaitent lire sur leurs smartphones qui se sentiront concernés. Les amateurs de bandes-dessinées à prix égal se retrouveront plus dans des offres comme celle d'Iznéo ou de Séquencity. Mais lire une bande-dessinée sur smartphone? Côté de l'offre, c'est la faiblesse des catalogues qui est la plus criante, les usagers qui voudront découvrir la lecture numérique vont s'en rendre compte très rapidement.

Reste qu'une opération de cette ampleur sur l'ensemble de la population française va être un bon test pour observer l'adoption de la lecture numérique sur les smartphones. Le gros bémol étant que la SNCF ne propose pas une offre de wifi associée dans les rames. A chacun de disposer d'un accès réseau satisfaisant sur son propre smartphone, ce qui est loin d'être le cas, nous en faisons tous l'expérience dans nos trajets quotidiens. Bref, une annonce qui ressemble à un bon coup de communication de la part de la SNCF, mais un service qui reste très insuffisant, très frustrant pour l'usager et qui risque bien d'être très rapidement oublié.


SNCF : lancement de sa bibliothèque numérique avec Youscribe

SncfLa SNCF annonce aujourd'hui l'ouverture d'une offre de bibliothèque numérique "SNCF e-Livre" de 100.000 titres. Elle sera accessible au travers d'une application iPhone ou Android. L’accès à cette offre est gratuit durant un mois et demi. Au-delà, il faudra s’abonner à hauteur de 9,90€ par mois. Il n'y a pour l'instant pas d'offres spécifiques pour les détenteurs de cartes SNCF. Pas de téléchargement possible, une offre en streaming uniquement disponible sur smartphones et tablettes. Tous les détails sur le site dédié. En parcourant la bibliothèque, on aura vite fait de repérer que cette bibliothèque numérique est celle du site Youscribe en marque blanche. Parmi ces 100.000 titres annoncés, des extraits, 5.000 titres libres de droits que l'on trouve partout, des catalogues d'éditeurs anciens avec du pratique, de la jeunesse, de la bande-dessinée, pas ou très peu de nouveautés. Aucun titre des grands groupes d'édition Hachette, Editis, Madrigall, Bayard, La Martinière, Albin Michel, Actes-Sud, etc. Seul le groupe Media Participations (Fleurus, Le Lombard, Dargaud, Dupuis) a mis un certain nombre de bandes-dessinées, également présentes sur Iznéo. Pour le reste des morceaux de catalogues qui ont valeur de test pour les quelques éditeurs présents. La même offre de livres que l'on retrouve déjà chez les acteurs d'offres d'abonnement, à savoir Youscribe, Youboox et KindleUnlimited. En attendant celle de MacDonald sans doute... (via LeFigaro). Une offre qui n'est aucunement réservée aux usagers, tout un chacun peut s'abonner. Surtout qu'en ce qui concerne l'accès wifi dans les trains, les dernières nouvelles ne sont guère encourageantes; celles-ci ne devraient pas mettre sur les rails ce nouveau service.

PS: depuis plusieurs années la SNCF avait déjà démarré plusieurs expérimentations en province ainsi qu'une opération ponctuelle avec le site Youboox en Gare Montparnasse. A noter que Storylab est le prestataire de l'autre partie du service, concernant l'environnement de lecture et les interviews d'auteurs. JFD Conseil, l'agence qui organise par ailleurs le prix SNCF du polar, se charge de l'animation de l'application, avec la mise en avant de titres, en fonction de l'actualité, et de la région où se trouve l'utilisateur de l'application (via LivresHebdo).


Libération : «Alors que Deezer rentre en bourse, le "Netflix du livre" ferme»

LibérationConversation à bâtons rompus avec Frédérique Roussel la journaliste de Libération ce midi. Nous avons parlé de Oyster, défunt "Netflix du livre". C'est déjà en ligne sur la page de Libération. Et vous, comment percevez-vous ces modèles d'abonnement pour le livre? Ravi d'en débattre avec vous.


Etats-Unis : Oyster, un "Netflix du livre" en moins

OysterL'offre d'abonnement de livres numériques Oyster va s'arrêter dans quelques mois aux Etats-Unis. Le temps de rembourser les abonnés. Pas de rachat, fermeture pure et simple. Un "modèle de demain" qui ne passera pas l'année. L'annonce a été faite hier. Créé en 2013, Oyster avait lancé le modèle de l'offre d'abonnement illimité, repris depuis par Amazon avec son offre Kindle Unlimited. L'équipe de Oyster devrait rapidement rejoindre les bureaux de Google pour certainement faire évoluer l'offre de livres dans Google Play. La fermeture de Oyster intervient deux mois après celle d'Entitle, un autre service d'abonnement. Il ne reste plus désormais que Scribd face à Amazon sur ce type d'offre aux Etats-Unis (via TheVerge). A lire également l'excellent billet sur LeMonde. A réécouter les propos de Arnaud Nourry (PDG d'Hachette) sur France Inter en mars dernier: "Une formule qui ne va pas prospérer, je m'en réjouis".


Storyplayr : de nouvelles applications sur iPad et Android

StoryplayrUne belle nouvelle, c'est le lancement d'une nouvelle version des applications Storyplayr pour iPad et tablettes Android. La bibliothèque numérique contient à présent plus de 400 albums de jeunesse issus d’une trentaine d’éditeurs partenaires pour les enfants de 3 à 10 ans, et de nombreux Kamishibaï.
Pour répondre aux demandes des bibliothécaires, de nouvelles fonctionnalités ont été ajoutées aux applications iPad et Android: 
- moteur de recherche intégré à l'application
- gestion des mots-clés
- consultation en streaming ou téléchargement (pour une consultation hors connexion).

Plus de détails sur Storyplayr, un pure-player très original qui séduit de plus en plus d'éditeurs pour la jeunesse.