40 notes dans la catégorie "Adobe"

Adobe Digital Editions sur Android

AdobeAdobe propose désormais son application de lecture Adobe Digital Editions sur Android pour lire les livres au format ePub sur vos smartphones et tablettes. C'était déjà fait pour les autres environnements comme Windows et IOS. Service minimum. Une application qui ne présente guère d'intérêt, très loin des possibilités d'applications comme Aldiko, BlueFire ou PocketBook. La synchronisation avec la DRM Adobe n'est pas un argument puisque que celle-ci peut-être facilement réalisée sur ces applications plus complètes. En attendant que l'on s'en débarasse définitivement mais cela risque de dûrer encore longtemps... (via TheDigitalReader).


PDF : les 4 raisons de le préférer à l'ePub

PdfPas mort du tout le bon vieux format PDF. En plus du traditionnel imprimé on le préférerait même à l'ePub. Et ce depuis toutes ces années où l'on nous promet l'avènement de l'ePub3 sans toujours trop de solutions universelles pour le lire. C'est TheDigitalReader qui nous donne même les 4 bonnes raisons de les préférer, un brin provocateur bien sûr:

  • ils peuvent être lus dans tous les environnements, sur tous les matériels
  • ils peuvent être réalisés très facilement
  • ils sont produits sans développements supplémentaires coûteux
  • ils sont compatibles et utilisables facilement partout.

Les éditeurs ne s'y trompent pas, la demande est là, ils les proposent. Pour travailler, pour consulter, pour tous les livres avec des mises en pages complexes qui ne sont pas destinés à nos petites liseuses et aux smartphones, ils semblent pour l'instant incontournables, qui plus est avec l'arrivée en force des ordinateurs hybrides.

PS: l'idéal est de pouvoir bien entendu disposer de tous les formats, voir par exemple le cas des guides du PetitFuté.


Liseuses, tablettes, smartphones : télécharger des livres avec la DRM Adobe

Adobe1Vous êtes peut-être nombreux à découvrir les livres numériques avec une première liseuse ou tablette offerte durant ces fêtes. Puisque c'est un point qui revient régulièrement dans les demandes, c'est justement l'occasion de vous familiariser avec la gestion des livres numériques soumis à la DRM Adobe.

La DRM (Digital Right Management) est un verrou qui est appliqué sur le fichier que vous allez télécharger. Elle limite les usages du livre numérique à l'utilisateur, avec une authentification qui lui est propre. Les environnements comme Amazon, Apple, Google, Kobo disposent de leurs propres DRM. Les autres librairies ont recours à la DRM d'Adobe, celle-ci est aussi utilisée par Kobo/ Fnac si vous souhaitez sortir de l'environnement. Cette DRM Adobe est aussi utilisée dans le cas de prêts de livres numériques en bibliothèques. Voici la procédure à suivre pour lire des livres achetés ou empruntés avec cette DRM Adobe. Elle est bien entendu à faire une seule fois, à renouveler si vous changer d'ordinateur (votre Adobe ID est conservé, sans limitation dans le temps):

  1. Obtenir un Identifiant Adobe (Adobe ID) C'est la combinaison d'une adresse email et d'un mot de passe. Vous obtiendrez cet identifiant en vous inscrivant sur le site d'Adobe. Attention au moment de votre inscription de bien respecter les éléments que vous déclarez, ceux-ci seront utilisés au moment de vos téléchargements dans le cadre des clauses de territorialités.
  2. Télécharger Adobe Digital Editions – C'est un programme à télécharger sur votre ordinateur. Une fois celui-ci installé, il vous permet de lire tous vos fichiers au format ePub. Pour lire des fichiers avec une DRM Adobe, vous devrez entrer votre Adobe ID en haut à gauche dans la rubrique "Aide" puis "Autoriser l'ordinateur". A chaque fois que vous téléchargerez un livre numérique avec une DRM Adobe, celui-ci s'ouvrira automatiquement dans le logiciel avec une synchronisation avec votre Adobe ID qui vous autorisera.
  3. Connecter votre liseuse à votre ordinateur avec le cable USB. Le logiciel Adobe Digital Editions détectera automatiquement votre liseuse qu'il conviendra d'authentifier avec votre Adobe ID, soit directement sur la liseuse dans les paramètres (ce que vous aurez pris soin de faire au préalable), soit sur l'ordinateur lui-même suivant les modèles. Ordinateur, liseuse doivent disposer du même Adobe ID pour fonctionner ensemble. Pour tout nouvel achat de liseuse, je vous invite à bien réaliser ce paramétrage de la DRM Adobe qui vous est proposé à installation. Une fois votre liseuse synchronisée, vous pourrez glisser les livres numériques de votre bibliothèque dans votre liseuse comme dans n'importe quel périphérique.
  4. Vous pourrez également utiliser smartphones et tablettes pour lire vos livres numériques, les principales applications de lecture (Blue Fire, Aldiko, Mantano) permettent une synchronisation avec votre Adobe ID. Consulter les paramètres dans les applications respectives.
  5. Si vous souhaitez des compléments d'explications avec des éléments visuels, je vous conseille ces excellents tutoriels réalisés sur les bibliothèques de Paris ou de Grenoble au choix.

Bonnes lectures !


TEA : lancement de CARE pour remplacer la DRM-Adobe

CareAutre annonce importante aujourd'hui décidément, par voie de communiqué de presse, celle de CARE par la société TEA (The Ebook Alternative) basée à Lyon. TEA lance sur le marché du livre numérique grand public la première implémentation en Europe de la spécification LCP, mesure technique de protection des livres numériques portée par le consortium Readium. Baptisée CARE (Content and Authors Right Environment) ce système de protection des ebooks remplace la DRM Adobe, habituellement utilisée en dehors des solutions propriétaires et dont l’expérience utilisateur désastreuse est dénoncée par TEA comme un frein majeur au développement des ventes et des usages du livre numérique. Revoir ici. "CARE est la seule mesure de protection des droits d’auteur qui apporte une expérience indolore pour le lecteur tout en garantissant l’interopérabilité des ouvrages numériques". Tous les éditeurs français ont ainsi donné leur accord à TEA pour protéger les ebooks avec la technologie CARE. “Grâce à sa compatibilité avec la spécification LCP, le solution CARE permettra la portabilité des achats du lecteur d’un environnement libraire à un autre, contrairement aux DRM propriétaires qui verrouillent le lecteur dans un système fermé.” explique Rémi Bauzac, Directeur R&D de TEA. Tous les détails sur le blog TEA. Nous aurons l'occasion dans les semaines qui viennent de revenir sur l'expérience-client par rapport à cette solution. Rappelons que TEA développe ses solutions pour des clients comme Decitre, Cultura, SuperU, etc. et que CARE devrait avoir un premier impact significatif sur le marché français. On pense notamment à son rôle par rapport au prêt de livres numériques en bibliothèque PNB. On aperçoit enfin le bout d'un long tunnel de la DRM Adobe, en attendant un jour la généralisation des solutions de marquage, le chemin reste long, n'en doutons pas.


L'Harmattan fait ses adieux à la DRM Adobe

HarmattanJe savais déjà la nouvelle en off, je peux désormais l'annoncer. Les Editions L'Harmattan lâche la DRM Adobe sur leurs livres numériques. Ils se tournent désormais vers une solution de tatouage qui n'est pas contrayante pour les lecteurs. C'est la solution proposée par TEA qui a été retenue: "Il s’agit d’un marquage à la fois visible sur le fichier, avec le nom de l’acheteur et son adresse mail, et invisible, réparti dans le document", explique Alessandra Fra, responsable de l’Harmathèque, la bibliothèque numérique de l’éditeur. C'est un catalogue de près de 40.000 titres qui bascule d'un coup vers une solution qui respecte les lecteurs. L'Harmattan est le 215ème éditeur, il rejoint tous ces éditeurs qui proposent déjà des solutions de marquage. Notre liberté de lecteur progresse un peu plus en France (via Livres-Hebdo).


Protection des livres numériques

FiligraneA lire le billet sur le blog du distributeur DeMarque qui revient sur la protection des livres numériques par les éditeurs. Filigrane, DRM, LCP, des explications très claires sur le sujet. Mon relevé des éditeurs français qui utilisent le seul filigrane a dépassé les 150 maisons d'édition. "Les éditeurs qui en font le choix misent sur la bonne foi des lecteurs et sur un partage responsable des livres achetés: il s’agit ainsi d’une forme de dissuasion contre le piratage basée sur le sens éthique des consommateurs". Privilégiez leurs livres. Deux des prix littéraires qui viennent d'être décernés, le Prix Jean Giono pour "Les Tribulations du dernier Sijilmassi" de Fouad Laroui chez Julliard et le Prix Fémina pour "Bain de Lune" de Yanick Lahens chez Sabine Wespieser sont protégés par un seul filigrane. Des éditeurs qui sont respectueux de leurs lecteurs.

PS: un troisième prix toujours sans DRM aujourd'hui, avec le Prix Médicis Etranger pour "Lola Bensky" de Lily Brett chez La Grande Ourse.


Adobe revoie la sécurité

AdobeAdobe a mis à jour hier son logiciel Adobe Digital Editions 4 dans une nouvelle version 4.0.1. La sécurité des données qui circulent sur les utilisateurs serait désormais assurée. Adobe en profite pour repréciser l'utilisation qui est faite de ces données. Comme vous pourrez le constater, on va désormais au-delà d'une simple authentification de principe. Personnellement, je vous conseille toujours de télécharger la version 3 toujours disponible sur la page. Plus de 150 éditeurs français qui tournent le dos désormais aux DRM, souhaitons que beaucoup d'autres dégagent définitivement Adobe l'année prochaine. La question des bibliothèques est préoccupante, souhaitons que d'autres alternatives arrivent vite (via DigitalBookWorld).

PS: à lire la réaction de l'ALA à cette annonce.


Etats-Unis: l'ALA interpelle Adobe

AlaCela n'aura pas tardé. Après les révélations la semaine dernière autour de la sécurité du transfert des données à l'utilisation d'Adobe Digital 4, l'ALA (American Library Association) a demandé officiellement à Adobe d'apporter très rapidement les correctifs nécessaires. Des centaines d'établissements et des dizaines de milliers de lecteurs sont concernés à travers eux. «Les gens attendent et ont droit à ce que leurs lectures restent privées. Les bibliothèques sont garantes de la confidentialité des dossiers de leurs usagers», a déclaré la présidente de l'ALA, Courtney Young. «La transmission en ligne non cryptée des données du lecteur d'une bibliothèque est tout simplement incroyable; elle contourne les lois de plusieurs États à travers tout le pays, qui protègent la confidentialité de nos lecteurs. De plus, cela n'affecte pas que les usagers des bibliothèques, c'est une violation grave de la vie privée pour tous les utilisateurs d'Adobe Digital Editions 4." Une mise à jour a été promise dans les semaines qui viennent par Adobe, qui a confirmé que l'utilisation des données restait celle qui est encadrée par les contrats de licences (voir sur le site).


Adobe répond sur la collecte des données dans ADE 4

AdobeDe très nombreuses réactions hier aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne à propos du billet de Nate Hoffelder qui révêlait les pratiques d'Adobe à partir de son logiciel ADE en version 4. Aucune réaction de la part des éditeurs français, pas un mot sur Livres-Hebdo. Nos lectures données en pâture en clair par Adobe (qui en profiterait même pour fouiller dans nos disques durs), les libraires et les bibliothèques pris en otages par rapport à leurs clients et usagers, pas très grave sans doute. Clément Laberge, chez le distributeur québécois De Marque, a réagit sur Twitter hier: "Il ne fait pas de doute que c'est inacceptable —et que cela soulève des débats qui dépassent largement le seul cas Adobe". Adobe justement qui a répondu hier en communiquant sur DigitalBookWorld. Il a bien reconnu qu'il récoltait des informations et en a donné la liste:

Adobe confirme certains détails des récents rapports publiés par TheDigitalReader et Ars Technica. Adobe Digital Editions 4, la dernière version de la plate-forme d'ebook largement utilisée, organise bien la collecte de nombreuses données sur les habitudes de lecture d'ebook de ses utilisateurs.

Selon Nate Hoffelder de TheDigitalReader: "Adobe recueille des données sur les ebooks qui ont été ouverts, les pages qui ont été lues, et dans quel ordre."

En réponse, Adobe a confirmé que la collecte de ces données regroupant les pratiques sont effectivement en place. "Adobe Digital Editions permet aux utilisateurs de visualiser, de gérer des livres numériques et autres publications numériques, dans leurs capacités à lire sur leurs appareils préférés -qu'ils achètent ou empruntent". Adobe poursuit:

"Toutes les informations recueillies par l'utilisateur sont collectées uniquement à des fins telles que la validation de la licence et de faciliter la mise en œuvre de différents modèles de licence pour les éditeurs. En outre, ces informations ne sont enregistrées que pour le livre numérique en cours de lecture par l'utilisateur et non pour toute autre eBook dans la bibliothèque de l'utilisateur ou en lecture/ disponible dans n'importe quel autre lecteur. La vie privée de l'utilisateur est très importante pour Adobe et toutes les informations sur la collecte des données dans le logiciel Adobe Digital Editions est en ligne avec le contrat de licence de l'utilisateur final et la politique de confidentialité d'Adobe.

Mise à jour: Hoffelder a rapporté que le logiciel Adobe Digital Editions semblait recueillir des informations sur sa bibliothèque entière d'ebooks et pas seulement les titres vus à travers le logiciel Adobe Digital Editions. Dans un échange postérieur avec Adobe, qui comprenait le fichier d'Hoffelder affecté à l'appui de cette suspicion, la société a réitéré sa déclaration antérieure selon laquelle "les informations ne sont enregistrées que pour le livre numérique en cours de lecture par l'utilisateur et non pour toute autre eBook dans le mode de bibliothèque ou en lecture/ disponible dans n'importe quel autre lecteur ".

Selon les derniers rapports, les données semblent transiter sur les serveurs d'Adobe en texte clair, qui fait craindre que des tiers pourraient facilement avoir accès à elles.

Mise à jour: Adobe reconnaît que la transmission de données non cryptées pourrait poser un risque pour la sécurité: "S'agissant de la transmission des données recueillies, Adobe est en train de travailler sur une mise à jour pour résoudre ce problème". Adobe dit en outre que plus d'informations viendront au moment de cette mise à jour.

Dans sa déclaration cet après-midi, Adobe énumère les données qu'il recueille grâce à Adobe Digital Editions:

  • Nom d'utilisateur: le nom d'utilisateur est recueilli pour authentifier l'utilisateur.
  • Device ID: ID de l'appareil est collecté à des fins Digital Right Management (DRM) afin que les éditeurs limitent généralement le nombre d'appareils d'un livre numérique ou la publication numérique qui peuvent y être lus.
  • ID certifié App: le Certified App ID est collecté dans le cadre du flux de travail de la DRM pour s'assurer que les applications certifiés peuvent rendre un livre, réduisant le craquage et l'implémentation caduque de la DRM.
  • Device IP: l'adresse IP de l'appareil est recueillie pour déterminer la zone de géo-localisation, car les éditeurs ont différents modèles de tarification en place en fonction de l'emplacement du lecteur, acheter un eBook donné ou de la publication numérique.
  • Durée pendant laquelle le livre a été lu: cette information est recueillie pour faciliter les modèles de tarification limités ou mesurés afin que les éditeurs ou distributeurs facturent les lecteurs sur une base d'une durée d'un livre lu. Par exemple, un lecteur peut emprunter un livre pour une période de 30 jours. Alors que certains éditeurs/ distributeurs facturent pendant 30 jours à compter de la date du téléchargement, d'autres suivent un modèle de tarification mesurée et facturent pour le temps réel qu'un livre est lu.
  • Pourcentage du livre lu: ces renseignements sont recueillis pour permettre aux éditeurs de mettre en œuvre des modèles d'abonnement dans lesquels ils peuvent facturer en fonction du pourcentage de la lecture du livre. Par exemple, certains éditeurs facturent seulement un pourcentage du prix total si seulement un certain pourcentage du livre est lu.

En outre, les données suivantes sont fournies par l'éditeur dans le cadre de la licence actuelle et DRM pour l'eBook:

  • Date d'achat / téléchargement
  • ID du distributeur et Adobe URL de l'opérateur du serveur de contenu
  • Métadonnées du livre fournies par l'éditeur (y compris le titre, auteur, liste de prix de l'éditeur, le numéro ISBN)

Adobe Digital Editions est utilisé par un grand nombre de lecteurs de livres numériques, y compris les éditeurs et les usagers de bibliothèques. Alors qu'Adobe soutient que ses pratiques de suivi des données sont dans les limites de ses accords d'utilisation et la politique de confidentialité, la portée du programme semble venir comme une surprise pour beaucoup.

Adobe a été contacté pour des éclaircissements et des informations supplémentaires, notamment si Adobe Digital Editions 4, qui a été lancé le 8 septembre dernier, est la seule version de la plate-forme qui ait fait l'objet du programme de collecte de données qu'Adobe présente aujourd'hui. Les versions antérieures semblent jusqu'ici ne pas être affectées. Nous mettrons à jour ce billet dès que d'autres d'informations seront disponibles.

Mise à jour: Adobe n'a pas directement abordé les rapports que les versions précédentes de la plate-forme ne sont pas soumis à la collecte de données, mais il affirme que les accords d'utilisation régissant les versions 3 et 4 ne diffèrent pas par rapport aux données de l'utilisateur. Un porte-parole Adobe dit: "Alors que les capacités des produits supplémentaires ont été ajoutées dans la version 4 pour faciliter les besoins des éditeurs et d'autres modèles d'affaires, le contrat de licence de l'utilisateur final et la politique de confidentialité ne nécessitent pas de changements. Les informations recueillies par l'utilisateur dans les versions 3 et 4 sont collectées uniquement à des fins telles que la validation de la licence et de faciliter la mise en œuvre de différents modèles de licence par les éditeurs".

Un effort de transparence à reconnaître de la part d'Adobe. Des informations que l'on souhaiterait données par d'autres acteurs qui ne communiquent absolument rien. Pour moi les inquiétudes qui restent portent sur la sécurité du transfert des données et la collecte d'informations sur les livres non présents dans ADE4. Bien flou tout cela. Comme je vous le disais hier, en attendant que des mises à jours interviennent et que toutes les informations claires soient données, je vous invite à revenir à la version Adobe Digital Editions 2 que vous trouverez ici. Faites passer le message autour de vous. Videz votre bibliothèque ADE et ne vous en servez que pour télécharger le livre numérique sous DRM. Si vous ouvrez des livres de votre bibliothèque qui ne sont pas sous DRM, ne les copiez pas dans la bibliothèque ADE (une demande vous est systématiquement demandée à la fermeture du fichier).


Adobe Digital Edition : la version 2.0 plus que jamais

Adobe 2On observe de jour en jour avec effarement toutes les magouilles d'Adobe depuis le début de l'année avec les mises à jours d'Adobe Digital Edition en version 3 puis 4 tout récemment. Et encore, on ne sait sans doute pas tout. Je vous avais prévenu à l'époque. Adobe, sur la page d'accueil, a supprimé la version 2 du logiciel. Si malheureusement vous avez procédé à la mise à jour ou si vous débutez seulement dans l'univers du livre numérique, je vous conseille de retélécharger la version 2 qui est encore disponible ici. C'est encore assez discret sur le site Adobe, il faut bien chercher ici. Je met également le fichier en téléchargement direct en archive. A reconfigurer évidemment avec votre identifiant personnel ID Adobe pour récupérer vos livres sous DRM. C'est un moindre mal en attendant des jours que l'on souhaite meilleurs.

PS: Micah, CEO de Blue Fire, a confirmé de privilégier l'utilisation de ADE3 pour éviter la collecte de données. Dans le doute, pourri pour pourri, je préfère aller jusqu'à ADE2 :-)


Adobe espionne les lecteurs, collecte des données sur nos bibliothèques

AdobeQuand pourra-t-on en finir avec Adobe? C'est la question qui vient naturellement à la lecture du billet publié hier sur TheDigitalReader. Une alerte de plus -nous en avions déjà eu au printemps dernier de la part de spécialistes de ces questions-, mais qui pose aujourd'hui clairement le problème de l'utilisation qui est faite des données sur nos bibliothèques personnelles. Je donne une traduction complète de ce billet tant il interpelle sur la politique suivie par Adobe avec sa version ADE4. Il serait enfin temps que les éditeurs européens agissent enfin solidairement pour clarifier les conditions dans lesquelles Adobe utilise les données de millions de lecteurs à travers toute l'Europe. C'est aussi à la Commission Européenne de se pencher sur ce problème, tant l'échelle est importante aujourd'hui avec le développement de la lecture numérique dans tous les pays. En France on pense également au développement de PNB (Prêt numérique en bibliothèque), un dispositif qui doit absolument être clarifié quant aux informations que récupère effectivement Adobe au niveau des bibliothèques et des abonnés concernés. La traduction du billet de Nate Hoffelder:

Adobe vient de nous faire une démonstration éloquente de la manière dont il traite aujourd'hui les questions de sécurité et de confidentialité.

Un ami hacker m'a alerté sur le niveau de violation de la sécurité et de la vie privée de la part d'Adobe. Celui-ci examinait la DRM d'Adobe à des fins éducatives quand il a remarqué que Adobe Digital Editions 4, la nouvelle version de l'application de lecture d'Epub d'Adobe, semblait envoyer un très grand nombre de données vers les serveurs d'Adobe.

Cette source m'a dit, et je peux le confirmer, qu'Adobe suit les utilisateurs au travers de l'application et télécharge les données sur leurs serveurs (Adobe a été contacté à l'avance de cette publication, mais a refusé de répondre).

Pour être clair, je peux aussi vous dire que Benjamin Daniel Mussler, le chercheur en sécurité, qui a trouvé la faille de sécurité sur Amazon.com, a également testé cela à ma demande et l'a vu de ses propres yeux.

Adobe recueille des données sur les livres numériques qui ont été ouverts, les pages qui ont été lues, et dans quel ordre. Toutes ces données, y compris le titre, l'éditeur, et d'autres métadonnées sur le livre sont actuellement envoyées au serveur d'Adobe en texte clair.

Je ne plaisante pas; Adobe n'est pas seulement connecté à ce que les utilisateurs font, il procède aussi à l'envoi de ces données sur leurs serveurs en clair, d'une façon telle que toute personne observant l'accès aux serveurs peut librement tout écouter et tout savoir.

Mais attendez, il y a plus.

Adobe n'est pas seulement en train de traquer ce que les utilisateurs font avec ADE4; cette application a également été scanné mon ordinateur, organiser la collecte des métadonnées de tous les ebooks installés sur mon disque dur et le téléchargement de ces données envoyé sur les serveurs d'Adobe.

Pour être clair, ce qui inclut non seulement les ebooks j'ai ouvert avec ADE4, mais aussi les ebooks que je stocke dans Calibre et chaque ebook en Epub que j'installe sur mon disque dur.

Juste pour montrer que je ne suis ni en train d'exagérer ni d'être sous l'influence d'un quelconque médicament, en voici la preuve.

     ADE-4-datacollector
     données adobe

Le premier fichier prouve que Adobe suit les utilisateurs au travers de l'application, tandis que le second montre que Adobe indexe ma collection d'ebooks.

Les deux fichiers ci-dessus ont été générés en utilisant les données recueillies par une application appelée Wireshark. Cette petite application astucieuse peut être utilisé pour connecter l'ensemble des informations qui sont envoyés ou reçus par l'ordinateur via un réseau. Muussler et moi, nous avons vu que les données ont été envoyées à 192.150.16.235, l'une des adresses IP d'Adobe. Wireshark connecte toutes les données envoyées à Adobe et sur ​​demande réinjecte les fichiers texte.

Il s'agit d'une violation caractérisée de la vie privée et de la sécurité à un niveau tel que je passerais sur les aspects techniques et encore moins sur les aspects juridiques soulevés.

Sur le plan technique, ce genre d'erreur n'est pas nouvelle. De nombreuses applications ont été pris en train d'envoyer des données en texte clair, et d'autres ont été surprises à capturer des données sans autorisation (des carnets d'adresses mail, par exemple). De plus, LG a été pris dans une violation de la confidentialité très similaire  en novembre dernier lorsque l'un de leur Smart TV a été surpris à télécharger les métadonnées de fichiers privés d'un utilisateur vers les serveurs de LG -et comme Adobe, ces données ont été envoyé en texte clair.

Je partage ces détails qui ne sont pas là pour excuser ou justifier Adobe, mais pour vous montrer que c'est une erreur stupide et crétine, que Adobe aurait vu venir à bout s'ils avaient eu ne serait-ce que le cerveau d'un poisson rouge.

En ce qui concerne les aspects juridiques, je ne suis toujours pas sûr de combien de lois sur la protection de la vie privée ont été violés. La plupart des États américains ont des lois sur la vie privée sur les livres empruntés dans les bibliothèques; si l'application a été installé dans une bibliothèque ou utilisée avec un ebook d'une bibliothèque alors ces lois n'ont pas été respectés. De plus, Adobe peut avoir également violé les sections de protection des données de la FERPA, les droits à l'éducation familiale et la vie privée, et des lois similaires adoptées par les États comme la Californie (je vais devoir laisser un avocat répondre à ce sujet).

Et puis il y a les lois européennes sur la confidentialité, dont certaines font les lois des États-Unis très laxistes en regard.

En parlant de l'Europe, la Foire du Livre de Francfurt s'ouvre cette semaine. Adobe sera présent sur les stands, et quelque chose me dit qu'ils ne seront pas déçu du voyage (pour ma part j'ai l'espoir que la direction d'Adobe sera présente pour être interrogé).

En tout cas, je vous recommande fortement en tant qu'utilisateurs d'éviter de mettre à jour les applications d'Adobe. Heureusement pour nous, il existe des alternatives.

Plutôt que d'utiliser ADE 4, je vous suggère d'utiliser une application fournie par Amazon, Google, Apple ou Kobo. Amazon utilise le format Kindle, et chacune des trois dernières plates-formes d'ebook utilise sa propre DRM unique et le format Epub comme format de fichier à l'intérieur de leurs applications (Google et Kobo vous permettront de télécharger un ebook qui peut être lu dans Adobe DE, que la DRM n'est pas utilisé en interne soit par Kobo ou Google).

Chacune de ces quatre plates-formes sont sensibles à la faille de sécurité d'Adobe. Bien sûr, je ne peux pas dire avec certitude si ces plates-formes sont plus sûres et privées qu'Adobe, mais je suis sûr qu'elles seront plus dans le respect de la sécurité dans les prochaines semaines.

PS: à lire également le billet d'Eric sur Survol.


Aquafadas : un nouveau lecteur web HTML5

AquafadasUne annonce intéressante aujourd'hui. On connait depuis de nombreuses années la société Aquafadas qui développe pour les éditeurs des solutions de publications multi-plateformes pour tous les supports. Une nouvelle étape est franchie aujourd'hui avec l'annonce d'un lecteur web HTML5. Depuis le plugin pour InDesign d'Aquafadas, on peut désormais exporter sa publication en WebReader HTML5, c’est-à-dire générer un dossier prêt à être déposé sur un site internet. Les éditeurs ont dorénavant la possibilité de ne pas se limiter aux tablettes et diffuser aussi leurs publications numériques sur leur site. Intérêt supplémentaire, le contenu de la publication HTML5 peut être référencé sur les moteurs de recherche. Ce lecteur web est compatible avec les derniers navigateurs, avec les navigateurs mobiles et plein d’OS (OS X, Windows 8…). Aquafadas étend les possibilités. Depuis un même système, on peut créer à la fois des app natives (iOS, Android, Amazon) et un webreader HTML5 générique. Une véritable innovation supplémentaire pour les éditeurs. A signaler que ce web reader est compatible avec les enrichissements standards tels que vidéo, audio, diaporama, mise en page défilante, animation HTML5; il peut être personnalisé grâce à un accès au fichier CSS. Un document de démo est disponible ici.


DRM: Random House bouge en Allemagne

Penguin-Random-image-1-107x150Allons-nous assister à un tournant sur le front des DRMs? Ces verrous qui bloquent les usages de nos livres numériques. C'est la question que l'on peut légitimement se poser avec l'annonce qui vient d'être faite en Allemagne. L'éditeur Penguin, filiale du groupe Random House qui appartient à Bertelsmann, aurait supprimé les restrictions de la DRM Adobe chez plusieurs détaillants, optant pour une solution de watermark (tatouage numérique). C'est le site Lesen qui a donné cette information aujourd'hui. D'autres filiales seraient aussi concernées. A prendre quand même avec beaucoup de prudence, pas d'annonce officielle encore du côté de Penguin/ Random House. Un premier domino dans l'édifice? Si c'est bien confirmé, le petit pingouin ne serait décidément pas manchot (via TheDigitalReader). Côté français, le débat avance aussi. Je sais par certains détaillants que le taux du catalogue sous DRM "baisse doucement mais sûrement". A cause d’incompatibilités techniques, notamment du côté des ePub3, certains éditeurs "ne seraient plus dans l’opposition idéologique à tout refuser ce qui n’est pas sous DRM". A suivre, d'abord du côté de nos amis allemands, on rêverait d'annonces à la prochaine Foire de Frankfurt en octobre.

PS: retour à la réalité malheureusement, l'espoir n'aura été que de courte durée. C'est finalement une erreur technique qui était en cause. Le pingouin reste enchainé.


e-Readers has Killed Adobe

TrafalgarAdobe annonçait la semaine dernière une nouvelle mise à jour de son logiciel Adobe Digital Editions en version 3. Je vous exhortais de ne pas la télécharger. En fait, il ne "s'agissait" pas d'une simple mise à jour mais d'une refonte complète de l'éco-système de la DRM Adobe, supportée par l'ensemble des acteurs indépendants sur le marché. Adobe a divulgué lundi le planning et les nouvelles conditions qui "devaient" entourer le déploiement de cette nouvelle DRM. Aucun des acteurs du marché (éditeurs, distributeurs, fabricants de liseuses, développeurs d'applications, etc.) n'ayant été préalablement tenu au courant, tous mis devant le fait accompli avec un planning dément de mars à juillet pour mettre à jour toutes les liseuses du marché. Inconcevable. A partir du mois de juillet, la bascule étant complètement réalisée. Les anciennes liseuses bonnes à jeter, car ne pouvant ouvrir de livres supportant la nouvelle DRM. Certains comme GoodeReader commençait même à lancer des titres provocateurs "Adobe has killed e-Readers". Vous aurez remarqué que mes verbes sont tous au passé. Cela n'aura pas tenu 48h. Désolé messieurs. Devant le tollé général de tous les professionnels depuis lundi, Adobe a été renvoyé à ses chères études, le communiqué est tombé dans la nuit. Une tempète dans un verre d'eau mais qui aura mis en valeur une chose: Adobe est désormais complètement décrédibilisé en ayant voulu passer en force de la sorte. Cette DRM Adobe pourrie et la daube ADE pour aller avec, seront sans doute enterrées cette année. Les liseuses et tous les lecteurs ont bien gagnés la partie aujourd'hui, même si ce n'est pas encore la guerre qui les opposent aux DRM, pour lire sans contraintes sur tous les supports existants comme dans l'univers de la musique. Le communiqué d'Adobe pourrait bien être le dernier chant du cygne (un signe?) avec la mise en place de Readium, souhaité par tous les acteurs du marché.

Dear Valued Datalogics Customers:

As stated during our January 29th Datalogics and Adobe webinar announcing the release of the new hardened Digital Rights Management (DRM) for Reader Mobile SDK (RMSDK) 10 and Adobe Content Server (ACS) 5, Adobe revealed a July 2014 time table for migrating to RMSDK 10 and ACS 5.

After receiving feedback from customers and webinar attendees, Adobe has revised the migration timetable for customers.  “Adobe does not plan to stop support for ACS 4 or RMSDK 9.  ACS 5 books will be delivered to the older RMSDK 9 based readers”, according to Shameer Ayyappan, Senior Product Manager at Adobe.  “We will let our resellers and publishers decide when they wish to set the DRM flag on ACS 5, thus enforcing the need for RMSDK 10 based readers.”

In other words, ACS and RMSDK customers can migrate to the new hardened DRM that provides a higher degree of security to EPUB & PDF content and prevents unauthorized viewing of content now and in the future in a timeframe that makes sense for them.

We’ll continue to work closely with Adobe on the transition details, and will post additional information here when it becomes available. In the meantime, feel free to share your thoughts and questions in the comments below.

Thank you,

Datalogics Team

Gardez vos liseuses, gardez votre version ADE en version 2. Cela ne vous empêche surtout pas, bien entendu, de libérer vos livres dans les prochaines semaines. On ne peut que remercier Micah Bowers (BlueFire) et Hadrien Gardeur (Feedbooks) d'avoir alerté les consciences dès la semaine dernière.


DRM Adobe : on vous aura prévenu

SosJe vous lançais un appel la semaine dernière pour ne pas télécharger la version 3 d'Adobe Digital Editions. Des nuages sombres se profilent malheureusement sur la comptabilité de votre bibliothèque actuelle, de vos liseuses, avec la prochaine version de cette DRM. Dans quelques mois la bascule sera effectuée. Je prépare un billet sur ces nouvelles conditions. En attendant, je vous incite vivement à nettoyer votre bibliothèque actuelle de toute DRM Adobe. C'est très simple, mieux vaut prévenir que guérir. Parlez-en autour de vous. Dans quelques mois, il sera tout simplement trop tard. Prenez le temps soit avec ePubee, soit avec l'extention de Calibre (détails ici). Libérez votre bibliothèque des prédateurs, pire que les insectes et les champignons. A bon entendeur.


Adobe Digital Editions 3.0 : ne pas télécharger

AdeAdobe Digital Editions dans sa version 3 à peine annoncé la semaine dernière que déjà des voix s'élèvent qui émettent de sérieux doutes sur sa mise en place. Ainsi les créateurs de BlueFire et Feedbooks se sont exprimés en l'espace de quelques heures sur twitter. Bref, prudence, passez votre chemin pour l'instant si vous ne voulez pas rester en rade. Quand ces gars-là le disent...

PS: il n'y a pas le feu, surtout ne pas succomber à la campagne d'intox lancée aujourd'hui, continuer tranquillement à utiliser la version 2. Pour les petits nouveaux, télécharger toujours pour l'instant cette version 2.0.1 en bas de page.

Micah

Gardeur


Adobe Digital Editions 3.0 : la DRM lave plus blanc

ADEAdobe a annoncé une nouvelle version 3.0 de son logiciel Adobe Digital Editions pour lire les livres numériques au format ePub. L'occasion surtout, sur le mode déclaratif, de justifier la gabelle versée par les éditeurs par le renforcement de la DRM, véritable passoire. Le temps comme d'habitude aux solutions bien connues de déverrouillage de se mettre à jour, quelques semaines? A privilégier plus que jamais les éditeurs qui s'en passent intelligemment, ils sont nombreux en France. En attendant malheureusement encore 2014 que la plaisanterie cesse, ma dernière lecture d'un ePub sous DRM Adobe doit bien remonter à 2008, c'est dire... (via GoodeReader).


Adobe : les comptes sont piratés

AdobeMessage dans la boite mail ce matin de la société Adobe qui confirme ce qui avait circulé la semaine dernière, à savoir du piratage de tous les comptes de ses clients. Tous les acheteurs de livres numériques en France avec une DRM Adobe sont concernés. Non seulement les livres que vous achetez sont soumis à des restrictions d'usage de plus en abérrantes avec la vaste diffusion des supports (smartphones, tablettes, liseuses) mais n'êtes pas à l'abri du piratage de vos données personnelles. Décidément, le meilleur des mondes pour l'offre légale... 

Objet : Informations importantes relatives à la réinitialisation des mots de passe

Nous avons récemment découvert qu'un pirate a illégalement pénétré notre réseau et a pu avoir accès à votre identifiant et à votre mot de passe chiffré Adobe. Nous ne disposons actuellement d'aucune information confirmant des activités suspectes sur votre compte.

Pour éviter tout accès non autorisé à votre compte, nous avons réinitialisé votre mot de passe. Veuillez vous rendre sur le site www.adobe.com/go/passwordreset_fr pour créer un nouveau mot de passe. Nous vous recommandons de modifier également le mot de passe de tous les sites sur lesquels vous utilisez le même identifiant utilisateur ou mot de passe. Par ailleurs, faites preuve de vigilance en cas de réception d'e-mails ou d'appels téléphoniques suspects vous demandant de fournir des informations personnelles.

Nous regrettons profondément tout désagrément que cela pourrait vous causer.  La confiance et la protection de nos clients sont essentielles à nos yeux. Nous poursuivrons nos efforts afin d'éviter que ce genre d'incident ne se reproduise à l'avenir. Pour toute question, visitez notre page d'alerte à la clientèle disponible ici.


Adobe rejoint Readium

AdobeAnnonce importante cette semaine avec l'arrivée de la société Adobe dans la fondation Readium, dont la mission est de développer des composants Open Source pour faire progresser l'édition numérique au format EPUB et les modèles web ouverts. Adobe a déclaré avoir "l'intention d'apporter une contribution significative au développement du projet SDK Readium, un moteur EPUB 3 de rendu complet optimisé pour les applications natives sur des tablettes et autres appareils mobiles". Adobe est un acteur décisif, aussi bien en amont sur la production de contenus avec des logiciels comme Indesign et en aval avec ACS4, la solution de DRM (Digital Rights Management) la plus répandue sur le marché. Le communiqué est ici.


Acheter un livre numérique? Pas plus compliqué qu'acheter un morceau de musique

Ipod KoboCompliqué le livre numérique? Pas du tout, il y a bien des à-priori sur le sujet. Acheter un livre numérique, ce n'est pas plus compliqué qu'acheter un morceau de musique. Même si vous désirez acheter chez un autre opérateur qu'Apple, Amazon et Google qui vous proposent l'achat en quelques clics dans leurs modèles fermés (si vous clôturez votre compte un jour, votre bibliothèque sera perdue), la procédure est finalement assez simple si vous souhaitez acheter chez des libraires indépendants. Tous les modèles de livres électroniques/ liseuses, tablettes et smartphones peuvent être utilisés pour acheter des fichiers ePub (sauf les Kindle d'Amazon et son format propriétaire). Démonstration, suivez le guide:

1/ Première chose à faire, c'est d'ouvrir un compte Adobe pour Adobe Digital Edition. 80% de l'offre de livres numériques en France est proposée avec une DRM Adobe, un système de protection qui va devoir vous reconnaître quand vous allez ouvrir votre fichier numérique au format ePub pour le lire et cela sur vos différents appareils. C'est Adobe qui gère cette authentification, donc passage obligatoire, tous les libraires autres qu'Apple, Amazon et Google passent par Adobe pour la gestion de la fameuse DRM.

  • Ouvrir un compte Adobe ici. Gardez bien votre mot de passe.
  • Téléchargez Adobe Digital Edition (la version 3.0 en bas suffit parfaitement) sur le bureau de votre ordinateur et le synchroniser avec votre compte (en haut à gauche, dans Aide du logiciel ouvert). Ce logiciel va à la fois vous permettre de lire vos fichiers ePub sur l'ordinateur, constituer votre bibliothèque et gérer cette fameuse authentification de la DRM.
  • Connectez ensuite avec un cable usb votre liseuse à l'ordinateur. Adobe Digital Editions la reconnaît comme un périphérique (idem clé usb par exemple) et la reconnaitra ensuite; c'est exactement la même chose si vous utilisez un iPod avec iTunes par exemple.
  • Je vous conseille de garder l'icône ADE sur votre bureau, même si vous ne lisez pas sur votre ordinateur, la gestion de vos livres numériques sera plus simple avec l'ouverture à portée de clic.
  • Rassurez-vous, pour l'opération de compte, une fois faite vous n'aurez plus à y revenir.

2/ Vous aimez acheter vos livres en librairies, imaginons que vous vouliez acheter une version numérique de celui que vous avez découvert sur les tables. Cela tombe bien, le libraire dispose d'une offre de livres numériques sur son site internet (ou peut-être même en magasin); je prends par exemple la librairie Doucet au Mans, qui dispose d'un rayon, mais il y en a des dizaines d'autres en France qui ont adopté sur leurs sites les solutions ePagine, LesLibraires.fr, Numilog, Tea.

  • Créez votre compte avec la boite mail que vous utilisez effectivement.
  • Repérez votre livre dans le site, rayons thématiques, moteur de recherche, etc.
  • Constituez votre panier, l'achat se fait de la même façon qu'un autre achat en ligne
  • Lors de votre premier achat, rentrez vos numéros de cartes de crédit, lors de vos prochains achats vous pourrez acheter directement en un clic.
  • Une fois validé, un code va vous être envoyé dans votre boite mail.
  • En ouvrant ce code, le téléchargement se fait et se synchronise automatiquement avec votre compte Adobe Digital Editions. Bien entendu si vous achetez un livre sans DRM ou avec un simple marquage, le résultat sera le même, il viendra directement sur votre ordinateur sans passer par ADE.
  • Votre livre a rejoint votre bibliothèque ADE.
  • Il vous suffit ensuite de glisser l'icône de votre livre dans votre liseuse que vous aurez connecté avec le cable usb.
  • Une fois que vous aurez fait la petite manip de départ, vous achetez votre livre en moins de 2 minutes, aussi vite que votre morceau de musique sur iTunes!
  • Et hop, bonne lecture!

PS: pour smarphones et tablettes, vous pouvez récupérer vos livres en téléchargeant préalablement des applications de lecture comme Aldiko, BlueFire ou Mantano (Android) ou dans votre bibliothèque sur l'iPad. La synchronisation avec la DRM Adobe est proposée sur chaque application et à faire également pour lire vos livres.

Ma carte des librairies qui proposent une offre numérique avec des couleurs selon les solutions adoptées. Les librairies sont chaque semaine plus nombreuses.



Afficher Librairies numériques sur une carte plus grande


Un magazine avec les solutions Aquafadas

SemaineJe vous indique un magazine à tester gratuitement sur l'iPad, c'est "La Semaine du Jeu Vidéo": un magazine numérique gratuit particulièrement novateur, totalement interactif et financé par des publicités innovantes, créé grâce au Système de Publication Numérique d'Aquafadas et notamment son plugin pour InDesign.

Une analyse détaillée des technologies utilisées par La Semaine du Jeu Vidéo est à retrouver ici. Pour télécharger l'application sur iTunes, c'est par ici.


InDesign : éditer en numérique

9782212854213_mediumA signaler la parution aux Editions Eyrolles d'un livre qui en intéressera plus d'un, "Edition numérique avec InDesign" de Pierre Labbe, l'un des grands spécialiste du logiciel. L'occasion de faire le point sur les suites, sur ce que l'on peut faire ou pas, facilement ou pas. La version numérique est disponible, elle aussi, au prix de 9,99€ sans DRM (ePub et PDF). Merci Eyrolles!


ePUBee : enlever la DRM Adobe

EpubeeVous êtes nombreux à me demander à chaque fois comment se débarrasser de la DRM Adobe, ce virus qui nous empêche de disposer de nos livres, honnêtement achetés chez nos libraires préférés. Toutes les explications sur mon billet paru au mois de mai l'année dernière après le coup de gueule du très médiatique Korben. Il figure déjà dans mes billets les plus lus, on va en remettre une couche pour tous les nouveaux venus en ce début d'année. Une pensée à la Librairie Dialogues et à tous les éditeurs qui ont décidé de se passer de virus. D'autres suivent! Vivent les livres libres et honnêtement achetés!