142 notes dans la catégorie "Couleur"

Toppan avec eInk sur l'affichage couleur

ToppanLe géant asiatique de l'imprimé Toppan a annoncé la semaine dernière un partenariat avec le fabricant d'encre électronique eInk. Une annonce sans doute liée à la récente présentation très convaincante de la technologie couleur Acep à San Francisco en mai dernier. L'accord parle d'un grand dispositif 32 pouces flexible pour l'affichage publicitaire. L'indication de la date en fin 2017 (via TheDigitalReader).


Un Kindle couleur 8 pouces en fin d'année ?

KindleLes rumeurs de plus en plus insistantes autour du fameux Kindle couleur. Amazon pourrait bien lancer un modèle au format 8 pouces en fin d'année. En amont Amazon investit largement le domaine de l'éducation, en aval les nouveaux dispositifs de lecture se préparent. Adieu tablettes, les liseuses couleur seraient peut-être bien dans les starting-blocks. Depuis le début de l'année, le déploiement d'une unité de production de Liquavista, filiale d'Amazon, se réalise en Chine autour du Beijing Century Joyo Information Technology, à Shenzhen. Le centre opérationnel et l'assemblage devraient être là. Un marché considérable pour Amazon qui va bien au-delà de l'éducation, bandes dessinées, mangas, pratique et presse magazine (via GoodeReader).

Pour mémoire, revoir la présentation de cette technologie en 2010 déjà. Amazon a racheté Liquavista en 2013... 


Etats-Unis : l'éducation inspire Amazon

InspireOn a beaucoup parlé il y a quelques mois de l'accord entre Amazon et Canopé, le réseau de création et d'accompagnement pédagogiques sous la tutelle de l'Education Nationale. Ils sont tous dans les starting-blocks les Apple, Google, Microsoft, peut-être demain Facebook. L'enjeu de l'éducation institutionnelle est considérable pour les GAFA anglo-saxonnes. Amazon annonce aujourd'hui aux Etats-Unis la sortie d'un programme Inspire en version béta. Il s'agit d'une plate-forme gratuite pour les enseignants, pour rechercher, découvrir et échanger des ressources éducatives. Amazon collabore d'ores et déjà avec le département de l'éducation américain sur ce programme (via NewYorkTimes). Nul doute qu'Amazon prépare activement son arrivée demain sur de nouveaux supports de lecture en couleur. Au début de l'année, Amazon annonçait le développement d'une équipe en Chine autour de la production du procédé Liquavista. Contenus, contenants, les choses s'activent, 2017? 2018? Le compte à rebours semble bien lancé...


E Ink : première vidéo du procédé ACeP

E-ink_logoDes photos et une première vidéo en direct du SID 2016 pour présenter les panneaux en ACeP (Advanced Color Epaper), le nouveau procédé d'encre électronique couleur annoncé par E Ink hier. La qualité est bluffante avec des couleurs contrastées. Une présentation en lumière du jour s'impose. Reste le passage en production, c'est jusqu'ici ce qui a posé problème depuis de nombreuses années pour beaucoup de technologies concurrentes. E Ink est bien placé avec le succès de son procédé noir et blanc. Ce SID 2016 pourrait bien rester dans les annales.

PS: d'après le site GoodeReader, la technologie ACeP ne sera pas prête pour une production de masse pour les ereaders (liseuses) avant 2018. D'ici là  E Ink va se concentrer sur l'affichage et la signalétique.

Acep

Acep2


E Ink présente un papier électronique couleur avancé (ACeP)

DisplayweekUne nouvelle importante aujourd'hui. La société E Ink, le principal innovateur de la technologie de l'encre électronique dans le monde, a profité du DisplayWeek SID 2016 de San Francisco pour annoncer aujourd'hui par communiqué de presse une percée technologique majeure avec un papier électronique couleur avancé (ACeP-Advanced Color E-Paper) :

«L'ACeP est un plein écran couleur de haute qualité en lumière réflexive (sans rétro-éclairage). Pour la première fois, un affichage électrophorétique (EPD) peut produire une couleur à chaque pixel sans l'utilisation d'un réseau de filtres de couleur (CFA). ACeP établit une nouvelle norme pour les couleurs vives et réfléchissantes réalisable avec EPD. L'application cible initiale pour ACeP sera pour la signalisation numérique.

ACeP réalise une gamme de couleurs complète, qui comprend les huit couleurs primaires, en utilisant seulement des pigments colorés. L'affichage utilise une seule couche de fluide électrophorétique, qui est commandé à l'aide des tensions compatibles avec les panneaux arrière TFT commerciaux. Le fluide peut être incorporé dans chaque microcapsule ou des structures Microcup®. La richesse des couleurs est réalisé en ayant tous les pigments de couleur dans chaque élément d'image (pixel) plutôt que les couleurs côte à côte en pixels obtenus avec un CFA. Ceci élimine l'atténuation de la lumière, qui peut être très importante. Comme l'actuel ePaper de E Ink, ACeP maintient la très faible puissance énergétique nécessaire et la lisibilité du papier électronique dans toutes les conditions d'éclairage.

«Au fond, E Ink est une entreprise de matériaux et de technologie», a déclaré Frank Ko, président de E Ink Holdings. «Il est de ce noyau qui fournit l'énergie et la fondation pour le flux de produits en cours de développement à base d'encre électronique. Nous nous attendons avec ACeP à devenir le socle sur lequel une autre génération de produits d'affichage EPD peuvent être développés".

Dans l'élaboration de l'ACeP, les chercheurs ont résolu le problème très complexe de la façon d'obtenir la couleur de réflexion à chaque pixel dans une structure commercialement viable. D'autres approches ont utilisé l'empilement des structures de fond de panneaux qui sont complexes, difficiles à fabriquer et coûteuses. L'approche de E Ink utilise un seul fond de panneau. De nombreux matériaux et des inventions de forme d'onde sont nécessaires pour commander indépendamment la position des nombreux pigments de couleur.

«L'équipe technique a été convaincu de ce qui était réalisable», a déclaré Michael McCreary, CTO E Ink Corporation. «L'équipe R&D globale de E Ink a une profonde compréhension et l'expérience des affichages électrophorétiques. Au cours des années de travail acharné pour appliquer cette expérience à la couleur, les percées nécessaires pour atteindre ce jalon étaient nombreuses et fréquentes. Nous sommes très fiers de l'accomplissement et le dévouement de l'équipe à cette tâche.»

Plusieurs panneaux au format 20 pouces affichants une résolution de 1600 x 2500 en 150 ppi ont été construits. ACeP sera exposé sur le stand E Ink (#521) lors de la conférence au Moscone Center du mardi 24 mai au jeudi 26 mai 2016.»

Le communiqué sur Business Wire est ici. Cette traduction est sans doute imparfaite, merci pour vos commentaires. Lire aussi le billet sur Mashable.

A signaler que E Ink a reçu au début du mois de mai un prix prestigieux aux Etats-Unis, celui du National Inventors Hall Of Fame pour la contribution du procédé de l'encre électronique, développé par ses trois représentants Jonathan Albert, Barrett Comiskey et Joseph Jacobson. Voir sur le site.

Une première image du procédé ACeP. Nous devrions en savoir plus bientôt, sans doute des vidéos de présentation...

Eink


Bookeen : interview de Michaël Dahan

DahanL'annonce hier du partenariat entre Leclerc et Bookeen remet en lumière l'activité du fabricant français Bookeen, l'un des pionniers sur le marché de la lecture numérique depuis 2003. C'était l'occasion d'interroger Michaël Dahan, le PDG de Bookeen, à la fois sur cet accord et plus généralement sur le marché des liseuses.

Joli coup que cet accord de partenariat, pouvez-vous nous en dire plus ?

Oui, nous sommes fiers d'avoir signé avec E.Leclerc, l'un des grands acteurs du livre en France. Aujourd'hui les partenariats avec les distributeurs représentent presque 90% de notre chiffre d'affaires. Avec Relay, Carrefour France sur l'offre Nolim il y a deux ans, les succès sont au rendez-vous. C'est ce qui a convaincu un nouveau partenaire comme E.Leclerc. Une alliance naturelle entre notre savoir-faire technologique et des distributeurs en recherche de solutions clés en mains. Une plateforme de téléchargement de livres numériques, les applications, les liseuses, les accessoires, bref tout l'environnement est couteux en terme de développement et d'évolution. La mutualisation est absolument indispensable pour rivaliser avec les géants anglo-saxons.

Où en est Bookeen? Vous continuez également un déploiement à l'international, n'est-ce pas?

Nous sommes à l'équilibre depuis 2014, avec un chiffre d'affaires de 12 millions d'euros l'en dernier. Nous avons procédé à une levée de fonds auprès de Turenne Capital en 2009, la société autofinance aujourd'hui sa croissance. Une nouvelle levée est toutefois envisagée l'an prochain pour accélérer notre développement. Nous continuons notre développement à l'international. Parmi nos clients figurent Carrefour Espagne et Belgique, le premier libraire brésilien Saraiva, le premier libraire en ligne suédois Adlibris, ainsi que des distributeurs en Italie, Hongrie, Russie, etc.

Comment percevez-vous le marché des liseuses?

Les liseuses sont adaptés à la lecture numérique. Elles le restent pour les lecteurs exigeants en terme de confort. Nous observons cette tendance sur tous les marchés, même les plus avancés. Même si leur renouvellement est plus lent que sur d'autres gammes de produits électroniques, nous nous adressons à une clientèle qui a saisi aujourd'hui leur spécificité. En France, nous avons encore de belles perspectives de ventes, notamment en régions dans des zones où la Fnac n'est pas présente.

Quels sont les perspectives d'évolution, notamment au niveau de la couleur?

Nous allons d'abord terminer nos développements autour de l'allongement de la durée d'autonomie des liseuses avec la technologie solaire Wysips de Sunpartner Technologies. Nous seront prêts en principe en fin d'année. L'année prochaine nous allons nous consacrer à des modèles plus grands, tout cela bien sûr en fonction des souhaits de nos clients. Notre premier Cybook Ocean est en train d'évoluer avec un écran en eInk Carta. Le premier modèle nous a conforté dans l'idée qu'il y avait un potentiel important de ce côté-là. Nous sommes bien sûr également très attentif aux grands écrans au format A4 et à des solutions d'écriture. Pour la couleur, il faudra attendre encore. Il y a de gros progrès chez eInk du côté du contraste des couleurs. Les filtres ont été supprimés, les capsules d'encre de couleurs ont désormais un rendu satisfaisant. En revanche il y a encore de gros progrès à faire du côté des temps de rafraichissement d'écrans, encore bien trop importants. Nous sommes attachés à améliorer l'expérience utilisateur, mais nous ne souhaitons pas proposer des solutions qui ne soient pas complètement satisfaisantes dans les usages.

Succès à Bookeen! Je remercie Michaël Dahan de m'avoir accordé un peu de son temps précieux, surtout cette semaine.


Amazon : la technologie Liquavista en production?

LiquavistaDéjà bientôt une année qu'Amazon a mis la main sur Liquavista et sa technologie "electrowetting" d'affichage réfléxif couleur. Des embauches récentes en ce moment chez Liquavista, des signes que la phase de R&D serait réalisée, que la phase d'une mise en production serait peut-être sur le point d'être lancée. Un Kindle en couleur pour 2015? A suivre... (via GoodeReader et MobileRead).


PocketBook Color Lux : test complet

100_9974Test très attendu je dois le dire, puisque c'est le premier que je réalise sur un modèle de liseuse/ livre électronique à l'affichage couleur. Plusieurs années maintenant que l'on attend ce type de dispositifs, à chaque fois entre espoirs et désillusions. Si la technologie noir et blanc n'a cessé de progresser, la couleur bute encore sur des difficultés dans le rendu des couleurs et la mise en production. Ce modèle fait partie de la deuxième génération chez eInk, baptisée Triton 2. Voici donc ce PocketBook Color Lux, premier modèle disponible en France depuis une petite semaine au prix de 249,99€, sur le site de PocketBook mais aussi à la librairie Eyrolles, Boulevard Saint-Germain à Paris, si vous souhaitez aller le découvrir vous-même. Contrairement à des tablettes LCD, l'affichage se présente sans rétro-éclairage et nécessite une lumière du jour incidente comme pour une liseuse noir et blanc. Il dispose également d'un éclairage intégré avec des diodes sur les côtés de l'écran, comme en dispose plusieurs modèles de liseuses depuis quelques années. PocketBook est le troisième courageux fabricants (après Hanvon et Ectaco) à mener la production en série de ces premiers modèles avec la technologie couleur eInk. Suivez-moi pour le tour du propriétaire: 

Prise en main: Packaging sobre, livré avec juste le traditionnel cordon usb. Excellente première impression, ce PocketBook Color Lux est agréable à prendre en main. C'est d'abord le généreux écran 8 pouces qui frappe bien entendu. Une matière soft touch très agréable au dos. Design réussi, tout en rondeurs, il est d'une épaisseur légèrement variable, plus épais dans sa partie droite de l'ordre d'un centimètre (un peu plus fin à gauche). Une particularité qui n'a aucune incidence dans la prise en main, qui se révèle excellente avec des bords larges et un bosselage au dos à droite pour renforcer la bonne tenue. Très réussi. J'apprécie la discrétion du logo PocketBook sur le plat. Les plastiques mats en façade sont d'excellentes qualités. La finition est parfaite. Côté sorties, rien en pied ni à gauche. Sur la tranche à gauche un petit capot très discret avec la sortie usb et l'emplacement de la carte SD. En haut à droite, un petit interrupteur marche/ arrêt et la sortie audio. Sur la facade de l'appareil en haut un potentiomètre tactile très bien fait qui vous permet de régler l'éclairage et enfin sur le côté droit en façade la présence de quatre boutons fondus dans la masse qui vous permettent en plus du tactile de l'écran de compléter avec page avant, page arrière, retour au menu principal et accès aux fonctionnalités. Ces touches sont très agréables, souples à utiliser. Pour moi un sans faute en terme de design et d'ergonomie. Côté poids, 300g, c'est tout à fait acceptable pour un modèle de cette taille. Allumage.

Ecran: On se rend compte tout de suite que l'appareil est à mon avis inutilisable sans l'éclairage intégré à pleine puissance. Sans celui-ci, l'affichage est bien trop gris pour présenter un quelconque intérêt même avec une lumière du jour très forte. Du coup on se demande bien à quoi sert le potentiomètre en tête si c'est pour ne jamais l'utiliser. On pourrait s'en passer avec un éclairage de l'écran par défaut. Côté couleurs, ne vous attendez pas aux couleurs magnifiques des écrans de tablettes de dernière génération. On n'est pas dans la même cour pour l'instant. Les couleurs sont assez ternes, délavées seraient le mot juste. Ce qui frappe aussi c'est malheureusement le manque de définition et de contrastes des noirs. Vous le verrez dans les photos ci-dessous. Sincèrement, je ne m'attendais à sauter en l'air sur les couleurs mais je pensais que les noirs se rapprocheraient un tant soit peu d'une expérience de lecture des modèles noir et blanc. Ce n'est pas le cas malheureusement. Pour pallier à ce manque de définition des caractères, il faudra éloigner l'appareil à la lecture. Idéalement si vous êtes assis, à la distance en posant votre main et l'appareil sur votre genou. A cette distance le manque de définition est moins génant. Gênant aussi ce manque de définition pour la lecture de bandes-dessinées. Si le format original est bien plus grand, la réduction imposée rend la lecture difficile voir même pénible je dois dire. Plus que le couleur qui est finalement pas si mal du tout et à laquelle on finit par adhérer, c'est cette définition et le contraste des noirs qui sont les points négatifs de ce modèle couleur. Bien entendu on peut lire des textes, mais si vous êtes déjà amateurs de liseuses/ livres électroniques vous allez quand même être déçu du passage. Vous apprécierez par contre sans doute le grand écran 8 pouces qui apporte un réel confort.

Navigation: Le tactile de l'écran est correct. PocketBook a revu complètement l'interface de navigation par rapport à ses autres modèles. D'après le fabricant, il va y avoir une unification d'ici la fin de l'année entre liseuses et tablettes avec des interfaces plus conviviales proposées en mise à jour. J'avoue que pour l'instant, c'est un peu décevant. La page d'ouverture n'est pas très agréable avec une liste, on aimerait les couvertures des derniers livres. La bibiliothèque s'affiche avec un menu déroulant à droite, mieux réussie. On peut retouver ses dossiers, les trier, les afficher, gêrer ses favoris, etc. Ouverture d'un livre, on avance les pages non seulement en frottant mais aussi en touchant. Les boutons à droite sont très sympas à utiliser je dois dire, on abandonne volontiers le tactile pour tourner les pages avec eux. Autre excellente fonction, c'est l'agrandissement de la page avec les deux doigts qui s'écartent, un mouvement que nous connaissons tous sur smartphones et tablettes. On retrouve bien évidemment toutes les fonctionnalités des autres PocketBook, les caractères s'aggrandissent à volonté avant-arrière avec un vrai reformatage du texte à l'écran, très pratique toujours. Navigation rapide aussi en bas, dix pages par dix pages si on laisse les touches appuyées. En appuyant au milieu de l'écran, on accède à des fonctionnalités complètes, marque-page, sommaire, notes, paramètres. PocketBook propose un très complet choix sous Adobe Viewer. Polices étendues que vous vous pouvez compléter à votre guise avec des fontes complémentaires. Gestion fine de l'interlignage, des marges, des césures. La gestion sous Adobe Viewer devient équivalente à FBReader, excellente si vous n'appréciez pas forcément les choix faits par les éditeurs. Des fonctions très intéressantes qui sont absentes des modèles de la concurrence. Pour les notes, on peut "stabiloter" en gris très rapidement des passages entiers pour les mettre en valeur, rayer, surliguer finement des mots avec l'index, gommer. On pourra difficilement écrire ou très grossièrement avec son doigt. C'est très suffisant pour un usage accessoire. Côtés réglages, PocketBook propose toujours d'aller aussi loin que possible, programmation des touches, choix des logos de démarrage, etc. Seul bémol sur ce modèle, on ne pourra pas gêrer l'absence de flash noir entre les changement de pages. La technologie couleur ne le permet pas pour l'instant. On peut vraiment personnaliser au mieux son lecteur. Navigation et paramétrages excellents à l'arrivée, toujours la grande force de PocketBook qui l'étend aujourd'hui à Adobe Viewer. On retrouvera aussi l'environnement Linux avec des petits jeux embarqués. L'audio est présent aussi, à noter la présence du text to speech que je n'ai pas pu tester; il faut avoir un casque, pas de hauts-parleurs sur ce modèle malheureusement. Par rapport à tous ces points positifs, un bémol important, celui de la réactivité de l'appareil. Il aurait sans doute fallu un processeur plus affuté pour affronter la couleur qui doit être gourmande en ressources. On a la sensation de revenir un peu à des modèles noir et blanc plus anciens, tout cela est un peu lent. Côté autonomie par contre, une étonnante capacité, j'ai conservé ce modèle plusieurs semaines sans voir aucune modification de la charge de la batterie, assez étonnant. 

Accès wifi: Navigateur intéressant du fait du tactile, c'est enfin des accès plus faciles qui se font de manière plus intuitive. PocketBook avait déjà revu l'interface plus simple à utiliser. On peut accéder à Google, à ses mails, importer ses comptes twitter et facebook facilement. Accès aussi à une solution de bibliothèque à distance comme Dropbox, le téléchargement des fichiers se fait sans problème, de quoi oublier mémoire, cartes SD et cable usb. On regrettera bien entendu l'absence d'interface d'accès à une librairie intégrée comme les Kindle, Kobo et Cybook. Comme Sony, PocketBook bute encore sur ce problème en France, crucial bien entendu pour beaucoup d'acheteurs potentiels. Cela devrait être résolu dans quelques temps avec l'annonce de partenariats avec des réseaux de libraires comme ePagine, peut-être d'autres bientôt.

Au final, un sentiment mitigé je dois le dire; un peu celui des anglo-saxons qui l'ont testé avant moi. Sans parler non plus d'un prototype, on a le sentiment d'un modèle qui défriche le terrain mais qui est encore loin d'être assez abouti pour emporter une réelle adhésion. Pour ma part j'ai vraiment eu l'impression de revenir au début du livre électronique avec mon Iliad en 2006 (c'était aussi un grand écran comme celui-ci). Un modèle sans nul doute pour les "early adopters", avides de découvertes. Un livre électronique couleur, c'est quand même quelque chose! Si vous envisagez l'achat de ce modèle, soyez bien conscient des limites que je vous ai indiquées. Pour moi, il faut vraiment être un grand fan de bandes-dessinées au format de poche (le format de réduction sera presque nul) pour faire l'impasse sur les défauts. Le chemin va être encore long chez eInk, comme chez les autres fabricants qui travaillent sur des technologies concurrentes. On peut féliciter PocketBook de s'être lancé en pionnier sur la couleur, complétant avec ce modèle une impressionnante gamme de modèles liseuses/ tablettes dans tous les formats. Une chose me parait sûre: l'avenir de la lecture numérique en couleur se joue bien sur ces dispositifs. Plus que la tablette LCD aussi flateuse soit-elle, c'est ce modèle encore modeste qui préfigure l'avenir des cartables électroniques de nos futurs bambins, aussi bien en terme de supports résistants, utilisables en lumière du jour, qu'avec les économies d'énergies considérables qui sont liées. L'innovation en route, rendez-vous dans quelques années pour en débattre. En attendant soyez curieux à l'égard de ce PocketBook Color Lux, il en vaut la peine.

Les plus:

  • couleur est bien là, c'est un peu magique
  • plastiques mats de qualité, design réussi, finition parfaite
  • prise en main d'une seule main agréable avec des boutons lattéraux très réussis
  • qualité habituel de l'environnement PocketBook, fonctionnalitées très ouvertes
  • environnement Linux, applications, jeux, etc.
  • navigateur intéressant
  • audio et text-to-speech
  • nombreux dictionnaires embarqués
  • mises à jours très fréquentes
  • prix accessible

Les moins:

  • couleurs ternes, délavées
  • manque de définition et de contrastes des noirs
  • utilisation obligatoire à pleine puissance de l'éclairage intégré
  • processeur manque de puissance, un peu lent dans la navigation
  • pas de librairie associée pour l'instant

Je remercie PocketBook de m'avoir permis de découvrir ce modèle pendant plusieurs semaines. Comme d'habitude, vous pourrez retrouver l'ensemble de mes tests ici, ainsi que sur la page Pinterest.

100_9975 100_9976

100_9978 100_9980

 

100_9982 100_9984 100_9983

 

 

 

 

 

100_9970 100_9972

 

 

 

 

 

 

 

PS: ci-dessous une video de présentation de GoodeReader, mise en ligne fin juillet.


PocketBook Color Lux et PocketBook Mini : disponibles en France

_mg_8187_1200ru MiniLe nouveau PocketBook Color Lux est disponible en France depuis quelques jours sur le site de PocketBook. C'est le premier modèle avec un généreux écran 8 pouces en papier électronique couleur, commercialisé chez nous au prix de 249,99€ (deux coloris proposés noir et blanc). Il dispose de la technologie eInk Triton de dernière génération avec un éclairage intégré. Un évenement à marquer d'une pierre blanche. J'aurais le plaisir de vous proposer un test complet en fin de semaine. PocketBook profite également de cette rentrée pour sortir le fameux modèle Mini, annoncé au début de l'été, avec un écran 5 pouces. Trois coloris (vert, gris et blanc) avec un prix particulièrement intéressant à 59,95€. Désormais une gamme complète de 5 modèles différents chez PocketBook (complétée par la tablette 7 pouces SurfPad 2). A signaler également le grand Pro 912, à l'écran 9,7 pouces, proposé à un prix réduit de 239€.


PocketBook Color Lux au Medpi

ColorPrésentation du PocketBook Color Lux sur la Chaine Techno, à l'occasion du récent Medpi à Monaco. L'écran avec un fond malheureusement toujours aussi gris, eInk n'a pas beaucoup avancé depuis un an. Même si la lumière apporte un contraste supplémentaire, cela reste encore très décevant avec des couleurs très ternes. Si l'avenir de la lecture numérique se joue bien là, le chemin reste long, se demander aussi si la technologie eInk est capable de résoudre le challenge technologique par rapport à ses concurrents. Elle a gagné indiscutablement le marché du noir et blanc, mais n'arrive pas à convaincre réellement pour celui de la couleur. A signaler que PocketBook n'est pas une société suisse mais ukrainienne. Dommage de n'avoir pas parlé des autres modèles, aussi des petites tablettes SurfPad2 à 119€ dont je commence à avoir des échos particulièrement intéressants, à suivre.


Amazon met la main sur Liquavista

LiquavistaLa rumeur courrait depuis plusieurs semaines déjà avec le désengagement souhaité de Samsung. Confirmation aujourd'hui, Amazon a bien racheté la société néerlandaise Liquavista qui développe depuis plusieurs années une technologie innovante "Electrowetting" d'affichage couleur. C'est le site TheDigitalReader qui a annoncé la nouvelle aujourd'hui. Amazon met ainsi la main sur une technologie à même de proposer les "Kindle couleur" de demain, avec un affichage non rétro-éclairé au contraire des tablettes LCD. Une annonce pas réjouissante vraiment pour le marché de la lecture numérique. On n'ose imaginer le tableau aujourd'hui si Amazon avait mis la main sur la société eInk en 2007. En espérant que Samsung a d'autres technologies dans ses cartons, j'ai du mal à croire que le géant sud-coréen, avec la santé financère qu'il connait en ce moment avec ses smartphones et tablettes, se soit désengagé d'une technologie avec un réel potentiel. Samsung me semble l'acteur high-tech le plus avancé pour juger. Liquavista butait toujours sur la phase de mise en production, est-ce que les choses sont réglées aujourd'hui? On aura une idée en fin d'année sur la question mais pas trop d'illusions quand même, surtout sur un marché où les prix attendus désormais par les consommateurs sont très bas. D'autres technologies concurrentes de Liquavista sont en développement en Asie. La prochaine sortie en juin du modèle de PocketBook (avec la technologie eInk Triton2) à suivre de près. Cette annonce confirme en tous cas le fait qu'Amazon ne se satisfait de ses actuelles tablettes LCD mais regarde plus loin pour ses lecteurs dont il scrute attentivement les usages.


eInk: la couleur est bloquée sur le gris

Jetbook-color-new-2-500x339Nous avions bien vu depuis quelques mois des prototypes qui semblaient confirmer le problème. Confirmation il y a quelques semaines du côté de TheDigitalReader qui fait part de sa déception à la réception du Jetbook Color 2 de la société Ectaco, qui bénéficie des derniers écrans eInk avec la technologie couleur Triton. Malheureusement l'écran est pratiquement aussi gris que la version précédente. Autant eInk nous avait habitué à améliorer de façon constante la blancheur des fonds de ses écrans monochromes par le passé, autant le passage à la couleur pose clairement des difficultés. Les limites de la technologie? Est-ce que l'apport de la lumière intégrée suffira à satisfaire les utilisateurs? Pas sûr, tous les affiocionados des livres électroniques vous le diront, couleur ou pas, aucun ne souhaite revenir en arrière. A suivre le prochain modèle que prépare PocketBook pour se rendre compte. En tous cas, on comprend pourquoi Amazon commence à lorgner de manière de plus en plus insistante vers Liquavista.


Amazon en passe de racheter Liquavista

LiquavistaL'information fait beaucoup de bruit dans le landernau du livre électronique, Samsung serait sur le point de céder la société Liquavista à Amazon. La technologie développée par l'entreprise hollandaise était relativement convaincante au vue des prototypes présentés il y a maintenant deux ans. Depuis, Liquavista avait fait preuve d'une relative discrétion sur ses développements. Si Amazon s'intéresse à cette technologie, ce n'est bien entendu pas annodin. Jeff Bezos ne s'est jamais caché que l'objectif était bien de poursuivre l'aventure du livre électronique du côté de la couleur. Demain un Kindle couleur avec la technologie Liquavista? Samsung jugerait-il que cette technologie d'affichage n'est pas la meilleure pour passer au stade de la production de masse? Un tel rachat par Amazon aurait aussi bien entendu des répercussions très importantes du côté d'eInk et de ses propres développements. A suivre en tous cas avec grand soin dans les semaines à venir (via PrintedElectronicsWorld).


Fujifilm: l'écran et le son flexibles

Haut-parleur-flexibleLes prototypes d'affichage flexible en couleur commencent à fleurir ici et là. Si l'affichage est une chose, les hauts-parleurs pour produire le son restent un écueil. A voir le nouveau concept proposé par la société Fuji à Tokyo. Toutes les explications scientifiques sur le procédé utilisé sont sur Techno-Science. Merci à Hubert pour cette info.


Fujifilm dévoile un haut-parleur flexible par Techno-Science

Liquavista: l'affichage couleur du futur?

Electrowetting-display-liquavista-daylight-readability-640x357Longtemps que nous n'avions plus de nouvelles de la technologie d'affichage couleur "Electrowetting" développée par les néerlandais de Liquavista, désormais filiale de Samsung depuis deux ans. Une nouvelle vidéo de présentation a été publiée récemment. Des couleurs contrastées prêtes à rivaliser avec les écrans LCD, la lumière du jour "friendly" et la consommation en plus. La mise en production reste encore à régler. Des rumeurs circulent sur l'intérêt d'Amazon, à mois que Samsung ne se gardent l'exclusivité du bébé. Lire le billet de Florent sur CNet (via ExtremTech).


eInk: le cocktail Triton 2 et lumière intégrée

EinkEink en avait gardé sous le coude comme on dit. Ils ont dévoilés hier au CES Las Vegas les prochains dispositifs en couleur qui seront sur le marché dans les années à venir. Bien évidemment, ils ont intégrés à leurs écrans Triton2 les technologies de lumière intégrée (frontlight) qui sont disponibles sur les derniers livres électroniques chez tous les fabricants. Des fonds plus blancs, des couleurs plus contrastées, qui n'entrent pas en conflit avec la lumière du jour. L'affichage couleur non-rétroéclairé continue de son côté à progresser. Bref, un cocktail gagnant. PocketBook a déjà anoncé un premier modèle commercialisé sur le marché en milieu d'année. D'autres devraient suivre sans aucun doute. On va reparler encore très longtemps des livres électroniques, vous savez, l'innovation qu'avaient oublié certains (via GoodeReader).


eInk Triton 2: premières images

DSC0154-728x378-500x259Des images aujourd'hui proposées par le site russe the-ebook.org sur la prochaine génération d'écran eInk couleur (Triton 2) qui devrait être disponible en 2013. On se rappelle de la déception sur les premiers modèles aux couleurs bien ternes, sortis par la société Ectaco avec un premier JetBook au printemps dernier. Le contraste est amélioré si l'on regarde attentivement certaines couleurs les plus foncées sur le livre électronique du milieu équipé de cette version. Une impression toutefois à nuancer tant il est difficile de se faire une réelle opinion sur des petits carrés de couleurs seuls. Le chemin est sans doute encore long. En tous cas, la technologie progresse, nul doute que l'affichage non-rétroéclairé c'est pour demain, cela c'est une certitude (via TheDigitalReader).


PocketBook: la couleur pour 2013

PocketbookPocketBook a annoncé aujourd'hui la sortie d'un livre électronique couleur en juillet 2013. Disposant d'une dalle e-Ink Triton, il devrait également être équipé d'un éclairage intégré ce qui devrait améliorer sensiblement le contraste, qui est le principal défaut des précédentes tentatives. On pense notamment au JetBook Color proposé le printemps dernier. L'affichage couleur avance, à petits pas certes, mais les progrès sans doute suffisamment probants pour décider le fabricant ukrainien de se lancer avec la seconde génération de dalles couleurs chez eInk. C'est en tous cas la première fois qu'un fabricant de livres électroniques majeurs (leader sur le marché russe) annonce un modèle couleur. Une annonce suivie par d'autres? 2013 nous réservera peut-être d'autres surprises (via GoodeReader).


Plastic Logic : prototype couleur en 10,7 pouces

La société PlasticLogic vient de présenter un nouveau prototype d'écran flexible couleur au format 10,7 pouces. Couleurs relativement riches et contrastées, fonds blancs, définition correcte, sur le papier une qualité qui n'est pas sans rappeler les premières impressions offset en couleur des années 50/60. Tout le problème va être d'aborder maintenant le passage en production. Une présentation aura lieu au prochain SID Organic Electronics show qui aura lieu au Royaume-Uni le 18 septembre prochain (via GoodeReader).


Mirasol jette l'éponge

MirasolAprès la commercialisation décevante de plusieurs modèles notamment du Kyobo en Corée, Qualcomm a décidé de suspendre le programme Mirasol, se réservant la possibilité de vendre désormais des licenses. Plus que l'écran lui-même, c'est tout ce qu'il y avait autour qui pêchait. Il faut désormais séduire un leader sur le marché. Même si l'avenir est incontestablement à des supports réfléxifs, le coût est certainement un frein majeur pour l'instant sur des tablettes low-cost, il faudra encore attendre (via eInkInfo).


Bridgestone donne un coup de gomme

BridgestoneBlogoLa société japonaise Bridgestone a décidé de se retirer du marché des écrans en papier électronique. Depuis de nombreuses années, nous n'aurons vu finalement que des prototypes, avec des difficultés à convaincre des clients potentiels. Je pense qu'ils auront toujours eu un coup de retard par rapport aux technologies eInk et Sipix. Ecrans plus gris, manque de contraste. Les récents écrans couleurs laissaient présager de bonnes choses mais la chute des prix semblent avoir eu raison de la décision des actionnaires:

"La société a pris cette décision après un examen attentif de ses options et en conformité avec sa principale: la gestion de la «sélection et concentration» qui est mise en œuvre chez Bridgestone, à mettre davantage l'accent sur ses métiers de base pour offrir une valeur maximale à ses clients et ses actionnaires. En raison de la concurrence croissante et la rapide baisse des prix dans le secteur des écrans à cristaux liquides, la société a décidé que le meilleur plan d'action pour son activité globale est de quitter le marché du papier électronique." Dommage pour le secteur tout entier, mais c'est vrai que l'imprimé n'est pas son métier de base (via TheDigitalReader).


JetBook Color : rendez-vous manqué

JetbookAlors que le Kindle s'annonce peut-être en couleur cette année, à lire un test du Jetbook Color qui embarque justement l'écran couleur de chez eInk. C'est sur le site Laptop. Une petite étoile seulement, ils ne sont pas tendres. C'est le premier modèle, il est malheureusement très décevant en l'état, trop lent, système d'exploitation et interfaces à revoir. Dur, dur, d'être pionnier. Du pain sur la planche pour revoir la copie rapidement chez les équipes d'ingénieurs des fabricants. Il va falloir muscler la bête. A suivre...