1,228 notes dans la catégorie "Editeurs"

La bande dessinée numérique n'intéresse guère les français

BdLa bande dessinée numérique est encore dans le bac à sable. Rien à faire, année après année, le constat reste le même. Alors que le secteur de la bande dessinée est toujours aussi florissant, le numérique déçoit toujours autant. Les éditeurs concernés ne sont guère disposés à trop communiquer sur les chiffres décevants. Le député Hervé Gaymard confiait même en aparté au printemps dernier qu'"Iznéo n'était pas un franc succès". C'est peu de le dire. Le récent rapport 2016 de l'ACBD (Association des critiques et journalistes de bande dessinée) confirme que c'est encore moins de 1% du secteur:

"La bande dessinée numérique, quant à elle, peine toujours à trouver ses marques sur un marché francophone qui reste dominé par le papier. Si la part de la diffusion des livres digitaux est passée, en moyenne, de 4% à 5% entre 2015 et 2016, pour l’ensemble de l’édition (baromètre de l’offre de livres numériques en France, 3ème édition, KPMG, septembre 2016), elle ne dépasse guère 1% dans la seule bande dessinée, de l’avis de tous les professionnels interrogés.  Pourtant, ce genre est — avec les ouvrages pratiques et la littérature – l’un de ceux où l’offre est la plus disponible: 80% des nouveautés et 70% du fonds récent sont désormais accessibles en version digitale, même si le pourcentage tombe à moins de 50% pour le fonds ancien. Ceci témoigne d’une certaine prudence des éditeurs devant les investissements nécessaires à engager pour des perspectives de ventes aléatoires." A retrouver le rapport complet ici.

L'écart se creuse de plus en plus avec les autres secteurs. Et pourtant l'offre large de titres est là, les prix attractifs sont là par rapport à ceux de la littérature générale. Bizarre quand même. Alors? Si la bande dessinée numérique ne fonctionne pas c'est que le modèle proposé ne convainc pas. Plusieurs fois j'en ai fait le constat autour de moi auprès de grands lecteurs de bandes dessinées avec l'impossibilité de se (re)constituer des bibliothèques, de retrouver ses séries favorites sous forme numérique en toute liberté de manière déconnectée. Ce qu'ont compris certains éditeurs de fantasy par exemple comme Bragelonne, sur des publics de lecteurs souvent proches. Bragelonne doit être sans doute proche des 10% des ventes au format numérique. Un rapport de 1 à 10. Une stratégie radicalement opposée. L'impossibilité de disposer des fichiers est un vrai repoussoir. On a beau chercher toutes les formules, illimité, location, rien n'y fait... "On nous propose d'acheter du vent". J'ai plusieurs fois entendu ce genre d'expression. Tant que les éditeurs n'auront pas compris que les seules offres d'abonnements en streaming ne feront jamais décoller le marché français, pas de raison que cela change du côté des lecteurs. Si les éditeurs suivaient les autres secteurs, la bande dessinée numérique connaitrait un grand succès, aucune raison objective qu'il en soit autrement...


Post-Digital Print : pour un livre post-numérique

PrintdigitalDes idées de livres cette semaine... Un excellent livre que je vous conseille absolument. "Print-Digital Print, la mutation de l'édition depuis 1894" de Alessandro Ludovico aux EditionsB42. Cet ouvrage propose un panorama historique très complet des interractions entre le médium imprimé et des nouvelles technologies qui le concurrence, avec un questionnement sur une autorité remise en question au fil des années. Il a le mérite de rappeler que les interrogations d'aujourd'hui ne sont pas nouvelles. L'auteur montre aussi que c'est dans le domaine d'initatives artistiques militantes que les frottements sont les plus intéressants dans le processus de création et d'innovation. Il est lui-même issu de cette mouvance puisqu'il est artiste et a animé une revue, "Neutral", imprimée depuis 1993. Il est aussi enseignant en Angleterre. Les références sont très nombreuses, une véritable mine qui excite la réflexion au fil des pages.

Ce qui ressort de la lecture, c'est que l'imprimé et le numérique ne s'opposent pas, que les hybridations entre les deux sont un terrain d'une richesse passionnante, le livre en tant que phénomène "post-numérique" vient de démarrer: "Il n'y a pas de voie à sens unique qui conduirait de l'analogique au numérique; il faudrait parler plutôt parler de transitions qui s'effectuent de l'un à l'autre, dans les deux sens. Le numérique est le paradigme du contenu et de la quantité d'informations; l'analogique celui de la fonctionnalité et de l'interfaçage... Le développement de futurs projets hybrides (post-numériques) reste un terrain largement ouvert à l’exploration." Un ouvrage qui va devenir une référence, j'en suis sûr. Dans toutes les bonnes bibliothèques. La version numérique n'est pas disponible, dommage, notamment pour les 300 hyper-liens présents dans l'ouvrage. L'éditeur devrait engager lui-même une mise en pratique de l'hybridation. Un grand merci à Antoine de m'avoir signalé ce livre.

PS: à signaler le site anglais avec de très nombreux compléments et la possibilité de télécharger une version PDF.


Un Noël russe : un livre numérique à gagner

MoscouPetit cadeau cette semaine !

En partenariat avec le site La Bibliothèque russe et slave, je vous propose de gagner un grand classique de la littérature russe parmi les 4 titres suivants :

  • "Oblomov" de Ivan Gontcharov (la première traduction intégrale et la seule numérique)
  • "Les Récits de Sébastopol" de Léon Tolstoï
  • "Les Veillées d'Ukraine" de Nicolas Gogol
  • "Les Mémoires écrits dans un souterrain" de Fyodor Dostoïevski

Comment faire ? C'est simple, en trois clics. Il vous suffit de :

  1. Retweeter ce billet, ou relayer l'offre sur votre blog, votre facebook, votre instagram, etc.,  en me signalant le lien par mail ou en commentaire.
  2. Vous abonner au twitter du site de la BRS, ici (si vous disposer d'un compte twitter bien sûr)
  3. Puis envoyer un mail au site La Bibliothèque russe et slave (contact [a] bibliotheque-russe-et-slave [.com]) avec le lien toujours et votre choix du titre. Le fichier (ePub ou mobi pour Kindle) vous sera envoyé par retour.

N'hésitez-pas à relayer très largement, sincèrement je compte sur vous. La Bibliothèque russe et slave fait un travail éditorial formidable autour des traductions de ces classiques, ainsi que sur la mise en forme des livres. Vous verrez ils sont magnifiques. Ce catalogue mérite absolument une plus grande visibilité. Merci!

Cette offre sera disponible à partir du 22 décembre à 12h jusqu'au 26 décembre à minuit.

Tous les mails envoyés pour cette opération avec les contacts ne seront pas conservés. La Bibliothèque russe et slave et moi nous nous y engageons formellement. Je remercie Xavier.

Bonne lecture ! Le catalogue de La Bibliothèque russe et slave est disponible sur Amazon, Kobo, ePagine et toutes les librairies indépendantes de son réseau. N'hésitez-pas à compléter votre bibliothèque.


Salon de Montreuil : un secteur Jeunesse qui booste le marché de l'édition

SalonL'ouverture du Salon de Montreuil est l'occasion pour GFK France de faire le point sur le secteur Jeunesse avec des premiers résultats 2016. Un secteur qui se porte toujours aussi bien puisque sur les 12 derniers mois (novembre 2015 - octobre 2016), 81 millions d'exemplaires ont été écoulés sur le segment Jeunesse, soit 26% du total du marché du livre pour un chiffre d'affaires de 638M€. Ce qui en fait le deuxième segment du marché entre la littérature générale, 1er, et la bande dessinée, 3ème. Depuis le début de l'année, c'est même +3,3% en valeur et +1,9% en volume pour le secteur. Si le phénomène des BookTubers commence à être mentionné, en revanche aucune indication sur la part du numérique dématérialisé qui reste anecdotique. C'est même les livres CD-comptines en ventes complées qui restent solidement en place dans la répartition des segments 2012-2015.

Le communiqué de presse est ici.

Livre-jeuneesse-gfk-2016-


Mobidys : premiers titres avec les Editions Nathan

Buveur-dyscool-couvMagnifique démonstration de la plus value que le numérique peut apporter au livre, Mobidys propose des livres numériques pour enfants dyslexiques, des livres à lire sur tablette qui facilitent le déchiffrage et la compréhension. Le jeune lecteur découvre le plaisir de lire en toute autonomie, quelles que soient ses compétences en lecture. Marion Berthaut, présidente et co-fondatrice de Mobidys, a présenté en avant-première les premiers titres conçus en partenariat avec les Editions Nathan lors de la journée à StéréoLux Nantes sur le livre et la lecture dans cinq ans. Ils seront également présentés lundi lors du Mice au Salon de Montreuil. Ces livres sont réalisés sous la forme d'ePub3 lisibles sur Ibooks d'Apple mais aussi avec des applications de lecture à télécharger gratuitement dans les environnements Android ou ordinateurs. Voir la boutique. Mobidys avait sorti il y a tout juste un an un premier livre "Ali Baba et les 40 voleurs" et travaille désormais étroitement avec les éditeurs avec le moteur qu'ils ont développé. Vite, un catalogue de livres étendu pour les enfants dyslexiques !

PS: à découvrir le site proposé par les Editions Nathan et la collection Dyscool.


Europe : la TVA réduite confirmée par la Commission Européenne

EcLe retournement était en cours depuis plusieurs mois maintenant. La Commission européenne a entériné hier l'alignement de la TVA des livres numériques sur celle des livres imprimés dans chaque pays. Cette décision devrait être effective mi-2017 après le passage devant le Parlement européen. Fiscalement le livre numérique ne sera plus assimilé à un service mais à un livre avec les mêmes caractéristiques, seul variant son format. L'intention est bien de le rendre plus attractif avec une réduction de prix pour le consommateur européen. Espérons que cette décision sera suivie d'effet en France où les prix sont désespéremment élevés pour les lecteurs. Même si les groupes français pouvaient craindre un remboursement des sommes depuis la baisse de la TVA en France début 2012, ce n'est plus le cas aujourd'hui. Il n'y aura plus cette excuse-là. A suivre... (via TheBookSeller).


TEA : partenariat avec HarperCollins et Harlequin

TeaTEA, The Ebook Alternative, annonce par communiqué de presse aujourd'hui un partenariat avec HarperCollins France dans lequel le site internet et les applications des éditions Harlequin utiliseront la solution TEA pour la vente et la lecture d’ebooks.

En faisant le choix de la solution TEA, la maison d’édition prend une place de choix parmi les clients que la startup a déjà convaincus: France Loisirs, Chapitre.com, Cultura, Decitre, Le Furet du Nord, Système U, Auchan, Cdiscount, le groupe Bayard et plusieurs librairies indépendantes.

Emmanuelle Bucco-Cancès, Directrice Générale de HarperCollins France explique:
«Nous avons retenu TEA après une étude poussée des différentes solutions existantes. Au-delà de leurs compétences technologiques, le dynamisme et la réactivité de l’équipe nous ont convaincus que TEA était le partenaire qui pouvait nous accompagner dans nos futurs développements».
 
En choisissant TEA, HarperCollins opte pour la mesure de protection CARE. La solution CARE – Content & Author Rights Environment – qui se base sur la spécification Readium LCP, élimine les contraintes habituelles d’ergonomie de la DRM, sans diminuer le niveau de protection pour l’éditeur. Depuis sa mise en production il y a un an, CARE a démontré que son utilisation permettait de démultiplier le taux des ré-achats des consommateurs sur les fichiers protégés.
 
Pour Guillaume Decitre, Président de TEA, «Nous sommes heureux qu’une maison d’édition innovante telle qu’HarperCollins France  rejoigne l’écosystème CARE et nous permette de contribuer à son développement sur le marché de l’ebook en France».

Selon le planning de mise en place, le site harlequin.fr et ses applications mobiles devraient proposer la solution TEA au printemps 2017. Voir le communiqué complet ici.

Le site numérique des Editions Harlequin était pour l'instant développé par Numilog. Harlequin est sans doute le leader du livre numérique en France avec une part du numérique qui doit être entre 20 et 30% de son chiffre d'affaire global.


Le Salon du Livre Jeunesse de Montreuil 2016 sera aussi numérique

SalonLe projet européen TransBook est l'invité du Salon du Livre Jeunesse de Montreuil qui s'ouvre cette semaine. Il réunira beaucoup de professionnels du secteur avec un cycle de conférences sous le titre From Paper to Screen. Beaucoup d'acteurs du numérique seront également présents au traditionnel Mice numérique le 5 décembre prochain.


Jeunesse : la réalité augmentée chez les éditeurs

AlbinComplémentarité des univers de l'imprimé et du numérique. C'est le maître-mot désormais chez plusieurs éditeurs jeunesse dans l'orientation de leurs nouveaux projets. A lire aujourd'hui le billet chez LettresNumériques. La réalité augmentée avait déjà été décliné il y a de nombreuses années, je pense à Dokeo chez Nathan en 2009. Flammarion avec Dassault System et son Paris3D en 2012 également. Aujourd'hui Albin Michel Jeunesse avec la collection Histoires Animées et les Editions Margot renouvellent le genre. J'avais aussi parlé de la petite start-up Laplikili l'année dernière. En attendant les casques de réalité virtuelle pour les petits... 


Editions de l'EHESS : premiers titres en numérique

VernantLes Editions de l'EHESS (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales) démarre un catalogue numérique. Trois premiers titres aujourd'hui, Jean-Pierre Vernant, Raymond Aron, Emile Durkheim, excusez du peu. Voir sur Feedbooks. Des prix très abordables à 5,99€ avec un simple tatouage, bravo. Ils sont également proposés dans l'offre PNB pour les bibliothèques avec des conditions favorables (25 prêts, 5 simultanés, 10 ans, prix à 10,99€).


Europe : le dispositif Relire est remis en cause

RelireLa Cour de Justice Européenne a porté un coup d'arrêt la semaine dernière au projet français Relire de numérisation des livres indisponibles du XXème siècle. En effet celle-ci, par un arrêt du 16 novembre 2016, a remis en cause le mécanisme français permettant la diffusion numérique des livres indisponibles dans le commerce, sur autorisation de la société de gestion collective Sofia. Elle a estimé que les articles 2 et 3 de la directive du 22 mai 2001 «s’opposent à ce qu’une réglementation nationale, telle que celle en cause au principal, confie à une société agréée de perception et de répartition de droits d’auteurs l’exercice du droit d’autoriser la reproduction et la communication au public, sous une forme numérique, de livres dits «indisponibles», à savoir des livres publiés en France avant le 1er janvier 2001 et ne faisant plus l’objet ni d’une diffusion commerciale ni d’une publication sous une forme imprimée ou numérique, tout en permettant aux auteurs ou ayants droit de ces livres de s’opposer ou de mettre fin à cet exercice dans les conditions que cette réglementation définit.» Au coeur du projet même de Relire pour permettre une industrialisation du catalogue, c'est le mode de consentement des auteurs qui a été pointé:  «Une simple absence d’opposition de leur part ne peut pas être regardée comme l’expression de leur consentement implicite à cette utilisation». Plus de détails sur Légalis. La Sofia, en charge de la gestion du dispositif Relire, a annoncé cette semaine qu'elle suspendait à titre conservatoire l’attribution de nouvelles licences d’exploitation dans l’attente d'une décision du Conseil d’État, attendue d'ici trois à six mois. La marge était déjà étroite pour rentabiliser un tel projet dans la durée. Sans mécanisme permettant la numérisation massive, cette décision condamne sans doute définitivement le projet. Les "Indisponibles du XXème siècle" le resteront longtemps....

PS: à lire l'article de Virginie Clayssen Il faut sauver le projet Relire.


French Pulp Editions : premiers titres en librairie

PulpFrench Pulp Editions avaient démarré un catalogue de livres numériques il y a quelques années. Au coeur de leur proposition, une littérature populaire qui mérite d’être défendu et son avenir renouvelé avec la republication à la fois d'oeuvres cultes de la littérature française dite de gare (G.-J. Arnaud, André Lay, Francis Ryck, etc.) mais aussi de nouveaux auteurs, uniquement francophones, amenés à renouveler le genre. Les premiers titres imprimés sortiront en librairie cette semaine. Découvrez le détail sur leur catalogue en ligne.


Adrénalivre : des livres interactifs qui s'adaptent au lecteur

AdrenalivreAutre start-up innovante dans l'édition numérique, c'est AdrénaLivre qui annonce aujourd'hui par communiqué de presse ses premiers livres interactifs. Une nouvelle dimension à vos lectures selon le principe de livres interactifs pour devenir acteur de son livre. AdrénaLivre édite des livres exclusivement numériques permettant au lecteur d’intervenir dans le déroulement de l’histoire. Il en fait évoluer le cours et l’issue. Cette start-up basée dans le Nord propose ainsi aux lecteurs de plonger dans une expérience de lecture inédite et immersive, c’est l’histoire qui s’adapte au lecteur et non l’inverse comme le rappelle les concepteurs.

Adrénalivre travaille avec plusieurs auteurs français, de la jeunesse à la science-fiction, en passant par le polar ou la romance. Les quatre premiers romans d'Adrénalivre sont téléchargeables gratuitement sous forme d’applications à partir du 8 novembre 2016 sur Apple Store et Google Play, le format ebook en Epub3 sera disponible en fin d’année.

Neuf autres livres interactifs sont en préparation, ils seront disponibles en fin d’année. AdrénaLivre entend rendre accessible à tous son innovation en proposant des prix attractifs allant de 0,99€ à 4,99€. Plus qu’un livre, AdrénaLivre propose davantage un temps de lecture et d’évasion variant de 1h à 3h par livre. Adrénalivre a aussi approché des éditeurs intéressés par leur savoir-faire pour nouer des partenariats.


Europe : le prêt numérique comme le prêt imprimé

LogoUne décision de la Cour de Justice européenne était attendue cette semaine. "Le prêt d’un livre numérique (e-book) peut, sous certaines conditions, être assimilé au prêt d’un livre traditionnel. Dans une telle situation, l’exception de prêt public, qui prévoit notamment une rémunération équitable des auteurs, a vocation à s’appliquer" indique un communiqué du service de presse de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE). Celle-ci était saisie d'une question soulevée par la justice néerlandaise à la suite d'une procédure engagée par l'association regroupant les bibliothèques publiques des Pays-Bas contre les contrats de licence que lui imposent les ayants droit, via une société de gestion de droits. Une décision qui pourrait remettre en cause les licences actuelles de prêts aux bibliothèques. Tout dépend ce que l'on met bien sûr sous les "certaines conditions".

Si l'on suit le raisonnement, le principe qui aurait les faveurs de la Cour de Justice européenne serait celui qui a cours pour le livre imprimé, à savoir une licence imprimée/ numérique unique à l'exemplaire achetée par les établissements et un prêt unique à l'usager sans simultanéité. Un modèle de licence qui par ailleurs n'a guère de sens dans l'univers numérique et ne satisfait pas les bibliothèques pour leurs usagers. L'arrêt de la Cour de justice de l'UE n'entraîne pas de conséquence immédiate, mais il place le système français sous la menace d'un recours identique, qui s'appuirait sur cette décision de la juridiction suprême en Europe. Pour clarifier cette situation, une adaptation du droit de prêt en France pourrait s'avérer nécessaire. Acheter deux fois, c'est bien là le problème. Au-delà de cette décision pour les bibliothèques, je trouve qu'elle va aussi dans le sens de l'offre couplée (imprimé-numérique) pour les consommateurs, une offre qui mériterait une évolution elle aussi nécessaire dans les prochaines années (via Livres-Hebdo).

PS: un seul exemple pour illustrer le problème auquel sont confronté les bibliothèques, celui du dernier livre de Umberto Eco, Ecrits sur la pensée au Moyen-Age, publié chez Grasset au printemps dernier. Les coûts pour disposer à la fois en prêt de la version imprimée (30€TTC avec une remise de 9% maximum) et de la version numérique pérenne (un prêt à la fois dans des conditions identiques au livre imprimé) au prix de 86,97€, trois fois le prix public hors-taxe de la version imprimée...


IDPF : le rapprochement avec le W3C est voté

IdpfLes organisations membres de l'IDPF (International Digital Publishing Forum) ont largement approuvé, par une majorité de 72 voix (88%) contre 10 (12%), le plan proposé par le Conseil d'administration de l'IDPF pour fusionner l'IDPF au sein du World Wide Web Consortium (W3C). L'annonce a été faite par un communiqué:

"Le plan se poursuivra maintenant et l'achèvement du rapprochement est prévu d'ici janvier 2017. Il sera toujours assujetti à la finalisation des ententes définitives nécessaires.

86 voix ont été exprimées (dont 4 abstentions), ce qui équivaut à 66% des 130 membres IDPF en règle. Cela représentait le pourcentage le plus élevé de membres participant à un vote ou à une élection au cours des huit dernières années, dépassant de loin la condition de quorum de 25%.

Il reste encore beaucoup à faire pour rédiger et exécuter les documents finaux nécessaires à l'exécution de la combinaison envisagée, ainsi que pour entreprendre d'autres activités de transition. IDPF s'attend à partager plus d'informations au cours du mois prochain sur le statut et les prochaines étapes concernant la combinaison.

Nous espérons que tous les membres de l'IDPF et les autres membres de l'industrie, qu'ils soient ou non initialement en faveur de la combinaison proposée, se joindront maintenant et collaboreront pour maximiser le succès d'une communauté éditoriale considérablement accrue dans le W3C afin d'avancer efficacement vers un réseau ouvert et accessible, un écosystème interopérable de l'édition numérique."

Voir le communiqué ici.


La littérature allemande au format numérique

Drapeau-allemandLa récente parution de La Montagne magique de Thomas Mann chez Fayard dans une nouvelle traduction m'a donné l'idée de regarder où en sont les numérisations des grands titres de la littérature allemande dans les catalogues numériques des éditeurs. J'ai repris les 49 titres recencés dans La Bibliothèque Idéale parue en 1988. Le constat est assez affligeant malheureusement. Seulement 9 titres sont disponibles en français, même pas 20%... Rilke, Hesse, Musil, Broch, Döblin, la liste est longue des absents... A l'heure où la France sera l'invitée d'honneur à la Foire de Frankfurt dans un peu moins d'un an, force est de constater que "nos amis allemands" ne sont pas l'objet d'une attention très vive chez les éditeurs français. Un an pour améliorer la situation?

En 10 livres...

  • La Mort de Virgile / Hermann Broch (Gallimard) Non

  • Woyzeck / Georg Büchner (Christian Bourgois ou Actes Sud) Non

  • Les Affinités électives / Johann Wolfgang Goethe (Flammarion) Oui ici

  • Le Procès / Franz Kafka (Flammarion) Oui ici

  • Michaël Kohlhaas / Heinrich von Kleist (Fayard) Oui ici

  • La Montagne magique / Thomas Mann (Fayard) Oui ici

  • L'Homme sans qualités / Robert Musil (Seuil) Non

  • Ainsi parlait Zarathoustra / Frieedrich Nietzsche (Flammarion) Oui ici

  • Les Carnets de Malte Laurids Brigge / Rainer Maria Rilke (Gallimard ou Flammarion) Non

  • La Marche de Radetsky / Joseph Roth (Seuil) Oui ici

En 25 livres…

  • Perturbation / Thomas Bernhard (Gallimard) Non

  • Berlin Alexanderplatz / Alfred Döblin (Gallimard) Non

  • Scènes de la vie d'un propre à rien / Joseph von Eichendorff (Libretto) Non

  • Effi Briest / Theodor Fontane (Gallimard) Non

  • Le Tambour / Günter Grass (Seuil) Non

  • Simplicius simplicissimus / Hans Jacob Grimmelshausen (Fayard) Non

  • Le Jeu des perles de verre / Hermann Hesse (Calmann-Lévy) Non

  • Le Chat Murr / E.T.A. Hoffmann (Gallimard ou Libretto) Non

  • Hyperion / Friedrich Hölderlin (Gallimard ou Flammarion) Non

  • Sur les falaises de marbre / Ernst Jünger (Gallimard ou Livre de Poche) Non

  • L'Autre côté / Alfred Kubin (José Corti) Non

  • Nathan le Sage / Gotthold Ephraim Lessing (Aubier Montaigne) Non

  • Hymnes à la nuit / Növalis (Gallimard ou Belles Lettres) Non

  • Les Brigands / Friedrich von Schiller (Aubier Montaigne) Non

  • L'Homme à tout faire / Robert Walser (L'Age d'Homme) Non

En 49 livres…

  • Malina / Ingeborg Bachmann (Seuil) Oui ici

  • La Grimace / Heinrich Böll (Seuil) Non

  • Mère courage et ses enfants / Bertold Brecht (L'Arche) Non

  • Auto-da-fé / Elias Canetti (Gallimard) Non

  • Les Chutes de Slunj / Heimito von Doderer (Rivages) Non

  • Le Juge et son bourreau / Friedrich Dürrenmatt (Livre de Poche) Non

  • Homo faber / Max Frisch (Gallimard) Non

  • De l'Allemagne / Heinrich Heine (Livre de Poche) Non

  • Le Grand Théâtre du Monde / Hugo von Hofmannstahl - Non

  • Siebenkas / Jean-Paul (Aubier) Non

  • Henri le Vert / Gottfried Keller (Aubier) Non

  • Professeur Unrat / Heinrich Mann (Grasset) Non

  • Anton Reiser / Karl Philipp Moritz (Fayard) Non

  • Le Marquis de Bolibar / Leo Perutz (Albin Michel) Non

  • Vienne au crépuscule / Arthur Schnitzler (Stock ou Livre de Poche) Non

  • Transit / Anna Seghers (Livre de Poche) Non

  • L'Homme sans postérité / Adalbert Stifter (Libretto) Oui ici

  • L'Homme au cheval blanc / Theodor Storm - Non

  • L'Or du Rhin / Richard Wagner (Flammarion) Non

  • Le Coup de foudre / Frank Wedekind (L'Age d'Homme) Non

  • Cella ou les vainqueurs / Franz Werfel (Stock) Non

  • Christa T. / Christa Wolf (Seuil) Non

  • L'Homme jasmin / Unica Zürn (Gallimard) Non

  • La Confusion des sentiments / Stefan Zweig (Livre de Poche, Payot ou Bouquins) Oui ici

PS: le magazine Lire proposait en 2012 une liste avec quelques titres supplémentaires. Deux sur dix au format numérique...

  • Les Souffrances du jeune Werther, Johann Wolfgang Goethe (Livre de Poche) Oui ici
  • Odes, Elégies, Hymnes, Friedrich Hölderlin (Gallimard) Non
  • Contes fantastiques, Ernst Theodor Amadeus Hoffmann (Garnier Flammarion) Non
  • Livre des chants, Heinrich Heine (Cerf) Non
  • Le Loup des steppes, Hermann Hesse (Livre de Poche) Non
  • L'Opéra de quat'sous, Bertolt Brecht (L'Arche) Non
  • A l'Ouest rien de nouveau, Erich Maria Remarque (Stock) Oui ici
  • L'Angoisse du gardien de but au moment du penalty, Peter Handke (Gallimard) Non
  • Extinction, Thomas Bernhard (Gallimard) Non
  • Austerlitz, W.G. Sebald (Gallimard) Non

Statista : la lecture numérique en 2021

Liseuse-couleur-solaireLa société Statista donne une projection dans une infographie sur le marché de la lecture numérique à l'horizon 2021. Par ePaper, Statista entend le secteur de la presse quotidienne. Par eBook, Statista entend l'ensemble des contenus numériques proposés par les éditeurs, au-delà du seul marché grand public. Statista donne des données 2015 qui semble assez loin des chiffres donnés par les différents secteurs de la presse et de l'édition cette année. Ils demanderaient à être reconfirmés avec les sources. A mon avis il est difficile de mener pour l'instant une telle projection. Cela dépendra en très grande partie de la sortie effective de nouveaux supports de lecture en affichage couleur et en grands formats. Rendez-vous est pris... (via l'Usine Digitale).

Ebook


Fayard : une nouvelle traduction de La Montagne magique de Thomas Mann

MontagnemagiqueA signaler particulièrement l'initiative des Editions Fayard qui proposent une nouvelle traduction de La Montagne magique de Thomas Mann. Un grand classique de la littérature allemande, l'un des livres majeurs du XXème siècle. Le livre est sorti le mois dernier, près de 700 pages. Disponible en version imprimée au prix de 37€, la version numérique est proposée quant à elle au prix de 9,99€. L'occasion de lire ou relire ce chef d'oeuvre. Voilà un éditeur qui croit au format numérique. Dans toutes vos bonnes bibliothèques... (lire l'article du Monde).

PS: à lire l'interview de la traductrice sur TV5Monde.


Etats-Unis : l'ebook des éditeurs en forte baisse

NothanksCoup de semonce aux Etats-Unis où le marché du livre numérique est en forte baisse. Un chiffre de -21,8% sur le premier semestre 2016 par rapport à la même période en 2015. C'est le dernier décompte de l'AAP (Association of American Publishers) donné la semaine dernière. Raccourci facile de dire que les lecteurs se désintéressent du format numérique pour un "retour au papier". La politique de hausse de prix entreprise aux Etats-Unis depuis plus d'un an est en train d'avoir des résultats violents sur le marché américain. Passer d'un prix de 9,99$ à 13/14$ (deux fois les prix des livres de poche) est un signal fort pour le consommateur. Nous le connaissons bien par chez nous. Les lecteurs ne sont pas des veaux capables de tout encaisser. Voilà qui va donner des arguments supplémentaires à Amazon dans les négociations avec les éditeurs américains. D'autant que l'auto-publication semble très bien se porter outre-Atlantique avec des prix bien plus attractifs pour les lecteurs. Un enjeu crucial pour les éditeurs...


Publie.net : un nouveau site

PublienetNouveau site du côté de Publie.net, l'un des pionniers de l'édition numérique. Publie.net, c'est plus de 600 titres au catalogue avec 25 nouveautés par an environ. Publie.net éditeur, c'est aussi une librairie numérique toute nouvelle aujourd'hui. Livres sans DRM et multi-formats pour assurer une interopérabilité complète sur tous vos matériels, livres proposés en impression à la demande, offre couplée, livres numériques enrichis, formules d'achat à l'unité ou en abonnement, présence en bibliothèques, prix réduits, etc. Publie.net est sur tous les fronts pour ses lecteurs en misant sur la synergie des supports (papier, web, numérique) et sur la complémentarité des modes de diffusion. Tous les détails sur le blog.


KPMG : baromètre 2016 de l'offre de livres numériques en France

KpmgLe cabinet d'audit et de conseil KPMG nous livre son traditionnel baromètre annuel de l'offre de livres numériques en France (3ème édition). KPMG a analysé 86 questionnaires remplis par 79 éditeurs indépendants et 7 groupes, de toutes tailles et de tous secteurs éditoriaux, répartis sur le territoire français, entre mars et juin 2016. Joëlle Tubiana, Associée KPMG, Responsable du secteur Edition constate: "Alors que les éditeurs étaient 18% en 2014 à prévoir une part du marché du livre numérique inférieure à 10%, leur nombre augmente sensiblement en 2016 (43%). A l’inverse, ceux qui estimaient à plus de 15% cette part étaient 62% en 2014 ; ils ne sont plus que 32% en 2016. De manière très nette, nous constatons, si ce n’est une remise en question du modèle, du moins une vraie prudence sur le marché, après l’engouement des années 2011 et 2012 et l’arrivée des tablettes, qui semblait annoncer alors un changement des paradigmes pour le monde de l’édition." Un marché français de plus marqué par l'attentisme des éditeurs, un réel décrochage par rapport à nos voisins européens observé au travers des différents chiffres donnés cette année. Revoir mon billet. Si les éditeurs italiens ont réagi l'année dernière, cela n'a pas été le cas en France.

Je retiens particulièrement les deux slides liés à la fixation des prix de ventes et la prise en compte par rapport au format poche.

Slide

Slide01

Le baromètre de KPMG à retrouver sur le site, pour archives ici.


Actes Sud : un numérique bien timide

ActessudA lire sur le site Actualitté l'interview de Matthieu Raynaud, en charge des ventes numériques chez Actes-Sud. Le format numérique représente 2,6% des ventes, un catalogue de 2000 titres seulement sur les 13000 du fond de la maison (15%). Des réductions de prix bien timides de 25% sur le prix imprimé. Même si la suppression des DRM est un sujet difficile pour les maisons d'éditions qui travaillent beaucoup avec le marché anglo-saxon, on peut regretter qu'Actes Sud ne soit pas plus engagé dans leur suppression en faveurs des libraires indépendants comme Plon ou Robert Laffont par exemple, sans parler de tant d'éditeurs indépendants. Dommage.