142 notes dans la catégorie "ePagine"

Livres numériques : les promotions, les parutions sur une seule page

Offre-promoLes promotions sur les livres numériques... Vous les surveillez sans doute beaucoup comme les prix sont bien souvent trop chers à votre goût. Pas facile de les suivre toutes. Vous rêvez d'une seule page où vous trouverez toutes les promotions du moment? EPagine l'a fait, une page bien discrète pour les professionnels, mais que je vous conseille de garder dans vos onglets. Près de 450 titres en promotions répertoriés par éditeurs cette semaine. On peut même trier par date. Vous ne pourrez plus dire que vous ne saviez pas... Au-delà des promotions, vous y trouverez également toutes les parutions. C'est par ici. De quoi préparer votre été de lectures!

PS: pour rappel, toutes les promotions sont disponibles sur toutes les librairies numériques du marché, loi sur le prix unique oblige.


EPagine et Electre : un partenariat sur LCP

AccordDécidément, beaucoup d'effervescence en France autour de LCP (Lightweight Content Protection), cette fameuse "DRM light" dont on nous promet l'arrivée depuis des années. Un nouveau système de gestion de droits de livres numériques plus simple pour l'utilisateur, pour en finir avec la DRM Adobe. Après Tea et sa solution Care en fin d'année dernière, ce sont aujourd'hui Electre et ePagine qui annoncent un partenariat pour développer conjointement une "architecture technique autour de l'usage de LCP". Voir le communiqué sur Livres-Hebdo. Quel peut-être le rôle d'Electre dans ce développement? Pas évident à cerner de la part d'un acteur qui gère sa base bibliographique en propre et qui est toujours resté jusqu'ici très en retrait du développement du livre numérique.

LCP, nouveau sésame "tendance", j'ai envie de dire. Ne pas oublier que LCP, toute "light" qu'elle est, reste une DRM avec une limitation des usages pour le lecteur. Logique de l'accès seulement, la copie du fichier n'est pas à vous. Toute simplifiée qu'elle sera, nous resterons loin de l'interopérabilité complète sur tous les supports justement revendiquée par les consommateurs aujourd'hui, qui souhaitent à juste titre passer d'un support à l'autre sans contraintes particulières. Espérons que les 200 éditeurs qui ont optés pour le marquage numérique n'iront pas jusqu'à "rentrer dans le rang" vers cette solution -le lobbying aidant-, ce serait un véritable recul en arrière pour leurs lecteurs. Alors que l'Allemagne s'oriente vers une suppression pure et simple des DRM sur le livre numérique poussée par le succès outre-Rhin de Tolino, la France prend faute de mieux l'option "light". La DRM pour longtemps encore, on connait la position chez Hachette qui reste inflexible sur le sujet.


Place des Libraires : refonte du site

PlacelibrairesA découvrir la refonte du site PlacedesLibraires qui propose une plateforme mutualisée pour les libraires indépendants, aussi bien sur l'offre imprimée en stock à réserver chez un libraire près de chez vous (pas d'envoi), que sur une offre numérique. Versant numérique, c'est la réplique de la librairie ePagine, elle-même dans le périmètre de la société Tite-Live.


Dépaysage : la librairie numérique du voyage

DépaysageA découvrir une librairie numérique spécialisée sur le thème du voyage. C'est Dépaysage. C'est la solution d'interface ePagine qui a été retenue, les sélections et mises en avant faites par le libraire. Dans toute l'offre qui ne cesse de progresser de manière exponentielle, il devient souvent indispensable pour les lecteurs de se rapprocher de thématiques, d'offres sélectionnées, de conseils, d'espaces critiques, etc. Lire l'interview de son créateur Amaury Levillayer sur Ouest-France. Au top des ventes, L'Usage du Monde de Nicolas Bouvier, L'Eté Grec de Jacques Lacarrière, La Sagesse du nomade de Bruce Chatwin, de belles invitations au voyage avec sa liseuse, bien sûr!


PocketBook : le modèle Sense 2 ne sortira pas

Sense2Confirmation. La liseuse Sense ne sortira pas cet automne chez PocketBook dans une version 2. Alors que quelques images avaient fuités au printemps dernier pour une sortie en cette rentrée, PocketBook n'aura finalement maintenue dans sa nouvelle gamme en France (en partenariat avec Tea), que les seuls Touch Lux 3 et Ultra, tous deux avec une nouvelle série d'écrans en eInk Carta (voir boutique). Bien dommage pour ce modèle Sense à la fois très compact et qui proposait un concept intéressant avec la couverture intégrée du fabricant Kenzo. En souhaitant le revoir un jour dans une série analogue. A signaler qu'il en reste un peu en stock de la version 1, notamment chez ePagine, au prix intéressant de 139€. Egalement chez Decitre. Même sans l'eInk Carta, ce modèle est un excellent choix.

PS: histoire de nous donner un peu plus de regrets, cette vidéo promotionnelle publiée il y a quelques semaines, le modèle continuant à être commercialisé sur d'autres marchés en Europe.


PocketBook dévoile de nouvelles solutions BtoB

Pocketbook_logoPocketBook a annoncé de nouvelles solutions BtoB pour des partenaires. La solution B2B Cloud propose un développement en marque blanche et la personnalisation d'un ebook store ou d'un service en ligne de recommandation. Cette option permet d'intégrer des marques partenaires. PocketBook propose aussi le développement d'applications de lecture entièrement personnalisées à la fois pour Android et iOS. On le voit, l'enjeu du cloud dans l'univers de la lecture numérique est de plus en présent pour améliorer l'expérience utilisateur sur tous les supports possibles. Tolino l'a bien compris en Allemagne. En France, on rappellera que les liseuses PocketBook sont désormais présentes chez de nombreux partenaires des réseaux Tea et ePagine (via GoodeReader).


MO3T : un Tolino à la française pour fin 2015?

Mo3tNous avions laissé le projet MO3T en milieu d'année dernière avec un article dans LesEchos qui prévoyait une phase d'industrialisation fin 2014. Sans nouvelles aucune, on pensait le projet abandonné. Il n'en est rien. Lors de la journée d'hier au Salon du Livre, le Syndicat de la Librairie Française et l'opérateur Orange ont annoncés conjointement que le projet MO3T serait déployé fin 2015 (voire début 2016) sous un nom qui n'a pas été donné, en partenariat avec les réseaux de librairies ePagine et LesLibraires.fr. En clair, tous les achats de livres numériques réalisés chez les libraires partenaires pourraient intégrer une bibliothèque personnelle gérée par Orange, avec la possibilité de lire simplement sur tous les supports possibles. On parle beaucoup de l'exemple allemand Tolino, reste à savoir si ce projet X proposera un environnement aussi complet (matériels, applications de lecture, boutiques) pour le lecteur français (via Livres-Hebdo).

Mo3t


Belgique : Lirtuel et Librel présentés à la Foire du Livre de Bruxelles

LirtuelLirtuel, la plateforme de prêt numérique du réseau de lecture publique de la Fédération Wallonie-Bruxelles, sera officiellement lancé lundi à la Foire du livre de Bruxelles. Impliquant la participation de 350 bibliothèques publiques francophones, la plateforme a été présentée en avant-première hier à Waterloo en présence de la ministre de l'Education et de la Culture, Joëlle Milquet. Pour la fin de 2015, les responsables espèrent disposer d'environ 3.000 livres numériques en prêt et arriver à 20.000 dans les cinq ans à venir. Lirtuel entre dans le cadre du dispositif PNB (Prêt Numérique en Bibliothèque). C'est la solution Cantook de DeMarque qui a été retenue (via RTBF). Toujours en Wallonie-Bruxelles, Librel, le portail numérique des libraires indépendants, a lui aussi été présenté hier. Il est développé avec ePagine (via L'Avenir).


PocketBook Sense chez ePagine

PocketbookLa liseuse PocketBook Sense est désormais proposée par ePagine et son réseau de libraires. A signaler également des promotions intéressantes sur des modèles plus anciens de Bookeen et PocketBook. Deux marques génériques que tous les libraires qui proposent une offre de livres numériques devraient vendre en magasins. Un peu comme si les bons cavistes ne vendaient que du vin en vrac.


Librel : l'offre Hachette sur le portail

LibrelBonne nouvelle pour Librel, le portail du livre numérique des libraires indépendants belges. Il vient de s'enrichir des catalogues Hachette distribués par Numilog. C'est 30 à 40.000 livres supplémentaires qui viennent s'ajouter à l'offre du portail qui acquiert évidemment une légitimité supplémentaire pour ses lecteurs (via LettresNumériques).


Belgique : les libraires indépendants avec Librel

LibrelOuverture cette semaine du portail des librairies indépendantes belges Librel. Un projet porté par vingt-sept libraires qui ont décidé de se regrouper sur le web pour y présenter leur offre de livres numériques. Avec ce portail et le soutien de la Fédération Wallonie Bruxelles, Librel entend montrer qu’à l’heure du numérique, les libraires indépendants ont toute leur place pour défendre le livre sous tous ses formats et conseiller les lecteurs.
L'intégration des offres du groupe Hachette via Numilog est en cours. Un catalogue élargi de livres en néerlandais est aussi en préparation. Ce projet a été développé par la société ePagine, on retrouvera la proximité de l'interface. Chaque libraire dispose d'un site à sa marque, Tropismes à Bruxelles par exemple ici. A lire le billet sur le site Pilen. Le réseau sur cette GoogleMap.


Agrandir le plan


PNB : les Médiathèques de Montpellier ouvrent une offre de livres numériques

MontpellierBonne nouvelle en cette rentrée pour tout ceux qui fréquentent les bibliothèques. Les premières offres de livres numériques en bibliothèques avec PNB (Prêt Numérique en Bibliothèque) commencent à s'ouvrir avec les premiers établissements pilotes. Communiqué de presse aujourd'hui de la société Archimed qui vient d'ouvrir une offre pour le réseau des Médiathèques de l'agglomération de Montpellier, en collaboration avec ePagine et la librairie Sauramps. Les livres numériques rejoignent l'ensemble des contenus dématérialisés proposés dans les établissements et sur le site en ligne. L'interface est pour l'instant minimaliste pour l'utilisateur. Un catalogue de plusieurs milliers de titres est prévu. ePagine a mis en ligne une liste à jour des librairies partenaires qui sont partie prenante du projet PNB.

PS: à signaler que les bibliothèques d'Aulnay-sous-Bois ouvrent également une offre, toujours avec Archimed. On se gardera bien de juger pour l'instant (comme le font certains) le dispositif PNB entier sur ces seules interfaces médiocres où il faut scroller "trois livres par trois livres à chaque fois" pour découvrir le catalogue entier. Tout cela sans aucunes recommandations, espérons que cela évolue. PNB, c'est aussi ce que les développeurs en feront. Quant à la DRM Adobe, ce n'est pas PNB qui l'a inventée malheureusement. A suivre...

Paris, le 3 septembre 2014

Le service de prêt numérique en bibliothèque PNB s’ouvre au public

Après plusieurs mois d’expérimentation, le prêt numérique en bibliothèque n’est plus un projet, il est devenu une réalité. Cette semaine, le service a été ouvert au public sur le portail du réseau des médiathèques de l’agglomération de Montpellier.
Une sélection de livres numériques, acquis auprès de la librairie Sauramps à Montpellier, est proposée en streaming sur place et en prêt par téléchargement aux lecteurs de l’agglomération.
Le catalogue PNB actuellement disponible est composé de plusieurs milliers de titres Eden Livres et Editis. Il s’enrichira progressivement des catalogues d’autres éditeurs qui rejoindront le hub.
Afin de faciliter et d’accélérer le déploiement de l’offre PNB en bibliothèque, Archimed et ePagine ont renforcé leurs solutions logicielles respectives.

L’espace pro PNB ePagine, pour l’achat de vos livres numériques

Ce service permet à la bibliothèque de passer commande de livres numériques par l’intermédiaire du site web de son libraire, dans l’espace dédié aux professionnels, avec un paiement à terme. L’offre est détaillée par titre et par éditeur.
Comme pour le livre papier, la bibliothèque pourra demander des devis et exporter ses paniers. Elle constitue ainsi aisément son offre de lecture numérique.
L’espace pro PNB ePagine interagit directement et en toute transparence avec le hub numérique de Dilicom.

Le portail Ermes, pour la diffusion auprès des lecteurs

Le service PNB est complètement intégré aux catalogues physique et numérique diffusés grâce au logiciel de portail Ermes. Les eBooks achetés sur l’espace pro du libraire sont automatiquement mis à disposition dans le catalogue. L’emprunt par les lecteurs est dès lors possible, dans le respect des quotas et durée de prêt définis par la bibliothèque. Des tableaux de bord permettent de suivre en détail les commandes, l’évolution de la disponibilité et les usages. Outre les eBooks, d’autres medias sont proposés dans la même interface: musique, VOD, formation, presse en ligne, etc.
Pour les sites qui ne disposent pas d’un portail compatible avec PNB, l’offre est néanmoins disponible dès maintenant dans le Cloud, grâce au service d’espace numérique en location BibliOnDemand, construit sur Ermes.

Comment faire si vous êtes une bibliothèque?
Quels sont les livres disponibles?

Rendez-vous sur le site bibliondemand.com pour découvrir le catalogue qui évolue régulièrement.
Auprès de qui puis-je acheter ces ouvrages? Consultez une liste de libraires «PNB compatibles» ou contactez ePagine.
Comment activer le service sur mon portail? Si vous êtes déjà client Archimed, contactez votre ingénieur commercial, ou contactez-nous par le formulaire présent sur le site.

Qui sommes-nous?
Archimed est un éditeur de logiciels indépendant, leader français dans le domaine de l’informatisation des bibliothèques et centres de documentation. La gamme logicielle d’Archimed couvre l’ensemble des besoins de gestion, diffusion et enrichissement des collections et services proposés par les bibliothèques.
EPagine a été créé dans l’optique de mettre la librairie au coeur du débat numérique. Les solutions d’ePagine permettent aux libraires de vendre des livres numériques aux collectivités.


EPagine développe la pré-commande

EpagineLa société ePagine, qui travaille en partenariat avec de nombreuses librairies indépendantes, vient de mettre en place il y a quelques jours une fonctionnalité importante qui manque jusqu'ici à beaucoup de plateformes françaises, à savoir la pré-commande. Il est désormais possible de commander à l'avance un livre numérique. Dès la disponibilité effective de l'ouvrage, un lien de téléchargement est envoyé automatiquement au lecteur. Une vingtaine d'éditeur proposent cette faculté pour l'instant, sans doute beaucoup plus bientôt. Tous les détails sur le blog ePagine.


ePagine : "Le Monstre de fer" gratuit

EpagineLa plate-forme ePagine nous propose gratuitement "Le Monstre de fer". Symbole d'un renouveau architectural, la tour Eiffel a fait l'objet lors de sa construction de sombres projections: «Babel de fer», «déshonneur de Paris»... Ses détracteurs -parmi lesquels Maupassant et Allais- n'ont pas manqué de verve pour condamner une révolution esthétique qui les apeurait. Message subliminal, le numérique aujourd'hui, nouvelle "Babel de fer"? (cet ePub repose sur le travail des étudiants de la Licence professionnelle Métiers de l’édition de l’IUT Paris Descartes dans le cadre de leur projet éditorial de fin d’études (2013-2014)).


PocketBook chez Gibert Joseph

PocketBook Touch LuxAprès les enseignes Decitre, Cultura, Furet du Nord, Sauramps, ce sont désormais les magasins Gibert Joseph qui vendent le PocketBook Lux. J'ai aperçu les premiers exemplaires cette semaine en démonstration dans le Gibert Joseph du Boulevard Saint-Michel à Paris. L'offre de livres numériques associée est proposée par ePagine.

PS: revoir mon test ici, ainsi qu'une vidéo récente.


PocketBook Lux bientôt en librairies

Touch-luxOn devrait le voir beaucoup dans quelques semaines dans plusieurs enseignes en France. Decitre, Cultura, sans doute aussi les enseignes et les librairies indépendantes autour d'ePagine devraient proposer le PocketBook Touch Lux. A suivre attentivement la politique de prix et l'intégration des librairies embarquées. Cnet revenait même hier sur une fonction très intéressante SendtoPocketbook pour envoyer des livres à des amis. Il connait également un déploiement important en Allemagne, entre autres Ebook.de, la chaine des librairies Mayersche qui propose une vidéo commerciale. A revoir mon test réalisé durant l'été, un modèle ouvert aux fonctionnalités très étendues, la sortie audio/ musique en plus.


Livres-Hebdo: vendre des liseuses en librairie?

ProcureC'est le titre d'un dossier sur Livres-Hebdo cette semaine. On retiendra surtout le volontarisme de certains libraires indépendants qui ont bien compris que la vente de liseuses étaient intimement liée au succès de l'offre de livres numériques qu'ils proposent sur leurs sites. Certes, ils ne sont pas à la une des journaux gratuits ou des hebdos, encore moins dans des publicités à la télévision. Mais, avec leurs conseils, ils vont au devant de leurs clients qui eux aussi s'équipent ou sont en réflexion sur le sujet. Et ils sont bien plus nombreux que l'on ne pense. J'ai retenu les passages les plus intéressants:

"Si les libraires ne font pas l'effort de s'y mettre, même symboliquement, le marché va s'installer techniquement et commercialement sans eux. Les liseuses nous permettent de matérialiser en magasin notre offre de livres numériques présente sur notre site et de communiquer avec nos clients sur notre activité dans ce domaine", explique Philippe Touron, directeur du Divan (Paris, 15ème) et des librairies Gallimard.

Le Divan vend des liseuses depuis quatre ans au rythme d'une centaine par an, avec des pics pour les fêtes et à l'approche de l'été, plutôt à des seniors. Chapitre, Decitre, Doucet, Gibert Joseph, Gibert Jeune, La Fnac, La Procure, Le Divan, Furet du Nord, Relay H, Sauramps, Carrefour, Cultura, etc. ont commandé les nouveaux modèles de liseuses à quelques unités ou à plusieurs milliers d’exemplaires en prévision des fêtes.

Les liseuses sont maintenant préprogrammées sur le site de la librairie qui les vend. «Nous scannons le numéro de série, et nous branchons le site du libraire qui nous a commandé l’appareil sur l’icône librairie de l’écran d’accueil», explique Alexandre Shabaev, représentant de PocketBook en France. Le français Bookeen fait de même, via ses revendeurs ePagine et Numilog, ou en direct avec Relay et Carrefour, sur le modèle du partenariat de Kobo/Fnac, ou Sony/Chapitre.com.

Les acheteurs de liseuses sont de grands lecteurs, «le cœur de notre clientèle», insiste Philippe Touron. Il serait incohérent de les laisser se perdre sur internet au profit d’un concurrent plus visible parce que mieux référencé. C’est aussi un réel service pour le lecteur, simplifiant l’accès à l’offre dans l’intérêt bien compris du libraire. «Nous présentons des Cybook installés à côté d’une borne de lecture depuis décembre 2012, et nos ventes numériques doublent chaque mois», se félicite Catherine Martin, directrice du marketing, de la diffusion et d’Internet de La Procure à Paris (300 appareils vendus). «La liseuse propose une version embarquée de la librairie, visible et bien identifiée sur cet appareil mobile, alors que sur Internet, elle est faiblement repérable», explique Valérie Collin, directrice générale de TEA, société initiée par Decitre avec le soutien de Cultura. Chez Chapitre.com, les ventes numériques ont aussi décollé depuis 2011 et le partenariat avec Sony et son Reader, un partenariat «très important», insiste Corentin Bergeron, directeur du numérique.

Chapitre.com mis à part, tous les libraires qui ont franchi le pas du numérique utilisent un prestataire auquel ils délèguent tout ou partie de la gestion de leur site. Ils proposent en général une librairie numérique en marque blanche, adaptable au site de vente de livres papier si la librairie en possède déjà pour faire un panier commun. Le catalogue est accessible sur une liseuse, et aussi décliné en applications pour smartphone et tablette.

«La gestion du site revient à 80€/mois, auxquels il faut ajouter 9% sur les ventes», indique Stéphane Michalon, directeur du développement d'ePagine, filiale de Tite Live. Elle propose des Pocketbook et des bornes à installer en magasin (à La Procure, notamment). Sur les 70 adhérents à cette solution, la moitié ont testé la vente de liseuses, dont une poignée activement (Le Divan, Furet du Nord, Sauramps, L’Alinéa, la Librairie de Paris…). ePagine gère aussi les ventes numériques du réseau Paris Librairies.

Autre acteur historique du numérique, Numilog propose une solution avec les mêmes caractéristiques, baptisée Club Reader, «sans frais de gestion la première année», insiste Denis Zwirn, son P-DG, qui n’indique pas la commission de prestation sur les ventes pour les années suivantes. Numilog propose la Cybook Odyssey.

Créé en 2012, Tea a d’abord été rodé chez ses actionnaires (Decitre et Cultura), avant d’être retenu par Système U, puis quelques indépendants (Montabardon, Cheminant, Bisey). Le prestataire a conclu un accord avec PocketBook, inclus dans un pack destiné aux indépendants: 10 liseuses à la marque de la librairie, le site et un an de service et formation, le tout pour 1.990€, explique Valérie Collin. Il faut ajouter les frais sur les ventes, environ un tiers de la remise.

Fraîchement arrivé aussi, LesLibraires.fr, émanation de Dialogues, et à l’origine très orienté vers le papier, propose un module de vente d’ebooks, retenu par 16 des 70 adhérents. «Nous prenons 9% de commission sur les ventes de livres numériques, comprenant le service après-vente», explique Thomas Le Bras, chef de projet.

Le taux de remise est l’autre souci. Il oscille entre 25 et 30%, dont il faut déduire la rémunération du prestataire, 9% en général. Il reste au libraire environ 17 à 18% de marge, sur un livre numérique moins cher que le papier, dont la remise est supérieure d’environ 20 points. Il n’y a certes pas de stock, de manutention, de frais de transport, mais le compte n’y est pas. Au revoir là-haut, le récent Goncourt, rapporte ainsi 7,65€ en version papier au libraire (à 36% de remise), mais 2,60€ seulement en numérique (à 18% de marge restante).

Merci à Livres-Hebdo pour son accord à retranscrire certains passages.


ePagine : Propos sur le métier de Libraire

EpagineA signaler un petit ouvrage Propos sur le métier de Libraire. Conversations sur le commerce des livres qui est la réunion de six grands entretiens réalisés par Olivier Carrérot en avril 2013 avec sept responsables de six librairies françaises: Compagnie (Josette Vial) et Le Divan (Philippe Touron) à Paris, Millepages (Pascal Thuot) à Vincennes, Tonnet (Jean-Jacques Tonnet) à Pau, L'Arbre à Lettres Mouffetard (Isabelle Schulmann & Antoine Fron) à Paris et Ombres Blanches (Christian Thorel) à Toulouse. Ces six conversations «thématiques» sont précédées d'une introduction. Ce livre publié en papier chez Rue des Gestes est offert hors-commerce dans sa version numérique par six libraires du réseau ePagine lors de votre prochain achat (via blog ePagine).


ePagine : partenariat avec PocketBook

TouchePagine vient d'officialiser ce soir un partenariat avec la société PocketBook. "Ce partenariat permettra aux libraires clients de Tite Live/ ePagine de vendre au meilleur prix et avec les meilleurs services personnalisés des liseuses et tablettes Android qu’ils pourront proposer à leurs clients en magasin. La librairie (ou le store) numérique de chaque librairie physique sera intégrée à toutes les liseuses et tablettes (accès automatique et synchronisation des achats), un principe que ePagine avait initié dès 2008 avec les liseuses Bookeen." Un développement important pour PocketBook qui avait déjà déployé de tels partenariats avec des libraires en Allemagne et dans les pays de l'Est (via le blog ePagine).


ePagine : la défense du watermark

EpagineImportante mise au point sur le blog ePagine à propos de l'usage du watermark, assez violemment critiqué aux Pays-Bas il y a quelques semaines par un groupe de parlementaires. Cette solution de marquage en filigrane est utilisée depuis un an par la plupart des éditeurs néerlandais distribués par CB (Centraal Boekhuis) – qui opère pour plus de 90% des maisons d’édition néerlandaises; elle est assurée par ePagine. Rappeler que "le but du watermark est d’améliorer l’expérience de l’utilisateur au moment où il souhaite lire un livre en lui évitant tout problème lié aux DRM qui rendent l’achat et la lecture parfois frustrants. Ainsi l’utilisateur peut lire partout où il veut et sans être ensuite emprisonné lors de ses futurs achats dans un modèle fermé comme celui que propose par exemple Amazon. Les questions posées par les parlementaires néerlandais semblent toutes pouvoir être interprétées comme une remise en cause de l’alternative raisonnable que représente le watermarking. Cette fois l’attaque est beaucoup plus sournoise car elle laisse entendre que les informations contenues dans le watermark de ePagine seraient plus dangereuses pour la vie privée de l’internaute que l’ensemble des informations recueillies par des acteurs comme Apple, Amazon ou Google et leur DRM propriétaires qui stockent sur leurs bases de données vos noms, lectures, notes de lectures et partages, en plus de votre carte bancaire. On peut se demander à qui profite maintenant cette attaque du livre numérique vendu avec watermark au moment même où en Hollande les grands américains tentent de mieux s’implanter et de reproduire le même niveau de parts de marché que celui acquis dans d’autres pays européens." Cette solution du watermark est de plus en plus utilisé en France par les éditeurs indépendants qui se défient des règles imposées par les géants anglo-saxons et qui veulent créer un rapport de confiance avec leurs lecteurs. Nous sommes en première ligne en Europe avec les Pays-Bas pour lutter contre l'hégémonie des DRM. Défendre le watermark, c'est défendre une libre utilisation des livres numériques dans un cadre responsable. Un mot qui trouve parfaitement sa place dans l'univers numérique. A travers cette attaque, c'est aussi une preuve supplémentaire que le lobbying d'Amazon reste constant dans les milieux politiques européens.