92 notes dans la catégorie "HistoireLivre"

Revue de l'Enssib : les métiers du livre face au numérique

Enssib"Les métiers du livre face au numérique". C'est le dernier numéro de la Revue de l'Enssib. Une vingtaine de contributeurs ont participé à ce numéro. A lire en ligne sur le site du BBF (Bulletin des Bibliothèques de France). Dommage qu'une version au format ePub ne soit pas proposé, si je trouve le temps, je la mettrais en archives ce week-end.


Livres anciens : la numérisation au coeur des pages

MIT-camera-livreNumériser des livres sans les ouvrir en analysant finement les différents niveaux de papier. Une équipe de chercheurs du MIT et de Georgia Tech vient de dévoiler une caméra utilisant une toute nouvelle technique de scan révolutionnaire: celle-ci permet en effet la lecture d'un livre imprimé sans que l'ordinateur ait besoin d'en feuilleter les pages. Une technique qui permettrait la numérisation de documents jusqu'ici impossible (via Archimag).


Blue Mountain Project : les revues de l'avant-garde littéraire

BluemountainDada, Surréalisme, Action, L'Elan, Nord-Sud, autant de revues qui ont comptés dans l'avant-garde littéraire et artistique du début du siècle dernier. A découvrir absolument Blue Mountain Project, un site américain qui propose des versions numériques de ces revues aujourd'hui introuvables bien entendu. Une initiative menée par l'Université de Princeton qui va bien au-delà puisqu'elle concerne l'ensemble de l'avant-garde européenne et anglo-saxonne. Merci à Antoine Oury sur Actualitte.


L'ebook avant le Kindle d'Amazon...

PingouinDe l'ebook avant le lancement du Kindle d'Amazon. Ce commentaire de Jacques Sadoul, le spécialiste de la science-fiction et éditeur bien connu chez J'ai Lu dans ses mémoires, qui traduit bien le sentiment général de la profession à l'époque:

Le lancement du e-book aux Etats-Unis est d’ailleurs loin de donner les résultats escomptés et je ne vois guère que les astronautes, les navigateurs solitaires ou les explorateurs des banquises polaires (pingouins compris) pour en avoir réellement l’usage.

Jacques Sadoul – C’est dans la poche (Bragelonne - 2006)


Le premier ebook a 45 ans aujourd'hui

Michael_S_HartLe premier ebook a 45 ans aujourd'hui. C'est en effet le 3 juillet 1971 que l'américain Michael Hart numérisait la déclaration d'Indépendance américaine et la proposait dans une version numérique sur les réseaux précurseurs de l'Internet. Un fichier de 5kB qui avait été téléchargé par 6 personnes à l'époque. C'était le premier titre du Projet Gutenberg. Michael Hart est malheureusement décédé en 2011 à l'âge de 64 ans (via Forbes). 


Une exposition Liber Numericus à Nantes

Sans titreA découvrir du 10 juin au 3 juillet l'exposition Liber Numericus qui se déroule à Nantes à La Fabrique sur L'Ile de Nantes, au cœur du Quartier de la Création, à proximité du Hangar à Bananes, dans le prolongement des Nefs des Machines de L'Ile et de l'Eléphant. Conçue par l'Agence Stéreolux, Liber Numericus propose "d'offrir un instantané de la période de transition que nous vivons, en explorant les mutations des représentations du livre, tant en littérature que dans les arts plastiques. Les œuvres présentées sont à l'image de pratiques quotidiennes de lecture, entre livre et écran, mais aussi à la croisée de deux imaginaires: celui du livre et du numérique". De nombreux artistes plasticiens contemporains français et étrangers ont été sollicités sur ce projet, ainsi que des éditeurs pure-players numériques. Tous les détails sur le site dédié.


Bibliothèque sans livres imprimés : provocation ou anticipation ?

BibliothequessanslivresVous vous rappelez peut-être de la première bibliothèque sans livres imprimés, ouverte il y a bientôt trois ans, la BexarBibliothech à San Antonio aux Etats-Unis. Une expérience qui avait été suivie de l'ouverture d'un deuxième établissement, toujours au Texas. Provocation ou anticipation? A lire absolument le mémoire d'étude "Vers des bibliothèques de lecture publique sans livres imprimés?" de Laura Pagès, soutenu à l'Enssib en décembre dernier. Elle a interrogé le modèle de manière prospectiviste sur les quinze prochaines années en France. Un passionnant travail à découvrir en libre accès sur le site de l'Enssib.

"Les bibliothèques sans livres imprimés peuvent-elles constituer une voie pour l’avenir des bibliothèques de lecture publique françaises? Le scénario de la bibliothèque sans livres imprimés, en impliquant une nouvelle conception de l’espace public documentaire, semble être à bien des égards encore trop en avance sur son temps. L’attachement des bibliothécaires, des usagers et des élus français au livre papier, le manque de technicité et de formation des agents ainsi que les nombreux freins liés à l’exploitation et à l’utilisation des ressources documentaires numériques font que les bibliothèques de lecture publique françaises ne semblent pas prêtes à franchir le pas du «sans livres». Mais face à l’essoufflement du modèle de la bibliothèque traditionnelle caractérisé par un volume très important de livres imprimés, on assiste à l’émergence de scénarios intermédiaires, à savoir celui de la bibliothèque troisième lieu et celui de la bibliothèque hybride. En constituant de bons compromis entre la bibliothèque sans livres imprimés et la bibliothèque traditionnelle, ces scénarios participent à rendre celui de la bibliothèque sans livres imprimés d’autant plus improbable."

Face à ce modèle d'hybridation intermédiaire (transitoire, définitif?), on sent bien que les usages changent et que les mentalités vont nécessairement évoluer dans les années, voire dans les décennies à venir. A quel rythme? Ce qui est encore impensable aujourd'hui, le sera t-il toujours demain?


Marie Lebert : une chronologie du livre numérique

MarielebertMise à jour de l'imposant travail de Marie Lebert sur sa chronologie du livre numérique. Plus de 300 entrées. Internet, web, réseaux sociaux, ventes de livres imprimés en ligne, presse en ligne, bibliothèques, etc. A mon sens beaucoup trop d'entrées qui apportent plus de confusion qu'autre chose. Très partial aussi, mériterait un apport de confrontations extérieures. Des manques importants, côté contenus aucune mention sur des pionniers francophones comme La Bibliothèque Electronique du Québec, Ebooks Libres et Gratuits, Wikisource et d'autres. Côté matériel, aucune mention sur Irex Technologies aux Pays-Bas, pionnier européen de la liseuse qui a été un vrai déclencheur en Europe. Aucune mention également de Nick Sheridon (Palo Alto Research Center) et Joseph Jacobson (MIT), véritables découvreurs du papier électronique, ce qui est quand même un comble quand on voit tant d'entrées très secondaires. Un travail intéressant de réflexion et de synthèse pour des étudiants, je lance l'idée.


Umberto Eco : la bibliothèque de demain

Umberto-ecoUmberto Eco nous a quitté vendredi dernier. Toute la semaine, beaucoup de témoignages et de vidéos se sont succédés. En attendant sans doute des publications inédites bientôt. Revient beaucoup la référence à De Bibliotheca, un texte prononcé par Umberto Eco en mars 1981 lors des festivités du vingt-cinquième anniversaire de la bibliothèque communale de Milan dans le Palais Sormani. Edité dans les années 90, il est indisponible depuis longtemps.
On y retrouve l'immense culture de l'auteur du Nom de la rose ou du Pendule de Foucault pour ne citer que ces deux titres. Mais aussi sa passion des livres et des bibliothèques, entre partage et accès. La bibliothèque idéale de demain justement qu'il essaye de décrire, avec son humour habituel. Ou plutôt en négatif celles qu'il ne faut pas faire. Cela parlera à beaucoup, à l'heure de "Design Thinking" des bibliothèques... Un texte écrit quand internet n'existait pas mais où affleure partout les possibilités ouvertes du web d'aujourd'hui qui bouscule le modèle des bibliothèques. A lire le texte ici, je vous donne une version ePub à mettre sur votre liseuse pour le week-end, n'hésitez-pas. Un texte bien évidemment réservé à un usage privé ou éducatif, puisse-t-il vous inciter à lire ou relire très vite les livres d'Umberto Eco (via Archimag).

PS: hasard du calendrier, publication cette semaine d'un livre blanc de l'Afnor: "Qu'est-ce qui fait la valeur des bibliothèques?" archive ici. Un paragraphe concerne la Bibliothèque de Toronto dont parle justement Umberto Eco: "La valeur du service rendu à l’habitant est évaluée à 5,63 dollars canadiens pour chaque 1 dollar canadiens investi. Pour la ville de Toronto, le retour sur investissement est de 463%, lorsqu’on rapporte la somme de la valeur des services et de l’impact économique de la bibliothèque à son coût. L’étude invite à ne pas oublier les «bénéfices intangibles» de la bibliothèque: formation tout au long de la vie, amélioration de la qualité de vie, soutien à l’emploi, etc., et met en avant le travail de proximité des annexes de quartiers".


Roger Chartier sur le livre numérique

LogoL'historien du livre Roger Chartier était l'invité des dernières Rencontres Nationales de la Librairie en juin dernier. Il s'exprime sur le livre numérique et la rupture unique dans l'histoire du livre que celui-ci conditionne, tout à la fois sur la technique de reproduction, la matérialité de l'inscription et les pratiques de lecture.


Publienet : "La Mécanique du texte" de Thierry Crouzet

Mecanique texteSortie aujourd'hui chez Publienet d'un nouvel essai de Thierry Crouzet, "La Mécanique du texte". L'auteur nous fait part de ses propres expérimentations numériques et de leurs influences sur son travail d'auteur. Comme il le dit lui-même en exergue de son texte: "Ce texte est né d’une invitation à parler en public des mutations de l’écrit à l’heure du numérique. Écrivons-nous autrement? La technique au sens large influence-t-elle la littérature? De nouveaux outils impliquent-ils des œuvres nouvelles? Ces œuvres nécessitent-elles à leur tour de nouvelles méthodes de médiation?"  Un même auteur, avec des outils différents, écrit différemment. C'est la thèse qu'il défend. Son idée de départ est que la technique n'est pas plus étrangère à la littérature qu'aux arts plastiques ou à la musique. Thierry Crouzet encourage ses collègues auteurs autant que les lecteurs, les bibliothécaires et les éditeurs à expérimenter, à changer d'outils et de logiciels. Un essai très documenté avec de nombreuses références historiques, parfaitement stimulant à l'expérimentation en écriture. "La Mécanique du texte" est disponible en version imprimée et numérique chez Publienet, comme sur l'ensemble des plateformes.

PS: à lire le billet que lui consacre Hubert Guillaud.


Une chronologie du livre numérique - juin 2015

ChronosBelle chronologie réactualisée autour du livre numérique que nous devons à Marie Lebert. 300 items que vous retrouverez sur son site (via Actualitté). Un peu beaucoup, je trouve, qui ne sont pas directement liés au livre numérique. S'il fallait les réduire à 12 (je n'ai pas pu réduire plus), je sélectionnerais les suivants, en y ajoutant quelques-uns supplémentaires qui me semblent importants:

  • 1971-07: L’ebook #1 de Michael Hart touche les cent usagers du pré-internet. Le Projet Gutenberg est né.
  • 1974-06: Gyricon, premier papier électronique créé par Nicholas K. Sheridon au Palo Alto Research Center de Xerox.
  • 1993-06: Adobe lance le format PDF (Portable Document File) et Acrobat Reader.
  • 2003-11: Lancement de Wikisource, projet multilingue de bibliothèque numérique, soutenu par la Fondation Wikimedia.
  • 2004-04: Sony lance au Japon sa première liseuse LIBRIe, qui est aussi la première liseuse du marché avec un écran E-Ink et non LCD.
  • 2004-12: Google lance son programme de numérisation Google Books.
  • 2007-09: L’International Digital Publishing Forum (IDPF) lance le format EPUB, qui remplace le format OeB.
  • 2007-11: Amazon.com lance sa propre liseuse Kindle et sa librairie numérique associée.
  • 2008-11: Lancement d'Europeana, la bibliothèque numérique européenne.
  • 2010-04: Apple lance l’iPad, sa tablette multifonctions.
  • 2011-05: Amazon annonce qu'il vend plus de livres au format numérique que de livres imprimés (en nombre d'exemplaires).
  • 2013-05: L'Association des éditeurs américains (AAP) annonce que l'ebook représente 20% des ventes trade (http://www.publishers.org/press/103/)

Une histoire en marche, à suivre...


Aldo Manuzio : 500ème anniversaire de sa mort

AldoHommage à Aldo Manuzio, le grand imprimeur et éditeur de la Renaissance qui est décédé le 6 février 1515 à Venise, il y a tout juste 500 ans aujourd'hui. Pour en savoir plus sur Wikipedia. Si vous voulez découvrir ce personnage unique et décisif pour la culture de son temps, je vous recommande l'excellent livre de Martin Lowry toujours disponible aux Editions du Cercle de la Librairie. Des versions de poche et numérique seraient les bienvenues. Un autre ouvrage "Aldo Manuzio, le Michel-Ange du livre" de Verena von der Heyden-Rynsch est paru chez Gallimard l'année dernière. Mon modeste blog pour perpétuer sa mémoire dans le monde du livre d'aujourd'hui. Quels livres dans 500 ans?

Aldusmarque


The Economist : The Future of the Book

PapyruspixelsA découvrir "The Future of the Book: Papyrus from pixels". Un court essai proposé par TheEconomist. Plus que le texte en lui-même c'est la présentation très complète qui retient l'attention. L'ensemble du texte est à la fois proposé en audio, mis en page en double page, en version web déroulante. Toutes les possibilités de lecture au choix selon les dispositifs. Ne manque plus que les versions ePub ou PDF à télécharger sur une liseuse ou lire déconnecté sur tablettes et ce serait tout à fait complet. Des fonctions sociales de partages et d'annotations sont aussi proposées à droite. Lire le billet de Thierry Crouzet.


Centre de la Renaissance : Roger Chartier à Tours le 21 novembre

ConferenceA signaler le 21 novembre prochain, le Centre d'études supérieures de la Renaissance et le Service Commun de Documentation de l'université François-Rabelais de Tours proposent une conférence dans le cadre des 10 ans de la formation Master 2 Patrimoine écrit et édition numérique. L'historien du livre Roger Chartier interviendra sur le thème "Qu'est-ce qu'un livre?". Les détails ici.


Bibliothèques : IFLA 2014 s'est ouvert à Lyon

IflaLe congrès annuel de l'IFLA (International Federation of Library Associations) s'est ouvert à Lyon ce week-end. C'est la 80ème édition, tous les détails sur le site. L'occasion pour les bibliothècaires du monde entier de partager leurs visions sur l'avenir des bibliothèques. Les situations sont très contrastées selon les pays, la priorité restant l'accès le plus large possible (via France3-RhôneAlpes).


La saga du Livre de Poche

Livre-de-poche-documentsFévrier 1953, lancement de la collection Livre de Poche qui allait démarrer une véritable révolution culturelle. A lire sur l'excellent blog Journal d'un lecteur qui revient sur la saga et les débats houleux «Les livres de poche sont-ils de vrais livres? Leurs lecteurs sont-ils de vrais lecteurs?». Vendus 2 francs à l'époque, c’est-à-dire six fois moins cher, en moyenne, qu’un ouvrage en format traditionnel. Entre les lignes, le livre numérique bien entendu. On ne peut que sourire quand on voit la défensive actuelle des éditeurs sur les prix des livres numériques. Et la menace réelle du piratage exponentiel. Alors, Livre de Poche dans dix ou vingt ans?


Puces typo : troisième édition le 25 mai

Logo-campusSamedi prochain 25 mai aura lieu à Bagnolet la troisième édition des Puces typo, organisée par Les Rencontres de Lure et le Campus de la Fonderie de l'Image. Un évenement annuel pour tous les passionnés de typographie en France. Le numérique et les arts graphiques traditionnels se cotoient harmonieusement, en pleine effervescence. A relayer absoument autour de vous. A revoir la vidéo qui avait été tournée l'année dernière (via le site).

Les Puces Typo 2012 from Campus de la Fonderie de l'Image on Vimeo.


François Gèze: tournant dans l'histoire de l'édition

GezeA lire l'interview de François Gèze relayé sur Mediapart: «Nous sommes à un tournant majeur de l’histoire de l’édition». Reprise d'un interview réalisé pour Altermondes en décembre dernier, que l'on peut aussi retrouver sur le site des Editions La Decouverte que dirige François. Une analyse très fine de l'un des meilleurs observateurs dans l'édition. Pour finir, une conception du livre "clos" qui s'oppose au tout web que nous vendent (ou aimeraient nous vendre) certains:
"Le numérique favorise des modalités technologiques de publication ainsi que des modes d’écrit différents —l’hypertexte— qui permettent de mettre en relation une infinité de ressources, ce qui est évidemment formidable. Mais à mon sens, cela rendra d’autant plus nécessaire l’accès traditionnel au «livre clos» (imprimé ou numérique), celui qui a un commencement et une fin, qu’un auteur a publié à une certaine date et auquel il ne touche plus après. C’est-à-dire le contraire du livre modifié en permanence –dit parfois «liquide»–, parce que son auteur y revient ou qu’il est enrichi par d’autres: une modalité passionnante, mais inévitablement inscrite dans l’instant, impossible à inscrire dans la durée. D’où l’importance, face à la dispersion favorisée par le Web, de pouvoir encore lire, de préférence sur papier, les «livres clos» d’Aristote, Marx, Weber ou Sartre écrits avant son invention (mais aussi ceux écrits après). Le fait de lire un livre avec un début et une fin et de pouvoir travailler dessus apporte, au plan cognitif et politique, beaucoup plus que de rester simplement baigné dans le flux permanent de l’information ou de la circulation des textes."