823 notes dans la catégorie "Libraires"

TEA : pour un marché français plus ouvert

DecitreA découvrir une interview de Guillaume Decitre, PDG de Decitre et Tea. Cinq ans après la création de la plateforme TEA  (The Ebook Alternative), celle-ci est présente sur pas moins de 25 sites Internet. Les clients sont Cultura, le Furet du Nord, France Loisirs, Système U, Auchan ou encore Eyrolles ou Boulanger. "Nous possédons aujourd’hui 5% de parts de marché. Nous restons plus petits que la concurrence mais notre taux de croissance de vente d’ebooks est de 65% le triple de celui du marché. Nous travaillons dans un environnement ouvert versus un environnement propriétaire, c’est un argument décisif. Cela explique la croissance de notre plateforme TEA avec un CA de 4,5M € sur 2016, en augmentation de 45%." Guillaume Decitre a aussi indiqué l'arrivée en 2017 d'une marque grand public facilement identifiable pour les consommateurs. Dans un marché français de plus en plus le terrain de jeu des anglo-saxons, où même un acteur comme la Fnac décroche comme on l'a vu récemment avec ces chiffres, donnés par le distributeur Immatériel. Les libraires français représentent seulement 11,4% des ventes. Il est grand temps que des solutions françaises prennent leur essor. A suivre... (via LeToutLyon).

PS: à lire également le bilan de l'année 2016 pour TEA sur le blog.


EDRLab : Readium LCP sur la rampe de lancement

Edrlab_logoUne DRM moins intrusive et facile d'utilisation. Envoyer aux pelotes la DRM Adobe que nous supportons tous malheureusement sur la gestion de nos bibliothèques personnelles depuis tant d'années. Readium LCP est maintenant sur la rampe de lancement et plusieurs distributeurs numériques et développeurs d’applications de lecture sont en train d’intégrer dans leur solution cette technologie non-propriétaire et “user friendly”. EDR Lab invite les professionnels à un webinar (conférence en ligne) en français le 16 février prochain. Ils présenteront l’état du projet et indiqueront comment se fait l'intégration à l’écosystème Readium LCP en peu de temps et pour un coût minime. Editeurs, libraires, bibliothécaires, fabricants de liseuses, gestionnaires d'applications, tous concernés pour nous lecteurs! Les détails sur le site.

PS: à signaler la mise en ligne du côté de TEA d'une nouvelle étude sur le retour de leur DRM Care, proche de Readium LCP. Il s'agit de  confronter leur solution de protection de fichiers numériques, CARE, à la DRM Adobe au niveau des usages. Début 2015, une première étude sur les usages liés à la DRM Adobe avait été réalisée par TEA. Ils renouvellent aujourd'hui cette étude, sans appel. Tous les détails sur le blog. Pour les aider, n'hésitez pas à répondre à leur questionnaire "Quel lecteur numérique êtes-vous?" en fin de billet.


SLF : l'intéropérabilité du livre numérique pour les lecteurs

Slf"Défendre le principe d’interopérabilité du livre numérique contre les systèmes fermés imposés par les multinationales du Web, afin de laisser le lecteur libre d’acheter son livre où il le souhaite, y compris en librairie." C'est l'une des 11 propositions du SLF (Syndicat de la librairie française) aux candidats de la prochaine élection présidentielle, présentées par son président Matthieu de Montchalin. Un enjeu important et une première puisqu'à la dernière élection en 2012, le marché du livre numérique en France n'existait pour ainsi dire pas. Espérons que les choses avancent pour les lecteurs. L'annonce a aussi été faite de la transformation du site librairiesindépendantes.com en un "portail des portails” national de la librairie indépendante, non marchand mais sensé apporter "plus de visibilité et plus d’activité à chaque librairie." (via Livres-Hebdo).


Immatériel : les chiffres de ventes 2016

ImmaterielNous avons toujours aussi peu de chiffres de ventes en France. Le distributeur Immatériel a donné la semaine dernière la répartion de ses ventes 2016. Sans surprises, Amazon en tête avec 43,8% des ventes. Kobo/ Fnac derrière avec 21,9% (Kobo 17,4% et Fnac 4,5%), Apple et Google derrière avec respectivement 15,9% et 11,5%. Ces 5 acteurs représentent 93,1% des ventes en France, les seuls 4 anglo-saxons 88,6%. Quels enseignements? Tout d'abord Amazon plafonne désormais, s'érode même peut-être un peu avec les années avec une concurrence solide de Kobo qui dispose à la fois de l'enseigne physique de la Fnac et de son expérience internationale sur le marché (liseuses et environnement). Apple maintient sa position. Avancée significative de Google en quelques années. La grande surprise de ces chiffres, c'est l'effondrement des ventes de la Fnac. Alors qu'un partage vertueux des ventes entre Kobo et la Fnac était plus ou moins de mise il y a quelques années, la Fnac décroche, c'est 1/4 seulement des ventes de celles de son partenaire canadien. Les lecteurs achètent des liseuses Kobo à la Fnac, puis achètent leurs livres avec un compte Kobo. Grosse désillusion pour la chaine française. Si elle est confirmée chez les autres revendeurs, une situation qui pose bien des questions sur la stratégie future de la Fnac. Dernier point, aucun acteur français indépendant ne parvient à sortir véritablement son épingle du jeu malheureusement. Voir le détail sur le blog de 7Switch. Même si bien sûr ces chiffres ne sont limités qu'à Immatériel, ils sont quand même éclairants. Merci à Immatériel pour ces éléments.

PS: pour mémoire, Volumen avait donné des chiffres il y a deux ans, revoir ici.

Ventes2016


Microsoft : une librairie numérique au printemps

MicrosoftLe géant américain Microsoft ouvrira bien une librairie de livres numériques sur son MicrosoftStore, déjà fourni en jeux, films et musique, cela au printemps prochain. Le store français est ici. A l'instar d'Apple et de Google, Microsoft proposera les livres au format universel ePub avec une couche de DRM. Que présager de cette arrivée de Microsoft en libraire numérique? Au mieux comme Google une part bien modeste du marché. Au pire une inexistance totale ou presque, cela dépendra bien sûr du futur de Microsoft sur le marché du mobile. C'est pas gagné. C'est peut-être dans l'univers du jeu et des passerelles possibles avec les livres enrichis qu'il faudra être attentif. A suivre... (via ArsTechnica)

PS: autre annonce du côté de Microsoft, un livre au format ePub sera lisible directement à partir de son navigateur Edge, alternatif à Internet Explorer avec Windows 10 -sans DRM évidemment- (via Quaternum).


Une nuit de la lecture le 14 janvier 2017

NuitlectureLancement aujourd'hui. A l’initiative du ministère de la Culture et de la Communication, le livre et la lecture seront à l’honneur partout en France pour la première édition de la Nuit de la lecture, le samedi 14 janvier. Plus de 1 200 événements, beaucoup de bibliothèques et de librairies ouvriront leurs portes au public. Tous les détails sur le site dédié. L'initiative aurait eu une portée plus festive aux beaux jours. Je pense à des expériences simillaires en Espagne par exemple. En tout cas, succès à cette première édition! Soleil de Sainte-Nina, pour un long hiver rentre ton bois!


Kobo en passe de racheter Tolino

KoboUne annonce importante en ce début d'année sur le marché européen du livre numérique. En effet, Tolino et Kobo seraient actuellement dans une phase de rapprochement. Le groupe japonais Rakuten, qui détient la marque Kobo, serait sur le point de racheter les actifs de Tolino détenus par l'opérateur Deutsche Telekom. Il faut avoir pour cela l'accord des nombreuses chaines de livres partenaires (Thalia, Weltbild, Hugendubel, Club Bertelsmann, etc.) qui proposent actuellement la marque en Allemagne mais aussi d'autres acteurs aux Pays-Bas, en Belgique, en Italie. Rappelons que la marque Tolino n'est pas la propriété de Deutsche Telekom bien qu'il en soit l'acteur clé, tant au niveau du développement de la gamme des liseuses que de la distribution numérique des livres. Tolino est un consortium soumis à des règles particulières. DT a proposé son projet de cession fin décembre devant ses partenaires.

Beaucoup de chaines et de librairies indépendantes peuvent voir dans ce rapprochement avec Kobo une ingérence dans leur propre business et pourraient sortir du consortium. Rakuten est en effet un acteur important dans le e-commerce et les marketplaces, avec des marques comme PriceMinister, Viber, etc. D'autre part, à la différence de Deutsche Telekom sur le marché du livre numérique, Kobo n'est pas seulement un distributeur, il est lui-même un libraire important dans les pays dans lesquels il est entré. Avec cette prise de contrôle de Tolino, Kobo dispose d'un fichier clients sur le livre certainement proche de celui d'Amazon en Europe. N'oublions pas, toujours dans le giron de Rakuten, Overdrive qui rêgne en maître auprès des bibliothèques anglo-saxonnes. En tout cas ce désengagement de Deutsche Telekom marque un tournant. Adieu l'Airbus européen de l'ebook... Va-t-on vers un marché européen à deux acteurs anglo-saxons monopolistiques, entre Amazon et Kobo? Réponse dans l'année à venir... (via TheDigitalReader).

PS: plus d'informations en cette fin de journée. Pas de rachat global, une intégration en douceur dans le consortium avec l'aval des partenaires qui sera effective fin janvier. La part de Kobo restera circonscrite à celle que possède Deutsche Telekom, qui se retire ainsi en tant qu'acteur central. Le prix de la transaction n'a pas été donné. La marque Tolino et les services actuels resteront identiques pour les clients. C'est l'autorité allemande de la concurrence qui doit donner son feu vert.

"C'est pour Deutsche Telekom le bon moment de sortir de Tolino, cette plate-forme que nous avons construite au cours des quatre dernières années avec de l'investissement et de la réussite», dit Felix Wunderer, chez Deutsche Telekom. Nous sommes heureux d'avoir aidé à écrire l'histoire avec le succès de Tolino, crucial en tant que fournisseur de technologie. En collaboration avec nos partenaires commerciaux, Deutsche Telekom a fait de Tolino une réussite avec un écosystème ouvert, une excellente alternative par rapport aux concurrents basés aux États-Unis".

"La décision de se départir de l'écosystème Tolino pour Kobo et faire de celui-ci un nouveau partenaire technologique ont été soutenus depuis le début".

"Le transfert de l'écosystème à Kobo est un signe de la maturité du marché. Après Deutsche Telekom qui était le partenaire fondateur parfait pour nous, Kobo nous permettra de maintenir la croissance a ajouté Nina Hugendubel" (via Boersenblatt).

La gamme de liseuses Kobo plus vaste devrait sans doute remplacer à moyen terme celle de Tolino.

A lire le communiqué de Kobo ici et le billet de TheBookSeller.


Librairies : offrir des livres numériques, c'est possible

PlacedeslibrairesJ'avais signalé fin novembre une fonctionnalitée intéressante dévelopée par TEA pour offrir des livres numériques à vos proches. A signaler que la même chose est proposé par les libraires indépendants du réseau ePagine. A découvrir sur PlacedesLibraires. Une fois ajouté au panier, il suffit de choisir l'option qui vous orientera vers un formulaire en indiquant le nom et l'adresse mail de la personne, ainsi qu'un message personnel. C'est bien entendu possible chez tous les libraires de leur réseau. Des livres sans DRM simplifient bien des choses en facilitant l'accès. Privilégiez-les dans vos choix, il y a de quoi faire, beaucoup d'éditeurs les proposent.


Librairies indépendantes : 14 réseaux en ligne

LibrairiesLes librairies indépendantes lancent une vaste campagne de communication en cette fin d'année. Faire mieux connaitre un réseau de 1500 librairies répertoriées sur tout le territoire, toutes référencées sur une vaste carte sur le site de l'opération. Même si l'espace physique de la librairie est essentiel, rappeler aussi qu'un très grand nombre de librairies sont présentes sur le web pour commander, réserver des livres imprimés mais aussi acheter des livres numériques en ligne. 4 ans et demi après l'échec de 1001libraires mi-2012, c'est pas moins de 14 réseaux (régionaux et nationaux) au total qui sont aujourd'hui en ligne. Des centaines de librairies proposent leurs stocks de livres imprimés réels et un catalogue de livres numériques qui est le même que celui proposé par les sites anglo-saxons. Vous retrouverez tous ces réseaux sur le site ici. Tous les livres sont chez les libraires indépendants ! A lire le détail de l'opération sur le site du Syndicat de la Librairie Française. Editeurs, sur vos sites relayez plutôt vers ces réseaux de libraires...

PS: bravo pour le coup de gueule de Gérard Collard !


TEA : une intéropérabilité complète au service des libraires

TeaLa société TEA (The Ebook Alternative) a présenté hier au Centre National du Livre ses derniers développements. Née fin 2011 sous l'impulsion de Guillaume Decitre (Président des librairies Decitre), elle a créée un environnement exclusivement BtoB pour permettre à des libraires de vendre des livres numériques. S'appuyant sur un partenariat exclusif avec le fabricant de liseuses PocketBook en France, des acteurs importants comme Cultura et SuperU ont rejoint TEA en pionniers et sont entrés à son capital (Decitre 58%, Cultura 24%, SuperU 8%). Plus récemment, d'autres acteurs sont venus, Chapitre, France-Loisirs, Furet du Nord, mais aussi de petits libraires indépendants, la liste complète des partenaires est ici. La semaine dernière les Editions Harlequin annonçait également un partenariat pour des solutions complètes de vente. TEA, c'est désormais 20 salariés, 500.000 fichiers au catalogue (TEA dispose des fichiers à l'instar des géants anglo-saxons), 900 points de ventes des liseuses TEA, 300.000 utilisateurs, 20 sites internet affiliés, 4M€ de CA.

Etape décisive pour les clients pour améliorer l'expérience utilisateur, David Dupré, directeur général de TEA, et Rémi Bauzac, directeur recherche et développement, sont revenu très longuement sur la DRM CARE, la mesure technique de protection interopérable. Elle est destinée à remplacer la DRM Adobe et faciliter la lecture pour les lecteurs, faire dégringoler le service après-vente des vendeurs de livres numériques. Un gros point noir qui concerne tous les acteurs indépendants dans des environnements ouverts.

C'est bien l'interopérabilité complète des livres numériques qui est en vue. L'adoption de CARE et l'abandon de la DRM Adobe a eu une conséquence très positive pour les clients. TEA a donné une courbe probante sur l'évolution du chiffre d'affaire suite à l'adoption de CARE en octobre 2015. Les clients libraires présents hier ont aussi confirmé la baisse très significative du SAV en magasins. Plus de compte et d'identifant Adobe, plus de téléchargement d'ADE, plus de synchronisations avec les liseuses et applications, etc. Bref, tout ce qui handicape l'expérience de lecture d'un client sur des sites indépendants. Sans parler de données clients qui vont vers Adobe...

Care01

CARE s'appuie très étroitement sur le standard LCP (Lightweight Content Protection) dont les spécifications définitives seront bien proposés dans les premiers mois de 2017. C'est ce qu'a confirmé hier Laurent Le Meur, directeur technique de l'European Digital Reading Lab en charge du projet. Tous les environnements de lecture numériques pour l'instant étanches avec des DRM propriétaires ou sous DRM Adobe pourront s'emparer de ce nouveau standard libre, "y compris Amazon" a t-il ajouté malicieusement. CARE n'a pas vocation à remplacer LCP. Ayant un coup d'avance, il le rejoindra naturellement une fois LCP en phase de lancement.

TEA a proposé une série de démonstrations très probantes. Premier cas, un client retrouve tous ses achats (tous supports) dans sa bibliothèque et dispose d'une lecture également tous supports (ordinateur, smartphone, tablette et liseuse connectée en wifi). Deuxième cas, un client d'un libraire dans l'environnement TEA peut actuellement acheter ou recevoir un livre-cadeau qui vient d'un autre libraire toujours dans TEA. La bibliothèque unique du client se met à jour avec les nouveaux livres téléchargés. Dernier cas qui parlera à tous ceux qui ont eu à gérer la DRM Adobe sur leurs liseuses, un livre numérique acheté dans l'environnement TEA et donc crypté avec CARE peut s'exporter sur une liseuse "compatible CARE" et cela indépendemment d'un compte client particulier à renseigner au cas par cas. TEA l'a montré en démonstration hier. Le fichier ePub exporté sur la liseuse s'ouvre tout seul sans la demande d'un mot de passe supplémentaire quelconque. Nous sommes bien dans une expérience utilisateur équivalente aux acteurs anglo-saxons.

Très concrêtement à terme dans un environnement LCP, le lecteur pourra indifférement passer d'une liseuse à l'autre sans contraintes supplémentaires. Les éléments d'identifications sont interne au fichier. Il suffira que les fabricants ou les grands libraires concernés intègrent les spécifications et procèdent aux mises à jours sur les liseuses. Le problème se pose évidemment pour les parcs de liseuses les plus anciens. Chapitre et France Loisirs par exemple y sont confrontés avec un très grand nombre de leurs clients posseseurs de liseuses Sony. Pas d'autres solutions que de fournir les livres sous DRM Adobe. TEA a annoncé dans sa roadmap une mise à jour des applications et des liseuses PocketBook en janvier 2017 et le déploiement chez tous leurs clients libraires. David Dupré a également annoncé le lancement en ce mois de décembre d'une application pour lecture offline sur ordinateur (PC, Mac, Linux) J'aurais bien sûr l'occasion d'y revenir.

Care02

Care03

Care04


Sequencity : les héros Marvel débarquent

MarvelBonne nouvelle chez nos amis de Sequencity. Les super-héros Captain America, Hulk, Iron-Man, Thor, Spider-Man, Deadpool… Tous les comics Marvel en version numérique française sont sur Sequencity, la librairie de BD numérique. Les Avengers, les X-Men et autres Gardiens de la Galaxie débarquent en force sur vos tablettes et smartphones. Pour la première fois en version numérique française chez Panini Comics, ils ne vous quitteront plus grâce au site web et à l'application de Sequencity. Avec bien sûr toutes les librairies partenaires dans la galaxie BD.


Stereolux : le livre et la lecture dans cinq ans

CinqansOù en seront le livre et la lecture dans cinq ans ? Comment le numérique transforme la médiation ? C'est le cycle de rencontres qui a démarré du côté de StereoLux à Nantes il y a quelques semaines. Il développe une réflexion commune autour des mutations engendrées par le numérique dans les domaines du livre et de la lecture, et en particulier dans celui de la médiation.
Il propose une démarche prospective basée sur la collaboration des différents acteurs du livre (usagers, médiathèques, lieux ressources, librairies…) afin d’explorer les transformations liées au numérique dans notre rapport au livre et de faire émerger de nouveaux concepts qui seront ensuite expérimentés au sein de bibliothèques et d'une librairie, de manière à tester leur pertinence.
Ce cycle s'inscrit dans une démarche living lab au long court avec les étudiants de l'Ecole de Design de Nantes Atlantique et de l'IUT Métiers du Livre de la Roche-sur-Yon. Tous les détails sur le site dédié et celui de Mobilis.


DRM : le boulet des libraires indépendants et de leurs lecteurs

Boulet"Pour un libraire indépendant, vendre un livre numérique avec DRM, c’est prendre le risque de perdre un client." C'est la conclusion qui ressort du billet sur le blog du distributeur Immatériel. Il y a déjà près de six ans, en novembre 2010, Charles Kermarec de la librairie Dialogues faisait le même constat. Ce triste état des lieux est toujours là, rien n'a changé. Face à cela, il est temps d'arrêter l'hypocrisie. Au regard des contraintes qui leur sont imposés, je pense que beaucoup d'acheteurs font sauter la DRM Adobe; non pas pour diffuser les fichiers sur les réseaux mais tout simplement pour les lire en toute liberté, avec le même confort que dans un environnement propriétaire type GAFA. On leur impose des restrictions d'usages que ne connait pas un lecteur qui achète chez un GAFA. Si on leur demandait s'ils continueraient d'acheter chez des libraires indépendants s'ils n'avaient pas cette facilité d'enlever la DRM, ils diraient tous quasi unanimement qu'ils cesseraient d'acheter à la minute même. Avec un fossé toujours plus grand entre "ceux qui savent" et "ceux qui ne savent pas"... C'est mon sentiment, n'hésitez-pas à me faire part de vos commentaires à ce sujet.


BookSquad pour les professionnels du livre

BooksquadA signaler un nouveau site BookSquad qui devrait être lancé dans les semaines à venir. Un média pour le secteur du livre, une ligne éditoriale indépendante tournée vers les professionnels: "Professionnels du livre de tous secteurs, amoureux de la littérature, passionnés de la prospective ou curieux de passage: bienvenue! BookSquad vous donne rendez-vous ici même, pour découvrir votre nouveau média dans le courant de l’automne 2016. Au travers d’une ligne éditoriale originale, nos experts se préparent à vous apporter une information indépendante, technique et de qualité, sur l’industrie du livre en France et à l'étranger". N'hésitez pas à vous inscrire pour en savoir plus. A suivre...


Gibert Jeune : un nouveau site en ligne

GibertjeuneA signaler un nouveau site pour la célèbre enseigne du quartier latin GibertJeune avec évidemment une offre de livres numériques associée. Après une réorganisation de ses librairies physiques en 2015, Gibert Jeune revoit entièrement sa visibilité sur le web. Un stock très important de livres d'occasion. Intéressant, la couverture plastifiée est proposée avec un supplément de 1,99€ pour les ouvrages d'occasion. En 2009, Gibert Jeune avait rejoint le réseau Numilog pour son catalogue numérique, qu'il abandonne aujourd'hui. Pas d'offre de liseuses associée à la librairie numérique, dommage.


PocketBook : mettre à jour votre liseuse avec un firmware TEA

Tea_logo_300x186Vous avez été nombreux à me le demander. Beaucoup d'entre vous qui possédez un modèle de liseuse PocketBook, acheté directement auprès du fabricant ou l'un de ses revendeurs, se demandent comment intégrer une librairie française embarquée conçue par TEA. En effet PocketBook n'a jamais pu au fil des années ouvrir une librairie de livres numériques en français. C'est la start-up française TEA qui a pu le faire grâce aux accords de distribution signés avec de nombreux partenaires (Decitre, Cultura, France-Loisirs, etc.).

Vous trouverez ci-dessous une procédure pour mettre à jour une liseuse PocketBook avec un firmware TEA.

    Tea1

  Tea2

Tea3

Tea4

Tea5

Tea6


Tea7
Le petit document PDF au complet est ici:

Pour information, suite à la mise à jour, lorsque le lecteur se connectera à la librairie, le message d'erreur suivant apparaîtra :

Message

"Ce message est à destination des clients qui ont un réel problème de redirection. Cependant il s'applique également pour les lecteurs qui vont forcer la mise à jour TEA. Ils devront nous envoyer un mail avec leur numéro de série ainsi que le nom de la librairie qu'ils souhaitent utiliser parmi la liste de nos librairies partenaires. Dès que nous recevrons ce mail, nous effectuerons la redirection et la librairie de leur choix sera disponible directement sur leur liseuse."
 
Je remet le lien présent dans ce tuto qui pointe sur le site d'aide de TEA pour les logiciels disponibles.
 
Je remercie l'équipe de TEA pour sa collaboration et sa réactivité.

Rentrée littéraire 2016 : le numérique toujours aussi cher

LivresLa traditionnelle rentrée littéraire démarre. Déjà 71 titres en versions numériques recensés chez Feedbooks sur les 560 qui arriveront d'ici octobre. Encore trop de titres autour des 14/15€ qui me semblent toujours aussi dissuasifs à l'achat année après année. Le numérique en repoussoir. Ne parlons même pas de ceux qui sont à 16€ et plus. On continue à marcher sur la tête... Si vous avez la chance d'être dans les bonnes villes, à surveiller attentivement les offres de prêts de livres numériques en bibliothèques pour ne pas plomber votre budget de rentrée. Achetez les moins chers, empruntez les plus chers, le message finira bien par passer. A signaler également notre ami de Bibliosurf qui n'en finit pas d'agréger les chroniques.


Belgique : Tolino entre dans les librairies francophones Club

ClubLes liseuses Tolino sont désormais vendues dans le réseau des librairies Club en Belgique francophone. Une quarantaine de boutiques à travers la Belgique et le Luxembourg. C'est à ma connaissance le premier réseau de librairies francophones à proposer la gamme de liseuses Tolino supportée par l'opérateur Deutsche Telekom (via LettresNumériques).


Europe : les libraires européens pour la liberté d'expression

EibfC’est demain 22 juin 2016 que l’UNESCO devrait dévoiler le nom de la ville désignée Capitale mondiale du livre 2018 ; un choix qui devrait tenir compte des recommandations de l’association internationale des éditeurs (IPA) et la fédération internationale des associations de libraires (IFLA). Egalement membre du comité de sélection depuis 2002, l’EIBF (et précédemment IBF) a en effet annoncé sa décision de démissionner, effective ce jour.

« Il nous semble important de partager publiquement les raisons qui nous poussent à ne plus soutenir ce Prix, ou tout du moins les nouveaux critères d’évaluation qui lui seront applicables à partir de cette année » précise Fabian Paagman, co-Président de l’EIBF « L’EIBF a toujours soutenu avec la plus grande fermeté les principes mis en avant dans l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme : Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit. Pour l’EIBF il est donc clair que la liberté d’expression représente un principe démocratique fondamental qui se doit d’être respecté en toutes circonstances et dont l’application n’est en aucun cas négociable. Publier et vendre des livres n’est possible que grâce au respect inconditionnel de ce fondement essentiel qu’est la liberté d’expression.» Lire le communiqué complet de l'EIBF ici.


Livres numériques : les promotions, les parutions sur une seule page

Offre-promoLes promotions sur les livres numériques... Vous les surveillez sans doute beaucoup comme les prix sont bien souvent trop chers à votre goût. Pas facile de les suivre toutes. Vous rêvez d'une seule page où vous trouverez toutes les promotions du moment? EPagine l'a fait, une page bien discrète pour les professionnels, mais que je vous conseille de garder dans vos onglets. Près de 450 titres en promotions répertoriés par éditeurs cette semaine. On peut même trier par date. Vous ne pourrez plus dire que vous ne saviez pas... Au-delà des promotions, vous y trouverez également toutes les parutions. C'est par ici. De quoi préparer votre été de lectures!

PS: pour rappel, toutes les promotions sont disponibles sur toutes les librairies numériques du marché, loi sur le prix unique oblige.


Europe : fin du geoblocking en vue, sauf pour le livre numérique

CommissionLa Commission Européenne a présenté aujourd'hui un certain nombre de mesures pour mettre un terme au geoblocking qui empêche n'importe quel citoyen européen d'accéder à des biens et services proposés dans d'autres pays que le sien. Une situation discriminatoire pour le consommateur dans le cadre d'un marché unique (via RTENews). Le livre numérique n'entre pour l'instant pas dans les biens et services concernés comme l'a confirmé le syndicat européen des éditeurs (FEE). Son président, Pierre Dutilleul, a déclaré: «Le marché du livre numérique est en devenir dans de nombreux Etats européens et les investissements consentis par tous les acteurs pour servir la plus vaste audience possible, sont considérables. Cependant, au vu de la taille encore limitée de ce marché et pour respecter des législations nationales qui garantissent et promeuvent la diversité culturelle, inclure les livres numériques dans le règlement sans avoir pris la mesure de l’impact, aurait un effet défavorable sur le marché lui-même. Avec cette clause de révision, la FEE et ses membres vont travailler avec les services de la Commission pour trouver le juste équilibre respectant l’écosystème du livre.» Lire le communiqué du SNE ici.


Royaume-Uni : Waterstone's rejoint Kobo

WaterstoneQuelques mois seulement après avoir quitté Amazon, la chaine de librairies britannique Waterstone's a annoncé qu'elle clôturait sa librairie numérique en propre pour rejoindre Kobo. Ultime péripétie d'une stratégie désastreuse, Waterstone's aurait pu jouer la carte Kobo depuis bien longtemps comme la Fnac en France. Le marché du livre numérique britannique traduit bien le vaste fiasco face à Amazon avec des acteurs incapables de s'organiser valablement. Espérons que cette nouvelle alliance redonnera un peu d'espoir à des éditeurs anglais bien inquiets. Il y a un an déjà, la situation n'a sans doute fait que s'empirer... (via TheBookSeller).


Le Sénat amende la territorialité du livre numérique

SenatAmis francophones ou français à l'étranger, réjouissez-vous. Le Sénat vient d'adopter un amendement à la loi n° 2011-590 du 26 mai 2011 relative au prix du livre numérique, qui est ainsi modifié :

1° Sont ajoutés les mots : « ou hors de France » ;

2° Il est ajouté un alinéa ainsi rédigé :

« Les professionnels commercialisant des livres numériques ne peuvent ni exiger de leurs acheteurs qu’ils règlent avec une carte bancaire française, ni limiter la possibilité d’achat aux clients dont l’adresse IP est située en France. »

Cela afin de permettre l'achat de livres numériques où que vous soyez.

La plupart des éditeurs diffusant des livres numériques refusent les achats passés depuis une adresse IP géolocalisée à l’étranger ou ne permettent le paiement qu’avec une carte bancaire française, empêchant de facto les francophones et Français établis à l’étranger d’acquérir des œuvres littéraires françaises sur support numérique.

Alors que la numérisation des œuvres constitue une formidable opportunité de diffusion de notre patrimoine culturel hors de nos frontières, ces freins commerciaux pénalisent non seulement les consommateurs français à l’étranger, mais aussi notre commerce extérieur et la francophonie.

De plus, le cadre légal actuel nous place en porte-à-faux avec la directive européenne 2006/123/CE, dont l’article 20 interdit les « discriminations fondées sur la nationalité ou le lieu de résidence » au sein du marché intérieur européen.

Permettre aux acheteurs situés à l’étranger d’acheter des livres numériques sur les plateformes françaises est une nécessité, tant sur le plan économique que culturel.

Bravo aux sénateurs, notamment Mme Garriaud-Maylam qui l'a annoncé sur twitter. A suivre si l'adoption se fera du côté des députés... Si vous êtes loin de France, twittez comme Christophe, je relaierais en bas du billet.         

Senat

Suisse