2 notes dans la catégorie "Occasion"

Amazon préparerait un marché de l'ebook d'occasion

Used-ebooksDécidément, une "occasion" de plus pour court-circuiter les éditeurs. C'est le cas de le dire. Amazon préparerait une solution pour permettre à ses clients de revendre leurs ebooks en occasion. Une place de marché supplémentaire qui viendrait en parallèle au Kindle Store. Avec bien entendu une prise de commission au passage. Pas de problème, Amazon sait faire. C'est ce que révèle cette semaine le site GoodeReader qui ne cite cependant pas sa source. On voit bien Amazon commencer à tester le service sur le marché de l'auto-publication et des éditeurs indépendants aux Etats-Unis. Même s'il semble prévu que les éditeurs soient commissionnés sur les ventes, voilà qui ne va pas mettre du baume sur les relations entre Hachette et Amazon. Ebooks d'occasion en "bon état", ebooks d'occasion en "état neuf", on connait déjà la chanson. A suivre...


Allemagne: la vente de livres numériques d'occasion, c'est non

OccasionLa vente de livres numériques d'occasion. Elle nourrie toutes les supputations depuis qu'Amazon a déposé un brevet en début d'année. Depuis aussi que le site américain Redigi commence à initier le modèle dans l'univers de la musique. Aux Etats-Unis, ce système a été déclaré illégal (voir la vidéo ci-dessous). Aujourd'hui, la cour fédérale allemande vient de trancher en interdisant aussi la revente de livres numériques sans autorisation des ayants-droits. Pour l'instant, Amazon, Apple, Google et leurs modèles verticaux seraient les seuls à pouvoir gêrer techniquement ce type de modèles dans le livre numérique avec leurs environnements fermés. On se rappelle qu'Adobe a cessé tout développement autour de son système de DRM. Seuls les modèles en streaming pourraient être gêrer par d'autres revendeurs mais pas la vente de fichiers sous DRM qui representent 90% des catalogues avec le format ePub. Ne parlons bien entendu pas des fichiers avec une solution de tatouage numérique (watermark) qui sortiraient du champ. Bien entendu, les éditeurs et les auteurs auraient tout à perdre d'accepter ce type de modèles avec une dégradation de valeur. Décidément, plus vite nous serons débarassés des DRM, plus vite nous serons à l'abri de monopoles qui tentent d'organiser une prédation tous azimuts des contenus culturels. Ce livre numérique d'occasion, un miroir aux alouettes de plus. Lire le billet très complet de Florent sur Cnet.