139 notes dans la catégorie "Piratage"

La rentrée littéraire : le piratage, marronnier de la saison

PiratageLes rentrées littéraires se suivent et se ressemblent année après année. Une période faste pour le piratage de livres numériques. On ne changera pas des pratiques qui commencent à s'ancrer malheureusement. Un petit relevé rapide. Nous sommes le 2 septembre seulement et une trentaine de livres sont déjà présents sur les réseaux. L'année dernière nous avions observé une hémorragie de titres dès le mois d'août avant même leurs mises en vente, ce qui ne semble plus le cas aujourd'hui. Pour les éditeurs une gestion plus serrée des services de presse sans doute. Malgré cela nous aurons bien sûr les inévitables packs dans quelques semaines. Changer ces habitudes? Si vous piratez une grande quantité de titres et que vous vous décidez pour la lecture de quelques-uns, faites un petit effort et empruntez les gratuitement dans une bibliothèque si c'est possible. En toute légalité, vous rémunérerez les auteurs et les acteurs du livre. Allez cette rentrée, c'est le moment de repartir du bon pied...


Ulysse de James Joyce sur les réseaux

JoyceIls font le boulot, comme on dit... Alors que le journal Le Monde lui consacrait une chronique le mois dernier, le célèbre livre de James Joyce est apparu discrètement sur les réseaux de piratage cet été. Pour combler un vide criant. Alors que la version numérisée est toujours absente du catalogue de son éditeur Gallimard, une équipe de passionnés a fait le boulot en lieu et place, d'après la dernière traduction parue il y a une dizaine d'années. Un travail de titan, près de 1600 pages avec les notes et un copieux appareil critique parue dans l'édition de La Pléiade. L'éditeur pourrait peut-être le reprendre discrètement à son compte, les amateurs francophones de James Joyce apprécieraient.


Prix des ebooks : un constat accablant pour les éditeurs

LaboUn relevé intéressant fait par Yann Guégan sur le blog Dans mon labo à propos des prix des livres numériques. La plupart des livres étudiés coûtent plus cher en version ebook qu'en poche. Sur 30 ebooks listés, seuls 6 sont moins chers que leur équivalent poche, 5 ont le même prix. Un constat édifiant malheureusement, avec un consommateur qui ne comprend rien à cette situation et qui ne peut être que dans un sentiment de défiance par rapport à la proposition des éditeurs. On rappellera aussi que livres de poche comme livres numériques ont un taux de TVA égal pour le consommateur français. A découvrir ici.


La gratuité, c'est le vol : gratuit le 10 septembre

2015-la-fin-du-droit-dauteur_couvLa gratuité, c’est le vol. 2015: la fin du droit d’auteur?, c'est le titre d'un ouvrage signé Richard Malka qui sera diffusé gratuitement en librairie le 10 septembre prochain. Le Syndicat national de l’édition et de nombreux auteurs ont en effet mandaté l’avocat-auteur, spécialiste du droit de la presse, pour "tirer la sonnette d’alarme auprès des décideurs". Plus d'explications autour d'un ouvrage qui ne manquera pas de susciter la polémique sur les réseaux: "Richard Malka alerte le public sur les risques que la gratuité débridée fait peser sur la liberté des lecteurs et l’offre culturelle. Il signe une critique documentée et précise de la régression démocratique proposée par l’étonnante association du Parti des Pirates avec les géants du web. Avec sa plume incisive, il éveille les consciences et rappelle la nécessité de se battre pour la survie du livre, numérique ou papier, et la libre rémunération des auteurs. Derrière les mirages du numérique et de la gratuité, c’est l’appauvrissement des auteurs et de la liberté d’expression qui guettent." Il est également téléchargeable en version numérique sur ce site. A lire le communiqué de presse complet sur le site du SNE.

PS: en téléchargement sur le site une seule version PDF. Pas de version ePub, vous en trouverez une ici.


Piratage : après les scans, les services de presse numériques

Jim harrisonUn nouveau phénomène inédit avec des services de presse numériques qui posent question pour cette rentrée littéraire 2015. L'hiver dernier on avait beaucoup parlé d'un exemplaire en service de presse qui avait été scanné pour le Houellebecq avant sa sortie. Ce sont désormais des versions numériques des éditeurs qui circulent illégalement avant l'heure. Certains livres ne sont pas encore en vente qu'ils sont déjà apparus sur les réseaux, sur des sites de peer-to-peer et de téléchargements directs. Plusieurs éditeurs concernés, comme Gallimard, Flammarion, Grasset et d'autres. Près d'un millier de téléchargements par exemple pour le prochain livre de Jim Harrison "Péchés capitaux" qui ne paraitra officiellement que le 2 septembre prochain. Un titre qui porte bien son nom...


INA Global : le piratage de livres numériques s'étend

Drapeau_pirate_bdLe site INA Global revient de manière très complète sur le piratage de livres numériques. Un phénomène qui prend de l'ampleur. Au-delà des mesures prises par les groupes d'édition pour tenter de les circonscrire, on voit bien que le véritable enjeu est de construire des offres légales dynamiques, qui soient tout à la fois "respectueuses de la régulation, soucieuses du financement de la création, mais également innovantes d’un point de vue technique, commercial et des modes de consommation numérique". Comme le rappelait la Ministre de la Culture Fleur Pellerin en début d'année dans le Figaro Economie, ce sont bien les niveaux de tarification qui sont à reconsidérer par les éditeurs. A revoir également le petit sondage que j'avais lancé il y a quelques semaines. Nous aurions besoin d'une étude de fond sur le sujet.


Sondage 2015 : le téléchargement illégal s'installe dans les pratiques du livre numérique

TéléchargementRésultats de mon sondage sur les pratiques de téléchargement de livres numériques. Vous avez été près de 400 à répondre depuis huit jours, je vous en remercie. J'avais réalisé un sondage similaire fin 2013, vous retrouverez les résultats ici. Mon échantillon est certes réduit et circonscrit aux seuls lecteurs du blog. Comme le soulignait le baromètre donné lors du Salon du Livre, le téléchargement illégal semble bien s'étendre et s'installer désormais irrémédiablement dans les pratiques. En la matière, le livre suit résolument ses frères ainés dématérialisés, musique et vidéo. En quelques années et sur un marché émergeant, l'offre légale du livre numérique ne semble pas éviter les erreurs passées des autres secteurs. Des chiffres préoccupants, toutes les pratiques repérées se sont en quelque sorte décalées dans l'échelle vers le téléchargement illégal. Je met à la suite le diagramme du même sondage que j'avais réalisé à l'époque.

De quoi renforcer un peu plus les propos de notre Ministre de la Culture Fleur Pellerin qui, en février dernier dans un entretien au Figaro, "alertait" les éditeurs sur les prix trop élevés de l'offre légale et ce malgré une TVA réduite sur le livre numérique. Une sensibilisation comprise chez nos voisins italiens en début d'année. Un seul petit exemple relevé en début d'année justement, pour nous convaincre qu'à TVA constante nous avons bien les nouveautés les plus chères d'Europe. Rendez-vous fin 2016 pour voir où nous en serons, si la tendance sera inversée...

Sondage juin 2015:

Camembert


Sondage décembre 2013:

Sondage 2013


Paulo Coelho encourage la vente inversée

CoelhoInfatigable Paulo Coelho. On connait de longue date ses prises de positions à l'égard du piratage, propageant lui-même des versions numériques de ses livres sur les réseaux dans de nombreuses langues. Il faisait le pari à l'époque que cela servait ses ventes de livres imprimés. Il récidive aujourd'hui avec une opération de "vente de livres inversée", comme il la définit lui-même. Il incite ses lecteurs à payer ses romans (disponibles gratuitement sur son blog) seulement s'ils en ont apprécié la lecture. Ce n'est pas "satisfait ou remboursé", c'est "boursé si satisfait"!(via Livres-Hebdo).


Sondage 2015 : quelles sont vos pratiques en terme de téléchargement de livres numériques ?

PiratageA l'occasion du dernier Salon du Livre et de la publication du baromètre sur les usages du livre numérique, un chiffre portait sur la forte hausse des usages de lecture vers une offre illégale qui concernerait désormais 20% des lecteurs (contre 13% l'année dernière, une hausse de plus de 50% de lecteurs). Près de 18 mois après le premier (décembre 2013), je relance un nouveau sondage sur les pratiques du téléchargement de livres numériques. Légal, illégal, les deux? A quel degré? A l'époque, vous aviez été plus de 300 à me répondre, je vous remercie par avance. N'hésitez pas à faire passer autour de vous. Vos pratiques ont-elles évoluées?

PS: résultats donnés le 12 juin prochain.


Piratage : Google est en train de revoir sa copie

Google-play-logo11Google a fermé sur sa boutique Google Play son offre de livres numériques en auto-publication. Quelques semaines après les révélations autour de la présence de contenus piratés, le géant américain procède sans doute à un sérieux ménage avant de revenir avec un système de filtrage plus respectueux des éditeurs et des auteurs (via GoodeReader).


Le piratage de livres sur le store de Google

GoogleAprès le moteur, le store... Google décidément toujours aussi peu regardant auprès des éditeurs sur sa politique envers le piratage. Il ne lui suffit plus de relayer très largement les contenus piratés sur son moteur de recherche, voilà que les pirates s'installent vertement sur son store de livres Google Play avec des livres piratés. Avec des revenus à l'appui. Tout est bon pour les cochons avec la bénédiction de Google. Jugez plutôt la liste que donne le site TheDigitalReader. A voir la date de certains livres, cela durerait depuis bientôt un an. Sidérant...


Pétition contre le piratage : déjà plus de 350 auteurs mobilisés

PiratagePlus de 350 auteurs ont déjà signé la pétition de mobilisation contre le piratage lancée il y a une semaine. On peut citer parmi tant d'autres Pierre Lemaître (Prix Goncourt 2013), Zoé Valdès, Marie Desplechin, Marin Veyron, Carole Martinez, Franck Thilliez, Andrea Japp, Régine Detambel, etc. Parce que télécharger illégalement des livres, c'est bien évidemment lire beaucoup sans rétribuer les auteurs. Alors que les responsables des sites en question touchent des sommes via la publicité et les dons sans limite de ratios. La semaine dernière le tribunal correctionnel de Besançon a condamné les deux administrateurs d'un site torrent à une peine de prison avec sursis. Ils devront aussi verser des sommes importantes de dommages et intérêts.


Pétition : les auteurs se mobilisent contre le piratage

LivresLe piratage de livres numériques est de plus en plus préoccupant en France. Les derniers chiffres du Salon du Livre l'ont montrés. On a appris pas plus tard que la semaine dernière que l'action en justice à l'encontre du plus grand site de piratage francophone n'aura finalement pas de suite. Face à ce constat les auteurs se mobilisent. A signaler une pétition qui circule actuellement: "A l’heure où la question de «l’adaptation» des droits d’auteur est en passe d’être décidée au niveau du Parlement Européen, au moment où se prépare un projet de directives qui va renforcer et élargir les exceptions et en ouvrir d'autres, nous, auteurs et illustrateurs de livres, réclamons que le phénomène du piratage littéraire ne soit plus pris en compte de façon "artisanale" au coup par coup, mais que des dispositions rapides et efficaces soient mises en place par les autorités compétentes". Plus de 200 auteurs et illustrateurs ont déjà signés. A retrouver ici (via Scam).

PS: à relire le débat qui avait eu lieu il y a bientôt trois ans déjà autour de l'activité d'un site de piratage massif de livres numériques. Les éditeurs avaient réagi avec la fermeture du site. Face à eux, les habituels partisans de la licence globale, relire ici. Les mêmes radicalisations sont là aujourd'hui.


T411 va être bloqué en France

T411L'annuaire de liens T411 sera prochainement bloqué par les fournisseurs d'accès à internet français. La Société civile des producteurs phonographiques (SCPP), qui demandait le blocage de ce site très fréquenté, a obtenu gain de cause auprès du tribunal de grande instance de Paris. T411 est à l'heure actuelle le site de torrents le plus actif de l'espace francophone, 91ème site le plus visité en France mais aussi le premier dans sa catégorie. Sur les près de 500.000 références de contenus culturels, c'est plusieurs dizaines de milliers de livres en tout genre qui sont partagés de manière illégale sur ce site depuis sept ans (via HuffingtonPost).

Fleur Pellerin : un arsenal de mesures contre le piratage

Fleur pellerinLa ministre de la Culture et de la Communication, Fleur Pellerin, a présenté ce matin en conseil des ministres une communication relative à la lutte contre le piratage des œuvres sur internet. Au-delà de la réponse graduée Hadopi qui n'est pas remise en cause, elle a précisé que le gouvernement met en œuvre un plan d’action contre les sites internet de streaming, de téléchargement ou de référencement tirant profit des œuvres piratées, qui comporte les mesures suivantes:

  • asséchement des modes de financement des sites spécialisés dans la contrefaçon d’œuvres sur internet.
  • recours aux procédures de référé, de référé d’heure à heure, de requête simple ou de requête conjointe dans les recours judiciaires permettant de suivre dans le temps l’effectivité des mesures, notamment de blocage, prononcées à l’encontre des intermédiaires techniques.
  • saisie des magistrats référents qui seront nommés d’ici la fin juin dans les affaires de contrefaçon les plus complexes.

Voir le détail de la communication ici.


Espagne : le piratage de livres en hausse

EspagneA l'automne 2013 José Manuel Lara, le patron du groupe espagnol Planeta décédé en janvier dernier, alertait sur la situation alarmante du piratage de livres en Espagne. Confirmation cette semaine que le piratage continue sur la même lancée. Selon une étude publiée par l'Observatorio de la piratería, le piratage de contenus culturels a connu une augmentation de 58% en 2014, après une croissance de 51% déjà en 2013. Tous les contenus sont concernés bien évidemment, 90% des contenus en ligne seraient illégaux. Côté livres, 350 millions de contenus illégaux circuleraient sur les réseaux (contre 198 millions en 2013), un manque à gagner de 100 millions d'euros, 12% en valeur pour les éditeurs. Cela fait écho aux résultats très préoccupants de l'édition espagnole. Le document complet est ici (via ElPais).

Libros


Le piratage de livres côté Québec

QuebecMarginal mais préoccupant. Le Québec est lui aussi touché par le piratage de livres numériques. A lire l'article sur LaPresse.ca: «On ne va pas se raconter d'histoire, il est temps de sonner l'alarme. Le marché du livre numérique démarre au Québec, il n'y a pas d'incidence majeure actuellement, mais avec la multiplication des tablettes, il va y avoir une pression. Plus l'offre de livres numériques sera grande, plus le problème va se poser, et ce, dans un avenir rapproché», prévient Richard Prieur, directeur général de l'Association nationale des éditeurs de livres (ANEL).


Piratage : entre répression et offre légale attractive

DownloadLa politique de Google à l'encontre du piratage paye selon les ayants-droit. Déréférencements, changement d'algorithme, Google semble avoir passé la surmultiplié. Selon la Société civile des producteurs phonographiques, la fréquentation des sites de liens vers des contenus illégaux aurait baissé d'un tiers. Lire les billets du côté des Echos et de ZDNet. Côté livres numériques, depuis quelques semaines plusieurs sites de torrents bien connus ont disparu des recherches de Google avec des mots-clés. Reste des sites de seconde zone. Au mois de décembre dernier les majors de la musique ont demandé le blocage d'un très important pourvoyeur de contenus piratés en France. C'est aussi le plus important catalogue de livres piratés sur les réseaux torrent. Le problème est toujours le même depuis longtemps, l'attractivité de l'offre légale est l'enjeu majeur. Intéressant de constater qu'en Italie, en même temps que les santions sont prises contre les sites illégaux, les prix deviennent bien plus intéressants qu'en France avec une baisse de la TVA réellement visible sur les prix publics. Se poser enfin les bonnes questions chez nous.


Le Monde des Livres : autour du piratage

LemondeLe piratage de livres n'est plus désormais une affaire de pieds nickelés. J'en parlais en décembre dernier. Avec les prix désespéremment élevés de l'offre légale, l'offre "alternative" s'organise. Le phénomène a fait la une de la presse ces derniers mois avec le livre de Valérie Trierweiler ou le dernier Houellebecq.

Mais ces "best-pillés" sont bien les arbres qui cachent la forêt. La phase "industrielle" est déjà bien là avec des sites très bien achalandés -plusieurs milliers de livres, plusieurs centaines de nouveautés chaque mois-, des classements dignes d'experts en bibliothéconomie, des référencements performants, des serveurs très variés. Torrents et téléchargements, les mêmes offres sont relayées rapidement dans les différents formats, voire même déclinées en packs par auteurs, par thèmes, etc. Visibilité maximale, les échanges sont rapides entre les différentes teams. L'agilité des pirates est grande. S'il s'agit pour la très grande majorité de l'offre commerciale des éditeurs piratée au fur et à mesure, il y a aussi de nombreux titres inédits en numérique, toujours scannés consciencieusement par certaines équipes discrètes.

A lire aujourd'hui l'article de Laure Belot dans Le Monde des Livres qui revient de manière complète sur un phénomène qui entre dans "L'Age de raison". Une prise de conscience dans un milieu germanopratin plus familier du Monde du vendredi que de NextImpact ou Numerama?

PS: j'ai recherché la fréquence des recherches sur Google Trends, plus que de longs discours...

Ebookgratuit


Piratage : les pratiques au sein de Rue 89

PiratageIntéressant retour sur les pratiques de piratage au sein même du site Rue89. "A Rue89, savoir qu’on prive les artistes de droits d’auteur n’empêche personne de pirater. Mais il y a ceux qui assument pleinement, et ceux que ça gêne aux entournures". "Au final, le piratage, c’est beaucoup un exercice de morale pratique. La plupart du temps, nous ne sommes pas prêts à vraiment l’exercer, mais il nous force, plus qu’avant, à réfléchir aux tenants, aboutissants et significations de nos pratiques d’achat".


Houellebecq : "Soumission", un piratage à la mode Coelho ?

HouellebecqOn peut dire que c'est "le" livre de cette rentrée littéraire de janvier. Difficile d'y échapper. Malgré une rentrée abondante de plus de 500 livres et la présence d'auteurs "bankables" comme Virginie Despentes, Romain Puertolas, Laurent Gaudé et d'autres, force est de reconnaître que Michel Houellebecq risque de balayer tout dans les médias. Un équivalent de Trierweiler et Zemmour depuis septembre. Cela semble désormais un leitmotiv pour chaque rentrée. La mise en ligne d'une version scannée sur les réseaux pirates la semaine dernière a participé de manière très importante au buzz. Pas de trève des confiseurs pour Houellebecq, un scénario "idéal" pour la sortie de son livre après-demain. Presque une centaine d'articles avec la recherche "piratage Houellebecq", c'est dire. Même si c'est moitié moins que "musulman Houellebecq", c'est quand même beaucoup. Un livre qui sera sans doute très piraté aussi dans sa version commerciale. C'est bien le principe des livres sulfureux de circuler "sous le manteau", le web en version moderne de la clandestinité. Si ce piratage était pour nuire, c'est tout le contraire qui s'est passé.

Peut-on envisager qu'il ait pu être sciemment organisé par l'auteur ou l'éditeur, ou un tiers complice? Le doute subsiste, c'est vrai que l'on ne mettrait pas sa main à couper. On peut raisonnablement se poser la question tant le marketing autour de l'ouvrage semble soigneusement organisé. Surtout avec des épreuves qui ont abondamment circulé dans la presse parisienne depuis presque un mois selon les différents retours exprimés cette dernière semaine. Voir le billet de Anne Brigaudeau ici: "Flammarion a confirmé avoir envoyé "beaucoup" d'exemplaires de presse, pour répondre à une forte demande". Tiens tiens, un non-piratage aurait été très étonnant, c'est beaucoup de temps et d'exemplaires pour un ouvrage en principe marqué du sceau de la confidentialité. Une confidentialité extrême qui avait été organisé pour la sortie du livre de Valérie Trierweiler. Deux stratégies, mêmes effets?

A propos de "Soumission", il m'est venu en tête un précédent notoire. Celui de Paulo Coelho qui organisait lui-même le piratage de ses livres sur les réseaux de manière anonyme il y a plus de cinq ans déjà, surtout dans des pays où il n'était pas beaucoup diffusé. Celui-ci avait révélé des années après qu'il était lui-même à l'origine de ce piratage. Alors, la vérité du côté de Houellebecq dans quelques années? A suivre...

PS: Et vous, qu'en pensez-vous?


Houellebecq : "Soumission" circule déjà sur les réseaux

SoumissionLe piratage avant la sortie, c'est une première à mon avis pour le livre numérique. L'événement littéraire de cette rentrée de janvier, "Soumission", le nouveau roman de Michel Houellebecq chez Flammarion, n'est pas encore paru en librairies qu'il est déjà en partage illégal sur les réseaux torrent et en téléchargement. En cause un scann réalisé à partir d'un exemplaire imprimé en service de presse; les versions numériques proposées ne sont pas de très bonne qualité, sans doute le temps que des amateurs consciencieux se penchent dessus. Quelle source? Journaliste, critique littéraire, libraire? Petit détail, il ne s'agit pas du livre définitif, pour preuve une ligne unique en haut d'une page de gauche, dernière page foliotée 300. Il s'agit bien d'un jeu d'épreuves pour la presse. Alors que le livre ne sortira que le 7 janvier prochain, il commence donc à circuler dix jours avant. Ce n'est pas le seul aspect du livre qui déclenchera la polémique, soyons-en sûr. Merci à Fabien pour l'information.

PS: comme d'habitude je ne souhaite pas voir citer les sites en question, je suis au regret de couper les commentaires sur ce billet. Merci pour votre compréhension.

PS: de très nombreux relais dans la presse aujourd'hui 30 décembre. LesEchos, LeFigaro, NouvelObs, FranceInfo, DirectMatin, Metronews, LesInrocks entre autres, avec quelques explications autour de cette fuite inédite:

Pour éviter les fuites, la maison d'édition Flammarion avait pourtant pris ses précautions en ne diffusant qu'avec parcimonie le "jeu d'épreuves non définitives", "dont le contenu ne peut en aucun cas être repris ou reproduit, en tout ou partie, sur tous supports, sans l'accord préalable et exprès de l'attachée de presse". Ces exemplaires avaient été portés par coursier mi-décembre à certains journalistes. Le livre définitif est, lui, en circulation dans le milieu professionnel depuis le 22 décembre. "Nous ne faisons aucun commentaire. Le service juridique de la maison a été saisi de l'affaire" a indiqué l'éditeur ce mardi.

En tous cas, si Flammarion prend la peine de faire rapatrier l'ensemble des jeux d'épreuves auprès des journalistes concernés, l'exemplaire en question doit avoir un dos salement plié à la suite de ce passage au scan. Difficile de maquiller, sacré indice...


Piratage de livres : la phase industrielle est en marche

IndustrieCréé depuis tout juste un an, un site est de plus en visible sur la toile en pourvoyeur de livres piratés. Fini la petite bande de Robin des Bois, la troupe de pirates qui numérisait à titre personnel des oeuvres non-disponibles chez les éditeurs. Avec un marché du livre numérique en croissance, les moyens s'organisent. Ici, tout est pillé dans les offres commerciales des éditeurs. Pas d'offre en torrents, mais des fichiers à télécharger au cas par cas sur des serveurs. Les mots-clés sont savamment choisis pour les distiller dans les moteurs de recherche. La spécificité: une offre de livres numériques exclusivement. La mission: le partage avec une mise en place à l'échelle industrielle. Près de 5.000 titres sont proposés sur ce site, tous classés par rubriques avec une mise à disposition sur des serveurs de façon industrielle. C'est désormais plus de 300 nouveaux titres chaque mois qui viennent alimenter la base. Beaucoup de compilations aussi, par genres, par éditeurs, par collections, par auteurs. La liste est longue des serveurs concernés, jugez plutôt: Bayfiles, BillionUploads, Filecloud, Netload, Oboom, Pofilerio, Turbobit, Uploaded, Uploadhero, Uptobox, 1fichier, etc. Alors? 10.000 titres? Encore plus à la fin de l'année prochaine? Tous les éditeurs sont bien évidemment concernés par ce piratage de masse, grands et petits, aussi bien ceux qui distribuent leurs livres avec ou sans DRM, tous égaux dans le partage...


Goncourt 2014 : à peine nommé, déjà pillé avec le concours de Google

Lydia salvayreLe Prix Goncourt attribué hier à Lydie Salvayre pour son livre "Pas pleurer" aux Editions du Seuil. Dans l'après-midi même, une version piratée apparaisait avec le bandeau sur les réseaux, avant même la mise à jour des métadonnées du distributeur. Avec le simple mot "ebook" associé, Google renvoie sur l'offre en téléchargement pirate et cela dans les premiers résultats de recherche. Alors que Google annonçait il y a quelques semaines une intensification de sa lutte contre le piratage de contenus, il n'y a visiblement rien de changé en matière de livres numériques.


Valérie Trierweiler : la version numérique du livre par mails massifs

MailLaurent Beccaria, l'éditeur des Arènes qui a publié le livre de Valérie Trierweiler, revenait hier dans L'Express sur le phénomène d'édition qu'il constitue. C'est plus de 600.000 exemplaires toutes versions confondues qui ont été vendus pour l'instant. Il aborde notamment la propagation du livre sur les réseaux aussi bien par le téléchargement que par l'envoi organisé de mails massifs, ce qui constitue une première à ce niveau: "Certains ne voulaient pas payer pour le lire et les téléchargements illégaux ont été estimés à 75.000. Nous avons attaqué ces plateformes. Mais nous avons affronté un autre phénomène inédit, qui aurait touché près de 400.000 personnes: l'envoi du fichier piraté par e-mail, soutenu par des mouvances très actives, comme la Manif pour tous ou le Front de gauche." (via L'Express).