19 notes dans la catégorie "PVI"

eInk: succès au beau fixe

New_E_Ink_Logo_May_2011 Derniers chiffres de la part d'eInk qui viennent confirmer le doublement de la demande sur le marché américain depuis un an (voir 4traders). La liste est impressionnante des 15 livres électroniques actuellement sur le marché, tous les détails sur le site Pvi:

  1. Nook, The Simple Touch Reader by Barnes & Noble
  2. Kobo eReader Touch Edition by Kobo
  3. Kindle by Amazon
  4. Kindle DX by Amazon
  5. Reader Pocket Edition by Sony
  6. Reader Touch Edition by Sony
  7. Reader Daily Edition by Sony
  8. eDGe by Entourage
  9. Alex by Spring Design
  10. Hanlin V5 by Jinke
  11. WISEreader N516 by Hanvon
  12. Color WISEreader by Hanvon
  13. Pro 603 by PocketBook
  14. Pro 902 by PocketBook
  15. 360° Plus by PocketBook

La bagarre doit être chaude pour réserver ses écrans!


Livres électroniques: prix divisés par dix en cinq ans

Kindle Un petit schéma que j'avais oublié de vous signaler, celui de la chute du prix du Kindle d'Amazon depuis trois ans (ainsi que des lecteurs eInk concurrents). Ce que nous pressentions avec quelques-uns il y a cinq ans est bien en train de s'écrire aujourd'hui: machines à faibles coûts de fabrication, l'essentiel étant dans l'écran eInk qui baisserait considérablement avec une production de masse (PVI compte produire cette année 25 millions d'écrans). Rappelez-vous, au Salon du Livre 2009, certaines études estimaient le décollage d'un marché de masse pour un lecteur vendu à 70€; cela paraissait très loin encore à l'époque, nous y sommes presque aujourd'hui. Pour rappel, fin 2006, le livre électronique Iliad d'Irex Technologies valait 700€. Prix divisés par dix en l'espace de cinq ans. Stratégie complètement inverse d'Apple dont le prix de vente de l'iPad 2 est strictement celui de la version 1 (voir le coût de fabrication de 326$ sur le JournalduNet).  Et quand je vois les prix de la concurrence, c'est pire. Nous sommes sur des technologies/stratégies qui sont celles des ordinateurs dont les prix de vente globalement sont très stables, gommant tout juste l'inflation.


Hanvon: un livre électronique couleur au printemps 2011

Hanvon Hanvon, le leader chinois (78% du marché) dans le domaine des livres électroniques, annonce un lecteur couleur 10 pouces avec un affichage eInk en mars prochain au prix de 440$. Une course contre la montre entre plusieurs technologies sur un marché concurrent à celui des tablettes LCD et autres NookColor. Un prototype devrait être présenté cette semaine dans le cadre du FPD International 2010 trade show à Tokyo. Les dernières apparitions d'eInk au printemps dernier avaient montré des couleurs relativement ternes, nous allons voir si les progrès sont substantiels. Des infos sur le site eInk aujourd'hui, le projet s'appelle Triton. Savoir si la grenouille peut se comparer au boeuf. L'enjeu est de taille pour le batracien! (via NewYorkTimes).

E Ink Triton Imaging Film from E Ink Corporation on Vimeo.


Samsung viendra pas

Samsung Après plusieurs mois d'attente, Samsung a décidé finalement de se retirer du marché du livre électronique. On ne pourra pas dire qu'il y soit d'ailleurs rentré, tant le nombre d'exemplaires réellement distribués devait relever de l'anecdote pour le géant de l'électronique asiatique. Je crois que le relatif échec de Sony sur ses modèles et l'attentisme des opérateurs européens aura finalement convaincu Samsung d'attendre l'arrivée de solutions en couleur plus conformes à ses produits. Dommage pour l'extension du marché non-propriétaire. Pas de réelle conséquence tant la production d'écrans est accaparée par d'autres acteurs (via eInkInfo). J'ai même entendu dire qu'il ne faut pas attendre des écrans "eInk Pearl" sur d'autres modèles concurrents avant longtemps, Amazon ayant préempté les chaines de production de PVI avec son Kindle3 pour un bon moment!

eInk: les ventes devraient doubler au second semestre 2010

Logo Les ventes mondiales de livres électroniques devraient doubler durant le deuxième semestre 2010. Ce sont les prévisions données aujourd'hui par le président d'eInk, Scott Liu, sur le site Digitimes: "Les livraisons pour les KindleDX (au format 9,7 pouces) ont triplé  depuis qu'Amazon a réduit le prix à 379$. La fourniture d'écrans eInk devrait dépasser les prévisions précédentes de 10 millions d'unités en 2010 en raison des baisses de prix des fournisseurs. Les prix des livres électroniques ont chuté sensiblement, les acteurs qui ne produisent que des dispositifs de lecture électronique sans librairies sont soumis à des menaces d'être évincés du marché par les acteurs de premier rang tels qu'Amazon et Barnes & Noble qui devraient continuer à dominer le marché. Alors que certains observateurs ont spéculé que la rentabilité d'eInk pourrait être affecté par les campagnes de prix des fournisseurs, la société et ses clients avaient déjà fixé les ordres d'achats au début de l'année 2010 avec des réductions prometteuses lorsque les volumes atteindrait un volume prévu. Scott Liu ajoute que les clients sont désormais en mesure de mener des campagnes de prix parce que leurs commandes ont désormais atteint les montants convenus, leur permettant d'avoir des prix réduits. La compagnie est heureuse d'offrir des rabais pour aider à stimuler la croissance du marché de la lecture numérique." Et dire qu'au printemps dernier, certains ne donnaient pas cher du papier électronique... (via TheDigitalReader).

PS: tiens, notre ami Paul Biba vient d'abandonner son iPad à sa femme, il explique pourquoi sur Teleread!


eInk: la nouvelle perle du papier électronique

Eink EInkCorporation nous donne plus de détails concernant ses nouveaux écrans auxquels il a donné le nom de Pearl. Cette nouvelle génération d'écrans plus contrastés (avec un taux de 50% en plus) va remplacer les écrans Vizplex qui avaient eux-même révolutionnés la technologie eInk en septembre 2007 et qui avait accompagné la sortie du Kindle aux Etats-Unis. A noter que c'est le nouveau modèle KindleDX graphite qui commence a utiliser ces écrans qui vont se généraliser sur tous les nouveaux écrans eInk. Comme je le disais dans un billet récemment, toujours plus proche du papier! (via GénérationNT).

Amazon: nouveau Kindle DX

Kindledx-graphite La nouveauté du Kindle pour l'été c'est sur le grand modèle. Amazon annonce aujourd'hui la sortie d'une version en noir-graphite de son Kindle DX (écran 9,7 pouces) avec un prix revu à la baisse de plus de 20% à 379$. Ce modèle bénéficierait des derniers écrans eInk avec un contraste amélioré de 50%! A surveiller les prochains tests d'utilisateurs, un fond d'écran toujours plus blanc!


EInk: les enjeux du papier électronique

Toujours grâce à notre ami Charbax, Sriram Peruvemba, vice-président marketing de eInk, nous dévoile la nouvelle génération d'écrans eInk, flexibles et incassables. Il nous parle également des enjeux très importants pour ce type de supports dans de nombreux domaines. Objectif, toujours plus près du papier...


PVI/eInk: des livres électroniques couleur pour la fin de l'année

Flexible_color_e-paper1 Contraste cruel, le même jour on l'on annonce des difficultés financières pour IrexTechnologies, la société taïwanaise PV/eInk a confirmé que des livres électroniques disposant de l'affichage eInk couleur seront bien produit à la fin de cette année. Nul doute que des sociétés comme Amazon, Barnes and Noble et Sony ne doivent pas être très loin des négociations en cours (via Slashgear).

E-Ink: toujours plus près du papier

Sricrop-170x170 Très intéressante interview de Sriram Peruvemba (directeur marketing de E-Ink) sur le site TheInquirer, j'ai essayé d'en faire une traduction la plus exacte que possible, merci de me corriger si nécessaire: «J'aime l'iPad en tant de dispositif de jeu, de divertissement. Mais l'expérience de lecture est très proche de ce que j'attendrais d'un ordinateur portable et je n'ai pas envie d'utiliser un ordinateur portable pour la lecture d'un document qui a plus de deux pages. Apple est loin d'être la première entreprise à produire une mini-tablette, mais personne n'a été en mesure d'en faire un succès grand public. L'iPad a ravivé l'intérêt dans le format, certains fabricants sont intéressés par la technologie E-Ink, plutôt que d'un écran LCD. Il a ouvert une grande opportunité pour nous". E-Ink améliore encore sa technologie pour la rendre plus compétitive. Les écrans monochrome E-Ink actuels ont un taux de contraste de six pour un. Sur les nouvelles versions prévues pour la fin d'année ou au début de 2011, le taux de contraste devrait doubler à 10 ou 12 pour un. La différence est flagrante avec l'échantillon que Peruvemba a montré. Le blanc apparaît plus blanc que sur les écrans anciens, qui le rendent comme une couleur parchemin, mais selon Peruvemba la plus grande différence est dans la profondeur des noirs.
    Les écrans couleur E-Ink apparaîtront également à la même échéance. Le contraste plus élevé les améliore car il compense la perte de lumière induite par les filtres utilisés pour produire la couleur. Les filtres affectent également le rendu en noir et blanc, mais cela devrait toutefois être au moins aussi bon que sur les écrans monochromes actuels. Peruvemba poursuit: "La couleur exige également bien plus de pixels que sur un écran monochrome de la même résolution, mais ce n'est pas le problème de eInk. La société ne produit que l'epaper, une couche de microcapsules contenant des particules de noir et blanc qui sont de charges opposées de sorte que leur visibilité peut être contrôlée par une arrière-couche électronique. Différents fabricants utilisent des arrières-couches différentes, mais aucune ne peut se atteindre la résolution potentielle de l'epaper. Nous avons des douzaines de microcapsules par pixel." Il montre un exemple d'affichage de 5 pouces: "La résolution ici est de 800 par 600. Vous pouvez ajouter un zéro à chacun de ces chiffres et nous pourrions le faire. Vous ne pouvez pas obtenir la densité de fond. Le LCD a le même problème." Des versions flexibles d'écrans E-Ink permettent de nouveaux formats tels que les dispositifs courbes qui épousent les formes du corps dans les poches et sont plus robustes, car ils n'utilisent pas de verre.
    E-Ink est également en train d'améliorer le temps de réponse de ses produits. Il a tellement mis l'accent sur la physique des microcapsules à cet égard qu'il a été pris par surprise quand les nouveaux conducteurs se sont avérés faire une grande différence. Texas Instruments, Marvell et Freescale encodent maintenant ces pilotes dans les composants système des lecteurs, réduisant à la fois les coûts ainsi que les temps de réponse.
    L'animation est le problème le plus difficile pour EInk parce que son affichage consomme du courant à chaque changement d'image, si bien que plus les changements sont rapides, plus cela diminue l'avantage principal de la technologie eInk par rapport aux écrans LCD. Peruvemba montre une animation monochrome en cours d'exécution sur l'un des écrans E-Ink à contraste élevé de nouvelle génération: "Sur notre écran, vous n'avez à actualiser que les bits qui changent, dit-il. "Sur un écran LCD vous devriez actualiser l'écran entier."
    E-Ink a devoilé en plein écran une vidéo de 30 images par seconde à 800 x 600 de résolution en laboratoire, et avec 70 pour cent de la puissance qu'un écran LCD utilise. Peruvemba reconnait que les lecteurs type tablette comme l'iPad et les lecteurs bistables vont converger dans le long terme, mais pas avant quelques années. Même alors, il y aurait toujours une demande pour les dispositifs spécialisés qui donne un résultat meilleur qu'un dispositif généraliste.
    Et il y a d'énormes marchés potentiels pour des livres électroniques à faible coût en particulier dans les pays en développement où les manuels sont rares sur le terrain. Les livres électroniques facilitent non seulement l'accès aux connaissances mais ils les rendent moins chers. «Regardez le coût d'un manuel. Je ne sais pas combien un auteur gagne. Peut-être que dix dollars par exemplaire. Mais en dehors de l'auteur, il y a beaucoup de gens à se faire de l'argent, y compris l'usine de papier, le transporteur pour le papier, et ainsi de suite. Ils n'ajoutent guère de valeur".
    De nouveaux modèles économiques sont également en train d'encourager l'adoption. Magazines et journaux, en grande difficulté en raison de l'impact du web, peuvent proposer en subventionnant les lecteurs des abonnements à des publications électroniques.
    L'industrie de l'édition commence aussi à ressentir les effets et les besoins de nouveaux modèles d'affaires. "Un éditeur pourrait dire, je vais vous donner cet appareil et vous facturer £10 à £15 par mois, et en retour vous donner deux ou trois livres de votre choix, avec un contrat de deux ans." E-Ink est également en train d'élargir son propre marché en encourageant l'utilisation de ses écrans dans des dispositifs tels que des montres. Mais le principal rival de eInk n'est pas Apple, ni aucune autre société. C'est ce que Peruvemba appelle le "bois mort". «Le papier est terrible», dit-il. «Il dure 500 ans. Je ne pense pas que nous remplaceront jamais tout le papier." (via Teleread).

PS: merci à Alain pour m'avoir aidé à revoir la traduction (mise à jour 21/04/10).


PVI: l'eInk prend des couleurs

E-ink-color-prototype.img_assist_custom-299x225 La technologie d'encre électronique en couleur? PVI en parlait il y a quelques semaines et annonçait des premiers livres électroniques pour début 2011. Une première image lors d'une présentation en Chine (via Teleread). Avec Mirasol/Qualcomm et Liquavista, la lutte est engagée pour les premiers modèles en production. Quelle technologie sur le Kindle l'année prochaine? Faites vos jeux!

PVI réaffime son leadership

Pvi-eink-logo Interview de T.H. Peng, le nouveau patron de PVI, la société taïwanaise qui produit les écrans en papier électronique sur Xeconomy de Boston. La production devrait tripler cette année, elle aura été multiplié par 15 depuis 2008. La couleur annoncée en fin d'année avec un partenariat avec le fabricant de livres électroniques chinois Hanwang (via Teleread).

La fin du marché qui ne mène nulle part

Lg La marque sud-coréenne LG, l'un des leaders mondiaux de la téléphonie et des écrans, vient de signer un partenariat avec PVI, le seul constructeur d'écrans en papier électronique qui fournit les principaux livres électroniques existants et qui vient également de prendre le contrôle complet de eInk (via FinancialTimes et EnGadget). Il semble bien que les récents succès d'Amazon et de Sony accélèrent et révisent les positions des géants asiatiques qui avaient jusqu'ici regardés d'assez loin ce marché "secondaire". C'était aussi l'avis du visionnaire Steve Jobs il n'y a pas si longtemps, rappelez-vous, "le Kindle ne menait nulle part". Qui dira encore que le marché de la lecture ne mène nulle part. Fallait être sourd ou borgne comme le logo!

PVI maintient ses prix

100dollars Un livre électronique à 100 dollars pour 2010? Sans doute pas quand on lit les propos du président de PVI, M.Liu sur Digitimes: "La croissance du marché est assez forte pour dissuader les vendeurs de livres électroniques de pratiquer des grandes campagnes de baisse de prix. Certains acteurs souhaitent faire baisser les prix de leurs dispositifs pour attirer plus d'utilisateurs avec leurs yeux fixés sur les bénéfices de la vente de livres numériques.  Mais PVI ne proposent pas à ses nouveaux clients des réductions de prix pour les écrans eInk". Comme la demande est bien supérieure à l'offre (le marché devrait plus que doubler dans les prochains mois) et que PVI règne sans partage avec comme principaux clients Sony, Amazon et Barnes and Noble, on ne voit pas bien ce qui pourrait changer la donne à court terme. A moins que des technologies alternatives n'arrivent rapidement pour chambouler le marché, les livres électroniques low-cost ne sont pas encore pour demain!


Que de dalles !

Ee05 Pardonnez-moi l'expression mais c'est ce qui me vient naturellement à l'esprit en voyant la production, dans tous les formats du 1.9 au 9.7 pouces, de l'unique fabricant au monde de dalles en papier électronique, PVI à Taïwan. Cette récente vidéo mise en ligne la semaine dernière.