11 notes dans la catégorie "Readium"

EDRLab : Readium LCP sur la rampe de lancement

Edrlab_logoUne DRM moins intrusive et facile d'utilisation. Envoyer aux pelotes la DRM Adobe que nous supportons tous malheureusement sur la gestion de nos bibliothèques personnelles depuis tant d'années. Readium LCP est maintenant sur la rampe de lancement et plusieurs distributeurs numériques et développeurs d’applications de lecture sont en train d’intégrer dans leur solution cette technologie non-propriétaire et “user friendly”. EDR Lab invite les professionnels à un webinar (conférence en ligne) en français le 16 février prochain. Ils présenteront l’état du projet et indiqueront comment se fait l'intégration à l’écosystème Readium LCP en peu de temps et pour un coût minime. Editeurs, libraires, bibliothécaires, fabricants de liseuses, gestionnaires d'applications, tous concernés pour nous lecteurs! Les détails sur le site.

PS: à signaler la mise en ligne du côté de TEA d'une nouvelle étude sur le retour de leur DRM Care, proche de Readium LCP. Il s'agit de  confronter leur solution de protection de fichiers numériques, CARE, à la DRM Adobe au niveau des usages. Début 2015, une première étude sur les usages liés à la DRM Adobe avait été réalisée par TEA. Ils renouvellent aujourd'hui cette étude, sans appel. Tous les détails sur le blog. Pour les aider, n'hésitez pas à répondre à leur questionnaire "Quel lecteur numérique êtes-vous?" en fin de billet.


Lisa : une application pour l'ePub 3

LisaUne nouvelle application Lisa est proposé depuis hier par ArtBookMagazine. Il s'agit d'une application de lecture gratuite permettant de lire des livres numériques tous formats : PDF, EPUB2 mais aussi EPUB3 au format recomposable ou à marge fixe, incluant ou non des contenus enrichis audio vidéo ou autre contenu multimédia interactif. Lisa a été conçu dans les standards Readium de l'IDPF et sera compatible à terme avec les solutions techniques de protection LCP (DRM light). Elle est pour l'instant uniquement disponible dans l'environnement IOS d'Apple sur iPhone et iPad. Elle devrait rejoindre Android l'année prochaine. C'est dans cet environnement que les solutions pour lire des fichiers EPUB 3 sont pour l'instant les plus décevantes, aucun libraire - Google et Kobo en tête-, ne proposant quoi que ce soit.


EPagine et Electre : un partenariat sur LCP

AccordDécidément, beaucoup d'effervescence en France autour de LCP (Lightweight Content Protection), cette fameuse "DRM light" dont on nous promet l'arrivée depuis des années. Un nouveau système de gestion de droits de livres numériques plus simple pour l'utilisateur, pour en finir avec la DRM Adobe. Après Tea et sa solution Care en fin d'année dernière, ce sont aujourd'hui Electre et ePagine qui annoncent un partenariat pour développer conjointement une "architecture technique autour de l'usage de LCP". Voir le communiqué sur Livres-Hebdo. Quel peut-être le rôle d'Electre dans ce développement? Pas évident à cerner de la part d'un acteur qui gère sa base bibliographique en propre et qui est toujours resté jusqu'ici très en retrait du développement du livre numérique.

LCP, nouveau sésame "tendance", j'ai envie de dire. Ne pas oublier que LCP, toute "light" qu'elle est, reste une DRM avec une limitation des usages pour le lecteur. Logique de l'accès seulement, la copie du fichier n'est pas à vous. Toute simplifiée qu'elle sera, nous resterons loin de l'interopérabilité complète sur tous les supports justement revendiquée par les consommateurs aujourd'hui, qui souhaitent à juste titre passer d'un support à l'autre sans contraintes particulières. Espérons que les 200 éditeurs qui ont optés pour le marquage numérique n'iront pas jusqu'à "rentrer dans le rang" vers cette solution -le lobbying aidant-, ce serait un véritable recul en arrière pour leurs lecteurs. Alors que l'Allemagne s'oriente vers une suppression pure et simple des DRM sur le livre numérique poussée par le succès outre-Rhin de Tolino, la France prend faute de mieux l'option "light". La DRM pour longtemps encore, on connait la position chez Hachette qui reste inflexible sur le sujet.


Art Book Magazine embarque les développements Readium

ArtbookmagazineA signaler la librairie numérique Art Book Magazine qui annonce aujourd'hui l’intégration du moteur de rendu Readium SDK développé par le consortium éponyme: "Grâce à ce développement technique, notre librairie améliore encore la qualité et le confort de lecture en supportant les derniers apports du format standard ePub3. Art Book Magazine collabore désormais de manière active avec le consortium Readium et l’EDRlab afin d’améliorer les standards de l’écosystème de lecture Readium et travaille en particulier sur les problématiques de gestion des livres enrichis. Il est possible désormais de lire des ePub à maquette fixe, d’adapter l’ergonomie en fonction du besoin et du sens, d’afficher des contenus riches qui correspondent à l’évolution des supports".


CARE : plus de détails sur la solution de DRM-light développée par TEA

CarePlus de détails à propos de CARE, la solution de DRM annoncée par TEA hier. Cette solution a été développée entièrement selon les spécifications de LCP-Readium. Rémi Bauzac, Directeur R&D de TEA, est très impliqué dans l'équipe qui travaille déjà autour de Readium en France. Tous les livres vendus jusqu'ici avec une DRM Adobe dans l'environnement TEA (Decitre, Cultura, Uculture, etc.) ont basculé cette semaine sous la DRM CARE de TEA. Cette DRM suppose bien sûr pour assurer une interopérabilité vers d'autres environnements que ceux-ci aient eux-mêmes basculés. CARE opère un double chiffrement: l'un sur le fichier délivré, l'autre sur une clé-utilisateur (USER-KEY) gérée directement sur l'appareil de l'utilisateur. Celui-ci n'a aucune procédure supplémentaire à faire. Son inscription à son compte-libraire assure la synchronisation automatique du fichier reçu sur son appareil et de son USER-KEY. Le nombre d'appareils possibles est compris entre 6 et 10 selon le choix des éditeurs. TEA a pu évoluer plus vite sur cette solution car il possède les fichiers des éditeurs, comme les principaux acteurs du marché qui ont leur propre DRM (Amazon, Kobo, Apple et Google). Ce premier environnement qui bascule est un premier signe fort, souhaitons que nous en voyons d'autres rapidement pour éviter les contraintes de la DRM-Adobe. Le rôle des distributeurs numériques est clé sur cette question puisque c'est eux qui apposent la DRM-Adobe en sortie d'entrepôts pour les autres acteurs du marché. Il n'y a pour l'instant pas de différences visibles pour l'utilisation ni aucune restriction particulière hors de l'environnement TEA, puisque dans ce cas-là la sortie vers la DRM-Adobe est possible. Comme dans le cas de Kobo par exemple. Concrètement si vous achetez sur Cultura et que vous voulez lire sur une liseuse Kobo ou Bookeen, c'est possible avec la synchronisation du compte Adobe/ ADE. TEA n'a pas de philosophie particulière sur la DRM. Avec l'autre solution de marquage qu'il a développé, il souhaite répondre aux demandes des éditeurs en conservant une expérience-client la meilleure que possible. Je remercie David Dupré chez TEA pour ses explications.

PS: une petite précision apportée à Hadrien Gardeur de Feedbooks. LCP n'a pas de limitation par nombre d'appareils, celle-ci existe sur CARE de par leur implémentation et les souhaits des éditeurs.


TEA : lancement de CARE pour remplacer la DRM-Adobe

CareAutre annonce importante aujourd'hui décidément, par voie de communiqué de presse, celle de CARE par la société TEA (The Ebook Alternative) basée à Lyon. TEA lance sur le marché du livre numérique grand public la première implémentation en Europe de la spécification LCP, mesure technique de protection des livres numériques portée par le consortium Readium. Baptisée CARE (Content and Authors Right Environment) ce système de protection des ebooks remplace la DRM Adobe, habituellement utilisée en dehors des solutions propriétaires et dont l’expérience utilisateur désastreuse est dénoncée par TEA comme un frein majeur au développement des ventes et des usages du livre numérique. Revoir ici. "CARE est la seule mesure de protection des droits d’auteur qui apporte une expérience indolore pour le lecteur tout en garantissant l’interopérabilité des ouvrages numériques". Tous les éditeurs français ont ainsi donné leur accord à TEA pour protéger les ebooks avec la technologie CARE. “Grâce à sa compatibilité avec la spécification LCP, le solution CARE permettra la portabilité des achats du lecteur d’un environnement libraire à un autre, contrairement aux DRM propriétaires qui verrouillent le lecteur dans un système fermé.” explique Rémi Bauzac, Directeur R&D de TEA. Tous les détails sur le blog TEA. Nous aurons l'occasion dans les semaines qui viennent de revenir sur l'expérience-client par rapport à cette solution. Rappelons que TEA développe ses solutions pour des clients comme Decitre, Cultura, SuperU, etc. et que CARE devrait avoir un premier impact significatif sur le marché français. On pense notamment à son rôle par rapport au prêt de livres numériques en bibliothèque PNB. On aperçoit enfin le bout d'un long tunnel de la DRM Adobe, en attendant un jour la généralisation des solutions de marquage, le chemin reste long, n'en doutons pas.


Tea : une solution de watermarking

TeaPlus de détails sur la solution de watermarking (tatouage) développé par TEA, une solution retenue par L'Harmattan pour la diffusion de son catalogue sans DRM la semaine dernière. Ce watermarking est composé de deux parties. La première est visible sur le document, avec des informations personnelles de l’utilisateur. Le but de ce mécanisme est pédagogique : montrer au lecteur que son livre est marqué, et qu’il ne doit pas le copier et le donner. La seconde est invisible sauf pour l’éditeur. Son but est de pouvoir, grâce à un outil spécifique fourni par TEA, retrouver le propriétaire d’une œuvre qui aurait été piratée et diffusée illégalement sur Internet. A lire sur le blog TEA. Le développeur lyonnais avance aussi sur une solution LCP (Lightweight Content Protection) lancé par le consortium Readium. Une solution de DRM plus facile à utiliser pour le consommateur.


Readium : SDK en version 1.0 est disponible

ReadiumLa fondation Readium a annoncé la semaine dernière la mise à disposition d'une version 1.0 de son kit de développement logiciel (SDK) à l'attention des développeurs. Une avancée importante puisqu'il s'agit d'avancer l'adoption d'un standard en open-source pour lire aussi bien des livres au format ePub2 (textes) que ePub3 (avec enrichissements) sur tous les types de matériels au travers des navigateurs web. A voir sur cette page. Pour les lecteurs, la version grand public la plus avancée sur ordinateurs, tablettes ou smartphones, est disponible sur le navigateur Chrome ici en tant que plug-in à ajouter. Si vous n'avez pas déjà essayé, je vous invite à le découvrir.


e-Readers has Killed Adobe

TrafalgarAdobe annonçait la semaine dernière une nouvelle mise à jour de son logiciel Adobe Digital Editions en version 3. Je vous exhortais de ne pas la télécharger. En fait, il ne "s'agissait" pas d'une simple mise à jour mais d'une refonte complète de l'éco-système de la DRM Adobe, supportée par l'ensemble des acteurs indépendants sur le marché. Adobe a divulgué lundi le planning et les nouvelles conditions qui "devaient" entourer le déploiement de cette nouvelle DRM. Aucun des acteurs du marché (éditeurs, distributeurs, fabricants de liseuses, développeurs d'applications, etc.) n'ayant été préalablement tenu au courant, tous mis devant le fait accompli avec un planning dément de mars à juillet pour mettre à jour toutes les liseuses du marché. Inconcevable. A partir du mois de juillet, la bascule étant complètement réalisée. Les anciennes liseuses bonnes à jeter, car ne pouvant ouvrir de livres supportant la nouvelle DRM. Certains comme GoodeReader commençait même à lancer des titres provocateurs "Adobe has killed e-Readers". Vous aurez remarqué que mes verbes sont tous au passé. Cela n'aura pas tenu 48h. Désolé messieurs. Devant le tollé général de tous les professionnels depuis lundi, Adobe a été renvoyé à ses chères études, le communiqué est tombé dans la nuit. Une tempète dans un verre d'eau mais qui aura mis en valeur une chose: Adobe est désormais complètement décrédibilisé en ayant voulu passer en force de la sorte. Cette DRM Adobe pourrie et la daube ADE pour aller avec, seront sans doute enterrées cette année. Les liseuses et tous les lecteurs ont bien gagnés la partie aujourd'hui, même si ce n'est pas encore la guerre qui les opposent aux DRM, pour lire sans contraintes sur tous les supports existants comme dans l'univers de la musique. Le communiqué d'Adobe pourrait bien être le dernier chant du cygne (un signe?) avec la mise en place de Readium, souhaité par tous les acteurs du marché.

Dear Valued Datalogics Customers:

As stated during our January 29th Datalogics and Adobe webinar announcing the release of the new hardened Digital Rights Management (DRM) for Reader Mobile SDK (RMSDK) 10 and Adobe Content Server (ACS) 5, Adobe revealed a July 2014 time table for migrating to RMSDK 10 and ACS 5.

After receiving feedback from customers and webinar attendees, Adobe has revised the migration timetable for customers.  “Adobe does not plan to stop support for ACS 4 or RMSDK 9.  ACS 5 books will be delivered to the older RMSDK 9 based readers”, according to Shameer Ayyappan, Senior Product Manager at Adobe.  “We will let our resellers and publishers decide when they wish to set the DRM flag on ACS 5, thus enforcing the need for RMSDK 10 based readers.”

In other words, ACS and RMSDK customers can migrate to the new hardened DRM that provides a higher degree of security to EPUB & PDF content and prevents unauthorized viewing of content now and in the future in a timeframe that makes sense for them.

We’ll continue to work closely with Adobe on the transition details, and will post additional information here when it becomes available. In the meantime, feel free to share your thoughts and questions in the comments below.

Thank you,

Datalogics Team

Gardez vos liseuses, gardez votre version ADE en version 2. Cela ne vous empêche surtout pas, bien entendu, de libérer vos livres dans les prochaines semaines. On ne peut que remercier Micah Bowers (BlueFire) et Hadrien Gardeur (Feedbooks) d'avoir alerté les consciences dès la semaine dernière.


"Les Choses" de Georges Perec en ePub 3

Les chosesJ'avais eu l'occasion de vous en parler il y a quelques semaines, sortie demain d'une magnifique édition numérique du livre de Georges Perec "Les Choses" aux Editions Jullliard. C'est le studio de création L'Apprimerie qui s'est chargé du développement. Une version en ePub3, vendue sans DRM au prix de 9,99€. Disponible sur l'iPad mais aussi dans une version pour Readium que vous pourrez lire à partir du navigateur Chrome sur ordinateur ou sur vos tablettes. L'occasion de démarrer de la meilleure des façons votre bibliothèque Readium. Félicitations à l'éditeur de proposer une telle version qui puisse être vendue sur toutes les plateformes y compris celles des libraires indépendants. Le livre numérique enrichi de demain, sans DRM, sans licence, une version qui mérite pleinement son taux de Tva à 5,5%! Des animations visuelles en 2D/ 3D, des séquences musicales au piano et jazzy très réussies qui ne viennent pas interférer de manière trop intrusive la lecture du texte. Un roman graphique avec des trouvailles que n'auraient pas reniés Pierre Faucheux ou Massin. Une vraie réussite, un bel hommage à l'univers de Perec, avec une pensée aussi à Maurice Nadeau décédé cet été, qui a été l'éditeur de ce livre en 1965 dans sa collection des Lettres Nouvelles. Je remercie Julliard pour le service de presse numérique.


Adobe rejoint Readium

AdobeAnnonce importante cette semaine avec l'arrivée de la société Adobe dans la fondation Readium, dont la mission est de développer des composants Open Source pour faire progresser l'édition numérique au format EPUB et les modèles web ouverts. Adobe a déclaré avoir "l'intention d'apporter une contribution significative au développement du projet SDK Readium, un moteur EPUB 3 de rendu complet optimisé pour les applications natives sur des tablettes et autres appareils mobiles". Adobe est un acteur décisif, aussi bien en amont sur la production de contenus avec des logiciels comme Indesign et en aval avec ACS4, la solution de DRM (Digital Rights Management) la plus répandue sur le marché. Le communiqué est ici.