38 notes dans la catégorie "Suisse"

Qu'y aura-t-il après le livre?

Unil Je vous avais parlé de l'intervention de Frédéric Kaplan à l'Université de Lausanne sur "le devenir machinique du livre" la semaine dernière. Je vous invite à regarder la conférence "Qu'y aura-t-il après le livre?" qui est en ligne en podcast iTunes. Bonne surprise de voir Christian Vandendorpe, certains d'entre vous se rappellent peut-être du "pari de Vanderdorpe"!


Kaplan : le "devenir machinique" du livre

Merci à Frédéric Kaplan de m'avoir alerté hier sur l'exposé qu'il a tenu à l'Université de Lausanne sur le «devenir machinique du livre» au colloque «Des manuscrits antiques à l’ère digitale». "Cet exposé est une première tentative pour réintégrer l’évolution du livre dans le cadre plus général de l’évolution des représentations régulées. Je me sers de l’exemple du processus de mécanisation des cartes pour discuter de l’évolution du livre. Poursuivant le thème abordé dans un précédent billet, j’oppose dans la discussion qui suit les technologies et les motivations de l’encyclopédisme avec celles du livre. Je finis par quelques prédictions faciles." A découvrir absolument, dommage que la Suisse soit si loin!


Reportages livre numérique en Suisse

Suisse L'été, l'occasion de flâner au hasard du web pour retrouver des reportages ou des billets qui nous avaient échappés. Aujourd'hui deux reportages très intéressants proposés à la fin de l'année dernière par nos amis de la télévision suisse romande. Suivez le guide! Si vous aussi vous retrouvez quelques liens intéressants, n'hésitez pas à me les signaler!


Lectures Lab: un labo suisse des nouvelles lectures

Kaplan Un espace que je vous recommande d'investir, celui du Laboratoire des Nouvelles Lectures à l'initiative de Frédéric Kaplan. A découvrir aujourd'hui l'entretien avec François Gèze qui dirige les Editions La Découverte. A noter que Frédéric Kaplan animera une table-ronde sur l'avenir de la lecture le 30 avril prochain pendant le Salon du Livre et de la Presse de Genève.


Payot se met au numérique

Logo_payot La librairie Payot, une institution en Suisse depuis 136 ans, amorce le virage du numérique avec une offre conjointe de lecteurs Bookeen et de 20.000 titres disponibles. Nouvo a consacré un reportage à l'occasion de cette ouverture. Surprise de retrouver Aurélie en Suisse! Voir également le choix du Cybook Orizon ici. Rappelons que la plateforme E-readers.ch est ouverte depuis l'été dernier (mon billet à l'époque).


TSR: reportage sur le livre numérique

Tsr Un reportage consacré au livre numérique dans l'émission "A bon entendeur" sur le site de la TSR (Télévision Suisse-Romande). La séquence démarre à partir de la 20ème minute environ après un reportage sur les saumons. Savoir si le livre numérique est aussi "conservateur" et  va lui aussi savoir remonter les rivières! (via LaFeuille, merci).


Suisse: plateforme et nouvelle loi

Ereaders Une plateforme des libraires suisses devrait ouvrir d'ici la fin du mois. C'est l'Office du Livre de Fribourg (OLF) qui est à l'origine de ce projet avec une offre en trois langues différentes. Le site «e-readers.ch» devrait ouvrir avec 20 000 titres en anglais, 5000 en allemand et 5000 en français. «Gallimard et Le Seuil ont donné leur feu vert, j'attends encore une décision du groupe Hachette», souligne son directeur Patrice Fehlmann. Comme chez ePagine, un menu déroulant permettra d'attribuer son achat à une librairie de son choix, ou par défaut à la plus proche géographiquement. Problème de taille, c'est que la Suisse, contrairement à la France où existe la loi Lang sur le prix du livre, accuse un gros retard en matière de législation. "Non seulement la loi sur le prix réglementé du livre, initiée en 2004, n'est pas encore sous toit, mais le Conseil national, qui reprend le débat ce mercredi, hésite encore: faut-il intégrer à ce projet le commerce électronique? Dominique de Buman (PDC/FR), qui pilote le dossier résume la situation: «Trois possibilités: soit nous élargissons la loi à l'ensemble du commerce électronique, en Suisse et à l'étranger, soit seulement au commerce électronique à l'étranger, soit nous ignorons cette nouvelle forme de commerce.» Une valse-hésitation, qui inquiète Pascal Vandenberghe, directeur de Payot Suisse: «La France et l'Allemagne sont, grâce à leur loi, à l'abri d'un site qui, par exemple, s'installerait en Belgique pour faire du dumping. Sans appareil législatif, il y a longtemps qu'«Amazon.de» serait en France pour faire du dumping sur l'Allemagne, et Amazon.fr en Allemagne pour l'opération inverse.» Des dispositions visant une nouvelle réglementation devraient être prises ce mercredi par la Chambre basse du parlement suisse (via LeMatin).

La lecture et les nouvelles écritures

Livres Une interview de Frédéric Kaplan, ingénieur et auteur de La Métamorphose des Objets (FYP Editions, collection Présence Essai) sur l'iPad et les nouvelles façons de lire, du côté de l'émission Médialogues (Radio Suisse Romande). Le podcast est ici. Beaucoup de pertinence et d'intelligence dans ce brouhaha ambiant, ça fait du bien.

Le big-bang suisse

NouvoNon, ce n'est pas celui prévu avec le CERN. Un petit reportage bien fait du côté de nos amis suisses de Nouvo avec notamment l'interview de Patrice Fehlmann, le directeur général de l'Office du livre à Fribourg (OLF). «Il va y avoir une espèce de big-bang. Les utilisateurs du livre électronique vont pouvoir télécharger des milliers de titres. Au-delà des romans, ils auront accès à des guides, aux livres de cuisine, et d'autres prestations littéraires.» Après des mois de négociations avec les éditeurs et les libraires, l'OLF réussit un joli coup en mettant d'accord ses partenaires autour d'un projet commun d'une plateforme de téléchargement de titres numériques." On notera aussi le Kindle DX testé auprès des étudiants de la Bibliothèque Universitaire de Lausanne".

Un nouveau "couteau suisse" pour la presse numérique

Portable_0 La presse suisse semble avancer vers un nouveau schéma de distribution numérique avec un lecteur spécifique. C'est le journal Le Matin qui le révèle aujourd'hui: 'Swisscom l'a annoncé cette semaine en partenariat avec les grands éditeurs suisses, dont Edipresse (éditeur du «Matin Dimanche»), à l'origine du projet. Contrairement aux tablettes axées sur la lecture de livres, ce futur Swiss e-Reader vise en priorité la presse quotidienne et périodique. Quand le Swiss e-Reader sera-t-il lancé? Le lancement devrait avoir lieu durant le premier semestre 2010. «Nous voulons donner un signal fort, à Amazon notamment, que tous les éditeurs suisses sont unis dans ce projet», souligne Philippe Gendret, directeur de Digital Business Development chez Edipresse, qui a initié le projet. Qui va le fabriquer? Le fournisseur de la première liseuse n'est pas encore déterminé. Par la suite, plusieurs supports pourraient proposer les contenus éditoriaux. On peut notamment imaginer une e-tablette tactile, si Apple en commercialisait une, comme la rumeur persiste à le croire. Quelle taille aura-t-il? La première liseuse aura probablement un format carré A5, ce qui correspond à deux iPhone côte à côte. L'écran sera en noir-blanc et non tactile, car l'écran en couleur est à l'heure actuelle trop lent et trop cher." Certains d'entre vous auront peut-être reconnu sur la photo le livre électronique Txtr présenté à la dernière Foire de Frankfurt. Suisses et allemands se retrouveront-ils partenaires autour de ce nouveau modèle? Même si "L'union fait la force" est la devise nationale en Belgique, elle pourrait aussi le devenir pour d'autres pays limitrophes! Un livre électronique européen pour la presse numérique? A suivre de très près cette initiative...

Les libraires seront numériques

Mob101_1189494510    Quelle lumineuse interview que celle parue ce week-end dans le journal suisse Le Temps. Le directeur général de Payot Librairie, Pascal Wandenberghe, donne son sentiment sur le développement de la lecture numérique et des nouveaux livrels avec un crédo, allons-y!
    "Il ne faut pas rater un train qui démarre! Même si l'offre n'est pas encore très développée dans le monde francophone, nous étudions ce marché de près. Nous nous préparons à commercialiser l'ebook dans nos librairies. Et sur notre site internet, nous vendrons des livres à télécharger. A l'avenir, nous pourrions même installer des bornes de téléchargement dans nos librairies. Mais nous y allons à notre rythme. Pour ce qui est du support, nous hésitons encore entre le ebook de Sony et celui de Philips, l'iLiad, qui est un peu plus cher, mais qui a une grande capacité de mémoire et une bonne ergonomie."

    A la sempiternelle question: "Certains vous diront que vous contribuez à la mort du livre, votre gagne-pain!" Pascal de rebondir avec intelligence: "L'ebook ne tuera rien du tout, pas plus que le livre de poche n'a été le fossoyeur de la création littéraire dans les années 1950. Ce ne sera ni une révolution, ni un flop. Le livre papier restera, il est lié affectivement aux œuvres littéraires. Mais il y a des nombreux écrits à caractère documentaire, pratique ou encyclopédique qui n'ont pas forcément ce rapport affectif au papier. Les canaux de commercialisation se diversifient, et c'est tant mieux: cela prouve que nous sommes dans un secteur économique qui peut aussi bouger."
    Et de pointer sur le véritable danger qui se prépare actuellement: "Le vrai risque réside à mes yeux dans la volonté de certains acteurs de vouloir créer des formats propriétaires et négocier des exclusivités avec les éditeurs, ce qui semble être l'option d'Amazon aux Etats-Unis. Dans cette situation, le choix pour le client de s'approvisionner où bon lui semble serait annihilé, ce qui à mon avis est contraire aux règles du commerce et à l'exercice de la liberté individuelle."
    Qui dira encore que les libraires subissent l'internet et le marché du numérique sans rien faire...
    Combattons les clichés, vivent les libraires numériques!