70 notes dans la catégorie "Web/Tech"

L'IDPF disparait au sein du W3C

Publishingatw3cC'est fait. Le 30 janvier dernier a été acté la fusion de l'IDPF (International Digital Publishing Forum) dans le W3C (World Wide Web Consortium). Le site de l'IDPF devient un site archives. Les informations et les publications seront désormais sur le site du W3C ici. Un peu d'émotion. J'ai retrouvé mon premier billet sur l'ePub le 22 mai 2008, revoir les 142 billets, une petite histoire de l'ePub. Longue vie au format ePub au W3C ! Revoir cette vidéo qui explicite ce rapprochement.

PS: A signaler qu'un groupe "Save the IDPF, save Epub" ne souhaite pas ce rapprochement, avec beaucoup d'inquiétudes sur le développement du format ePub avec des intérets qui ne sont pas forcément ceux du web. L'édition ne devait-elle pas conserver une structure indépendante? Voir sur TheDigitalBookWorld. L'avenir nous le dira...


Notre liberté plus par les livres que par le web

CrouzetC'était fin novembre, j'étais passé à côté, milles excuses. En observateur attentif du livre comme du web, Thierry Crouzet nous livre sur son blog "12 bonnes raisons d'aimer plus les livres que le web". Le format numérique du livre compris, à condition bien sûr que celui-ci en prenne le même chemin et ce n'est pas gagné du tout quand on voit le camembert actuel du marché du livre numérique. Je partage les convictions de Thierry.


Web : le projet de l'archivage

ServeurLa fondation Internet Archive, pionnière dans l’archivage du Web, fête en 2016 ses vingt ans, tandis qu’en France le dépôt légal du Web célèbre ses dix ans. Si l’archivage du Web est donc jeune, le World Wide Web l’est aussi: c’est en effet seulement cinq années après sa naissance que le souci d’archiver la Toile commence à prendre forme. A lire le billet très complet que lui consacre la BNF dans ses Carnets.


IDPF : le rapprochement avec le W3C est voté

IdpfLes organisations membres de l'IDPF (International Digital Publishing Forum) ont largement approuvé, par une majorité de 72 voix (88%) contre 10 (12%), le plan proposé par le Conseil d'administration de l'IDPF pour fusionner l'IDPF au sein du World Wide Web Consortium (W3C). L'annonce a été faite par un communiqué:

"Le plan se poursuivra maintenant et l'achèvement du rapprochement est prévu d'ici janvier 2017. Il sera toujours assujetti à la finalisation des ententes définitives nécessaires.

86 voix ont été exprimées (dont 4 abstentions), ce qui équivaut à 66% des 130 membres IDPF en règle. Cela représentait le pourcentage le plus élevé de membres participant à un vote ou à une élection au cours des huit dernières années, dépassant de loin la condition de quorum de 25%.

Il reste encore beaucoup à faire pour rédiger et exécuter les documents finaux nécessaires à l'exécution de la combinaison envisagée, ainsi que pour entreprendre d'autres activités de transition. IDPF s'attend à partager plus d'informations au cours du mois prochain sur le statut et les prochaines étapes concernant la combinaison.

Nous espérons que tous les membres de l'IDPF et les autres membres de l'industrie, qu'ils soient ou non initialement en faveur de la combinaison proposée, se joindront maintenant et collaboreront pour maximiser le succès d'une communauté éditoriale considérablement accrue dans le W3C afin d'avancer efficacement vers un réseau ouvert et accessible, un écosystème interopérable de l'édition numérique."

Voir le communiqué ici.


Ebooks : lire ses livres numériques au format ePub sur le web

EpubLire des livres numériques au format ePub directement sur votre navigateur web? A condition qu'ils soient dépourvus de DRM bien sûr. Des livres numériques avec des seuls tatouages s'ouvrent parfaitement. Libres ou avec tatouage donc, c'est possible très facilement avec des modules complémentaires à télécharger depuis vos navigateurs préférés. A condition que ceux-ci existent bien sûr, revue de détail :

  • sur Internet Explorer : pas de solution intéressante repérée malheureusement, télécharger le logiciel libre gratuit Calibre sur votre bureau.
  • sur Firefox : télécharger EPubReader ici.
  • sur Chrome : télécharger Readium pour Chrome ici.
  • sur Safari : à lire directement sur iBooks d'Apple si vous disposez d'un compte ; pas de solution intéressante autrement, il vous faudra télécharger le logiciel libre gratuit Calibre sur votre bureau.

Aquafadas : un nouveau lecteur web HTML5

AquafadasUne annonce intéressante aujourd'hui. On connait depuis de nombreuses années la société Aquafadas qui développe pour les éditeurs des solutions de publications multi-plateformes pour tous les supports. Une nouvelle étape est franchie aujourd'hui avec l'annonce d'un lecteur web HTML5. Depuis le plugin pour InDesign d'Aquafadas, on peut désormais exporter sa publication en WebReader HTML5, c’est-à-dire générer un dossier prêt à être déposé sur un site internet. Les éditeurs ont dorénavant la possibilité de ne pas se limiter aux tablettes et diffuser aussi leurs publications numériques sur leur site. Intérêt supplémentaire, le contenu de la publication HTML5 peut être référencé sur les moteurs de recherche. Ce lecteur web est compatible avec les derniers navigateurs, avec les navigateurs mobiles et plein d’OS (OS X, Windows 8…). Aquafadas étend les possibilités. Depuis un même système, on peut créer à la fois des app natives (iOS, Android, Amazon) et un webreader HTML5 générique. Une véritable innovation supplémentaire pour les éditeurs. A signaler que ce web reader est compatible avec les enrichissements standards tels que vidéo, audio, diaporama, mise en page défilante, animation HTML5; il peut être personnalisé grâce à un accès au fichier CSS. Un document de démo est disponible ici.


EBK : concevoir des publications numériques à la carte

EbkA découvrir EBK qui développe des solutions logicielles de publications numériques pour les éditeurs et les auteurs. Issu de l'incubateur du Labo de l'Edition en 2011, l'équipe est basé aujourd'hui à la fois à Paris et à Montpellier. Tout est à la carte, depuis des premières formules simples pour structurer des livres numériques en ePub2, jusqu'à des versions plus complexes en ePub3 adaptés pour les bandes-dessinées et les illustrés. Les applications ne sont pas oubliées. En fonction de vos besoins, je vous invite à tester les versions de démonstrations et à prendre contact avec eux. J'ai remis une vidéo présentée l'année dernière dans le cadre de Paris Incubateurs.


EBK invente le logiciel universel pour créer... par ParisRegionInnovationLab


Onprint : des contenus enrichis facilement dans les livres

OnprintLes interractions entre imprimés et contenus enrichis sont au centre des préoccupations des éditeurs de presse et d'édition. Une fonctionnalité très intéressante pour les éditeurs, celle que propose OnPrint. OnPrint est une plateforme d’édition en SaaS conçue pour connecter tous documents imprimés avec tout type de contenu digital en un clic. L'éditeur peut ainsi choisir d'associer très facilement et à moindre coût des illustrations dans ses livres, à des liens vers des sites, des vidéos, des réseaux sociaux, de la géolocalisation, des podcasts, des documents en PDF, etc. On imagine aussi les possibilités qui sont ainsi ouvertes directement aux auteurs pour exercer leur créativité au travers d'une simple petite illustration.

Sans titreEn flashant une illustration avec tout type de smartphones, le lecteur dispose ainsi rapidement de ressources enrichies. Pour l'éditeur la gestion se fait très facilement à partir d'une interface dédiée et immédiatement mise à jour. Une évolution naturelle des fameux QRCodes avec l'avantage de ne pas avoir besoin de les imprimer, de pouvoir aussi mettre dans la boucle potentiellement tous les livres déjà imprimés. Autre aspect intéressant, celui d'interagir avec les lecteurs directement au travers de sms, email, formulaires, jeux, etc. Plusieurs modèles pour les éditeurs, simple téléchargement de l'application Onprint, application en marque blanche, intégration des API dans des applications propriétaires. A découvrir la gestion sur la plateforme.


L'ebook en petite capsule du web

Monde_square_normalA lire ce bel éloge de l'ebook de la part de Thierry Crouzet. J'aime beaucoup l'expression "petite capsule de web". "Un ebook est en quelque sorte autosuffisant. Il est ce qui se rapproche le plus du livre papier. Il n’a plus besoin de son auteur, de son électricité, de son attention de mère poule. Il navigue seul dans l’hyperespace. ... L’ebook, comme le livre, est une façon pour moi de m’alléger. De dire «C’est terminé cette affaire, je passe à autre chose.» De dissocier le texte de l’écriture conduisant au texte. L’ebook, c’est un outil d’émancipation. Un sorte de balai numérique. Je fais le ménage dans l’atelier. Je range certaines choses dans les cartons, sans trop avoir envie de les rouvrir un jour (même si rien ne m’en empêchera)." Frappés du sceau du bon sens, ces réflexions.


François Bon: interview sur Médiapart

FbonA lire l'entretien avec François Bon en "ultra-moderne éditeur" sur MediaPart, qui revient sur l'aventure Publienet, lancé fin 2007, et son pendant imprimé Publiepapier. Il revendique sa défiance par rapport à l'édition traditionnelle.

"Pour moi le moment essentiel c’est l’arrivée de l’iPad, en 2010: tout d’un coup l’ordinateur n’est plus posé sur une table, il se tient à la main. Le livre numérique n’est plus une transposition du livre classique, mais une aventure d’écriture avec les moyens du web."


L'information sur internet

Couv_LabyrinthePour affuter son esprit critique dans un web de plus en plus touffu et livré aux dérives d'influences (publicitaires et autres), à signaler le livre d'Alexandre Serres "Dans le labyrinthe: évaluer l'information sur internet" publié chez CFEditions. La version epub devrait suivre durant l'été. Avec ce message de notre ami Hervé Le Crosnier:

"Après une analyse des pratiques informationnelles en ligne, Alexandre Serres présente les divers critères qui permettent de situer une information ou un document dans une carte mentale qui justifie la lecture, la citation ou l'usage d'une information pour chaque lecteur particulier. Une lecture qui devrait aider toutes celles et ceux qui ont pour mission de transmettre des compétences documentaires."


CES Las Vegas : Olivier Ezratty au rapport

Olivier-Ezratty-rapport-CESC'est le moment classique de l'après CES Las Vegas, Olivier Ezratty nous propose gratuitement son traditionnel rapport, et cela deux semaines seulement après la fin de l'événement. Un exploit éditorial à chaque fois, 244 pages cette année, et gratuitement s'il vous plait, il propose même la version haute-définition à imprimer! Compliments Olivier! (via FrenchWeb).


Google: un livre en HTML5

Google A tester absolument. Google propose un livre entièrement conçu en HTML5, la dernière révision du langage du web, HTML. C'est par ici. Bien entendu, il faudra le lire sur un navigateur de dernière génération qui optimise ce format (merci à Hubert Guillaud sur Twitter toujours bien informé, oui, je donne toujours mes sources!). J'espère qu'une version française suivra. Un livre/web, un site internet/livre, on ne sait plus très bien...


Aldus: technomadisme du livre

Wikio Aldus dans le top20 des Technologies Nomades du classement des blogs Wikio. Au côté des incontournables JournalduGeek, Gizmodo, Accessoweb, Ubergizmo, 5 blogs sur l'iPhone, 3 sur Android, 1 sur Linux, 1 sur les netbooks... Nous sommes deux avec eBouquin plus spécifiquement centrés sur les livres et la lecture numérique. Technomadisme du livre, l'idée me sied... Merci à Wikio et à Chinitech toujours aussi bien informé!

Apple: un web propre et rangé

Pavillon A lire le billet de Xavier de la Porte (qui anime l'excellente émission Place de la Toile sur France Culture) sur Internet Actu: "Avec l’achat d’un iPhone ou d’un iPad, il existe maintenant une banlieue bien propre, bien ordonnée, qui vous permet de profiter en partie des possibilités offertes par le web, sans devoir vous mélanger à la racaille. Cette banlieue, ce sont les scintillantes applications de l’Apple Store: de jolies maisons bien propres, à bonne distance du centre de la ville Web, nichées dans ce que la journaliste appelle du beau nom d’“Etats vierges des monts Apple”. Avec la migration des dissidents du Web ouvert vers les applications chères et fermées, nous assistons d’après Virginia Heffernan à une décentralisation urbaine, un équivalent en ligne de ce qui a été aux Etats-Unis un exil des populations aisées vers les banlieues résidentielles". L'article américain du New York Times cité est traduit en totalité sur Framablog.

Ecrans couleurs flexibles

Présentation à Taïwan la semaine dernière d'écrans OLED couleurs flexibles:  "L’un des produits exhibés repose sur la technologie d’affichage Oled (diode électroluminescente organique) qui a permis de produire un film souple couleur d’une dimension de 4,1 pouces. "C’est la première fois que nous présentons un écran Oled. Cette technique permet de produire des écrans plus flexibles et plus souples qu’auparavant. C’est un grand pas en avant pour concevoir la prochaine génération de dispositifs nomades", a déclaré à cette occasion John Chen, directeur du Centre de la technologie d’affichage à l’ITRI." (via Packcreator).


Et Bing, c'est parti!

Bing Bing, le nouveau moteur de Microsoft lancé aujourd'hui. Affordance nous donnait déjà son sentiment il y a quelques jours. Très belle illustration (bravo). J'aime beaucoup cette colonne de gauche dans la recherche, la "sémantique prosaïque" pour l'usager lambda comme dit Olivier. Je l'adopte pour l'été, verdict à la rentrée... Avec une pensée pour Samuel Beckett évidemment...


Les journaux électroniques, pas d'hier...

Les journaux envisageant de diffuser des versions électroniques, ce n'est pas d'hier. Regardez-donc ce que certains ont exhumés de leurs archives. 1981, dingue... Suivi de deux autres vidéos sur les anticipations de l'internet et des nouveaux usages et qui sont elles de 1969! Je n'ai pas pu m'empêcher de vous joindre aussi en petit clin d'oeil, le fabuleux Petit Train! (via Descary, merci Christine).


Interpréter les nuages

Nuages_700 YouTube et Dailymotion toujours pas rentable (voir l'article du Monde), Facebook en recherche de recapitalisation (pas gagné), SecondLife dont on n'entend plus beaucoup parler (bon ou mauvais signe), quelles perspectives de rentabilité et de business model pour les nuages? On se le demande toujours face à des coûts de structure qui ne cessent de croître (c'est vrai que le temps presse de manière plus urgente pour d'autres en ce moment).
A relire un article qui était paru à la fin de l'année denière sur la rentabilité du Cloud Computing, on gagne de l'argent dans les nuages?

"Finalement, le succès sourira le plus probablement aux compagnies qui verront le nuage (cloud computing) avec les yeux des utilisateurs." Ouais, vous voyez quoi dans les nuages, du beau temps ou de l'orage?
(@ photo LignedeFuites).