63 notes dans la catégorie "TestAldus"

Asus Eee Reader DR-900 : test complet

100_9268 Un grand plaisir de découvrir enfin en France ce lecteur Asus Eee Reader DR-900, annoncé depuis bien longtemps, vendu depuis le début de l'année en Allemagne et aux Pays-Bas; mais qui restait tout à fait confidentiel chez nous, avant que le site HighTechPlanet n'ait la bonne idée de le proposer en France au prix de 299,95€.

Déballage classique, boite très résistante, le lecteur, le cable usb, les bonnes surprises avec une couverture de qualité qui est jointe et un chargeur secteur qui permet de le brancher directement sur la prise en évitant l'ordinateur. 

Ce qui frappe d'emblée c'est ce grand écran 9,7 pouces SiPix, tactile, capacitif, qui permet un confort de lecture qu'apprécieront beaucoup d'entre vous. C'est l'atout majeur de ce type de lecteur, la possibilité d'accéder à des formats A4, lire des formats de pages plus grands, plus proches de livres imprimés grand format. Pour certains, cela change tout et je les comprends parfaitement.

J'aime beaucoup le désign, relativement fin, les formes arrondies. La finition est impeccable, des plastiques de très bonne qualité avec un revêtement soft-touch très agréable, des grandes touches souples que l'on identifient très rapidement, suffisamment résistantes à l'utilisation. Asus a vraiment soigné l'ensemble, compliments. La prise en main est excellente, pas trop lourd, on peut lire longtemps de manière très agréable.

Asus a voulu un lecteur tactile, ce choix est malheureusement daté. L'année dernière, le choix du tactile hors-Sony était conditionné avec l'utilisation de la technologie SiPix, qui n'est pas aussi satisfaisante en terme d'affichage que l'eInk. Un fond plus gris, amplifié quand l'éclairage ambiant est faible, dans le train par exemple, où l'on obtient un gris qui tend vers le vert. On retrouve ce choix sur des lecteurs comme ceux de la Fnac, France-Loisirs, Bookeen, tous sortis l'année dernière à la même époque et qui ont dû succomber à la tyrannie du tactile. L'idéal est d'avoir une lumière ambiante de bonne intensité. Depuis un an, les fabricants ont progressivement optés pour des modèles tactiles avec de l'eInk. Sur l'Asus donc, tactile capacitif avec l'utilisation du doigt ou de la pointe de l'ongle. Pas de possibilité d'utiliser un stylet ou un crayon de papier. Pour lire en tournant les pages, surligner des passages, pas de soucis. Pour la prise de notes, l'annotation de documents, le croquis, écrire/dessiner avec le doigt n'étant pas la panacée, le résultat est beaucoup moins satisfaisant que sur des modèles comme le Pocketbook 902 qui utilisent une dalle Wacom avec un stylet (voir mon test). D'autre part, je trouve la dalle de l'Asus assez brillante, ce qui n'arrange rien avec des réflections intempestives chez soi, dommage.

Les temps de latence sont corrects, j'apprécie beaucoup le "Veuillez patienter" qui s'affiche, un petit détail mais qui évite de s'exciter pour rien. En ce qui concerne les réglages, une page complète permet de sélectionner la taille des polices, l'interlignage, etc. Malheureusement, pas de possibilité de changer les polices, on regrette que des logiciels aussi performants que FBReader, par exemple, ne soient pas implémentés sur ce lecteur.

Beaucoup de formats supportés, l'intérêt est bien sûr dans le format PDF avec une gestion de qualité, des zooms nombreux.

Le navigateur web, naturellement limité par la technologie d'encre électronique, permettra quand même d'aller sur internet, de faire des recherches, lire ses mails, etc. On peut confortablement lire les dernières news. Un lecteur de flux RSS est proposé, preuve que la lecture d'informations a été prise en compte de manière basique.

Prise audio casque, un emplacement pour carte SD. La lecture par synthèse vocale, un système qui convertit en temps réel l'écrit en voix, est proposé avec l'appareil. Anglais, pas de souci. Par contre, j'ai essayé le français, sincèrement à oublier. PocketBook bien plus performant dans le domaine.

Pour la couverture, j'aurais personnellement préféré un étui de protection dans lequel glisser le lecteur. Comme d'habitude, ce type de protection se révèle embarrassante quand on lit.

Sincèrement, je suis resté un peu sur ma faim. Rétrospectivement, je crois le choix de Pocketbook, l'année dernière, plus judicieux avec tactile/wacom sur ce genre de lecteur. J'échange bien volontiers le tactile au doigt contre l'utilisation d'un stylet pour de l'écriture. Aujourd'hui, on mettrait à plat que l'on prendrait un tactile eInk. Frustration donc avec un lecteur qui a bien un an de retard en France, une situation assez incompréhensible de la part d'Asus qui a beaucoup trop tardé dans la commercialisation en Europe. Je trouve que ce lecteur est en deçà des modèles PocketBook 902/903 sortis en fin d'année dernière.

Je ne voudrais pas paraître trop négatif, je sais que beaucoup se satisfont amplement de la technologie Sipix. Je suis peut-être un peu orienté, lisant principalement depuis de nombreuses années sur des lecteurs eInk.

Ce lecteur Asus est un excellent lecteur, un très bon choix, qui apportera beaucoup de confort à des lecteurs avides de lectures en format A4 et qui apprécieront la qualité de finition. J'attends avec impatience ce qu'Asus va nous proposer pour sa prochaine génération de lecteurs. Sincèrement, un tel lecteur avec de l'eInk!

Les plus:

  • design et finition du lecteur très réussi, plastiques mats de qualité
  • revêtement soft-touch
  • grand écran de qualité, SiPix, moins bon cependant que la technologie eInk
  • housse de bonne qualité fournie dans la boite
  • temps de latences bons, connection wifi efficace
  • navigation agréable dans les fonctionnalités
  • nombreux dictionnaires disponibles, ceux qui pratiquent plusieurs langues apprécieront
  • un chargeur secteur
  • prix relativement attractif

Les moins:

  • écran SiPix, affichage plus gris que eInk
  • absence de bibliothèques connectées
  • dalle un peu brillante
  • text to speech en français médiocre
  • pas de possibilités d'écrire, de dessiner avec un stylet
  • question des évolutions logicielles très floue sur ce modèle

Les caractéristiques complètes:

  • Ecran epaper tactile capacitif SiPix 9 pouces avec 16 niveaux de gris,
  • Dimensions : 222 x 161 x 9 mm,
  • Résolution : 1024 x 768 pixels,
  • Poids : moins de 600 grammes,
  • 2 ou 4 Go de stockage en interne,
  • Port MicroSD, port Micro-USB,
  • Autonomie : +/- 10.000 pages,
  • Charge complète : 2 heures
  • Formats : PDF, TXT, HTML, ePUB, JPEG, GIF, PNG, BMP.
  • Chassis : coque plastique,
  • Connectivité : Wi-Fi (3G en option),
  • Navigateur web dédié, fonctionnant aussi en mode paysage,
  • Batterie amovible,
  • Fonctionnalités supplémentaires : lecteur de flux RSS, dictionnaire, synthèse vocale, prise de notes, lecteur MP3.

La boutique de vente en France est ici. Je remercie particulièrement HighTechPlanet de m'avoir permis un test de longue durée. Vous trouverez ici le mode d'emploi complet en français. J'ai ajouté une vidéo qu'ils ont mis en ligne au début du mois.

PS: test qui vient enrichir la liste ici.

100_9283 100_9272 100_9273

 

 

 

 

100_9274  100_9271 100_9275

 

 

 

100_9280 100_9279 100_9282

 100_9267 100_9269

 

 

 

 

100_9270 100_9277 100_9276


 

 

 

 

 


Nook All New-Touch : test complet

100_8882     3000ème billet sur Aldus aujourd'hui (la coincidence est heureuse), pour vous proposer le test du dernier Nook All-New Touch de Barnes and Noble que je me suis procuré il y a une dizaine de jours (merci à Qoqa). Il n'est pas disponible pour être envoyé hors des Etats-Unis. Il vous faudra vous le faire ramener par quelqu'un, opter pour des solutions comme myus.com; j'espère que Qoqa ou d'autres remettront le couvert pour les retardataires!

    Ce nouveau Nook est le dernier né des livres électroniques du libraire américain Barnes and Noble. Après un Nook à deux écrans -l'un eInk, l'autre LCD, un concept qui avait fait débat à son lancement fin 2009 (vous vous rappelez sans doute), un NookColor sorti à l'automne dernier et qui connait un grand succès outre-Atlantique face à l'iPad, l'enseigne bien connue des américains revient sur le terrain de l'eInk avec un petit lecteur qui bénéficie de tout ce qui se fait de mieux dans le domaine: eInk Pearl de dernière génération, tactile, dernier processeur rapide, connection wifi, bibliothèque connectée immense. Excusez du peu, un concentré de Kindle et de Sony en somme! Avec un prix qui a fondu en deux ans, nous sommes maintenant à 139$. Je ne reviendrais pas sur le débat stérile lecteurs eInk versus tablettes (certains s'échinent encore là-dessus, ça les promène), l'essentiel est de comprendre la complémentarité évidente entre les deux modes de lecture. Les libraires comme Amazon, Barnes, Kobo le savent bien sur le marché mature américain, au plus près qu'ils sont de leurs clients. Allez, c'est parti!

    Conditionnement d'abord, rien à redire, c'est absolument parfait. Pas de fioritures, on va à l'essentiel. Carton rigide, mousse à l'intérieur, le paquet peut voyager en toute sécurité. A l'intérieur juste l'essentiel, un petit cordon usb, un adaptateur pour le secteur (prise US bien sûr); il vous faudra trouver un petit équivalent français ou comme moi le recharger directement depuis l'ordinateur. Pas grave tant la charge est annoncée pratiquement pour deux mois! (comme on allume plus fréquemment que ça l'ordi, pas de souci). Un petit dépliant très simple en 8 points, pédagogique, bien vu. En revanche, on cherche désespéremment une housse à l'intérieur! Il faudra acheter quelque chose dans la boutique Barnes ou ailleurs, ah cette politique des accessoires!

    Prise en main maintenant. Léger, très léger. 212g c'est pas beaucoup, équivalent à trois grammes près au SonyPRS-650, c'est l'équivalent d'un poche Folio moyen. Format, vous verrez les photos, un peu plus large, un peu moins haut, avec le clavier supprimé comme sur le Kindle, on a un format plus carré tout à fait sympa. Moi, je préfère. Prise en main excellente avec un revêtement softtouch (vous savez cette matière sensuelle que l'on retrouve un peu partout très tendance). Les bords font la taille d'un pouce, nickel, on peut le tenir main gauche, main droite surtout que les boutons avant-arrière sont de chaque côté, malin. La souplesse/résistance est bonne. Au dos, un bosselage ergonomique très bien étudié qui s'adapte à la main. Côté matière, ce n'est pas de l'aluminium comme le Sony, ce sont des plastiques très bien finis et costauds, rien à redire. Design complètement épuré (vous vous rappelez Starck), Barnes a supprimé pratiquement tout. On arrive enfin après plusieurs années de compromis et d'hésitations, à se concentrer sur l'essentiel, l'écran et ce qu'on lit, c'est bien. Reste un bouton en bas, très discret, l'initiale  N de Nook pour afficher les menus, deux très légères barres de chaque côté à gauche et à droite pour se passer du tactile quand on veut simplement tourner les pages. Et c'est tout, tout le reste se fera grâce au tactile. Pour la connectique, l'essentiel aussi. Un bouton au dos pour allumage/arrêt, la prise usb en bas et l'emplacement pour la SD Card discrète avec un cache. J'ai cherché vainement la fameuse touche reset? Pas trouvée, confiants chez Barnes! Hormis l'aluminium que certains priviligieront, c'est un sans faute pour ce Nook.

    Trois heures pour le charger complètement, c'est parti. Allumage. Ecran 6 pouces eInk Pearl de dernière génération, c'est celui du Kindle 3 et des derniers Sony, le Kobo aussi. C'est ce qui se fait de mieux en terme d'affichage non-rétroéclairé. Fond de l'écran, qualité de contraste, rien à redire. Le Nook s'ouvre très vite en quelques secondes, ça pulse, on voit tout de suite que le processeur Freescale est au rendez-vous! Barre du haut discrète avec témoin de batterie et l'heure, ce placement tranche, d'habitude c'est souvent en bas du lecteur. Plus discret qu'en bas, bien vu. Qualité du tactile excellent, l'équivalent des derniers Sony. On n'a pas besoin d'appuyer comme un cinglé avec son pouce entier en se demandant si ça marche ou si ça ne marche pas (je ne citerais pas de noms), là on voit que ça marche, parce que ça marche dans la fraction de seconde. On tourne les pages très simplement en frottant simplement avec le bout du doigt ou aussi en appuyant simplement d'une légère pression à gauche ou à droite de la page, suivant si on veut avancer ou revenir. Un vrai plaisir, idem Sony. C'est vrai que le Kindle 3 et son clavier prend un coup de vieux tout d'un coup. Autre bonne surprise aussi, c'est le rafraichissement qui se fait toutes les six pages, vous savez ce flash noir que je ne supporte personnellement pas. Pas moyen de le désactiver sur le Kindle/Sony. Ici il est proposé par défaut à six pages, un bon compromis. Ecrans de veille au choix, soit des portraits d'écrivains, soit des paysages.

    Navigation maintenant. Très intuitive, très bien faite. En trois minutes on a saisi. Le bouton en bas pour revenir constamment au menu, avec les cinq propositions, home, library, shop, search et settings. Home on revient sur une page d'accueil avec son dernier livre et la boutique Barnes. Library, c'est sa bibliothèque, on peut afficher ses livres par collections, par fichiers. Une liste complète ingérable et des gros icônes pour les rubriques classées malheureusement; dès que l'on a une bilbliothèque très fournie comme la mienne, cela devient vite contrayant de faire défiler les pages. Une mise à jour avec des petites icones sera la bienvenue. La gestion de la bibliothèque se fait en arbre, soit sur la mémoire du Nook, soir la SD Card. A noter que la mémoire théorique est de 2Go, en fait bien moins tant elle est encombrée par le logiciel Barnes embarqué. Dans la pratique, on mettra seulement 200/300 livres. Bref, la SD card s'impose à l'achat. Avec Shop, c'est bien évidemment la connection wifi qui vous est demandé avec le paramétrage habituel à faire (sans problème) et l'accès à la boutique de livres. Je n'ai pas crée de compte chez Barnes, ne comptant pas acheter de livres mais rien à signaler. Navigation facile dans les rubriques, c'est clair, on retrouve ce que l'on veut facilement. Pour acheter donc, il vous faudra créer un compte et fournir vos coordonnées bancaires qui seront conservés. Bref, tout est fait pour vous faire revenir à la boutique et consommer. Petit détail qui a son importance, si vous ne souhaitez pas acheter, absolument désactiver le wifi qui est gourmand en énergie, les économies s'imposent! La touche Search vous permet de retrouver tout fichier à l'intérieur de votre Nook mais aussi d'accéder avec une adresse www. à un navigateur web. Le clavier tactile est excellent, très réactif lui aussi, on est très proche d'un smartphone en la matière. Si l'accès wifi est facile, en revanche j'ai essayé sans succès de télécharger des livres sur Feedbooks ou ePagine. Visiblement, Barnes a fait le nécessaire pour que vous n'achetiez pas ailleurs! Rappelons que ce Nook tourne sous Android et que l'on peut éventuellement le "rooter" (voir la procédure en fin de billet). C'est la déception, en France, à moins de bricoler, ne comptez pas trop utiliser le wifi hors de chez Barnes, ce Nook est fait pour les States. En revanche en ce qui concerne la gestion par l'ordinateur, aucun souci. Sur Adobe Digital Reader, le Nook est reconnu sans problème, la DRM suit avec vos achats sur vos librairies favorites. Vous pourrez glisser aussi tous vos livres sans DRM dans les mémoires Nook et SD Card au choix. Coté touche Settings, rien de particulier, gestion des infos batterie/mémoire, du wifi, de la temporisation, de l'heure, de l'orientation des touches sur les côtés et des accès à des fonctions "sociales" sur les comptes Facebook, Twitter et Google en lien avec son compte Barnes bien sûr. Possibilité d'annotations en laissant son doigt sur le mot et en ajoutant des notes au clavier. Bref, hormis la gestion des fichiers bien poussive et qui demanderait une mise à jour, c'est bien.

    Côté format maintenant. Le Nook accepte juste ePub et PDF. Rien de plus, on est loin de lecteurs tout-terrain complètement universels comme le PocketBook par exemple. Le Nook est fondamentalement un lecteur ePub. La navigation dans ce format est excellente. Si l'on veut accéder aux réglages, on touche très légèrement le centre de la page. 5 propositions toujours. Content qui vous permet d'accéder aux différents chapitres, Find pour trouver un mot dans le texte, Goto pour faire défiler rapidement le livre avec un curseur tactile très bien fait. Text vous permet de paramétrer la taille des polices (7 choix), le type de polices (5 par défaut, Caecilia, Malabar, Amasis, Gill Sans, Helvetica Neue et Trebuchet). Personnellement, je privilégie les trois premières avec un avantage pour Amasis qui est excellente. Les césures sont bonnes, tout dépend de la qualité des fichiers bien entendu. Trois propositions d'interlignage, de marges aussi (petite, moyenne, grande) et la possibilité à chaque instant de cocher en bas à droite pour revenir à la mise en page prévue par l'éditeur. En un demi-écran, tout est là, bien pensé, bravo. A noter qu'à l'ouverture du fichier, un titre courant apparait en haut à gauche que l'on peut enlever si on le souhaite, en entrant simplement dans les réglages il disparait automatiquement. La dernière touche More donne les informations sur le fichier. On peut ajouter à tout moment un petit marque-page au doigt pour marquer sa page en haut à droite, on reprendra la lecture facilement.

    Lire en ePub est un vrai plaisir, c'est le bon format! Coté PDF, c'est un peu la cata, il faut bien le dire. Tout dépend de votre fichier de base, mais ne comptez pas zoomer, régler quoi que ce soit. Seulement un simple accès à 5 tailles de polices et un reformatage automatique au demeurant de qualité. Cela rend service de temps en temps. On est quand même loin des soins apportés par Sony, Pocketbook sur ce type de format. Si vous voulez absolument lire des PDF, le Nook n'est clairement pas le lecteur adapté. Il vous faudra là-encore le rooter et accéder à des applications Android très riches en la matière. Personnellement, j'ai laché depuis très longtemps la lecture de PDF sur mes lecteurs eInk. Je pense que si l'on veut absolument lire des PDF, il faut s'orienter vers un écran 10 pouces pour apprécier vraiment les mises en pages. Mais c'est un débat ouvert!

    Après presque deux semaines de lecture, je dois dire que ce Nook est très, mais alors, très convaincant. Il inaugure vraiment cette race de petit lecteur simple, épuré, polyvalent, connecté, à bas prix que j'imaginais il y a cinq ans. I have a dream. On y est maintenant. Même si les réserves que j'ai faites sont bien réelles et que les possibilités sur ce Nook ne sont pas aussi complètes que sur le Sony (je pense à l'utilisation du stylet et la gestion PDF), le PocketBook qui est un must en matière de polyvalence (FBreader, texttospeech, écriture stylet, accès wifi polyvalent, bluetooth), le Kindle (3G, Textospeech), c'est "le" lecteur d'entrée de gamme par excellence. Barnes a fait une synthèse très intéressante entre son ancien Nook, le Kindle et le Sonyreader. J'avais longuement testé le Kindle 3 en fin d'année dernière, je dois dire que ce Nook est bien meilleur aujourd'hui. Ce Nook devient enfin le grand rival du Kindle c'est clair, je comprends que beaucoup de sites américains relaient ce sentiment. Ce Nook est un petit lecteur ePub qui devrait être vendu par tous les libraires du monde! Qu'on se le dise!

Good job, messieurs les libraires B&N!

Les plus:

  • design épuré et finition du lecteur très réussi, plastiques mats et résistants de qualité, softtouch sensuel
  • écran eInk Pearl, excellente qualité de contraste
  • navigation tactile et rapidité excellente grâce au processeur Freescale
  • connection wifi efficace
  • accès à la librairie Barnes and Noble très complète (livres anglo-saxons uniquement)
  • environnement Android
  • emplacement SD card
  • gestion du format ePub excellent, choix typos bien pensés
  • son prix

Les moins:

  • pas de housse fournie
  • matières plastiques et non aluminium
  • espace mémoire réduit par les logiciels Barnes
  • restriction de l'environnement Android/wifi
  • pauvreté de la gestion du PDF, pas de texttospeech
  • pas de 3G, de bluetooth
  • possibilité d'annotations mais réduites car pas de stylet
  • lecteur vendu aux States sans garantie hors du territoire américain

PS: petit détail en plus, je me suis mis à la recherche rapidement d'une housse en France. Je vous conseille la petite housse du FnacBook, elle s'adapte au poil, merci la Fnac! En espérant que l'enseigne revienne très vite avec un lecteur comme le Nook à mettre dedans!

Pour le rootage, je vous conseille les bidouilles de l'ami Coolmicro qui a mis en ligne la procédure à suivre. Attention, à vos risques et périls bien sûr, déjà que la garantie ne s'applique pas hors du territoire américain, je ne vous dis pas pour le reste! Il a mis aussi sa propre appréciation, on se rejoint sur beaucoup de choses. Voir également l'espace de discussion sur l'indispensable Mobileread.

TheEbookReader a également mis en ligne un tutoriel très détaillé pour un root.

Je vous ai mis une série de photos qui ne sont pas forcément formidables mais bon; deux photos au soleil chez moi, en cette époque de l'année lire dehors, c'est bien!. Pour les vidéos il y en a déjà une flopée sur le web d'excellente qualité, de gens bien mieux équipés que moi, vous trouverez en repérant le tag Nook!

Bien entendu, ce Nook, même s'il n'est pas disponible en France, entre dans ma liste complète de tests que vous retrouverez ici. Elle va sans aucun doute bien évoluer dans les mois à venir!

Bon week-end à tous!

PS: j'ajoute ce soir une vidéo en italien que je trouve très bien faite (01-07-11)

 

 

100_8832 100_8833 100_8834

 

 

 

 

 

 

100_8835 100_8836 100_8837

 

 

 

 

 

 

100_8838 100_8839

 

 

 

 

 

 

 

 

100_8863 100_8864 100_8865

 

 

 

 

100_8866 100_8867 100_8870

 

 

 

100_8868 100_8869

 

 

 

 

100_8871 100_8872


 

 

 

100_8854 100_8855 100_8856

 

 

 

100_8857 100_8858 100_8860

 

 

 

100_8861 100_8875 100_8876

 

 

 

100_8877 100_8878 100_8879

 

 

 

100_8880 100_8881 100_8885

 

 

 

100_8886 100_8887 100_8883

 

 

 

100_8884 

 


Icarus Sense: test complet

100_8639Après le modèle Icarus GO la semaine dernière, voici aujourd'hui le deuxième modèle Icarus Sense toujours uniquement distribué par la société EbooksFrance et le site HighTechPlanet. Ce livre électronique se distingue résolument du précédent en faisant le choix de la technologie d'écran Sipix et du tactile. Vous verrez la différence de rendu très net entre les deux modèles dans les photos ci-dessous. Le tactile est à ce prix-là. Même choix que d'autres lecteurs comme le FnacBook et l'Oyo. Il surfe sur ce marché avec un prix actuellement de 217€, plus chers que ses concurrents directs. Côté finition, meilleur que le modèle GO avec des plastiques de meilleurs qualité, un peu plus rigides, un poids de 240g. On est proche des lecteurs SagemBinder, encore loin de la finition des lecteurs qui sortent de chez Foxconn comme les Kindle/PocketBook. Un écran Sipix 6 pouces gris, vous savez ce que j'en pense, si vous me lisez régulièrement. Gris sur gris, le monde est gris.

Coté design, j'ai bien aimé les rondeurs en bas, prise en main très agréable, les boutons assez discrets dans la partie inférieure, pas d'onglets sur le côté que je trouve trop proéminents. Du tactile, c'est quand même fait pour éviter des boutons, non? Bonne surprise au déballage, c'est la prise secteur et surtout la pochette qui sont fournies. Réserves sur cette pochette simili-cuir qui est de qualité assez moyenne dans la finition et le collage. Plus embétant, le dos de la pochette est trop petit, une fois le lecteur posé à plat, ça baille, c'est ballot. A revoir pour la suite. En tous cas, l'effort est louable, le lecteur bien protégé. Pour ma part, je préfère une pochette simple dans laquelle on glisse le lecteur, plutôt que ce type d'"emballage" que l'on ne peut pas enlever. On perd toute la légèreté et la finesse du lecteur qui est d'une prise en main très agréable sans.

Allumage par forcément évident, on sait pas toujours si on a bien allumé, il faut rester appuyé longtemps sur le bouton en haut à gauche pour le mettre en route, un peu long.  On ouvre directement sur une page avec des choix de menus. Passage des pages avec le doigt qui ne répond pas toujours forcément tout le temps, dans la durée on finit par se lasser pour lui préférer le bouton en bas à droite qui lui marche au doigt et à l'oeil, c'est idiot mais c'est comme ça, un peu embétant pour un tactile.

Côté réactivité, il fonctionne relativement rapidement, idem que FnacBook. Navigation extrèmement simple par menus successifs. Bonne surprise, on peut supprimer facilement les barres de navigation en haut et en bas de l'écran pour ne garder que le texte. Au niveau des formats, ePub, PDF et beaucoup d'autres. Pour la gestion des PDF, fonctions zoom uniquement, basique là-aussi. On regrettera l'absence de possibilté de polices supplémentaires. Autre chose, les choix de tailles de polices sont relativement limités, notamment dans les petites tailles qui privilégient un maximum de caractères par page. Ce qui est mon cas pour éviter les blancs et l'absence de césures. On est très loin de possibilités étendus comme avec FBreader sur le PocketBook! Accès wifi très simple, ça marche bien. Possibilité d'accéder à des flux, à des blogs pré-rentrés. Des mises à jours constantes sont prévues d'après le distributeur. Bref, bilan globalement positif pour ce lecteur si ce n'est son prix. A prix égal, il y a bien meilleur avec PocketBook 603 et Sony PRS-650. Son vrai prix se situerait à mon sens vers 170€.

Les plus:

  • écran 6 pouces avec tactile et accès wifi
  • design, prise en main agréable
  • pochette et prise secteur fournies
  • 2 GB de mémoire interne

Les moins:

  • technologie Sipix, écran gris
  • qualité de la pochette à améliorer
  • prix un peu élevé

PS: test qui vient enrichir la liste complète ici.

100_8635 100_8636 100_8637

 

 

 

 

 

 

100_8638 100_8640

100_8642

 

 

 

 

 

 

100_8643 100_8644 100_8646

 

 

 

 

100_8648 100_8650 100_8651

 

 

 

 

100_8652 100_8655 100_8656

 

 

 

 

100_8657  100_8659

 

 

 

  100_8661 100_8662

 

 

 

 

PS: Je joins également la démo présente sur le site et bien complète.


Icarus GO: test complet

100_8627J'ai pu découvrir en détail la semaine dernière deux livres électroniques assez confidentiels en France, uniquement distribués par la société EbooksFrance et le site HighTechPlanet. Merci à Sébastien. Ils sont importés par la marque Icarus aux Pays-Bas qui assure une distribution en Europe. Premier d'entre eux, le modèle ICARUS VO vendu actuellement 142,45€, c'est le lecteur au prix le plus bas sur le marché. Un lecteur très simple. Il n'est pas sans rappeler le lecteur Cybook Gen3 chez Bookeen, qui a quand même plus de deux ans maintenant! On retrouve le même type de qualité des plastiques, de premier choix. On ne peut éviter le terme "cheap". C'est léger, 178g, au propre comme au figuré. Un petit lecteur bon marché qu'il faudra éviter de trop bousculer. Comptez pas le glisser dans une poche et l'oublier, bonjour les dégats. Pas de pochette à l'intérieur de la boite, il vous faudra trouver autre chose, juste un petit cordon USB en plus. Finitions des boutons également, c'est très rudimentaire, on est loin de la finition de chez Foxconn, c'est clair. Un écran eInk 6 pouces de bonne qualité (ouf!) avec un très bon contraste, c'est l'essentiel, vous me direz pour un premier prix.

Allumage par forcément évident, il faut rester appuyé longtemps sur le bouton en haut à gauche pour le mettre en route, un peu long. On ouvre directement sur une page avec des choix de menus. Des coquilles en pagaille sur cette page "L'histoire de lecture", "Explorer de Fichier", "Parametètres du système",  "Manual d'Utilisation" franchement c'est pas très heureux à la mise en route! Le bouton de navigation central relativement rigide, on retrouve des défauts caractéristiques des premiers lecteurs sur le marché il y a quelques années. Mais aujourd'hui...

Côté réactivité, rien à redire, il fonctionne relativement rapidement. Navigation extrèmement simple par menus successifs. On cherchera vainement des options sympa comme la suppression du flash, l'arrêt sur la dernière page, l'affichage des icones, etc. Au niveau des formats, ePub, PDF et beaucoup d'autres. Pour la gestion des PDF, fonctions zoom uniquement, basique là-aussi. Le soft a pas dû nécessiter un développement intensif!

Bref, pas grand chose à en dire de plus. On aura rogné sur tout. Un lecteur de premier prix, certes, mais est-ce que ce premier prix mérite les 150€, face à la concurrence avec quelques dizaines d'euros supplémentaires? Sincèrement, je ne le pense pas. Moins de 100€, peut-être pour en décider certains à sauter le pas, mais plus...

Les plus:

  • prix, mais est-ce suffisant pour convaincre?
  • écran 6 pouces pour moins qu'un 5 pouces
  • écran de très bonne qualité, eInk Vizplex
  • 2GB de mémoire interne

Les moins:

  • qualité des plastiques, finition assez rudimentaire, boutons rigides
  • efforts sur le soft et la traduction
  • mises à jour vont-elles venir?
  • absence de pochette
  • tout le reste pour quelques dizaines d'euros supplémentaires

PS: j'ai ajouté à ma liste comparative. 10ème test sur les 24 disponibles, 40% des modèles, pas mal, non?

100_8623 100_8624 100_8625

 

 

 

 

 

 

100_8626 100_8628 100_8629

 

 

 

 

 

 

100_8630 100_8631 100_8633

 

 

 

 

100_8632 100_8634

 


PocketBook 603 : test complet

100_8664 Après avoir testé le modèle 602 fin novembre, j'ai pu découvrir la version 603 de ce même livre électronique qui est disponible depuis le début du mois. Toutes les caractéristiques du 602 sont reprises, les seules options en plus concernent l'ajout d'un stylet avec un écran tactile Wacom et l'apport de la 3G. Il n'est bien entendu pas question de refaire la description de toutes les fonctionnalités, je vous invite à les découvrir dans mon test précedent (j'avais même fait du PocketBook 302 mon meilleur choix actuel, c'est dire), je me contenterais ici de vous parler des deux options. Ecartons rapidement la 3G, je n'ai pas eu l'occasion de la tester. L'emplacement de la carte est sous la capot. L'avenir nous dira (peut-être rapidement) si son intérêt est réel mais c'est évident que si des offres intéressantes se présentent, vous ne serez pas pris au dépourvu comme on dit. La 3G dans les mois ou les années à venir, cela va faire partie du standard, non? Alors, est-ce que l'apport d'un stylet est vraiment un plus? Si je ne suis pas un inconditionnel du tactile, du moins pas s'il nuit à la qualité de l'écran -ce qui est le cas bien souvent vous le savez-, est-ce que ce tactile est de nature à justifier les cinquante euros supplémentaires?

Première chose d'abord, l'écran tactile ne subit absolument aucune dégradation de l'écran du 602, le confort de lecture de l'écran eInk reste intact! D'autre part, et j'ai été étonné beaucoup plus que je ne l'aurais cru (trouvant le 602 déjà très intuitif), l'apport de ce stylet améliore grandement la navigation dans le lecteur. Vous n'aurez plus à appuyer à répétition sur le bouton rond du bas, surtout dans les fonctions de recherche dans votre bibliothèque qui risque de s'étoffer. Un effleurement de l'écran suffira. Je dis bien effleurement, pas besoin de taper comme un dingue, même si vous approcher la pointe du stylet à quelques millimètres de l'écran sans le toucher forcément, ça marche. Bonne réactivité, supérieure au modèles Sipix où l'on a tendance à vouloir réappuyer, là on sent que ça fonctionne, on se fait très rapidement au léger temps de latence. Il n'est jamais pris en défaut, où il faut recommencer. Ce petit stylet se glisse dans la partie supérieure droite du lecteur dans un petit emplacement discret. Il est très facile à sortir. Aussi facile à retrouver sa place en fin d'utilisation. Cela devient rapidement un réflexe à l'allumage. Navigation améliorée donc, vous ne pourrez plus vous en passer.

Une application de prise de notes très intéressante, c'est scribble. Elle vous permettra de prendre des notes de manière très proche à celle que vous pourriez prendre sur un papier traditionnel. Vous pourrez poser le côté de la main sur l'écran en écrivant, sans craintes de traces intempestives; c'est la pointe du stylet, comme la bille de l'encre d'un stylo classique, qui agit. En quelques pages d'écriture attentionnées, vous allez vous faire très vite à écrire avec le stylet. Même si un temps de latence existe, il est quand même très réduit (300 milli-secondes, je crois), c'est absolument bluffant. Je vous le dis, au bout de quelques pages, on intégrera parfaitement cette donne pour écrire. Je l'ai utilisé en réunion de travail, ce n'est pas du tout un gadget, c'est vraiment un bloc-note agréable qui rempli parfaitement sa tache. La prise en main bonne car le lecteur tient bien dans la main gauche. Vous appelez rapidement de nouvelles pages qui s'ajouteront au fur et à mesure. Impeccable.

Grosse déception en revanche du côté de l'annotation de textes, ce n'est pas possible pour l'instant sur les documents ePub comme PDF. PocketBook va proposer cette amélioration dans les PDF dans une prochaine mise à jour à venir courant mars. Bref, on l'attend avec impatience. Pour les ePub, reste à savoir si nous l'aurons aussi.

Bref, vos cinquante euros supplémentaires bien placés, vous ne les regretterez absolument pas! PocketBook m'a confié qu'ils faisaient un très gros effort sur le prix, l'ajout de cet écran et du stylet représentant bien plus sur leur prix de revient global! Autre chose aussi, j'ai beaucoup aimé la version grise de ce lecteur. J'ai pu tester les trois couleurs au total (noir, blanc et gris) et bien je préfère cette couleur grise plus neutre. Bref, ce PocketBook 603, le bon choix du moment pour les amateurs exigeants et ils auront bien raison. Le PocketBook 602 était déjà pour moi au-dessus du lot, avec cette option 603 il distance encore plus la concurrence!

Les plus:

  • design et finition du lecteur très réussi, plastiques mats de qualité
  • écran de très bonne qualité, eInk Vizplex, mais très proche de l'eInk Pearl
  • housse de bonne qualité fournie dans la boite
  • temps de latences bons, connection efficace wifi et bluetooth pour s'échanger des fichiers
  • navigation agréable dans les bibliothèques et classement à la carte selon chacun
  • environnement Linux avec les widgets, les jeux, etc.
  • paramétrages des touches à la carte
  • text to speech, déjà très bon en français dans sa première version
  • choix étendus de polices et des tailles de caractère nombreux
  • logiciel FBreader qui complète efficacement Adobe Digital reader, le must côté "sans DRM"
  • nombreux dictionnaires disponibles, ceux qui pratiquent plusieurs langues apprécieront
  • modèle très ouvert dans l'étendue des formats et l'environnement Linux, évolutivité certaine
  • garantie de deux ans ; le tactile et le stylet sont inclus à un prix très compétitif
  • tactile sans dégradation de l'écran, excellente navigation avec le stylet, bonne réactivité
  • prise de notes possible avec l'application scribble, un vrai bloc-note efficace
  • version en gris que je préfère personnellement au noir et au blanc
  • option 3G pour le futur

Les moins:

  • pas de chargeur secteur
  • absence pour l'instant de bibliothèques connectées, espérons que cela vienne vite comme en Allemagne avec Libreka
  • pas de possibilité d'annoter des textes (à venir dans les mises à jour début mars selon PocketBook)

La boutique de vente en France est ici. Disponible également chez Surcouf et Pixmania même si la rupture menace jusqu'à mi-février, date à laquelle des quantités plus importantes sont attendues en France. Succès européen oblige!

PS: test qui vient enrichir la liste complète ici.

100_8665 100_8666 100_8668

 

 

 

 

100_8669 100_8672


Sony PRS-650: test complet

2010_1216ebook0009 Vous l'attendiez depuis longtemps sur Aldus, voici mon test sur le nouveau modèle de Sony, la version 6 pouces PRS-650. Boite simple, pas de fioritures. A l'intérieur, le livre électronique, cordon usb, petite brochure très simple, carte 2Go fournie avec 100 livres gratuits, bonne idée. Pas de chargeur indépendant, pas de housse, vraiment dommage, il vous faudra investir quelques dizaines d'euros supplémentaires. Ce qui frappe d'emblée, c'est son poids, 225g, c'est le lecteur 6 pouces le plus léger sur le marché, 10% de moins que les principaux concurrents, ça se sent.

Design très réussi, lecteur fin, boutons relativement discrets en bas, bords arrondis, alu brossé, "soft touch" au dos, beaucoup de soins dans les détails, la prise en main est extrèmement agréable. Coté connectique, sur le dessus bouton marche-arrêt, deux entrées de cartes format SD et Memory Stick, en dessous reset, prise usb, entrée casque et volume. Côté boutons, discrets comme il faut: défilement avant-arrière, menu, grossissement et options. Résistance pas trop dure, parfait.

Allumage, ouah, écran eInk Pearl de dernière génération, le contraste est magnifique, la technologie eInk ne cesse de progresser, quand je me rappelle mon vieil Iliad! La grande attraction de ce lecteur, c'est évidemment un tactile développé par Sony lui-même pour la technologie eInk, on n'est jamais aussi bien servi que par soi-même. Il est en tout point exemplaire. Sélection des touches au doigt et à l'oeil avec des passages en noir indicatifs très astucieux qui empêchent de penser qu'il faut recommencer comme sur certains lecteurs concurrents. A l'effleurement léger comme plus appuyé (selon vos goûts) de l'écran, vous ferez défiler les pages rapidement avant, arrière, les temps de latences sont remarquables, renforcés par la présence d'un processeur Freescale au-dessus du lot sur le marché. Mieux, si vous laisser votre doigt posé sur la surface de l'écran, les pages continueront à défiler très vite, épatant. Côté navigation malheureusement, Sony n'a pas fait trop d'effort. Classement par auteurs, titres, derniers chargés et livre en cours. Le problème c'est que vos livres seront pas forcément irréprochables au niveau des métadonnées et que vous aurez un joli mélange de prénoms, de noms, de titres avec les articles, sans. Bref, un beau fatras quand votre bibliothèque dépasse plusieurs centaines de titres comme la mienne. C'est dommage que Sony ait pas complété son équipe de techos par deux ou trois bibliothécaires bien rodés en terme de bibliothéconomie! Et ne pas trop compter sur des mises à jours logiciel, qui ne sont jamais venues pour les précédents modèles! Certainement conseiller une nouvelle fois de se tourner vers le petit logiciel Calibre qui rend bien des services.

Côté logiciel de lecture, c'est celui d'Adobe. Il vous faudra "certifier" le lecteur avec l'Adobe ID, pas forcément évident pour les profanes, la notice manque d'ailleurs de clarté à ce niveau. Les filles vont piquer des crises! Enfin, une fois que c'est fait, c'est comme les vaccins, on n'en parle plus. Je passe sur les DRM, vous savez ce que j'en pense. Gestion de l'ePub avec plusieurs formats de grossisements. La proximité toujours avec Adobe, c'est du côté de la gestion des PDF, excellente dans le reformatage en grossisant. Effet de zoom malin avec une barre de contrôle. Si vous optez pour un mode page, vous pourrez au choix couper les marges automatiquement, vous verrez les différents affichages sur mes photos en journées et en soirées (vous excuserez certaines sont pas très bonnes, mais bon). Présence d'un stylet très discret sur le côté droit du lecteur qui complètera idéalement pour annoter les documents, les gommer, etc. Tout cela avec beaucoup de fluidité et de rapidité toujours, bravo. D'autres petits détails bien sympa, le fait de griser des marges, vous verrez le même texte avec en regard mon ancien modèle PRS-505. Au niveau de l'autonomie, pas de doute, le tactile pompe très nettement les réserves du lecteur, de moitié je dirais, compter une dizaine de jours en utilisation soutenue; la rançon du tactile, vous me direz, mais il le vaut bien!

Côté point noir, c'est bien évidemment l'absence de connectivité wifi et 3G assez incompréhensible pour un lecteur sorti cette année qui plus est par un acteur comme Sony, vous resterez à votre fil scotché à votre ordinateur. Pas très embêtant dans les mois à venir mais vous aurez l'air malin dans un an ou deux! C'est vraiment dommage pour un lecteur aussi abouti technologiquement et esthétiquement. Remarquez il fallait bien en laisser un peu pour les autres!

Au final, je reste assez conquis, il faut bien le dire, c'est un beau petit bijou, concentré de ce qui se fait de mieux sur le marché; Sony toujours à la pointe de l'innovation. Librié, Sony PRS-500 et 505, celui-ci aujourd'hui (on passera sur les autres intermédiaires pour moi ratés). Les fidèles de la technologie de l'encre électronique apprécieront, ceux qui la découvriront pour la première fois aussi, je pense! [Un grand merci à Sébastien qui m'a prêté le lecteur pendant plusieurs jours].

Les plus:

  • magnifique design et finition alu brossé, à la hauteur comme d'habitude chez Sony
  • écran de très grande qualité, tant au niveau de la blancheur, que du contraste (eInk Pearl)
  • tactile développé spécifiquement par Sony, le meilleur en eInk, sans équivalent sur le marché
  • temps de latences exceptionnels pour la technologie eInk, merci au processeur Freescale
  • stylet avec possibilité d'annotations
  • excellentes performances audio, Sony oblige
  • nombreux dictionnaires disponibles
  • excellente gestion des formats PDF dans les limtes d'un 6 pouces bien sûr; A4  pas lisibles en l'état mais reformatable dans d'excellentes conditions, partenariat avec Adobe

Les moins:

  • pas de connectivité ni wifi, ni 3G, une véritable aberration de la part de Sony, sans doute dictée par d'obscures raisons marketing, dommage
  • pas de housse fournie, modèle en option assez cher
  • pas de chargeur fourni, accessoires comme d'habitude assez couteux
  • navigation dans les bibliothèques pas idéale
  • mises à jour logiciel que vous ne verrez jamais
  • autonomie réduite de moitié du fait du tactile
  • pas de possibilité de supprimer le flash noir entre les changements de pages
  • prix un peu élevé

Sony annonce des ventes excellentes notamment au Japon, plus importantes que prévues sur ce modèle, rien de très surprenant! (via eReaderInfo) Il serait même bientôt en rupture de stock dans les librairies japonaises. A méditer par chez nous!

PS: je joint à la suite quelques vidéos qui me semblent pertinentes.

Ce test vient complèter la liste complète ici.

2010_1216ebook0001 2010_1216ebook0002 2010_1216ebook0003 2010_1216ebook0004

 

 

 

 

 

 

2010_1216ebook0005 2010_1216ebook0007
2010_1216ebook0008 2010_1216ebook0013

 

 

 

 

 

 

2010_1216ebook0014 2010_1216ebook0015 2010_1216ebook0016

 

 

 

 

 

 

2010_1216ebook0011 2010_1216ebook0012 2010_1216ebook0042 2010_1216ebook0043

 

 

 

 

2010_1216ebook0044 2010_1216ebook0045 2010_1216ebook0046 2010_1216ebook0047

 

 

 

 

 

 

2010_1216ebook0048 2010_1216ebook0049 2010_1216ebook0050 2010_1216ebook0051

 

 

 

 

 

 

2010_1216ebook0052 2010_1216ebook0053 2010_1216ebook0054 2010_1216ebook0055

 


PocketBook 902 : test complet

2010_1124ebook0053 Premier livre électronique au format 9,7 pouces à arriver en France, c'est le PocketBook 902 disponible depuis quelques semaines seulement sur la boutique PocketBook. J'ai eu la chance de pouvoir le découvrir en avant-première. Il existe en deux versions noire et blanche. La qualité de fabrication est exactement la même que le petit frère 602 déja testé ici il y a quelques semaines. En blanc, qualité des matières équivalentes, le noir ou le blanc se vallent tout à fait. Le conditionnement soigné, une pochette très résistante fournie avec le lecteur et agréable qui le protégera bien au quotidien, pas de souci.

Ce PocketBook 902 est très proche de son petit frère 602 dans toutes les fonctionnalités, la navigation, je vous invite à vous reportez à mon billet précédent. Ce qui évidemment est complètement différent, c'est bien entendu le format! Ouah... Vous passez véritablement d'un livre de poche à un livre grand format. Un écran de près de 10 pouces, ce n'est pas rien! Sur la balance 547g, c'est moins qu'un iPad avec ses 680g mais c'est sûr que ce n'est pas un format que l'on trimballe partout. On préfèrera pour une lecture moins nomade, chez soi; ce que privilégierons beaucoup de lecteurs seniors qui apprécieront ce grand format vraiment très agréable pour lire à la maison ou au travail, confortablement installé. Je l'ai beaucoup montré autour de moi, les gens sont très sensibles à cet aspect, c'est indéniable. Rien à dire sur la fluidité des pages, c'est bon, équivalent au petit frère. Aucune différence dans la navigation dans les fichiers, quelques petits bémols dans les icônes qui vont être aussi corrigés dans les mises à jours à venir selon PocketBook.

Enormément de formats acceptés, tout l'intérêt de ce modèle réside bien entendu dans la lecture de fichiers au format A4 en PDF. Le taux de réduction devient correct au format 10 pouces pour une lecture très agréable; j'ai chargé plusieurs dossiers pour le valider, vous verrez celui sur Rimbaud. Mes photos sont pas formidables mais il faisait mauvais temps, sans trop de lumière malheureusement.  Vous verrez une légère rémanence sur l'une des photos, les deux lecteurs en vis-à-vis; pas de souci en mode lecture, le rafraichissement se fait très bien, même si l'on supprime le flash toutes les dix pages ce qui est mon cas. Côté options, on retrouvera tous les bonnes surprises, text-to-speech en tête, mais aussi la connection wifi et bluetooth très pratique, j'en avais pas trop parlé précédemment. Vous pourrez échanger des fichiers très rapidement, ça marche très bien.  Côté bandes-dessinées et mangas, je me suis risqué à charger une version d'Astérix pour me rendre compte du format, les textes sont petits mais sur deux pages à l'italienne à chaque fois, c'est bon. Au bout du compte, ma réserve vient de l'absence d'annotations. Personnellement, je ne conçois pas ce type de modèle A4 sans des posssibilités d'annotations avec du tactile et un stylet, je dois dire que c'est très frustrant. Si sur un petit format, c'est accessoire, en revanche sur un grand modèle comme celui-là, on reste sur sa faim; il faudra peut-être carrément s'orienter vers le jumeau 903 avec du tactile Wacom qui devrait venir pour la fin d'année. Pour 80€ de plus, c'est certainement un investissement supplémentaire que l'on ne regrettera pas. Bref, un très beau livre électronique qui complète heureusement la gamme Pocketbook et enchantera beaucoup de lecteurs sensibles au format  plus qu'au tactile, et je pense qu'ils sont plus nombreux qu'on ne le croit!

Les plus:

  • design et finition très réussis, plastiques mats de qualité
  • écran de très bonne qualité, eInk Vizplex, mais très proche de l'eInk Pearl
  • housse de bonne qualité fournie dans la boite
  • temps de latences bons, connection efficace wifi et bluetooth pour s'échanger des fichiers
  • navigation agréable dans les bibliothèques et classement à la carte selon chacun
  • environnement Linux avec les widgets, les jeux, etc.
  • paramétrages des touches à la carte
  • text to speech, déjà très bon en français dans sa première version
  • choix étendus de polices et des tailles de caractère nombreux
  • logiciel FBreader qui complète efficacement Adobe Digital reader, le must côté "sans DRM"
  • nombreux dictionnaires disponibles, ceux qui pratiquent plusieurs langues apprécieront
  • modèle très ouvert dans l'étendue des formats et l'environnement Linux, évolutivité certaine
  • accès à des documents A4 au format PDF dans d'excellentes conditions
  • prix très compétitif notamment par rapport au Kindle DX, avec une garantie de deux ans

Les moins:

  • pas de chargeur secteur
  • pas de tactile, c'est un choix assumé pour privilégier la qualité d'affichage
  • on regrettera l'absence de prise de notes et de stylet sur un lecteur de ce format, c'est très frustrant, il faudra attendre le modèle 903, à venir bientôt.
  • absence pour l'instant de bibliothèques connectées, espérons que cela vienne vite comme en Allemagne avec Libreka

La boutique de vente en France est ici. Je complèterais au fur et à mesure vers d'autres distributeurs. La demande est déjà très forte pour ce type de lecteur ailleurs en Europe sur des marchés plus matures. PocketBoook va devoir gêrer la pénurie ici en France!

PS: à signaler un autre retour complet sur le forum Mobileread.

2010_1124ebook0042 2010_1124ebook0044 2010_1124ebook0045

 

 

 

 

2010_1124ebook0047 2010_1124ebook0048 2010_1124ebook0050

 

 

 

 

2010_1124ebook0041 2010_1124ebook0056 2010_1124ebook0057

 

 

 

 

2010_1124ebook0063 2010_1124ebook0064 2010_1124ebook0065

 

 

 

 

 

 

2010_1124ebook0060



PocketBook 602 : test complet

2010_1124ebook0006 On l'attendait depuis plusieurs mois, il est disponible depuis quelques jours seulement, j'ai eu la chance de découvrir la semaine dernière le PocketBook 602 premier modèle de la nouvelle gamme de PocketBook qui arrive en France avec un site dédié. Déjà bien présent en Allemagne et dans les pays d'Europe de l'Est (rappelons que PocketBook est une société basée en Ukraine), PocketBook est l'un des cinq acteurs majeurs depuis plusieurs années sur le marché. Ce nouveau livre électronique est le deuxième de la gamme après le modèle 360 (5 pouces) dont je vous avais déjà parlé à la rentrée. Le PocketBook 602 est fourni dans une boite simple mais de qualité. Disponible en deux coloris, gris et blanc, les deux sont aussi bien finis. Une pochette de très bonne facture est fournie à l'intérieur. Elle est renforcée du côté de l'écran. Pas de souci particulier dans les transports donc. Il voyagera dans les sacs sans trop de peur particulière. Pour beaucoup d'autres lecteurs, il faut prévoir l'achat d'une housse complémentaire, Pocketbook a fait l'effort de ce côté-là, bravo. Dans la boite, un petit mode d'emploi minimaliste, de toute façon je les regarde jamais, j'en fait d'ailleurs une question de principe. Egalement un petit cordon usb. Petit regret, on aurait souhaité une prise pour relier directement au secteur. Première prise en main extrêmement agréable. Le PocketBook 602 possède un écran 6 pouces de technologie EInk Vizplex. Ce n'est pas l'écran Pearl du Kindle et des nouveaux Sony mais on n'est pas très loin du tout. Bonne surprise donc. Aucun doute, les derniers Vizplex n'ont pas grand chose avec les anciens écrans qui dataient d'il y a deux/trois ans. La blancheur du fond de l'écran est pratiquement équivalente au Kindle, vous le verrez sur les photos que j'ai pu prendre. Il faut vraiment les mettre côté à côte pour voir une différence et encore elle est minime. Ce qui est trompeur, c'est surtout la police de caractère sur le Kindle qui est plus grasse que sur le PockeBook. Le contraste des caractères est très bon même dans les caractères fins. En tout cas dans la même catégorie que l'eInk évidemment et loin devant les écrans avec la technologie SiPix du Bookeen Orizon, FnacBook, Oyo par exemple; mes photos ne sont pas de grande qualité, mais elles sont juste visuellement.

La finition du PocketBook 602 est magnifique, le passage dans les ateliers de fabrication de Foxconn où sont fabriqués iPad et Kindle n'y ait pas étrangère. C'est vraiment nickel. Le revêtement noir mat brossé est extrêmement agréable au toucher, au dos plastique gris brossé mat, les boutons juste comme il faut entre souplesse et résistance. Les plastiques ne sont pas sensibles au trace de doigt, vraiment bien. Le design est très agréable entre rondeur et finesse. Il est un peu plus large que d'autres modèles de la concurrence mais pas gênant. Côté poids, 250g, c'est 5g de plus que l'Orizon et 314g avec la pochette, bien mieux que les ensembles concurrents. Bref un livre électronique de semi-poche tout terrain qui vous accompagnera partout. Des bords importants pour les pouces, les touches sont bien placées quand on l'a en main. Petit logo en bas, tout est fait pour se faire le plus discret possible, rappelez-vous les conseils de Philippe Starck il y a quelques années. J'ai eu la chance de disposer dans la même semaine du Kindle et de l'Orizon de chez Bookeen, vous verrez les photos comparatives. Les paramétrages se font de manière très simple, langue, horloge. Vous retrouverez les widgets corerspondants sur l'écran d'accueil ainsi que le menu et les derniers livres lus. deux présentations d'écran au choix.

Coté connectique, bouton marche arrêt en haut; en pied reset, prise pour un casque, voyant lumineux quand il travaille, prise usb, encoche pour carte microSD et haut-parleur. Allumage, mode veille, on retrouve très rapidement la dernière page affichée. En quelques minutes, on a compris la navigation, le bouton en bas type joystick très complet et les touches sur le côté très pratiques, une vraie alternative au tactile, pourquoi du tactile d'ailleurs, c'est ce qu'on finit par se dire après quelques heures dessus. Côté navigation, on retrouve les très bonnes idées que j'avais relevé sur le petit 360, les familiers de la marque seront en terrain connu, les autres s'y feront très vite. Dossiers, sous dossiers, vous organisez votre bibliothèque comme vous le souhaitez. Les temps de latence sont bons. Autre chose aussi, tous les boutons peuvent être paramétrés à votre convenance au niveau des fonctions. Vous personnaliserez votre lecteur comme vous le souhaitez. Affichage liste et icône, la fonction icône ne fonctionne pas, une première mise à jour dans la prochaine version du firmware à prévoir. Il est d'ailleurs en pleine évolution en ce moment, la version française étant finalisée depuis quelques semaines seulement. Le PocketBook 602 fonctionne sous Linux. A l'intérieur pleins de choses en plus, des jeux, un text to speech déjà épatant dans sa premiere version. Une voix féminine vous lit vos textes dans un français de bonne facture. Le son est très bon, on peut d'ailleurs charger des fichiers MP3. Côté logiciel de lecture, Adobe Digital Reader bien sûr mais aussi l'excellent FBReader que je privilégie maintenant quand on a des livres sans DRM. La mise en page est très bonne, on peut choisir la taille des marges, les caractères, les césures. Suppression du flash de rafraichissement de pages également ou modération toutes les dix pages, c'est le mode que j'ai choisi. Côté gestion de PDF, rien que du très classique mais efficace, pleine page, zoom que l'on choisit et mode reflowable comme sur le Sony, rien à redire de ce côté-là. La mémoire de 2Gb et la présence de la carte couvrira toutes vos envies bibliophagiques.

Le PocketBook est un livre électronique connecté Wifi et Bluetooth, je n'ai pas trop eu le temps de m'étendre mais je vais le faire dans les prochains jours, à suivre donc. Vraiment, j'ai été séduit par ce modèle, après plusieurs jours d'utilisation, je ne lui voie vraiment pas de défauts. Les quelques défauts du firmeware vont être rapidement résolus, je sais que l'équipe française de PocketBook y travaille d'arrache-pied. Autre bonne surprise aussi du côté du prix, 209€ avec la pochette fournie, c'est le meilleur rapport qualité-prix du marché pour un livre électronique 6 pouces. C'est bien simple, je fais du PocketBook 602, mon modèle favori de cette rentrée (y compris avec le Kindle et son modèle fermé propriétaire qui ne me plait pas trop) en attendant la confrontation avec les nouveaux Sony, la concurrence va être serrée, croyez-moi, et les Sony n'ont pas de connection pour les mois à venir! Et je ne vous ai pas encore parlé des autres livres électroniques de la gamme de PocketBook avec du tactile wacom et du grand format! Un seul mot, bravo PocketBook! Un très bon livre électronique qui va bien vieillir dans le temps, haut la main les deux trois années qui viennent, vous pouvez me croire, et c'est un aspect important quand on veut amortir ce type d'appareil. De bonnes lectures pour longtemps!

Les plus:

  • design et finition très réussie, plastiques mats de qualité
  • écran de très bonne qualité, eInk Vizplex, mais très proche de l'eInk Pearl
  • housse de bonne qualité fournie dans la boite
  • temps de latences bons, connection efficace wifi et bluetooth pour s'échanger des fichiers
  • navigation agréable dans les bibliothèques et classement à la carte selon chacun
  • environnement Linux avec les widgets, les jeux, etc.
  • paramétrages des touches à la carte
  • text to speech, déjà très bon en français dans sa première version
  • choix étendus de polices et des tailles de caractère nombreux
  • logiciel FBreader qui complète efficacement Adobe Digital reader, le must côté "sans DRM"
  • nombreux dictionnaires disponibles, ceux qui pratiquent plusieurs langues apprécieront
  • modèle très ouvert dans l'étendue des formats et l'environnement Linux, évolutivité certaine
  • prix très compétitif, avec une garantie de deux ans

Les moins:

  • pas de chargeur secteur
  • pas de tactile, c'est un choix assumé pour privilégier la qualité d'affichage
  • absence pour l'instant de bibliothèques connectées, espérons que cela vienne vite comme en Allemagne avec Libreka

La boutique de vente en France est ici. Disponible également chez Surcouf et Pixmania.

PS: A signaler un test, lui aussi très positif, chez notre ami d'EbooksGratuits.

PS: Quelques éléments sur les dictionnaires transmis par PocketBook:

"Oui, les dics fr-fr sont disponibles gratuitement sur le site:

http://www.ebooksgratuits.com/divers/pocketbook_602.html

Par ailleurs, vous trouverez les dictionnaires suivants sur le site Ebooks libres et gratuits (merci à Patrice pour son superbe travail) :

· Dictionnaire Litré : http://www.ebooksgratuits.com/pocketbook/littre_pocketbook.dic

· Dictionnaire de l'Académie française de 1932-35 (8e édition) : http://www.ebooksgratuits.com/pocketbook/daf8_1932_pocketbook.dic

· Dictionnaire de l'Académie française de 1835 (6e édition) : http://www.ebooksgratuits.com/pocketbook/daf6_1835_pocketbook.dic

· Dictionnaire de l'Académie française de 1798 (5e édition) : http://www.ebooksgratuits.com/pocketbook/daf5_1798_pocketbook.dic

Enfin, il existe un utilitaire de conversion – disponible sur le site Pocketbook (et également à cette adresse) – qui permet de convertir les dictionnaires au format XDXF, Dict et Lingvo DSL vers le format Pocketbook (dictionnaires avec un extension dic).

Bref, il est impossible de manquer de dictionnaires avec ce lecteur. Il suffit de copier tous les dictionnaires dans le dossier \system\dictionaries\ et ils seront disponibles. Sur ce point important, la PB602 est clairement très supérieure à la Sony PRS650."

Merci à Alexandre.

PS: des indications sur la fonction PocketNews pour nourrir avec des flux sur ce billet.

  2010_1124ebook0024 2010_1124ebook0025 2010_1124ebook0026

 

 

 

 

 

 

2010_1124ebook0027 2010_1124ebook0028 2010_1124ebook00302010_1124ebook0031

 

 

 

 

 

 

2010_1124ebook0032 2010_1124ebook00342010_1124ebook0007 2010_1124ebook0008

2010_1124ebook0035
2010_1124ebook0038
2010_1124ebook0009
2010_1124ebook0010
2010_1124ebook0011
2010_1124ebook0018
2010_1124ebook0019

2010_1124ebook0020

PS: joint deux vidéos complémentaires repérées ces jours-ci.


Bookeen/ Cybook Orizon : test complet

030 Prise en main cette semaine du dernier livre électronique de chez Bookeen, le très attendu Cybook Orizon disponible sur le site et chez des distributeurs partenaires. Arrivé depuis quelques jours seulement, j'ai eu la chance de pouvoir disposer d'un modèle noir fraichement déballé, les blancs arrivaient le lendemain d'Asie. Comme il s'agit des premiers exemplaires reçus, Bookeen procède à un contrôle systématique pour chaque exemplaire ce qui explique le petit délai supplémentaire. Emballage particulièrement réussi, Bookeen a soigné la mise en scène de son lecteur à l'ouverture. Vous jugerez avec les photos ci-dessous, si vous comptez l'offrir, c'est vraiment un plus qui séduira. Un petit mode d'emploi très simple, un cordon USB, une petite housse de protection et le lecteur lui-même. Pour la pochette, c'est bien léger et anecdotique pour protéger un lecteur de cette qualité, on regrettera le type de pochette soignée qui accompagnait l'Opus et qui était bien pensée. Pour protéger votre nouvel Orizon de manière durable, il vous faudra investir dans une couverture rigide supplémentaire, indispensable donc. Jules Verne et Victor Hugo vous accueillent sur l'écran du lecteur, un petit clin d'oeil aux portraits d'écrivains du Kindle, il ne sera pas dit que nos auteurs français classiques ne soient pas conviés pour défendre un lecteur français!

Ce qui frappe d'emblée à la prise en main, c'est la finesse, le lecteur est annoncé comme le plus fin sur le marché. Design très réussi, plastiques rigides, une plaque d'acier à l'intérieur qui donne de la rigidité à l'ensemble. Bords arrondis, la finition est très soignée, le dos en blanc brillant type Mac. La version blanche avec un dos noir type plastique SoftTouch très agréable aussi. Côté poids 244g sur la balance, c'est un petit gramme de moins que l'ancien Sony PRS-505. Prise USB en bas du lecteur, en haut l'emplacement de la carte SD, l'allumage et la touche reset. Pas plus simple possible. La prise en main par le tactile est très simple, un seul bouton en bas qui doublonne, toutes les fonctions sur le lecteur peuvent être activées avec le tactile. En quelques minutes, vous vous appropriez complètement la navigation. Retour au menu toujours disponible en bas de l'écran à gauche. Le défilement des pages se fait par une pression assez marquée du doigt de droite à gauche pour avancer, de gauche à droite pour reculer. Pression simple pour activer les fonctions. Il faut faire des pressions et des mouvements assez marqués, la réactivité est bonne, le défilements des pages se fait relativement vite. Si le tactile se révèle l'élément très positif de ce nouveau lecteur, c'est bien évidemment au profit de l'affichage nettement plus gris que sur les autres lecteurs de Bookeen (CybookGen3 et Opus) qui utilisent la technologie eInk. Le choix de Sipix pour ce nouveau lecteur est malheureusement au détriment de la qualité de l'affichage, c'est indéniable. Choix que n'ont pas fait Amazon, Sony et PocketBook. Vous jugerez des photos avec mon ancien Sony PRS-505 qui a bientôt trois ans (il ne possède pas la technologie Pearl d'eInk). Si en lumière du jour forte, cela passe encore, dans des conditions d'éclairages faibles ou artificiels comme les transports en commun notamment, on voit beaucoup la différence quand on est déjà familier avec de la lecture en mode électronique. C'est gris, voire gris-vert effectivement comme le remarquait récemment quelqu'un sur un forum. Bien évidemment, on n'a pas constamment un autre lecteur eInk en comparaison, dans le temps, on oubliera sans doute. Pour des nouveaux utilisateurs pas familiers de l'eInk, cela ne sera pas gênant. Peut-êre plus génant que le fond de l'écran proprement dit, c'est le manque de contraste des caractères qui m'a interpellé, c'est gris foncé plutôt que noir, on a envie constamment de mettre en gras. Je pense que c'est un point que Bookeen pourrait nettement améliorer dans les prochaines mises à jour, peut-être au détriment de la vitesse d'affichage, mais on gagnerait nettement en confort de lecture, un juste compromis que l'on pourrait trouver. A propos des mises à jours justement, elles se feront directement avec le wifi de manière automatique sans s'occuper de rien, un point intéressant. L'avantage de la connection. Côté navigation c'est très bon, on retrouvera toutes les bonnes idées de Bookeen dans la gestion de sa bibliothèque, j'ai importé la mienne (près de 500 livres) en quelques minutes en retouvant mes classements favoris par thèmes. La connectivité est aussi la grande nouveauté de ce modèle Orizon. Vous pourrez accéder à de l'achat en mode wifi. La détection du wifi très facile, le paramétrage se fait finalement assez simplement avec deux codes à rentrer successivement, le mode de passe du wifi et votre numéro Adobe ID indispensable pour l'accès à des bibliothèques comme celle d'ePagine partenaire de Bookeen. Une fois entrés, c'est bon une fois pour toute. Pour l'instant côté bibliothèque, pas grand chose, le catalogue ne semble pas complètement déployé, les accords avec les éditeurs en cours, il faudra patienter un peu pour une offre importante. Connection possible à Google, Wikipédia, Feedbooks et Gutenberg sont proposés en accès directs à travers leurs versions mobiles. Un jeu d'enfant de se fournir justement quand il n'y a pas de DRM, les fichiers arrivent sur le lecteur directement dans votre bibliothèque plus vite que votre ombre. Par contre pour des accès à des bibliothèques non partenaires type Fnac, en théorie c'est possible mais les accès d'authentification seront difficiles d'après Bookeen. Côté accessoire, je parlais toute à l'heure de la housse indispensable, une couverture qui protégera efficacement votre Orizon, 25€ tout de même à rajouter. Une coque en plastique souple cousue à l'intérieur pour encastrer le lecteur. On perdra évidemment l'aspect fin du lecteur pour un ensemble lecteur/couverture un peu encombrant, 395g tout compris. A l'arrivée un sentiment assez mitigé pour moi, ce choix du Sipix qui dégrade un peu l'affichage me laisse un peu frustré, ce que j'ai gagné pour le tactile, je l'ai perdu sur l'affichage, est-ce que le jeu en valait la chandelle? Reste à oublier l'eInk, quelques semaines de lectures sans doute pour se réadapter et ne plus y penser. Le prix du tactile qui apporte sans nul doute un plus. Merci et bravo à Bookeen pour ce lecteur Orizon qui se positionne très bien sur le marché avec des arguments solides en alternative à d'autres lecteurs avec une technologie SiPix équivalente, FnacBook, Oyo/Chapitre-France Loisirs, sans doute d'autres encore dans les mois à venir. 

Les plus:

  • design et finition du lecteur très réussi
  • qualité du tactile et réactivité bonne
  • connection efficace sous réserve des catalogues étendus que l'on souhaite rapidement disponibles
  • navigation dans les bibliothèques et classement à la carte selon chacun
  • choix étendus de polices et des tailles de caractère nombreux que l'on gère avec le tactile
  • modèle ouvert qui vous permet "en théorie" d'acheter chez les libraires de votre choix

Les moins:

  • écran un peu plus gris que ceux avec la technologie eInk
  • caractères insuffisamment contrastés
  • pas de possibilté de désactiver le flash du changement d'écran (j'espère qu'on le retrouvera dans les mises à jours futures)
  • ensemble lecteur/couverture un peu cher et encombrant

PS: ce test vient compléter la liste complète ici.

PS: à signaler une première mise à jour (voir blog Bookeen) 22/11/10 ; une galerie de photos complète sur eBouquin.

 

019 020
021
022  

 

 

 

 

 

 023  
024 025

 

 

 

026 029 031 032

 

033 034 035 037

 

 

 

 

 

036 042 044

 

 

 

045 047 048

 

 

 

 

 

 

039  049 


Kindle 3: test complet

PhotoPocketbook 022 Première prise en main du nouveau Kindle 3 ce week-end. Plusieurs jours devant moi pour pouvoir naviguer, lire dessus. D'abord, le design a été complètement refait, enfin à la hauteur d'un acteur comme Amazon. Le nouveau partenariat avec le fabricant Foxconn est bien visible dans la qualité des matières, de la finition. Finesse, douceur des formes, finition et souplesse des boutons, design, élégance, rafinement et robustesse des plastiques. On est dans le souci du détail. Il y aurait une pomme en haut que l'on ne serait pas dérouté, si vous voyez ce que je veux dire. Première chose, c'est bien entendu le magnifique écran de dernière génération d'eInk avec la technologie Pearl. Moi qui ai eu plusieurs générations d'écrans dans les mains depuis quatre ans, le contraste, c'est le cas de le dire, est tout à fait étonnant. Fond d'écran plus blanc mais aussi et surtout des noirs plus puissants qui apportent bien plus de relief aux typographies. Des magnifiques portraits d'écrivains en pages de veille, bravo. J'étais sceptique sur le clavier depuis longtemps et bien je revois ma position. D'une part, il est extrêmement fonctionnel à l'utilisation malgré sa petitesse. D'autre part et c'est aussi important, il se fait oublier complètement en usage de lecture. Amazon a particulièrement pensé ce clavier qui est la spécificité numéro 1 du Kindle et le résultat est à la hauteur. Mais bien évidemment, l'intérêt majeur du Kindle, c'est la connection et l'accès à la bibliothèque phénoménale d'Amazon. Pages de début à charger en quelques secondes, achat dans la minute. J'ai testé à la fois le wifi et la 3G dans des conditions difficiles (TGV, métro, campagne éloignée). Le résultat est tout simplement bluffant. L'accès à la boutique KindleStore est rarement pris en défaut. Il vaut souvent mieux acheter des livres que téléphoner! Possibilité de recevoir des blogs, des journaux en abonnement. Le Text-to-Speech est très bon, uniquement en anglais bien sûr. L'utilisation du dictionnaire simple et efficace. Côté vitesse, le Kindle va plus vite aussi, c'est très net aussi. Seuls bémols, l'impossibilité de supprimer le flash  de l'écran (j'y accorde beaucoup d'intérêt, vous le savez) et une navigation dans la bibliothèque qui est très lassante; dès que l'on commence à vouloir gêrer une quantité de livres appréciable, c'est très fastidieux voir impossible de vouloir et pouvoir classer quelque chose. Malgré l'offre unique en anglais du Kindle, j'ai quand même réussi à dénicher près de 4000 titres en français en tapant "French Edition". A boire et à manger comme on dit. Du gratuit qu'il faut payer, des trucs invendables à la pelle. Non anglophones, oubliez pour l'instant. Bref, le Kindle 3, une formidable machine à lire, pas étonnant qu'elle synthétise à elle seule les 3/4 du marché mondial. Sans conteste le meilleur livre électronique actuellement sur le marché avant de découvrir les modèles tactiles de Sony. Je dois dire que je me suis fait un peu violence pour le rendre lundi dernier. Je me rappelle la réflexion d'un acheteur du Kindle 2 il y a quelques années "En France, on va être mal". C'est clair, qu'avec ce Kindle 3, "on va être de plus en plus mal". Un vrai "Round Up" pour la profession. La question est bien de savoir jusqu'à quand pourra t'on faire sans lui... Un grand merci à Samuel de m'avoir permis ce test.

Les plus :

  • écran superbe avec beaucoup de contraste, confort de lecture presque équivalent à celui d’un livre imprimé
  • grande autonomie (environ deux semaines en utilisation intensive)
  • design et qualité de fabrication
  • simplicité d’utilisation
  • fonctionnement du wifi et de la 3G excellents
  • prix très attractif pour un livre électronique aussi complet

Les moins :

  • interface en anglais
  • obligation de passer par Amazon US pour se le procurer
  • modèle propriétaire qui interdit tout achat de livres à d'autres libraires qu'Amazon
  • absence de catalogues disponibles en français
  • pas de support du format Epub

PS: ce test vient compléter la série complète ici.

 

PhotoPocketbook 023 PhotoPocketbook 026PhotoPocketbook 033

PhotoPocketbook 031 PhotoPocketbook 032


 

 

PhotoPocketbook 027

 

 

 

 

 

 

 

PhotoPocketbook 028

 

 

 

 

 

 

 

PhotoPocketbook 029

 

 

 

 

 

 

 

 

PhotoPocketbook 030

 

 

 

 

 

 

 

 


PocketBook 360: un test très convaincant

100_8157 La récente arrivée en France de la société PocketBook était l'occasion de tester plus longuement le livre électronique phare de la marque, le PocketBook 360. J'en étais resté à la présentation qu'avait fait Mobinaute ainsi que celle d'eBouquin il y a un an maintenant. A l'époque, sa non-reconnaissance de la DRM Adobe l'empêchait de pouvoir acheter la quasi-totalité de l'offre en France. Un peu embêtant, quand même. Aujourd'hui, ce n'est bien entendu plus le cas. Je remercie PocketBook ne m'avoir permis de tester ce modèle en condition d'utilisation réelle sur plus d'un mois. C'est à mon avis très important de pouvoir apprécier dans des conditions de lectures quotidiennes tout livre électronique de ce type. Aller au-delà d'un test rapide, beaucoup de petits détails prennent toute leur signification dans la durée. Avec un prix de 219€, le PocketBook se positionne en concurrent direct des CybookOpus et du prochain Sonyreader 350, sur lequel j'aurais l'occasion de revenir, sur le marché français. Je ne mentionne pas les modèles anglo-saxons dont on parle finalement beaucoup car le marché est plus avancé que chez nous mais qui sont complètement inutiles pour des lecteurs francophones.

100_8343 - Prise en main: le PocketBook 360 possède une coque de protection qui se révèle très pratique en protégeant très efficacement le lecteur dans une poche de veste, dans un sac de voyage. Contrairement à tous les autres modèles sur le marché avec lesquels on a certaines réserves, le PocketBook avec sa coque est quasi-indestructible. Je ne dis pas que l'on pourrait sauter à pieds joints dessus évidemment mais c'est un élément important pour les moins soigneux d'entre nous et un souci en moins pour tous les autres. Le fait que la coque est séparée du lecteur à la lecture n'est pas gênant du tout, on la clipse très facilement au dos (le petit défaut a été corrigé depuis la présentation de Mobinaute) dans un geste qui vient naturellement au bout de quelques jours d'utilisation ou on la laisse à côté de soi pour alléger un petit peu le lecteur. Côté légèreté, le PocketBook affiche 180g donc pas de souci de ce côté-là. Côté finition, c'est très soigné. Matières plastiques très rigides, pas de craquements bizarroïdes, formes arrondies. Sur le dessus, un design avec des formes végétales donne une petite touche originale et rappelle son origine d'Europe centrale. En ces temps de design uniformisé conçu sur les tables de Californie ou d'Asie, une touche d'originalité de ce type fait du bien! Le modèle que j'ai testé est ivoire, une très jolie couleur dont on ne se lassera pas dans le temps. Il faut penser à cela aussi. Un plastique gris plus résistant tout autour du lecteur lui confère une résistance supplémentaire en cas de chute malencontreuse. Connectique on ne peut plus simple, carte micro SD en haut près de la touche marche/arrêt et prise usb en bas. Au dos du lecteur, un cache d'un accès suffisamment facile en cas de besoin mais pas trop car l'usure serait prématurée, permet d'accéder à la batterie et au reset. Comme dans le cas du CybookOpus, dans les premiers jours, vous aurez tendance à le mettre en état d'indigestion en ne respectant pas les temps de latence du lecteur mais quand vous vous connaitrez mieux (lui et vous), la touche reset sera nécessaire de manière très exceptionnelle. Côté boutons maintenant, trois boutons, en haut et en bas deux gros boutons pour avancer et reculer dans les pages et le bouton central véritable tour de contrôle du lecteur lui-même. Les deux gros boutons sont assez durs dans l'utilisation et je les ai complètement abandonnés au bout de quelques minutes seulement. On se demande d'ailleurs pourquoi les conserver car l'avancement des pages se fait très bien avec le bouton central extrêmement bien dosé entre souplesse et rigidité. L'un des grands avantages de ce PocketBook 360 est bien de prouver qu'un seul et unique bouton convient parfaitement pour gérer un livre électronique, messieurs les constructeurs, à méditer, le design et la simplicité d'utilisation n'en seront que renforcés.

100_8344 - Navigation: le PocketBook 360 a adopté Linux comme système d'exploitation qui permet à beaucoup de bidouilleurs d'accéder à des applications diverses. Une calculatrice, une bibliothèque de jeux (bataille navale, échecs, sudoku -excellent parait-il- etc.), j'avoue que je suis pas très utilisateur mais certains apprécieront entre deux lectures de jouer de la sorte. Côté bibliothèque, on fait ce qu'on veut, on organise ses dossiers à son goût comme sur le CybookOpus. J'ai importé en quelques secondes l'ensemble de ma bibliothèque dessus, personnelle ouverte comme celle sous DRM Adobe. Aucun souci d'accès. Lors de la première ouverture de chaque livre, un petit temps de latence de quelques secondes pour le formater. Liste, icônes, on retrouve les possibilités d'affichage que l'on souhaite. C'est justement dans les propositions "à la carte" que le PocketBook est vraiment génial. C'est bien simple, vous pouvez absolument tout paramétrer, les concepteurs ont été loin dans le détail, avec le souci de faire de votre lecteur celui qui vous ressemble le mieux. Jusque dans le choix des fonctionnalités des boutons eux-mêmes! Si vous ouvrez un livre sous DRM Adobe, la gestion est excellente avec l'ordinateur; en revanche vous ne pourrez utiliser comme d'habitude que le système Adobe viewer qui impose les choix fixés par l'éditeur en matière de mise en page et de typographiques. Une nouvelle restriction (une de plus) des DRM. En revanche pour tous les livres sans DRM (et il risque d'être de plus en plus nombreux, de nombreux éditeurs l'ayant heureusement compris), vous pouvez également utiliser le système FBreader sous Linux, embarqué sur le PocketBook. Résultats très intéressants, polices nombreuses (même si j'en souhaiterais d'autres -peut-être sont-elles téléchargeables, je vais me renseigner), suppressions des lignes de blancs, choix des marges (petites, moyenne, grande), interlignage, etc. Beaucoup de livres dont je n'étais pas très satisfait jusqu'ici se sont littéralement métamorphosés! Bref, FBreader, c'est vraiment bien, je l'ai découvert et je l'ai adopté en quelques jours d'utilisation. Autre chose de très intéressant pour moi, vous savez comme je suis sensible au coup de flash entre les pages, on peut régler la fréquence de ce coup de flash entre jamais et toutes les dix pages. Toutes les dix pages est idéal selon moi, on ne prête plus du tout attention à ce discret rafraîchissement de temps en temps qui permet de garder toujours un affichage de la meilleure qualité possible. Absolument aucune dégradation entre. Pas d'accéléromètre mais un choix au cas par cas si vous voulez orienter l'affichage dans l'autre sens. C'est bien, de toute façon l'accéléromètre automatique est de l'ordre du gadget qui se révèle bien vite insupportable à l'utilisation. Un dictionnaire est également disponible qui marche parfaitement même si ce n'est pas une fonctionnalité que l'on utilise beaucoup il faut le reconnaître. Pour des livres électroniques de dimension plus importante et la gestion de documents PDF il en sera autrement. Les PDF justement, sur le PocketBook 360, fonctions zoom classique et arrangement au fer à gauche, en droite ligne de ce qui existe sur le Sonyreader par exemple. Possibilité de récupérer des flux RSS d'articles que l'on souhaitera importer sur le lecteur, une fonction très pratique.

100_8345 Bref, après plusieurs semaines d'utilisation, une dizaine de livres lus, le PocketBook se révèle être un livre électronique extrêmement intéressant. Une foule de petits détails pratiques (accès à ses livres favoris, la date et l'heure sur la barre en bas de l'écran, etc.). Une garantie de deux ans, un chargeur dans la boite qui permet de se brancher directement au secteur sans ordinateur. Les trois qualités très originales du lecteur sont le bouton unique (supprimons les autres, je les ai d'ailleurs complètement oublié), le choix des paramétrages très étendu et la gestion par Linux/FBreader. Ce PocketBook 360 m'a vraiment conquis. Son succès en Allemagne depuis l'automne dernier montre aussi que je ne suis pas le seul. Seul son prix fera hésiter certains, un passage en dessous de 180€ et une mémoire un peu plus importante (512Mo actuellement) seraient deux éléments décisifs pour son succès en France avec un réseau de distribution élargi qu'il mérite amplement d'autant que la marque arrive avec de nombreux autres modèles dont nous reparlerons très bientôt. PocketBook, une marque dont on va entendre de plus en plus parler!


Cybook Opus, le test 2/2

100_7210 100_7209 Deuxième volet de mon test aujourd'hui. Dans le premier billet, je vous faisais part de mon enthousiasme pour le design et la prise en main de ce nouveau Cybook Opus. Disproportionné avant de l'allumer? Peut-être mais on craque bien pour des livres avec leurs couvertures, non? Voyons donc si ce qu'il nous réserve à la lecture. Vingt secondes de démarrage, c'est encore beaucoup par rapport au Sonyreader (démarrage immédiat) mais bien mieux que le CybookGen3 (presque moitié moins).
Les habitués du l'ancien Cybook se retrouveront dans la navigation de la bibliothèque avec une amélioration notable, la création de dossiers qui facilitent grandement le classement quand on dispose de bibliothèques copieuses comme certains. A noter  aussi la mémoire interne du Cybook Opus qui a été 100_7224 100_7225 100_7226 porté à 1GB ce qui est le double de l'espace disponible sur les autres lecteurs du marché. Avec une mini SDCard de 4GB en plus (10/12 euros sur le marché), je vous laisse imaginer la capacité, plusieurs milliers de titres avec soi! Une fois le Cybook Opus relié à l'ordinateur, j'ai commencé à créer des dossiers, littérature française, anglaise, etc. Puis on glisse les fichiers dans les dossiers, rien de plus simple.
Le Cybook Opus présente les dossiers, les sous-dossiers, navigation très intuitive et simple avec les trois boutons. Le bouton central (haut, bas, avant, arrière, validation au milieu), un bouton à gauche pour revenir à la bibliothèque à tout moment, un bouton à droite pour définir les paramètres du lecteur. Pas plus simple. Les deux boutons allongés sur le côté complètent les touches avant et 100_7212 100_7213 arrière avec la main droite si on le souhaite. Bref, en deux minutes, on a assimilé le fonctionnement et la navigation de lecture. Affichage rapide, les pages montent rapidement y compris pour les pages pdf, avec des fichiers lourds. Bookeen a grandement amélioré le processus. La présence d'un accéléromètre bascule automatiquement les pages quand vous basculez le lecteur. "C'est comme l'Ipod" me dit ma fille... Elle cherche à appuyer sur l'écran avec son doigt. "Cherche pas, ça viendra plus tard!".
Le Cybook Opus, on l'a dit, a pris le virage de l'ePub. Exit le PRC propriétaire d'Amazon, bienvenue à ce format ouvert que les éditeurs ont adoptés massivement depuis un an maintenant. La bonne surprise vient dans la gestion en mode justifié, ce qui 100_7214 me change de mon Sonyreader. Pas encore de gestion des césures sur l'Opus mais c'est déjà le jour et la nuit quand on aime les livres et la typographie! La lecture au fer à gauche, je commençais à en avoir ma claque. On peut faire défiler les pages rapidement en maintenant les boutons avant/arrière appuyés, ça va vite. A noter que l'on peut aussi désactiver le léger flash noir, quand on change les pages qui  a l'air de  gêner certains, dans les paramètres du lecteur. Ce qui n'est pas du tout mon cas, je dois le dire. Mais il semble que, du coup, apparaisse un peu d'effet fantôme quand on change les pages. Peut-être à améliorer encore dans les prochaines mises à jour chez Bookeen. C'est le seul petit bémol que j'ai vu, très superficiel. Rapidité d'affichage, souplesse suffisante des boutons, grande intuitivité dans la navigation, bref, c'est du bon boulot.
Longtemps que la partie logicielle de Bookeen a un train d'avance, c'est pas prêt de se démentir. Y compris dans la gestion des niveaux de gris. 4 seulement contre les 16 ailleurs? Mais avec ses 4 niveaux seulement, Bookeen a su les optimiser (bravo Laurent, c'est son oeuvre) et avec la définition en 200 dpi de ce nouveau lecteur on a un résultat impeccable dans le rendu des images. 100_7218 100_7219 Bien supérieur au Sonyreader par exemple. Bon, je vous passe toutes les caractéristiques techniques, elles sont de toute façon ici. En conclusion, je suis emballé par ce nouvel Opus, le premier de cette nouvelle génération de livres électroniques 5 pouces. Bookeen est en train de mettre la barre très haut, tant au niveau du design et de la prise en main que de la navigation de lecture.  Quand vous rajoutez les qualités d'autonomie (le Cybook était déjà le champion en la matière, des semaines et des semaines d'utilisation), n'en jetez plus, c'est du premier choix pour les futurs acheteurs, gros consommateurs de livres de poche. Bon, il y a le prix du Cybook Opus à 249€ qui risque d'être un peu plus élevé que la concurrence, de quelques dizaines d'euros. Mais avec cette housse somptueuse pour le ranger et ce design hors-pair, ce sera très vite oublié. Il y a quand même des lecteurs au design post-soviétique que l'on ne peut raisonnablement pas offrir en cadeau à la Saint-Valentin!
Le Cybook Opus au pied du sapin, vous ferez plaisir et pour longtemps! Je souhaite qu'il soit visible rapidement dans les rayons que tout le monde puisse le prendre en main pour se convaincre. Bravo Bookeen! Vive cet Opus, ce nouveau lecteur eInk français qui va bien s'exporter, croyez-moi! Surtout avec le métro d'avance qu'ont les anglo-saxons en terme de librairies numériques. Attention à la rupture de stock, ça va chauffer!

PS: j'aurais l'occasion de revenir dans les semaines qui viennent sur les différentes bibliothèques que l'on peut trouver sur internet et leurs adaptations à ce nouveau format 5 pouces.

Cybook Opus, le test 1/2

100_7223 100_7204 Alors, le voilà, ce nouveau Cybook Opus dont le petit monde des utilisateurs de livres électroniques parle tant depuis quelques mois. Il inaugure une nouvelle gamme de petits modèles 5 pouces plus adaptés à nos poches et à l'argent qui traîne dedans, il faut bien le reconnaître. Depuis quelques mois, j'étais assez sceptique par rapport à cette orientation du marché en me disant que nous allions subir et nous voir imposer une limitation de la taille de l'écran à cause de la difficulté à obtenir des lecteurs à des prix enfin attractifs. Avec comme crédo, c'est cher, bon, on va vous réduire l'écran. Mais est-ce que l'expérience de lecture allait être également au rendez-vous sur des lecteurs plus petits? Passer d'un semi-poche à un poche, passe encore. Mais passer d'un poche à un mini-poche. Bref, j'étais pas très emballé. Et bien, je dois dire que j'avais tort. Car la différence n'est finalement pas si sensible que cela.  Ce n'est pas un mini-poche. Un peu comme si vous passiez d'une collection de poche à une autre. Nous sommes habitués depuis 100_7196 100_7197 des années à une très grande diversité de formats sur les étals des libraires. Un écran 5 pouces reste largement suffisant pour lire des livres. J'y reviendrais bien entendu. C'est plus petit certes mais finalement nous aurions eu en main ce premier format 5 pouces il y a quelques années, nous en aurions rien trouvé à redire. C'est la première chose qui frappe en prenant en main le Cybook Opus. Mais je m'emballe. Parlons d'abord de la réception emballé de ce nouveau lecteur. C'est très soigné. Bookeen a apporté un grand soin au packaging, à la notice d'utilisation. Et la première bonne surprise à l'ouverture, c'est... l'étui, la housse de protection dans laquelle est glissé le lecteur. Cet étui est fourni d'emblée. Pas besoin de rajouter quelques dizaines d'euros supplémentaires pour pouvoir protéger votre nouveau Cybook Opus. Et cette housse de protection est, je dois le dire, magnifique. Je pense que Bookeen 100_7220 100_7198 s'est particulièrement penché sur une clientèle féminine dans la conception de cette housse. La qualité de fabrication et la finition sont irréprochables. Même si la couleur noire est un peu austère (d'autres couleurs viendront peut-être), la qualité de la matière rembourrée est très agréable au touché. La protection est optimale dans un sac à main déjà bien encombré, si vous voyez ce que je veux dire... Les coutures impeccables. C'est pas du Hermès ou du Longchamp, bien entendu, mais pour un étui fourni, c'est vraiment ce que j'ai vu de meilleur pour des produits high-tech! Marque Bookeen discrète, "Designed in France". Pas de tape à l'oeil, la french-touch du luxe, bien vu. Un bel écrin pour le Cybook Opus! C'est important, notamment pour des cadeaux, le public va être très sensible à cet aspect, c'est indéniable. Offrir un Cybook Opus, les 100_7199 100_7200 détails comptent... Bravo Bookeen! On en oublierais presque le Cybook Opus! Je plaisante, bien sûr. Une fois que l'on a sorti le lecteur de sa housse et qu'on le prend en main, on est tout à la découverte de celui-ci. Premier sentiment, la légèreté. 150 grammes, je peux vous dire que c'est pas grand chose dans la main. Bookeen a encore gagné sur le poids. Ils avaient déjà le lecteur le plus léger du marché avec le Cybook Gen3, avec l'Opus c'est encore plus de 10% de poids en moins et on s'en rend bien compte contrairement à l'aspect plus petit comme je vous l'ai dit précédemment. Formes rondes, courbes parfaitement réussies. C'est à la fois carré et rond. Peu de boutons, juste l'essentiel, du blanc, du gris.  J'aime beaucoup ce cadre gris qui entoure l'écran pour passer du papier électronique à la blancheur du  100_7202 100_7203 lecteur lui-même. Bref, très réussi.
Ce qui frappe d'emblée aussi, surtout quand on le retourne (je vous avais fait ce clin d'oeil vendredi, en collant un logo à la célèbre pomme dessus), c'est la proximité d'univers avec l'Ipod. Bookeen n'a pas copié  car on est finalement très loin d'un Ipod mais dans sa recherche de design, ils ont tenu compte tenu de l'environnement ambiant du produit, de son public, des attentes d'un lecteur high-tech et tendance pour un utilisateur déjà consommateur d'autres produits dans l'univers de la culture numérique. Avec le design Mac qui impose sa marque, c'est indéniable.
Côté solidité aussi, beaucoup de progrès. Si le Cybook Gen3 nous donnait un sentiment de fragilité du lecteur, par rapport au choix de l'alu du côté de chez Sony, l'effort a été mis sur la résistance des matériaux, c'est vraiment indéniable. Coins arrondis, rigidité, le Cybook Opus a fait l'objet de nombreux crash-tests de la part de 100_7206 100_7207 Bookeen, c'est ce que m'a confirmé Laurent. Au final, c'est vraiment très réussi, le sentiment de fragilité est gommé. Je ne vais pas le lancer par terre pour essayer mais c'est un lecteur qui va pouvoir trainer un peu partout sans qu'on risque à tout instant de prendre peur. Entre design et ergonomie dans la prise en main, c'est épatant. Sans l'avoir allumé, je suis déjà conquis. Je voudrais bien avoir l'opinion de Philippe Starck, deux ans après sa réception du Kindle, sur ce nouvel Opus français! Nul doute qu'elle viendra et qu'elle sera plus que positive! Pas mal, nos français! Bon, allez, je vous fais patienter encore avant de l'allumer. La suite demain. Bon dimanche à tous!
 
 
PS: suite du test ici.

100_7208