Previous month:
août 2019
Next month:
avril 2020

1 note en mars 2020

L’Odyssée de Nikos Kazantzakis : version numérique

KazanDurant cette période de confinement exceptionnelle, je rouvre ce blog. Je vais entreprendre un vaste chantier qui va compléter celui que j’avais entrepris l’année dernière autour de l’Odyssée d’Homère, voir ici.

Nikos Kazantzakis ou Kazantzàki (1883-1957) est un écrivain grec principalement connu pour son roman Alexis Zorba. Entre 1924 et 1932, il compose son Odyssée, une vaste épopée poétique de 33.333 vers qu’il considérait comme son œuvre majeure.

Kazantzakis prend le parti de prendre la suite d’Homère. Ulysse, revenu à Ithaque, décide d’en “repartir à jamais sur les mers et les routes du monde”. Cette Odyssée représente pour certains l’un des plus grand exploit poétique du XXè siècle. La traduction française de Jacqueline Moatti a été publié à la fin des années 60. Aussi incroyable que cela puisse paraître, elle n’a jamais rééditée depuis. Pour donner une idée la traduction anglaise est toujours restée disponible chez Simon & Schuster.

Tout est artifices de l’âme et jeux de l’esprit, tout est vent qui souffle et ouvre les tempes.

Un rêve léger et ce monde est né.

Partons à la conquête du monde, amis, avec le chant !

 

NikosComme celui d’Homère, le poème est composé de 24 chants ; j'essaierais de me tenir à un chant tous les deux/trois jours, soit entre 48 et 72 jours (soit le mercredi 3 juin maxi) ; je pars sur une hypothèse longue de notre confinement, bien sûr, j’espère que nous n’irons pas jusque-là, cependant sans trop d’illusions. C'est un rythme soutenu (près d'un millier de pages bien serrées), numériser, corriger, mettre en ligne.

Je procéderais à la publication sur le site Calaméo tous les quatre chants, je vous proposerais également une version ePub au fur et à mesure (à me demander dans les commentaires).

La première date, en principe le 4 avril prochain, à suivre...

M’évader avec ce projet va m’occuper dans mon quotidien. Je sais trop la chance que j’ai d’être bien portant ; je pense aux malades, à tous ceux qui luttent déjà et vont lutter auprès des malades, des plus faibles dans toute l’Europe. Humblement, c’est une petite pierre à notre culture européenne et universelle que je peux apporter, mais elle sera durable pour tous les francophones.

Nikos Kazantzakis décédé en 1957, je sais parfaitement que ce livre est sous droit ; il sera temps après la période que nous traversons pour le proposer à l’éditeur s’il envisage à nouveau sa publication. Nous verrons bien.

Près de trente siècles après Homère, la Grèce, l’invitation au voyage, le destin de l’homme, la poésie, les mots, l’imagination, j’espère que vous aurez le même plaisir que moi à lire cette Odyssée. Pour vous donner envie, plus que de grands discours de ma part, je vous donne ci-dessous le texte éblouissant de Jacques Laccarrière publié dans son Dictionnaire amoureux de la Grèce, publié chez Plon en 2001. Il nous a quitté lui-même il y a une quinzaine d'années.

———————————————————-

Lacarr"Il eut son heure de gloire au lendemain de la guerre, grâce principalement à ses romans et surtout à Alexis Zorba, le plus connu d’entre eux. Kazantzakis est un monument de la littérature grecque d’aujourd’hui, un monument que, dans notre jargon moderne, on pourrait dire incontournable. Pourtant je le contournerai, pour ne m’attarder que sur un aspect bien précis et particulier de son œuvre, je veux parler de l’Odyssée, plus exactement de son Odyssée, poème épique de trente-trois mille trois cent trente-trois vers exactement, qui demeure pour moi l’entreprise la plus folle et la plus fascinante de ce XXe siècle. Kazantzakis ne vivait que dans l’ombre et le murmure des grands esprits et s’entretenait quotidiennement avec Homère et Dante – il le dit presque dans ce merveilleux et admirable livre qu’est son Anaphora ston Gréco, traduit en français par Lettre au Gréco, l’œuvre de lui que je préfère de loin à toutes les autres. Oui, et quelquefois aussi il conversait avec Nietzsche, Bouddha et Lénine. Ne sourions pas puisqu’on retrouvera leur trace, ombres, murmures, chants ou prières, dans l’Odyssée. Un monument elle aussi de la littérature, cette Odyssée, traduite en français et en anglais, et que Kazantzakis reprit, réécrivit intégralement à trois reprises ! Je ne vais pas en résumer les vingt-quatre chants – le même nombre que dans l’œuvre d’Homère -, je dirai simplement que cette œuvre n’est pas du tout une reprise mais une continuation de celle d’Homère et qu’elle restera sûrement comme le dernier poème épique de notre siècle. Ce que propose Ulysse en cette folle entreprise n’est rien de moins que l’édification d’un nouveau monde et la genèse d’un nouvel homme. Rien de moins que la mise en chantier d’une Utopie de notre temps. Y est-il parvenu ? Je laisse à l’éventuel lecteur le soin d’en juger par lui-même. Pour ma part, je sais que pendant la double traversée de cet océan poétique – car je l’ai lu d’abord en grec et plus tard en français -, je me suis senti comme un moderne Robinson dérivant sans fin sur une île flottante !

    Voici le compte rendu que j’en ai publié dans le journal Le Monde du 28 janvier 1972 :

   UNE ODYSSÉE DE NOTRE TEMPS
    Ronsard disait dans un poème des Amours « Je veux lire en trois jours l’Iliade d’Homère. » Combien de jours faut-il, dans notre monde d’aujourd’hui, pour lire les trente-trois mille trois cent trente-trois vers de l’Odyssée de Nikos Kazantzakis, que voici traduite en français ? Dès que l’on aborde les premières mesures de cette rhapsodie gigantesque, œuvre d’une vie entière, le temps s’efface, les jours ne comptent plus. Ce poème est un vertige continuel, une démesure, un défi au lecteur lui-même, qui doit, pour l’affronter, s’arrimer solidement au livre, comme pour un long périple au pays des cyclones. Car cet océan poétique ne se traverse pas impunément. Tel Ulysse, on en sort épuisé, mais comme renouvelé, au terme d’une constante et prodigieuse initiation.
    L’Odyssée de Kazantzakis n’est ni une traduction ni une adaptation de l’Odyssée d’Homère, mais une œuvre entièrement originale. Cette Odyssée commence exactement où finit celle d’Homère : au moment où Ulysse, revenu à Ithaque, décide d’en repartir à jamais sur les mers et les routes du monde.
   Cinq étapes marquent, au cours des vingt-quatre chants de l’épopée, ce cheminement d’Ulysse, de son départ d’Ithaque à sa mort solitaire dans les glaces du pôle.
    Première étape : l’assouvissement de la Beauté et l’expérience de l’Éros. C’est la rhapsodie de l’Amant, du conquérant des femmes. Ulysse enlève Hélène à Sparte, enlève Dictynna, fille du roi de Crète, où il s’adonne aux orgies et aux mystères taurins, et qu’il quitte après avoir incendié le palais de Cnossos. Femmes et flammes, tels sont les thèmes de cette première étape, un voyage au cœur du Désir.
    Deuxième étape ; la Faim et la Justice. Cadre : l’Égypte. Dans ce pays où le peuple asservi est en proie à la misère, à la famine, Ulysse combat contre le Pharaon. Capturé et condamné à mort, il se sauve grâce à sa ruse. Ses compagnons sont ici des militants de notre monde : le soldat, le paysan et l’ouvrier. C’est la rhapsodie de la lutte contre l’injustice et la tyrannie, la rhapsodie du Combattant.
    Troisième étape : la Cité idéale. Avec quelques desperados échappés comme lui des geôles de Pharaon, Ulysse s’en va vers les déserts du Sud pour fonder la cité dont il rêve. C’est le monde de la soif et du dénuement volontaire, et, plus tard, de la jungle et des fauves. Les faibles, les indécis, seront éliminés. Seuls resteront les purs, les courageux, “ceux qui sont décidés à tout, même à tuer”. Ils édifient une cité mirifique, dont Ulysse établit les lois : ce sont les Dix Commandements du monde nouveau. C’est la rhapsodie du Bâtisseur et du Maçon des âmes.
    Quatrième étape : l’Ascèse et la Délivrance. Cadre : les montagnes et les rivages de Haute-Égypte. Le rêve s’écroule. La Cité idéale disparaît au cours d’un séisme. Les derniers compagnons d’Ulysse sont engloutis dans le feu de la terre. Resté seul, Ulysse se réfugie sur une montagne, où il vit en ascète. Beauté, justice, Cité, tout lui paraît vain désormais. L’Amant, le Combattant, le Bâtisseur s’effacent devant l’Ascète, qui redescend vers le monde des hommes pour y vivre en mendiant. C’est la rhapsodie de l’expérience libératrice, des ombres congédiées de l’Ascète errant, de la totale liberté.
    Cinquième étape : la mort dans l’univers réconcilié. Cadre : les glaces du pôle Sud. Après avoir erré un temps sur les rivages de la mer Rouge, rencontré sous des formes transposées : Bouddha – un prince indien -, Don Quichotte – un chevalier capturé par des anthropophages -, Jésus – un pêcheur d’une bourgade de la mer Rouge -, Ulysse construit un esquif et se laisse emporter vers le sud. À mesure qu’il avance vers le pôle – où la Mort viendra lui tenir compagnie à la proue du vaisseau – tous les fantômes de son passé, ses femmes, ses compagnons, ses adversaires, ses héros préférés et même les éléments de l’univers, l’escorteront jusqu’à l’ultime instant où il se diluera dans la blancheur de la mer et du ciel.
    Ce que ce résumé est impuissant à rendre, c’est évidemment et en premier lieu le poème lui-même. Car tout cela est dit en vers de dix-sept syllabes que la version française de Jacqueline Moatti a transposés dans une prose évocatrice. La langue utilisée par Kazantzakis – que tant de Grecs ont eu l’absurdité de lui reprocher – n’est pas, comme on l’a dit, une langue fabriquée, absconse, artificielle. C’est la langue même que le poète a employée toute sa vie, celle qui n’existe dans aucun dictionnaire savant. Kazantzakis va chercher ses mots là où ils se trouvent et où bien peu avant lui ont songé à les recenser – « sur la bouche des paysans, des pêcheurs, des bergers et des artistes ».
    Le poète a passé des années à parcourir la Grèce, à noter tout ce qu’il entendait – noms de fleurs, de métiers, appellations familières, termes religieux – pour créer peu à peu une langue qui soit pleinement panhellénique. Ce seul aspect de l’œuvre est déjà en lui-même une entreprise novatrice. Et ce poème, fait de milliers de mots – rarement ou jamais utilisés jusqu’alors en langue littéraire – apparaît déjà, de ce seul point de vue, comme un monument linguistique, un corpus où se trouvent recueillies et souvent rehaussées les expressions, les inventions les plus précieuses de la langue démotique. D’ailleurs, tous ceux qui, dans cette œuvre, vivent et luttent aux côtés d’Ulysse, qui sont-ils ? Ce ne sont pas des intellectuels, encore moins des linguistes, mais des corsaires, des artisans, des bergers, des klephtes, des mendiants, toute une foule de déracinés, de cœurs et de têtes brûlés. Malgré le parti poétique pris par Kazantzakis, malgré ces vers longs et rythmés comme une houle venue du large, c’est bien leur langue que l’on retrouve, toute la langue du monde hellénique. L’Odyssée est aussi le plus grand et le plus merveilleux dictionnaire dont on puisse rêver, c’est une anthologie vivante de la parole grecque.
    Quant aux thèmes et à l’éthique qui se dégagent de cette œuvre, ils constituent le credo que Kazantzakis n’a cessé de proclamer toute sa vie depuis Ascèse, son premier livre, qui se trouve ici magnifié, épuré, au terme d’une série d’épreuves ulysséennes qui recouvrent les itinéraires personnels de l’auteur. À chaque épreuve on peut d’ailleurs faire correspondre le modèle humain ou mythique, l’ombre initiatrice qui dominèrent l’auteur aux différentes époques de sa vie. En Ulysse se conjuguent et se dissolvent tour à tour Tantale, Héraclès, Lénine, Bouddha, don Quichotte, Nietzsche, le Gréco, saint François d’Assise, maître Eckhart et bien d’autres, que l’auteur a nommés « les gardes du corps de l’Odyssée ». Et ce qu’Ulysse vit et découvre au terme du voyage, c’est ce pessimisme héroïque, déjà affirmé dans Ascèse, credo de notre temps. Tout connaître et tout vivre – y compris le meurtre et le sang – pour épuiser le mal, absorber le néant. Être amant jusqu’au bout pour ensuite renoncer à l’Éros, militer jusqu’au bout pour ensuite se désengager, devenir un héros pour renoncer à l’héroïsme, et devenir un saint pour renoncer à la sainteté même.
    Vingt ans avant les philosophes et écrivains de l’Occident, Ulysse découvre en haut de sa montagne l’absurde de la vie. Et en ce sens, cette œuvre nous révèle que ni Camus, ni Sartre ne furent – sur le plan littéraire – les premiers à ressentir et exprimer l’absurde de toute existence, mais Ulysse le conquistador, l’amant, le bâtisseur et le desperado. Les universitaires auront beau jeu – si le cœur leur en dit – de rechercher dans cette œuvre lyrique les influences philosophiques qui, par endroits, la marquent. Ce qu’ils ne pourront toutefois lui ôter – une fois mises en lumière les révélations esthétiques, éthiques, métaphysiques qui jalonnent le voyage d’Ulysse – c’est la flamme qui d’un bout à l’autre la parcourt. Elle emporte le lecteur sur des mers inconnues, des déserts jamais entrevus, des montagnes où le cœur s’endurcit et qui tous sont de notre temps. Beaucoup moins que le chant d’un passé pastoral où l’homme vivait à sa mesure étroite, l’Odyssée est celui d’un présent élargi aux dimensions de la planète."

Jacques LACARRIÈRE,

Dictionnaire amoureux de la Grèce, Plon, 2001, pp. 323-329.

———————————————————-

À signaler l'excellente maison d'édition Cambourakis qui proposent huit livres de Nikos Kazantzakis, voir ici. Ils ne sont malheureusement pas proposés au format numérique.

Voilà, rendez-vous le 4 avril pour la première publication, n'hésitez pas à m'envoyer vos commentaires et me signaler les éventuelles coquilles qui resteraient. Bonne lecture, prenez-soin de vous.