Previous month:
août 2022

7 notes en septembre 2022

Bibliothèque Numérique Romande : nouveau site

BnrÀ signaler le nouveau site que vient de mettre en ligne la Bibliothèque Numérique Romande. Des livres numériques gratuits proposés par une équipe de bénévoles, qui numérisent et relisent avec soin. Un travail de qualité, l'un des tout premiers à recommander dans l'espace francophone. Sans modération pour vos lectures, c'est par ici.


De Marque : dix ans de livre numérique 2012-2022

PlatIntéressant document proposé par la société québecoise De Marque qui revient sur 10 ans de livre numérique au Québec. Un acteur particulièrement important non seulement au Québec mais aussi chez nous, avec l'importance qu'ils ont eu du côté de la distribution numérique avec EdenLivres dont ils ont assuré le développement, sans parler des rachats de Feedbooks et de Cyberlibris. Vraiment une synthèse très complète sur le sujet, bravo.

Téléchargement Rapport 10 ans de données sur le livre numérique au Québec


Les éditeurs français ciblent la plate-forme Library-Z

LerneNouvelle cible des éditeurs français pour lutter contre le piratage, celle de la plate-forme Library-Z. Communiqué de presse aujourd'hui du Syndicat National de l'Édition. "Par son jugement rendu le 25 août 2022, le tribunal judiciaire de Paris a ordonné le blocage du site Z-Library par les fournisseurs d’accès à Internet. "Au total ce sont 209 noms de domaine et leurs éventuelles extensions sur d’autres sites «miroirs» qui sont rendus inaccessibles." Lire ici.

Liens bloqués, il ne s'est pas passé une semaine sans que d'autres soient créés évidemment, sans parler des utilisateurs qui modifient la DNS ou utilisent un VPN, impossibles à empêcher. C'est la méthode la plus courante pour empêcher l’accès à un site illicite. Hasard ou provocation, ce même site Library-Z, qui revendique dans toutes les langues près de 1,2 M. de livres et  85 M. d'articles, a lancé du 15 septembre au 1 octobre un appel de fonds "à tous ceux qui veulent contribuer encore plus au soutien et au développement de notre projet". Déjà 30% de la campagne est atteint à ce jour.

Library-Z dispose selon eux de serveurs basés partout dans le monde : aux États-Unis, en Russie, en Allemagne, en Finlande, en Malaisie et au Luxembourg. "Le volume de données stockées est actuellement supérieur à 220 TB". Si la musique et à un degré moindre la vidéo avec le streaming (la multiplication des services restant un réel frein), semblent passer à un autre sujet que le piratage, c'est que les offres légales sont parvenues à un degré de maturité satisfaisant pour les utilisateurs. Offre légale satisfaisante, l'Hadopi n'avait cessé de le répéter; c'est loin d'être le cas pour le livre numérique quand on rajoute l'utilisation très contraignante des DRM, les prix élevés, les restrictions géographiques pour les francophones et la faiblesse actuelle de l'offre en bibliothèques, c'est beaucoup. L'Hadopi semble d'ailleurs avoir complètement jeter l'éponge sur le sujet.

Il semble que les éditeurs aient abandonné un outil collectif de surveillance. Avec ou sans Library-Z, la rentrée littéraire reste très largement piratée comme tous les ans bien ailleurs. Notamment de la part d'acteurs qui ne disposent pas de leurs propres serveurs. Est-ce que cela change quelque chose alors que celle-ci semble redonner le sourire aux éditeurs ? Grand écart difficile...


Tout Rabelais chez Bouquins: pertinence de la version numérique

CoverÉvénement en cette rentrée que la parution de ce "Tout Rabelais" aux Éditions Bouquins, en coédition avec la librairie Mollat, comme l'avait été le dernier Montaigne, il y a trois ans. À signaler la très belle préface de Romain Menini et l'important appareil de notes proposé à la fin du copieux volume, sacrée brique. Tout Rabelais en un seul livre, saluons le pari éditorial.

En ce qui concerne la version numérique, déjà saluer l'éditeur, le seul à proposer des œuvres complètes avec La Pochothèque je pense; à contrario de la Pléiade, Omnibus, Babel et d'autres encore. Alors que ces derniers sont sur la défensive par rapport au format numérique, Bouquins propose résolument les versions à la parution des ouvrages.

L'intérêt de cette nouvelle édition de Rabelais est à la fois de donner un texte original aussi exact que possible des livres complets, mais aussi de proposer une version moderne, une "translation" (c'est le terme utilisé) dans notre langue actuelle. À chacun de choisir...

Dans la version imprimée, le texte original est donné systématiquement en belle page, la translation en regard sur les pages de gauche. Personnellement j'aurais préféré le choix inverse. Comme la disposition des textes en regard est impossible bien évidemment dans une version numérique, l'éditeur propose dans celle-ci intelligemment trois versions à la suite :

  • le texte original seul.
  • le texte dans la translation moderne seul.
  • le texte dans l'original et la translation, au fur et à mesure du texte à la suite, alternativement dans l'ordre des pages.

Ce qui relève d'un codex pour la version imprimée est donné en quelque sorte sous forme de volumen dans la version numérique.

Dans la version numérique, le lecteur peut faire le choix de la version qui lui convient, oublier le texte original en continu ou apprécier celui-ci seul ou en comparatif. C'est plus de 7000 pages qui sont proposés avec les reprises au lieu des 2000 pages de la version imprimée.

C'est remarquable, la complémentarité entre la version imprimée et numérique est un vrai atout pour le lecteur moyen comme pour le chercheur. C'est là aussi que l'on voit l'absurdité actuelle de ne pas pouvoir proposer une offre couplée, celle-ci aurait un sens évident.

Félicitations à Bouquins/ Mollat pour cette édition la plus complète que possible de l'œuvre de Rabelais, dans le fond comme dans la forme; quand le numérique vient enrichir lui aussi l'accès aux textes. Bientôt cinq cent ans après leurs parutions, la rupture du codex s'en trouve amplifier...

Un petit hommage, entre pérennité et modernité...

Rabelais

 


Rentrée 2022 : les liseuses ont toujours la cote

KoboDécidément les liseuses ont toujours la cote, quand on pense que certains les enterraient allègrement il y a dix ans. Pour preuve en cette rentrée, ce sont les deux leaders du marché Amazon et Kobo qui se tirent la bourre avec deux nouveaux modèles sur le segment de gamme principal.

Chez Kobo, c'est une nouvelle Kobo Clara E2 qui est annoncé pour le 22 septembre prochain. Voir l'excellent test chez GoodeReader. Je retiens personnellement la qualité de l'écran, l'attention sur le plastique recyclé, le support audio. Une chose importante qui n'est pas mentionné c'est l'absence d'une compatibilité avec les offres en bibliothèques en France. La DRM LCP n'est pas implémenté alors que le standard ouvre désormais sur tout le catalogue français et la DRM Adobe ne fonctionne plus. Les nombreux témoignages remontent du côté des bibliothèques, ne comptez pas emprunter des livres numériques. C'est quand même très embêtant pour les lecteurs, avec des offres qui s'étendent en France comme chez nos voisins francophones. Alors qu'en Allemagne Kobo Rakuten a avancé sur le sujet avec la marque Tolino qu'ils ont racheté, ce n'est pas le cas en France; c'est vraiment dommage, rien de tel du côté de Kobo France, exit les bibliothèques. "Eco-friendly" c'est bien, "Bibliothèque-friendly", ce serait encore mieux...

PS: j'ai trouvé une page qui montre l'utilisation possible de la DRM LCP chez Tolino.

https://hilfe.onleihe.de/pages/viewpage.action?pageId=3441453

 


Iznéo : la Fnac trouve la sortie

Logo-izneoSequencity arrêté en début d'année avec son partenariat avec Leclerc, Youboox revendu à Nextory, c'est aujourd'hui la Fnac qui se retire d'Iznéo comme actionnaire majoritaire au profit du seul groupe Media-Participations (voir Livres-Hebdo).

Preuve supplémentaire s'il en était que le modèle actuel de la bande dessinée numérique ne fonctionne pas, qu'il ne représente plus un enjeu stratégique fort pour un acteur français mais aussi européen comme la Fnac. C'est le diffuseur historique qui part.

D'après les derniers chiffres de l'édition donnés cet été, le marché de la bande dessinée est de 509,6 millions d’euros en 2021, avec une croissance de 55,8% par rapport à 2020, c'est le grand vainqueur de l’année dernière tous secteurs confondus. Paradoxalement, alors que les ventes numériques représentent désormais entre 5 et 15% des autres secteurs éditoriaux (sans parler du professionnel-universitaire à plus de 40%), la bande dessinée numérique plafonne toujours à un peu plus de 1%. Même l'effet Covid ne se sera pas fait sentir chez les amateurs.

Et pourtant dieu sait si Iznéo avait incarné beaucoup d'espoirs, une plate-forme 100% française contre les géants américains, très largement aidée par le CNL, faut-il le rappeler. Iznéo ouvert au printemps 2010, quels mois seulement avant la sortie de l'iPad puis le déferlement qui a suivi; le constat est cuisant dix ans plus tard, la mayonnaise n'a pas prise. Alors que la presse trouve enfin son modèle, la bande-dessinée numérique ne convainc toujours pas ses lecteurs. Il s'agit d'ailleurs de chercher les tablettes dans les linéaires de cette même Fnac pour s'en convaincre, ce n'est plus l'effervescence sur ce segment.

Alors que le manga numérique bouge avec l'arrivée de l'application du japonais Piccoma en France (son développement vient d'ailleurs bousculer la loi sur le prix unique), c'est en tout cas une annonce importante aujourd'hui qui remet aussi en perspective plus largement le développement du streaming et des offres d'abonnements dans l'édition. C'est peut-être du côté du livre-audio qu'il faut lorgner, à noter que c'est Ainara Ipas, ancienne directrice du service d’auto-édition Kindle chez Amazon, et ex-directrice d’Audible, qui prend les rênes d'Iznéo; un signe certain, l'enjeu est à l'audio.


Le catalogue français d'ebooks est disponible avec la DRM LCP

Logo_lcp_epagineLa DRM LCP est disponible désormais sur tout le catalogue de livres numériques français, les accords avec les éditeurs sont complets. C'est l'annonce qui a été faite en cette rentrée par ePagine. Un vrai parcours du combattant qu'a dû subir cette "DRM light", une solution open-source développée par EDRLab. La rampe de lancement était annoncée début 2017, c'est vous dire, revoir ici.

Le Monde revient sur les facilités à gérer les échanges de livres numériques avec des proches. Si la DRM est bien évidemment indispensable pour le prêt de livres numériques en bibliothèques, personnellement je me désole qu'une DRM soit encore attachée à des achats de livres en librairie en 2022. La solution du marquage, adoptée depuis des années par bon nombre d'éditeurs indépendants, a fait ses preuves, les livres ne sont pas plus piratés que les autres. Moins d'ailleurs, pour preuve les best-sellers sous DRM que l'on retrouve rapidement piratés en quelques jours, voire quelques heures pour certains. Enlever un marquage est un peu plus compliqué et dissuasif que d'enlever une DRM...

Le catalogue français sous DRM LCP, c'est déjà une étape importante vous me direz. Reste maintenant le problème épineux des matériels de lectures, notamment les liseuses, qui acceptent cette DRM LCP. Seules les marques Bookeen et Vivlio ont réalisé le déploiement. Pour Amazon et son format propriétaire, il ne faut bien entendu pas rêver; c'est bien entendu du côté de Kobo que les regards se tournent. La marque est très implantée en France au fil des années, avec le partenariat avec la Fnac. C'est aussi du côté des bibliothèques que l'enjeu est important. Il faudrait que Kobo (avec l'assentiment de la Fnac bien sûr) réalise ce passage. Il semblerait que la chose est faîte en Allemagne depuis quelque temps. C'est Livres-Hebdo qui le souligne: "Outre-Rhin, la nouvelle DRM est en effet compatible avec le fabricant de liseuses Tolino, créé par une alliance d’entreprises et racheté en 2018 par Kobo."

Si vous possédez une liseuse Kobo, je vous invite à vous rapprocher de Kobo France de toutes les manières que vous pouvez (mail, faq, réseaux sociaux, etc.), pour demander cette DRM LCP, qui permet d'échanger facilement vos livres numériques avec vos proches.

"J'ai appris que la DRM LCP est disponible sur tout le catalogue de livres numériques en France; quand pensez-vous que cette DRM sera disponible sur ma liseuse Kobo, pour faciliter les échanges de livres numériques avec mes proches? Merci pour votre retour."

Je fais aujourd'hui cette demande à Kobo France et la Fnac sur twitter; imitez-moi, peut-être que les choses bougeront dans le bon sens...

PS: Il y a urgence, relayée par notre ami bibliothécaire Franck Queyraud: "Les possesseurs de Kobo ne peuvent plus accéder au prêt numérique en bibliothèque via drm ADE. L'astuce ADE 3.0 ne fonctionne plus et le fichier plus accessible sur le site." Help Kobo!