659 notes dans la catégorie "Bibliothèques"

PNB : la coexistence DRM-LCP/ DRM-Adobe est bien prévue

KoboSi vous possédez une liseuse, vous êtes sans doute nombreux à vous poser la question. Même si la DRM-LCP se déploie dans les offres de prêt de livres numériques en bibliothèques (PNB) dans le courant de l'année, ce n'est pas pour autant que la DRM Adobe sera supprimé. "Oui, la coexistence LCP/Adobe est bien prévue". C'est en ces termes qu'EDRLab l'a confirmé aujourd'hui. Vous aurez donc le choix, une DRM-LCP plus facile d'utilisation si votre liseuse le permet ou l'actuelle DRM-Adobe si votre liseuse ne le permet pas. Si Bookeen et Tea seront sans doute les pionniers au fur et à mesure des mises à jours de leurs modèles, la question restait entière pour Kobo qui ne s'est pour l'instant pas exprimé sur le sujet. En plus des propriétaires de Kobo, les liseuses Kobo (comme les anciennes Sony d'ailleurs) sont aussi largement déployées dans les établissements, pas d'inquiétude pour l'instant à avoir.


Bibliothèques: des éléments nouveaux pour la DRM LCP

PnbL'Allemagne avait fait une annonce importante il y a quelques semaines, cela bouge maintenant en France. La société Dilicom qui gère le dispositif PNB (Prêt numérique en bibliothèque) vient de mettre en production la nouvelle version des interfaces et des services proposés dans le cadre de PNB. Cette nouvelle version, la 3e depuis la création de PNB, tient compte de la nouvelle DRM LCP (Licensed Content Protection). Elle est déjà déployée pour les catalogues distribués par Eden (Gallimard, Flammarion, Seuil, Actes Sud, etc.) et annoncée pour le catalogue Hachette pour la fin avril par Tea (The Book Alternative). La date pour les catalogues distribués par Numilog et Immatériel restant à définir. Des éléments sont également donnés sur la mutualisation des commandes qui concernent de près les réseaux de bibliothèques. Tous les détails sur le site de Dilicom dans les dossiers d'actualité. L'enjeu est maintenant que tous nos supports de lectures -nouveaux ou déjà achetés-, acceptent cette nouvelle DRM plus facile d'utilisation.

PS: Pour Interforum/Editis, ils passent par Eden pour PNB. Ils sont donc déjà couverts par le déploiement côté Eden/De Marque.


Les Classiques des sciences sociales: 25ème anniversaire

ClassiqueLes CSS vous connaissez? Elles fêtent leurs 25 ans cette année! Le sociologue Jean-Marie Tremblay, fondateur de la bibliothèque numérique francophone Les Classiques des sciences sociales a accompli un travail titanesque. Il tient cela à bout de bras depuis 1993 avec l’aide d’une soixantaine de bénévoles, mais cela ne suffit plus à la tâche. L’oeuvre est rendue plus grande que son fondateur.

Elle rassemble aujourd’hui plus de 7000 oeuvres en texte intégral de 1628 auteurs francophones de partout dans le monde, tous accessibles gratuitement. La plupart des livres, répartis dans sept grandes collections et 11 sous-collections, ne sont plus disponibles en librairie. Il s’agit d’un patrimoine de connaissance unique.

«Cette bibliothèque numérique, qui célèbre son 25e anniversaire de fondation en 2018, est la seule et unique organisation régionale qui, avec plus de 9,4 millions de téléchargements en 2016, rayonne mondialement dans 224 pays sur six continents. Je reçois une quarantaine de courriels par jour d’auteurs qui veulent offrir leurs oeuvres gratuitement. Nous ne sommes plus capables de suffire à la tâche. Les besoins à combler sont immenses. Nous accusons du retard sur les oeuvres à diffuser. Nous avons besoin d’aide», a lancé comme cri du coeur l’homme de 70 ans, qui travaille plus de 60 heures par semaine pour alimenter la bibliothèque numérique.

Lire le billet complet que lui consacrait en mars dernier Le Quotidien québecois.


Bibliothèques : Limédia Mosaïque ouvre dans le Sillon Lorrain

SillonlorainA l'Est du nouveau ! Bel exemple de bibliothèques qui s'organisent en réseaux pour proposer une importante offre numérique, c'est la Bibliothèque numérique du Sillon Lorrain Limédia Mosaique qui ouvre demain 14 avril. Elle est à l'initiative du Pôle métropolitain européen du Sillon Lorrain qui est porté par les quatre intercommunalités de Thionville, Metz, Nancy et Epinal. Tous les abonnés des bibliothèques de ce vaste ensemble disposent désormais d'un site très réussi pour retrouver des livres numériques, de la presse, de la musique, etc. Longue vie!


Bibliothèque numérique de Paris : le catalogue proposé

ParisBeaucoup de chiffres ont été donnés sur le dispositif PNB (Prêt numérique en bibliothèque) depuis quelques semaines. En revanche, je n'ai pas trouvé de statistiques sur l'offre effectivement proposée en bibliothèques. Il m'a paru intéressant d'analyser le catalogue de la Bibliothèque Numérique de Paris. Sur 12.863 titres disponibles, 9.087 appartiennent à des éditeurs qui disposent de plus de 100 titres au catalogue, soit 58% du total. Sur ces éditeurs, les groupes Madrigall (Gallimard, Flammarion, etc) et Editis sont présents à hauteur de 4.960 titres à eux-deux. Phénomène anormal, aucun des éditeurs du groupe Hachette (Grasset -75 titres-, Fayard -68 titres-, Calmann-Lévy -45 titres-, Lattès -37 titres-, Stock -27 titres-, etc.) ou affiliés comme Albin Michel -63 titres-, ne dépassent la hauteur des 100 titres au catalogue. Une situation que l'on retrouve dans toutes les offres. Un décalage flagrant. C'est peu de dire que les conditions de prêts actuelles de ces derniers ne conviennent pas aux bibliothèques.

Dernière statistique, les médiathèques de la Ville de Paris disposent d'un fond de 493.147 titres imprimés. Le catalogue numérique représente donc 2.6% en proportion.

Si l'on tient compte des titres du domaine public, avec 14.310 titres la Bibliothèque numérique de Paris est la 52ème sur les 64 qui dépendent de la Ville de Paris devant Crimée, Courcelles, Charlotte Delbo, Drouot, Musset, etc.

PS: les Editions du Seuil (879 titres) sont dans le groupe MediaParticipations.

 

Catalogueparis


Bibliothèques : un bilan 2018 du prêt de livres numériques (PNB)

PnbCommuniqué de presse du Syndicat National de l'Edition autour du PNB (Prêt numérique en bibliothèque). Après trois ans d'existence, un bilan qui est donné selon les chiffres communiqués par Dilicom qui gère le dispositif.

La lecture de livres en bibliothèque évolue et offre désormais un accès très large au prêt numérique. Plusieurs offres d’éditeurs ont été développées et proposées aux bibliothèques. Pour répondre à la demande des bibliothèques, 960 éditeurs ont rejoint depuis 2015 un dispositif conçu par l’ensemble des acteurs de la chaîne du livre pour déployer dans toute la France un système de licences de prêts pour les livres numériques appelé PNB (Prêt Numérique en Bibliothèque).

Tous les acteurs concernés (bibliothèques, ayants droit et libraires) ont été associés au développement de PNB, sous l’impulsion du ministère de la Culture, et ont supporté les coûts de sa création et de son développement.

A l’occasion de la parution du bilan de l’année 2017, publié le 16 mars 2018 par le Ministère de Culture, le Syndicat national de l’édition souhaite rappeler l’importance et les nombreux atouts de PNB.

3.900 bibliothèques, soit prêt de la moitié des bibliothèques de France, ont aujourd’hui accès à PNB. Avec plus de 620.000 prêts réalisés en trois ans, PNB est un service pleinement opérationnel pour les lecteurs numériques.

PNB regroupe 960 éditeurs, groupes et indépendants. Le succès du dispositif a permis de quadrupler le nombre de titres disponibles en l’espace de trois ans pour atteindre un catalogue regroupant aujourd’hui plus de 154.400 titres. Cette offre dépasse largement la demande des bibliothèques qui ont acheté 29.100 titres depuis 2015.

PNB assure par ailleurs des modalités de prêts souples, adaptables et sécurisées, tout en améliorant régulièrement l’expérience utilisateur de l’usager de la bibliothèque qui bénéficie ainsi d’un accès légal et gratuit aux livres. Une nouvelle évolution des mesures techniques de protection des fichiers est en effet aujourd’hui fonctionnelle, connue sous le nom de DRM LCP.

A la lumière de l’intérêt que représente PNB pour les lecteurs des bibliothèques comme pour tous les acteurs de la chaîne du livre, et pour assurer la pérennité du dispositif, le SNE demande aux pouvoirs publics d’affirmer leur soutien aux dispositifs interprofessionnels de lecture numérique en bibliothèques publiques.

Bon nombre de bibliothèques qui avaient démarré des offres de prêts de livres numériques sur des sites spécialisés sont en train de réintégrer le livre numérique auprès de leurs collections physiques, avec d'ailleurs de multiples autres offres numériques (presse, VOD, musique, autoformation, etc.). Malgré ces bons résultats, tout n'est pas rose malheureusement. Dans l'infographie ci-dessous, pas un mot sur la DRM Adobe qui reste le point noir du dispositif pour les usagers des bibliothèques avec des difficultés d'usages. Trois années sans rien faire... Nos amis allemands l'ont bien compris avec une annonce importante cette semaine. Autre point bloquant qui n'est pas mentionné ici, l'absence du prêt simultané proposé par le groupe Hachette avec des files d'attente incompréhensibles pour l'usager. Faîtes le test, si vous réservez une nouveauté aujourd'hui, il n'est pas du tout sûr que vous l'ayez pour vos vacances d'été. Un livre "stupide" et inaccessible en bibliothèques...

PS: un exemple chez nos amis suisses répéré aujourd'hui, regardez la date, ce n'est pas une histoire belge...

Pnb
Infographie_PNB-SNE_960x2402px_DEF-1-1600x4003

Je redonne ma GoogleMap des bibliothèques, mise à jour la semaine dernière, si vous voyez des oublis, indiquez-les moi: 


Tea : les bibliothèques allemandes déploient la solution Care avec Tolino

TeaUne très grosse annonce aujourd'hui par voie de communiqué de presse. La start-up française Tea vient en effet de contracter un partenariat avec le groupe allemand EkZ, la filiale divibib leader européen sur le marché européen du prêt de livres numériques pour les bibliothèques. Grâce à ce partenariat franco-allemand, CARE, la technologie de DRM interopérable développée par TEA, sera utilisée dans l’offre de divibib, mais également dans les liseuses Tolino, largement utilisées par les lecteurs allemands et les utilisateurs des bibliothèques en Allemagne et plus largement en Europe. C'est plus de facilité d'usages pour les lecteurs, se passer enfin de la DRM Adobe en bibliothèques. Il semble maintenant acquis que c'est par les bibliothèques que l'on fera enfin "la peau" à la DRM Adobe qui engendre tellement de difficultés d'usages, espérons que les choses viennent vite en France et dans les pays francophones. A suivre...

Paris, le 15 mars 2018. Lancée par TEA début 2015 et basée sur la spécification open source Readium LCP (Licensed Content Protection), la solution CARE (Content & Author Rights Environment) est la première DRM à la fois ergonomique et interopérable au monde. C’est cette solution que vient de choisir le groupe allemand ekz, leader du marché des bibliothèques en Europe, pour gérer ses prêts de livres et de journaux numériques à travers l’offre Onleihe, portée par sa filiale divibib. Dans le cadre de ce partenariat, la solution CARE sera utilisée par divibib pour son entrepôt numérique et ses applications de lecture, mais sera aussi déployée dans l’ensemble des liseuses Tolino afin de permettre aux utilisateurs de lire nativement des fichiers protégés par CARE sur ces terminaux.
 
Avec plus de 3.100 bibliothèques équipées à travers le monde et 28 millions de prêts numériques par an, divibib fait figure de géant sur le marché européen des prêts de livres numériques aux bibliothèques. Pour soutenir le développement croissant de ses activités, la société allemande avait besoin d’un partenaire technologique de confiance pour sa solution de DRM dont le rôle est central dans la gestion des prêts numériques (contrôle de leur durée, leur prolongation, leur révocation, leurs retours, etc.). Le choix du groupe ekz s’est donc porté sur la société française et sa solution CARE, déjà utilisée au sein de la plateforme TEA par plus de 35 enseignes proposant une offre de livres numériques en France, en Suisse, en Belgique et au Canada.

Jörg Meyer, Président Directeur Général du groupe ekz :
«Nous recherchions un partenaire industriel solide, qui comprenne notre métier et pour qui la DRM était aussi stratégique que pour nous. TEA est le premier utilisateur de sa solution CARE avec un déploiement en France dans des proportions qui démontrent la scalabilité de la solution. C’est une société technologiquement à la pointe dans notre domaine et qui connaît parfaitement les enjeux d’une DRM pour les bibliothèques et pour leurs usagers. La solution CARE répondait à notre besoin d’ergonomie pour les utilisateurs et d’ouverture pour permettre la lecture d’un ouvrage emprunté sur un maximum de terminaux.».
 
C’est précisément pour élargir le nombre de terminaux compatibles avec l’offre de divibib que Tolino a décidé d’intégrer lui aussi la solution CARE dans l’ensemble de ses liseuses. En effet, divibib équipe la plupart des bibliothèques outre-Rhin et les lecteurs numériques allemands sont majoritairement équipés de liseuses Tolino. Grâce à cet accord, toute liseuse tolino pourra nativement lire un format de fichier protégé par la DRM CARE. Autrement dit un usager pourra télécharger un fichier auprès de sa bibliothèque et l’ouvrir sans encombre, ni mot de passe supplémentaire, sur sa liseuse Tolino.

L'Alliance Tolino se félicite de la nouvelle coopération entre TEA, ekz et Tolino comme jalon pour un système européen de lecture numérique et comme preuve d'une bonne coopération franco-allemande dans le domaine de la culture. Le système CARE est l'occasion pour Tolino et son système ouvert de poursuivre sa réussite unique dans le cadre d'un nouveau partenariat. Des millions de lecteurs auront ainsi facilement accès à une agréable expérience de lecture dans le monde ouvert de l'ebook Tolino.
 
Pour TEA cet accord permet d’élargir de manière significative le nombre d’environnements de lecture compatibles avec le système CARE et par conséquent l’espace d’interopérabilité de celui-ci. En tant qu’utilisateur, que l’on soit en France sur une liseuse TEA ou en Allemagne sur une liseuse Tolino, on pourra sans difficulté lire un ebook provenant de la plateforme TEA ou de celle de divibib.

David Dupré, Directeur Général de TEA :
«En 2014, nous avons développé CARE pour notre propre plateforme en nous basant sur les spécifications de la DRM Readium LCP. C’était une première mondiale et avec 3 ans de recul nous avons la confirmation que CARE est indispensable pour une bonne ergonomie de lecture. Dès le départ nous avions l’ambition de proposer notre solution à d’autres acteurs du marché car nous étions persuadés de l’importance de déployer un environnement ouvert et ergonomique pour tous les lecteurs. Ce partenariat entre TEA, ekz et Tolino est une excellente nouvelle pour tout le marché du livre numérique en Europe. C’est un bel exemple de collaboration franco-allemande dans notre industrie.».
 
En effet, grâce à TEA et à son engagement pour le développement de LCP (la DRM interopérable open source poussée par Readium et l’EDRLab) cet accord va encore plus loin sur la voie de l’ouverture. La solution CARE repose sur la spécification Readium LCP et sera donc compatible LCP.
 
Rémi Bauzac, Directeur technique de TEA :
«L’interopérabilité de CARE est une extension de celle de LCP. Notre technologie supporte donc deux mécanismes d’interopérabilité. Le premier est propre à CARE: si le terminal de lecture et le fichier protégé sont compatibles CARE, alors l’utilisateur va pouvoir lire le fichier sans mot de passe supplémentaire. Mais si le terminal ou le fichier ne sont pas compatibles CARE, alors nous basculons automatiquement sur le second mécanisme qui est celui proposé par Readium LCP où un mot de passe est demandé à l’utilisateur pour lire son fichier. Les fichiers protégés par CARE mais aussi les environnements de lecture CARE supporteront nativement ces deux modes d’interopérabilité.»


10 sites pour télécharger des ebooks gratuits

Top10On parlera beaucoup du livre cette semaine. Sans doute moins de ces "stupides" livres numériques et d'offres gratuites qui pourtant favorisent la lecture.

Dix sites incontournables pour télécharger gratuitement des livres numériques, tous de qualité et du domaine public. De multiples formats, une interopérabilité totale vers tous vos appareils, un travail assuré par des équipes de bénévoles dans le monde entier. Nos institutions publiques n'ont jamais eu un seul mot pour eux, c'est bien dommage:

Bonnes lectures!

PS: vous pourrez en retrouver bien plus dans ma liste complète ici.


Lancement de la Bibliothèque diplomatique numérique

BdnLancement la semaine prochaine de la Bibliothèque diplomatique numérique. Elle est accessible à tous gratuitement et propose en ligne plusieurs milliers de documents patrimoniaux. Elle permet d’accéder à plusieurs milliers de documents numérisés du ministère et de documents issus de «Gallica», sélectionnés pour leur intérêt patrimonial: histoire diplomatique, traités, accords et conventions, protectorats et mandats français, publications officielles étrangères et intergouvernementales. Après Numistral, La Grande collecte, Rotomagus, Réseau francophone numérique, elle constitue le cinquième partenariat «Gallica marque blanche» entre la BnF et une institution française (voir les principes sur le site de la BnF). A découvrir cette bibliothèque ici.


Prêt numérique en bibliothèque : une GoogleMap à jour

PnbMise à jour de la GoogleMap des établissements qui proposent le prêt de livres numériques en bibliothèque via le dispositif PNB. Plus de 120 sites à ce jour. J'en ai profité pour signaler en vert les départements entrés dans les offres au travers des BDP (Bibliothèques départementales de prêts). N'hésitez-pas à vous inscrire selon vos régions. S'il en manque je compte sur vous, merci.


Reims : 15ème anniversaire de la Médiathèque Jean Falala

ReimsTrès intéressant reportage de France3 sur la Médiathèque Jean Falala de Reims qui fête cette année son 15ème anniversaire. Face à la cathédrale, ce sont 40.000 personnes qui fréquentent la médiathèque chaque mois. C'est aussi un portail qui propose aussi un grand nombre de ressources numériques, y compris des livres numériques.


Bibliothèques : le rapport Orsenna

BibliothequePour porter l'ambition d'Emmanuel Macron envers les bibliothèques dans sa campagne présidentielle et sensibiliser les acteurs au rôle fondamental de celles-ci dans notre société, la Ministre de la Culture Françoise Nyssen avait confié l'été dernier à Erik Orsenna une mission d’ambassadeur de la lecture. Publication la semaine dernière de ce "rapport Orsenna" consacré aux bibliothèques. Si le thème de l'ouverture des bibliothèques est le plus largement relayé, le numérique en général et le livre numérique en particulier font l'objet d'une bonne place. Un rapport qui ouvre des pistes mais qui ne donne aucune indication sur les financements. Et après? A retrouver sur le site du gouvernement. Une journée professionnelle, qu’organise la ministre de la Culture le 9 avril prochain, devrait permettre de mettre en œuvre les préconisations d’Erik Orsenna "pour transformer les bibliothèques en maisons de service public culturel de proximité, au service de la culture, de l’éducation, de l’inclusion numérique, de la lutte contre les inégalités et de l’égalité des territoires".

Livres-Hebdo donne une synthèse des réactions à ce rapport, à lire ici.

Pour archives le rapport Téléchargement 20182002 Rapport Voyage au pays des bibliothèques

A écouter l'intervention d'Erik Orsenna sur FranceInter.


Gallica Studio : créer des ePubs avec Gallica

GallicaGallica Studio et la Direction du Numérique pour l’Éducation (DNE) du ministère de l'Éducation nationale proposent aux enseignants de Lettres de créer en classe un EPUB enrichi, en s’appuyant sur les contenus de Gallica et sur la sélection, réalisée par la DNE, de 150 classiques de la littérature numérisés au format ePub dans Gallica.

Comment créer simplement un livre numérique enrichi? Puis-je utiliser un logiciel libre et gratuit? Quels types de contenus utiliser dans le cadre de ce travail éditorial? Comment ajouter des images, du son ou de la vidéo à mon ePub? Vous trouverez les réponses à ces questions dans cet excellent tutoriel (via le blog Gallica).

A signaler que ce tutoriel repose sur l'utilisation du logiciel libre Sigil que je ne saurais trop vous conseiller. A vos ePubs!

PS: comme d'habitude, on regrettera que Gallica ou même Eduthèque ne proposent pas de packs thématiques à télécharger. 150 ePubs (sans parler de 4500...) à télécharger à l'unité, c'est vraiment très long pour se constituer rapidement une petite bibliothèque à l'heure du numérique.


ABF : une enquête sur PNB (prêt numérique en bibliothèque)

AbfL'ABF (Association des bibliothécaires de France) a publié aujourd'hui les résultats d'une enquête sur le dispositif PNB (Prêt numérique en bibliothèque). Elle a rassemblé 104 répondants, "échantillon non représentatif mais suffisant pour alerter sur la situation et la nécessité de ne pas la laisser perdurer". Sur 104 personnes, seulement 36 utilisent effectivement le service, ce qui est malheureusement bien peu sur le nombre d'établissements en production. DRM, faiblesse du catalogue et coût du service sont les motifs d'insatisfaction, avec des pratiques de téléchargements embarqués sur liseuses qui perdurent:


"On constate que seul 1/3 des répondants (36 sur 104) utilisent PNB y compris par le biais d'une BDP. La faiblesse du catalogue (16 sur 36), les DRM (21 sur 36), le coût du service (13 sur 36) sont les principaux motifs d'insatisfaction de ce service. Sur ce dernier point, seuls trois des 67 répondants n'utilisant pas PNB sont mécontents des tarifs.

Aussi pour compenser un service jugé insuffisant, d'autres solutions sont développées, soit en complément de PNB, soit en lieu et place de PNB. La pratique majoritaire des répondants (60 sur 104) consiste à proposer non pas un service en ligne mais le prêt de liseuses pour l'essentiel déjà chargées de livres numériques. Parmi les solutions adoptées par les répondants, l'achat de livres numériques auprès de libraires en ligne sur le modèle du papier.

On peut le regretter mais ce qui est légal pour le papier, ne l'est pas pour le numérique. Seul un cadre contractuel permet à une bibliothèque de prêter des livres numériques. Et sans que l'on puisse savoir si ces pratiques reproduisant le modèle du papier sont appliquées en sachant être hors la loi, il faut souligner l'existence de ces usages.

Cet échantillon montre que les politiques publiques favorisant les plates-formes de prêt numérique, ne se sont pas imposées. Une étude plus ambitieuse est nécessaire pour approfondir et mieux appréhender les réalités de terrain, sans stigmatiser des pratiques loyales à défaut d'être légales".

Sans surprise, le principal sujet reste la problématique de la DRM, qui rejoint celle pointée par les libraires auprès de leurs propres clientèles depuis des années. Une étude d'une plus grande ampleur auprès des bibliothèques et des usagers serait en effet souhaitable plus de trois ans après le début du dispositif PNB. A lire le billet complet sur le site de l'ABF.


Overdrive : le prêt de livres numériques en forte hausse aux Etats-Unis

OverdriveLe prêt de livres numériques en bibliothèques a le vent en poupe aux Etats-Unis. Overdrive, la plate-forme la plus importante (filliale de Rakuten), annonce une hausse de 11% des prêts d'ebooks sur l'année 2017. C'est même 14% pour les contenus numériques en général avec des audiobooks à 24% d'augmentation l'année dernière. Nul doute que les prix des ebooks à la hausse depuis quelques années confortent les prêts dans les bibliothèques américaines. Quand on observe les publics, ce sont maintenant les jeunes et jeunes adultes qui sont en forte augmentation. Voir le communiqué de presse (via GoodeReader).


Livre numérique et bibliothèque personnelle?

BibliothequeLe quotidien québécois Le Devoir a consacré sur quelques semaines une série d'articles sur le thème des livres et des bibliothèques personnelles, terminant par un dernier autour du livre numérique et de la constitution de collections en étagères virtuelles: La Disparition des bibliothèques personnelles: biblio de pixels ou biblio de papier? Voir ici. Si les pratiques de lectures se modifient, les pratiques de constitution de bibliothèques ont-elles du sens pour les lecteurs numériques? L'article revient notamment sur les difficultés techniques pour les constituer et sur leurs pérennités. Au travers de vos commentaires, ravi d'échanger sur vos propres pratiques en la matière. A l'heure où tout semble disponible et en accès à chaque instant, constituez-vous votre propre bibliothèque numérique personnelle? Pour quels usages?


Prêt de livres numériques en bibliothèques : 21 départements pour l'instant

PnbEn cette fin d'année 2017, trois ans après le démarrage du prêt de livres numériques en bibliothèques à travers le dispositif PNB et alors que des grands réseaux mutualisés de bibliothèques au Québec, en Belgique et en Suisse donnent des résultats positifs, force est de reconnaître que peu de grandes métropoles (Grenoble, Montpellier, Rennes, Strasbourg) et de départements le proposent encore en France, 21 au total, au travers des BDP (Bibliothèques départementales de prêt). Voir la carte complète en France.

Voici la liste des départements ci-dessous. 23 départements - MAJ 02/02/2018

En vert sur la carte.


Suisse : eLectures donne son bilan

ElecturesNos amis suisses dressent un bilan du prêt de livres numériques en bibliothèques, en l'occurence celle du portail eLectures. "Après 27 mois d’exploitation, le bilan de l’expérience eLectures est plus que positif pour la BCUL (Lausanne), ses lecteurs et ses collaborateurs. En premier lieu, cette offre a trouvé son public avec 1.800 inscrits sur les 29.000 usagers actifs de la BCUL. Notre premier défi est, bien entendu, de continuer à la faire connaître auprès de notre public mais aussi d’en faire un outil permettant à la BCUL d’attirer de nouveaux lecteurs." Le très complet dossier avec des statistiques précises est à retrouver ici.


Enssib : la collection "La Numérique" entre web et bibliothèques

LanumeriqueA découvrir la collection "La Numérique" proposée par l'Enssib en partenariat avec OpenEdition. Des livres numériques qui interrogent le web et les bibliothèques. 7 titres pour l'instant que vous pouvez télécharger gratuitement aux formats PDF et ePub.

A découvrir la présentation qui a été faite de cette collection cette semaine à la Fondation Calouste Gulbenkian à Paris.


Readium LCP : un point complet

LCPA signaler un très complet billet sur Readium LCP du côté du blog BiblioNumericus. Une DRM plus simple d'utilisation qui devrait faciliter l'usage des livres numériques pour l'achat en librairie et le prêt de livres numériques en bibliothèques. L’objectif final est d’intégrer cette DRM Readium LCP pour abandonner la DRM d’Adobe, véritable plaie pour les lecteurs de livres numériques. Combien de temps cela va t-il prendre? Les estimations avancées sont prudentes, on parle de 2 à 3 ans pour abandonner complètement la DRM d’Adobe. Encore faut-il commencer... Pour l'instant seul Tea et ses partenaires ont mis en place Care, une DRM compatible avec LCP Readium. En février dernier, on parlait déjà d'une rampe de lancement, revoir ici.


Bibliothèques de Paris : le NetFlix du livre fête ses deux ans

ParisDeux ans déjà pour la Bibliothèque numérique de Paris ouverte à l'automne 2015, un véritable "NetFlix du livre" pour tous les parisiens. Cela sans trop de communication il faut bien le dire. Vous imaginez le battage médiatique si Amazon disposait d'un tel service? Et bien non, cela se passe dans les bibliothèques. Plus de 11.000 titres disponibles, des nouveautés, des livres de fond, d'excellentes sélections faites par des bibliothécaires. 4 titres gratuits en prêt à choisir chaque mois. Un bon complément à ceux qui achètent des livres en librairie, une réelle alternative à ceux qui n'achètent rien et qui piratent abondamment. Au premier trimestre 2017, on décomptait 4.000 usagers qui ont procédé à 16.000 prêts. 25% de grands lecteurs avec une moyenne d'âge de 49 ans. 40% des lecteurs ne lisent que des livres numériques. Nous attendons avec impatience les résultats de cette année. Parisiens lecteurs de livres numériques, si vous n'êtes pas déjà abonnés, profitez des vacances pour vous rendre en bibliothèques chercher un code. C'est par ici.


La Rochelle : comment valoriser le patrimoine écrit dans les établissements de lecture publique?

Clefs_boite8_150A signaler les 1er et 2 décembre prochains à La Rochelle, "Comment valoriser le patrimoine écrit dans les établissements de lecture publique?". La BnF (Bibliothèque nationale de France) fête les 20 ans de Gallica avec le CLL (Centre du Livre et de la Lecture en Poitou-Charentes), à l’occasion de la sortie de la saison 2 des Clefs du patrimoine écrit. Un partenariat entre la BnF/Gallica, les Archives départementales de la Charente-Maritime, la médiathèque Michel-Crépeau de l’Agglomération de La Rochelle et le Centre du livre et de la lecture en Poitou-Charentes. Tous les détails de ces journées sur le site du CLL. Je suis ravi d'avoir accompagné ce projet innovant développé pour les ateliers en bibliothèques.


Françoise Nyssen : le prêt numérique en bibliothèques

NyssenLa Ministre de la Culture, Françoise Nyssen, a profité de la Foire de Frankfurt pour faire part de son opposition à une exception pour un droit de prêt numérique en bibliothèques: «Il ne faut pas systématiquement demander des exceptions, qui contiennent derrière l'idée d'affaiblir le droit d'auteur. Cela, il n'en est pas question» a assuré Françoise Nyssen. Les conditions actuelles des modèles de prêt de livres numériques en bibliothèques reposent sur la notion de prêt avec une période de disponibilité limitée dans le temps. Si les négociations avec les éditeurs restent vives sur les prix, les accès simultanés et les durées des licences qu'il convient de réguler, la notion de prêt reste la priorité de la ministre sans nouvelle exception (via Actualitte).

PS: à titre d'indication, le modèle choisi chez Actes-Sud pour le prêt de livres numériques en bibliothèques:

  • prix multiplié par 1,5 par rapport à l'édition imprimée grand format (mais pas de rectification par rapport au passage en poche)
  • 30 prêts
  • 10 accès en simultanés
  • licence de 7 ans

De Marque : la solution LCP Readium bientôt au Québec

DemarqueLa société québecoise DeMarque a annoncé par communiqué de presse le passage en version bêta dès cet automne de son application mobile de prêt numérique en bibliothèque pour la Ville de Québec:

"Ce projet, qui bénéficie du soutien du programme de vitrine technologique de la Ville de Québec, permettra à la Bibliothèque de Québec de devenir la première bibliothèque de la province à proposer à ses usagers son application de lecture personnalisée mobile, ce qui rendra l’expérience d’emprunt d’un livre numérique plus conviviale que jamais.

La version iOS de l’application sera testée en condition réelle cet automne dans le réseau de la Bibliothèque de Québec. De Marque procédera à l’acquisition d’un lot de licences de livres numériques provenant en grande partie de maisons d’édition et d’auteurs établis dans la région de Québec.

Le nouveau système de prêt numérique en bibliothèque développé par De Marque sera parmi l’un des premiers au monde à utiliser la solution Readium LCP pour la gestion des droits numériques. Ce standard libre développé par la fondation Readium, et auquel des membres de l’équipe De Marque ont contribué, permettra de diminuer considérablement les coûts associés à chaque emprunt pour les bibliothèques, en plus de réduire le soutien technique auprès des usagers.

Avec le nouveau système proposé par De Marque, il ne sera plus nécessaire d’installer une application de lecture tierce et de se créer un identifiant Adobe pour emprunter un livre numérique; les lecteurs n’auront qu’à se connecter auprès de leur bibliothèque. En plus de l’application mobile, une application Web sera également disponible pour la lecture en streaming au format HTML pour éviter tout problème de compatibilité. Tous pourront facilement emprunter et lire un livre numérique, peu importe leur âge, l’appareil qu’ils utilisent ou leur degré d’aisance avec la technologie.

« Grâce au soutien de la vitrine technologique de la Ville de Québec, nous avons pu réaliser notre vision d’améliorer l’accès aux livres numériques en bibliothèque, se réjouit M. Boutet, le PDG de DeMarque. Ce seront les citoyens de Québec qui pourront profiter en premier de notre application de lecture.»

« Ce système pourra ensuite être déployé non seulement dans l’ensemble des bibliothèques du Québec, mais aussi ailleurs dans le monde, ajoute-t-il. On perçoit déjà de l’intérêt en Europe francophone, et j’ai aussi reçu des appels de Chicago et de Pittsburgh. C’est passionnant car ces discussions portent sur la manière dont cette application améliorera l’expérience de lecture numérique des gens. Pour moi, c’est là où réside l’innovation. »

DeMarque est un acteur clé pour le marché, tant au niveau des éditeurs/ distributeurs que des bibliothèques, y compris en Europe.  Avec ce premier pas au Québec, c'est enfin une étape décisive pour la suppression de la DRM Adobe pour le prêt numérique en bibliothèque.


Médiathèque Valentin Haüy : la rentrée littéraire est là

HauyCette année encore grâce aux équipes de la Médiathèque Valentin Haüy, les personnes aveugles et malvoyantes peuvent avoir accès aux parutions en même temps que tout le monde. En effet, plusieurs dizaines de livres de la rentrée littéraire 2017 sont déjà disponibles en format audio à la médiathèque Valentin Haüy, soit sous forme de CD, soit sur la plateforme de téléchargement en ligne Éole. Tous les détails sur le site de la médiathèque.