132 notes dans la catégorie "Barnes and Noble"

Nook jette l'éponge au Royaume-Uni

NookRien ne va plus toujours pour Nook, la filiale numérique de la chaine américaine Barnes & Noble. Nook a annoncé la fin de son service au Royaume-Uni à partir du 15 mars prochain, les clients retrouveront leurs comptes chez Sainsbury's, voir l'annonce. Elle sonne le glas d'une offre pour beaucoup de chaines, Sainsbury's, John Lewis, Argos, Asda, Dixons, Waitrose. Un marché britannique où Amazon va encore étendre un peu plus son empire, qui reste-il d'ailleurs outre-Manche? De plus en plus préoccupant pour les éditeurs. Aux Etats-Unis, les ventes d'appareils Nook et de contenus continuent de baisser. Hier, Barnes & Noble a rapporté une baisse de 1,8% des ventes trimestrielles avec une "faible demande pour les tablettes Nook". La division Nook a également signalé une perte de $11M. en 2015, cependant inférieure à la perte de $29M. un an plus tôt. Un rapprochement de Barnes & Noble avec Samsung entrepris en août 2014 en fanfare ("it's a terrific partnership" avait même lancé l'auteur James Patterson à l'époque) et qui n'aura donc guère eu l'effet escompté (via TheBookSeller).


Nook Glowlight Plus : une présentation complète

NookPlusieurs vidéos sur le nouveau Nook Glowlight Plus de Barnes and Noble sont apparues depuis quelques semaines. Comme d'habitude sur GoodeReader, la plus intéressante sur TheeBookReader. Ce modèle est disponible uniquement sur le marché américain. A signaler un élément important si vous voulez vous le procurer aux Etats-Unis lors d'un voyage, sachez qu'il ne supporte plus la DRM Adobe, pas de possibilité de récupérer des livres de cette façon en France, à lire ici.  


Barnes and Noble : un nouveau Nook Glowlight Plus

NookIl était attendu depuis plusieurs mois, le voilà enfin sur le marché américain. La chaine des librairies Barnes and Noble vient en effet de dévoiler son nouveau Nook Glowlight Plus sur le site. Cela faisait deux ans que le Nook n'avait pas eu de nouveautés, notamment avec les écrans de dernière génération chez eInk. Ce nouveau modèle 6 pouces possède donc un écran en eInk Carta avec une résolution optimale (1430x1080, 300 dpi). De plus il est étanche avec une certification IP67 comme le Kobo Aura H2O. 4 GB de mémoire interne. Un prix très agressif à 129,99$ avec des spécificités équivalentes au Kindle d'Amazon, l'étanchéité en plus. CNet en propose déjà une présentation. The Nook is back!


Nook : bientôt un nouveau modèle

Nook-glowlightBonne nouvelle pour nos amis américains, la chaine Barnes and Noble devrait sortir un nouveau Nook dans les semaines qui viennent. Le dernier en date datait de 2013. On a longtemps cru que cette excellente liseuse débarquerait en Europe par le Royaume-Uni, en vain. Après l'arrêt complet de ses tablettes qui ont bien failli participer à l'écroulement de l'Empire, le libraire américain revient avec une liseuse. Comme quoi c'est bien sur ce terrain-là que l'on peut maintenir la concurrence face à Amazon, aux Etats-Unis comme ailleurs (via TodoEreaders).

PS: selon GoodeReader, il s'agirait de deux modèles dont l'un au format 8 pouces, l'annonce interviendrait la semaine prochaine.


Liseuses : certains y ont cru, d'autres pas...

LiseusesIntéressant billet sur Liseuses.net qui revient sur le marché des liseuses. Un marché démarré en 2007 par Amazon qui a lui-même lancé celui du livre numérique dans son entier. Tablettes/ liseuses, c'est le même marronnier depuis tellement d'années, relire seulement au printemps 2013. Les "chaussures de randonnée" résistent toujours bien. J'ai eu envie de compléter ce billet par un panorama des sociétés (12 au total) qui ont cru ou non aux liseuses. Un retour en arrière sur des stratégies bien différentes, certaines très récentes qui sont riches d'enseignements:

Ils n'ont pas cru aux liseuses

Google: le géant américain a démarré son programme de numérisation GoogleBooks très en avance dès 2005. On aurait pu croire qu'il allait prendre une longueur d'avance sur le marché du livre numérique, malgré la défiance des éditeurs. Aucune réaction à l'arrivée du Kindle d'Amazon. Google a hésité un temps en 2011, une fois que le marché était bien parti autour d'un modèle IRiverStory. Le projet a été stoppé, la firme a choisi de se déployer vers les smartphones et les tablettes Nexus avec le succès que l'on connait du côté d'Android. En revanche, malgré l'arrivée d'une offre de livres sur GooglePlay il y a deux ans, Google représente moins de 5% des ventes de livres numériques sur le marché anglo-saxon. A peine plus en Europe. C'est bien maigre aux regards des investissements consentis dans la numérisation en amont par Google. Pas très grave sans doute, tant le géant américain n'en est pas à un business près.

Samsung: le fabricant coréen est le principal acteur en terme d'innovations sur le high-tech. Il n'a pas repéré la technologie comme Sony ou Philips à son démarrage. Samsung a exploré le marché en Asie en 2010 avec deux modèles développés en interne. J'avais même rencontré l'équipe commerciale au Salon du Livre. Des bons modèles, Fnac, Darty pressentis chez nous. Quelques mois seulement plus tard, enterrement de première classe. Samsung lâche l'affaire à l'international, brade les séries fabriquées et passe à Android. On ne croit plus aux liseuses chez Samsung, Amazon aura beau jeu de venir en Asie avec son Kindle. Samsung n'existe pas sur le marché du livre numérique. Depuis cette année, le géant corréen a conclu un partenariat avec Barnes and Noble sur les tablettes aux Etats-Unis. Quels retours sur les ventes? A Frankfurt la semaine dernière, Samsung affichait un volontarisme certain envers les éditeurs du monde entier pour promouvoir ses technos sur smartphones et tablettes. Deux marchés sur lesquels sa situation va être très difficile selon les analystes dans les années à venir.

Borders: la chaine de librairie américaine n'a pas cru aux liseuses au démarrage sur le marché américain. Le train du numérique parti sans Borders, Amazon l'a tuée.

Apple: Steve Jobs ne croyait pas aux liseuses, comme d'ailleurs au marché de la lecture numérique. Voir ses propos révélateurs en janvier 2008: "Aujourd'hui, il y a un large éventail d'observations sur l'industrie, y compris sur l'Amazon Kindle, un livre électronique qui, selon moi, ne mène nulle part en grande partie parce que les américains ont cessé de lire. Peu importe si le produit est bon ou mauvais, le fait est que les gens ne lisent plus". Malgré le succès de son iPod qui était bien un lecteur spécialisé et non généraliste, Apple a cru mettre au pas la lecture numérique avec les succès de son iPhone, puis de son iPad et de sa formidable machine à cash iTunes. Malgré la part hégémonique qu'Apple possède sur les marchés des smartphones et des tablettes depuis de nombreuses années, le géant américain pèse moins de 15% du marché du livre numérique anglo-saxon. On est très loin de la razzia qu'Apple avait fait sur la musique dématérialisée. Certains rêveront toujours d'une liseuse Apple? La razzia aurait bien pû se faire en effet. Amazon peut bien remercier Jobs et Apple qui part aujourd'hui sur les montres.

Orange: l'opérateur français a travaillé sur les premiers modèles de liseuses au moment du lancement de la première offre de livres numériques Read and Go dès 2008. En partenariat avec cinq grands titres de la presse française (Le Monde, le Parisien, les Échos, l’Équipe et Télérama) ainsi que les Editions Mango et des premières titres d'Hachette, Orange avait démarré un prototype autour des liseuses Iliad et CybookGen3. A l'époque Pierre Assouline rapportait même la réflexion d'un éditeur: "C’est plié: les télécommunications feront la loi chez nous aussi. Vous verrez, un jour, Orange sera le vrai maître de l’édition en France”. Lettre morte chez Orange pour un déploiement important, le prototype est resté en cet état, les équipes sans doute renvoyées à leurs chères études. En mai 2010 encore, on pressent un accord entre le fabricant chinois Hanwang et Orange. La commercialisation devait intervenir en septembre de la même année. Là encore, il n'en sera rien, on ne croit toujours pas aux liseuses à la tête d'Orange, qui rate une nouvelle fois le coche. Depuis deux ans, Orange est à l'initiative du modèle ouvert MO3T. Des éditeurs, des libraires autour de la table, aucun fabricant de liseuses. Fermez le ban. Orange n'existe tout simplement pas sur le marché du livre numérique en France.

SFR: comme Orange, SFR s'était rapproché de l'univers des liseuses en 2008 autour d'un prototype sur le CybookGen3. Vite remisé dans les cartons de l'opérateur.

 

Ils ont cru aux liseuses

Amazon: Amazon a tout de suite compris le business qu'il pouvait réaliser avec les liseuses dans son emprise globale sur le marché du livre. Le Kindle sorti en 2007, c'est son arrivée qui a fait décoller le livre numérique dans le monde entier. Réplique dans chaque pays à l'arrivée d'Amazon. Revoir la recette du Kindle en 2012. Une dizaine de modèles très largement subventionnés au total depuis cette date. Amazon près aujourd'hui 60% du livre numérique américain et près de 80% au Royaume-Uni. Amazon sort aujourd'hui deux nouveaux modèles de liseuses, trois modèles au total entre 79 et 199$.

Barnes and Noble: le libraire américain a vite compris l'enjeu au démarrage du marché aux Etats-Unis en 2007. Le développement du premier modèle Nook s'est fait en 2008, la première Nook lancé en 2009. C'est un modèle très innovant avec un double écran. Bien que Barnes and Noble ait bien failli boire le bouillon avec ses tablettes propriétaires, il représente près de 20% du marché du livre numérique américain. On regrettera qu'un développement international ambitieux, pressenti il y a quelques années, n'ait finalement pas abouti pour le Nook. L'alliance avec un libraire, pas facile pour d'autres libraires eux-mêmes.

Sony: Sony est le pionnier des liseuses. La technologie très tôt repérée, les premiers modèles sortent en 2004 au Japon et en 2006 aux Etats-Unis. Objectif de Sony, ne pas rater le livre comme il a raté la musique quelques années plus tôt. Dix ans plus tard, Sony abandonne le marché des liseuses cette année. Il n'a pas percé aux Etats-Unis face à Amazon mais surtout n'a pas réussi à convaincre des grands libraires dans le monde entier. Maintenir une liseuse "générique" devient impossible tant les modèles sont désormais très largement subventionnés par tous les libraires. Malgré une liseuse toujours de qualité, impossible de tenir sans la librairie associée. Sony supprime la ligne "liseuse", dommage.

Rakuten/Kobo: le géant du e-commerce japonais met la main sur la petite start-up canadienne en 2011. Objectif, suivre Amazon à la trace. Malgré l'échec aux Etats-Unis sans chaines associées, Kobo conclu de nombreux accords avec des distributeurs en Europe. Des sommes très importantes sans doute investies par Rakuten pour suivre le rythme en gamme (liseuses et tablettes) avec des modèles fortement subventionnés, mais le livre numérique s'inscrit dans un enjeu plus global pour le géant asiatique.

Fnac: plusieurs tentatives de la part de la Fnac. La première en 2008 avec Sony. L'offre de livres n'est pas là, un désengagement total de la part d'Hachette au niveau de l'offre, la Fnac jette l'éponge. Nouvelle tentative en 2010 avec un modèle FnacBook, développé en interne par la Fnac. Celui-ci se révèle assez médiocre, aussi bien la conception que l'ergonomie, dommage. Dernière tentative en 2011 au lancement du Kindle en France, un partenariat avec Kobo. Les Kobo rentrent en France avec succès. Fnac/ Kobo réprésentent plus de 20% du marché du livre numérique dans notre pays.

Deutsche Telecom: l'opérateur allemand a sans doute observé très tôt en interne ce marché. Très discret sur la question, il démarre tard au printemps 2013 seulement avec un modèle développé en interne et, sous la marque Tolino, rallie des grands acteurs de la distribution en Allemagne. En moins d'un an, Tolino raffle le morceau, plus de 30% du marché allemand et taille des croupières à Amazon. Il part à l'international depuis le début de l'été, Belgique, Pays-Bas, Italie...


Etats-Unis : Nook rejoint 3M en bibliothèques

NookAutre annonce à Frankfurt, celle de Barnes and Noble et 3M qui ont officialisé un partenariat pour la solution 3M Library Systems, d'offres de livres numériques en bibliothèques aux Etats-Unis. Les bibliothèques pourront acheter des Nook with Glowlight pré-installés du logiciel sécurisé, ceux-ci ainsi facilement intégrés dans l'environnement de 3M pour être prêter aux usagers. La solution a déjà été testé avec succès à la BiblioTech Library à Bexar County (Texas) avec plusieurs centaines de Nook en prêt (via BusinessWire).


Barnes and Noble : Galaxy Tab 4 Nook avec Samsung

BarnesOn n'y reprendra plus le libraire américain Barnes and Noble à se lancer avec des tablettes propriétaires. Elles ont bien failli condamner l'enseigne entière il y a plus d'un an. L'heure est aux accords gagnant/ gagnant. L'annonce avait été faite au début de l'été, c'est officiel aujourd'hui avec le lancement d'une tablette 7 pouces Galaxy Tab 4 NOOK, en partenariat avec Samsung. Un prix à 179$, une concurrence de taille face à Amazon avec l'apport du géant coréen qui surfe sur la vague Android. On pensait Microsoft, Sony, c'est donc Samsung qui aura répondu présent. Avec une très bonne tablette et de solides liseuses (peut-être un renouvellement de la gamme?), voilà Barnes and Noble bien pourvu sur le marché américain pour concurrencer un Amazon dont le dernier FirePhone semble subir un démarrage plus que difficile. B&N-Samsung, "it's a terrific partnership" lance même l'auteur James Patterson (via BusinessWire).


Les liseuses Nook sont dans Londres

LondonLes Nooks sont en Angleterre, le nouveau modèle Nook Glowlight depuis quelques semaines seulement. Si vous êtes sur Londres cet été, une visite s'impose absolument pour aller les découvrir et les prendre en main. Petit prix à 89£ pour ce dernier Nook. 4 adresses dans Londres, suivez le guide!

John Lewis sur Oxford Street

John lewis

John Lewis à Bent Cross

Bent cross

Blackwell's à Wellcome Collection, Euston Square

Blackwells

Blackwell's à UoL Goldsmiths, New Cross

Blackwells2

Vous pourrez les trouver également dans les chaines Argos, Asda et Sainsbury.


Nook Glowlight débarque en Angleterre

Nook ukUne très bonne nouvelle. Le Nook Glowlight de Barnes and Noble est désormais disponible en Grande-Bretagne depuis la semaine dernière. Sur le site anglais au prix de 89£ (soit un peu plus de 110€) ainsi que chez les partenaires libraires. Un prix agressif, 20£ de moins que le Kindle PaperWhite d'Amazon. Ce Nook est un remarquable modèle plébiscité aux Etats-Unis; personnellement j'utilise toujours régulièrement la version précédente avec beaucoup de plaisir. N'hésitez pas à profiter d'un voyage à Londres pour vous le procurer (via Engadget).


Barnes and Noble se sépare de Nook Media

MynookUltime épisode semble-t-il de la saga Nook Media de la chaine de librairie américaine Barnes and Noble, celle-ci va en effet se séparer de sa filiale début 2015. L'objectif est d'assurer à Nook Media une autonomie propre avec une recapitalisation. L'annonce a été faite lors de la publication des résultats de 2014. Les ventes de Nook (tablettes et liseuses) ont été particulièrement touchés, en baisse de près de 45% à 260 millions de dollars pour l'année. La société a perdu 218 millions de dollars en 2014. On comprend mieux l'annonce il y a quelques semaines d'un partenariat avec Samsung pour des ventes de tablettes GalaxyTab pour assurer l'année (via DigitalBookWorld).


Nooks : à se procurer facilement sur eBay

51jat7CVtoL._SX385_En ce début d'été, une possibilité qu'il convient de ne pas oublier si vous souhaitez de très bonnes liseuses, c'est du côté des Nooks. Bien qu'indisponibles chez des revendeurs en France, vous pouvez vous les procurer facilement sur Ebay ou Amazon et les faire venir du Royaume-Uni. Un rapide sondage, le Nook Simple Touch est autour de 75€, le Nook Touch with Glowlight autour de 95€ (ports compris). J'ai notamment repéré le vendeur Qudek sur eBay. Des liseuses excellentes que j'utilise régulièrement depuis des années. Développées par la chaine des librairies Barnes and Noble, les Nooks rivalisent efficacement avec les Kindle d'Amazon sur le marché américain. Ce n'est pas le fruit du hasard. Vous ne pourrez pas acheter directement des livres en français sur l'interface de la librairie Barnes and Noble (les catalogues français sont absents). En revanche, vous importerez dessus tous les livres que vous aurez acheté chez des libraires indépendants de chez nous. Elles sont bien évidemment 100% compatibles!

PS: les deux modèles à retrouver dans mes tests ici.


Barnes and Noble : un accord avec Samsung

BarnesandnobleOn se rappelle de la descente aux enfers de Barnes and Noble en début d'année dernière avec les méventes de ces tablettes Nook sur le marché américain. Ne pas refaire les mêmes erreurs auprès de clients exigeants qui souhaitent le meilleur d'un matériel qui évolue très vite. C'est le sens aujourd'hui de l'accord qui vient d'être engager par Barnes and Noble avec Samsung pour la distribution de la tablette 7 pouces Galaxy Tab 4 avec l'environnement Nook. La sortie est prévue début août dans tous les magasins aux Etats-Unis. On voyait plutôt Microsoft, c'est donc Samsung qui aura senti la bonne affaire avec le libraire américain. Peut-être d'autres accords à venir entre d'autres libraires et des acteurs de l'high-tech. Je pense à Kobo et Sony qui ont commencé des rapprochements. Le communiqué de presse est ici. Peut-être d'autres annonces pour la rentrée, je verrais bien un Nook Glowlight avec l'eInk Carta (via LaPresse.ca).


Barnes and Noble : NookPress pour les auteurs et éditeurs indépendants

NookL'auto-publication décidément au centre des enjeux sur les plate-formes. Barnes and Noble ouvre son espace NookPress aux auteurs en direct, leur permettant de vendre sur la librairie Nook. 7 pays en Europe sont concernés: Royaume-Uni, France, Allemagne, Espagne, Italie, Pays-Bas et Belgique. NookPress rejoint ainsi les services équivalents proposés par Apple, Amazon, Kobo et d'autres acteurs plus petits. NookPress est ouvert bien évidemment aux éditeurs qui le souhaitent (via BussinessWire).


Barnes and Noble : un avenir pour Nook?

Nook-logoBarnes and Noble en grande difficulté aux Etats-Unis avec des résultats très mauvais. Une compétition impitoyable avec des supports tablettes et liseuses dont les prix sont à la baisse. On s'oriente sans doute vers une séparation de l'activité Nook avec le partenariat d'un acteur high-tech, une issue qui avait déjà été évoqué il y a un an. C'est ce que révèle Livres-Hebdo aujourd'hui. "La branche Nook continue de fortement peser sur ses résultats: la filière électronique a enregistré une chute de 50,4% de ses revenus entre le troisième trimestre 2013 et le troisième trimestre 2014. Ses pertes, moins fortes que les trimestres précédents, s'élèvent malgré tout à 61,8 millions de $ pour ce troisième trimestre.
Les ventes de liseuses et tablettes Nook ont baissé de 58,2% tandis que celles des contenus numériques ont diminué de 26,5%. Barnes and Noble invoque un prix moyen des supports en baisse et l'absence de nouveaux produits. Le groupe envisage de réduire le nombre de salariés dans cette filiale, après avoir fortement réduit les coûts. Nook envisage malgré tout de lancer un nouveau support en couleur d'ici l'été pour se relancer, et même survivre dans ce secteur. La filiale est toujours en quête d'un partenariat avec un fabricant mondial" (via Livres-Hebdo). Personnellement, je ne vois que Microsoft qui puisse être en mesure de donner un avenir à Nook Media. Il va falloir faire vite maintenant quand on voit ces résultats.


Barnes and Noble réduit les équipes du Nook

Nook1Le libraire américain Barnes and Noble a annoncé une restructuration de son équipe de dévelloppement Nook. Des résultats décevants, un marché des tablettes ultra-concurrentiel pour les Nook HD et HD+, un nouveau NookGlowlight qui n'a sans doute pas reçu le succès escompté avec des avis mitigés. Toujours aussi compliqué pour Barnes and Noble de développer un environnement complet pour lutter avec Amazon, avec des matériels largement subventionnés. Nul doute que Kobo doit aussi avoir beaucoup de mal. Le jeu des alliances aurait bien tout son sens, comme Sony avec Kobo. Alors, alliance de Barnes and Noble avec des acteurs smartphones/tablettes pour bientôt? Sony? (via Techcrunch).


Barnes and Noble : librairie dans 32 pays avec Microsoft

NookwindowsUne annonce importante, c'est le déploiement de l'offre numérique du libraire américain Barnes and Noble dans 32 pays. La France est au rendez-vous ici, mais aussi dans l'espace francophone la Belgique, la Suisse et le Québec. Barnes and Noble propose une librairie avec des magazines et des livres au travers de l'environnement Microsoft, tablettes et PC sous Windows 8. Plutôt que de distribuer ses propres tablettes sous Android qui n'ont pas rencontré le succès escompté, Barnes and Noble rejoint Windows au travers d'une application gratuite à télécharger. La proximité de l'environnement n'est pas une surprise car Microsoft était entré au capital de Nook Media il y a dix-huit mois (via WallStreetJournal).


Barnes and Noble : Nook Glowlight et ancien modèle

Nook-glowlight-and-nook-simple-touch-with-glowlight-1024x620Une comparaison du nouveau Nook Glowlight avec le précédent modèle de Barnes and Noble sur l'incontournable GoodeReader. A l'arrivée, c'est surtout la lumière intégrée qui a été considérablement améliorée, comme chez la concurrence d'ailleurs. Pour le reste assez peu de changements je trouve, l'ancien modèle tient bien la route surtout avec les boutons latéraux et l'emplacement de la carte micro SD qui ont disparus. A mon avis si la lumière intégrée n'est pas indispensable pour vous, le modèle Nook Simple Touch à 79$ (équivalent 59€) avec son excellent écran reste un magnifique choix. Ne cherchez pas les Nook en France, ils sont pour l'instant vendus uniquement aux Etats-Unis (certainement bientôt en Angleterre); vous l'achetez peut-être là-bas ou vous le faire ramener par quelqu'un, cela vaut la peine.

PS: Comme d'habitude sur GoodeReader vous pourrez retrouver des vidéos de comparaison avec les modèles concurrents.

 


Barnes and Noble : nouveau Nook Glowlight

Nook1Evénement lundi dernier à New-York avec la présentation du nouveau Nook Glowlight du libraire américain Barnes and Noble. On attend beaucoup tant le Nook Touch with Glowlight est depuis dix-huit mois l'un des tout meilleurs modèles sur le marché, si ce n'est le meilleur pour beaucoup d'observateurs affutés (revoir mon test ici). Premiers retours très bons. Plus fin, plus léger, un bel écran et des changements en profondeur dans l'interface de navigation. Lui aussi supporte la technologie eInk Regal adoptée par le Kobo Aura. Un prix de 119$ qui le place idéalement sur le marché américain. A regarder la présentation light qu'en font nos amis de GoodeReader (la complète suivra comme d'habitude) ainsi que les billets sur TheVerge et CNet. Une très bonne nouvelle ce nouveau Nook. Espérons qu'il connaîtra un déploiement en Europe avec des enseignes, nous-autres européens avons besoin des Nooks!


Kobo Aura en drop-test

BoxeOn avait vu le drop-test du Kindle PaperWhite la semaine dernière, c'est aujourd'hui le tour du Kobo Aura de subir la triste épreuve chez GoodeReader. Quelques craintes à avoir avec la dalle capacitive qui sont finalement levées. Même si le choc le plus rude laisse la machine un peu esquintée, elle fonctionne toujours. Kobo a bien bossé sur la résistance aux bosses, bravo.

PS: GoodeReader a aussi mis en ligne le même test pour le Nook Touch with Glowlight. Il passe avec succès lui aussi.


Barnes and Noble : un nouveau Nook bientôt

Nook-fcc-bnvr500aUne nouvelle que j'attendais depuis un moment, je dois le dire. Barnes and Noble devrait annoncer dans les semaines qui viennent un nouveau modèle de son Nook. Il devrait remplacer l'actuel Nook Simple Touch with Glowlight (mon test ici). Sans doute pas avec la technologie eInk Carta réservée pour Amazon, mais peut-être avec eInk HD et le procédé Regal de rafraichissement d'écran. Barnes and Noble avait été le pionnier sur la lumière intégrée, en nous habituant toujours à un design et un software impeccables. Une trés bonne nouvelle pour le marché de les voir revenir avec un nouveau modèle, peut-être même avec une déclinaison en Europe (via GoodeReader).


Barnes and Noble: y a-t-il un pilote pour le Nook?

Nooks_newAprès la claque monumentale de ses tablettes en début d'année sur le marché américain, il semblerait bien que Barnes and Noble n'ait pas complètement abandonné le développement de sa gamme Nook. Si au début de l'été, la partie semblait abandonnée, fin août des annonces plus positives étaient apparues avec la nécessité absolue de conclure des partenariats. Plusieurs sources au sein de B&N semblent désormais confirmer des annonces de nouvelles tablettes en octobre, ainsi que plus sûrement un nouveau modèle de reader. Une phrase a émergée lors de l'annonce des derniers résultats de la firme américaine la semaine dernière: «Personne n'est content avec Nook, nous savons que nous devons proposer une nouvelle stratégie d'e-reader, mais ce n'est pas facile quand vous regardez la concurrence." Côté Europe, la situation est toujours au point mort, aucun partenariat n'ayant été encore conclu avec des acteurs locaux. Une situation bien préoccupante pour la chaine américaine, très affaiblie par la situation de ses librairies physiques aux Etats-Unis (via TheDigitalReader).


Le Nook Touch with Glowlight sous les 100$

Nook-simple-touch-glowUn modèle de liseuse/ livre électronique avec l'éclairage intégré à moins de 100$? Nous avions déjà le Tolino en Allemagne. C'est aussi chose faite du côté de Barnes and Noble avec son Nook Touch with Glowlight qui est désormais proposé à 99$ aux Etats-Unis et même à 69£ au Royaume-Uni pour une période limitée (soit près de 80€); il grille ainsi la politesse à Amazon et Kobo avec des modèles vendus près de 20% plus cher. Quand cela vient de l'un des meilleurs modèles sur le marché (revoir mon test), la pression est d'autant plus vive. Franchement, au prix d'un Kindle sans tactile, pas photo. La rentrée va incontestablement être chaude sur les prix avec des modèles largement subventionnés par tous les acteurs (via TechCrunch).


Nook : succès dans les librairies Blackwell

NookblackNous en avions déjà eu l'écho le mois dernier, confirmation en début de semaine que le Nook Simple Touch de Barnes and Noble rencontre un grand succès au Royaume-Uni, cette fois-ci du côté des librairies Blackwell. Proposé au prix imbattable de 29£, le Nook attire par son prix mais aussi par sa qualité.

Matthew Cashmore, directeur du numérique chez Blackwell, revient sur l'impact de la nouvelle tarification du Nook Simple Touch sur les ventes: «Nous ne pouvons pas assurer les stocks de Nook. C'est un grand succès auprès de nos clients - principalement parce que c'est en fait un excellent eReader. Le Nook n'a pas eu la même pénétration du marché que d'autres eReaders parce qu'il était à la fois nouveau sur le marché et pas suffisamment mis en valeur en magasins. La baisse des prix et la vente via de nombreux détaillants ont essentiellement porté le Nook sur l'ensemble du marché. Ce n'est pas seulement la baisse de prix, c'est aussi de mettre autant d'eReaders dans les mains de lecteurs que possible, afin que les gens puissent voir ce qu'est un bon eReader. Le succès de cette opération a été démontrée et continuent à se traduite par de fortes ventes. Les ventes de livres numériques ont bien sûr explosé; quand vous mettez ce nombre d'eReaders dans tant de mains il n'est guère surprenant que les ventes de contenus augmentent de façon exponentielle. Dire que le Nook est en croissance au Royaume-Uni est un euphémisme. Blackwell a choisi le Nook parce que c'était le meilleur eReader; nous restons avec le Nook parce que c'est un superbe succès commercial et qu'il continue". Une stratégie que l'on doit regarder attentivement chez Amazon et Kobo (via Forbes).


Le Nook Touch toujours un best-seller

Nook-Simple-Touch-Asda-best-sellerLes déboires de Barnes and Noble avec ses tablettes, la démission récente de son président William Lynch, tout cela n'entame en rien le succès du Nook Touch sur les marchés américains et britanniques. Il est disponible à 29£ (environ 35€) sur Argos de l'autre côté de la Manche. Un formidable modèle. Personnellement je peux témoigner qu'il serait disponible en France, qu'il taillerait de sérieuses croupières aux modèles de Kobo, d'Amazon et autres. Des regrets sans doute pour Barnes and Noble d'avoir choisi une stratégie de tablette-propriétaire trop couteuse, plutôt que le déploiement en Europe de son offre de readers avec des partenaires et une simple alliance avec un fabricant de tablettes (via TeleRead).

PS: à signaler que l'on peut le faire venir d'Angleterre pour 50€ via des sites sur eBay, une très bonne affaire, par exemple ici.