139 notes dans la catégorie "Québec"

De Marque renforce sa présence au Canada

DemarqueLa société québecoise De Marque a annoncé hier une alliance avec le Library Services Centre (LSC) pour lancer Cantook Station, une nouvelle solution de prêt numérique offerte aux bibliothèques publiques canadiennes. LSC est l'un des plus importants fournisseurs canadiens de matériel bibliographique pour les bibliothèques. À l'échelle canadienne, LSC se classe dans les deux plus grands fournisseurs pour les bibliothèques publiques avec plus de 200 institutions desservies. Une reconnaissance importante sur l'excellence des solutions De Marque pour le développement du livre numérique en bibliothèque.


Lac-Mégantic : appel aux éditeurs

Lac-megnt-600x250Vous vous rappelez sans doute tous de cet incendie dramatique qui avait eu lieu l'été dernier à Lac-Mégantic au Québec, tuant une quarantaine de personnes et rayant de la carte une partie de la ville, notamment la bibliothèque. Celle-ci s'est reconstruite et ouvrira officiellement la semaine prochaine. C'est le moment de les soutenir. La société DeMarque lance un appel pour une offre de livres numériques. J'en appelle aux éditeurs français pour aider cette initiative, en soutien à nos amis québécois:

Comme vous le savez, la bibliothèque de Lac-Mégantic a été rasée par l’explosion du 6 juillet dernier. BIBLIOPRESTO souhaite solliciter votre participation au projet de constitution d’une collection de livres numériques pour la bibliothèque de la ville.

PRETNUMERIQUE.CA offrira à la bibliothèque de Lac-Mégantic un abonnement gratuit de 3 ans à son service. Vos dons de livres numériques permettront ainsi de constituer une collection de base, pour le plus grand bénéfice des citoyens de cette municipalité durement touchée.

Si vous êtes intéressés à contribuer, écrivez à Jean-François Cusson (jfcusson@bibliopresto.ca); ce dernier pourra vous renseigner sur les détails et les différentes étapes de ce projet. Soyons généreux!


Presses Université de Montréal : Pratiques de l'édition numérique

PratiqueséditionnumériqueUne publication intéressante sur les pratiques de l'édition numérique du côté des Presses de l'Université de Montréal. Un ouvrage collectif sous la direction de Michaël E. Sinatra, professeur au Département d’études anglaises de l’Université de Montréal et Marcello Vitali-Rosati, professeur adjoint de littérature et culture numérique au Département des littératures de langue française de l’Université de Montréal. Ce livre fait partie d'un projet pilote réalisé en collaboration avec la Direction des Bibliothèques de l'UdeM. Les versions numériques, PDF et ePUB, sont téléchargeables gratuitement. Un salut amical à Pascal Genêt qui s'est chargé de la fonction éditoriale. A découvrir sur le site.


ENSSIB: prêt numérique au Québec

Pretnumerique.ca_En complément de mon interview en janvier dernier avec le responsable de PretNumérique.ca au Québec, lire le billet très complet de l'EnssibLab aujourd'hui. Alors que de nouveaux modèles s'esquissent en France, mieux décrypter les mécanismes du prêt numérique dans le contexte nord-américain des bibliothèques publiques québécoises. Merci à Catherine Muller.


Québec : les bibliothèques soutiennent la politique numérique

QuébecLes bibliothèques du Québec, par la voix de leur association, sont en plein accord ("applaudissent") avec la stratégie culturelle numérique actuelle, notamment le programme Bibliopresto mis en oeuvre avec la société De Marque. Un programme qui connait un vif succès là-bas. PRETNUMERIQUE.CA, la plateforme de prêt de livres numériques aux bibliothèques publiques québécoises, permet à ce jour à plus de 450 bibliothèques publiques d’acquérir des livres numériques francophones et de les rendre disponibles à leurs usagers par l’entremise de prêts chronodégradables. Des investissements supplémentaires ont été annoncés par le gouvernement. "L’Association des bibliothèques publiques du Québec (ABPQ) se réjouit des investissements annoncés aujourd’hui par le ministre de la Culture et des Communications, M. Maka Kotto, dans le cadre de la stratégie culturelle numérique du Québec. Ces investissements aideront les bibliothèques publiques autonomes à développer et à consolider leur offre dans le secteur du numérique. L’aide exceptionnelle dévoilée par le ministère, et dont l’ABPQ sera mandataire, viendra directement soutenir les bibliothèques publiques autonomes dans le développement de leur collection de livres numériques. Cette aide, dont les modalités précises restent à définir, leur permettra également de se doter de certains outils essentiels à leur virage numérique." Lire le communiqué complet ici.


Le livre numérique au Québec

LivreA lire une intéressante et complète étude sur le livre numérique au Québec: "Influence du livre numérique sur l'édition au Québec (2013), bilan et enjeux" de Amélie Coulombe-Boulet. Cette étude a été réalisée dans le cadre de la maîtrise en management d’HEC Montréal. Lire sur PressBooks, l'occasion aussi de découvrir cette plateforme. Merci à Clément Laberge pour l'info.


De Marque : un générateur d'extraits ePub

DeMarque_Logo2A signaler un développement intéressant et très attendu chez nos amis québécois de De Marque. Celui d'un générateur d'extraits ePub, l'information est apparue sur le blog. Les extraits ePub créés et déposés par les éditeurs eux-mêmes étaient déjà supportés par la plateforme Cantook, mais la nouveauté est que les éditeurs peuvent maintenant utiliser une option qui générera automatiquement des extraits ePub pour tous les nouveaux fichiers déposés dans l'entrepôt. C'est l'éditeur qui, via les paramètres de cette option, choisira le pourcentage à utiliser dans le fichier ePub de ses publications pour en générer les extraits. Sans doute un développement qui sera bientôt proposé par le distributeur numérique Eden Livres, supporté techniquement par De Marque.

PS: Précisions supplémentaires, ce développement, réalisé par Feedbooks à la base, est maintenant intégré par De Marque et Editis. Code . Feedbooks a aussi travaillé sur une spécification EPUB à l'IDPF. Merci à Hadrien.


Québec : l'iPad à l'école

IpadecolePassionnante étude réalisée au Québec sur l'usage des tablettes iPad en milieu éducatif. "L'iPad à l'école: usages, avantages et défis" est l'aboutissement d'une enquête réalisée auprès de plus de 6000 élèves et 300 enseignants. Sans surprises parmi les principaux avantages, la recherche d'information, la portabilité, les aspects collaboratifs, l'adaptation au rythme de l'élève, etc. Parmi les désavantages le principal bémol reste la source de distraction suivi des difficultés à écrire. Je mets quelques tableaux synthéthiques. L'étude complète est ici. Machines à lire les tablettes pour les enfants? Pas vraiment. Il y a un sous-usage complet des livres au format numérique, ce qui est pourtant "à priori", l’une des principales fonctions des tablettes tactiles. L'étude révèle que moins de 3% des élèves indiquaient lire des livres à l’écran de leur tablette tactile. Merci à Jean-Michel Salaun pour le lien vers cette étude qui fera référence et dont on attend un deuxième rendu bientôt. Le Facebook ici. Il serait à mon avis intéressant de confronter ces résultats avec des enquêtes similaires sur le déploiement d'ordinateurs portables dans les classes.

Je vous joint également une vidéo de Thierry Karsenti de l'Université de Montréal sur "iPads et tableaux blancs interactifs à l'école".

Avantages

Enseignants

Satisfactions

 


Prêt numérique en bibliothèque au Québec : interview avec Jean-François Cusson

PretnumériqueCe week-end je vous parlais du succès du prêt de livres numériques dans les bibliothéques du Québec. Je vous propose d'en savoir plus sur le service PretNumerique.ca avec Jean-François Cusson qui en est responsable chez Bibliopresto et qui a bien voulu répondre à mes questions: 

- Pourriez-vous revenir sur les éléments fondateurs du projet et la mise en place de celui-ci?

BIBLIOPRESTO.CA émane de la volonté commune de l’Association des bibliothèques publiques du Québec, du Réseau BIBLIO du Québec et de Bibliothèque et Archives nationales du Québec de se doter d’un organisme chapeautant le développement et l’accès aux ressources numériques pour les bibliothèques publiques. Les premières discussions autour du projet remontent à 2010. À l’époque, les bibliothèques publiques envisageaient le prêt de livres numériques, mais il n’y avait, d’une part, aucune plateforme qui répondait vraiment à leurs besoins et, d’autre part, très peu d’offres de contenu.

Ayant structuré et défini nos besoins, nous avons travaillé de concert avec De Marque, notre partenaire technologique, pour mettre sur pied l’outil qui allait répondre à nos besoins présents et futurs. La collaboration avec De Marque fut exemplaire, et cela nous permit de rapidement mettre sur pied une première mouture de la plateforme. De Marque demeure le partenaire essentielle de ce projet; nous collaborons avec leur équipe sur une base quotidienne.

En parallèle, des discussions importantes eurent lieu avec l’ensemble des partenaires du milieu du livre québécois (éditeurs, distributeurs, auteurs, libraires, agrégateurs, bibliothèques et l’état) afin de définir les paramètres et le cadre d’un projet pilote.

Le projet fut officiellement lancé en décembre 2011 par 6 bibliothèques. Des résultats préliminaires furent présentés au printemps 2012 et dès l’automne suivant, la plateforme fut ouverte à toute bibliothèque désirant intégrer le service.

- Au démarrage, avez-vous bénéficié de l'appui des collectivités locales et d'organismes publics?

Oui. Le ministère de la Culture et des Communications du Québec a octroyé à BIBLIOPRESTO une subvention pour aider au démarrage de l’organisme. De même, la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) nous a appuyé financièrement dans le développement initial de la plateforme.

Il s’agissait là d’aide au démarrage. BIBLIOPRESTO ne bénéficie plus maintenant d’aucune aide gouvernementale.

- Comment initiez-vous les partenariats avec les bibliothèques? Quelles interfaces et quelle articulation avec les portails de celles qui en ont?

BIBLIOPRESTO est un organisme à but non lucratif créé par et pour les bibliothèques publiques québécoises. Le conseil d'administration de BIBLIOPRESTO est composé de gestionnaire de bibliothèques de toute taille, ce qui lui donne une certaine représentativité. Partant de là, il est fort aisé de contacter directement les bibliothèques (quand ce n’est pas elles qui nous contactent en premier). De même, nous travaillons beaucoup en collaboration avec nos partenaires du milieu, en particulier l’Association des bibliothèques publiques du Québec, les réseaux BIBLIO régionaux du Québec et Bibliothèques et Archives nationales du Québec.

Les bibliothèques participantes intègrent la plateforme sur la base d’un abonnement de trois ans. Le système est complètement en infonuagique (cloud); il n’y a donc rien à installer localement et les bibliothèques n’ont pas à se doter d’infrastructures lourdes (ex. serveur). La plateforme a été conçue pour pouvoir être utilisée par toutes les bibliothèques, peu importe leur taille.

Les bibliothèques peuvent, si leur système intégré de gestion le permet intégrer finement la plateforme PRETNUMERIQUE.CA à même leur catalogue conventionnel (nos API sont publiés sur notre site web, libre à chaque fournisseur de s’y brancher). Jusqu’à maintenant, quelques fournisseurs ont développé les passerelles nécessaires, mais c’est loin d’être encore la norme. Généralement, les bibliothèques utilisent PRETNUMERIQUE.CA comme une plateforme externe.

En plus de l’interface utilisateur, nous fournissons un module administrateur complet qui permet de suivre ses statistiques, d’exporter des données en chiffrier Excel et de configurer ses paramètres de prêt (durée des prêts, nombre de prêts maximum, durée des mises de côté, alerte de réservation, etc.)

- Quel catalogue proposez-vous aux bibliothèques, nombre de titres, secteurs éditoriaux? Les éditeurs français ont-ils rejoint vos offres?

Nous ne proposons pas de catalogues directement aux bibliothèques. En effet, il s’agit là du rôle des libraires. En mettant sur pied notre système, nous avons convenu en concertation avec l’ensemble des acteurs du milieu du livre au Québec de conserver et de mettre en avant le rôle des libraires dans la chaîne du livre numérique.

Le rôle de BIBLIOPRESTO est alors du côté des négociations avec les éditeurs et distributeurs. À l’heure actuelle, une très grande partie des éditeurs québécois ont signé une entente avec nous qui définit les modalités de vente et d’usage des livres numériques. Dimedia, un distributeur qui diffuse au Québec, entre autres, les titres de Volumen et du groupe Le Seuil, a de même signé une entente similaire, nous permettant ainsi de donner accès au catalogue de plusieurs éditeurs européens.

Actuellement, environ 15.000 titres sont disponibles à l’achat pour les bibliothèques québécoises. Globalement, les collections des bibliothèques québécoises représentent un peu plus de 85.000 exemplaires, chiffres qui ne cessent d’augmenter.

Les livres adultes représentent environ 85% des collections. L’offre jeunesse est encore limitée, et le prêt tarde à décoller de ce côté (à peine 5% du prêt total). Les romans représentent les 3/4 des emprunts.

- Quel modèle économique pour les éditeurs? Les mêmes pour streaming et téléchargement?

Pour le moment, le streaming n’a pas été développé. Tout le système repose donc sur l’emprunt, via téléchargement, de livres numériques équipés d’un DRM (le fameux DRM d’Adobe, dont le coût est ici assumé par les bibliothèques, à l’usage). Lorsqu’une bibliothèque acquiert un exemplaire (c’est-à-dire une licence d’utilisation sur un titre), un accès vers ce contenu est synchronisé dans son compte, et automatiquement rendu disponible à ces usagers. Les livres numériques demeurent ainsi dans leurs entrepôts d’origine. L’emprunt est chronodégradable et la durée du prêt est déterminée localement par chaque bibliothèque (règle générale, il s’agit d’un prêt de 14 ou 21 jours).

Les licences acquises par les bibliothèques sur les titres numériques sont de 55 prêts, et le prix de vente doit être le même que celui pour la vente grand public. Il n’y a pas de plafond temporel aux licences, et les bibliothèques ont le droit de créer des copies de sauvegarde advenant le défaut d’un éditeur ou de son agrégateur.

- Où en êtes-vous par rapport à vos objectifs de démarrage, quelles perspectives pour 2014?

Les objectifs de départ ont été largement atteints puisque nous avons une plateforme fonctionnelle implantée dans la majorité des bibliothèques québécoises. En 2014, nous nous concentrerons sur une bonification de l’offre disponible (négociations de nouvelles ententes avec des éditeurs québécois et européens, intégration de livres anglais et/ou en autres langues). De même, nous souhaitons mieux connaître les besoins des usagers de bibliothèques afin de pouvoir leur offrir un produit qui répond, de façon très concrète, à leurs usages.

- Pouvez-vous décrire le protocole de téléchargement et l'implémentation sur les liseuses en prêts ou celles des usagers?

Je vous inviterais à consulter cette section de notre site Web, ou tout le processus est décrit : http://www.pretnumerique.ca/aide/startup

Peu de bibliothèques québécoises prêtent des appareils à leurs usagers. Quelques expériences ont eu lieu, mais à ma connaissance, les résultats n’étaient pas concluants, et la gestion matérielle des appareils donnait lieu à certaines lourdeurs et complexités que la plupart des bibliothèques ont préféré éviter. Toutefois, la majorité des bibliothèques québécoises offrent des séances de formation, des cliniques d’aide, des conférences sur le livre numérique, etc.

Nous mettons de l’avant un système interopérationnel qui permet aux usagers de consulter leur emprunt numérique sur la plupart des appareils, exception faite des Kindle d’Amazon.

- Avez-vous des statistiques sur la fréquentation?

Comme je le disais plus tôt, nous n’offrons pas le mode streaming. Voici nos dernières statistiques pour les téléchargements, les membres et la fréquentation du site :

  • 513.435 emprunts
  • 1.152.408 branchements au site
  • 102.336 membres uniques
  • 136.287 réservations
  • 61 bibliothèques membres (à noter, un réseau comme celui des bibliothèques de Montréal ne représente qu’un seul membre, alors qu’il comporte 45 succursales. Ainsi, au total, c’est environ 600 points de service qui donnent accès à PRETNUMERIQUE.CA, au Québec).

- Avez-vous des retours sur les taux de satisfactions des usagers?

Rien de structuré pour le moment, même si nous recevons beaucoup de commentaires par l’entremise des bibliothèques participantes.

Je vous invite par ailleurs à visiter notre site web: www.bibliopresto.ca


Prêt numérique en bibliothèques : grand succès au Québec

Pretnumerique500.000 prêts, 100.000 membres la même semaine pour PRETNUMERIQUE.CA, la plateforme de prêt numérique dans les bibliothèques publiques au Québec développée par Bibliopresto. Le 6 janvier dernier, le seuil du demi-million de prêts de livre numérique a été dépassé depuis le lancement du projet pilote en décembre 2011. Puis, le 8 janvier, un usager de Bibliothèque et Archives nationales du Québec est devenu le 100.000e membre utilisateur. Un engouement très important pour le livre numérique en bibliothèque au Québec. En seulement un an, entre décembre 2012 et décembre 2013, la fréquentation de la plateforme a augmenté d’environ 150% alors que le nombre d’emprunts connaissait une progression fulgurante de 250%. Dans la même période, le nombre de titres numériques proposés par les bibliothèques québécoises a presque triplé (via Bibliopresto). A méditer dans les bibliothèques publiques françaises à l'heure où des formules de ce type sont sur le point de voir le jour, je pense particulièrement à PNB (Prêt Numérique en Bibliothèque) développé par Dilicom.

PS: un tutoriel a été mis en ligne par les Bibliothèques de Montréal.


Québec : deux auteurs lâchent les librairies

Tarte"Il y a moins d'intermédiaires sur ma tarte, j'aurais une plus grande portion". Ce sont les propos de l'auteure québecoise de best-sellers Arlette Cousture qui a choisi de vendre directement les versions numériques de ses livres sur son site internet en se passant des libraires. C'est aussi le cas de Marie Laberge, autre auteure à succès. Les bibliothèques passent aussi à côté. La polémique est vive au Québec alors que le débat autour du prix unique est en cours et que les fermetures de librairies se succèdent (via RadioCanada).


Bibliothèques du Québec : succès du prêt de livres numériques

Saint lazareLes bibliothèques du Québec développent de plus en plus des offres de prêts de livres numériques auprès de leurs lecteurs. Déjà près de 50 bibliothèques à travers tout le pays proposent désormais une offre de livres numériques francophones au travers de la plateforme Pretnumerique.ca développée par DeMarque. L'une des dernières en date celle de Saint-Lazare, une commune de moins de 20.000 habitants, détaille le projet:

Depuis début décembre, les détenteurs de la carte du citoyen peuvent profiter des différentes publications du catalogue. «Les résidents, après l’activation de leur dossier au comptoir de la bibliothèque, peuvent profiter de plus 670 titres disponibles sur deux plateformes: Pretnumérique.ca pour les livres francophones et Overdrive pour les livres anglophones», a précisé Michel Piché, bibliothécaire en chef.

Cette nouveauté représente un investissement de 18.500$ pour l’année 2013. La plateforme francophone aura coûté 1.500$, alors que 5.000$ ont été investis pour la plateforme anglophone. Enfin, un budget de 12.000$ a été attribué à l’achat des 670 livres numériques.

Ces livres sont «chronodégradables»: au terme des trois semaines du prêt, le livre téléchargé n’est plus disponible. La durée du prêt demeure toutefois la même que pour les livres papier, et il est possible de télécharger les versions électroniques dans son appareil, que ce soit une tablette, une liseuse, un ordinateur ou un téléphone intelligent.

À compter de la nouvelle année, les résidents de Saint-Lazare pourront emprunter une liseuse pour des périodes de trois semaines.

Des ateliers d’introduction au livre numérique à l’intention des débutants sont prévus en français et en anglais. On y traite notamment des endroits où se procurer des livres numériques et de la procédure d’emprunt à la bibliothèque. Des ateliers de dépannage seront aussi offerts. Onze ateliers sont prévus. Les thèmes suivants seront au cœur des discussions: accès aux livres numériques, installation des programmes nécessaires, téléchargement des fichiers et transfert dans un appareil de lecture (via PremiereEdition).


Erudit : quinzième anniversaire du portail

Logo-érudit.org_Une plateforme numérique qui fête son quinzième anniversaire cet hiver, c'est le portail canadien de revues, articles et ouvrages numériques Erudit.org. Une initiative pionnière qui oeuvre en faveur de la recherche et de la culture francophones. Je relaie le communiqué de presse que m'a adressé leur responsable québecois.

ERUDIT, QUINZE ANS AU SERVICE DE LA RECHERCHE FRANCOPHONE
Grâce à une vision novatrice de la diffusion scientifique en format numérique, la plateforme Érudit fête cet hiver ses 15 ans d’existence. Cette réussite est marquée par la défense de l’accès libre et de la langue française, ainsi que par le rayonnement de la recherche et de la création d’ici à travers le monde.
Une plateforme nationale pour une visibilité internationale
Ce qui n’était qu’un projet pilote en 1998 est devenu aujourd’hui la première plateforme de recherche francophone en Amérique du Nord. Érudit propose un accès unique aux publications numériques (revues, livres, thèses et documents) des éditeurs, universités et chercheurs canadiens dans l’idéal d’offrir à tous du contenu scientifique et de création de haut niveau. Ainsi, 95% des documents présents sur Érudit sont disponibles en accès libre.
Avec 23 millions de pages vues en 2012, dont 70% de l’étranger, Érudit est également fière de pouvoir contribuer de façon essentielle au rayonnement et à la valorisation de la recherche francophone dans le monde.
Financer la diffusion de la recherche en accès libre
Véritable partenaire des milieux scientifiques et culturels québécois, Érudit agira au cours des prochaines années en faveur de nouveaux modèles de soutien de l’accès libre, afin de contribuer à l’essor et à la vitalité de la recherche et de la création.
Érudit fait ainsi contrepoids aux initiatives commerciales onéreuses et permet que la recherche d’ici soit hébergée et préservée au Québec, et surtout diffusée librement.
Le financement de ces nouveaux modèles de diffusion, la libre circulation de la connaissance et l’innovation de la plateforme pour conserver sa compétitivité parmi les grands acteurs mondiaux, voilà à quoi Érudit travaille actuellement.
À propos d’Érudit
Consortium de l’Université de Montréal, l’Université Laval et l’Université du Québec à Montréal, Érudit est une société sans but lucratif qui a pour mission de promouvoir et de diffuser la recherche et la création, notamment en offrant un large éventail de services en édition et diffusion numérique.
Pour plus d’information et demande d’entrevue: Gwendal Henry, chargé de promotion gwendal.henry@umontreal.ca (514) 343-6111 poste 27 23
www.erudit.org


Le Québec et ses libraires

LivresL'Association des libraires du Québec (ALQ) et la coopérative des Librairies indépendantes du Québec (LIQ) collaborent pour créer une nouvelle image de marque qui encadrera dorénavant l'ensemble des opérations promotionnelles et commerciales du regroupement: Les libraires. Rappelons que ceux-ci proposent aussi une offre numérique sur ce site. Une première vidéo promotionnelle, les belles découvertes de livres sont bien toujours chez les libraires!


Montréal : lire vous transporte

Lire vous transporteProfitant de la Saison de la lecture de Montréal, les bibliothèques de la Ville de Montréal, la Société de transport de Montréal (STM) et l’Association des libraires du Québec ont lancé le projet "Lire vous transporte". Ce projet pilote d’une durée de trois mois consiste à offrir, à l’intérieur de plusieurs bus et abribus, une bibliothèque numérique gratuite composée d’une quarantaine de premiers chapitres de livres d’expression française. Reste ensuite à emprunter dans sa bibliothèque ou acheter chez un libraire indépendant. Lire le communiqué de presse complet ici. Merci à Sophie pour l'info.


M2 mutation numérique : l'iPad à l'école

Mutation m2On ne présente plus le blogueur québécois Martin Lessart. A découvrir l'émission M2 Mutation numérique qu'il anime avec un autre Martin, tous les premiers lundis de chaque mois, un "pont entre les savoirs numériques". Cette semaine un point sur l'iPad à l'école au Québec, un an après les premiers programmes d'introduction dans les classes. L'heure d'un premier bilan, c'est par ici en podcast.


Québec : 12% des foyers avec une liseuse

QuébecL'adoption des tablettes et liseuses est importante chez nos amis québecois. Une étude du CEFRIO vient de confirmer les tendances. Plus d'un foyer sur quatre (27%) est équipé d'une tablette et 12% ont une liseuse/ livre électronique. De loin les francophones les plus équipés, proximité des Etats-Unis et succès de Kobo obligent (via LeDevoir).


Bibliothèques de Montréal : des lecteurs à gagner

Ent_logo_res_bibliPetit clin d'oeil à nos amis québecois, je viens de découvrir tardivement que le réseau des bibliothèques de Montréal propose un concours: "Vous avez jusqu’au 30 juin pour participer au concours et ainsi avoir la chance de gagner un iPad mini ou une liseuse Kobo avec des livres numériques. Pour être admissible au concours vous devez être abonné aux Bibliothèques de Montréal ou détenir un dossier d’abonné actif comprenant un courriel valide." Des idées pour dynamiser les abonnements des bibliothèques par chez nous!


Québec : premier bilan du prêt numérique en bibliothèque

Logo_pretNumerique_caAlors que le dispositif PNB (Prêt numérique en bibliothèque) mis en place par Dilicom devrait être opérationnel à partir de la rentrée en France, un bilan de la situation chez nos amis québecois sur le blog DeMarque:

"Depuis décembre 2011, le prêt de livres numériques est proposée dans certaines bibliothèques publiques du Québec via la plateforme pretnumerique.ca, propulsée par De Marque et gérée par BiblioPresto, un organisme mis sur pied par l’Association des bibliothèques publiques du Québec, le Réseau BIBLIO du Québec et Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BANQ). Le prêt de livres numériques a d’abord été un projet pilote offert à six bibliothèques, dont BANQ. Depuis mars 2012, toutes les bibliothèques peuvent y adhérer. Elles sont actuellement une cinquantaine à être branchées. Le système est simple. Les bibliothèques font l’achat des livres numériques auprès de libraires agréés. Les usagers peuvent découvrir les livres disponibles via l’interface de pretnumerique.ca à partir de leur compte bibliothèque. Les livres peuvent être prêtés pour une période variable (généralement 21 jours) et sont munis d’un verrou chronodégradable. Dans certaines bibliothèques, des fonctions de réservation et de retour anticipé sont possibles. Selon Jean-François Cusson, de l’organisme BiblioPresto, quelque 43.000 exemplaires ont été acquis par les bibliothèques à des fins de prêts depuis le début du projet et ils ont généré plus de 235.000 prêts numériques."

Sans doute des conditions proches pour les bibliothèques françaises, nous devrions en savoir plus bientôt. A mettre en relation bien entendu avec l'équipement en liseuses et tablettes en très forte hausse d'acquisition, près de 400 bibliothèques référencées ici.


Numeriklivres: plaidoyer pour la lecture

NumeriklivresLes Editions Numeriklivres proposent gratuitement un plaidoyer pour la lecture intitulé "Plaidoyer pour le lire". Autour du célèbre texte de Marcel Proust "Sur la lecture", 14 auteurs de la maison ont été sollicités au travers de textes courts pour inviter à s'affranchir des supports, l'essentiel est bien la lecture. A découvrir sur le site et dans les bonnes librairies.