Previous month:
septembre 2012
Next month:
novembre 2012

65 notes en octobre 2012

Apple: l'iPad Mini au maxi prix

HeroIl est bien là. Deux ans et demi après la sortie de l'iPad (100 millions d'exemplaires vendus), l'iPad Mini a bien été dévoilé hier lors de la conférence Apple. Un format un peu plus grand que la concurrence 7 pouces avec 7,9 pouces. Disposant d'une résolution de 1024 par 768 pixels, il sera disponible en 2 coloris, blanc ou noir, et en plusieurs capacités: 16, 32 et 64 Go. Il intègre un processeur central ainsi qu'une batterie lui offrant 10 heures d'autonomie, d'après son constructeur. Bien entendu compatible avec toutes les applications iPad existantes, il sera proposé en version Wifi seul, ou avec le support de la 3G et de la 4G. La disponibilité de l'iPad Mini débutera à partir du 2 novembre, en pré-commande, dans 34 pays dont les États-Unis, le Canada, le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Italie et bien sûr la France. Côté prix, Apple ne change absolument rien à sa stratégie. C'est cher, très cher puisque les versions s'échelonnent entre 339€ (16Go wifi seul) et 674€ (64Go wifi + mobile). C'est presque le double du prix des tablettes Android que sortent Amazon, Kobo et Google en cette fin d'année. A signaler qu'Apple en profite pour revoir à la hausse la tarification de son nouvel iPad en version 4 qui démarre désormais à 509€. L'iPad 2 subsiste seulement dans sa version 16 Go au prix de 409€, il devrait sans doute disparaître du catalogue rapidement. Tous les détails sur le site d'Apple.

PS: à lire le billet "culotté" de Damien Douani sur ZDnet "L'échec de l'iPad", qui s'interroge sur le bilan contenant/ contenus d'Apple dans l'éducation, la presse et l'édition. La cannibalisation de l'iPad a commencé du côté de Presse-Citron.

PS: à lire également l'excellente analyse de Louis Naugès.


Fnac: des nouvelles tablettes Kobo à son arc

KoboarcQuelques heures avant l'hypothétique annonce de la sortie de l'iPad Mini par Apple, la Fnac a ouvert aujourd'hui les pré-commandes des nouvelles tablettes 7 pouces Kobo Arc déclinées en trois versions, 8Go à 179,90€, 16Go à 199,90€ et 32Go à 249,90€. Disponibilité à partir du 21 novembre prochain. Un Kobo Store pour acheter des livres mais des modèles qui restent ouverts sur l'offre GooglePlay ou d'autres encore. Des prix extrêmement compétitifs pour une tablette en concurrence directe avec celles d'Amazon et de Google, en attendant Apple, bien entendu, qui devrait cependant rester à un niveau de prix bien supérieur. Une chose est sûre, le choix sera abondant pour le consommateur en cette fin d'année (via LesEchos).


Tea: une application de lecture web

TeaTea (The Ebook Alternative) propose depuis la semaine dernière une application de lecture web, utilisable dans un navigateur récent, sans aucun prérequis à installer. Elle vous permettra de lire facilement vos fichiers ePub. Elle est conçu en open source, disponible sur Chrome et Safari pour l'instant. TeaBook Open Reader est à la fois:

  • une application web permettant la lecture hors ligne depuis tous les appareils de lecture web, tablettes incluses, indépendamment des systèmes d’exploitation, et offrant un rendu fidèle des livres numériques ePub
  • une application ouverte permettant à des tiers d’enrichir les possibilités offertes aux lecteurs, de créer de nouveaux usages, d’innover et de favoriser un écosystème ouvert autour du livre numérique

N'hésitez pas à l'essayer en démonstration à cette adresse. Crée par la librairie lyonnaise Decitre, Tea a aussi annoncé l'arrivée en novembre de 4 librairies indépendantes du groupe "Libraires ensemble". A suivre...


TVA livre numérique: Bruxelles hausse le ton

Bruxelles«C'est un problème, mais, dans une Union de droit, on ne règle pas les problèmes en allant contre la loi», souligne une source européenne. Malgré cet aveu, Bruxelles hausse le ton à l'encontre de la France à propos de la TVA réduite sur le livre numérique (7% actuellement appliquée en France contre 19,6%). Avis motivé, délai d'un mois puis direction la Cour de Justice europénne avec de lourdes amendes à la clé. L'exécutif européen voudrait que cette question soit traitée dans le cadre du débat sur sa nouvelle stratégie TVA, qui pourrait déboucher sur des propositions d'ici à la fin 2013. En attendant, Bruxelles ne devrait pas faire l'économie d'un conflit avec la France (via Les Echos).


Amazon refait le coup d'Orwell

BigbrotherVous vous rappelez peut-être de l'épisode "Orwell" sur le Kindle. En juillet 2009, Amazon avait retiré dans les bibliothèques des clients les livres de Georges Orwell qui avaient été achetés. Et cela sans la moindre annonce particulière. Aujourd'hui, nouvelle mésaventure chez une cliente d'Amazon en Norvège, relayé très "médiatiquement" par Cory Doctorow, le blogeur américain bien connu, sur le site BoingBoing. Preuve supplémentaire s'il en était besoin qu'Amazon a la main sur votre bibliothèque et peut vous supprimer les accès à tout moment:

"Une cliente norvégienne d'Amazon a eu la très désagréable surprise de recevoir un e-mail lui annonçant que son compte Amazon était fermé, et qu'elle ne pourrait plus lire les livres achetés sur son Kindle. Son compte ayant été supprimé, tous les droits de lecture associés ont été désactivés. Sa bibliothèque entière a disparu d'un simple clic. 

Visiblement de bonne foi, la cliente n'a aucune idée de la raison qui a poussé Amazon à agir ainsi, et n'a pu obtenir aucune précision de la part du marchand. Amazon s'est contenté de lui affirmer que "nous avons découvert que votre compte est lié directement à un autre qui a été précédemment fermé pour violation de nos politiques", et de lui rappeler que le contrat d'utilisation d'Amazon l'autorise à supprimer un compte et des contenus "à sa seule discrétion". Elle n'a jamais pu obtenir le nom du compte qui aurait été lié au siens, ni la ou les clauses contractuelles qui aurai(en)t été violée(s). 

"Nous vous souhaitons bonne chance pour trouver un meilleur commerçant capable de répondre à vos besoins et ne nous pourrons pas vous fournir d'autres explications ou actions sur ces sujets", a fini par répondre un cadre d'Amazon. (via Numérama).


Amazon: Kindle chez Darty

DartyUne visibilité exceptionnelle pour le Kindle en France. Darty et Amazon annoncent par un communiqué de presse la commercialisation de la famille Kindle dans l’ensemble des 228 magasins de l’enseigne. Dès aujourd’hui, les modèles disponibles et à partir du 25 octobre, les tablettes Kindle Fire et Kindle Fire HD, seront proposées à l’ensemble des clients de l’enseigne. On se rappelle de l'accord avec les chaines Virgin et Casino lors du lancement du Kindle il y a un an. Darty donne aujourd'hui une ampleur bien plus importante à la gamme Kindle d'Amazon. En revanche, par ce choix, Darty fait l'impasse sur une solution de vente de livres numériques qui lui serait propre directement sur les matériels comme Virgin, Chapitre ou d'autres. Comble du paradoxe, Darty vend en ce moment sur son site des livres numériques qui ne sont pas lisibles sur le Kindle??? Je ne sais pas si le consommateur va bien comprendre...

Amazon en quête de briques et de mortier. Promouvoir Amazon chez Darty, c'est aussi une logique marketing assez surprenante au-delà du seul livre numérique: "Alors qu'Amazon ne cesse de prendre des parts de marché aux enseignes d'électrodomestique et qu'outre-Atlantique Walmart et Target viennent d'annoncer qu'elles retiraient les Kindle de leurs rayons, Darty fait le chemin inverse. Une nouvelle surprenante lorsque l'on sait qu'Amazon commercialise ces produits principalement pour promouvoir son activité d'e-commerçant." (via LSA).

PS: amusant de constater que toute référence à Amazon est gommé sur le site de Darty, sans doute la même chose en magasin; le mot "Amazon" est banni du moteur de recherche, on achète un "Kindle Kindle"...


Découvrir Emaginaire

Logo_emaginaireDécidément, la littérature de fantasy est active dans l'univers numérique. A découvrir Emaginaire, une librairie numérique créée par la maison d'édition ActuSF, notamment le directeur éditorial Jérôme Vincent ainsi que François Giraud. Un espace entièrement consacré aux littératures de l'imaginaire (science-fiction, fantasy, fantastique) sous marque blanche ePagine. En attendant une réelle identité éditoriale, un choix de rubriques et de livres, pour ne rien rater de ce qui est disponible dans le domaine.


iPad Mini : la fin de l'iPad 2 ?

Ipad2L'iPad2 n'est-il pas en train de vivre ces derniers jours? Prix trop peu éloignés, simplification de la gamme, l'arrivée de l'iPad Mini pourrait bien acter la fin de l'iPad dans sa version "lowcost". Peut-être une aubaine pour la concurrence sur les grandes tablettes tant l'iPad2 continuait à très bien se vendre. Dans une note publiée la semaine dernière, Gene Munster, analyste du cabinet Piper Jaffray a prédit que l’iPad Mini cannibaliserait les ventes d’iPad d’Apple à hauteur de 20% (via ZDNet).


Kobo Mini: test complet

100_9811Belle petite surprise cet automne sur le marché français. Kobo avait annoncé dans un premier temps l'arrivée en France du modèle Kobo Glo avec l'éclairage intégré, mais pas ce Kobo Mini. Finalement il fait une pierre deux coups avec l'introduction de ce petit modèle 5 pouces qui va créer très certainement l'attraction de cette fin d'année. C'est la première fois que Kobo se lance sur ce segment après Sony (PRS-350), Bookeen (Opus), PocketBook (360), qui tous ne les ont pas faits progresser. C'est bien dommage tant le format se révéle très séduisant pour beaucoup. Bravo à Kobo de revenir ainsi.

Kobo nous propose donc un petit livre électronique qui se glisse partout dans les poches et les sacs au prix très concurrentiel de 79,90€; vous verrez ci-dessous la différence de format, c'est une réduction de 20% environ par rapport aux grands frères Kobo et Kobo Glo. Avec la réduction de prix le Kobo Mini dispose néanmoins du tactile et du wifi à la différence du Kindle de base (pas de tactile) et des Opus, PocketBook 360 (pas de tactile, ni de wifi). Tous les détails sur le site de Kobo et disponibilité en France dans toutes les Fnac. Ce test arrive une dizaine de jours seulement après la sortie mais suffisant pour me rendre compte et puis je ne résiste pas au plaisir de vous en parler, allons-y.

Prise en main: Design très réussi, un livre électronique très fin, très léger (134g, ce n'est vraiment pas beaucoup), bords ronds, une belle qualité de finition digne des meilleurs standards de l'électronique. J'ai testé le blanc quelques jours puis suis retourné échanger contre un noir, les goûts et les couleurs comme on dit. Malgré le fait que c'était un cadeau, je préfère moi aussi le modèle noir. Un revêtement soft touch identique au Kobo sorti l'année dernière. Un dos au look "matelassé" qui est amovible et que vous pourrez changer à volonté avec des coloris différents. Kobo a fait disparaitre le seul bouton sur le dessus qui restait (pour retourner sur le menu). Tout passe désormais par le tactile. Le logo Kobo aurait mérité d'être un peu plus discret en bas. Beaucoup de sensualité dans la prise en main, une finition qu'appréciera beaucoup un public féminin mais pas seulement. Si le Kobo était un peu large pour être tenu constamment dans la paume de la main, en revanche le Kobo Mini y trouve sa place très naturellement. Le format est bien évidemment le grand atout de ce modèle qui trouvera sa place partout. On regrettera que Kobo ne propose pas encore de protection, étui, etc.

Pour le reste, simplissime, juste l'essentiel. Bouton d'allumage en haut et sortie usb en bas. Ce sont les seuls éléments extérieurs. Pas d'emplacement carte SD, il faudra faire avec la mémoire interne de 2G0, de quoi mettre quand même plus d'un millier de livres. L'écran maintenant, eInk Vizplex, ce n'est pas la qualité Pearl présente sur les modèles Kobo et Kobo Glo, mais très franchement la différence est à peine visible. J'ai été très agréablement surpris, il ne faut pas que cet argument vous arrête. Le Vizplex chez eInk est aujourd'hui d'une qualité excellente. La différence avec la qualité Pearl perceptible seulement quand on les présente en vis-à-vis. Ce Vizplex est d'ailleurs meilleur que des Pearl de qualité inférieure, j'en avais déjà fais la remarque sur des tests précédents. La seule petite réserve que j'aurais concerne le bouton d'allumage qui est un peu difficile à faire fonctionner pour ceux qui ont des gros doigts. Mais c'est finalement une question d'habitude, une fois que l'on a compris qu'il faut utiliser le bord de l'ongle. Allez le prendre en main, si vous vous mangez les ongles pour vous rendre compte. Bref, design, matières, format, écran, c'est le sans-faute dans la prise en main.

Navigation: Pour l'interface, on retrouve celle présente sur les deux autres modèles, il n'y a pas de différences. Kobo a fait évoluer son firmware en corrigeant des erreurs de jeunesse, notamment la gestion de la marge de tête, enfin respecté. Toujours la même petite manip à faire si vous voulez vous débarasser du logo Fnac (à voir ici). Pour la page d'accueil, les cinq derniers livres mis en scène. Affichage de sa bibliothèque sous forme d'icones ou de listes au choix. On pourra aussi maintenant créer ses propres étagères avec des thèmes de son choix. cela manquait beaucoup pour classer ses livres. Pour le défilement des pages, on peut frotter la surface légèrement mais aussi simplement toucher le bord droit ou gauche, un détail mais très agréable à l'utilisation. Si on touche le milieu de la page, on accède directement à des propositions de réglages. On peut aussi régler à volonté ces zones tactiles. Pour la navigation, un mode tactile efficace, une bonne rapidité des pages avec un processeur qui est un peu moins performant que sur les autres modèles. Pas d'inquiétude non plus. Pour des documents assez lourds à reparamétrer, ne pas s'exciter, le laisser travailler, quelquefois vingt, trente secondes. Il aurait été judicieux d'utiliser un petit sablier pour alerter les impatients. Navigation dans le livre (table des matières, annotations, recherche, définition et traduction), avancement rapide, changement des polices et paramètres. Toutes les annotations surlignages que vous aurez pu faire seront sauvegardées.

La bonne surprise avec un dictionnaire Larousse intégré sur chaque mot sélectionné. Des polices de caractères ont aussi été ajoutés. En plus d'Amasis, j'ai une préférence pour Malabar. Vous pouvez aussi en télécharger d'autres à volonté si vous souhaitez les étendre. Taille des polices, interlignage, marge et justification se règlent avec des barres de défilement, bien pensé. Un regret, le réglage de l'interlignage est touvent insuffisant, on arrive bien vite à la limite inférieure, on reste sur sa fin. Dommage. En revanche, on appréciera les réglages "avancés" de chaque police, nottamment dans le gras. Vous pouvez revenir à tout moment sur le document par défaut qu'aura choisi l'éditeur. Autre bonne surprise avec le dernier firmware de Kobo, c'est la gestion des césures sur les polices embarquées. Bref, un soin typographique largement amélioré par rapport à l'année dernière. En quelques dizaines de minutes, vous aurez complètement appréhendé la navigation générale, très intuitive, très bien faite.

La question qui se posera pour beaucoup d'entre vous, c'est de savoir si l'affichage de caractères et de lignes est suffisant sur ce format 5 pouces. Pour des gros lecteurs, c'est un élément important. La réponse est oui, sans hésitation. Avec des réglages adaptés et un caractère suffisamment confortable, vous aurez une vingtaine de lignes affichées, ce qui est une concession au format tout à fait acceptable. J'ai lu toute la semaine dernière un gros pavé de plus de 400 pages avec le plus grand plaisir, c'était un bon livre, cela tombait bien.

Accès wifi: Evidemment, le Kobo Mini, comme ces grands frères, tire toute sa puissance dans l'utilisation de la librairie numérique de la Fnac. Une fois que vous aurez paramétré votre accès wifi, vous disposez du catalogue de la Fnac avec une interface assez réduite dans les choix mais relativement efficace pour trouver des livres. Les dysfonctionnements entre les achats Kobo et Fnac ont apparemment été gommés avec le récent firmware. Autre fonction intéressante si vous souhaitez partager vos lectures, c'est une fonction sociale Reading Life qui vous permet de synchroniser votre compte Facebook. Je n'ai pas testé pour ma part, assez allergique à Facebook. En ce qui concerne le navigateur web, il existe bien, il est toujours bien planqué dans les suppléments. Il vous permettra de récupérer des livres gratuits mais pas de gêrer un achat de manière satisfaisante. Si vous voulez acheter ailleurs qu'à la Fnac, il faudra le faire plus facilement depuis l'ordinateur par la gestion des dossiers. L'accès à des clouds type Dropbox se fait parfaitement, je vous invite à essayer pour gêrer votre bibliothèque.

Au final, ce Kobo Mini m'a énormément séduit. Il m'a convaincu tant techniquement qu'à l'utilisation, bien complet avec l'accès au catalogue de la Fnac. Son format est bien évidemment son atout premier. Dans maintes circonstances vous apprécierez. Kobo a vraiment eu une bonne idée de se démarquer ainsi de la concurrence et les quelques petites réserves qu'il a dû consentir avec le prix (écran Vizplex, mémoire et processeur) sont largement compenser par l'utilisation au quotidien. Au bout de quelques jours, vous verrez, vous l'aurez complètement adopté. D'ailleurs, vous pourrez le ramener au bout de 10 jours à la Fnac si vous n'êtes pas convaincu, vous m'en reparlerez. Si vous avez absolument besoin de lumière intégrée pour lire le soir, regardez du côté du Kobo Glo. En revanche, entre le Kobo Mini et le simple Kobo, mon coeur balance résolument vers ce Mini. Simple, il abat le boulot comme un grand. Un vrai petit iPod du livre!

Les plus:

  • petit format excessivement pratique
  • excellente prise en main, l'essayer c'est l'adopter
  • écran eInk Vizplex de bonne qualité
  • plastiques mats et touch de bonne qualité, très agréable au toucher
  • bonne ergonomie de la navigation, tactile très efficace
  • bons réglages typographiques, gestion des césures
  • possibilité d'ajouter des polices
  • flash noir débrayable, ajouts de polices possible
  • fonctions annotations et lecture sociale
  • librairie associée avec catalogue Fnac très étendu
  • dictionnaire Larousse intégré
  • mises à jour firmware régulières
  • accès à des clouds type Dropbox
  • excellent rapport prix/performance

Les moins:

  • processeur et mémoire réduite (à minimiser)
  • logo un peu proéminent en bas
  • pas d'emplacement SD card
  • mauvaise gestion du pdf reflowable
  • pas d'accès directs wikipédia/google
  • pas de prise casque et écoute audio
  • surcouches ajoutées par Kobo qui touchent à l'intégrité des fichiers ePub achetés

Une très bonne idée d'étui, c'est par ici.

Comme d'habitude, vous pourrez retrouver l'ensemble de mes tests ici, ainsi que sur la page Pinterest.

PS: à lire le billet de Digital Reader qui a le même coup de coeur que moi.

PS: pour accéder à une boite Dropbox, tous les détails ici.

PS: j'ai fait du Kobo Mini mon modèle préféré pour cette fin d'année 2012, devant le Kobo Glo et le Sony PRS-T2, voir ici.

100_9813 100_9814

 

 

 

 

 

  100_9815 100_9818



Retour sur TOC à Frankfurt

Toc2012_toc_logoA lire le très complet billet de Marc Jahjah qui revient sur le T.O.C. (Tools of Change for Publishing) qui a eu lieu la semaine dernière à Frankfurt. Au menu, web sémantique, business, prix des livres numériques, développement des APIs, etc. A découvrir également l'intervention de Michael Tamblyn (Kobo) qui détaille leur stratégie globale/locale.


Frankfurt: doublement du marché en Allemagne et aux Pays-Bas

MesseLe Nouvel Obs tire un premier bilan européen du livre numérique à la Foire du livre de Frankfurt:

"Pour le directeur de la Foire de Francfort, Juergen Boos, un attachement sociologique au livre papier peut, au moins partiellement, expliquer qu'une partie de l'Europe -France et Allemagne en tête- rechigne à en adopter son pendant immatériel. En Europe, "on se définit aussi en fonction des livres que l'on a dans sa bibliothèque, alors qu'aux Etats-Unis c'est plutôt un produit de consommation, de divertissement", a-t-il argumenté.

En Allemagne, les livres numériques représentent 2% de tous les ouvrages vendus en 2012, contre 20% aux Etats-Unis, a souligné le président de la fédération allemande des libraires, Gottfried Honnefelder, lors de l'inauguration du plus grand évènement mondial de l'édition. "Quant à savoir si l'Allemagne suivra le même développement que les Etats-Unis, cela reste à démontrer", a-t-il ajouté. Cette progression constitue néanmoins déjà un doublement en un an de la part de marché du numérique dans la patrie de Gutenberg.

La Grande-Bretagne, favorisée par le lancement dès 2010 de la tablette Kindle d'Amazon, le géant du livre sur internet -imprimé ou électronique-, a pris de l'avance sur le continent, avec 13% du marché déjà occupé par l'ebook, selon l'association des éditeurs britanniques. "Le taux de pénétration des appareils de lecture est très élevé", a expliqué à l'AFP le président de l'association, Richard Mollet, soulignant également l'ouverture des Britanniques envers tout ce qui est électronique ou commerce sur internet. "Ce n'est pas qu'ils aiment moins l'objet livre, c'est juste qu'ils adoptent le numérique plus vite", a-t-il précisé.

Les Pays-Bas devraient eux aussi connaître un doublement de la part des ebooks dans les ventes en 2012, à environ 3%, une tendance qui devrait perdurer, estime Erik-Jan Bulthuis, du groupe de distribution CB. L'étroitesse du marché -avec seulement 20 à 25 millions de néerlandophones et 17.000 titres disponibles- aura sans doute aussi freiné le développement de l'ebook, a-t-il avancé."


Amazon: pas de profits sur les Kindle

BezosCampagne de communication à l'échelle de l'Europe entière de la part de Jeff Bezos avec ses nouveaux Kindle. Il a confirmé auprès de la BBC et du DailyMail notamment en Angleterre, que la politique était de vendre sans profits les matériels: "Nous voulons faire de l'argent quand les gens utilisent nos appareils, et non lorsque les gens les achètent." Une stratégie en opposition à celle d'Apple, une logique particulièrement implacable pour les autres fabricants de livres électroniques et de tablettes...


Amazon: le Kindle PaperWhite débarque en France

PaperwhiteL'annonce comme un coup de tonnerre. Campagne d'intox ou revirement stratégique, Amazon a finalement annoncé hier la sortie en France de ses deux livres électroniques Kindle PaperWhite et Kindle PaperWhite 3G, en vente exclusivement sur le site, au prix respectivement de 129€ et 189€. En précommande, disponibilité le 22 novembre prochain. Avec le Kindle de base à 79€ sans tactile, le Kindle Touch à 109€ et deux tablettes (Fire et Fire HD), une gamme très complète pour faire face à celle de Kobo vendue dans les Fnac. Il semblait en effet difficilement pensable pour Amazon d'être absent sur le terrain pour la fin de l'année en Europe, c'est le même cas de figure en Angleterre, en Allemagne, en Espagne et en Italie.

Autre annonce très importante, c'est l'ouverture fin octobre du programme de prêt de livres avec la Boutique de prêt Kindle. Les possesseurs de Kindle qui seront membres Amazon Premium pourront emprunter gratuitement un livre par mois, sans date limite de retour (un seul emprunt à la fois). Parmi "plus de 4.000 titres en français figurant dans la bibliothèque de prêt, les sept tomes de Harry Potter, ainsi que de nombreux best-sellers actuels ou anciens de la Boutique Kindle". Passé l'effet d'annonce, à voir ce qu'il y aura exactement dans cette bibliothèques de livres. Un mois gratuit, puis 49€/an pour être membre Amazon Premium.

A lire également les interviews de Jeff Bezos, patron d'Amazon, sur Les Echos et le Figaro. Il revient notamment sur le marché des livres électroniques (liseuses) par rapport à celui des tablettes. Pour ceux qui n'ont toujours pas bien compris, Bezos enfonce le clou. Il est certainement le mieux placé pour apprécier la réalité des ventes. J'aime assez l'analogie entre les tennis et les chaussures de randonnée!

LE FIGARO. - Pourquoi investissez-vous encore dans les liseuses alors qu’il existe des tablettes?

Jeff BEZOS. - Deux raisons. Premièrement, les usages sont différents. Le Kindle, c’est pour la lecture au long cours. La tablette, c’est pour la lecture rapide, voir des films, jouer, écouter de la musique! Ce sont deux usages différents. Deuxièmement, le Kindle avec son éclairage intégré permet de lire dans toutes les conditions, sombres ou très ensoleillées, ce que ne permet pas une tablette. Les clients perçoivent la différence. Ils sont nombreux à acheter les deux produits.

LE FIGARO. - Croyez-vous à la cohabitation des deux produits dans le futur?

Jeff BEZOS. - Moi j’aime les chaussures de tennis, mais quand je fais de la randonnée, je porte des chaussures de randonnée. Alors, oui, je crois qu’il y aura toujours des outils spécifiques pour optimiser la lecture. Et puis nos produits sont si petits et si peu chers que vous n’avez pas à choisir.

PS: à signaler un premier test du Kindle Paperwhite sur Igen. Un verdict très positif avec un bémol concernant l'éclairage: "On distingue quatre ombres à la base de l'écran entre les diodes, selon un motif parfaitement inverse de l'effet Mura du bord des écrans LCD. Il ne parvient pourtant pas à gâcher la réussite qu'est ce mécanisme: il éclaire vers l'écran et non pas vers l'utilisateur, et l'on n'a ainsi jamais l'impression de regarder droit vers une lampe allumée." Gros bémol aussi la gestion des césures, toujours ignorée par Amazon, nous en reparlerons.


Canada: livre numérique à 16% du marché

CanadaLe livre numérique représenterait désormais plus de 16% des ventes au Canada selon l'agence BookNet qui a publié hier une étude (via GoodeReader). A lire le billet paru sur LaPresse. On rappellera pour mémoire que l'American Publishers Association a indiqué au début de l'été que les ventes de livres numériques aux Etats-Unis dépassent dorénavant celles des livres reliés et se rapprochent des livres brochés.


Bookeen: le nouveau Cybook Odyssey HD Frontlight

BookeenOn l'avait apercu subrepticement sur une petite manip chez Cultura, c'est désormais officiel. Bookeen a annoncé sa sixième génération de Cybook avec un nouvel Odyssey HD Frontlight. Après Barnes and Noble, Amazon, Kobo, la lumière intégrée s'installe aussi chez le fabricant français de livres électroniques avec ce nouveau modèle. Ecran eInk Pearl HD, nouvelle option du PDF reflow, vingt niveaux d'intensité d'éclairage, poids allégé à 180g. Disponibilité courant novembre, les prix sont encore à venir, peut-être avec d'autres accords avec des libraires (via BlogBookeen).


Livre électronique: la logique irrésistible du prix

Gfk200979,99€ pour le KoboMini, 79€ pour le Kindle, 59,99€ pour un modèle vendu en Allemagne, moins de 10€ peut-être annoncé par un opérateur à Frankfurt dans les jours qui viennent... Abonnement, prix subventionné, tout est désormais envisageable. La logique est là. Le seuil psychologique, que mettait en évidence GFK au Salon du Livre 2009 avec des prix attendus au-dessous de 70€, est bien atteint aujourd'hui. Certains souriaient à l'époque, ce n'est pourtant pas si loin trois ans et demi. Revoir la présentation ici avec le slide ci-contre. Bref, c'est déjà demain.


De Marque pose sa marque en Chine

LogoDécidément Frankfurt est l'occasion d'annonces d'accords internationaux. Celle de la société québécoise De Marque avec le n°1 du livre numérique chinois Apabi. "Ce sont des millions de francophones et d’anglophones qui vivent en Chine qui pourront ainsi avoir un accès simplifié aux livres distribués par De Marque" annonce Marc Boutet, président de De Marque. Après l'Europe, une dynamique nouvelle qui s'enclenche sur les marchés asiatiques, lorgnés par beaucoup d'acteurs leaders sur le secteur (via LaPresse).


Numilog: accord franco-allemand avec Libreka

Ebook-transfertool-libreka-bestsellerA signaler un accord entre la plateforme allemande de livres numériques Libreka et Numilog, qui porte sur un catalogue de 80.000 titres français. Ils proviennent d'éditeurs des maisons du groupe Hachette Livre mais aussi des Éditions Harlequin, Albin Michel, l'Harmattan, etc. En contrepartie, du côté des éditeurs allemands, ce sont 100.000 titres distribués par Libreka qui bénéficieront désormais du réseau de revendeurs de Numilog (via IDBoox).


Txtr: le dernier en date

Beagle_product_shotC'est l'automne et le marronnier habituel. A chaque fois que revient la Foire de Frankfurt, on reparle du livre électronique allemand Txtr, en lien avec la librairie du même nom. Aujourd'hui c'est un modèle Txtrbeagle, basique au format 5 pouces avec un coût de 15$ pour le client, avec une subvention, un engagement auprès d'un opérateur (pas de tactile, juste le bluetooth). En recherche sans doute de partenaires libraires, pas de disponibilité encore annoncée. La petite vidéo qui va avec pour faire le buzz (via Gizmodo).

PS: selon Teleread, un opérateur européen pourrait subventionner le Txtrbeagle à un prix de 9,90€ sur le marché allemand.

txtr beagle from txtr on Vimeo.