119 notes dans la catégorie "Abonnement"

Iznéo : un tout nouveau site

IzneoBientôt cinq ans pour Iznéo, le portail de bande-dessinée et de manga ouvert en mars 2010. L'occasion est belle pour refaire entièrement le site. Plus moderne et graphique, plus de conseils et l'arrivée d'un nouveau player. Achats, locations, abonnements, cartes cadeaux, à voir si les abonnements en illimité seront revus dans leurs périmètres dans les mois à venir. A signaler également une toute nouvelle application pour iPhone/ iPad.


Pirpl : une offre d'abonnement avec la recommandation

PirplDans ce débat délétère autour des abonnements, c'est bien l'illimité et les rémunérations exsangues pour les ayants-droits qui posent problème. Nous ne consommons pas des livres numériques comme de la musique, faut-il le rappeler. En tant que gros lecteur depuis des années je peux en témoigner. Un budget d'abonnement mensuel raisonnable à la fois sur une offre sélectionnée de titres et suffisamment large conviendrait à la très grande majorité d'entre nous. L'innovation ne manque pas. J'en veux pour preuve le modèle que défriche un petit acteur français en ce moment, Pirpl, au travers d'une expérimentation en béta. "7,99€/ mois, lisez trois livres numériques pour le prix d'un livre de poche". Une sorte de club de lecteurs qui pourrait tout à fait séduire avec des recommandations de qualité. Il va falloir suivre de près. C'est sur ce terrain-là que les choses se jouent. Remplir les silos et compter les sorties au guichet, cela n'intéresse personne. Il faut remplacer les robots par de l'humain et une vraie valeur ajoutée de la recommandation. Le Pandora du livre numérique reste à construire, la tâche est immense. Sur les offres de streaming illimitées actuelles, regardez, les recommandations sont proches du néant. Et c'est bien cela qui intéressent les lecteurs de demain, face à des catalogues de livres numériques plus vastes que jamais.


Le livre numérique en illimité est interdit en l'état

LoiLes abonnements de lecture numérique illimitée devront être modifiés. Kindle Unlimited, Iznéo, Youboox et Youscribe devront se mettre en conformité avec la loi sur le prix du livre numérique, selon l’avis de la médiatrice du livre Laurence Engel saisie par la ministre de la Culture en décembre dernier. Nous attendions cet avis avec impatience. Il est finalement tombé à quelques semaines du Salon du Livre. Force à la loi, reprendre ce qui était écrit: "les offres d’abonnement dont le prix n’est pas fixé par l’éditeur ou dont le prix fixé par l’éditeur n’est pas porté à la connaissance de l’ensemble des détaillants ainsi que des usagers, contreviennent aux dispositions législatives». Deux possibilités s’ouvrent: soit le gouvernement envisage une modification de la législation pour rendre ces offres légales, soit les offres évoluent pour se mettre en conformité avec la réglementation existante. La première option n’est clairement pas à l’ordre du jour, c'est pourtant celle qui était prévue quand la loi sur le prix unique du livre numérique avait été promulguée en 2011, avec de nouveaux modèles à tenir compte dans le futur. C'est donc la voie de la seconde qui va être exploré pour l'instant. Une seconde phase du travail de la médiatrice commence donc, un accompagnement des entreprises concernées pour se mettre en conformité avec la loi. Une période de trois mois a été prévue (via Livres-Hebdo). A lire également l'article sur LesEchos. Je donne le rapport de la médiatrice du livre pour archives.


Presse : quelle suite au prochain numéro?

PresseAvant que ce soit un jour le sujet de préoccupation dans le secteur du livre, penchons-nous sur la presse. Les ventes numériques peuvent-elles compenser la vente au numéro? Certes le numérique se développe, mais "à ce niveau il ne pourra jamais endiguer le repli de la diffusion totale qui reste lourdement impactée par la baisse de la vente au numéro". A lire le très intéressant article de ZDNet aujourd'hui.


Amazon : Kindle Unlimited au Canada et au Mexique

Kindle-unlimitedAprès de nombreux pays en Europe, Amazon vient d'ouvrir Kindle Unlimited, son service d'abonnement de livres numériques, au Canada et au Mexique. En France nous attendons toujours que s'exprime Laurence Engel, la Médiatrice du Livre, sur la conformité de cette offre par rapport à la loi sur le prix unique du livre numérique (via TheDigitalReader).


Médiathèque de Carquefou : test de l'offre de prêt de livres numériques

MédiathèqueJ'avais testé l'année dernière l'interface de Bibook développée par DeMarque et Feedbooks pour la Médiathèque de Grenoble. L'occasion aujourd'hui de tester celle développée par Archimed pour la Médiathèque Hélène Carrère d'Encausse de Carquefou ici. Celle-ci sous PNB (Prêt Numérique en Bibliothèque) également. Le service a ouvert la semaine dernière seulement. Un peu moins de deux cent livres sous droits sont disponibles à l'ouverture. Beaucoup de nouveautés, une large sélection de livres jeunesse. Mes premières impressions:

L'inscription est simplissime. Une fois son code obtenu auprès de la médiathèque en tant qu'adhérent, on ouvre son espace, nom et code. Comme d'habitude, pas besoin de le retaper à chaque fois, on sera reconnu automatiquement à l'ouverture du site. Vous pouvez emprunter jusqu'à 5 livres par mois, dont 2 simultanément, pour une durée de 21 jours (au delà de ce délai, le livre ne sera plus accessible sur votre support de lecture). Un guide du démarrage pas mal fait du tout. Ceux qui connaissent déjà les pratiques du livre numérique le parcourront assez vite. Ceux qui découvrent seulement devront se pencher sur les étapes habituelles "Inscription Compte Adobe et téléchargement Adobe Digital Editions", très bien décrites. Tout est indiqué en fonction du support, ordinateur, liseuse, tablette, smartphone. Ce sont bien évidemment les mêmes que pour acheter dans une librairie numérique. On ne réinvente pas la roue dans les bibliothèques, c'est une très bonne chose pour les usages du lecteur. Petit rappel: le Kindle d'Amazon, avec son format propriétaire, ne permet pas d'être compatible avec les livres prêtés par la médiathèque.

Les couvertures sont assez lentes à s'afficher, sans doute un petit défaut du démarrage en production, souhaitons que les choses s'améliorent rapidement. La page d'accueil est très bien faite. Dernières acquisitions qui s'affichent sur un menu déroulant, le guide de démarrage donc, une thématique de livres proposée (cette semaine autour de la Saint-Valentin), les titres les plus consultés. Un moteur de recherche qui marche bien, avec des thématiques bien repérées. Pour afficher le catalogue complet, c'est pas forcément évident. Il faut taper une étoile dans la barre de recherche. Encore faut-il le savoir. C'est indiqué dans le guide de démarrage, encore faut-il le lire. Vous me direz, une fois cela compris, on le refera facilement lors de la prochaine visite. 2500 titres du domaine public à télécharger en plusieurs formats, les couvertures ne s'affichent pas, c'est dommage. Pour les titres sous droits, il faudra repérer le mot Dilicom dans la sélection à droite. Un mot qui n'a bien entendu aucun sens pour l'abonné de la bibliothèque. C'est quoi Dilicom? Il faudra trouver autre chose. Affichage des titres en liste déroulante ou en  mosaïque de couvertures. Une fois le titre que l'on souhaite repéré, on peut soit "consulter un extrait", soit "accéder au document". L'envoi d'un lien se fait automatiquement avec l'ouverture dans Adobe Digital Edition, pour télécharger ensuite vers sa liseuse. Une pratique bien connue des possesseurs de liseuses, à se familiariser pour les autres. Pour les autres supports, cela fonctionne également très bien. A mon avis, il faut que la Médiathèque s'assure au moment de l'inscription du niveau de l'abonné, peut-être même distribuer un petit flyer avec un pas-à-pas bien fait.

J'ai remarqué que la qualité des métadonnées laissent toujours un peu à désirer du côté de certains distributeurs (je ne dirais pas toujours les mêmes, mais vous l'aurez compris). Des couvertures qui ne s'affichent pas, des défauts dans les métadonnées de description. Toujours le même effort d'uniformisation à faire chez les distributeurs. Mais pas trop grave pour l'utilisateur qui passera assez facilement là-dessus.

Des points à améliorer dans l'ergonomie générale de navigation, surtout dans les choix des bibliothécaires qu'il faudrait mettre plus en évidence. Plus de sélections, c'est vraiment important. Avec 200 titres cela va encore, avec plusieurs milliers, cela va être lassant de faire défiler. Penser aussi une mise en avant plus importante des nouveautés, c'est ce que les lecteurs recherchent à mon avis lors des prochaines visites. Mais pour une ouverture c'est déjà très bien, compliments aux équipes qui ont développé le service. On reviendra avec plaisir sur le site de la médiathèque pour s'approvisionner en livres numériques. Un excellent complément à leurs bibliothèques personnelles pour des lecteurs numériques affutés, une excellente découverte et mise en action pour ceux qui se familiarisent seulement. A mon avis, tous auront envie d'y revenir pour découvrir de nouvelles propositions de lectures, des sélections proposées par les bibliothécaires. Et je vais vous dire une chose, c'est aussi simple et surtout moins risqué que de pirater des livres! En toute légalité dans sa médiathèque!

Bref, succès à la Médiathèque de Carquefou pour cette nouvelle offre, en espérant que d'autres bibliothèques s'y mettront très vite pour leurs abonnés!

Je remercie la Médiathèque de Carquefou de m'avoir ouvert le service pour tester et pour une belle découverte, celle d'un tout nouveau polar écossais dans la nouvelle collection "Mercure Noir".


SNE : Kindle Unlimited est illégal en l'état

Sne-logoLe SNE (Syndicat National de l'Edition) a transmis sa position à la Médiatrice du Livre, Laurence Engel, saisie du sujet après le lancement du service Kindle Unlimited en France en décembre dernier, et qui doit remettre ses conclusions à la ministre de la Culture et de la Communication dans les jours qui viennent. Le SNE considère que "les offres d’abonnement dont les prix ne sont pas fixés par les éditeurs ne sont pas légales, hormis les exceptions prévues par la loi de 2011 sur le prix du livre numérique, à savoir les offres à usage collectif proposées dans un but professionnel, d’enseignement supérieur ou de recherche." Au moment de la loi sur le prix unique en 2011, le député Hervé Gaymard, qui avait beaucoup travaillé sur cette loi, avait bien précisé à l'époque que de nouveaux usages émergents (notamment les offres d'abonnements, les offres couplées, etc.) demanderaient une évolution de cette loi. C'est bien le défaut de n'avoir rien fait qui prévaut aujourd'hui. Le communiqué complet du SNE est sur Livres-Hebdo.


François Bon : un auteur qui défend les offres d'abonnement

François bonFace aux critiques généralisées (éditeurs, auteurs, libraires, ministère de la culture) depuis plusieurs semaines à l'encontre de l'offre Kindle Unlimited d'Amazon, il fallait bien une voix discordante pour prendre la défense et vanter les mérites des offres d'abonnement. C'est François Bon sur TiersLivre qui monte au créneau avec un titre provocateur: "Quand l’État veut nous empêcher de lire". Son principal argument est la découverte sans achat: "Vous explorez tout le catalogue, vous vous risquez dans les voix nouvelles." Allez au-delà de la seule lecture des premières pages, principe de l'expérimentation de nouveaux modèles: "Qu'on nous laisse seulement faire nos expériences." On peut quand même s'étonner que François Bon verse seulement aujourd'hui dans les modèles d'abonnement grand public alors que Youboox existe depuis plusieurs années. Il aura fallu qu'Amazon remue le cocotier dans toute la chaine du livre pour le décider. C'est fait, les titres qu'il édite sont désormais sur Youboox, bientôt sur Kindle Unlimited. François Bon est un ardent défenseur du modèle de l'abonnement, ayant lui-même converti son propre site web à l'abonnement: "Mon site c’est mon livre, et je n’écris qu’un livre qui est mon site". Amusant de souligner que François Bon est distribué par Immatériel, qui sont eux-mêmes attaché à l'abonnement mais qui ont été les premiers à vivement critiquer le modèle "mortifère" d'Amazon auprès de leurs éditeurs. Ici, guère un mot sur le modèle économique et les rémunérations. L'expérimentation prime sur tout. Pour François Bon, c'est finalement sans surprise tant il a toujours été un grand amateur du Kindle d'Amazon (via L'Express).

PS: à lire l'article sur LeFigaro, les auteurs américains déchantent sérieusement.


Fleur Pellerin : la médiatrice du livre se prononcera sur Kindle Unlimited

Fleur_PellerinPar voie d'un communiqué de l'AFF, la ministre de la Culture, Fleur Pellerin, a annoncé hier avoir saisi la médiatrice du livre au sujet de la formule d'abonnement à accès illimité de livres numériques, comme Kindle Unlimited d'Amazon, qui "ne semble pas conforme à la loi". "La loi de 2011 établit une règle: c'est l'éditeur qui fixe le prix de vente du livre numérique. A ce titre, l'offre proposée par Kindle Unlimited ne semble pas conforme à la loi", a indiqué la ministre dans ce communiqué. "C'est pourquoi j'ai saisi la médiatrice du livre, Laurence Engel, qui, après avoir consulté les éditeurs et les plateformes concernés, rendra dans les plus brefs délais son avis sur l'articulation des offres par abonnement avec le cadre fixé par la loi". A signaler qu'Amazon n'est pas le premier à proposer de telles offres en France. C'est le cas de Youboox, Youscribe, Iznéo depuis de nombreuses années. Mais c'est bien évidemment l'arrivée du géant américain qui rebat les cartes avec les inquiétudes des éditeurs, des libraires et des auteurs. Amazon aura beau jeu de dire que ce qui était légal depuis trois ans est désormais illégal à la sortie de son offre. En 2011 à l'établissement de la loi sur le prix unique, ceux qui avaient pensé cette loi avaient dit que son évolution serait nécessaire au regard de nouveaux modèles. Le chantier se rouvre aujourd'hui dans un contexte précipité (via L'Express).


SGDL : les auteurs opposés à Kindle Unlimited

SgdlAprès les éditeurs, les auteurs. Prise de position forte aujourd'hui de la SGDL (Société des Gens de Lettres) à l'encontre des modèles d'abonnement illimité et notamment celui d'Amazon qui vient de sortir en France, Kindle Unlimited, par voie de communiqué de presse. La SGDL s’inquiète de la rémunération des auteurs et des conséquences possibles sur les ventes de livres imprimés comme numériques: "Au moment où la SGDL et l’ensemble des organisations d'auteurs se battent pour faire reconnaître au niveau français et européen une juste et équitable rémunération des créateurs, accepter le principe de l'offre illimitée reviendrait à nier la valeur du livre". La SGDL pose également la question de la légalité de cette formule d’abonnement illimitée en invoquant la loi sur le prix unique du livre numérique. Une question qui avait déjà été posée par Vincent Monadé, président du CNL. A lire le communiqué complet sur le site de la SGDL.


Bibook : ouverture des suggestions d'achats

BibookIntéressante option qui s'ouvre désormais sur Bibook, la bibliothèque numérique des Médiathèques de Grenoble. Vous ne trouvez pas forcément le livre qui vous intéresse? Pas de souci, petit formulaire à remplir en ligne. Des suggestions qui concernaient déjà livres imprimés, CD et DVD. Livres numériques maintenant. Les bibliothécaires vous répondent et achètent le livre s'il correspond aux critères d’acquisition de la bibliothèque et au budget disponible. D'après Bibook, la mise à disposition se fait sous 24h. De quoi coller au plus près des attentes des abonnés, d'enrichir les acquisitions des bibliothécaires par des suggestions de lecteurs.


Hachette : Arnaud Nourry sur l'accord avec Amazon

NourryArnaud Nourry (PDG d'Hachette Livre) est revenu sur BFM Business sur le conflit entre son groupe et Amazon aux Etats-Unis. Deux aspects: la fixation du prix de vente et les rémunérations. Il n'a pas donné de détails sur l'accord commercial mais a confirmé qu'Hachette gardait la fixation du prix de vente. Point. Arnaud Nourry a aussi confirmé qu'il serait "le dernier a plonger" dans des offres d'abonnements comme Kindle Unlimited, y voyant la destruction des modèles existants. L'interview est ici.

PS: à lire également l'article sur Hachette publié dans LesEchos aujourd'hui.


Kindle Unlimited ouvre en France

KindleunlimitedKindle Unlimited arrive en France après l'Angleterre, l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne depuis septembre. Trois mois après l'arrivée de Netflix en France, Amazon décline un modèle similaire en ouvrant son service d'abonnement à des livres numériques à quelques semaines de Noël. Le village gaulois n'existe pas. On sentait le coup venir avec des tractations en coulisses avec les éditeurs. Une offre d'abonnement à 9,99€/ mois. Le premier mois à 0,99€ pour tester, offre valable jusqu'au 10 janvier prochain. Au catalogue 700.000 titres mais seulement 20.000 en français (moins de 3%). Titres accessibles en streaming mais aussi en téléchargement sur les liseuses Kindle. La limitation serait de 10 livres par mois. Rappelons que le catalogue numérique français est désormais de plus de 150.000 titres. Et encore dans l'offre d'Amazon figure d'autorité tous les titres auto-publiés. Une goutte d'eau donc côté éditeurs.

KindleSur chaque titre concerné, le bouton "Lire pour 0,00€ avec Kindle Unlimited" apparait désormais. On va regarder attentivement ce qui se trouve dans ce catalogue hormis les éditeurs déjà présents sur des offres concurrentes comme Youboox ou Youscribe. Amazon aura finalement préférer sortir avec un catalogue assez réduit en poussant ses Kindle avec des promotions agressives en cette fin d'année. Peut-être aussi un détail qui n'est sans doute pas un hasard, Amazon lance Kindle Unlimited en France le jour même où Hachette se lance aux Etats-Unis avec un nouveau modèle de vente sur Twitter. Donnant donnant...

PS: confirmation, une offre semblable à la concurrence. Aucun groupe majeur; deux acteurs importants que l'on pouvait attendre, à savoir l'offre Iznéo (bande dessinée) et Harlequin, ne sont pas là. A lire également le billet sur LesEchos qui relaie les propos d'un éditeur: "Confier à un seul acteur, le plus puissant du marché, l’accès aux catalogues de l’édition française, dans des conditions déterminées par lui, semble un bon moyen de liquider tous les réseaux de vente de livres numériques puis probablement physiques".


Epoints s'ouvre aujourd'hui

EpointsUn nouveau site très attendu s'ouvre aujourd'hui. Je vous en avais parlé dès le mois de septembre, Epoints propose une nouvelle offre de livres numériques au format court à 0,99€. Tous les titres d'auteurs sont édités au Seuil et dans la collection Points bien connue. Outre le petit prix, tous les titres d'Epoints sont vendus sans DRM, c'est une initiative à saluer, une première dans le groupe La Martinière. L'ensemble des livres (une trentaine à ce jour) sont bien entendu proposés sur l'ensemble des plateformes de ventes (sur LesLibraires.fr par exemple ici) mais aussi sous forme d'abonnement sur le site Epoints. Chaque livre représente un certain nombre d'heures de lectures qui est indiqué à chaque fois. Vous pouvez vous abonnez pour 4,99€/ mois pour obtenir un crédit de 10 heures de lecture, les livres étant téléchargeables sur tous les appareils, l'accès au catalogue est complet dans la limite du crédit. Le premier mois est offert pour tester. Tous les détails ici. Titres originaux, catalogue étendu, petit prix, pas de DRM, nouveau modèle d'abonnement innovant. A signaler également la conception, la ligne graphique et le design réalisés par Marine Crespel. De belles perspectives pour Epoints à son démarrage. Longue vie!


Iznéo et J'aimeLire partagent leurs catalogues

YakariEchange de contenus entre Iznéo et J'aimeLire, la plateforme du groupe Bayard pour les enfants. Un partenariat a été annoncé hier. Iznéo récupère ainsi des contenus jeunesse qui viennent enrichir son offre de bande-dessinée, J'aimeLire de son côté propose désormais plus de bandes-dessinées pour les petits sur son J'aimeLireStore. On voit que la diversification est inévitable désormais dans les offres d'abonnement en streaming chez les spécialisés face à des offres généralistes qui s'annoncent et qui risquent bien de rebattre les cartes.


Kindle Unlimited : le "mortifère" arrive pour les éditeurs?

Death noteLes conditions d'Amazon pour son offre Kindle Unlimited sont de plus en plus pointées du doigt. C'est bien entendu le sort même des distributeurs qui se jouent en ce moment avec de nouveaux modèles et des conditions de rémunérations en chute libre. C'est le distributeur Immatériel qui aurait alerté ses clients. Des extraits sont donnés par le site IDBoox aujourd'hui:

Immatériel qui distribue plusieurs centaines d’éditeurs français sur les différentes plateformes d’ebooks a écrit à ses clients les mettant en garde sur l’adhésion à Amazon Kindle Unilimited.

Nous nous sommes procurés ce document dont nous reproduisons ici un extrait: «D’une rémunération de 60% sur le PPHT pour l’éditeur pour l’achat à l’acte, la rémunération passe brutalement à 20% du PPHT, sans compter la commission d’Immatériel. Il s’agit donc d’une perte sèche de plus 40% de vos revenus lorsqu’un livre est consommé via Kindle Unlimited plutôt qu’en vente à l’acte.
Nos interlocuteurs d’Amazon nous le confirment: dès lors que leur clientèle américaine et anglaise a commencé à goûter à ce mode de consommation, les premiers mois gratuits se sont rapidement transformés en abonnements payants. Tout nous invite à penser que la consommation par abonnements sera préférée par leurs clients s’ils ont du choix, ce qui créera obligatoirement un manque à gagner pour les éditeurs.».

Immatériel parle même de «mode de consommation mortifère» pour la chaîne du livre toute entière. Il se retrouve en effet en première ligne avec beaucoup d'éditeurs indépendants qui peuvent traiter avec Amazon directement. Le distributeur pointe avec raison le nombre de clients d'Amazon qui pourraient basculer rapidement vers l'offre d'abonnement au regard des prix élevés pratiqués à l'unité. Même si beaucoup de livres ne se trouvent pas dans l'offre pour l'instant, sur des profils de lecteurs particuliers l'effet de cannibalisation de cette offre peut être très important.


Amazon : Kindle Unlimited, l'arme fatale?

Kindle unlimitedL'offre Kindle Unlimited devrait sans doute être déployée en France cette semaine. L'annonce du partenariat Chapitre/ Youscribe ne serait pas le fruit du hasard mais bien avant-coureur de cette annonce. Plusieurs sources me laissent à penser que cela ne devrait plus tarder. Pas de village gaulois après la Grande-Bretagne, l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne. Amazon osera t-il la provocation, le jour même de l'annonce des prix Goncourt et Renaudot dans la journée de demain? Une annonce qui risque bien en tout cas de rebattre les cartes. Toute la question va être de savoir le périmètre exact et les catalogues concernés au-delà de ce qui est présent jusqu'ici sur les offres existantes de Youboox, Youscribe et Iznéo. Si les refus de vente d'offres similaires sont effectivement sanctionnables par la loi, on peut penser qu'un alignement rapide va se faire. Les univers des smartphones et tablettes vont se rejoindre, après ce sera une question d'ergonomie et de fluidité. On peut imaginer qu'Apple et Google suivent à terme. Kobo avec la Fnac? Plus compliqué. Amazon, un rouleau compresseur qui ne cesse d'avancer. Pour cette nouvelle offre, Amazon dispose à la seconde de l'ensemble de tous les fichiers sur ses propres serveurs. Il maitrise parfaitement aussi bien ses propres tablettes que celles de la concurrence avec ses applications de lecture.

Mais bien plus, côté gros lecteurs. Là où Amazon dispose d'une arme fatale, c'est évidemment la possibilité de télécharger sur ses liseuses Kindle via son environnement propriétaire, ce qu'aucun autre acteur n'est en mesure de faire pour l'instant. Le diffuseur Volumen a annoncé cet après-midi un pourcentage de 42% de son chiffre d'affaire numérique avec Amazon, Le Diable Vauvert parle même d'un chiffre à 70% pour certains de ses titres, une situation "très inquiétante" pour Marion Mazauric. Amazon plus conquérant que jamais avec cette nouvelle offre qui arrive...


Chapitre.com : partenariat avec Youscribe

YouscribeLe site Chapitre.com a annoncé hier un partenariat avec le site de streaming Youscribe. Un renvoi des clients sur le site pour une offre d'abonnement avec un partage de revenus dont on ne connait pas les modalités. Un peu plus de 100.000 titres, sans surprise pas de nouveaux titres que ceux que l'on voyait déjà sur Youboox et la bande-dessinée présente sur Iznéo déjà largement streamée. Rien de bien nouveau donc. Pour mémoire, c'est Juan Pirlot de Corbion, l'actuel fondateur de Youscribe, qui avait lui-même créé Chapitre en 1997. Amusant de lire sur certains sites que Chapitre va "proposer cette offre dans ses librairies" puisque que celles-ci n'existent plus sous la marque. Un site Youscribe qui affiche ses ambitions et se voit déjà en Netflix du livre (lire Challenges).


Amazon : Kindle Unlimited en Italie et en Espagne

Kindle-UnlimitedAprès la Grande-Bretagne et l'Allemagne, Amazon poursuit le déploiement de son offre d'abonnement de livres numériques en streaming Kindle Unlimited en Italie et en Espagne. Dans les deux pays, une offre à 9,99€/ mois qui comprend près de 700.000 titres, essentiellement en langue anglaise et de l'auto-publication. Kindle Unlimited est toujours aux abonnés absents en France, signe que la négociation est plus compliquée que prévue avec les éditeurs, notamment avec le groupe Hachette (via TheBookSeller).

PS: plusieurs échos insistants ce soir, l'offre en France devrait ouvrir rapidement.


France : bientôt des livres numériques en location?

LouerAlors que le développement d'offres en streaming semble de plus en imminent en France sous la pression d'Amazon, comment faire pour ne pas casser ce marché du livre numérique avec l'élément disruptif de l'abonnement et non plus de l'achat? Ce "renoncement à la propriété", complémentaire ou de substitution? C'est le véritable casse-tête en ce moment des éditeurs. Ménager à la fois la chèvre et le chou pour ne pas voir conforter et amplifier des acteurs déjà très largement monopolistiques. Leur objectif est bien de valoriser de manière plus importante des catalogues qui ne se vendent pas, inciter à la découverte avec des formules plus attractives. Sans aller vers le streaming (il faut que les libraires possédent les fichiers, seuls les acteurs américains et quelques autres les ont), pourquoi ne pas proposer de la location au titre? Le portail de bandes dessinées Iznéo ne fait pas autre chose depuis longtemps, proposant à la fois de l'achat au titre mais aussi de la location pour dix jours avec un prix divisé par trois. Par exemple ici.

On peut tout à fait imaginer un déploiement rapide de ces offres de location à l'ensemble des revendeurs qui seraient tous traités sur un pied d'égalité. Le lecteur veut acquérir le titre pour sa bibliothèque de manière définitive? Il achète au prix fort. Il hésite sur un titre plus confidentiel et souhaite le lire sans forcément le conserver? Il le loue à prix réduit. Le cadre de l'offre serait parfaitement délimité; celle-ci serait tout à fait en accord avec la loi sur le prix unique. La chrono-dégradabilité est déjà utilisée très largement pour les services de presse et le prêt numérique en bibliothèques. Elle est simple à mettre en place. La location a été parfaitement évaluée dans un modèle comme MO3T par exemple. Les libraires pourraient tout à fait devenir les bibliothèques "payantes" de demain. Je ne vois aucune raison qu'ils ne puissent pas accéder à la location de titres alors qu'Amazon va sans doute ouvrir le téléchargement sur une période donnée sur ces Kindle très bientôt. Ouvrir l'abonnement en streaming chez certains sans ouvrir à la location au titre chez les autres? Un grand écart difficilement défendable pour les éditeurs. On parle beaucoup de nouveaux modèles à explorer, d'innovations. Ne pas s'orienter seulement vers ceux qui arrangent bien certains.


Youboox : 30.000 titres supplémentaires?

YoubooxCela bouge sans doute en coulisses autour des offres de livres numériques en streaming en France. Alors que le service d'Amazon Kindle Unlimited a ouvert en Allemagne la semaine dernière, Jeremy Amsellem, le responsable éditorial de la plateforme de streaming Youboox, était l'invité de France-Culture vendredi dernier où il a annoncé 30.000 titres supplémentaires (+40% du catalogue) versés dans l'offre "très rapidement". Françoise Benhamou revenait aussi sur ce type de service et la rupture qu'il créé dans les usages en tant que "renoncement à la propriété". Complémentaire ou substitution, c'est bien là le problème par rapport à d'autres offres. A ce propos, à voir si Youboox sera autorisé à proposer les ouvrages en téléchargement comme le fait Amazon sur son Kindle.


Amazon : Kindle Unlimited en Allemagne

KindleunlimitedAmazon n'en est pas à une provocation près. Sur fond de bataille avec Hachette et alors que l'ouverture du modèle d'abonnement en Angleterre se fait dans un climat houleux avec les éditeurs indépendants, Amazon profite de l'ouverture de la Foire de Frankfurt cette semaine pour ouvrir le service d'abonnement Kindle Unlimited en Allemagne. 650.000 titres au catalogue mais seulement 50.000 en langue allemande. Aucun titre en audio. Pour la plus grande partie de ces ouvrages, Amazon n’a pas eu besoin de solliciter l’autorisation de leurs éditeurs ou de leurs auteurs, quand il s’agit de livres autopubliés via Kindle Direct Publishing. Les titres sont inclus automatiquement dans le catalogue sans avis des ayants-droits. Du côté des catalogues d'éditeurs majeurs, hormis les têtes de gondoles habituelles savamment "négociées", très peu de maisons d'éditions. Citons des titres de Panini, Herder, Riva, MVG, Prospero, Dotbooks et GRIN. Tous de leur plein gré. Aucun éditeur ne semble avoir été "forcé" à rentrer dans le modèle comme en Angleterre. Un passage en force après la Foire de Frankfurt? (via BuchReport).


UK : Amazon passe en force pour l'offre Kindle Unlimited

Kindle-UnlimitedCertains éditeurs indépendants britanniques voient malgré eux certains de leurs titres passer dans l'offre Kindle Unlimited d'Amazon lancée la semaine dernière, une offre qu'ils refusent ouvertement. La bataille se déplace désormais sur le terrain juridique. Pour les éditeurs concernés dont la liste est déjà longue -Bloomsbury, Scholastic, Faber, The History Press, Canongate, Atlantic, Granta, Head of Zeus, Hesperus Press, Michael O’Mara, Icon Books, etc-, se mettre en opposition frontale face à Amazon, c'est risquer un bras de fer et un déréférencement de leurs titres en versions imprimées, on le voit bien avec Hachette.

Le responsable de Waterstones, James Daunt, se dit préoccupé par l'impact du modèle d'abonnement/ souscription sur le marché du livre au sens large, si celui-ci s'avère populaire: "Evidemment, je suis extrêmement préoccupé par le concept de celui-ci et l'impact potentiel qu'il pourrait avoir sur les livres qui dévaluent".
Malgré leurs inquiétudes, les éditeurs ont dit qu'ils étaient "impuissants" à retirer les titres du service contractuellement, car Amazon utilise le modèle "revendeur" de paiement pour Kindle au prix de détail d'un livre à chaque fois qu'il est téléchargé et lu. Les auteurs reçoivent eux-aussi les mêmes paiements de redevances comme ils le seraient si un ebook avait effectivement été acheté.

Bien qu'aucun éditeur ne voulait être cité par crainte de représailles de la part d'Amazon, beaucoup parlent en privé de leur colère face à la conduite d'Amazon et ont dit qu'ils engagaient des avocats pour examiner la légalité de la situation: "Nous avons dit très clairement que nous n'avions pas intérêt à mettre nos titres dans ce service, en dépit de la persistance d'Amazon, c'est une vraie surprise de trouver nos titres dedans." Un autre dit: "Nous avons examiné nos contrats et tentons de déterminer s'il est légal pour être utilisé dans le cadre d'un autre service, mais il le semble que tant qu'ils nous paient comme si c'était une vente alors que cela n'en est pas une". Un autre encore: "Ce n'est pas quelque chose que nous sommes en mesure de combattre. Nous nous sentons impuissants. Le problème est de savoir si ceux-ci ne représentent qu'un premier tour de titres, s'ils vont ajouter plus tard peut-être de grands éditeurs" (via TheBookSeller).

Amazon dispose sur ses propres serveurs des fichiers des éditeurs. Il règne en maître avec un certain cynisme sur des éditeurs impuissants, désormais réduits à l'état de servage, se voyant imposés malgré eux un modèle d'abonnement que seul Amazon est en mesure de rémunérer au-delà des sommes qu'il perçoit effectivement. Situation bien connue, le géant américain n'est pas à une stratégie de dumping près pour prendre place sur le marché avec ce type d'offre. Un phénomène qui ne fait que renforcer une fois de plus une situation de monopole extrèmement préoccupante sur le marché anglo-saxon. Jusqu'où peut aller le rouleau compresseur Amazon? Va-t-on aller vers une situation équivalente dans les autres pays d'Europe?


Youboox : 2ème anniversaire avec une nouvelle interface

YoubooxYouboox, la librairie numérique en streaming, a tout juste 2 ans cet automne. Elle en a profité pour refaire entièrement son interface pour naviguer dans la bibliothèque. On peut lire sur Youboox à partir de n’importe quelle connexion internet, c'est désormais possible grâce à la web-app disponible ici. De nouvelles fonctionnalités ont aussi été ajoutées dans les applications Apple ou Android à télécharger. Pas de nouveaux éditeurs qui restent très timides par rapport à ce type d'offre. On relevera par exemple seulement 4 titres de la rentrée littéraire chez Allary Editions, Au Diable Vauvert et Aux Forges de Vulcain. Youboox propose de la lecture sur tablettes et smartphones (pas de liseuses) avec un abonnement à 7,99€/ mois pour lire sans publicités.