Nolim Edition 2017 est disponible sur le site

NolimA signaler, la nouvelle liseuse Nolim de Carrefour est désormais disponible en pré-commande sur le site via Rue du Commerce. 5 coloris, prix à 129,90€. Elle est également en vente dans le réseau Carrefour. Attention, comme me l'avait signalé Bookeen, la mémoire est de 4Go et non de 8Go comme indiqué. Une erreur qui date du communiqué de presse. Revoir mon test ici.


Les meilleures liseuses pour l'été 2017

Podium
C'est mon rendez-vous traditionnel deux fois par an (le dernier en décembre dernier) pour vous donner mon podium des meilleures liseuses sur le marché français. Depuis un an, les gammes se renouvellent chez les fabricants, preuve que le marché des liseuses est bien actif, c'est lui qui irrigue la lecture numérique pour ceux qui en doutent encore.

Des liseuses que certains disaient condamnées par les tablettes (d'ailleurs en très nette perte de vitesse, même l'iPad a perdu de sa superbe) et surtout les smartphones, produits couteau-suisse mais guère confortables pour lire longtemps. Les liseuses tiennent toujours le haut du pavé chez tous les leaders des librairies numériques avec des gammes solides de 59 à 229,99€. Le livre numérique existerait-il d'ailleurs sans elles? Ceux qui hésitaient y viennent peu à peu, les amateurs grands lecteurs les renouvèlent année après année sans sourciller. C'est toujours un signe évident de bonne santé. Dans la pratique ces petites liseuses se révèlent de redoutables machines à lire, longtemps, longtemps...

Une sélection à faire donc. L'offre est importante, pas moins de 16 modèles disponibles en France chez 5 acteurs différents, Amazon(4), Bookeen(5), Nolim(1), Kobo(3), Tea/ PocketBook(3). A lire ce billet pour bien acheter. Un choix difficile tant les modèles sont désormais excellents avec pour chacun des caractéristiques et des fonctionnalités différentes. L'année dernière avait été marqué par la généralisation en moyenne gamme des écrans en eInk Carta avec plus de contraste et des résolutions plus importantes. C'est désormais un standard avec des qualités de définitions plus ou moins élevées qui sincèrement ne sont plus un critère décisif dans l'achat.

J'ai mis sur la plus haute marche de mon podium le Kobo Aura H2O Edition 2, suivi par le Nolim Edition 2017 et le Tea TouchLux 3. Explications:

1/ Kobo Aura H2O Edition 2: Vous aurez sans doute lu mon test la semaine dernière. Sans hésitations, j'ai remplacé en haut de mon podium le Kobo Aura One. Même si ce dernier reste bien sûr excellent, je le juge désormais bien trop cher par rapport à ce nouveau Kobo Aura H2O Edition 2. Avec les mêmes innovations que son grand frère, la mobilité en plus, ce nouveau modèle fait un presque sans faute. Nouveau design très agréable, finesse, légèreté, qualité de l'écran et de la finition. La qualité de l'éclairage intégré et son mode automatique (avec le mode nuit innovant) est un vrai plus. De réelles innovations intéressantes qui seront sans doute des standards dans quelques années. L'environnement Kobo est bien sûr excellent. Le prix à 179,99€ est certes important mais reste accessible à des lecteurs assidus en recherche de confort. Une très belle liseuse que vous apprécierez longtemps. A retrouver mon test complet ici.

2/ Nolim Edition 2017: C'est la très belle surprise de cet été. La Nolim Edition 2017 déboule sur mon podium, elle a bien failli décrocher la première place, je peux vous dire qu'elle aurait devancé la Kobo Aura One bien chère. Certes, la liseuse est un modèle de gamme intermédiaire sans le niveau de définition optimal. Mais cela n'entame en rien sa réussite avec l'excellente innovation qu'elle procure avec sa couverture intégrée. Design, coloris, qualité des matières, ergonomie, robustesse, qualité du software, ouverture de l'environnement, un sans-faute. Il faut chercher longtemps pour lui trouver des défauts. Un rapport qualité/ prix sans équivalent à 129,99€, qu'on songe seulement que la Kindle Oasis d'Amazon avec sa couverture est à 289,99€, 160€ de plus. Bookeen, avec ce modèle et le partenariat avec Carrefour, dynamise indiscutablement le marché des liseuses, cocorico. Autre élément pour des lecteurs qui souhaitent disposer d'une liseuse qui respecte l'intégrité des fichiers ePub proposés par les éditeurs, je conseille absolument ce modèle générique, comme le modèle de Tea. Avec Bookeen et Tea, nous avons des acteurs français qui respectent le format ePub, il faut le saluer. Sincèrement, la liseuse Nolim Edition 2017 devrait être vendu dans toutes les bonnes librairies, c'est le prix de deux Pléiade, qu'on se le dise. A retrouver mon test complet ici.

3/ Tea TouchLux 3: La version customisée par Tea du modèle de PocketBook, même si elle baisse encore d'une place, reste toujours solidement installée sur mon podium, une excellente liseuse 6 pouces sur le marché. Vendu à 129,99€, vous la trouverez régulièrement sous la barre des 100€ avec des promotions. Très belle finition avec des plastiques de haute qualité, bel écran, finesse, légèreté, finition, boutons associés, pinch and zoom, qualité de l'éclairage intégré, carte micro SD, sans compter l'excellente librairie développée par Tea pour Decitre, Cultura, Furet du Nord et Chapitre/ France Loisirs. Les libraires l'adoptent, c'est un signe. Un excellent partenariat gagnant/ gagnant entre PocketBook et Tea. Le Tea TouchLux 3 est très complet et ouvert, très polyvalent avec tous les réglages possibles. C'est aussi la mise à jour très réussie de son firmware qui l'avait porté sur le haut de podium. Le dictionnaire Littré français moderne a été installé l'automne dernier. Je l'ai dit plus haut, Tea respecte strictement le format ePub, cette liseuse est très générique sans concession. A saluer également chez Tea le développement de Care, la DRM light pour plus de simplicité. A retrouver mon test complet ici.

La Kobo Aura One quitte mon podium. Malgré ses excellentes fonctionnalités, je la trouve désormais bien chère. Vous la choisirez si vous privilégiez l'utilisation principalement chez vous et que vous souhaitez un grand écran. Les Kobo Aura Edition 2 et Cybook Muse HD sont excellentes elles aussi.

Les modèles Kindle d'Amazon comme d'habitude écartés, défiance pour le format propriétaire, non support du format universel ePub. Une situation qui n'existe dans aucun autre secteur culturel et qu'il faut combattre. Ne vous laissez pas "apprivoiser" par des réductions de prix des appareils, vous ne serez jamais propriétaires de vos livres verrouillés chez Amazon. Si vous voulez un jour changer de liseuse pour une autre marque, vous perdrez tous vos livres. Votre bibliothèque et son accès restent aussi importants que l'appareil lui-même, pensez-y, c'est peut-être aussi l'occasion d'en sortir.

Un bien beau podium cet été, trois modèles solides que vous sélectionnerez en fonction de votre budget et de vos usages de lectures.

A retrouver l'ensemble de mes tests sur la page habituelle que j'actualise, ainsi que sur la page Pinterest.

C'est mon seizième classement, deux chaque année depuis fin 2009. C'est la 7ème fois que Kobo accède à la plus haute marche (PocketBook 5 fois, Bookeen 2 fois et Sony 2 fois).

Bon choix à tous, bonne liseuse et belles lectures cet été !

Liseuses


EInk: un prototype pliable en encre électronique

EinkL'aventure continue. EInk a présenté une première dalle pliable en encre électronique. Il s'agit de la technologie Mobius avec une défnition identique aux actuels Carta en 220ppi. Le plastique a remplacé le verre. Nous avions vu par le passé des prototypes bien plus petits d'autres acteurs mais qui n'avaient jamais vu le jour en production. L'expérience d'eInk en la matière est un signe de maturité de la technologie. Un format de 10,2 pouces qui permet la double page à l'ouverture mais aussi un document plus grand dans l'autre sens. Ce prototype est pleinement fonctionnel, tous les composants électroniques sont dans la couverture. Merci à Charbax, "pretty cool"...


Pockebook : un nouveau Basic 3

PocketbookPocketBook annonce un nouveau modèle Basic 3, voir le site. Une liseuse d'entrée de gamme au format 6 pouces. Elle dispose d'un écran en eInk Carta. Une initiative intéressante pour les lecteurs "fichiophages", en plus de sa mémoire embarquée de 8Go, elle dispose toujours de l'emplacement pour incorporer une carte mémoire supplémentaire allant jusqu'à 32 Go. Je ne pense que nous verrons en France ce modèle au travers du réseau Tea. Les lecteurs français délaissent ces modèles d'entrée de gamme à moins de 100€ pour des modèles plus performants avec l'éclairage intégré qui devient un standard incontournable.


Kobo Aura H2O Edition 2 : test complet

100_1809Kobo continue de nous proposer une gamme de liseuses très complète. Après avoir sorti deux nouveaux modèles l'automne dernier, le Kobo Aura One (mon test ici) et le Kobo Aura Edition 2 d'entrée de gamme (mon test ici), Kobo déroule et renouvelle son très beau modèle de format intermédiaire le Kobo Aura H2O sorti il y a deux ans et demi (mon test ici). Contrairement à son principal rival Amazon, le fabricant canadien avait en effet fait le choix de relever le défi du format pour les lecteurs exigeants. Avec le grand Aura One (7,8 pouces), je pensais que Kobo allait peut-être faire l'impasse de ce format 6,8 pouces. Pour notre plus grand bonheur ce n'est pas le cas, ce modèle a eu sans doute beaucoup de succès, représentant un double intérêt de par son étanchéité mais aussi par un format conciliant à la fois confort de lecture et mobilité en extérieur dans les meilleures conditions. Je vous propose un test complet de ce nouveau Kobo Aura H2O Edition 2. Il est disponible chez plusieurs revendeurs, le principal toujours la Fnac qui renouvèle année après année sa confiance à Kobo. Prix à 179,99€. Voir toutes les spécifications sur le site de Kobo. Ce nouveau Kobo s'inscrit dans une gamme complète des Kobo qui est désormais complètement renouvelée depuis un an, avec les sorties je l'ai dit du Kobo Aura One et Aura Edition 2. Les Kobo Touch 2.0 et Glo HD doublons n'ont pas été renouvellés. On peut relever que Kobo fait désormais l'impasse sur un modèle bas de gamme sans lumière intégrée à moins de 100€ sur le marché français. Ce n'est peut-être pas le cas pour d'autres marchés. Des prix allant de 119,99€ à 229,99€ pour les trois modèles.

La concurrence est désormais rude sur le marché des liseuses qui est devenu très mâture, avec des lecteurs qui passent beaucoup de temps à lire sur leurs matériels et qui sont forcément de plus en plus exigeants. Plus que le prix, c'est le soin du détail et l'ergonomie générale qui président désormais au choix. Quelques dizaines d'euros supplémentaires ne sont souvent pas rédhibitoires à l'achat, pour des liseuses que l'on conserve de nombreuses années. Les fabricants l'ont bien compris avec des fonctionnalités ajoutées, c'est aussi le cas aujourd'hui, nous le verrons. J'avais dit à l'époque tout le bien que j'avais pensé du Kobo Aura H2O à sa sortie. En plus du format, la qualité de l'écran était l'atout de cette liseuse. Voyons si cette nouvelle édition 2 relèvera le défi avec succès. C'est parti pour un tour complet du modèle:

Prise en main: Côté packaging, pas grand chose à dire, sobriété. Une boite cloche, une belle présentation. A l'intérieur, la liseuse, un cordon usb, un mode d'emploi rapide très bien fait. La prise en main du Kobo est extrêmement agréable. On est tout de suite conquis par la finesse et la légèreté. Kobo a fait très fort avec un poids de 207g (c'est 15% en moins) et 6,8mm d'épaisseur contre 9,7mm. Bluffant. En largeur identique mais un gain de 7,5mm en hauteur, c'est aussi très appréciable. Même si le format d'écran est plus grand que le standard 6 pouces, du coup ces caractéristiques en font un modèle très pratique en mobilité. Un très bon point.

Côté design, c'est très réussi aussi. Kobo avait remis tout à plat pour les précédents modèles. Le Kobo Aura H2O Edition 2 est dans la même lignée. Il ne dispose pas comme ces deux frères d'une dalle unie qui couvre l'ensemble de la surface supérieure, comme une tablette. Il y a donc un très léger rebord entre la dalle et la face supérieure. Un rebord qui a d'ailleurs été réduit par rapport à la version précédente. Personnellement je préfère ces modèles. Une liseuse toute en rondeurs (aucun angles vifs), des côtés tout juste suffisamment larges pour la taille des pouces, une excellente prise en main. Le choix de plastiques mats mais qui ne craignent pas les traces de doigts. Kobo a rectifié le tir par rapport à l'ancien modèle. J'aime beaucoup la grande discrétion du logo, ils ont même supprimé la brillance. Au dos, Kobo a reconduit le design des autres. Des plastiques de qualité supérieure. Un bosselage arrondi très réussi sur les côtés droit et gauche de la liseuse. Une matière grainelé caoutchouteuse qui assure une sensation très agréable dans la prise en main. En haut du dos, le bouton bleu marche/arrêt suffisamment large et qui ne dépasse pas en surépaisseur. Sur les bords subsiste seulement en pied l'emplacement pour le cable USB. Plus de cache pour protéger l'étanchéité de la prise usb comme sur le Aura H2O précédent. En revanche, l'emplacement d'une carte mémoire supplémentaire a disparu par rapport à la première version. Kobo a doublé la capacité interne, passant de 4 à 8Go, on a de quoi faire. Le Kobo Aura H2O Edition 2 est étanche comme son grand frère, norme IPX8 – jusqu'à 60 mn dans 2 mètres d'eau-. La finition de l'ensemble est parfaite. A la prise en main, pouces sur les côtés ou en bas de l'écran, excellent. Réussite absolument complète, on cherche vainement à trouver la moindre chose à redire avant l'allumage, vraiment du beau travail.

Allumage maintenant. Le Kobo Aura H2O Edition 2 dispose d'un écran en eInk Carta de dernière génération en 1440 x 1080, 265ppp. C'est un peu moins que le Kobo Aura One (300ppp), mais très sincèrement cela n'a aucune importance à l'oeil. En revanche le fond d'écran est un peu plus gris que le modèle précédent qui restait la référence en la matière. Vous verrez ma photo en bas de mon billet. Il en est de ces séries d'écrans chez eInk. Notre oeil est particulièrement sensible à ces niveaux de gris. Un détail qui apparait quand on les met en parrallèle mais qui ne représente pas un inconvénient particulier à l'usage. Une belle qualité, les noirs sont profonds, la définition excellente. Jusqu'à 6 pages sans flash noir, c'est absolument impeccable. Comme d'habitude on peut regretter que Kobo n'aille toujours pas au-delà de ces 6 pages dans les réglages, personnellement 10/15 pages me semble un pré-requis chez les fabricants aujourd'hui. Sincèrement je ne comprend pas pourquoi, une amélioration qui apporterait un réel confort pour les lecteurs. Malgré cela, une très belle appréciation générale avec un presque sans fautes.

Navigation: Comme pour les autres Kobo, je reprend des éléments puisqu'ils se révèlent identiques. Allumage très rapide, 15/20 secondes à partir du mode éteint, 2 secondes seulement à partir du mode veille que l'on privilégiera bien entendu au quotidien. On passe du mode éteint/ veille avec un temps prolongé avec le bouton au dos. Kobo a revu complètement son interface de présentation lors d'une mise à jour récente. On peut les féliciter de proposer comme d'habitude ces mises à jour sur leurs anciens modèles. La page d'accueil est plus claire. Je n'étais pas très fan des briques qui n'apportaient pas beaucoup de clarté il faut bien le dire. Mais des détails en moins. Les derniers livres lus en haut, les derniers seulement téléchargés ont disparu, il faut les chercher dans sa bibliothèque, c'est vraiment moins pratique je dois le dire. En revanche, plus de propositions de la librairie avec 4 parties sur la page d'accueil. On sent que Kobo s'inspire désormais beaucoup d'Amazon. Sélection meilleurs titres, recommandations sur la base de vos livres, trouvez une prochaine lecture et accès à des articles du web via Pocket. Les statistiques "Reading Life" ont disparus de la page d'accueil. Bref une page d'accueil très orientée "achats" qui décevra peut-être des clients qui n'achètent pas directement sur la liseuse elle-même et le mode wifi.

Comme pour les autres modèles Kobo, on retrouvera la navigation générale bien connue au fil des mises à jours. Les nouveaux venus chez Kobo se familiariseront très vite. Une navigation très intuitive, très pratique. Bibliothèque en vignettes ou affichage possible sous forme de listes également. A signaler aussi que l'on peut créer ses propres étagères de livres en choisissant ses propres thèmes. Pour la navigation, un mode tactile très efficace, une très bonne rapidité des pages avec un processeur puissant de 1 Ghz désormais classique. Une excellente réactivité. A noter toujours l'excellente étendue des réglages typographiques chez Kobo. Une dizaine de polices au total ont été embarquées, les meilleures restant Amasis, Caecilia et Malabar. Taille des polices, interlignage, marge et justification se règlent avec des barres de défilement, bien pensées. Vous pouvez revenir à tout moment sur le document par défaut qu'aura choisi l'éditeur. Pour les polices embarquées, la gestion des césures est assurée. Beaucoup de soin toujours sur la gestion de la typographie, marges, interlignage, fonctions avancées pour contrôler la graisse du caractère avec une prévisualisation. Kobo a toujours un coup d'avance dans ces fonctions de réglages typographiques. On pourra ajouter des polices en créant un fichier "Fonts" à la racine sur son ordinateur à la connexion. Navigation dans le livre (table des matières, annotations, recherche, définition et traduction), avancement rapide dans les pages, etc. Tout bien complet, Kobo capitalise désormais sur sa très grande expérience et les retours de ses lecteurs. Un excellent dictionnaire Le Robert est embarqué, il semble avoir remplacé le dictionnaire Hachette lors de cette mise à jour. En revanche, une déception toujours chez Kobo c'est l'absence du réglage de la grosseur des caractères sur un mode pinch and zoom très pratique avec les doigts comme chez d'autres fabricants. Dommage, un bémol devrait vraiment devoir être comblé chez Kobo. Toutes les annotations/ surlignages que vous aurez pu faire seront sauvegardées. A signaler également l'excellent Pocket pour récupérer des flux d'articles, un très bon complément avec le web. On voit aussi apparaître un accès Overdrive vers des bibliothèques potentielles dans les menus mais qui ne sera pas utilisable en France pour l'instant.

En résumé sur l'ergonomie générale, ce Kobo Aura H2O Edition 2 se révèle d'une navigation et d'une qualité de lecture remarquable. Cela renforcé par son format. Pas grand chose pour le prendre en défaut. L'univers du sofware Kobo est un vrai atout, ce modèle comme les autres, et il s'améliore régulièrement.

Eclairage intégré: Belle surprise de ce côté. Kobo apporte un certain nombre d'innovations sur ce modèle comme le précédent Aura One. D'abord l'éclairage intégré est excellent. Les diodes sont quasiment invisibles en tête et pied. Pas de halos disgracieux, nous avons un éclairage très naturel qui ne tire pas vers le bleu mais plutôt un peu chaud. J'aime beaucoup. On peut régler la luminosité de manière très précise avec un potentiomètre. Mais on peut aussi laisser la liseuse ajuster l'éclairage en mode automatique. Avec un capteur intégré en haut sur la face avant, le Kobo Aura One détecte la lumière disponible et ajuste son niveau de luminosité automatiquement. Une innovation très intéressante je trouve.

Kobo apporte une nouveauté supplémentaire avec un réglage de la lumière naturelle qui contrôle la couleur de la lumière. Elle s'étend d'un orange sans lumière bleue pour la lecture de nuit sans éclairage comme un lampe de chevet, à une lumière très blanche qui apporte un excellent contraste pour la lecture de jour. Réduire la quantité de lumière bleue permet un meilleur confort de sommeil. On peut régler aussi l'heure à laquelle le soir on souhaite une lumière plus orangée. Autre chose très intéressante, le réglage de la luminosité est ajustable à tout moment de la lecture sans passer par les paramètres. Il suffira de gliser le doigt sur le côté gauche de l'écran. Kobo est le seul à proposer cette fonction. Bien entendu ces réglages de la lumière et l'utilisation en lumière du jour réduiront l'autonomie de la liseuse. On le voit il y a quelques annés, les mentions étaient en mois, elles sont désormais en semaines. Le Kobo Aura One avait provoqué quelques problèmes d'autonomie, sans doute sur des séries de modèles qui ont été remplacé. Je n'ai pas vu ici de réduction trop anormale du niveau de la batterie. Comptez deux semaines d'autonomie en utilisant l'éclairage au quotidien le soir, si vous vous connectez souvent avec le wifi, c'est 8/10 jours je pense. En tous cas, l'environnement de la lumière intégrée est un réel atout sur ce modèle pour ceux qui l'utilisent beaucoup au quotidien.

Lecture de PDF: Une plus grande liseuse c'est bien, mais sans doute percevez-vous toute de suite que son intérêt principal se situe au niveau de la lecture de fichiers PDF ou CBR-CBZ pour les manguas par exemple. Si la lecture de PDF reste un aspect très relatif sur des liseuses au format 6 pouces sont des modèles fondamentalement orientés pour lire du format ePub, le format 6,8 pouces ouvre en théorie un peu plus le spectre. Au moins sur des formats imprimés pas trop grands. Je dois dire que tout ce que j'ai pu testé ce révèle relativement décevant. Des temps très longs de changement de pages mais surtout une navigation qui n'a pas évolué spécifiquement pour ce modèle. Kobo ne fait aucune communication à ce niveau, ce n'est pas pour rien. Si vous pouvez naviguer dans le PDF avec le doigt ou grossir en pinch and zoom, vous ne pouvez en revanche faire aucun réglage spécifique pour rendre la lecture en continu plus agréable. Un repère visuel de la zone de l'écran concerné apparait mais il se révèle géner plus qu'autre chose puisqu'il apparait constamment. En mode horizontal également, si vous régler sur la moitié supérieure d'une page et que vous avancez, vous tombez sur la page suivante et non sur la moitié inférieure. Pour les mangas si vous avez même une bonne vue, la lecture plein écran sera possible. Mais la navigation en pinch and zoom sera pénible elle-aussi. Le mode "reflowable" n'est toujours pas au niveau atteint par Sony à l'époque. Kobo ne semble pas se concentrer sur cet aspect. Le Kobo Aura H2O reste fondamentalement une liseuse orientée ePub il faut en être conscient.

Accès wifi: Evidemment, le Kobo Aura H2O Edition 2, comme les autres modèles de la gamme Kobo, tire toute sa facilité d'utilisation avec la librairie numérique de Kobo (équivalent Fnac). Une fois que vous aurez paramétré votre accès wifi, vous disposez du catalogue très étendu avec une interface assez réduite dans les choix mais relativement efficace pour trouver des livres mais aussi à votre bibliothèque conservée sur le cloud de Kobo. Vous pouvez aussi facilement accéder à des débuts de livres à télécharger. On regrettera sur cette librairie gérée par Kobo l'absence de livres sans DRM avec un seul tatouage numérique proposés par beaucoup d'éditeurs. Bien dommage, on aura tendance à s'orienter chez d'autres libraires. Autre fonction intéressante si vous souhaitez partager vos lectures, c'est une fonction sociale Reading Life qui vous permet de synchroniser votre compte Facebook. En ce qui concerne le navigateur web, il existe bien, il est bien planqué dans les suppléments. Comme d'habitude sur les liseuses, une fonction relativement accessoire. Il vous permettra de récupérer des flux rss, des livres gratuits mais pas de gérer un achat de manière satisfaisante. Si vous voulez acheter ailleurs que sur Kobo (ou la Fnac depuis le site), il faudra le faire depuis l'ordinateur par les dossiers. L'accès à des clouds type Dropbox ne semble plus se faire aussi simplement, c'est en tous cas les échos que j'en ai.

Je voudrais signaler également un aspect important à tenir compte si vous ne voulez pas forcément acheter des livres à la Fnac ou sur le store de Kobo. En effet, Kobo apporte aux fichiers des éditeurs un traitement particulier. La mise en page des ePubs qui ne passent pas par Kobo n'est pas optimisé pour les liseuses de la marque. En plus de l'absence de titres courants en tête de page [que l'on ne peut d'ailleurs pas supprimer dans les paramètres chez Kobo, bien dommage], le blanc en tête a été corrigé (et il est maintenant correct) mais le blanc de pied n'est jamais constant d'une page à l'autre au fil de la lecture. C'est particulièrement inconfortable, cela se ballade constamment. J'y suis sensible, vous peut-être moins mais vous serez prévenu. Ce sera le cas aussi pour des livres numériques que vous pourrez emprunter en bibliothèque. C'est une réserve qui est valable pour tous les modèles Kobo.

Verdict: Au final, le Kobo Aura H2O Edition 2 se révèle largement à la hauteur des attentes, un digne successeur du Kobo Aura H2O. Design et matières très réussis, légèreté, finesse, qualité de l'écran même si le fond est un peu en deça, rapidité, éclairage intégré, qualité du software Kobo. Une excellente liseuse que vous apprécierez au quotidien chez vous, y compris en mobilité de par sa finesse et sa légèreté. Je trouve le prix très intéressant au niveau du rapport qualité/ prix. Cette Kobo Aura H2O Edition 2 sera le bon choix pour des lecteurs souhaitant lire avec des caractères assez gros pour des mises en pages proches de romans grands formats, sutout chez eux. Ils ne seront pas regardants pour quelques dizaines d'euros en plus. L'étanchéité et l'excellente gestion de l'éclairage intégré seront des atouts supplémentaires qui les décideront sans doute. Du coup, je dois dire qu'il éclipse quelque peu son grand frère Aura One (moins pratique en mobilité), avec un prix inférieur de 50€, ce qui paye largement une couverture de 39,99€ supplémentaire et indispensable. Ce Kobo Aura H2O Edition 2 est un excellent modèle qui ne décevra pas ses lecteurs.

Les plus:

  • écran eInk Carta de grande qualité, définition et contraste
  • excellent design, qualité de la finition générale, finesse, légèreté, prise en main parfaite
  • qualités des plastiques et du grip arrière, discrétion des logos
  • format intéressant pour le confort de lecture
  • étanchéité pratique en extérieur
  • bonne ergonomie de la navigation, réglages complets, tactile très efficace
  • processeur très rapide, mémoire interne étendue
  • qualité de l'éclairage intégré, réglage avec le doigt sur l'écran, mode automatique excellent avec la gestion de la lumière bleue
  • polices nombreuses, gestion des césures, qualité des réglages typographiques
  • dictionnaire Le Robert et dictionnaires de traductions intégrés
  • ajout de polices et de dictionnaires possible
  • fonctions annotations, lecture sociale Reading Life, Pocket
  • librairie associée avec catalogue Kobo très étendu
  • mises à jours logiciel fréquentes
  • très bon rapport qualité/ prix

Les moins:

  • flash noir limité à 6 pages seulement, dommage
  • pas de grossissement pinch and zoom
  • gestion décevante du PDF
  • pas d'audio, text-to-speech
  • pas d'emplacement carte micro SD
  • réserve sur la lecture de fichiers ePub hors environnement Kobo/ Fnac

Je remercie l'équipe de Kobo France de m'avoir permis ce test.

Mon 49ème test de liseuses. Comme d'habitude, vous pourrez retrouver l'ensemble de mes tests ici (ou avec le tag TestAldus) ainsi que sur la page Pinterest. J'ajoute l'excellente vidéo de GoodeReader (voir le test complet, une note de 7.5/10). 

100_1804 100_1805 100_1810

 

100_1811 100_1812
 

100_1813 100_1814 100_1815

Kobo Aura H2O versions 1 et 2:

100_1817


France-Allemagne : un appel des professionnels du livre

SneA l’occasion des Journées du livre de Berlin, les syndicats français et allemand de l’industrie du livre lancent aujourd'hui un appel conjoint aux dirigeants politiques de Berlin, Paris et Bruxelles. "L’année 2017 est particulièrement importante pour l’industrie du livre allemande et française. En effet, Bruxelles pose aujourd’hui des jalons qui devraient simplifier l’accès aux contenus à l’ère du numérique. La Commission européenne a présenté son projet de réforme pour le marché unique numérique qui compte plusieurs étapes actuellement en cours d’exécution et de délibération."

Par ce communiqué commun les syndicats demandent aux dirigeants politiques français, allemands et européens la mise en place d’une politique européenne du livre favorisant, dans le contexte du développement du numérique, la diversité culturelle sur le long terme. De nombreux aspects: maintien des systèmes juridiques actuels pour les auteurs et les éditeurs au sein de sociétés de gestion collective, évolution des exceptions au droit d’auteur, garantie que les offres de licence diversifiées et flexibles des éditeurs prévalent sur les exceptions, exclusion du règlement «geoblocage» des contenus protégés par le droit d’auteur, législation étendue sur l'accessibilité, interopérabilité du livre numérique, application d'une TVA reduite. Lire le communiqué complet ici.


ReLire : la numérisation des livres indisponibles est stoppée

RelireLe Conseil d'Etat a tranché hier dans le dispositif ReLire. Rappelons qu'il permettait de numériser et de rendre disponible à nouveau des oeuvres de la fin du XXème siècle, depuis de très nombreuses années indisponibles dans les fonds d'éditeurs. Quelques 35.000 livres actuellement, environ 500.000 livres à terme. L'absence d'information préalable des auteurs dont les oeuvres sont numérisées dans le cadre du dispositif ReLire est contraire au droit de l'Union européenne. L'arrêt du Conseil d'Etat estime que le dispositif de la loi est contraire à la directive européenne de 2001 relative au droit d'auteur, "en tant qu'il ne prévoit pas une information effective et individualisée des auteurs de l'inscription de leur oeuvre dans la base de données publique" listant les livres à numériser. D'autre part, l'obligation pour les auteurs "de démontrer être seuls titulaires des droits de reproduction" pour demander le retrait de leurs titres est également contraire à la réglementation européenne. Une directive européenne de 2001, une époque où un format numérique pour le grand public n'était même pas envisageable. Ce demi-million d'oeuvres resteront définitivement dans l'oubli, les livres imprimés en circulation disparaitront peu à peu. A la fin du XXIème siècle, nos descendants ou plus sûrement Google se repencheront peut-être sur ce patrimoine littéraire enfoui (via LivresHebdo).

PS: La SOFIA, la société gestionnaire des droits attachés aux œuvres indisponibles insiste sur le maintien de l'exploitation des licences déjà accordées, et donne le communiqué de presse ci-dessous:

La Sofia prend acte de l’arrêt rendu par le Conseil d’État, le 7 juin 2017, dans l’affaire Marc Soulier et Sara Doke.

Sans avoir condamné dans son ensemble le système français des livres indisponibles, la Cour de Justice de l’Union européenne avait formulé plusieurs critiques.

Le Conseil d’État en tire les conséquences en prononçant une nullité partielle qui n’affecte que les seuls articles R.134-5 à R.134-10 du Code de la propriété intellectuelle. Il prend bien soin de souligner que les autres dispositions du décret concernant la base de données des livres indisponibles, la gestion collective et les mesures de publicité sont parfaitement conformes au droit de l’Union Européenne.

Il précise également que sa décision « ne produit pas par elle-même d’effets propres de nature à remettre en cause la validité des contrats signés » antérieurement. Le système des livres indisponibles perdurera dans le strict respect des règles applicables et dans l’intérêt commun des auteurs, des éditeurs et du public.


Nolim Edition 2017 : test complet

NolimBelle surprise en ce printemps. Carrefour nous revient avec une toute nouvelle liseuse Nolim, développée toujours en partenariat avec le fabricant français Bookeen. Par le passé, j'étais resté très réservé sur les modèles Nolim. La concurrence est rude sur le marché français, les résultats ont sans doute été moyens voire décevants. Cela n'a pas découragé Carrefour, il faut les complimenter de persister avec un complet repositionnement. Pour ce tout nouveau modèle Nolim les deux sociétés ont souhaité faire table-rase de ce qui existait déjà, autour d'un nouveau concept liseuse et couverture intégrée. Seuls deux fabricants avait défriché ce type d'offre par le passé, Amazon avec sa Kindle Oasis et PocketBook avec les modèles Sense (une couverture Kenzo collée au dos) et Ultra avec une couverture magnétique sur le dos toujours. Des prix élevés à l'arrivée. Nolim a souhaité aller encore plus loin dans l'innovation avec un produit unique où liseuse et couverture sont pleinement solidaire, le tout avec un prix compétitif. Pour cette réflexion, ils se sont rapprochés d'un cabinet de design français indépendant, 5.5 DesignStudio. Je vous propose aujourd'hui de découvrir un test complet de cette Nolim Edition 2017. Elle est disponible dans les magasins Carrefour avec de nombreux coloris, au prix très attractif de 129,90€. Elle n'est pas encore disponible sur le site Nolim mais cela ne devrait pas tarder. C'est parti pour ce test:

Prise en main: Côté packaging, il est particulièrment soigné. Plutôt que de proposer une simple boite cloche, Nolim développe aussi son concept avec la proximité du livre. Un faux-livre bien réalisé, agréable à offrir, que vous pourrez ranger en bibliothèque. Six pages à l'ouverture qui présentent la liseuse et donnent un rapide mode d'emploi. Il y a même un très joli signet qui donne une petite note élégante, compliments. La liseuse et l'inévitable petit cable usb en dessous dans une petite poche cartonnée séparée. Sans faute.

Le concept de la liseuse/couverture était un pari ambitieux, le résultat est particulièrement réussi, on va le voir. Je voudrais revenir sur la proximité entre livre classique et liseuse, revendiquée délibérement par Nolim dans sa communication mais décrié par certains comme s'il s'agissait d'imiter, de "singer" le livre imprimé avec la couverture. Tous ceux qui auront expérimenter un tant soit peu une liseuse au quotidien savent très bien qu'il est absolument indispensable de la protéger d'une façon ou d'une autre. L'accessoire étui/ouverture fait grimper rapidement le budget et se révèle (même avec un design esthétique choisi) plus ou moins pratique à l'usage. Jamais tout à fait satisfaisant bien souvent je dois le dire. L'idée de travailler autour d'une couverture intégrée est particulièrement intéressante. Quel choix? Ouvrir et fermer une couverture qui protège efficacement la liseuse comme un vrai livre, on n'a rien fait de plus pratique au quotidien. En moins de deux secondes, on ouvre, on lit, c'est parti. Il s'agit bien sûr d'avoir un dispositif complet qui s'efface au maximum pour la lecture. Je me rappelle toujours de la réflexion très judicieuse de Philippe Starck fin 2007: "Le meilleur design, pour ce genre de produit, est le moins de design possible. L’intérêt de cet appareil, c’est ce qu’il y a dedans, pas autour. Il faut réaliser un design assez courageux pour s’effacer complètement." C'est le cas ici, à la lettre je dirais. Le cabinet de design a bien travaillé dans cet esprit. Simplicité parfaite de cette couverture moulant la liseuse, évidence de l'objet. Le "pourquoi on le l'a pas fait avant" en filigrane.

La marque Nolim, emboutie sur le plat de couverture, est très discrète, pas de mention à l'intérieur ni au dos. Bravo. La matière entièrement en solicone (un choix assumé, vous lirez plus bas) est à la fois très agréable au toucher et très souple pour le repli indispensable. Le plat magnétique de la couverture apporte une finition parfaite à la fois fermée ou repliée au dos à la lecture. Coté dimensions, 136 x 159 x 14.8mm. En hauteur, pas de concession, c'est strictement celle des Cybook Muse ou Kobo. En largeur, ouverture de la couverture oblige, c'est un bon centimètre et demi supplémentaire. Un objet plus carré mais qui reste pratique. Légèrement plus épais également pour la coque de protection. Une fois fermée, vous aurez un objet rigide extrèmement résistant en mobilité dans les sacs, avec une pile de journaux pour le train ou en voiture. Pas de drame si elle tombe. Pas d'inquiètude non plus pour l'été. Même si la Nolim n'est pas étanche pour la mettre dans l'eau, avec sa coque et son revêtement intégral elle ne craindra aucune éclaboussure sur les bords de piscine ou à la plage avec du sable. Elle est vendue chez Carrefour mais elle pourrait l'être parfaitement chez Décathlon. Je me suis fait la réflexion que l'on pourrait sans doute rouler dessus en voiture. Un peu idiot sans doute mais vous donne une idée de l'impression de solidité qui s'en dégage.

La prise en main est très agréable, les bords sont suffisamment larges, main gauche ou main droite d'une seule main avec les boutons avant, arrière et menu sur la droite de l'écran, dans la masse du silicone avec le relief tout juste nécessaire. Autre bouton bien pensé, celui de l'éclairage intégré sur la gauche de l'écran, on le reverra. Sur les tranches, le bouton marche/ arrêt bien placé en haut à droite. Lui aussi dans la masse, sans débord. Aucune crainte de l'abimer avec des frottements à l'usage. En bas le seul emplacement pour le cable USB avec un petit trou à côté, une LED qui s'allume quand la liseuse est en charge. Unique concession, pas d'emplacement pour une carte micro SD au contraire de la Cybook Muse. Le seul petit bémol je dirais, c'est le poids. 300g, c'est très acceptable pour un livre imprimé mais un peu lourd pour une liseuse surtout avec un étui habituel dans des matières relativement plus légères en plastiques. Attention, une liseuse très fine et légère au départ, avec sa protection fait rapidement monter le poids sur la balance au-delà des 200/250g. Ceci exige cela. La coque moulée en silicone de la Nolim apporte une protection optimale en mobilité au détriment d'un petit supplément de poids. Si au début vous le remarquerez, surtout si vous êtes familiarisé avec des liseuses, au bout de quelques jours d'utilisation vous n'y ferez plus trop attention; c'est en tous cas mon cas. Bref, au final, le pari est relevé pour le design général et l'ergonomie extérieure d'utilisation, beau boulot que cette Nolim, une réelle sensation de qualité qui s'en dégage. Voyons si la suite est à la hauteur.

Allumage: L'ouverture de la couverture provoque l'allumage instantanée de la liseuse, très agréable. Un dispositif maintenant répandu sur le marché mais avec des couvertures qui restent assez chères. Un argument supplémentaire dans le budget. Cette Nolim Edition 2017 est équipé d'un écran 6 pouces en eInk Carta d'une très belle qualité. Très bonne surprise, je redoutais. Mais aucune concession de ce côté-là non plus. Résolution 1024 x 758 px (213 dpi), 16 niveaux de gris, processeur 1Ghz. Equivalent à la Cybook Muse Frontlight chez Bookeen. Des grincheux pourront toujours arguer que ce n'est pas le top de la définition du marché. Plus de 200 dpi suffisent très largement, surtout avec un excellent contraste de fond d'écran, j'y suis toujours plus sensible, ce qui est le cas ici. Il est équivalent aux excellentes dernières Muse de chez Bookeen. Vous verrez les photos comparatives. Côté mémoire embarquée, il a circulé une information de 8Go, c'est plutôt 4Go, équivalent en cela aux modèles d'entrée de gamme du marché. J'ai eu confirmation par Bookeen, il s'agit d'une erreur dans le communiqué de presse en mai dernier. C'est quand même près de 3000 livres que l'on pourra embarquer dessus. Vous savez ce que je pense de cette course à la mémoire, du marketing qui n'a pas grand sens. Quelques centaines de livres suffisent très largement hors de chez soi, même pour un mois. Alors plusieurs milliers vous pensez... A signaler un gyroscope intégré qui modifiera automatiquement l'orientation si vous tournez la liseuse. Il peut être débrayer évidemment. Pas de possibilité d'un affichage en paysage, c'est un manque important, il faudrait absolument l'ajouter dans de prochaines mises à jour. Côté processeur, il est excellent, le tactile rapide, la liseuse est très réactive. Boutons physiques et tactile apportent un confort optimal. C'est presque du sans défaut.

Eclairage intégré: La très bonne idée, c'est d'avoir incorporé un bouton physique, lui aussi dans la masse du silicone. Bien placé à gauche de l'écran, sous le pouce quand on tient la liseuse, et hop. Mais pour les réglages de cette lumière vous me direz? Ils sont bien sûr disponibles dans les paramétrages du menu. Une fois l'intensité choisie, celle-ci est mémorisée pour le bouton. L'éclairage intégré est excellent, encore une très belle surprise. Là aussi, pas de concession, équivalent aux modèles Bookeen. Une lumière parfaitement naturelle dans sa tonalité. La surface de lecture est uniformément éclairée. L'échelle de l'intensité est assez large, une très bonne chose. Les diodes ne sont pas visibles sur les côtés. Un standard qui a beaucoup progressé au fil des années et qui se révèle très performant aujourd'hui. Pas de réglages de la couleur bleue de la lumière comme chez Kobo.

Navigation: Bookeen avait revu complètement son interface de navigation l'année dernière. Cette Nolim Edition 2017 en bénéficie sans aucune concession, tout complet, j'ai vérifié. C'est bien sûr l'avantage de Nolim de capitaliser sur l'expérience de Bookeen en la matière. L'ensemble est très intuitif. Dernier livre ouvert en haut, la bibliothèque dans le milieu de l'écran que l'on peut faire défiler, une librairie Nolim -strictement équivalente à celle de Bookeen-, disponible en bas de l'écran à laquelle on pourra accéder facilement avec l'accès wifi pour acheter des livres. Côté rapidité, ouverture des livres et défilement des pages excellents. Les mises à jours ont été faites par Bookeen, les petits défauts récurrents que j'avais repéré dans mon test du Cybook Muse Frontlight ont été rectifiés. Les choix typographiques sont bons mais pas très étendus, dommage. L'ensemble des paramètres de réglages typographiques sont concentrés sur une même page très claire. Beaucoup de précisions possibles dans ces choix. La police Caecilia a malheusement disparu, c'est dommage. En revanche, j'ai beaucoup apprécié que Bookeen ait crée un dossier Fonts que vous découvrirez directement sur votre ordinateur en la branchant avec le cordon. Vous pourrez ainsi très facilement ajouter des polices supplémentaires si vous le souhaitez (les indispensables CharisSIL, Caecilia et d'autres); revoir mes billets sur le sujet. Pour grossir les caractères, vous pourrez utiliser deux doigts sur l'écran (pinch and zoom), une option très pratique que l'on ne retrouve pas chez Kobo. Côté dictionnaires, le Littré moderne est intégré ainsi que de très nombreux autres dictionnaires au choix. Dommage que la définition n'apparaisse pas tout de suite mais à l'ouverture d'une interface en cliquant sur le mot puis une nouvelle fois pour afficher la définition. C'est beaucoup. Pour d'autres dictionnaires, comme sur la Muse il suffit de créer un dossier "Dictionaries" à la racine de la liseuse sur l'odinateur, dans lequel on glissera des dicos ou traducteurs (la manip et des liens sont consultables sur le blog de Bookeen). Pas grand chose à dire sur la gestion des surlignages et des annotations qui reste classiques avec des menus. J'aime beaucoup la gestion de la bibliothèque chez Bookeen. Des statisques sympas sont proposées également sur le livre que l''on est en train de lire avant le retour à l'accueil. Petit bémol, j'ai cherché vainement l'indication de charge de la batterie dans les menus. Une petit icone s'affiche en haut de l'écran avec une indication de charge mais ne donne pas d'indication très précise. Lors de mon test, je n'ai pas observé de baisse de charge anormale de la batterie. Un aspect qui a touché d'autres fabricants sur leurs derniers modèles mais pas Bookeen. Pour lirez de très nombreuses semaines, lumière intégrée ou pas. Un mot aussi, Nolim suit Bookeen sur le respect du format ePub. Des livres du domaine public ou gratuits que vous aurez pu récupérer ailleurs que sur la librairie Nolim (ou même au travers du prêt numérique en bibliothèque par exemple) auront le même traitement à l'ouverture à l'écran. Pas de ségrégation en la matière, pas de frustration à avoir. Côté gestion des PDF, pas grand chose à dire, le minimum syndical mais il présente un intérêt extrêmement limité sur les modèles 6 pouces. Le standard adapté reste fondamentalement l'ePub. Pas d'audio sur ce modèle comme tant d'autres sur le marché. Au final une navigation et une gestion de sa bibliothèque excellente, on a bien du mal à trouver des défauts sur une interface rodée au fil des années.

J'ai demandé des précisions complémentaires à Bookeen concernant le silicone utilisé, voici les caractéristiques liés à son usage:

  • C'est du Pure Silicone sans traces de Latex souvent cause d'allergie.
  • Le silicone est quasiment « fire proof ». Il peut atteindre le standard UL94 V-0
  • Il peut descendre très bas en température sans perdre son élasticité
  • Il est non déformable plastiquement. On ne peut pas le déformer durablement, il reprend toujours sa forme. Il est aussi très résistant : 200.000 ouvertures de couverture.
  • Résiste à l’acide, ne s’oxyde pas
  • Les couleurs restent stables
  • Non poreux, aucune bactérie ne peut s’y loger (matériau le plus recommandé pour les sex-toys par exemple)

Un argument très important sur cette Nolim Edition 2017 est le prix de vente. Avec un prix de 129,90€, la concurrence doit être apprécié avec l'accessoire couverture en plus. Surtout quand il est indispensable comme je le disais au début de mon billet. Encore plus avec des modèles chers qui déclenchent l'allumage à l'ouverture. Nous avons facilement des niveaux de prix au-delà des 150€, voir des 200€ pour certaines liseuses. Avec son prix, la Nolim possède un rapport qualité-prix excellent. La Nolim est en exclusivité actuellement en France, Belgique et Espagne. Dans les autres pays Bookeen pourra la proposer sous sa propre marque ou signer avec un autre partenaire. Il faut cependant rappeler que ce produit a été développé en collaboration très étroite avec les équipes de Nolim. Ce nouvel axe de développement liseuse/couverture va sans doute permettre à Bookeen d'avancer sur l’option technique de plugger une couverture solaire en option. A suivre de près d'ici quelques mois...

Au final, j'ai été épaté par le niveau de qualité de cette Nolim Edition 2017, un beau produit décidément. Oubliés les modèles Nolim décevants apparus il y a quelques années. Carrefour avec cette nouvelle Nolim a complètement revu sa stratégie en proposant un produit très original et aussi très qualitatif, le tout avec un prix agressif. J'ai eu beau fouiller attentivement, je n'ai observé aucune concession sur la qualité générale de cette liseuse. J'ai pris beaucoup de plaisir à lire au quotidien avec elle. C'est bien sûr un modèle très résistant, très orienté sur la mobilité. Si elle ne quitte pas la table de nuit, je ne vois guère l'intérêt. La Nolim Edition 2017 est un excellent modèle par l'originalité de son concept, son bel écran, la qualité de l'interface Bookeen associée et son imbattable rapport qualité/prix. Rappelons seulement que la Kindle Oasis d'Amazon est au prix de 289,99€ soit 160€ plus cher que cette Nolim, dingue. Je vous invite absolument à la découvrir en magasins. Elle devient à mon sens un standard de fait dans l'entrée de gamme (couverture comprise) et même dans la moyenne gamme avec son allumage intégré. Avec un niveau de prix sous la barre des 130€ avec sa couverture intégrée, avec un large choix de coloris, elle séduira un très large public. Quelques impressions autour de moi à l'appui, je pense notamment à de plus jeunes lecteurs qui apprécieront une liseuse gaie, originale, pas trop chère et particulièrement innovante en mobilité sans crainte d'une quelconque fragilité. Des aspects importants pour eux. Lire numérique sans prise de tête, en toute liberté!

Les plus:

  • écran eInk Carta, très belle qualité, excellent contraste
  • beau concept liseuse/ couverture, design innovant et réussi
  • très belle finition, matière agréable en silicone
  • protection et prise en main parfaite avec la couverture magnétique
  • allumage à l'ouverture, gyroscope intégré, boutons physiques complémentaires très bien conçus dans la masse
  • éclairage intégré de bonne qualité avec le bouton, lumière très naturelle
  • côté software, solide expérience de Bookeen avec des réglages très étendus
  • bonne ergonomie de la navigation, intuitivité des interfaces
  • librairie associée NolimStore très étendue
  • liseuse 100% française, un argument important pour certains d'entre vous
  • respect du format ePub
  • mises à jour régulières
  • possibilité d'ajouter des polices et des dictionnaires supplémentaires
  • nombreux coloris proposés
  • plus de crainte de la fragilité en mobilité
  • excellent rapport qualité-prix

Les moins:

  • ensemble un peu lourd au début
  • polices embarquées limitées
  • absence de l'affichage paysage
  • pas d'emplacement carte micro SD

Je remercie Bookeen de m'avoir permis ce test. 

Comme d'habitude, vous pourrez retrouver l'ensemble de mes tests ici, ainsi que sur la page Pinterest.

Je joins la vidéo commerciale ainsi que celle de GoodeReader très complète. Vous pouvez cliquer sur les photos pour les agrandir.

100_1780 100_1781 100_1782

 

100_1783100_1784

 

 

 

 

 

100_1785 100_1786

 

100_1787 100_1788 100_1789

 

 

100_1790 100_1791

100_1794 100_1792 100_1793

 

100_1796 100_1797

100_1795 100_1798 100_1799

 

 

 

 

 

 

 

100_1802 100_1803

 

100_1820

100_1821


Jeunesse : trop d'écrans pour les petits

EnfantsTrop c'est trop. Deux médecins de PMI de l'Essonne alertent sur les dangers des écrans sur les enfants de 0 à 4 ans: retards de développement, troubles de la relation, troubles du comportement... "C'est le plus grand défi de santé publique concernant des enfants dans les pays développés, ayant un coût financier et humain inestimable." Le Dr Ducanda et les professionnels inquiets estiment qu’il y a désormais urgence. Selon eux, des campagnes nationales doivent être menées en se préservant des conflits d’intérêts avec l’industrie du numérique et de l’audiovisuel. France Inter a consacré une émission sur le sujet. A découvrir absolument cette vidéo, j'avoue que l'on voit le papier-peint de Castorama d'un tout autre oeil... (via Slate). 


Presse : avec 60% d'invendus, le papier n'est pas l'avenir de la presse

SfrmediaPour Alain Weill, le patron de SFR Media, propriétaire notamment de L'Express, de Libération et du kiosque de presse SFR Presse, le papier n'est manifestement pas l'avenir de la presse. A lire l'article dans les Echos aujourd'hui:

"Si demain on peut diffuser des informations d'aussi bonne qualité en se passant de papier, finalement pour les entreprises de presse, ce n'est pas plus mal", a-t-il ainsi estimé, dans le cadre du Digiworld Future, un débat organisé mardi matin par l'Idate, sur les tendances clés de l'économie numérique dans les dix prochaines années. "Si les entreprises de presse peuvent se dispenser de l'outil industriel, c'est-à-dire l'impression et la distribution, ce n'est pas plus mal", a-t-il insisté.

Selon le patron de SFR Media, "la presse traditionnelle va dans le mur. Il n'y a pas un journal papier qui connaisse la croissance". "Dans le passé, a expliqué Alain Weill, qui est par ailleurs le patron de BFM TV et RMC, j'ai contrôlé le quotidien La Tribune et j'ai été très surpris de voir le modèle économique et industriel de la presse." "Soixante pour cent des journaux papier ne sont pas vendus ! Ce modèle est condamné", a-t-il jugé.

Alain Weill revient également sur SFR Presse, un kiosque numérique distribué par l'opérateur Télécom à ses abonnés. Un modèle qui inquiète les journaux avec des revenus en chute libre, environ 10% du prix normal.


Castorama : le papier-peint qui raconte des histoires

Castorama"Le premier papier-peint qui raconte des histoires aux enfants". Joli coup marketing pour Castorama qui propose des histoires pour les petits dès trois ans. A partir d'un papier-peint vendu dans les enseignes. Une application gratuite à télécharger sur iTunes ou GooglePlay permet de scanner les petits personnages pour proposer des petites histoires. Vous pourrez même associer ces personnages deux par deux pour obtenir des histoires complémentaires. Au total, Castorama vous donne l’occasion de découvrir 55 histoires différentes d’environ 5 min et tout autant de possibilités. J'ai entendu dire que Lotus prépare quelque chose...

Cela nous "raconte une histoire". Le gratuit retapisse tout. Cette nouvelle proposition est emblématique de ces applications gratuites associées à des supports papier en réalité augmentée. Des collections de livres proposées par les éditeurs comme LesHistoiresAnimées chez Albin Michel. Marketing pour les uns, ventes de rouleaux et de livres imprimés pour les autres. Mais est-ce que cela peut produire un réel marché? Ne pas "raconter des histoires" aux éditeurs... Des développements couteux, l'absence de revenus du côté des applications. D'autant plus qu'Apple impose aux éditeurs que les histoires puissent aussi se lire indépendamment des imprimés puisque les revenus sont inexistants pour lui. Une équation bien compliquée...


SNE : des livres pour l'Afrique

AfriqueLe Syndicat National de l'Edition (SNE) annonce aujourd'hui un renforcement de la coopération avec la Côte d'Ivoire au travers d'un partenariat signé entre le SNE, la société Electre et le Ministre ivoirien de la Culture et de la Francophonie, Maurice Kouakou Bandaman. Par cette convention, les éditeurs français, via la société Electre, s’engagent à faire un don chaque année, de 5.000 livres de littérature générale, de jeunesse et de sciences humaines, destinés à enrichir et développer les fonds des bibliothèques nationales de Côte d’Ivoire.

Dommage que des initiatives autour du livre numérique ne soient pas associées. A écouter le récent reportage que consacrait RFI sur le sujet "Le livre numérique, un potentiel pour l'Afrique". Les licences restent toujours un problème...


Europe : le livre numérique avec la TVA du livre imprimé

EuropeUne date importante aujourd'hui. En Europe, les livres et les journaux numériques sont bien des livres et des journaux en tant que tels, et non plus des services. Les eurodéputés se sont en effet prononcés en faveur d’une réduction du taux de TVA sur les publications numériques (livres et journaux) pour l’aligner sur celui des publications imprimées. La proposition a été adoptée en session plénière aujourd'hui par 590 voix pour, 8 contre et 10 abstentions. Jusqu’à présent, les livres numériques devaient être taxés au taux standard minimal européen de 15% alors que les États membres étaient libres d’appliquer un taux réduit d’au moins 5% pour les publications imprimées. Plusieurs pays, la France, l'Italie et le Luxembourg avait anticipé cette décision sous le coup de pénalités de Bruxelles. La France avait décidé cet alignement avec l'imprimé à 5,5% il y a plus de 5 ans déjà, le 1er janvier 2012. La fin d'un long feuilleton... (voir le tag tva). La Commission européenne avait proposé en décembre dernier de mettre un terme à cette différence de traitement de TVA. Maintenant que cette décision est acquise, peut-être pouvons-nous espérer une baisse des prix publics sur le marché français, qui n'est jamais venue ; sans trop d'illusions tant la situation actuelle relève à mon avis plus d'une stratégie politique qu'économique pour développer le marché. La page du Parlement Européen est ici (via MetroBelgique).

Tva


CSPLA : l'interopérabilité du livre numérique réaffirmée

LivrenumeriqueL'interopérabilité des contenus numériques est au coeur des attentes des consommateurs et des lecteurs de livres numériques en particulier. Le Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique (CSPLA) avait annoncé en juillet dernier avoir confié une mission sur "l'interopérabilité effective des contenus numériques en Europe" à Jean-Philippe Mochon, conseiller d'Etat, assisté d'Emmanuelle Petit. Le rapport a été rendu public la semaine dernière. Il pose enfin la nécessité que "ce sujet doit aujourd’hui être débattu sur la place publique et porté à l’agenda du marché unique numérique dans la perspective d’une intervention contraignante de l’Union européenne".  A télécharger sur le site gouvernemental. Je donne ci-dessous la conclusion complète de ce rapport:

"L’exigence d’interopérabilité est depuis longtemps cantonnée en Europe, en ce qui concerne les oeuvres de l’esprit et autres formes de contenu numérique, à la sphère des vagues promesses, dont la mise en oeuvre est laissée à l’appréciation des opérateurs de la distribution numérique.
Cette situation a pu se comprendre au regard de la complexité des enjeux et du caractère mouvant des solutions technologiques et des offres commerciales. L’interopérabilité n’est pas en soi un objectif qui doive dans tous les secteurs, au-delà d’une action bienvenue d’encouragement, imposer une action législative contraignante. Elle ne soulève pas les mêmes enjeux dans tous les secteurs de la création culturelle.
Dans le cas du livre numérique, cette situation pose pourtant un grave problème d’entrave aux intérêts des consommateurs comme d’atteinte aux exigences de protection et de promotion de la diversité culturelle.
L’absence d’interopérabilité du livre numérique ne résulte ni de la technologie ni des exigences de la protection des droits de propriété intellectuelle, mais de stratégies délibérées de non interopérabilité menées par un très petit nombre d’opérateurs et à leur seul bénéfice.
Ces stratégies délibérées ne sont pas l’effet d’une imperfection temporaire de marché. Elles ne resteront pas sans lourdes conséquences sur l’accès du public au livre numérique, sur la diversité des acteurs de sa commercialisation comme, à terme, de sa production, et donc sur une part de l’avenir de la culture en Europe.
Ce sujet doit aujourd’hui être débattu sur la place publique et porté à l’agenda du marché unique numérique dans la perspective d’une intervention contraignante de l’Union européenne.
La négociation de la directive sur les contrats de fourniture de contenu numérique est l’occasion à saisir pour apporter une réponse européenne ciblée et ambitieuse à cette urgence.
Les propositions faites par ce rapport entendent y contribuer en proposant un projet d’amendement le plus précis possible. Le débat doit aujourd’hui s’engager."

Pour archive Téléchargement Rapport interopérabilité Version Finale


GAFA : L'Appétit des géants chez CFEditions

Appetit_couvA signaler la parution de "L'Appétit des géants" d'Olivier Ertzscheid chez CFEditions. L'auteur bien connu du blog affordance.info, qu'il tient depuis plus de 10 ans, a extrait une partie des articles concernant les grandes plateformes, principalement les GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon). En observateur averti, il met en lumière comment celles-ci, loin d'être des services «neutres» sont en fait des formes nouvelles d'éditorialisation, qui visent avant tout à satisfaire les intérêts de leurs propriétaires. Nous le sentons au fil des années, des géants qui pourraient bien se révêler des monstres inquiétants dans un futur proche. Le livre est doté d'une préface par Antonio A. Casilli de Télécom Paristech.

Hemingway : Le Vieil homme et la mer, une bouteille à la mer...

HemingwayOn se rappelle de la polémique lancée il y a tout juste cinq ans autour du "Vieil homme et la mer" d'Ernest Hemingway. Beaucoup reconnaissait que la traduction de Jean Dutourd de 1952 avait passablement vieillie. L'écrivain François Bon avait proposé une nouvelle traduction du livre dans une version numérique, qu'il avait dû retirer sous l'injonction des Editions Gallimard (sans aucun courrier d'ailleurs). Lire les péripéties complètes sur Tiers Livre. Les Editions Gallimard renvoient cette traduction "sauvage" aux oubliettes et répliquent ce mois-ci avec une nouvelle édition "officielle" signée Philippe Jaworski, professeur émérite de littérature américaine à l’Université Paris-Diderot. Une version numérique de cette nouvelle traduction est disponible, mais l'autre version (dérivée de la collection Folio) continue à être proposée. Deux versions "officielles" sous DRM dans une quarantaine de pays seulement, une "sauvage" libre. Hemingway n'entrera dans le domaine public qu'en 2032. Revoir le billet sur Slate. A découvrir l'émission suisse de la chaine RTS hier. D'ici 2032, les traductions de Jean Dutourd, François Bon et Philippe Jaworski traceront leurs propres chemins sur les réseaux - et dans les écoles-, à vous de choisir...


Kindle : Amazon swindle...

Kindle"Le Kindle d’Amazon, par exemple, c'est un vrai outil de flicage. Aux États-Unis, on utilise l'expression « Amazon swindle », c’est-à-dire « l’escroquerie Amazon », parce qu’Amazon flique totalement ses utilisateurs, enregistre tout. Ce n’est pas possible ça !". Un court extrait repéré dans l'interview de Richard Stallman, le pape du logiciel libre qui pourfend la domination d'Apple, Microsoft, Google et les autres géants du net, amateurs de logiciels propriétaires et d'une exploitation savante des données de leurs utilisateurs. Il était l'invité aujourd'hui du site Usbek&Rica.

Numerique


Marc-Edouard Nabe : Les Porcs en auto-édition totale

NabeSon nouveau livre était attendu depuis plus de deux ans, il est enfin arrivé à bon port. Marc-Edouard Nabe propose son 30ème livre, Les Porcs. Un imposant pavé noir de 1000 pages, excusez du peu. Après L'Homme qui arrêta d'écrire en 2010 (qui avait failli décrocher le Prix Renaudot, on s'en souvient), L'Enculé en 2011 et la republication de son premier livre Au régal des vermines en 2012, c'est le 4ème livre que Nabe publie directement lui-même en auto-édition. Des couvertures noires, juste le nom de l'auteur, le titre, rien au dos et en 4ème le numéro 30. Pas d'autre texte, de code barre, etc. Pas d'Amazon ou autres à la demande, de l'auto-édition totale, radicale. Un auteur qui s'entoure de quelques professionnels pour réaliser "son" livre (composition, maquette, corrections-relecture, assistant coordinateur) puis qui choisit lui-même un imprimeur. Une fabrication toujours aussi exceptionnelle, un livre cousu -vous pourrez en chercher longtemps sur les tables des libraires-, un beau papier légèrement ivoiré. Premier tirage à 1500 exemplaires. Côté distribution, Marc-Edouard Nabe propose son livre uniquement via son site internet. Provocation toujours, un unique point de vente physique en colportage, Darius Krzemien comme un grand roi persan, sous son arbre Place Maubert à Paris. Avec ce livre Marc-Edouard Nabe reprend la veine du Journal, couvrant dans ce premier volume les années 1999 à 2010.


Kobo Aura H2O Edition 2 sur GoodeReader

KoboLe site canadien GoodeReader propose une vidéo de test du nouveau modèle de liseuse chez Kobo, la Kobo Aura H2O Edition 2, l'événement de ce printemps. Une liseuse qui devrait être un excellent compromis pour des amateurs exigeants mais qui veulent garder un format relativement pratique en mobilité. Kobo renouvelle sa confiance pour ce format 6,8 pouces qui reste une exclusivité de la marque. A signaler que Kobo en profite pour déployer sur l'ensemble de ses modèles une nouvelle interface de présentation sur la liseuse. Cette nouvelle Kobo Aura Edition 2 est disponible depuis la semaine dernière en France chez les distributeurs habituels de la marque (Fnac, Boulanger, etc.)


Raymond Guérin dans le domaine public au Québec

GuerinA signaler pour nos amis québecois, le site EbooksGratuits poursuit la numérisation des livres de Raymond Guérin. L'auteur décédé en 1955, ses livres sont entrés dans le domaine public au Québec il y a une dizaine d'années déjà. Après L'Apprenti (1946), Parmi tant d'autres feux... (1949), le site propose cette semaine le dernier volume Les Poulpes (1953) de la trilogie, Ébauche d'une mythologie de la réalité, qui reste le projet essentiel de Raymond Guérin qui mourra d'une pleurésie en 1955. Les Poulpes rend compte des trois années de captivité que passera Raymond Guérin dans plusieurs stalags en Allemagne. Lire l'excellente critique sur LeMatriculedesAnges. Ce livre, publié chez Gallimard, avait été réédité au début des années 80 chez l'éditeur Le Tout sur le Tout, disparu depuis. Indisponible depuis de très nombreuses années, Les Poulpes n'a jamais été réédité depuis, ni en grand format, ni en édition de poche. On peut complimenter nos amis québécois d'EbooksGratuits pour ce projet monumental de près de 700 pages.

Je ne saurais trop vous conseiller la qualité du travail d'EbooksGratuits, entre les phases de numérisation et de relectures/ corrections extrêmement rigoureuses, réalisées par des bénévoles passionnés. La liste des oeuvres sera tenue à jour au rythme des parutions.

PS: Pour les non-Québecois, qu'ils prennent contact avec moi, je me ferais un plaisir de leur envoyer.


Lire Marcel Proust au format numérique

ProustrechercheJe termine aujourd'hui A la recherche du temps perdu de Marcel Proust. Une lecture menée sur presque 12 semaines, 82 jours exactement. J'ai commencé le 5 mars dernier, dimanche de Carême, je le termine ce jeudi de l'Ascension. Je ne sais pas si cela veut dire quelque chose, plus amusant sans doute concernant Proust que ma lecture a démaré à la Fête des Grands-Mères et qu'elle se termine en ce week-end de Fête des Mères. Je m'en suis aperçu la semaine dernière en consultant le calendrier. Le hasard est décidément plein de surprises. Revenir à Proust plus de vingt ans après a été un grand plaisir. A l'époque j'avais lu La Recherche dans une édition de La Pléiade en trois volumes. Depuis, c'est quatre volumes qui sont disponibles à la vente. La glose sur le texte s'amplifie au fil des années. Un petit bilan de cette lecture.

Le choix de la version d'abord. Pas question de reprendre mes volumes de La Pléiade. D'abord la version proposée a été largement remaniée depuis. Quitte à relire Proust, autant choisir une version actualisée. J'aurais pu prendre une autre version imprimée, compilation ou au format poche, elles ne manquent pas. Mais il était impensable pour moi de relire Proust aujourd'hui autrement que dans une version numérique. Encore fallait-il disposer d'une version correcte. Rappeler les versions numériques disponibles, revoir ce billet ici. Plutôt que de lire une version datant des années 1940, j'ai opté pour la dernière version proposée par les Editions Gallimard en Folio numérique en fin d'année dernière. La seule d'ailleurs chez les éditeurs. Une version numérique abondamment enrichie. Loin de moi l'idée de contester la qualité et l'intérêt de cette version mais je souhaitais absolument relire La Recherche "simplement", donc en la débarrassant des notes, de l'appareil critique. Passer sur l'érudition, le "classique scolaire" qui encombre l'oeuvre depuis tant d'années. J'ai donc nettoyé complètement cette version ne gardant que le texte de Proust. Lire La Recherche de Proust comme un lecteur ordinaire de ce siècle comme du précédent en quelque sorte...

Choix de la police sur la liseuse, CharisSIL bien sûr, une excellente police classique dont on ne se lasse pas au fil des pages. C'est important pour ces centaines d'heures de lecture devant moi. Près de 3000 pages affichées (c'est même plus de 4500 effectives sur la liseuse). Cette police m'a suivie jusqu'au bout sans que j'ai eu le désir d'en changer. Suivant mes lieux de lecture très variés, les conditions d'éclairage, j'ai changé régulièment la taille de la police pour un confort optimal. C'est un avantage très important pour des textes proposés habituellement dans des caractères très petits comme la Pléiade.

Un mot d'abord sur le texte. Surpris je dois le dire par le très grand nombre de coquilles, des fautes récurrentes de numérisation, plusieurs centaines au total sur l'ensemble des volumes, certaines fort drôles. Les Editions Gallimard n'ont pas jugé nécessaire d'effectuer une lecture finale par ses correcteurs. C'est quand même un comble pour un tel texte, emblématique de la maison. Chacun jugera.

Plaisir de la lecture. Pas à tous les moments bien sûr, ce serait mentir. Plusieurs fois, surtout à la lecture d'interminables passages dans les salons aristocratiques j'ai bien failli balancer la liseuse par la fenêtre - combien l'ont fait effectivement, bien des volumes imprimés ont dû en souffrir -. "Mais qu'est-ce que je fous à lire ça". Ces salons mondains, "les plaisirs mondains qui causent tout au plus le malaise provoqué par l'ingestion d'une nourriture abjecte" comme l'écrit Proust. Mais il faut savoir persévérer (une aspirine?), le plaisir de la lecture revient vite heureusement. Les jeux des personnages, leurs psychologies, les sensations du narrateur, les effets du Temps, l'espace des décors, il y a tant d'angles au fil des pages. Et bien sûr la gigantesque construction de l'édifice complet qui apparaît au fur et à mesure des volumes. On peut se perdre bien sûr, s'étouffer, se lasser et arrêter la lecture. Je crois que Le Côté de Guermantes est le volume "stratégique". Si vous allez au-delà de ce troisième volume, vous irez au bout. Vous lirez de plus en vite d'ailleurs, vous verrez. C'est surtout la complicité entre Proust et son lecteur que je retiens. J'ai ajouté de très nombreux marque-pages au fil de la lecture. Le numérique permet aussi de retrouver des mots facilement, des passages entiers que l'on n'aurait pas forcément annoté à la première lecture mais qui font échos plus loin dans le texte.

Que dire de plus sinon mettre en valeur le texte. Il y aurait des dizaines et des dizaines de passages à citer, combien sur la beauté du style, des couleurs, des sensations, un seul parmi tant d'autres :

"Malgré la pluie récente et le ciel changeant à toute minute, après avoir accompagné Albertine jusqu'à Épreville, car Albertine faisait selon son expression la « navette » entre cette petite plage où était la villa de Mme Bontemps, et Incarville où elle avait été « prise en pension » par les parents de Rosemonde, je partis me promener seul vers cette grande route que prenait la voiture de Mme de Villeparisis quand nous allions nous promener avec ma grand-mère ; des flaques d'eau que le soleil qui brillait n'avait pas séchées, faisaient du sol un vrai marécage, et je pensais à ma grand-mère qui jadis ne pouvait marcher deux pas sans se crotter. Mais dès que je fus arrivé à la route ce fut un éblouissement. Là où je n'avais vu avec ma grand-mère, au mois d'août, que les feuilles et comme l'emplacement des pommiers, à perte de vue ils étaient en pleine floraison, d'un luxe inouï, les pieds dans la boue et en toilette de bal, ne prenant pas de précautions pour ne pas gâter le plus merveilleux satin rose qu'on eût jamais vu et que faisait briller le soleil ; l'horizon lointain de la mer fournissait aux pommiers comme un arrière-plan d'estampe japonaise ; si je levais la tête pour regarder le ciel entre les fleurs, qui faisaient paraître son bleu rasséréné, presque violent, elles semblaient s'écarter pour montrer la profondeur de ce paradis. Sous cet azur une brise légère mais froide faisait trembler légèrement les bouquets rougissants. Des mésanges bleues venaient se poser sur les branches et sautaient entre les fleurs, indulgentes, comme si c'eût été un amateur d'exotisme et de couleurs qui avait artificiellement créé cette beauté vivante. Mais elle touchait jusqu'aux larmes parce que, si loin qu'elle allât dans ses effets d'art raffiné, on sentait qu'elle était naturelle, que ces pommiers étaient là en pleine campagne comme des paysans, sur une grande route de France. Puis aux rayons du soleil succédèrent subitement ceux de la pluie ; ils zébrèrent tout l'horizon, enserrèrent la file des pommiers dans leur réseau gris. Mais ceux-ci continuaient à dresser leur beauté, fleurie et rose, dans le vent devenu glacial sous l'averse qui tombait : c'était une journée de printemps."

Un autre dernier passage qui résonnera longtemps pour moi, c'est sans doute ce passage très émouvant de Proust sur la révélation de son travail d'écrivain, la genèse de La Recherche en quelque sorte, que je garde: "C'est quelquefois au moment où tout nous semble perdu que l'avertissement arrive qui peut nous sauver, on a frappé à toutes les portes qui ne donnent sur rien, et la seule par où on peut entrer et qu'on aurait cherchée en vain pendant cent ans, on y heurte sans le savoir, et elle s'ouvre".

Je vous invite à lire La Recherche, c'est beaucoup moins difficile que l'on a tendance à le laisser entendre. Par dessus tout, La Recherche reste une invitation sincère à tous ceux qui aiment les livres et la lecture.


DRM LCP Readium ? Quel avenir ?

FuseeOn avait cru à une réelle fenêtre de tir pour cette solution de DRM allégée au début de l'année avec des annonces. Avec l'objectif d'apporter une réelle amélioration de l'usage pour les clients. Une réelle problématique c'est de proposer cette solution sur un parc satisfaisant de liseuses. Peut-être pas les plus anciennes mais au moins les plus récentes, en tout cas les nouvelles liseuses mises sur le marché. Bientôt six mois plus tard, le projet semble toujours au point mort. Premier signe qui n'est guère encourageant, de nouvelles liseuses sortent cet été, chez Kobo, chez Carrefour en partenaniat avec Bookeen. Aucune mention pour cette DRM. Visiblement Kobo a dû apporter une fin de non-recevoir par rapport à son propre environnement. Carrefour ne semble pas avoir été convaincu de suivre Tea sur un tel projet. Tea qui reste bien seul aujourd'hui. Quel avenir donc pour LCP Readium? La DRM Adobe semble là encore pour longtemps...


Bouygues ouvre un kiosque numérique gratuit

BouyguesAprès SFR et son succès annoncé, c'est Bouygues qui entre aujourd'hui dans une offre gratuite de kiosque numérique. L'opérateur va proposer gratuitement à partir du 29 mai prochain plus de mille titres de presse française et internationale, quotidienne et magazine, à certains de ses abonnés. Un accord conclu avec le distributeur de presse numérique LeKiosk, avec des conditions d'accès variant selon les forfaits (via LaTribune). Certains titres font de la résistance comme Le Point: "Dans la pratique, puisque nous avons nous aussi été démarchés, SFR rémunère les journaux au téléchargement, et ce à une fraction – environ le dixième – de leur prix normal. Une aumône! Certainement pas assez pour pratiquer un journalisme à la hauteur de nos ambitions, avec de longues enquêtes, des reportages. Bref, du travail. Au Point, nous n'entrerons donc pas dans ce système mortifère que SFR a conçu. Nous continuons d'investir dans notre rédaction et ne croyons qu'en la qualité. Or cette qualité a un prix. Seule l'imagination est gratuite. Laissons aux producteurs de «faits alternatifs» et autres ventilateurs à «post-vérité» le privilège de ne rien coûter". A suivre de près des abonnements "mortifères" pour le livre numérique du côté des opérateurs, il n'y a d'ailleurs sans doute pas que les opérateurs qui frappent à la porte...