Astérix et la Transitalique : le numérique à oublier

AsterixEvénement éditorial de cette rentrée, c'est la sortie aujourd'hui du nouvel Astérix, Astérix et la Transitalique. Contrairement au dernier Titeuf privé de numérique pour l'instant, les nouvelles aventures de nos deux gaulois sont disponibles au format numérique en streaming sur beaucoup de plate-formes, Iznéo en tête. Prix à 7,99€, soit 20% de remise seulement par rapport à la version imprimée. A oublier, je ne peux que vous conseiller de vous procurer la bande dessinée papier. C'est tout le paradoxe de la bande dessinée numérique de devoir payer bien cher des nouveautés à l'unité -sans fichier vendu-, alors que des offres d'abonnement (presque au même prix) ouvrent sur des catalogues très larges pour les ouvrages de fond. Par Toutatis, vous pourrez toujours le relire en numérique l'année prochaine!

PS: une simple petite recherche sur Google le jour même, première occurence sur le moteur ; le fichier est déjà sur un site illégal bien connu, hébergé sur quatre serveurs...


L'Encyclopédie de Diderot, d'Alembert est en ligne

EncyclopedieC’est un véritable monument du siècle des Lumières qui s'ouvre au public. À l’occasion du tricentenaire de la naissance de d’Alembert, la célèbre Encyclopédie de Diderot, d’Alembert et Jaucourt (le troisième éditeur de l’ouvrage, qu’on oublie toujours de citer) en 28 volumes est désormais en ligne sur le site de l’Académie des sciences. Une interface numérique aboutie permet de découvrir dans toute sa richesse la plus incroyable entreprise éditoriale du XVIIIe siècle. Alexandre Guilbaud, qui a piloté le projet, en dévoile les grandes lignes. A lire sur Le Journal du CNRS.

Marcel Proust : la version définitive et gratuite d'A la recherche du temps perdu est en Suisse

ProustA l'occasion du 30ème anniversaire de l'entrée de l'oeuvre de Marcel Proust dans le domaine public en 1987 et à quelques semaines du 95ème anniversaire de la mort de l'écrivain, nos amis suisses de la Bibliothèque numérique romande nous proposent une version numérique gratuite du texte définitif d'A la recherche du temps perdu. Le premier volume Du côté de chez Swann aujourd'hui, les autres suivront dans les mois à venir. Après le premier travail entrepris au Québec il y a une dizaine d'années, les suisses ont pris la relève en confrontant les différentes éditions imprimées. A lire en fin d'ouvrage. Ce travail a demandé une année entière de relectures attentives et de préparation de la part de l'équipe de bénévoles. Comme d'habitude, les livres sont proposés gratuitement dans de nombreux formats. A la recherche du temps perdu de Marcel Proust dans sa version définitive est désormais en Suisse, libérée pour les francophones du monde entier. Il est grand temps que l'oeuvre de Proust accède aux biens communs. J'invite toutes les bibliothèques à diffuser largement ces versions, pourvues en plus de magnifiques couvertures avec des tableaux impressionnistes. C'est par ici. Un très beau travail, merci à la BNR.


Goncourt : l'Académie Goncourt lit-elle au format numérique ?

GoncourtA quelques semaines de la nomination du Prix Goncourt début novembre, la question peut légitimement se poser: est-ce que les membres du jury lisent au format numérique? Une confidence est apparue la semaine dernière de la part de Pierre Assouline, l'un des jurés:

Vous lisez énormément d’épreuves en PDF, avant que les ouvrages ne soient publiés. Tous les membres de l’académie se sont-ils mis à la liseuse numérique ?

Loin de là ! À vrai dire, seule Virginie Despentes et moi-même avons pris ce virage. De juin à septembre, nous recevons des PDF à la pelle… Étant sans cesse en voyage et soucieux de me déplacer léger, je ne pourrais vraiment plus me passer de ma liseuse.

2 jurés sur 10. On imagine bien la difficulté pour les membres du Goncourt de se déplacer ou de voyager avec des valises d'épreuves. Alors, format PDF (les jurés reçoivent quantités d'épreuves imprimées à partir de PDF) et liseuse électronique peu adaptée à ce format de fichier? La question est ouverte même si je reste persuadé que Pierre Assouline fait parfaitement la distinction entre tablette et liseuse, et qu'il obtient des éditeurs un format ePub bien plus adapté pour sa liseuse personnelle.

A lire sur storify.


Françoise Nyssen : le prêt numérique en bibliothèques

NyssenLa Ministre de la Culture, Françoise Nyssen, a profité de la Foire de Frankfurt pour faire part de son opposition à une exception pour un droit de prêt numérique en bibliothèques: «Il ne faut pas systématiquement demander des exceptions, qui contiennent derrière l'idée d'affaiblir le droit d'auteur. Cela, il n'en est pas question» a assuré Françoise Nyssen. Les conditions actuelles des modèles de prêt de livres numériques en bibliothèques reposent sur la notion de prêt avec une période de disponibilité limitée dans le temps. Si les négociations avec les éditeurs restent vives sur les prix, les accès simultanés et les durées des licences qu'il convient de réguler, la notion de prêt reste la priorité de la ministre sans nouvelle exception (via Actualitte).

PS: à titre d'indication, le modèle choisi chez Actes-Sud pour le prêt de livres numériques en bibliothèques:

  • prix multiplié par 1,5 par rapport à l'édition imprimée grand format (mais pas de rectification par rapport au passage en poche)
  • 30 prêts
  • 10 accès en simultanés
  • licence de 7 ans

2017 : toujours plus de liseuses...

Tea10 ans de liseuses cette année. Hormis les premières Sony sorties quelques années auparavant, c'est en novembre 2007 qu'Amazon sortait sa première liseuse Kindle, démarrant le marché du livre numérique. 10 ans après, les liseuses sont toujours bien présentes. Plus que jamais j'ai envie de dire. La même semaine Amazon, Bookeen, Tolino en Allemagne ont annoncés de nouveaux modèles. Kobo avait fait de même au printemps dernier. Des gammes de plus en plus larges, de premiers prix aux alentours de 70€ jusquà 250€ et plus. A chaque lecteur de trouver celle qui lui convient le mieux. Des lecteurs qui leur renouvellent leur confiance au fil des années. Alors que les consommateurs boudent désormais des tablettes qui se superposent aux smartphones, les liseuses avec leur confort de lecture incomparable restent plus que jamais les valeurs solides pour le marché du livre numérique. Existerait-il sans elles d'ailleurs, avec 10 années de recul on peut légitimement se le demander...


Tolino Epos : une grande liseuse 7,8 pouces

TolinoEt de 3, troisième liseuse annoncée en ce 11 octobre. Foire de Frankfurt oblige, annonce aujourd'hui d'un nouveau grand modèle de liseuse chez l'allemand Tolino. Le Tolino Epos est un modèle au format 7,8 pouces comme le Kobo Aura One. Résolution en 1872x1404, 300ppp, 8GB de mémoire, processeur 1GHz, étanchéité. Voir l'ensemble des caractéristiques sur le site de Tolino. Prix à 249€. A prix équivalent Tolino comme Kobo gardent un avantage substanciel avec une dalle d'écran plus grande. Ce modèle Tolino Epos, comme tous les Tolino, ne sera pas disponible en France ; pour les francophones il faudra aller en Belgique où des partenaires libraires les proposent (via TheDigitalReader). Une première présentation sur ComputerBild.


Kindle Oasis 2017 : une nouvelle liseuse 7 pouces

KindlePour le 10ème anniversaire de la première Kindle sortie en novembre 2007 (revoir ici), Amazon propose un nouveau modèle, une nouvelle Kindle Oasis 2017 au format 7 pouces. Un choix qui conforte les modèles haut-de-gamme à l'écran plus généreux, une stratégie dans laquelle s'est déjà engouffré Kobo avec succès avec ses Kobo Aura One et Aura H2O 2. Amazon ne disposait pas encore de modèle 7 pouces dans sa gamme, c'est désormais fait avec ce nouveau Kindle. Côté caractéristiques, une résolution en 300ppp, un éclairage améliorée et une étanchéite IPX8. C'est la première liseuse Kindle étanche. Elle bénéficie également d'un chassis en aluminium et de nouvelles fonctions logicielles qui restent bien entendu orientées vers le seul environnement propriétaire d'Amazon pour les livres que vous voudrez acheter. 10 ans de Kindle, 10 ans sans format ePub chez Amazon, vous n'en lirez aucune mention dans les différents publi-reportages. Espérons que la législation avance dans la décennie à venir. La Kindle Oasis 2017 est d’ores et déjà disponible en précommande au prix de 249,99€ dans sa version 8 Go. Le modèle 32 Go coûtera 279,99€. Pour ceux qui souhaitent acheter directement leurs livres depuis la liseuse par réseau cellulaire, un modèle 32 Go/3G sera lancé au prix de 339,99€. Comptez entre 44,99€ et 59,99€ pour un étui indispensable. Les livraisons débuteront dès le 31 octobre prochain. Je ne bénéficie pas d'informations de la part d'Amazon, je vous laisse la découvrir sur 01Net.


Nouvelles Lectures : la collection Duetto en imprimé

NouvelleslecturesL'édteur pure-player numérique Nouvelles Lectures passe lui aussi à l'imprimé. Il propose un recueil de cinq «Duetto» dans une version imprimée. La collection poursuit bien évidemment sa route numérique, mais cet ouvrage répondra à l’attente de ceux qui souhaitaient voir les «Duetto» quitter le monde immatériel de la lecture sur écran. "On doit cette initiative à Emmanuel Bluteau, fondateur des éditions La Thébaïde. Je le remercie de donner ainsi une seconde vie à cinq premiers titres, réunis en un volume intitulé «L’Esprit des femmes», dans une collection dédiée. Cinq écrivains femmes se retrouvent dans ce Duetto papier, non parce qu’elles sont femmes, mais parce qu’elles sont remarquables. Toutes les cinq ont en effet marqué la littérature et les idées de leur temps. Pour raconter ces femmes exceptionnelles, cinq auteurs ont dit ce qu’ils leur devaient sur un ton très personnel". Voir le descriptif du livre, parution le 12 octobre, dans toutes les librairies.

Bookeen : des nouvelles liseuses Saga

SagaLa Nolim part à l'export, la saga continue. Bookeen profite de l'ouverture de la Foire de Frankfurt pour présenter ses nouvelles liseuses baptisées Saga. Communiqué de presse aujourd'hui:

Après le récent succès de Nolim, la liseuse qui redéfinit les codes de toute une catégorie, Bookeen, le champion français de la lecture numérique, leader sur le marché brésilien avec le géant Saraiva et en Scandinavie avec Adlibris et Elisa, poursuit son essor à l’international avec le lancement d’une nouvelle liseuse disruptive, Saga.

La nouvelle liseuse Saga développée par Bookeen plonge le lecteur dans une nouvelle expérience de lecture, d’aventures et de découvertes. Il aura fallu à Bookeen 14 mois de R&D pour développer une nouvelle liseuse d’un nouveau genre dont le format, la gestuelle, l’ergonomie et le toucher s’accordent pour procurer une nouvelle expérience et un plaisir comparable au livre papier. La nouvelle liseuse est présentée à la Foire du Livre de Francfort, du 11 au 15 octobre.

Pour Michael Dahan, fondateur de Bookeen : « Face à l'inertie de nos compétiteurs, nous démontrons, une fois de plus, notre capacité de disruption et d'innovation. La liseuse Saga ne ressemble à aucune autre et intègre des caractéristiques uniques pour une prise en main d'une extrême simplicité ».

La liseuse Saga est dotée d’un écran E-ink 6’’ Carta 1024x758 très agréable pour les yeux et intègre 4 boutons : page avant/arrière, un pour le menu et le dernier pour activer ou désactiver le FrontLight (rétro-éclairage de l’écran pour pouvoir lire dans le noir). Elle possède également un accéléromètre pour changer automatiquement la position droitier/gaucher, et sa couverture intelligente directement intégrée dans un tout-en-un élégant en silicone, allume et éteint l’appareil automatiquement. Enfin, une connexion en wifi permet à l’utilisateur de télécharger des livres n’importe quand.

Saga, la dernière liseuse développée par Bookeen, sera disponible dans le monde entier à partir de novembre 2017. Elle est déjà disponible en précommande en Suisse (Payot), en Finlande (Elisa) en Allemagne (Zadig) et en Suède (Adlibris).

La gamme Saga se décline en 4 couleurs : noir, vert, jaune et bleu

En France et en Espagne, Saga porte le nom de Nolim et est disponible dans les espaces dédiés de Carrefour. La liseuse Nolim, développée en partenariat avec Carrefour et l’agence de design 5x5 a été récompensé en octobre 2017 par le prix JANUS de l’Institut Français du Design.


Jean Genet enfin au format numérique

GenetDécidément, les digues cèdent peu à peu. Après Jean-Paul Sartre la semaine dernière, c'est l'oeuvre de Jean Genet qui commence à être disponible au format numérique. Folio donne aujourd'hui un premier titre, Notre-Dame-des-Fleurs. Publié en 1943, ce livre est souvent considéré comme un roman très important de la littérature française du XXème siècle. C'est le moment de le redécouvrir.


Editions Christophe Lucquin : L'Homme de miel à découvrir

HommemielConnaissez-vous Christophe Lucquin? Un petit éditeur indépendant qui publie en cette rentrée L'Homme de miel d'Olivier Martinelli. Un livre fort qui ne laisse pas indifférent, vous lirez les critiques des libraires qui en parlent bien. En bon artisan, Christophe nous parle lui de la passion qu'il met à préparer son livre, du soin qu'il apporte à la qualité de fabrication. Il nous ouvre aussi son livre de comptes, il nous parle des exemplaires qu'il a vendu, des libraires qui le soutiennent. "L’Homme de miel, c’est tout cela. Une belle aventure, une envie de se surpasser comme jamais, parce que nous sommes persuadés qu’en croyant très fort en une chose, elle peut arriver. Il n’y a qu’à regarder l’exemple d’Olivier." C'est à lire ici, vous en saurez beaucoup sur la réalité de ce métier. A signaler que la version numérique est également disponible dans toutes les bonnes librairies, avec un prix très doux (plus de 50% de réduction), sans DRM, à partager avec vos proches. Cela me ferait infiniment plaisir que vous découvriez L'Homme de miel au travers de ce billet. Merci à tous.

PS: à signaler le lancement d'un financement participatif Ulule pour soutenir l'éditeur, tous les détails sur le site ici.


Orange : les bandes dessinées sont gratuites pour les abonnés

IzneoToujours plus de gratuit. Les bandes dessinées sont gratuites chez Orange. Du 5 octobre au 4 avril 2018, l’opérateur Orange va ajouter les services «e-Presse» (racheté par SFR) et «Izneo by Fnac» pour une très grande partie des clients Orange internet ou mobile, sans coût additionnel et sans engagement.

Après SFR et Bouygues Telecom, Orange lance à son tour son kiosque numérique. Dès demain, les abonnés de l'opérateur télécom (hors clients Sosh et professionnels) auront accès de façon gratuite et illimitée à «plus de 300 journaux et magazines», dont L'Equipe, Libération, Le Parisien et Le Figaro, via l'application et le site ePresse. A la différence de ses deux concurrents, Orange fera également profiter librement ses clients du service de bande dessinée en ligne Izneo, dont le catalogue contient plus de 3000 albums (Blake et Mortimer, Lucky Luke, Thorgal, Largo Winch, Tom-Tom et Nana, Aldébaran, L'Incal, Le Chat du Rabbin...). Ce double avantage est cependant limité dans le temps. A partir du 4 avril 2018, chacune des deux options, ePresse et Izneo, sera facturée 9,99€ par mois pour chacun des services. Rappelons qu'à fin décembre 2016, le parc de clients Internet haut débit d’Orange s’élevait à 11,2 millions. Orange annonce un objectif de 100.000 abonnés payants, deux ans après les 6 mois de découverte.

Les opérateurs ont désormais la main. On peut dire que la bande dessinée suit désormais le train de la presse (journaux et magazines), les libraires ne me semblent plus avoir aucun espace sur l'offre numérique.


Jean-Michel Salaün : Vu, lu, su à télécharger

VulusuA signaler, Jean-Michel Salaün, professeur en Sciences de l'Information et de la Communication à l'Ecole normale supérieure de Lyon, prend sa retraite ce mois-ci. Auteur d'un ouvrage important "Vu, lu, su" aux Editions de La Découverte en 2012, il nous propose aujourd'hui, en accord avec son éditeur, un téléchargement gratuit de cet ouvrage. Il joint également une postface qui revient sur les évolutions sur chacune des thématiques de son livre. A retrouver sur son site. Si vous l'aviez raté à l'époque, je ne peux que vous conseiller vivement la lecture de ce livre passionnant dont je redonne le description de son éditeur:

Ce livre propose d’observer le Web sous un angle inédit, en le plaçant comme un moment d’une histoire longue et méconnue, celle du document. Inventé par Tim Berners-Lee, le Web prend la suite des efforts d’indexation systématique lancés à la fin du XIXe siècle, modifiant le document lui-même dans ses trois dimensions: la forme, le contenu et la fonction de transmission. Le Web est alors un média comme un autre, s’inspirant de la bibliothèque et de la radiotélévision pour répondre aux aspirations documentaires d’une société qui a changé en profondeur. Les anciens médias eux-mêmes élargissent leur vocation en devenant des « industries de la mémoire », par l’archivage numérique continu et public de leur production. Les nouveaux venus, comme Apple, Google ou Facebook, privilégient chacun une dimension différente du document pour prendre une position dominante dans la construction d’un « néodocument ».
Puisant ses références dans différentes disciplines et s’appuyant sur le travail d’un réseau de chercheurs francophones sur le document numérique, ce livre ouvre plus largement les possibilités d’interprétation du Web et propose à ses acteurs indépendants de devenir des « architectes de l’information » pour contrer l’hégémonie menaçante des géants de la Toile.

A relire le billet que j'avais fait à l'époque. J'espère que nous retrouverons Jean-Michel sur le web pour ses analyses toujours éclairantes.


KPMG : un baromètre 2017 de l'offre de livres numériques en France

KpmgIntéressante étude du cabinet KPMG qui présente la 4ème édition de son baromètre annuel de l’offre de livres numériques en France. Ce baromètre analyse 81 questionnaires remplis par 73 éditeurs indépendants et 8 groupes, de toutes tailles et de tous secteurs éditoriaux (hors secteur juridique). L’enquête a été menée entre mars et juin 2017. Je retiens particulièrement les éléments qui concernent les revenus des éditeurs, des données qui restent en général très opaques dans la profession. Si 33% des éditeurs déclarent une part de CA comprise entre 2 et 3%, 20% sont entre 3 et 5%, 21% entre 5 et 10%, 10% d'entre eux sont même au-delà des 10% de leur CA global. Une disparité qui reflète bien le volontarisme on non des éditeurs pour dynamiser leur offre numérique. J'ai noté aussi que la rentabilité du livre numérique était apprécié par 25% des éditeurs contre 13,9% en 2014. Cette étude pointe aussi sur la très forte décélération des éditeurs à l'égard des livres enrichis. Mais il y a bien autre chose du côté des prix, des DRM, de l'offre en bibliothèques, etc. On ne peut que complimenter KPMG pour la richesse de cette étude, aussi loin qu'il était possible d'aller sur l'économie du livre numérique. Voir le site de KPMG. Le document joint en archive

Revenus


Jean-Paul Sartre est disponible au format numérique

SartreIl manque encore bien des auteurs importants indisponibles au format numérique. Jean-Paul Sartre était l'un de ceux-là. C'est désormais réparé puisque ses premiers livres sont désormais proposés depuis quelques semaines chez Folio numérique. La Nausée, Les Mots, Le Mur, Les Mains sales, Huis-clos, Les Mouches et quelques autres. Rappelons que du fait des clauses de territorialité imposées par l'éditeur, ces livres sont encore inacessibles pour de très nombreux francophones dans le monde entier.


Hadopi publie son Essentiel

HadopiCommuniqué de presse de l'Hadopi la semaine dernière qui nous propose son "baromètre des usages" et son "baromètre de l'offre légale". La troisième édition de « l'Essentiel » en 10mn chrono, un 4 pages reprenant les points clés des travaux d'étude de l'Hadopi, est également proposé.

Paris, le 28 septembre 2017

En 2017, selon les baromètres suivis par l’Hadopi, la progression de la consommation de biens culturels dématérialisés s’accompagne d’une augmentation des pratiques mixtes, à la fois licites et illicites.
La consommation culturelle dématérialisée concerne désormais près de quatre internautes sur cinq, 78% des internautes déclarant avoir consommé des biens culturels dématérialisés sur les 12 derniers mois, contre 70% en 2016. Cette progression touche désormais toutes les tranches d’âge, 69% des individus âgés de 40 ans et plus étant désormais des consommateurs en ligne (+8 points).
La part des internautes déclarant avoir des pratiques mixtes, à la fois licites et illicites, est en hausse de huit points (pour atteindre 23% des internautes, les pratiques illicites mixtes et exclusives concernant au total 27% des internautes de 15 ans et plus). Les prochains baromètres permettront de déterminer si cette augmentation est conjoncturelle (effet saisonnier, sorties attendues de films ou de séries, etc.) ou revêt un caractère plus durable.
La consommation illicite est notamment portée par la consultation de séries en streaming. Mais parallèlement, les abonnements aux offres audiovisuelles légales progressent significativement de 5% en 2016 à 9% des internautes en 2017.
Les consommateurs déclarent nettement moins recourir aux offres illicites «par habitude»: seulement 37% des répondants citent ce motif, contre 46% précédemment. Dans le cas des films, près d’un internaute sur deux préfère utiliser un moteur de recherche plutôt que recourir à un site illicite «favori». Les freins déclarés à la consommation légale restent alors le prix et le contenu de l’offre jugé parfois trop limité en termes de diversité ou de récence du catalogue. La volonté d’être en conformité avec la loi reste la principale motivation avancée pour consommer de manière légale, mais les internautes n’apparaissent pas toujours à même de distinguer les offres licites des offres illicites.
La légalité d’un site reste, à tort, encore fortement associée par nombre d’entre eux à son caractère payant (60% des internautes).
Ces observations justifient un accompagnement renforcé des consommateurs vers des pratiques d’Internet responsables. L’Hadopi s'y emploie auprès des abonnés à Internet par le déploiement de la réponse graduée, auprès des plus jeunes publics en collaboration avec l’Éducation nationale et d’une façon générale par ses services de promotion de l’offre légale.
Ces mêmes constats appellent un renforcement de la lutte contre le piratage commercial auquel l’Hadopi contribue déjà activement, notamment par une détection précoce des nouvelles formes d’offres illicites et par l’observation des meilleures pratiques de défense à l’étranger.
 

Les baromètres et cet Essentiel sont à retrouver ici.

Ironie de l'histoire, à signaler que "l'Essentiel" de la rentrée littéraire, un pack de plus de 100 livres est en partage sur un célèbre site de peer-to-peer depuis la fin de la semaine dernière justement. En moins d'1 mn chrono. Pour une bonne pratique des "pratiques mixtes"...


La rentrée littéraire avec Bibliosurf

TableFin septembre, à un mois des prix littéraires, l'occasion de faire un petit tour d'horizon de la rentrée littéraire avec Bibliosurf. Beaucoup de critiques (presse et blogs) sont déjà là. Comme sur les tables des libraires avec les post-it, les couvertures défilent avec 883 critiques compilés sur 385 romans référencés. Un gros travail qu'il convient de saluer. Dernières fonctionnalités, un tableau de bord mensuel des romans à suivre. Bibliosurf, c'est aussi une application gratuite pratique qui vous permet de scanner un code-barre au dos d'un livre chez un libraire pour voir ce que l'on en dit sur le web (le lien sur GooglePlay).


Youboox : une application Youboox Pop! pour les enfants

PopYouboox, la plate-forme de lecture numérique en streaming propose depuis quelques semaines une application de lecture avec une offre spécialement conçue pour les jeunes lecteurs, baptisée Youboox Pop!  3000 titres disponibles, un catalogue de bandes dessinées, livres d’éveil, loisirs et jeux, romans, magazines ou encore documentaires. Il s'agit bien sûr d'une segmentation du catalogue généraliste Youboox avec un design pour les plus jeunes. Voir le site. Prix à 4,99€/ mois, une rédution de 50% pour le lancement. Cette application est pour l'instant disponible uniquement dans l'environnement Apple, iPhone our iPad.


France Culture et l'avenir du livre

FrancecultureChronique édifiante sur France Culture cette semaine "Le livre numérique a-t-il encore un avenir?". Constat toujours aussi affligeant qui continue d'opposer livre numérique et livre imprimé sur le thème du "On vous l'avait bien dit". Les clichés ont décidément la vie dure. Cinq années après, les poncifs manichéens sont toujours là. On vous avait dit quoi exactement? Que le livre numérique allait balayer le livre imprimé? Fable du progrès? Allons, soyons sérieux. Hormis quelques technophiles énervés ou des journalistes en mal de gros titres, jamais un tel discours n'a été tenu raisonnablement. Alors, il ne s'est rien passé depuis 2012? Bien sûr que si, France Culture aura bien du mal à le balayer d'un revers d'antenne. Non, désolé, les ventes de livres numériques ne baissent pas en France, renseignez-vous. Il semblerait que les choses soient plus complexes, comme l'a très bien montré la solide étude "Les Français et la lecture" qu'a proposé le Centre National du Livre au printemps dernier (voir ici). C'est pourtant du sérieux le CNL, non? Mais cela, bien sûr, France Culture n'en parle pas un seul instant. Fable du "progrès" d'un côté, fable de France Culture de l'autre, la vérité est plus sûrement dans l'entre-deux.


Emmanuel Bove dans la Bibliothèque numérique romande

Bove_un_soir_chez_blutelLa Bibliothèque numérique romande poursuit méthodiquement la publication numérique de l'ensemble de l'oeuvre d'Emmanuel Bove. Un travail au long cours de la part de passionnés. Un dixième titre aujourd'hui "Un soir chez Blutel" publié en 1927. Ce livre avait été réédité chez Flammarion dans les années 80, il est indisponible depuis de nombreuses années. A télécharger gratuitement dans tous les formats sur le site de la BNR.


Donnez à lire : les libraires indépendants avec le Secours Populaire

DonneralireAvec le Secours populaire français, offrons un livre à un enfant qui n'en a pas. Du 17 octobre au 20 novembre 2017, le Secours populaire français, les libraires indépendants et leurs clients initient une opération solidaire qui vise à offrir des livres jeunesse aux enfants et adolescents qui n'en ont pas.

Le principe de « Donnez à lire » est simple : entre le 17 octobre (Journée mondiale du refus de la misère) et le 20 novembre (Journée internationale des droits de l’enfant), les clients des librairies indépendantes sont invités à rajouter un livre jeunesse à leurs achats et à le remettre à leur libraire. Ce livre sera offert à un enfant ou un adolescent accompagné toute l’année par les équipes du Secours populaire et participera au travail de sensibilisation mené par l’association dans le cadre de son mouvement Copain du Monde…
En savoir plus sur le site du  SLF (Syndicat de la librairie française).

Ça de Stephen King en promotion

CaL'événement cinématographique de la semaine prochaine sera la sortie du film Ça tiré du livre de Stephen King, qui en profitera pour fêter son 70ème anniversaire. Il s'agit de l'un de ses meilleurs livres. A signaler la réduction de prix sur les deux tomes, 4,99€ chacun, moins de 10€ les deux (valable jusqu'au 2 octobre). Si vous ne les avez pas déjà, c'est le bon moment. Dans toute bonne bibliothèque...

PS: A lire le complet article que lui consacre Textualités.


De Marque : la solution LCP Readium bientôt au Québec

DemarqueLa société québecoise DeMarque a annoncé par communiqué de presse le passage en version bêta dès cet automne de son application mobile de prêt numérique en bibliothèque pour la Ville de Québec:

"Ce projet, qui bénéficie du soutien du programme de vitrine technologique de la Ville de Québec, permettra à la Bibliothèque de Québec de devenir la première bibliothèque de la province à proposer à ses usagers son application de lecture personnalisée mobile, ce qui rendra l’expérience d’emprunt d’un livre numérique plus conviviale que jamais.

La version iOS de l’application sera testée en condition réelle cet automne dans le réseau de la Bibliothèque de Québec. De Marque procédera à l’acquisition d’un lot de licences de livres numériques provenant en grande partie de maisons d’édition et d’auteurs établis dans la région de Québec.

Le nouveau système de prêt numérique en bibliothèque développé par De Marque sera parmi l’un des premiers au monde à utiliser la solution Readium LCP pour la gestion des droits numériques. Ce standard libre développé par la fondation Readium, et auquel des membres de l’équipe De Marque ont contribué, permettra de diminuer considérablement les coûts associés à chaque emprunt pour les bibliothèques, en plus de réduire le soutien technique auprès des usagers.

Avec le nouveau système proposé par De Marque, il ne sera plus nécessaire d’installer une application de lecture tierce et de se créer un identifiant Adobe pour emprunter un livre numérique; les lecteurs n’auront qu’à se connecter auprès de leur bibliothèque. En plus de l’application mobile, une application Web sera également disponible pour la lecture en streaming au format HTML pour éviter tout problème de compatibilité. Tous pourront facilement emprunter et lire un livre numérique, peu importe leur âge, l’appareil qu’ils utilisent ou leur degré d’aisance avec la technologie.

« Grâce au soutien de la vitrine technologique de la Ville de Québec, nous avons pu réaliser notre vision d’améliorer l’accès aux livres numériques en bibliothèque, se réjouit M. Boutet, le PDG de DeMarque. Ce seront les citoyens de Québec qui pourront profiter en premier de notre application de lecture.»

« Ce système pourra ensuite être déployé non seulement dans l’ensemble des bibliothèques du Québec, mais aussi ailleurs dans le monde, ajoute-t-il. On perçoit déjà de l’intérêt en Europe francophone, et j’ai aussi reçu des appels de Chicago et de Pittsburgh. C’est passionnant car ces discussions portent sur la manière dont cette application améliorera l’expérience de lecture numérique des gens. Pour moi, c’est là où réside l’innovation. »

DeMarque est un acteur clé pour le marché, tant au niveau des éditeurs/ distributeurs que des bibliothèques, y compris en Europe.  Avec ce premier pas au Québec, c'est enfin une étape décisive pour la suppression de la DRM Adobe pour le prêt numérique en bibliothèque.