44 notes dans la catégorie "En visite"

Les Pieds Nickelés existent, je les ai rencontré

Pieds_nickels Lors de la journée à la Roche-sur-Yon en visite chez Olivier, nous avons rencontré les Pieds Nickelés. Directement venus (velues) de la Bibliothèque Universitaire d'Angers. Et ça décoiffe... Olivier, Nicolas et Daniel (de droite à gauche), les trois compères-bibliothécaires ont tout simplement décidé de mettre les utilisateurs de la bibliothèque au centre de leurs préoccupations. Exit, les collections papier qui sont consultées deux fois dans l'année et qui coûte une fortune en abonnement (hurlements, défrisements de leurs confrères, vous pensez). Avec un sens du marketing évident, ils s'exhibent, proposent un questionnaire avec des lecteurs MP3 à gagner, ils ont aussi fait entré une wii et des cybooks dans la bibliothèque, c'est vous dire... Ils cherchent des abonnements à Charlie Hebdo... En attendant les autres suggestions d'un quatrième larron encagé.
Olivier nous a gratifié d'une présentation de haut-vol (de quoi se poiler aux journées Couperin) que nous attendons tous en ligne, avec un maître-mot, on peut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux. Expérience à suivre, qui dira qu'il n'y a pas un avenir dans les bibliothèques françaises...


Polyphonies du livre, c'est la semaine prochaine

Petite piqure de rappel pour vous rappeler les Polyphonies du Livre qui ont lieu la semaine prochaine à l'IUT de la Roche sur Yon, le Jeudi 20 mars 2008, de 10h à 16h30.
La journée est gratuite et ouverte à tous.
Titre exact de la journée: "Médiation 2.0: la chaîne du livre entre métiers du conseil et industrie de la recommandation".
Au programme des interventions de François Bon (publienet), Isabelle Aveline (zaziweb), Michel Fauchié, Hélène Grognet et Olivier Ertzscheid qui interviendra sur le sujet “L’industrie du conseil est-elle recommandable?“ bien d'actualité. Tout cela passionnant. Programme complet ici. Il se passe aussi des choses dans les provinces françaises...


Lectures de demain

002044J'aurais le plaisir de participer au Salon du Livre (14-19 mars) dans le cadre de l'espace Lectures de demain (programme complet ici), à une table-ronde qui se tiendra le samedi 15 mars à 14h30 intitulée Lectures numériques : tablettes, ebook, papier électronique, késako?
J'apporterais mon expérience de lecteur "early-adopter" candide, ou presque, avec des éditeurs (Archipel, M21) et des pionniers dans le développement des livrels notamment Michael Dahan de la société Bookeen qui commercialise le Cybook. Pour anticiper le débat, cette indispensable présentation de Michael réalisée par une télé d'ingénieurs suisses (via Nouveaulivreactu). Il revient sur "la poule et l'oeuf", "l'évangélisation", "le succès du Cybook", "l'adhésion des gros lecteurs, les gens qui lisent le plus"...


Polyphonies du livre version 2008

Je ne saurais trop vous recommander la journée des Polyphonies du Livre qui se tiendra à l'IUT de la Roche-Sur-Yon le 20 mars prochain. Organisé par Olivier Ertzscheid (blog Affordance), elle réunira sans nul doute pour sa deuxième édition des intervenants de qualité, la liste est encore en gestation. Via Alain, à signaler aussi l'espace Lectures de demain qui se tiendra quelques jours avant au Salon du Livre. On sera peut-être loin de l'Espace Livre Electronique "surréaliste" du Salon de l'An 2000 mais on sera surement beaucoup plus près d'une réalité du livre de demain! (A noter aussi le certain silence de Jacques Attali sur la question du Livre dans ses propositions, judicieusement signalé par Lorenzo sur son blog, est-ce que Jacques comme Steve ne trouve plus le livre très porteur?)
A vos agendas...


Visite chez Bookeen

Cybook1 Un grand merci à Laurent et Michael chez Bookeen de m'avoir permis cette prise en main du livre électronique Cybook dont la sortie est tant attendu. Un peu de retard sur la sortie par rapport à ce qu'ils avaient annoncé (du retard dû à la production en Chine), mais c'est maintenant une question de quelques semaines. En contrepartie, ce délai offre à Bookeen la possibilité d’inclure dès la sortie du Cybook Gen3 le support du PDF, et ce n'est pas rien. Pour sa Cybook2_4 Lesechos_2 sortie, le Cybook pourra donc lire des livres Mobipocket cryptés et afficher des fichiers aux formats HTML, Text, PalmDoc et finalement PDF. Une newsletter d'ailleurs ce matin qui vient confirmer la chose. Et ça vaut la peine de patienter un peu, croyez-moi.

Alors, Bookeen, c'est comment? Des bureaux dans le 13ème arrondissement à deux pas du quartier chinois, des cartons, des bidules électroniques qui trainent partout, la même atmosphère que quand ils étaient dans la Tour d'Italie, ça s'active dur. Laurent et Michael sont sur tous les fronts, développements, prospections, suivi de production. Et je dois dire que je suis ébloui par la qualité du Cybook. Nous l'avions déjà aperçu sur des photos, mais là, côte à côte avec l'Iliad, l'écran Vizplex, c'est UNE VRAIE avancée majeure, celle qui fait reculer définitivement les grincheux qui trouvaient au papier électronique un côté petit-gris, recyclé sur les bords. C'est sidérant, en un an et demi, le chemin parcouru. J'avoue qu'un an avec l'Iliad ne m'avait pas perturbé plus que cela, mais là de le voir côte à côte avec l'écran Vizplex, j'en suis tout contrit. L'affichage des niveaux de gris s'en trouve bien sûr amélioré, cela va de soit. Légèreté en plus bien sûr, 174g, c'est vraiment pas grand chose, même pas les 3/4 d'une plaquette de beurre! Epaisseur dérisoire et côté logiciel, les deux compères ont fait des prodiges, les temps d'affichage, les temps de mise en route, les mises en pages, les blancs, les typos, la navigation. Reste à l'Iliad seulement son grand écran tactile, sa tablette d'écriture et son wifi, ce qui n'est quand même pas rien. Mais c'est là aussi que je mesure que l'Iliad pourrait certainement être optimisé côté logiciel! Bookeen fait du sacré bon boulot et l'expérience du défunt Cybook pèse de tout son poids, c'est clair! Le désign très réussi (pour ma part j'aurais choisi un noir mat). Il ferait pas tâche sur les photos de mes pin-ups... Ils m'ont expliqué, les avis étaient partagés, c'est les votes des copines qui ont primés, le côté chic, bijou, pour les sacs à main de ces demoiselles, les sacs caba vernis (j'ai trouvé un modèle à La Redoute si vous voulez l'assortir, déjà un bazar la-dedans, alors un livre électronique en plus!), où va se nicher la mode féminine. Mais c'est un détail, plus tard on l'aura dans le colori que l'on veut, comme son ipod nano! Côté bouton, ils sont en train d'améliorer, bref un vrai work-in-progress au jour le jour! Côté pochette de protection aussi, j'ai vu le modèle, très réussi, cuir, coutures, c'est soigné. Prix à 350€ et 450€ en version luxe pour la mi-octobre! Le Kindle est prévenu, on l'attend de pied ferme du côté du quartier chinois!


L'Oiseau-Lire est envolé...

L'Oiseau-Lire, une petite librairie de livres d'occasion dans le quartier piétonnier de le gare à Tours. Un petit arrêt obligatoire pour ceux qui aiment les livres à Tours. Entre les grands pôles de la Boite à Livre et de la Fnac, la grande maison de la presse de la rue de Bordeaux, c'était un petit coin bien sympa pour dénicher des livres en laissant la part belle à l'aventure, au hasard... Un jeune libraire très sympatique au caractère bien trempé comme on les aime, un rayon de bandes-dessinées fourni, des beaux-livres bien choisis issus des soldeurs parisiens, un rayon sciences humaines et littérature copieux (il avait récemment racheté une partie du fonds des Editions L'Age d'Homme), bref un petit coin préservé dans un quartier où les fripes, la bouffe et les agences immobilières ont peu à peu envahi l'ensemble du paysage. Au début de l'année, nous avions parlé ensemble de la situation, de la part grandissante de l'internet qui représentait jusqu'à 40% selon les mois de son activité entre Ebay, Amazon et PriceMinister. Il me disait qu'il gardait la librairie pour cette part de rencontres, d'échanges qu'il aimait par dessus tout. Mais qu'il se posait beaucoup de questions avec un emplacement aux charges importantes pour finalement une rentabilité très difficile à maintenir. Et puis, voilà, fin de l'été, rideau, l'Oiseau-Lire envolé, le libraire a plié boutique, parti certainement dans un entrepôt en campagne, on le verra plus. J'ai même pas pu lui dire au revoir. Qui va savoir qui il est sur Amazon ou Ebay dans ce MarketPlace anonyme. On me dira, c'est la longue traîne, c'est inévitable... Ouais, bof, moi, je m'y fais pas et vous? Combien d'oiseaux-lire envolés? J'aimerais aurant que d'autres commerces partent dans les entrepôts, vous me direz, ils finiront peut-être par y partir tous...


Visite chez VisionObjects

100_3304 Une petite visite chez la société VisionObjects dans la périphérie nantaise. C'est Eric Gapihan qui m'a fait la gentillesse de m'accueillir et de me parler des développements. Une adresse presque confidentielle et une enseigne très discrète pour une société qui n'est rien moins que l'un des leaders mondiaux dans la reconnaissance d'écriture. C'est pas rien qu'en même! Vous savez ce genre de logiciels qui excitent tant d'intérêt partout,100_3305_4 100_3306_3 aussi bien offline (reconnaissance OCR de documents imprimés) que online (reconnaissance d'une écriture manuscrite en directe!). Avec des clients rien moins que Nokia, Logitech, Leapfrog, Pentel et, bien sûr, Irex qui mène un partenariat avec eux depuis un an maintenant sur des applications professionnelles sur papier électronique. C'est d'ailleurs eux qui m'ont montré un petit applicatif léger embarqué sur la version standart de l'Iliad dans le paramétrage de l'identifiant. Avec le stylet, on écrit sur la 100_3307_2 100_3308 100_3309_2 ligne en bas et votre champ se remplit automatiquement deux secondes plus tard. Pour la partie Notes de l'Iliad, pas de reconnaissance en live, il faut enregistrer en mode image et exporter vers l'ordinateur pour utiliser le logiciel MyScript, produit phare de la maison. Avec des taux de reconnaissance de plus de 92%. C'est bien simple, dans tous les tests internationaux, VisionObjects arrive bien loin devant. Trois types de reconnaissance, "isolated characters" (on remplit champ par champ type formulaire), "hand-printed handwriting" (écriture caractère espacé, nos amis anglo-saxons en use beaucoup) et la plus difficile bien sûr, "cursive handwriting (notre bonne vielle écriture cursive que l'on apprend dans les bonnes écoles de la République mais qui est le cauchemar des ingénieurs, vous vous en doutez!). En français par exemple, on passe de 2173 caractères/seconde sur la première version à 800 et 88 caractères par seconde, seulement sur les versions suivantes. Le petit échantillon sur l'Iliad donne juste une idée de l'ampleur des domaines qui sont concernés, absolument prodigieux, par exemple dans le domaine hospitalier où une prise de note rapide d'un pré-diagnostic dans l'ambulance va permettre une première évaluation au sein de l'hôpital pour anticiper et orienter les soins (expérience à Sienne en Italie). Une amélioration des soins mais aussi des coûts dans la structure hospitalière. Bien sûr, tous les domaines professionnels qui sont basés sur le remplissage d'un formulaire (adieu auto-copiants, jaune, bleu, rose!, une belle source d'économie, dans les services publics, n'est-ce pas!), l'information peut être envoyée directement dans chaque service en aval. Devis, prises de commandes, peuvent impactés directement les secteurs de production, de facturation. D'autres applications grands publics, du côté des smart-phones, signatures authentifiées, rédaction de sms (il faut savoir que d'en certaines langues avec plusieurs centaines de caractères, on a plus vite vite fait de noter un message que de le taper). L'enseignement (nos chers amphis) aussi, on l'imagine, avec de la reconnaissance sur le support même d'écriture ou sur le stylo équipé d'un rayon infrarouge qui va repérer les mouvements, les jeux pédagogiques, aussi, avec des "stylos lecteurs" pour les tout-petits... Derrières toutes ces technologies innovantes, VisionObjects travaille en backoffice pour reconnaitre l'écriture. Bref du sacré pain sur la planche pour cette société qui se développe très vite et vers des langues de plus en plus exotiques (Chine, Inde...) où les marchés sont très importants. Eric s'emploie d'ailleurs à faire écrire sur des pages et des pages, des élèves asiatiques studieux à l'autre bout du monde...


La Bouquinosphère 1.0, c'était drôlement bien

Bouquinosphere250x250 Vraiment une soirée sensationnelle que cette première Bouquinosphère, au Pavillon Baltard, un peu frustrant de ne pas avoir parlé à tout le monde, mais franchement c'était impossible, trop nombreux, un vrai succès. Mettre des visages sur tous ces blogs, échanger sur les projets, sur les impressions autour de l'internet, des nouveaux livrels (1 Sony et 2 Iliads présents). Je vais sans doute en oublier, mais je vais essayer de citer tous ceux avec qui j'ai pu échanger. Sophie et Hélène du SLF qui travaille autour du portail, les deux petits jeunes (Pierre et Guillaume) de Babelio qui annoncent l'ouverture du site pour juillet (un modèle Librarything à la française); Hubert et Sébastien qui animent La Feuille et qui étaient à l'origine de la soirée ; des représentants de grands éditeurs qui s'étaient glissés pour humer les tendances (XO et Editis), un petit éditeur Nicolas Bayard qui a crée récemment Le Passager Clandestin, des livres que je vous conseille vivement, deux romans pour l'instant (dont Romanesque2.0, l'auteur Olivier Las Vergnas était là aussi), des couvertures réussies très graphiques, des livres bien faits, une petite collection de textes polémiques aussi, avec un nom de collection à trouver rapidement... parler des logiciels d'écritures automatiques, il parait que même Swift se penchait sur le problème dans l'un de ses romans, avec des bouliers et des scribes qui retranscrivaient, il faut que je retrouve ça!; l'attachant Bernard Strainchamps qui anime le site Bibliosurf, le blogger-libraire de la Librairie Caractères, les complexes de la poule et l'oeuf (un peu complexe, j'ai pas tout compris, mais je vais aller voir), Malo Girod de l'Ain des Editions M21, Hervé Hugueny de LivresHebdo. Nous avons fini la soirée avec Jean-Michel Audras et son Agora des Livres... Bref, vivement une Bouquinosphère 2.0, se revoir et découvrir les autres...


Le Cybook va encore renaître !

Einkdesign Quelle surprise de retrouver lors de la pause repas du colloque, au milieu des petits fours, Laurent Picard et son associé Michael Dahan, les deux sympatiques associés de Bookeen (vous vous rappelez, le feu Cybook de Cytale et la courageuse tentative de continutation du projet depuis quelques années). Et nos deux bougres d'exhiber un nouveau Cybook, en papier électronique! J'avais aperçu sur le site le développement d'un proto annoncé, mais de là à les voir présenter parmi tout ce beau monde, un modèle finalisé en chair et en os, deux même, l'un en noir brillant, l'autre en noir mat brossé! Et de prendre les avis des participants! Et quel livre électronique! Ils m'ont gentiment glissé deux photocopies pour la présentation que je vous livre ici. D'abord un poid plume, 183 g, dimension: 118 x 188 x 8,5 mm. Oui moins d'un centimètre d'épaisseur et c'est tout à fait probant quand on l'a en main! Alors écran e-ink, 6 pouces, résolution 800x600, 170dpi, 4 niveaux de gris. Autonomie annoncé plus de 8000 pages! Un Cybook de troisième génération donc. Ultra léger, ultra autonome, ultra lisible.
Prix annoncé aux environs de 350€ et c'est pour mi-juillet de cette année! Tout ça sans buzz, sans effet d'annonce, ils m'épatent. Et j'ai comme avis qu'avec ce qu'ils savent tous les deux sur le sujet et l'expérience qu'ils ont derrière eux, ça va être très intéressant. Bref, un test grandeur nature s'impose rapidement, à suivre donc...


Colloque Alire/ Dilicom

Portrait2 Portrait1Passionnant colloque organisé à la T.G.B. de France par les organismes professionnels Alire et Dilicom, "Les nouveaux supports numériques du texte, impacts sur le commerce du livre". Je crois que c'était partagé, à entendre les différents commentaires tout au long de cette journée-marathon. Je ne reviendrais pas sur l'ensemble des interventions, toutes d'excellent niveau. Catherine en fait une très bonne synthèse dans son blog. C'est surtout les présentations des éditeurs que je surveillais, nous avons si peu l'occasion de les entendre sur ces sujets, les uns et les autres) Côté Hachette/Tourisme et Michelin, on joue bien sûr la complémentarité entre les différents supports dans toutes les phases du voyage (avant, pendant et après), en tant que segments de différents marchés (internet, papier, mobile, etc.), on sent que les équipes marketing s'activent sur ces sujets... Les marques phares, Routard, Bibendum. Côté cartes, elles résistent bien! Les touristes fraichement équipés de GPS derniers cris, se ruent dans les stations-services le premier jour des vacances venu pour se procurer la bonne vieille carte papier à 3 euros!!! Rien ne vaut le format et l'appréhention complète de l'espace. Allez-donc organiser votre séjour de vacances en famille avec le GPS sur la table! Beaucoup d'humour dans ces présentations (merci à eux), aussi Julien Ulrich de chez Virgin Mega qui a brossé le tableau de la musique. Quand un secteur perd 40% de son chiffre d'affaires en quelques années du fait de quelques énergumènes... On est prévenu. Justement, quand on parle d'énergumènes, Jean-Michel Billaut n'était pas très loin, il rentrait tout juste de Chine, j'espère que l'on A4_with_hands_web trouvera quelque part son intervention, c'était extra! Jacques Angele de chez Nemoptic, lui rentrait des States avec des nouveautés à nous présenter. Du papier électronique (technologie lcd-cristaux liquides) au format A4. Il nous a montré aussi une première vidéo couleur sur papier électronique, dessin animé Cars! oui, on pourra dire qu'on l'a vu! Il avait du mal, le pauvre Jacques, sans connection internet (et oui, au MK2 adossé à la Très Grande Bibliothèque, les murs sont trop épais, le wifi ne passe pas). Pour mémoire, une présentation du Sylen (prototype) de cette société française leader dans le domaine, cocorico! A noter aussi, les très bon jeux d'acteurs qui ont émaillés les différentes interventions (Luther, Robida, etc.) avec des textes brillamment écrits par Lorenzo Soccavo. Journée qui s'est conclu sur l'intervention de Bruno Rives sur le papier communicant et le mot final d'un libraire irlandais génialissime, John McNamee (Président de la Fédération Européenne des Libraires, tant que l'on aura des libraires comme lui, je ne me fais pas de souci pour la profession), qui a exhorté toute les libraires à y aller carrément, vente de readers, ebooks, bref occuper le terrain un maximum sans se poser de questions existentielles. Au pays de Google et d'Amazon, on peut lui faire confiance!


Polyphonies du livre à La Roche-sur-Yon

Une très enrichissante journée, qui plus est sous un soleil radieux, que cette journée "Livre et numérique" des Polyphonies du livre à l'IUT de La Roche-sur-Yon. Des points de vue très complémentaires de la part d'intervenants passionnés et passionnants. Ceux qui ont hésité à venir si loin de Paris auront à le regretter, c'est clair. Comme quoi, il se passe en province, même lointaine, des moments rares, captivants et au meilleur prix. Michel Fauchié, le président de l'ADDNB (Association pour le développement des livres numériques en Bibliothèques), c'est aussi kotkot!, a tracé avec beaucoup d'humour, une vision décalée et militante de la situation. Une mise en perspective dans une société plus globale de la connaissance grâce à Jean-Jacques Heilaud (Président de l'Apronet) suivie de la présentation par Anne Delmas de l'offre et des contraintes dans les achats à la Bibliothèque Universitaire de Nantes. Un exposé bien éclairant de la situation. Une lutte de tous les instants pour des choix forcéments parcellaires souvent soumis à certains éditeurs qui imposent leurs diktats en terme de disponibilités, de bouquets de titres, etc. Le ponpon étant la non disponibilité à plusieurs lecteurs en même temps du même titre, et oui, c'est possible!! Bref, des DRM partout...
Guillaume Godet nous a présenté l'offre de Numilog, j'ai parlé de mon expérience personnelle de dix mois avec l'Iliad et des offres de contenus actuels. Temps fort aussi que le brillant exposé de Olivier Ertzscheid (Affordance) sur les stratégies des moteurs de recherche et de Google en particulier, avec un powerpoint à distribuer dans les écoles! diable, un frisson est passé en chacun de nous!


Livre et numérique à la Roche sur Yon

Je participerais en tant qu'intervenant le vendredi 1 juin prochain à la journée "Livre et numérique: à l'ouest quoi de nouveau?" organisé par Olivier Ertzscheid sur l'IUT de La Roche-sur-Yon. Un grand merci à lui. Journée très intéressante je pense, avec la participation d'intervenants autour des contenus (je pense à Numilog) et des offres en bibliothèques. Le pré-programme ici. Pour moi, il s'agira de faire le point sur plusieurs mois d'utilisation de l'Iliad, présenter l'offre des contenus disponibles actuellement et faire un petit compte-rendu de mes premières impressions par rapport à l'abonnement aux Echos. Je présenterais aussi rapidement notre site abicia et le concept que nous nous attachons à développer.


Vive la Bouquinosphère !

Bouquinosphere250x250_3 Excellente initiative que cette rencontre organisée par Hubert de la Feuille (précurseur historique sur le web) avec tous les passionnés des livres et du net. C'est le 12 juin prochain sur Paris, le lieu est pas encore fixé mais ça promet beaucoup. Pas mal d'idées à échanger sur l'effervescence actuelle des livrels et autres lecteurs électroniques, sur la vie des livres dans le web 2.0. L'inscription est ici.


Le livre électronique à Nantes à la Tour LU

Impressionseurope Intéressante soirée vendredi dernier organisée par l'association Impressions d'Europe et son président Yves Douet, intitulée "E-ink, e-paper, e-book à l'assaut du livre". Dans un lieu emblématique, la Tour LU, le Lieu Unique, espace incontournable des débuts de soirées nantaises. Très heureux de voir en première partie, la projection du film "Toute la mémoire du monde" d'Alain Resnais qui date de 1956 et qui présente les profondeurs de l'ancienne biblothèque Nationale, rue de Richelieu. Je l'avais visité en 1984 avec un groupe d'étudiants en métiers du livre. La même impression oppressante, tous ces savoirs enterrés qui attendent un hypothétique destin (sorte de concentré du Désert des tartares). J'avais été frappé aussi à l'époque que l'aspect de conservation prenait autant d'importance, on ne parlait pas beaucoup à l'époque de diffusion des savoirs dans la noble institution. Depuis beaucoup de choses ont changés, la nouvelle BNF, les catalogues thématiques (comme celui Tous les savoirs du monde publié en 1996), la numérisation, l'Internet. 1956, cinquante ans, que cela semble loin. Réflexion bien étrange de l'un des intervenants, je me sens plus de ce "monde de Resnais" que de ces nouvelles technologies. Franchement, est-ce qu'il faut être nostalgique de ce monde de Resnais? Faut-il aussi que Bruno Rives, Directeur de Tebaldo (qui a fait une présentation très complète des possibilités du livre électronique) se fasse taxer bien injustement de "représentant des industriels"? Encore plus étrange quand elle vient d'un éditeur qui met une bonne partie de son fonds éditorial sur Google (en l'occurence Michel Valensi des Editions de l'Eclat). Toujours ces procès d'intention qui sont fait, chacun défendant des citadelles bien illusoires. Je regrette que l'on n'ai pas insisté sur la complémentarité que présente ces nouveaux supports. Pourquoi toujours opposer livre et livre électronique dans un débat finalement très manichéen et assez peu productif? Je suis persuadé que les livres électroniques vont servir les livres, que les livres vont continuer à exister de la même façon que les livres de poche n'ont pas fait disparaitre les livres. Tant qu'il y aura des amoureux des livres, il y aura des livres.


L'Iliad au CeBit à Hanovre

Logo_tradeshow Le version 2007 du CeBit de Hanovre vient de fermer ses portes, je viens de repérer sur MobileRead cette vidéo sur YouTube avec le commentaire du vidéaste Charbax: "E-ink technology is awesome and it is about to replace the whole printing industry. Ereaders The quality of this e-book is the same as printed text on white paper. Just imagine one sheet of paper that can load any of the worlds books digitized by Google Books, from Blogs, from online newspapers, from Wikipedia articles and other articles generated from user generated text content, as well as forum posts and more. There just needs to be some automatic selection of daily content as well as more features which this actual first generation e-ink product is missing like resume from ram and flash, pre-processing pages for faster page loading, currently there is about a second delay for pages to load and a slight delay for the WACOM magnetic touch-screen technology." 25mn en tout, c'est riche, j'ai pas pris le temps de détailler, je vous en fait profiter tout de suite, on en reparle... Accessoirement, j'ai lu aussi que Irex avait vendu environ 10.000 exemplaires l'année dernière (75 en France, soit 0,75%!), je m'explique mieux l'absence de mode d'emploi en français! Misère!


Alors, dernier Salon du Livre en papier ?

Salon_du_livre Quelques jours pour laisser reposer les impressions à propos de ce Salon du Livre version 2007. Bien sûr, la sortie du livre de Lorenzo Soccavo à la fois en version papier et en version électronique sur l'Iliad (dont j'ai récupéré gracieusement un exemplaire papier, merci M.Billaut!). Le temps de le terminer, petit compte-rendu la semaine prochaine. Dès 9h30 le vendredi, dans les startings-blocks, une très intéréssante conférence de Bruno Rives sur le sujet, le powerpoint serait à diffuser dans les écoles! C'était séance privée, beaucoup de professionnels donc. Il restait quelques strapontins à l'arrière, on s'est permis d'embarquer avec François Milliet de la Librairie Lamartine (un grand gaillard large d'épaules) qui voulait absolument savoir de quoi il retournait. Je me suis glissé dans son sillage. Vous avez votre ticket? On a frôlé la Gare du Nord! Alors cette présentation? Il faut retenir que ça avance très fort en Asie, les technologies déboulent, tout ce qui a plus de six mois est déjà dépassé! La production industrielle pour l'affichage a déjà démarré. Les supports flexibles à affichage couleur vont très vite envahir la PLV. Qualité magnifique, précisions des images, couleurs très riches! Les grands formats arrivent aussi, toujours plus grands! C'est les colleurs d'affiches qui vont être contents! Tout ce qui est en papier autour de vous va suivre! Côté livre électronique, celui de Sony a circulé dans les rangs, même impressions que l'année dernière, bien petit à mon goût, je prèfère mon Iliad. D'après Bruno Rives, le fabricant japonais a fait un très gros effort sur l'affichage des niveaux de gris, les reproductions d'images noir et blanc sont magnifiques (on se demande quand même si les images en noir et blanc ont un avenir!). Côté ventes, c'est pas la PS3 c'est clair, mais il parait que plusieurs dizaines de milliers de livrels se seraient écoulés. Les chinois, les coréens, les taiwanais fourbissent leurs armes, ça arrive très bientôt à des prix qui vont diviser par deux tous les ans d'après les estimations. Une autre annonce aussi, un papier réinscriptible qui sortirait en ramettes! C'est Epson qui préparerait ça! Une vraie révolution, quand on voit ce qui part dans l'année dans les poubelles de bureaux. Il parait que quand les japonais communiquent plus, c'est mauvais signe, c'est que ça va débouler! Pas la peine de stocker chez vous des ramettes de papier piquées au boulot. A signaler aussi cet intéressant podcast de l'émission de France-Culture sur le sujet, le soir même. Je ne peux m'empécher de noter la remarque d'un auditeur "Monsieur le journaliste, J'entends depuis le début de l'émission parler M. Jannet d'ipépeure, (ou peut-être qu'il fait peur?). Je ne comprends pas, payer et avoir peur, pourquoi? De quoi s'agit-il? Pourriez-vous expliciter sa pensée?
[France Culture] Il s'agit en fait de l'e-paper, c'est à dire du papier électronique. Veuillez pardonner l'utilisation de l'anglais par nos invités... Ex-ce-llent! Bref, tout le monde s'est donné rendez-vous fin avril avec la sortie de l'offre des Echos, allez un mois, c'est plus très long pour se faire peur!


Avec l'Iliad au Musée Jules Verne

Pas très beau ce week-end, averses et éclaircies qui se succèdent. Pas de plage, tant pis, mais plutôt une visite au Musée Jules Verne de Nantes avec l'Iliad sous le bras. Je recherche rapidement sur Gallica deux romans du grand Jules, le Tour du Monde en 80 jours dans la grande édition Hetzel de 1873, et aussi Robur le Conquérant dans la petite bibliothèque Hetzel (dépôt légal n°5826 en 1886). Le génie100_2763100_2762 d'Hetzel de décliner les formats pour l'accès au plus grand nombre. Me voilà parti, 100_2759 sur la butte St-Anne qui domine la ville de Nantes et son ile en face. Magnifique musée plein d'objets et de documents d'époque qui retracent l'aventure de Jules Verne et de son éditeur Hetzel, uu autre Jules. Une visite très vivante et des commentaires passionnés avec une charmante bibliothécaire. Des jeux de piste pour les enfants, c'est une très bonne idée. Jules Verne serait fier de tout ça! La lecture des romans sur l'Iliad est100_2747 100_2745possible bien sûr (un peu comme des notes dans la Pléïade...); les caractères sont très réduits, les PDF ne sont pas adaptés et pas de grossissement. Plus que le résultat pour l'intant, c'est bien une réflexion sur l'avenir du livre électronique et des nouvelles possibilités qu'il procure. Savez-vous, par exemple, que la Ville de Nantes est propriétaire de l'ensemble des manuscrits originaux de Jules Verne (à deux exceptions près), soit 15000 feuillets, oui vous avez bien lu! Pour les consulter, bien sûr, des autorisations à n'en plus finir. Que tout un chacun, un jour100_2736100_2737100_2738 proche, puisse consulter, dans le monde entier, ces documents inestimables. Quid d'autres manuscrits récemment acquis, je pense à celui du Voyage au bout de la Nuit de Céline (par la Bibliothèque nationale de France), celui du Lys dans la Vallée de Balzac (par le Conseil régional100_2750_1100_2758_1 d'Indre-et-Loire). Cette question de la numérisation qui est dans toutes les conversations, peut-être trouver un judicieux compromis entre le "tout numériser" et le "quoi numériser".

L'Iliad auprès de tout ces livres prestigieux, aux reliures richement décorées mais aussi au mileu de ces millions d'exemplaires en éditions bon marché, diffusés dans toutes les langues dans le monde entier depuis plus d'un siècle. Les livres de Jules Verne ont-ils été dans l'espace? Je me demande100_2743_1 ce que nos deux Jules penseraient du livre électronique et de ce nouveau moyen de diffusion des textes. Mais je suis certain qu'ils auraient des idées! La bibliothécaire nous signale d'ailleurs un petit ouvrage de Jules Verne moins connu (dont j'ai malheureusement oublié le nom, bon sang) dans lequel il imagine un traitement instantané de l'information via le téléphone, incroyable prémonition en 1880, qui préfigure à la fois CNN mais aussi les blogs et les podcasts via internet et le protocole IP. C'est sidérant. Je vous repréciserais le titre de ce roman à redécouvrir. Si je le trouve sur Iliad!! Je vous joint quelques photos complémentaires de ce musée à ne rater sous aucun prétexte.

Vraiment un excellent moment avec mon livre électronique sous le bras, en attendant des textes adaptés, merci d'avance mesdames et messieurs de la Bibliothèque nationale et de l'European Library...

Dernier détail, le dernier portrait en gros-plan est l'oeuvre de mon ami Hubert de Lartigue, portrait saisissant de réalisme que 100_2757n'auraient pas renié 100_2742_2d'illustres peintres académiques du 100_2755_1XIXème siècle comme Gérôme, Luminais, Vernet ou Delacroix.

Je te salue Ô Grand Jules!